Cossé qu’a radote Delphine…

 

Delphine B.B. Bosse

L’échignante ouasine de Juliette, la femme t’au grous mou hyper de Jaddus à Samuel à Xavier Léger, a v’nu cougner à la porte de mon “Summer cottage” de Cocagne, qui “face” la plage, à ramander pour t’une “cuppée” d’sucre brun. À parlait assez vite, qu’sés deux dentiers y pétions dans la goule. J’n’ai vraiment pas tout à fait compris pourquoi qu’à en avait besoin – – soit pour finir de préparer t’un sirop pour verser dans le dedans d’sés poutines à trou ou ej pense qu’à en avait besoin pour mélanger dans sa “yummy” batche de “fudge”. Malgré que j’y’ai baillé mon “spare” sac d’extra de 5 livres, que j’avais “d’storé” dans l’armouaire; pensant d’me débarrasser d’y’elle hâtivement… La maudite n’a pas pris la “hint”! Ouaye! Son au-revoir a duré plusse longtemps que sa requête!

   Ouaye, là-là! À l’avait son cou “d’éstretché out” à espiounner l’intérieur du “cottage” pis à cracher “out” dés commentaires coumment laid qu’était le vieux “couch” fleuré dans l’salon. Pis hounnêtement, s’lon y’elle : oua-yons, à youssé que j’avais la tête d’aouaire osé placer dans lés châssis de si hideux rideaux en coton imprimé de plaises pis d’étouèles de mer! Pis l’pladond! “Come on” là, Delphine! D’aouaire attaché “all over” t’une “fish net” qui “dangle” tcheques “antique” boueilles en “styrofoam” d’amârrées pis qu’la peinture de d’sus la surface de chacune etait d’à môtché “flaké off”!?!

   J’vous partagerai pas non plus sés critiques, en strigné d’jurements, à l’égârd de més lampes en modèle de “lighthouse” (“Yard Sale Special”), de d’sus lés “end tables”… Mais “at least”, à l’a aimé contre lés murs: ma série de tapis hookés, de scènes de bateaux d’pêche pis à ouailes     pis de tcheques goélands se relaxant paisiblement de d’sus z’un poteau d’un vieux tchaie – – ne pouvant pas crouaire (“oh my goodness; no farce”) que c’était moi qui lés avaient fabriqué, avec més deux “own” p’tites mains de Countré Star Extraordinaire.

   La “busybody” de Juliette pis son houmme foiroux, (ouaye) dés retraités du boute d’la “Greater Moncton Area”, s’en v’nons pâsser à chaque ânnée leu’ vacances d’été, dans l’boute charmant de Cocagne. “Nosey” coumme qu’à l’é, à s’a émoyé coumment qu’était mon Ozime??? Mais quand qu’j’y’ai laissé saouaire qu’y’était décédé pis enterré six pieds sous la pelouse; que j’m’avais rencontré pis remariée, avec mon chou-chou d’amour de Roméo Fayot Fougére! Ouaye! Au lieu de me souhaiter sés sincères sympathies ou me féliciter d’mon nouveau cheminement d’Vie! À l’était plutôt scandalisée par le fait que j’n’avais pas veuvé assez longtemps! À son opinion, j’aurais dû attendre ou porter du nouaire au moins  pour t’un extra deux à trois ans. Ej “feelais” pour y “tellé off”; d’l’enouayer t’au Djâble; mais j’ai décidé bon de ne rien dire! D’me boucher la goule pis de tcheindre més commentaires pour moi-même!

   “Saved by” le son bru-yant d’la “Harley Davidson Motor Bike” à mon “scruffy looking hunk” de Roméo Fayot, qu’arrivait d’une “fun ride” d’la “Highway”; qu’a viré soudainement dans la “driveway”! Pis quand qu’Juliette l’a visé enlever sa “helmet”,… À s’a pas gêné de m’laisser saouaire qu’mon nouveau mari e’ r’semblait plutôt à t’un “outlaw dopé” d’une dangereuse “Motor Cycle Gang”! Mais qu’a exlamé “NYANG-NYANG” qu’y’était quite t’un bel houmme! “Wow”!  Qu’y’avait l’allure semblable d’un jeune vigoureux “Marlon Brando”, dans le “1953 drama movie” d’inti- ulé “THE WILD ONE”!

   Juliette n’a pas “hangé around” pour voulouaire s’introduire à mon houmme. Vous auriez dû la ouaire hâré pis “wobblé” sés jambes de lait, de façon craintive, en direction d’la “back yard” de son “cottage site”!

   La maniére que moi j’oua c’là, ça y baillera d’quoi à son plaisir de voulouaire “gossipé about” nu-z’autres t’aux autres “cottagers”!

   À la s’maine prochaine! “Hopefully”, avec t’une autre aventure amusante à vous conter…

 Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

Delphine B.B. Bosse

 

Chère Madame Delphine :

   Ej sais qu’ça va sounner coumme t’une “odd” question à te poser… Si qu’tu n’arais pas choisi d’être t’une Countré Star Extraordinaire, cossé d’autre penses-tu qu’t’aurais voulu faire coumme carriére ou choisir différemment pour ton cheminement d’vie?

Loulaline 

à “Freddie” Dupuis

“Big Time Fan” pis 

“nicknamé” la “Nosey Cake” de “Shediac”

Allo-là, la “Nosey Cake” :

   Si j’arais pu être “Bigger Than Life”? Ça semble, pour mon premier choix: j’aurais aimé c’là devenir t’une fameuse vedette du cinéma ou t’une “Beauty Queen de Hollywood”, par le “star name” de Dolores Bizous. Ma face de “splatterée” épais “d’make-up” de d’sus chaque couvert de “VOGUE Magazine”!

   Mais “WHOA”, icitte! “Reality Check”! En grandissant, y’avait vraiment pas “d’Famous Movie Producers” qu’habitions la Capitale Mondiale du Houmârd – – j’vivions bin trop loin de l’industrie du film Amarichain ou d’la Cérémonie dés Oscars pour aouaire tchequ’un m’découvre… (Ouaye! Le seul Oscar que j’counnaissais qui vivait z’à Shédiac; bin cti-là, y fallait s’en méfier… Ha-Ha-Ha).

   Hounnêtement, ma “claim to fame” ou ma seule “ever winning audition” a été de jouer le rôle convainquant d’une p’tite borbis de Nouël adorable, dans la Séance de la Nativité, de d’sus “l’stage” de la P’tite École! Qu’était p’t’être bin pas “much” coumme experience! Bin Mêshoummes-Mêshoummes! Qui m’empêchait “still” pas d’rêver, qu’un jour en “hitch-hikant” là-bas à “Los Angeles” ou qu’en  rôdant “up & down” la “Hollywood Walk of Fame” – – que j’me fasse “noticé”! YA! “A STAR IS BORN”!

   Mon deuxième choix : J’arais été contentée d’m’en âller travailler à la Shoppe. D’aouaire la “job” ho- nourable de “shaké” pis décortiquer lés côrps de houmârds tchuits, afin de flaquer la chaire en “can”; pis là (BRRRR), d’la faire congelée. Pour ensuite vendre le produit aux touristes, avec mon beau “smile” de gencives roses (c’est-à-dire, sans més dentiers)!

   Ma troisième option : Rentrer au Couvent, mais devenir la Mére Supérieure… Ça semble j’m’arais “enjoyé” à voulouaire “bossé” lés autres nounnes “around”. Ouaye! Si qui voulant gâgner leu’ Ciel! Exiger d’un ton ferme… Bin toi: “Git” par icitte!  Pis toi : “Git” par là!

   As-tu r’marqué Loulaline, que la majorité d’nos héroïnes acadjennes? Ouaye! Qu’la fin d’leux premiers p’tits noms se termine chacune avec t’un *ine* so- lide : coumme Évangeline, Joséphine, Méline, Line, Céline, <<Sweet Caroline>>, Jacqueline, Souverine, Claudine, Alfredine, Pauline, Roseline, Poutine etcetera-etcetera… Pis mon nom (YA) étant Delphine, pourquoi pas être t’une “LEGEND”?!?

   J’aurais pu être astronaute; politicienne; “brain surgeon”; “Olympic Gold Medalist”; fameuse annonceuse de radio régionale; pis p’t’être même t’une “Nobel Prize Winner”… Ou y’elle qui découvre la Solution “for World Peace”! Ouaye! Toute… Toute est possible! (Ein! <<J’la-veux-toute-toute-toute-pas-yinc-dés-p’tits-boutes>>)…

   Mais coumme tu l’sais déjà, Loulaline; cé la Musique Countré qu’a été ma “number one BIG TIME true calling”! Le “twang”, dés cordes de ma “guitar”: ma grande inspiration! Mon Grand Succès; ma Joie d’Vivre! Qui m’a guidé à faire de moi, la bin Bounne Vivante que je suis… (Mmmm) devenue!

 Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

  

Delphine B.B. Bosse

J’m’en ai été, toute seule, me saucer la palourde, dans lés flots d’la “Parlee Beach”. Ouaye! Parce que ma “gilling-suit” de l’été pâssée ne “m’fittait” pu, j’ai té oubligée d’m’en achèter t’une neuve. “No shame”; tcheques “size” de plusses larges! Faut j’vous admettre que més “bikini days” sont “definitely over”! Dans ma “new one piece-bathing suit”, avec dés “patterns” en “wide stripes” de couleurs jaune soleil, “sunkist orange”, rouge flambé, “marine blue” pis d’ultra “white” – – avec més jambes de “curlées”, d’aussi poilouses que d’la “steel-wool” – – ej avais plutôt la “shape” ou l’allure d’une lousse roulie-roulante “beachball”, avec dés jambes! 

   “Let me tell you”, y’a parsounne qu’a osé voulouaire subler z’après moi. Sauf pour lés tcheques p’tits enfants qu’étions z’en train d’bâtir dés châteaux z’en sâble. Que quand qu’y m’avons “spotté” v’nir vers z’eux, s’avons mis à siffler d’alarme pis courir de peur vers leux parents… Car y m’avions supposément “mistaké” coumme étant t’une “monster” effrayante du chenal ténébreux d’la mer mouvementée d’la Pointe-du-Chêne. 

   Pis v’là, “out of nowhere”, qu’une bande de verrats d’goélands sauvages s’avons “gangé up” contre moi. Pis parle d’une misère du djâble, qu’j’ai eu d’lés swinguer “away” à coups d’bras. Pour asseyer d’me protéger contre z’eux, j’ai bien y’eu beau à voulouaire m’dépêcher à fendre l’air pis d’plonger en d’sous dés vagues profon- des… Même avec de l’eau salée, j’ai point té (coumme y faut) capable de “washé off” t’utes lés crottes d’oiseaux qu’y s’avions (“YUCKS”) “tanglé” dans lés longues tresses de més jueux verts. À cte point icitte, “trust me”; j’n’étais point trop belle z’à ouaire; pis ni qu’j’n’arais faite la “perfect model”, pour faire la promotion du tou-risme de notre belle région!

   En essayant d’m’évader hôrs de l’eau… En pensant, grande niaiseuse que j’sus: (ouaye) “that the coast was clear”! En m’faisant chatouiller le sous dés pieds par dés “flat fish”… Cé icitte qu’en trébuchant, qu’un énorme “jellyfish”, avec sés longues tentacules a osé v’nir me piquer pis se mettre à me sucer lentement le sang “out” pis en erriére d’ma tchuisse gauche. En sacrant vite hôrs de l’eau : en criant dés douloureux YEOYE-YEOYE-YEOYE… À youssé qu’était exposée ma “rash” rosâtre de “jellyfish”, que v’là qu’une vilaine mouche à joual a v’nu me mordre… Que l’enflure, aussi grousse qu’une “volley ball” s’est immédiatement développée… Qu’j’ai “crashé” pis “passé out” de toute ma pesanteur, sus le bôrd d’la côte! Ma face à premiére, s’écrasant dedans du sable pis d’la vieille “tumble-seaweed” sec.

   Cé t’un bon samaritain, j’ne sais pas tchissé (supposément t’un vieux môssieux à la retraite, d’la Pointe-du-Chêne); quand qui m’a vu, “d’washé ashore” à r’sembler t’une “baby belugua whale” en détresse… Qu’a faite la décision à “dialé” le “9-1-1”! Pis cé t’à l’Hôpital Française de Moncton, tcheques z’heures plus târd; t’un miracle, que j’me sus “back” ressuscitée…

   Si qu’vous planifiez de v’nir me visiter dans ma chambre d’hôpital, ej “minderais” pas qu’vous me “sneak-eriez in” tcheques sacs de “jujubes” pis tcheques “chocolate bars”. Après toute, dés fleurs pis dés “magazines”; ça se ne mangent pas! Pis “hint-hint”, lés fabuleux “muffins” à la rhubarbe qui vendent à la cantine du premier plan-cher; “j’minderais” coumme cadeau d’en déguster t’une bounne d’mie douzaine, pour m’aïder à dguèrir plus vite! 

 Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

 

J’engagé le vieux foiroux d’Peter Pichenotte pis son grand lingot d’fils de Hervé “Nerve-Neck” pour m’aïder à déménager t’ute mon “stuff”, “out” de mon “rented condo”. Asteure que j’sus remariée… En attendant qu’j’allons nous bâtir notre grousse cahute de d’sus l’immense lot d’terre acheté récemment à Scoudouc. J’vais m’en âller jouer à la femme, chez mon chou-chou de “sugar pie” d’amour (mon 2ième houmme poiloux, le “cuddly” Roméo Fayot Fougére); à sa “farm house” qui “own”, dans l’boute du Vieux Chemin d’Ohio!

   Y faudra que “j’store” à l’intérieure d’la grange à mon Roméo: més boîtes pleines de “knick-knacks” pis de souvenirs de ma prestigieuse “musical career”, “d’antique furniture” pis surtout mon pesant piano à grande tcheue. Pis etce- tera-etcetera… Ou-be-din, en erriére d’ma tête; de considérer à m’engager t’un câlleux professionnel d’encan pour orga- niser à tout vendre. Ou p’t’être yinc juste faire t’une “weekend yard sale”, avec l’assistance de ma mére, la belle Cléothilde pis més trois “crazy” cousines de Dométhilde, Arthémise pis Clémence – – pour “pricé” lés affaires pis à superviser que parsounne nous “rip off” à voler???

   Faut j’vous laisse saouaire, que mon fils Zacharie a déménagé à mon “furnished cottage (rent free)” que j’appartcheins t’au Village dés Roseaux. J’sus sartainement pas intchète pour lui, y saura bin se débrouil-ler… Ouaye! J’y’ai baillé la parmission itout de transfor- mer l’une dés chambres en t’un “sound-proof-recording music studio”. “I guess” qui va “starté” le projet de rénovation, en cte fin d’semaine icitte. Aussitôt tarminé, moi pis lui, “Mom & Son collaboration”; j’allons aouaire d’la “fun” à enregistrer ma “next full album” de “Country Music”, d’intitulé: <<J’aouains ma “Twang”>> (Ha-Ha-Ha! “Twang”, qué l’nom d’baptême à ma banjo)!

   J’n’étais pas sartaine si qu’més gentils “pet raccoons” – – ouaye, si qu’allions pouaire s’adapter à vivre dans l‘boute du Vieux Chemin d’Ohio. “So far, so good”! Roméo lés laisse faire à “raidé” lés grous z’œufs bruns d’son poullailler! Pis “as” pour mon nono Saint Bernard de “Buddy Dog Extraordinaire”, qui pense qu’y’un chihuahua; bin lui aime à courailler à terroriser après lés poules; mais surtout plusse à faire effrayer lés plumes “off” d’la tcheue du pauvre esclâve “d’alarm-raiser” d’coq pis d’aouaire plaisir itout d’y faire enrouiller d’peur son chant de <<COCORICO>>!

   Moi pis mon Roméo, j’avons z’une rencontre avec t’un architecte, târd en après-midi ‘citte; avec t’un sartain noummé “Bill C.” tchequ’affaire-tchequ’affaire soit Melanson(?), Malenfant(?) ou Han-Han (“which I doubt very much” qué socitte son nom familial)??? Ya! Qu’y veut nous “interviewé”, afin d’arriver à nous “designé” t’un “award winning” plan d’maison à deux étages!

   So! Si “qu’Elvis” a pu “owné” t’une “mansion” appelé “Graceland”! J’avons “agree-yé” moi pis mon mari d’appeler la nôtre, “Delphiland”… “Mind you”, “Delphiwood” sounne “kind of sexy” itout, à l’oreille!

   À la prochaine!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Delphine B.B. Bosse

Cossé qu’a radote Delphine…

 

Delphine B.B. Bosse

“Well-Well-Well-Well-Well”! J’ai finalement témoigné mon premier merle rouge! Ouaye, dans l’temps que j’me fai-sais “tan” la peau, me berçant d’élongée de toute mon long dans l’hamac, dans la “backyard” de mon “condo”! Y m’a “splatté” z’une façon grousse flaque de crotte, “bombs away”, drette contre més vi- tres de lunettes à soleil! Cé icitte qu’mon oreille “sharp” a attrapé le chant du verrat p’tit zézeau prendre z’un<<Tweet-Tweet-Twist>> de moqueux! J’aimerais bin d’partager avec vous z’autres, cossé qu’j’ai vulgairement beuglé après; coumme qui s’envolait z’au loin, dans sa liberté sauvage. Hounnêtement, qui n’serait point approprié d’ma pârt d’imprimé dans la gazette familiale du Moniteur Acadjen!

   Après d’m’aouaire décrotté la face pis l’restant du côrps dans la “shower”, j’me “trustais” pu d’voulouaire “back” âller me rythmer calmement à la brise de mon hamac. J’m’ai attifé; pis pour m’accalmir lés idées, j’m’ai décidé bon d’m’aventurer “shoppé” pour dés belles hardes d’été t’au “best GUY’S FRENCHYS” de “SHEDIAC” là!

   Quand j’arrivé t’au populaire “clothing store”… “As usual”, le “parking lot” était “mega loadé d’cars”! Ouffe! J’ai réussi à “squeezé” mon p’tit “Chevy Cruze Hatch” bleu ciel entre t’un vieux “van” rouge rouillé pis z’un grous “SUV silver”, sans rien “scratché”… Vraiment, qu’était pas trop “bright” d’ma pârt, parce qu’j’ai été oubligée d’ramper “out carefully” par la vitre d’la porte du bôrd du “driver”. Malgré qu’en sortant j’ai “endé-up” à me tacher toute le devant d’més hardes, avec quasiment t’ute la môtché de saleté d’terre qui couvrait mon “car”. Ça m’a pas gêné pis ni empêché d’voulouaire ren-trer dans l’magasin, à r’sembler coumme t’un nuage de poussiére pis avec la tignasse d’égriché t’au vent!

   Parle de “synchronicity”! Vous savez pas cossé qu’j’ai trouvé z’en train de “danglé” de d’sus z’un “coat-hanger”, dans la boutique? Une robe d’été en coton tissé léger, avec t’une cinquantaine de jolies “patterns” d’imprimés partout de “cute” p’tits merles rouges. Dont j’ai “snatché” toute suite, “just in case” qu’une autre “customer” se déciderait d’voulouaire me “tacklé” pour… Pis aussi “weird” qué “weird”, de cacher dans l’fond d’une grousse “bin”, j’ai découverts t’un “purse” dont le “flap” du devant était finement ouvragé de mini perles de différentes couleurs à imiter t’un gobbine de merle rouge. Pis parmi la “costume jewelry section”, j’ai trouvé z’un “matching set” itout d’un collier avec un “charm” en ôr d’ailes d’un zézeau pis une paire de boucles d’oreilles silhouettes de merles en “fake gold”. À mon émerveillement, le tout t’au “cash” m’a pas même coûté au d’sus d’quinze piastres! Qu’j’en ai “flyé out” du “store”, avec mon sac-là, t’ute “happy”!

   Lés “cars” qu’étions “parkés” lés deux côtés d’moi, étions “gone”. J’n’ai pas y’eu de difficulté d’embarquer dans mon “Chevy Cruze”! De d’là, j’me sus rendue “back” t’au “condo”, “feeling” t’ute excité d’mon achat!

   Ya! Cé t’en débarquant d’mon “car” qu’ma “luck” a “quickly runné out”. La minute qu’més pieds avant touché le pavé d’la “driveway”… Cé icitte que cte fois ‘citte :  <<PLIC-À-PLAC-À-PLOUC>> qu’une bande de merles rouges inapprivoisés avons v’nu “out of no where” me bombardé (“YUCK”) pleins de crottes le bôrd du “rim” d’mon grous chapeau d’cowboy!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

Delphine B.B. Bosse

Moi pis mon chou-chou d’amour de Roméo Fayot Fougère, (ouaye) j’avons tous deux décidé “d’elopé”… Qui m’a coumme surprise moye-tout – – surtout qu’més plans étions d’veuver, “at least” pour tcheques autres mois d’extras! “Anyway”! Vendordi midi qui vient tout juste de pâsser… Cé t’au fameux restaurant familial de Memramcook, dans l’temps que j’me bourrais la face dans z’un “Western Sandwich” avec t’un “side order d’onion rings”, qu’mon bien-aimé a “droppé” sa “napkin” d’sus l’plancher… S’a mis sus sés genoux, en m’traitant d’sa crotte de velour! Pis en bégayant un p’tit peu d’sus l’boute d’sa langue, m’a mandé si j’serais intéressée d’être sa “one & only” partenaire de sa vie!?!

Toute honourée pis virant rouge tomate dans la face, j’ai ouaqué t’un façon d’OUI fôrt… Qu’a faite sursauter la “nice waitress” à renvorser accidentellement du café chaud, de d’sus lés genoux du pauvre esclâve de djeu de “customer” (supposément un noummé Léo); qu’était d’assis à la table du coin, proche de l’entrée dés “bathrooms”! Ouffe! Par chance, rien d’ampoulé!!! L’histouaire s’continue… Roméo a insisté de “never mind about” finir notre “lunch”… Faisons “brown baggé” le tout; payons la facture, sans ou- blier de laisser t’une généreuse “TIP”… Pis “jumpons” dans “l’car”; “right now”, sans laisser saouaire à parsounne…  Allons VROOOM, vers la Capitale d’la Nôvé Scôtché! À youssé qu’nous nous trouverons un Juge de la Paix, pour nous marier; pis tcheques étrangers “off” d’la rue à voulouaire être nos témoins! Pis de d’là, s’en âller faire la lune de miel dans l’boute d’la “Cabot Trail”! So, “off we went”; à l’aventure, “like two crazy lovers do”!

De d’sus le certificat d’mariage, j’ai décidé (mon choix) de “hyphenaté” mon nom d’couple: Delphine B. B. Bosse Fougère! Mais mon “stage name” de Countré Star Extraordinaire va demeurer toujours pareil! Ha-Ha-Ha, à l’Incroyable B. B. Bosse! Cé en travers de ma chronique du Moniteur Acadjen, de cte s’maine, que j’annonce officiellement – – “SURPRISE-SURPRISE” – – à més enfants, t’aux restant dés membres de ma parenté, amis, “fans” pis paparazzis… Si qu’vous m’charchiez; pis qu’vous trouviez pas: “Ya! Now you know, the rest of the story”!

J’sus sartaine qu’y’en a qu’allons badgeuler ou “gossipé”… Bin ouayons!?! À s’émo-yer cossé qu’était la geste??? Qu’y’arions aimé c’là (“Ya-Dee-Da-Dee-Dah”) d’me faire t’une “Wedding Shower”! À m’orga- niser t’une réception! Me garocher z’en pleine face: comment oses-tu, Delphine, te marier sans nous aouaire eu invité ou d’nous inclure coumme témoins! J’n’ai pas marié Roméo pour remplacer mon défunt Ozime, pour devenir pére de famille à més orphelins adultes! J’l’ai marié, parce que j’l’aime! Counnaissons més enfants, ej pense qu’y’allons être “cool” avec l’idée que j’me sus “nabbé” t’un bonhoumme! Pis “hopefully” qui pourrons développer t’une amitié respectueuse entre-z’eux!

Cé vrai, qu’j’arai dés affaires parsounnelles à régler t’en arrivant à Shédiac! À dounner ma “notice” à ma “land-lady” que “j’move out” de l’appartement! De m’assurer qu’mon fils Zacharie aye sa “own” place à rester; d’y offrir le chalet que j’apartcheins “still” t’au Village dés Roseaux, qui s’trouve être à tcheques pas de mon fameux restaurant qu’ma cousine Arthémise “maynage”…

Moi pis mon cher Roméo avons décidé d’acheter ensemble l’énorme terrain d’fermier dans l’boute deScoudouc, que j’vous avais mentiounné “about” dans la gazette, tcheques chroniques pâssées; (ouaye) qui m’intéressait d’en voulouaire devenir propriétaire. J’avons rejoint la “Real Estate” par téléphone pis t’ute est encôre à vendre! J’avons fais z’une offre, dont j’allons âller “hopefully” fina- liser la “paperwork” mardi de la semaine prochaine! Si j’pouvons l’obtenir, nous avons “agree-yé” d’nous bâtir la cahute de nos rêves… Virer une partie d’la “ground” soit en “Golf Course” ou en z’un “Country & Music Concert Site”! Ou “simply” à laisser mon Saint-Bernard de Buddy Dog pis més deux “funny pet raccoons” à courir lousse dans lés champs; mais à ne pas terroriser lés vaches laitiéres qui rôdent à l’emplacement dés ouasins!

À la s’maine prochaine, avec de nouvelles aventures à vous conter…

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

Delphine B.B. Bosse

«Parce que j’sus «busy» l’djâble à finaliser lés détails pis à organiser le «surprise birthday party» à ma mére, la chère sainte Cléothilde; qui va célébrer sés 92 ans, cte Vendordi Saint icitte… J’ai décidé de partager avec vous z’autres t’une chronique comique de mon «vault» d’écritures, datant de «way back» en 2008; dont m’amène de bons souvenirs de mon beau chat Caramel… Que voici :

J’ai vu mon premier merle, aujourd’hui… Ouaye! En train «d’wobblé» son p’tit «chest» rouge avec t’ute fiarté, dans la «backyard». Mon grous matou d’chat paresseux: ouaye, le légendaire Caramel, élongé de t’ute son long sus la galerie, le «watchait» patiemment du coin d’son oeil  – – «just in case», qu’y’arait la chance de «pouncé» d’sus… Mais avec l’arrivé soudaine dés deux z’étchûreaux rusés, en train d’ravager pis grignoter lés «sunflower seeds» d’la mangeoire d’oiseau (qui «dangle off» d’la branche de l’érâblier) – – Caramel a bétôt «focusé» son intérêt sus ctés deux p’tites bêtes à tcheue là… Surtout que quand qu’y «chirpions», la tcheue poilouse leu’ curlait par en l’air; pis y sounnaissions plusse coumme dés p’tits «squeaky fun toys» que j’achète pour més «pets» au Dollar Store! Pis Caramel, qué joueux pis curieux d’nature : «well», s’a décidé d’âller lés z’explorer d’près… Qu’a été une tarrible-de-tarrible de «Big Mistake»!

«Anyway», quand qu’lés z’étchûreaux avons «noticé» que Caramel asseyait d’grimper l’âbre, cé icitte qu’y’avons pâssé à l’action – – à y bombarder dés «sunflower seeds» après – – ouaye, «ping» par-icitte pis «ping» par-là! Y’a due aouaire une graine à cotchille y ricochèter sévèrement proche du trou, parce que j’ai jamais vu Caramel largué un façon d’grous OUACQUE d’la pareille sorte. Quasiment réagir coumme tchequ’un d’assis contre un «fire cracker» qui vient juste d’exploser… Ou qui s’fait «throwé» haut dans lés z’airs après d’aouaire «steppé» sus z’une «unexpected field mine» – – ouaye, «KABOOM»! Caramel, pas plus «bright», à la place d’abandounner la «fight», s’a décidé d’miâler pis d’pouffe-pouffer son crie djerre – – traduit de chat à humain, «mean» de dire : << À l’A-A-A-ATTAQUE!>>

Malgré que Caramel devait aouaire sés griffes d’aouaindu pour s’battre, y’a jamais pu s’en sarvir… Lés z’étchureaux avions d’la bounne «reinforcement» d’extrâ de caché dans lés buissons. Pas yinc y’un! Pas yinc deux! Bin coumme ma ouasine la Vieille Flabie à Jeff qui parle sus l’boute d’la langue le dirait : <<Twois! Y’étions twois gwous étchuweaux!>> «Normally», le plus brave, qué le plus  p’tit «runt» d’la «gang» pis le plus vif, s’a pas gêné d’attaquer Caramel par en erriére. Y s’a agrippé bravement sus cte tcheue d’matou là; pis avec sa puissante p’tite mâchouére y’a mordu «off» un «fluff» de poils – – qu’un p’tit brin d’sang en a pissé… Là, le p’tit étchureau a «jumpé off»; pis cé icitte qu’lés deux z’autres avons «také over»… Qu’était pas «fair» : bin ouayons, DEUX CONTRE Y’UN! «By the time» Caramel s’a rendu à la porte, c’était trop târd, y’avait déjà pas mal de blessures de djerre à lécher. Lés étchureaux l’avions grafigné pas mal «bad»partout!

Pas souté! J’ai sortie d’hôrs avec mon balais en main pour asseyer «d’chasé awa» lés p’tits z’étchureaux… Y’a y’un dés z’étchureaux qu’asseyé d’me grimper la jambe pour m’attaquer… J’ai paniqué! J’ai «droppé» mon balais; pis j’ai bazi més jambes vers le dedans d’la maison.  Là, j’ai «huggé» le pauvre p’tit Caramel dans més bras; pis j’l’amenai l’faire examiner par le vétérinaire. «Apparently», c’était la 5ième attaque d’étchureaux «d’reporté» pendant la même journée. Pis qu’c’était regrettable que Caramel en avait été victime! Bin t’ute qui compte asteur, cé que Caramel est «fine»… «I hope», ça y’ara appris itout une bounne leçon d’ne pas «messé around» avec la «mean street gang» d’étchureaux. Mais d’sus mon côté, quand s’arrivera l’temps d’planter més graines de fleurs dans mon jardin, si j’oua un étchureuil??? Croyez-vous qu’j’va m’sentir «safe»??? «Not at all»!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine….

Delphine B.B. Bosse

J’m’ai faite tressé més longs jueux verts, avec plusieurs “beads” entre-mêlées dedans, par ma fameuse “private hair stylist” : Hmmm-Hmmm! La dâmnée “flyée” d’Agnès Soupirouse Caissie, du boute du Cap dés Caissies! Ouaye! Cé t’à la Co-op, dans l’temps que j’étais z’en train d’examiner dans le “cooler” d’viandes, lés paquets emballés de “pork chops” épais… Que j’me sus faite “poké” d’sus l’épaule drouette, par le moqueux pis échignant de Georges Crottoux du Pont; à saouaire cossé qu’était le “macramé plant holder” que “j’danglais” (Ha-Ha-Ha) en d’sous d’mon grous chapeau d’cowboy?

J’m’ai pas gêné d’y déclarer, avec t’une “dirty stare”: <<Cé ma nouvelle “weapon”, là-là! Si j’me décide de “whippé” ma tignasse, tout près d’ta tête… Bounne chance, que j’te “knoc-ke-ré out” par terre; coumme z’une môtché d’boeu’ gelé z’en entier, qui s’décroche accidentellement de son crochet, de suspendu à l’intérieur du grous “walk-in freezer” du “meat department”!”>> Y’a “getté” l’message… J’ai jamais vu tchequ’un “backé away” si vite, s’en âller “checké out” pis “squeezé” lés pamplemousses (ej assume) vers la section du “Produce”!

“Anyway”, ce n’é pas “about” Georges Crottoux que j’veux vous écrire “about”. Cé plutôt à l’égard d’la belle Agnès Soupirouse Caissie! Parle d’une charmante parsounnalité; pis en plusse d’être t’une excellente raconteuse d’histouaires – – ouaye, “I swear to goodness sake” – – si qu’à pourrait, à pourrait jusqu’à faire rire dés grous cailloux d’ruisseaux!

Ça qu’j’admire le plusse de y’elle; parle d’une “surreal imagination”, surtout coumme participante ou étudiante dans lés ateliers d’arts de peinture qu’enseigne mon cousin Hen-Henri à P’tit Boute (ancien Bedeau d’Église, asteure rendu t’un “singing meat cutter”). Cé là que j’l’ai “first” rencontré, en décembre 2018. Son “easel stand” à côté du mien; avec dés “globs” de divers couleurs de peintures acryliques, qui “splatter off” du boute d’nos pinceaux; pis j’m’amusons à bavasser pis à ricaner, à quasiment en pisser itout dans nos haillons! En autres mots, cé de d’là qu’nous avons développé t’une bounne amitié!

“Alright”! Quand qu’à m’a laissé saouaire qu’à se charchait à se créer z’une “job” de “hair stylist”, cé icitte que j’y’ai fais l’offre de l’en-  gager à v’nir travailler dans mon empire privé de musique “DELI PRODUCTIONS”! Pis “ever since”, cé y’elle qui s’occupe à me “back-combé” pis parfois à me flaquer lés “curlers” de bin “tight” d’sus l’fait d’la tignasse (à r’sembler t’une “radio tower”); pis à “designé” més étranges perruques ou més “prop hairdos” que j’me couvre le crâne avec, pendant més fabuleux spectacles de “Country Music”. En plusse, à m’aïde à me “plucké” lés usses; pis avec d’la “wax” chaude, à “m’peelé off” la “fuzzy” moustache de fermiére qui parfois m’pousse au-d’sus la lèvre supérieure d’ma goule!

Rendue à 46 ans, à l’é fière d’être vieille fille; qu’à n’a pas besin de s’bâdrer ou z’à “worry-yé” à lâver pis frotter le fond de drâse souillée d’un mâle baveux! À l’é “free as a bird” à faire cossé qu’à désire… (Coumme par exemple : à traveler beaucoup, toute seule, dans lés pays chauds; ouaye, à “samplé” dés “drinks” tropicales, avec dés p’tits parasols “fancy”! À m’a partagé, que chaque tatou de d’sus son côrps représente des souvenirs de nations, à youssé qu’à l’a “spendé” du “relax time” à “vacation-né”; sauf pour l’image du p’tit aigle Amarichain qu’a “saggé” avec le temps à ressembler t’une poule d’à-môtché “pluckée”, qué encré au-d’sus la fesse gauche (qu’était t’une “dare”, après t’une “drunk” avec lés “girls”, d’âller visiter t’un “SAILOR TATTOO SHOP” à (Ha-Ha-Ha) “Hell-i-fax”))!

Agnès Soupirouse Caissie n’é point d’la misère à recounnaître… Parce que “neon pink” est sa “favorite” couleur… Ouaye! Sés jueux sont teints “pink”! Sés hardes sont “pink”! Jusqu’à sés souliers, bijouteries, “contact lenses” pis “other accessories” – –  “everything about” y’elle est “pink”! À l’a la “CRAZY WILD LOOK” d’une “pink flamingo on steroids”! Que j’sus “proud” d’admettre, qué ma nouvelle “friend & confidante”! Dont j’aurai l’plaisir de mentiounner dans més chroniques futurs! À la prochaine!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

Delphine B.B. Bosse

“Let me tell you”, j’n’étais point d’la misère à “spotté-shoppée” de d’sus la “busy” Rue Ste.-Catherine, de Montréal; avec mon grous chapeau d’cowboy de 20 gallons, d’enfoncé jusqu’aux usses (par rappôrt qui ventait assez fôrt).  Y’a plusieurs curieux qui m’avons arrêté pis insisté à voulouaire s’faire photographier avec moi, parce qu’y’avions jamais d’leu’ vivant, “encounteré” de quoi d’aussi originale. Y’a même t’une touriste Amarichaine avec t’une énorme “beehive hairdo” qui m’a complimenté que j’pourrais absolument m’faire pâsser parent ou à r’sembler l’imposante “Lady of Liberty”, “d’New York”. Y’a même t’un p’tit gamin d’cinq ans, avec sa toute p’tite mine de gênée, qui m’a d’mandé pour mon autograph; fasciné par ma “look”, que j’serais p’t’être bin (Hmmm) z’une “Rodeo Clown”?!?

Faut qu’j’vous mentiounne à l’égârd de l’individu bizarre (ej dirais, environ d’une quarantaine d’ânnées… lés jueux d’bin échevelés… pis “no offense” là, qui m’paraissait coumme tchequ’un qu’arait y’eu fini d’fumer z’une bounne roulie magique épaisse de sarriette acadjenne)… Ya! Qu’a osé me poser la question à saouaire si qu’j’étais (Ya,Mêshoummes) tcheque sorte de “Space Alien or What”? Pour satisfaire sa curiosité,  qu’j’y’ai répondu qu’OUI! Que j’venais d’la planète “DELPHONIA”, avec deux lunes qu’orbite chacune à la vitesse de la lumiére! Que ouaye, “Pssst-Pssst”! Qu’ma mission secrète d’sur terre, c’était de filmer z’un documentaire de d’sus le comportement humain. Pis que d’sus lés “Air Waves” dés “Cosmic Reality T.V. Shows”que j’travail pour, que c’était considéré pis applaudi dans ma galaxie coumme (“imagine that”) la “BIG NUMBER ONE COMEDY SHOW”! J’arais aimé qu’vous auriez pu témoigné l’expression de son “WOW”, d’engravé dans lés rides profonds de son visage. À mon opinion, qu’était d’une valeur inestimable!

Ça qu’y m’fascine de l’accueillante Métropole de Montréal, cé qu’j’sus capable de trouver presque tout c’là qu’monp’tit tcheur Shiac désire. Mêshoummes! Cé coumme “steppée in dans z’univers totalement surréel, à youssé que j’pouvons découvrir dés items de réalisations artistiques ou authentiques. Aaah! Que je me considère chanceuse, d’aouaire té capable d’exaucer mon vœu : de découvrir à l’intérieur d’une boutique de hardes de haute-couture, le porte-feuille que je cherchais t’en tchuire lisse nouaire, avec t’une strappe à épaule, draguant jusqu’en bas d’la ligne de mon embourrie. À youssé itout qu’la gentille vendeuse m’a convaincu de me procurer itout t’une “matching” paire de bottes de cowboy, avec du “fancy stitching” de “patterns” de fers à jouals. Incluant t’un veste à 50% “off”, de brodé de laines t’en couleurs vives; avec dés vaches en formes primitives, mâchons du foin pis dés marguerites sauvages dans z’un champs fantaisiste; d’inspirées dés géantes toiles peinturées par mon “all time” artiste favori – – le phénoménal, Marc Chagall!

“Anyways”, à souaire j’m’en vais “performé again” devant t’une “totally sold out audience”. Si cé coumme mon spectaculaire concert de hier, avec t’un tintamarre d’applaudissements pis d’un “standing ovation d’ENCORES”… Coumme cadeau, j’me gênerai pas d’leu offrir t’un “extra set” de 10 de més chansons intimes de més très dès débuts; dont j’finirai le spectacle avec la chanson dés chansons, qu’aïder à “boosté” ma carriére de Countré Star Extraodinaire de d’sus “l’International Scene” de “Country Music”: <<”IT COULD BE WORSE, I COULD BE TWINS”>>!

Juste à cause que j’m’amuse à courailler la galipote à Montréal, ej sais cossé “still” qui s’brâsse coumme “juicy gossip” dans la Capitale Mondiale de Shédiac. Y’elle qui m’tcheint z’au courant, quand qu’j’la “call”, cé ma “good friend” la Vieille Gibraille! So (hmmm-hmmm), t’en attendant mon arrivé, la semaine prochaine: Ha-Ha-Ha, “BEWARE”!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

Delphine B.B. Bosse

Aujourd’hui, j’m’en va pâsser mon après-midi chez «Betty» d’la «Happy Valley», l’incroyable femme couturière à mon beau cousin Hen-Henri à P’tit Boute… Qu’a «designé» més «fancy» hardes, pour lés «quick» changements entre lés «stage intermission» de ma «Famous World Tour» à Montréal!

Ej vais «sparklée» d’envie, «for sure»; à faire aveugler surtout lés spectateurs dévoués qui s’ront d’assis dans lés 3 à 4 premiéres rangées. J’ai hâte de m’escârrer d’sus l’estrade, coumme t’une «fiery» squéinne excitée que j’sus; de greyée dans ma robe spécialement ouvragée t’en sacs à patates, quand s’arrivera l’temps de me mettre à exalter ma chanson classique populaire du dès début de ma carriére : <<J’ai cinquante livres de patates bleues, dans le «back-seat» de mon «car», «Baby»>>… «Trust you me», j’le sais – – qui va définitivement faire écrouler le «high ceiling» du site consacré, pendant la tempête d’applaudissements de la foule entiére; pis surtout quand qu’s’arrivera l’intro bruyante mémorable dés guitares électriques, à faire agiter le sens de l’ouïe dés malentendants; pis jusqu’à faire courailler dés frissons dans le dos à tout l’monde présent.

Toute l’entourage de ma «on the road again fun band», nous allons bazir vers la Métropole, à 7 heures du souaire le 30 mars; pis le plan, cé d’être de r’tour à Shédiac, «hopefully» pour le milieu d’après-midi, le 7 avril. J’allons prendre notre temps à traveler… J’voulons pas «feelé rushé» de d’sus «l’Highway»! J’voulons «enjoyé» d’arrêter t’aux plusieurs «Truckers Stop», pour t’un «refill» de café pis à s’faire dévider la vessie!  Pis dans l’temps que lés roues <<«On The Bus»>> allons âller <<«Round-and-Round»>>, j’allons s’amuser à «jammé» ou à engraisser de d’sus la musique que «j’plannons d’performé LIVE»! Mon chou-chou d’amour de Roméo Fayot Fougère, «mind» pas d’être le «bus driver»; mais à condition à ne pas l’achaler, avec le tapage incessant à y échigner lés nerfs, avec la chanson (Ha-Ha-Ha) de <<«Hey, Bus Driver! S-S-S-Speed Up A Little Bit»>>!

J’encôre tcheques valises à paqueter… J’sus «runnée out» de plusieurs produits d’beauté populaire – – avant d’bazir, faudra j’m’en âlle consulter gratuitement la charmante experte rousse qui s’occupe du comptoué illuminé «d’make-up», à ma «favorite» pharmacie, qui s’trouve être «by the way» de d’sus la «busy Main Street» de Shédiac. J’me d’mande bin cossé qu’à va me recommander? Ha-Ha-Ha, une trousse industrielle??? Ya! Afin de m’aïder à créer l’illusion que j’n’ai pas de rides de d’sus la face; surtout à faire disparaître lés «puffy» poches de peau qui pend en d’sous d’més yeux verts. Pis «No-No-No-No-No», n’oublions pas la profondeur dés «crow’s feet» pis dés plis horizontales du front! Après t’ute, ej veux apparaître coumme t’une grande vedette glorieuse de d’sus lés photos de «front page»; surtout de ceusses-là qui s’ront posées sans ma parmission, par lés effrontés Paparazzis de Gazettes Sensationnelles de «Gossips Juteuses» du Québec!

J’ai yinc accepté de faire tcheques entrevues à la radio… Parce que j’aimerais c’là pour t’une fois de me relaxer pis d’prendre avantage itout à voulouaire «shoppé» pour dés cadeaux souvenirs, de d’sus la Rue Ste-Catherine! Ouaye! À youssé, j’espère me procurer t’un «purse» en tchuire nouaire souple, avec t’une longue strappe d’épaule tressée, fabriqué t’en Italie!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire