Cossé qu’a radote Delphine

WOUHOU! WOUHOU! Pour l’Éloge d’la Fête dés Acadjens pis Acadjennes… Ej m’en vais câller la danse à Cocagne, à souaire; ouaye, t’au chalet à ma cousine Arthémise! Ça s’ra pas exactement t’une «Barn Dance»; mais plutôt, Brou-Ha-Ha, la «size» d’une «Baby Barn One». À youssé qu’le «stereo» va «blasté» dés «Karaoke Songs» : «Yeah! From» d’l’Acadjenne «Swing» à la Bolduc; du Traditionnel Folklorique Français jusqu’à la sensationnelle musique de «yours truly» («Me», l’Incroyable Éclatante Reine du Countré Extraordinaire! Y’ara «at least» t’une demie heure solide «non-stop», de més «personal recorded MEGA number ONE HITS», plutôt rendues fameuses à Waltham (t’au «French Club») – – à faire ensorceler pis «swingé» lés bottines du monde invité, dans l’fond d’la boîte à bois)!

Y’ara t’au moins t’une trentaine de participants à la soirée d’artifice. J’sus contente de saouaire que Matante Zelda a bien accepté d’nous honourer à voulouaire «performé back-up», avec sa «Louisiana Squeeze Box»; son fabuleux instrument musical («I Swear to Goodness»); qui produit quasi-semblable le son fabuleux d’un vieux «BLUES» matou, qui râle d’une voix exotique-grinchante ou créant l’illusion qu’y’en train d’faire t’une attaque «d’Asthma» assez sévère! Mon cousin Germain à Willie du Djâble, bin lui, y va nous «entertainé» avec le frottement de la percussion de sa «wash board»; en même temps que moi pis mon fils Zacharie allons l’accompagner à «strummé» la «good old G-string» de d’sus la guitare pis l’banjo.  Pis «as» pour le «zing» du violon, M’n’Oncle Edvârd nous a promis d’nous régaler lés oreilles pis lés pattounnes dansantes, avec sa fameuse «rendition» (YAHOU) d’la <<Saint Anne’s Reel>> pis d’la (WOUHOU) <<Chicken In The Straw>>!!

Y’ara dés jeux concours variés; dés beaux prix à être gâgnés; pis pas mal d’la fun, pour divertir la majorité du monde! Moi! J’ai l’intention de participer t’au jeu de fers à jouals… Asteure que j’me sus faite rassurer qu’une jument ne sera pas attachée à sés bandes de métal recourbée, quand qu’ça viendra à mon tour à garocher… Mêshoummes! J’sus «bound» itout d’être la «winner» dans le concours d’la parsounne qui mangera le plus vite t’une douzaine d’épis de blé d’inde; ouaye,  parce que «j’cheat» (ej «cheat», parce qu’avec t’un dentier primé hôrs d’la goule pis de bin serré «tight» entre lés doigts de ma main drouette… «Man», que ça «scrape» assez vite lés grains «off» d’un épi!)…

Faut j’vous mentiounne t’en darnier, que j’sus défendue de jouer t’aux «Darts», parce que j’sus considérée assez dangereuse… Ya! Malgré que j’asseye de mirer ma fléchette, «straight-ahead» dans le «bull’s eye» d’la «board», d’accrochée d’sus «l’wall»… Pour tcheque «odd» raison, ne me d’mandez-moi pas pourquoi; ma «throw» semble voulouaire toujours prendre z’une courbe de 110 degré vers la gauche… «Ooops»! À youssé s’trouve toujours être dans la «way» : Hmmm-Hmmm, la friggin’ de jambe de bois détachée de mon vieux échignant d’M’n’Oncle Thadée (j’crois bin, mieux s’faire «jabbé» dans z’un cap à genoux z’en bois d’érable… («ahem»)… que de s’faire planter profond le bout pointue d’une fléchette dans la chaire poilouse d’une fesse roulie-roulante de grousse-graisse-grâsse).

Pour le repas, ça va être t’un «pot luck» : à l’Hospitalité Acadjenne pis de bouffe traditionnelle! Y’ara du bon fri-cot à la poule, avec dés pâtes! Dés poutines râpées, à faire «busté l’elastic» dés tchulottes! Du délicieux Chiârd! Dés beignets râpées (crêpes aux patates). Du blé d’inde volé; après toute, du blé d’inde volé a bin meilleur goût! Dés pètes de sœurs (qu’en anglais, n’é point dés «Sisters Farts»)! Mêshoummes! Dés tartes variées; dés Keks à la mélasse; dés «doughnuts»; du «fudge»! Tcheques grous pottes de dîner bouilli, avec dés jarrets de viande de cochon salée! D’la salade de jardin; d’la «yum-yum potato salad» à ma sœur Loretta! Ma fameuse lasagne t’aux fruits d’mer! T’utes sortes de breuvages froids (d’la «pop», café, thé pis limonade); jusqu’à le «hundred percent proof distilled WHITE LIGHTNING» de jus d’patate à Grande-Matante Mylène; qué garantie qu’ça va chauffer z’en descendant le gorgoton – – pis qui baille z’une «damn» de bounne «buzz» (Ha-Ha-Ha)!

Faut j’décolle dans tcheques minutes, m’en âller aïder ma cousine Arthémise; (ouaye) à décorer «l’outside» d’son «cottage», avec dés «stringées» de guirlandes en plastique de drapeaux acadjens en V – – qu’j’allons laisser flapper dans l’vent! Ouaye! Avant qu’la «gang» d’amis pis d’parenté se mettre à arri-ver, pour voulouaire s’mettre à «party-yé». Asteure, y reste yinc d’aouaire lés <<BON TEMPS ROULER>>! Avec fierté: Vivre l’Acadie!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

Delphine B.B. Bosse

Ma «friend», la Vieille Gibraille, a insisté de v’nir me ramâsser… Ouaye! Afin de m’amener participer pis m’introduire t’à la Rencontre de sept heures du mardi souaire du Groupe Suppôrt de Veufs pis d’Veuves «Anonymous», du Comté d’Westmorland; qu’a lieu dans le «boardroom», proche du «boiler room», dans le sous-sol d’la Polyvalente! J’m’attendais pas à ouaire si tant d’monde que c’là, là… Ça v’naient d’partout; de tous lés racoins imaginables – – d’aussi loin que Saint-Louis d’Kent pis d’la Baie Verte (ouaye – – la p’tite communauté charmante, proche du «Confounded Bridge», à travorser jusqu’à l’autre bôrd d’la «P.E.I.»). À horler t’en anglais ou t’en français, pour la perte d’un conjoint; cé t’ute la même «hurt»!

J’m’ai bin faite «warné» que «whoever» que j’oua là; ou qu’lés témoignages privées pis partagées, qu’j’entend là… Je n’ai pas le droit de révéler à «no body»… As-tu compris, Delphine? Ouaye! As-tu compris??? Hounnêtement… entre-moi pis vous z’autres! Pssst! Pssst! Ej s’rais tentée, par la tentation du djâble, de voulouaire me mettre de d’sus la taléphône (à brûler lés broches d’électrique, entre chaque poteau de taléphône) pis «gossipé»… Mais! Mais j’peux pas!

HÉLAS (qué point (ha-ha-ha) le nom du frére à Mélas)! «Anyway»… Coumme qui m’a ‘té avisée : Apprends-toi à tcheindre «muzzlé» ta goule, ma chère; pis t’aras autchuns troubles! Ne commente pas à l’égârd dés affaires dés autres! «Mind» ta «own business»! Ouaye! Cé t’en écoutant le message dés membres du groupe, que la guérison d’âme se f’ra possiblement à la trantchille… Ya! À la «One Day at a Time»!

Cé «fine» de faire le deuil pour t’un feu bien-aimé; mais «come on» là!?! Ça n’a pas besin «d’feelé» coumme si qu’ça va prendre t’une Étarnité à djerrir ou à oublier… Supposément qu’y’a d’la «hope» de continuer sa vie, sans l’autre; d’être capable de se réinventer, en s’apprenant à «trusté», aimer pis inviter t’une autre parsounne à voulouaire partager ensemble lés mêmes intérêts («WOW») de Cheminement d’Vie!

Quand j’ai osé poser la question, quand qu’ça arrivé à mon tour de parler: <<Ouaye? Coumment longtemps que j’devrais attendre avant d’me mettre «back» à «daté»? Sans «feelé guilty»? Après t’ute, ça fait yinc 2 mois que mon cher défunt Ozime est entombé t’au Cimetchére!!!>> Y’a parsounne dans «l’room» qui m’a baillé z’une «dirty look»; ni bonhommes pis ni mesdames ont osé m’juger ou m’condamner… «As a matter of fact», le «body language», à chaque âme présent dans «l’room», exprimait plutôt t’une chaleur d’empathie! En voulant m’assurer, qui compornions mon concerne à l’égârd d’ma question ou confusion ou de cossé que j’pâssais z’au travers… Que z’eux itout, «at one time», avions évoqué la même idée, dans la «brain»!  Ouaye! Que je n’étais pas seule…

D’aouaire réalisé socitte, que j’ne sus pas seule, m’a coumme réconforté l’tcheur; pis encouragé de voulouaire participer à la prochaine «meeting» de Veufs pis d’Veuves «Anonymous»!

En sortant d’la rencontre, y’un séduisant veuf par le nom de Gonzague P., qui m’a invité d’voulouaire âller boire t’un café avec lui t’au restaurant. J’y’ai laissé saouaire qu’j’allais y réfléchir… Qu’j’étais pas pressé… Pas toute suite, «anyway»; à voulouaire m’garocher à «daté». Y m’a «still» poliment «handé» son «phone number», au cas que j’changerais ma «pretty mind».

Cé coumme «kind of» tentant; mais «NO RUSH», j’me dis… On ouaira??? «Mind you», cte Gonzague est coumme «YANG-YANG-YANG-KIND-OF-CUTE»! Y fait point zire à louanger dés yeux!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

Delphine B.B. Bosse

Être de r’tour à Shédiac est coumme (YA) «wonderful»! Coumme t’un nouveau début! C’était coumme «kind of» étrange d’arriver pis d’ne pas s’en aller à ma grousse cayute que «j’ownais once upon a time» de d’sus la «Centennial Drive»; parce qu’à s’a faite vendre, pendant qu’j’étais z’en train d’me relaxer mon âme de veuve à l’Île-t’au-Prince-Édouaire. Par chance à mon fils Zacharie, avec l’assistance du bureau de mon avocat du djâble, qu’avons «také care» d’la «paper work»; pour finaliser la «Sale for REAL» d’la maison, avec le bureau d’la «Real Estate». ((Pour ceusses-là d’vous z’autres qui sont «nosey» d’nature, surtout t’un message («Hint-Hint») pour lés vieilles filles éprouvants du désespouaire: «AHEM»! Cé t’un «Hunk-uh-the-Hunk-uh-the-Hunk» de vétérinaire célibataire, qué «now» le «new property owner»!))

Cé dans la «driveway» de mon «two storey rented duplex» à 3 chambres, de d’sus la «Main Street», de la Capitale Mondiale du Houmârd, que j’ai viré lés 4 roues de mon «Artic Blue Chevy Cruze Delphine Mobile 2017». Qu’j’m’ai traîné fatigué lés pattounnes à l’intérieur d’ma nouvelle demeure – – accroché mon énorme chapeau d’cowboy de 5 gallons, de d’sus le crochet du porte-manteau. Ouaye! Qu’j’enlevé més bottes de cowboy, d’une puanteur similaire à t’une «load» de patates moizies, d’entreposée dans la noirceur d’un hangar à patates. Pis m’écrasant dans mon grous lazy-boy, du grand salon, se situant entre lés hautes montagnes de boîtes d’items non-dépaquetées… Que OUFFE, j’m’ai soulevé lés orteils, «cakés» de «toe jam» entre chaque… Mêshoummes! Qu’j’en «gaggais», «ACK-ACK-ACK», lés larmes aux yeux! Qu’j’en ai «passé out», aussi blême qu’un fantôme blanc!

Ça qui m’a faite sursauter hôrs dés limbes, cé quand qu’mon «handsome» fils jumeau de Zacharie a arrivé à la maison, avec t’une «order» d’une «large all meat pizza» cârrée, accompagné de Buddy (mon fidèle ruisseau d’salive de Saint-Bernard). En mangeant ensemble, j’avons discuté le plan d’action ou à youssé qu’lés meubles allions être placés… J’arons pas besin «d’worry-yé» à l’égard de mon pesant piano à tcheue ou d’aouaire tchequ’un s’estropier le bas d’l’échine en essayant de soulever le «damn» d’instrument… Laissez-moi vous dire, que l’monstreux objet musical va demeurer en avant du «large picture window»… Hmmm! Pis quand qu’lés châssis s’ront rouverts… Mêshoummes-Mêshoummes! Ouaye! Pis qu’le monde, qui s’promèneront (<<La-La-La-La-La-La-La>>) d’sus «l’sidewalk», devant mon domicile!?! Lés GOBBINES de CHANCEUX! Bounne chance, qu’y’allons «mistaké» l’immense vitre coumme étant t’une «Big Screen T.V.», de «stuck» à la «Country Music Channel» ou à youssé qui s’ront privilégiés à «watché» pour «FREE» t’un «Live Televised Concert, From Coast to Coast» («Ya! With Yours Truly»! La Countré STAR Extraordinaire)!

Zacharie m’a conté qu’la seule condition à déménager dans le «duplex», c’était si qu’j’étions capable de déguiser ou de faire pâsser Buddy la «size» d’un chihuahua! Ej pense que l’énorme «dog tag», qué engravé t’en grousses «fancy script» pis qui «dangle» du «doggie collar» à Buddy : «I AM A CHIHUAHUA»… A «foolé» tout l’monde; incluant le «landlord», supposément qu’a t’une grousse beude traînante pis l’intelligence d’un «Bank  Manager»; pis qu’lés poches  de peau lousse en d’sous d’chaque œil, (ouaye) pourriont s’faire passer coumme dés «coin purse»! «Anyway»… La seule chouse qu’a ‘té mentiounnée (Ha-Ha-Ha), à la signature d’la «LEASE» – – cé <<«WOW»! Ton pauvre gentil–de-gentil «pooch» (EIN!?!) semble souffrir de «quite» t’un déséquilibre hormonal!>>

J’vais coummencé à «tacklé» à dépaqueter, demain. Une fois que j’serai z’un peu plusse reposer… En attendant… Ya!  À la prochaine!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

Delphine B.B. Bosse

Hourra! Hourra! Aujour-d’hui, pour célébrer la «CHRISTMAS in JULY» là, j’ai décidé de partager avec vous autres (més «fans») ma fameuse chanson de Nouël; dont j’avais dédié en 2007 à Maman Noël, la «sweet» sainte femme du «Santa Claus». Que j’assume, qu’son nom doit être Marie Noël!  «Anyway», voici coumment que j’pense qu’à visiounne sa Vie :

«Way Up» au «North Pole»  (qui s’miounne «by the way» à la chanson <<Old MacDonald>> (Ya, <<had a farm>>! «E-I-E-I-O»)

Moi, j’m’appel Marie Noël! J’vivons au «North Pole»

Avec mon houmme le Père Noël – – «Way Up» au «North Pole»!

Y’a dés «reindeers» ‘citte; pis dés z’ours blancs là!

Dés lutins! Dés baleines! «Ev’rywhere» dés pingouins!

Cé mieux j’ne me «shave» pas lés jambes – – «Way Up» au «North Pole»!

Ej vivons sous l’Étouèle Polaire – – «Way Up» au «North Pole»!

Cé l’hiver à l’ânnée ronde – – «Way Up» au «North Pole»!

Y’a d’la neige «knee-high»! Dés «z’icebergs» flottants!

Du vent frette! Gelée blanche! «Ev’rywhere» dés glaçons!

J’garoche t’une bûche dans l’poêle à bois, pour me tcheindre t’au chaud!

Ej «bake» dés keks pis dés «candés», la londgeur de l’ânnée!

Une pincée d’socitte pis z’une pincée d’ça! Faut bin mélanger!

J’fais tchuire dés «fruit cakes»; pis z’une batche de «fudge»;

«Patapans»; «Cherry Balls»; «ev’rywhere» dés «fancy squares»  – –

Que mon houmme avale tout rond, sans prendre le temps d’souffler!

La Veille de Nouël, mon mari bazi – – avec son traîneau.

Livrer lés jouets aux bons z’enfants! Ho! Ho! Ho! Ho! Ho!

Mais pour lés vilaines filles pis lés «bad» p’tits «boys» – –

Y leu’ «drop» dans leu’ bas un morceau de charbon!

Pis pour ceusses-là qui n’font pas dodo: une patate pourrie!

J’pâsse la Veille de Nouël, t’ute seule. Gobbine, à jongler!

«I hope» qu’la «trip» d’mon houmme soit «safe»! Qu’rien va y’arriver!

J’m’affole youssé qu’y yé; pis «j’pace» le plancher!

J’sais jamais à tchelle heure qu’mon chou-chou va z’arriver???

Par chance cé yinc une fois l’ânnée – –  que j’veille z’à «worryé»!

Moi, j’m’appel Marie Noël! J’vivons z’au «North Pole»!

Avec mon houmme le Père Noël – – «Way Up» au «North Pole»!

Y’a dés «reindeers» ‘citte; pis dés z’ours blancs là!

Dés lutins! Dés baleines! «Ev’rywhere» dés pingouins!

Cé ça ma Vie d’vivre dans l’Grand Nôrd – – «Way Up» au «North Pole»!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Deli Productions © 2007

Cossé qu’a radote Delphine

Delphine B.B. Bosse

«Well-Well-Well-Well-Well»! Parle d’une étrange collision, qu’j’ai faite avec t’une touriste Amarichaine, t’une noummée Clora, de d’sus la Fitzroy Street, à Charlottetown, PEI. Avec mon grous chapeau d’cowboy de 5 gallons, d’agrippé «tight» de d’sus l’fait d’ma tête pis d’enfoncé jusqu’aux usses – – la v’là qu’à s’a mise à m’examiner, «like-what-da-heck»??? Ouaye! coumme si qu’à m’soupçonnait (BIN OUAYONS, pas trop certaine) que j’étais p’t’être tcheque sorte «d’odd-ball» ou de «space-invader»!

Pis quand qu’à l’a «noticé» le «decal» décoloré du «flag» Acadjen, d’imprimé contre le devant de ma «T-Shirt» en coton usagé; surtout à youssé s’trouvait être positiounnée l’étouèle ou la Stella Maris, contre le bleu plissé du matériel. Un point d’question y y’a gravé («DUH»), coumme t’une expression bizarrement constipée, dans la face??? Ya? Coumme EIN???

Hmmm, l’étouèle??? Ouaye! Ct’étouèle-là??? À l’était vraiment interrogatrice ou «nosey» à voulouaire à saouaire à tchel État charmant ou à tchelle belle p’tite communauté «d’Apple-Pie» Amarichaine, qu’appartchenait ou représentait mon fier drapeau??? J’y’ai répondu («My-My-My») qu’mon astre (qui sounne phonétiquement ou pareillement t’en anglais coumme le mot «ass» (ha-ha-ha) n’était pas z’à vendre; pis ni qu’j’étais intéressée à voulouaire ouaire mon étouèle à «endée up» d’être étampée, coumme étant devenir leu’ futur 51ième étouèle, à flapper dans l’vent, contre son «Star-Spangled Banner»! («AWE», qu’à l’a laissé doucement siffler, coumme t’un «tire d’car» qui perd lentement d’l’air, entre le grinche de sés dents ultra-blanches («qu’l’enamel» était assez «bright»; (ha-ha-ha) qu’ça m’en a quasiment d’à-môtché «blindé»; qu’j’en ouayais clignoter dés picots bleus d’lumiéres))!

Mais quand qu’à m’a d’mandé à youssé qu’à pouvait âller s’acheter t’un drapeau souvenir du Canada; «any» autres couleurs que blanc pis rouge??? Qu’à l’aimerait soit en trouvé y’un soit d’un bleu ciel pâle, avec du «matching dark blood- orange»; pis qu’à l’accep- terait même y’un d’un beau rouge-violet, avec t’une feuille d’érâble d’un éclat jaune-vert??? Par rappôrt qu’à l’aimerait d’en aouaire y’un à «hangé up» contre le «wall» du «man cave» à son «chum» (Joe Henry)! J’n’ai juste pas pu m’empêcher… Hôrs de contrôle; me v’là que j’me suis mise à-rire-pis-à- rire-pis-à-rire, pis à m’tapper à l’unisson la main contre le devant d’la tchuisse drouette – – qu’j’en ai quasiment pissé dans l’fond d’més drâses!

Pis quand qu’à l’a continué à m’pomper avec la question suivante (dont j’vais vous la traduire t’en bon Chiac): <<Asteure qu’vous (le Canada) allons légaliser la marijuana-là, le 17 octobre? Allez vous «switché» votre symbole de feuille d’érable, pour t’une verdure plusse en vogue de hippie???>> Me v’là qu’j’m’ai crampé d’rire, «again»; mais cte-fois ‘citte, à m’rouler (Ha-Ha-Ha) par terre, contre la surface chaude du «sidewalk». Honteuse d’admettre…YA! Voici, qu’la digue de ma vessie en à exploser… «Hopefully», qu’ça dépêché à noyer vite lés p’tites innocentes bébites; avant que j’me suis mise à lés écrâser ou aplatir, sous la pesanteur de més roulie-roulants de grousse-graisse-grâsse?!?

J’me considère chanceuse qu’y’avait pas de maudits paparazzis t’aux alentours, pour prendre dés photos embarrassantes de moi. «Now as» pour Clora(ma nouvelle «American friend»), («BLAH-BLAH-BLAH») nous nous sommes échangées nos adresses «d’E-Mail»…

«Anyway», coumme j’y’ai laissé saouaire; j’asseyerai d’y trouver t’un «flag» du Cana-da, avec le choix dés couleurs éclatantes qu’à l’aime… Hmmmm, qui m’dounne la «goddarn» de bounne idée suivante!?! Ouaye! Pendant ma saison de «hobby» d’hiver… Mêshoummes-Mêshoummes! Coumme cadeau; j’y’en «hookeré» t’un tapis magnifique, à la maniére traditionnelle à ma grand-mére… Ouaye, avec dés restants d’haillons en tissu d’laine, (ouaye) de «strippé» en languettes; fabriqués pis teints t’au pays. Dont j’sus très sartaine d’être capable de me procurer, t’en fouillant creux à l’intérieur de l’une dés «bins» bombées de har-des «second-hand»… «Yup»! À l’un dés fameux pis «fun GUY’S FRENCHYS» dés Maritimes!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

 

J’ne sais pas cossé qu’a été la «whiff» dans l’air salé de l’Île-t’au-Prince Édouaire, qui m’a inspiré («of all things») à voulouaire («frigg it») composé lés paroles ci-dessous, pour être enregistrées de d’sus ma «next Countré Music CD».

Mon fessier était endormi de d’sus la «lawn chair», en même temps que j’pitounnais vivement de d’sus lés cordes de ma banjo! Pis me v’là que j’me sus imaginée, cossé qu’j’arais à partager avec mon audience au sujet d’être sévèrement affligée de l’arthrite du noucle du trou… Pis en voici le résultat:

<<L’arthrite du noucle du trou>>

J’ai l’arthrite du noucle du trou,

Qui m’élance jusqu’aux genoux.

Faut j’me frotte de «liniment»!

Ej largue tcheques pètes! S’évente le «mint»!

 

Une rougeur s’est développée,

Tout l’tour youssé j’dois pas m’frotter.

Le docteur m’a bin «warné» :

Désolé, ça va «spreadé»…

 

Ça va «t’spreadé» jusqu’aux orteils;

T’grimper l’échine jusqu’aux oreilles;

(Oh) Lés artères allons t’boucher…

Ton tamtam va t’exploser…

 

Le bout d’ta langue va te «twisté»…

En Agonie, tu vas beuglé!

Tés yeux croches vont t’pivoter,

Avant qu’tu becque l’Étarnité!

 

Dans z’un cercueil qué bin «sealé»,

Ton noucle de trou s’ra t’embaumé…

Avec t’un «cork» qué d’enfoncé,

D’bloquer lés gaz à s’échapper…

 

Crever d’l’arthrite du noucle trou!

BA-HA! BA-HA! HA-HA! HA-HA!

Crever d’l’arthrite du noucle trou!

BA-HA! BA-HA! HA-HA! HA-HA!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Deli Productions 2018

Cossé qu’a radote Delphine…

Delphine B.B. Bosse

J’arrive d’la «beach», à youssé qu’c’était assez peuplé d’touristes; qu’tu pouvais à peine ouaire le sable. La brise d’été, au lieu d’être embaumée du parfum habituel de sel de mer, était plutôt envahi ou «hazé» de vapeurs de «suntan coconut lotion»! J’aurais bin aimé c’là d’m’en âller «splashé» pis d’me «coolé off» lés pattounes dans lés vagues qui se déferlions t’au rivage; mais parce que j’n’avais pas lés jambes de «shavé» (mon doux, qu’étions aussi «rough» que d’la laine d’acier)… «No sirree»! J’voulions pas m’faire «spotté» dans z’une paire de longues-vues par lés «Coast Guards»; pis ni m’faire «mistaké» coumme tcheque sorte d’abominable créature du fond du chenal! Ha-Ha-Ha! Cé ça, bin ouayons; m’en âller épeurer pis faire horler lés p’tits enfants nananes; leux bailler dés cauchemares!

Avec lés roulies-roulants de grousses-graisses-grâsses d’sus l’côrps, j’n’avais pas besin d’m’intchèter qu’j’allais caler ou qu’j’allais (mêshoummes-mêshoummes) m’nayer… Qu’j’allais flotter naturellement, coumme soit t’une «inflatable dinghy» ou t’une vieille boueille lousse. Me v’là que j’me suis mise à marcher dans l’creux de l’eau, me sauçant la palourde «and all» jusqu’à la bourrique; à youssé que j’ai prise avantage de m’laisser plonger pis d’me mettre à faire la «dog paddle». Sans faire par exprès, à avaler pis «gaggé» itout de d’sus tcheques gorgées d’eau salée! «Anyway», j’ai vu d’quoi «d’shiny» sus l’plancher «d’seaweed»; pis pour satisfaire ma curiosité, j’ai décidé d’m’en âller explorer à la Jacques Cousteau cossé-cossé ou «what the heck» là «it might be»!?!

Quand j’ai disparu sous l’eau, lés deux boutes pointues du «top» de ma «polka dot bikini» s’avons «scrapé» accidentellement contre le fond sableux; à youssé qu’la pince d’un friggin’ de crabe féroce à v’nu «m’épingler» (YEOYE-YEOYE-YEOYE) l’extrémité de ma tétine gauche!!! Pis pour faire damné, qu’une «gang» de trois à quatre p’tits maudits «blood-suckers», en même temps, s’avons agrippé contre lés bourlets «saggy» de chaque hanche! Quand j’ai «zoomé up» dés flots… «Sorry to say»; j’devais pas être trop belle à ouaire, surtout avec l’étchume qui me «foamait» d’panique hôrs d’la goule pis dés poumons!

Par chance t’au beau robuste «Life Guard», (ej crois) par le premier nom de Larry, qu’a «noticé» ma détresse; pis qu’a v’nu aussitôt à ma rescousse. «AW-SHUCKS»! Qui m’a coumme «kind of» désappointé, car mon héro n’a pas offert de voulouaire me ressusciter avec du «mouth-to-mouth»!

Avec le chavirement d’ma journée, la tête d’un peu virante… Avant d’m’en âller «joiné» dés vieilles counnaissances t’au restaurant, afin d’me bourrer la face dans z’une bounne «feed» de «fried clams»… Ouaye! Ej pense que j’va m’permettre d’âller m’bercer confortablement, pour «at least» t’une bounne demie heure, dedans l’énorme hamac, qué d’amarrer entre lés deux grous chênes, dans la «backyard» du «cottage»! Sous l’abri de l’ombrage du feuillage, j’dois être «safe» dés «bombs-away» dés crottes de goélands!?!

«So far, proud to say»; j’me tcheins trantchille à l’Île t’au Prince Édouaire! Ha-Ha-Ha! J’n’ai point causé de scandales à être imprimés de d’sus la «front page» du journal «THE GUARDIAN»!

Delphine B. B. Bosse

Country Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

Delphine B.B. Bosse

L’île t’au Prince Édouaire pouvont bin aouaire leux «Anne of Green Gables»; bin y pouvons-tu «handlé» la splendine visite d’une «Sweet» Delphine t’au Jueux Verts? Ouaye, j’ai finalement obtenu mon «Official Pardon» du Gouvarnement de l’île touristique dés patates, afin d’être capable de travorser librement le «Confounded Bridge»! Asteure, j’arai pu besin de «worryé» de «sneaké in» dans la province «incognito», avec la narvosité dans l’côrps de m’faire «arresté» ou «trappé» par tcheque «Bounty Hunter»!

«Anyway», pour m’gâter pour l’entier mois de juillet; j’m’ai «renté» t’un beau «cottage», à quelques pas de l’océan qui chante, dans l’boute reposant de «Cavendish»! Dans l’temps que j’serai «gone» (sortez- vous c’là d’l’idée, qué pas la même chouse que d’être «mentally gone», entre lés 2 oreilles (Ha-Ha-Ha))… Ouaye, mêshoummes! Mon «handsome» fils de Zacharie va s’occuper à «baby-sitté» mon baveux ruisselant de «Buddy Dog»; pis qui va veiller itout, avec le transport dés meubles pis dés plusieurs «knick-knacks», hors de la maison. Aaah! J’avais tu oublié d’vous mentiounner que j’ai réussi assez vite de vendre ma grousse cahute de d’sus la «Centennial Drive»?!? Pis qu’en arrivant «back» t’au pays, t’au début août, que j’va prendre résidence dans z’un «3 bedroom rented duplex», de d’sus la «Main Drag East» de Shédiac (en billet, l’autre bôrd du chemin d’ma «favorite bakery»).

En r’venons «back» à l’île, ej s’rai yinc en relation avec ma premiére vieille «travelling guitar» (qué baptisée <<Sling-Shot Anni>>) – – dont j’la f’rai parler, en même temps que j’serai d’assise paisiblement de d’sus «l’veranda»; à me vider pis «squealé» l’âme, en me glissant lés doigts à descendre lés «frets» du «neck» de ma «guitar»! À m’aïder à m’inspirer à composer dés paroles ou dés «tap toeing tunes», pour ma «next wonderful music CD recording» ou qu’avant que j’paque més valises pour bazir «On My (WOW) Sold Out Solo World Tour»: au début octobre, dans l’boute accueillant de la communauté acadienne de pêcheux (j’ai dis Pêcheux; pis non de grands Pécheux) de «Metaghan» là, du District de Clare, «Digby County», beau paysage époustouflant (mêshoummes-mêshoummes) d’la Nôvé Scôtché!

Pour ceusses-là d’vous z’autres qui se souvenant du film hautement acclamé, (ouaye) de «DRIVING MISS DAISY»! J’va faire pareille, mais agir de façon bin plusse aimable pis civile… Bin ouayons! Ouaye, m’laisser faire «drivé» va-et-vient, «all over» l’île, par un séduisant engagé «limousine driver». Qu’a toujours été ma plus grande «fantasy» de voulouaire courailler surtout lés «yard sales» ou d’arrêter visiter lés «Antique Shops» pis lés galeries d’arts, mais en l’faisant z’en «stretch limo». Après t’ute, ej sus la Reine de Countré Music pis «deserving» à m’faire traiter si royalement. Mais à chaque «stop», t’en débarquant du luxueux véhicule, «j’expect» pas que l’monde s’ront obligés d’me «curtsie-yé» ou d’me saluer par «Your Highness» (vraiment… avec la «wide size» de mon derriére que j’ai, bounne chance que j’me f’rais «greeté» t’un ton moqueur par («Oh My Gosh, Ha-Ha-Ha-No-Offence») «Hey-You-Big-Highnie»!)!

«I hope» que j’serai capable de m’procurer t’une perruque souvenir de «Anne of Green Gables», avec t’un joli chapeau d’paille, à me couronner la tignasse, afin que j’puisse «blendé in» avec la population de l’île t’au Prince Édouaire.

À la prochaine, à vous partager més aventures plaisantes du Berceau sus lés Vagues! So, en attendant, vous soufflant z’à tous dés «HUGS & KISSES»!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

Delphine B.B. Bosse

J’arrive du bureau du p’tit avocat du djâble, à youssé qu’le Darnier Testament à mon cher feu mari d’Ozime fut lu lentement. Pis «no offense» t’à l’houmme de loi, qu’avait t’une odeur nocive de «garlic breath» à m’faire «gaggé» pis m’faire rouler lés larmes dans lés yeux, à t’utes lés deux mots récités de chaque ligne du document légal.

J’sais pas coumment vous dire socitte, mais <<WOUHOU- WOUHOU>>! Cé yinc à la fin de la «reading», que s’a réellement «sinké in» que je n’aurai pas besin de «worryé much about» coumment que j’vais m’arranger financièrement à payer lés «bill», etce- tera-etcetera… J’ne savais pas que la sensation à devenir veuve pouvait être aussi excitant, coumme (Ya) gâgner le grous  «Jackpot» (<<Cha-Ching! Cha-Ching>>) à la Loterie!

J’avais entendu «once upon a time» que l’argent ne fait pas le bonheur! «Sorry to say»! Bin dans cte cas typique icitte… J’peux m’braguer, (Hmmm-Hmmm) que j’pense ej va extrêmement «m’enjoyé» à m’rouler dedans lés «big» bidoux de cinquantes, de cents pis de milles piastres. En miounnant «happily», en même temps, «countré style» dans ma tête… La «ever popular tune» suivante (pareillement coumme la performance mémorable de la vedette «Daffy Duck», qui chante t’en bavant d’un ton avare dans le populaire «LOONEY TUNES Cartoon» d’intitulé «Ali Baba») : <<I’m In The Money>>!

Ouaye-Ouaye, là! Mês-hoummes-Mêshoummes! Merci, mon cher défunt Ozime, pour le bel héritage! De m’aouaire tcheins ta promesse d’hounneur, que même à ta môrt, qu’t’allais continuer à m’assurer à me prendre garde! Réalisant qu’j’allais être «alright»; me v’là que j’me suis mise itout z’à beugler z’en extase tcheques octaves de plus hautes, répétant z’à nouveau: <<WOUHOU-WOUHOU! WOUHOU-WOUHOU>>! <<I’m In The Money! I’m In The Money!>>

L’avocat m’a laissé saouaire que si que j’décidais de voulouaire vendre més plusieurs «properties» que «j’ownions» entre moi pis Ozime, que lui pis son équipe serions bin prêt de s’occuper d’la «legal paperwork». «J’agree-yé» de mettre à vendre la maison, la «camp» dans l’boute de Sussex pis mon restaurant populaire que j’appartcheins toujours t’au Village dés Roseaux. Ej pense que «m’renté» z’un apartement à 3 chambres à Shédiac ne va pas être aisé; surtout avec mon Saint- Bernard Buddy la «size» d’un «full grown black bear» pis qui cascade d’la salive d’la dgeule quasiment le volume dés Chutes du Niagara; pis avec un «cool» fils (Zacharie) qu’aime à jouer sa «electric guitar full blast» à faire frissounner lés châssis!

Sur un autre sujet… Ma «friend», la Vieille Gibraille, la s’maine prochaine va m’amener m’introduire t’au Groupe Support Houmârd dés Veuves pis dés Veufs du Sud-Est, du Nouveau-Brunswick. Apparemment qu’y’a dés bounnes «catch» de veufs, qui participant à ctés rencontres là; ça cé si qu’ça m’intéresserait de voulouaire m’en happer y’un! Bin ouayons! Coumme j’y’ai bin laissé saouaire : <<Baille-moi l’temps d’veuver! J’sus pas pressée à «m’involvé» avec tchequ’un qui m’veut yinc pour qu’j’y lâve sés drâses!>>

À la s’maine prochaine!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

Delphine B.B. Bosse

Sans mon cher Ozime, (OUAYE) la Vie s’continue… En parlant du défunt snoreau, y’a v’nu me visiter dans més rêve, hier souaire; avec t’un étrange message, sans vous blaguer, qu’y’avait mérité sés ailes d’ange t’au Ciel – – pour m’aouaire enduré l’badgeuler pendant son vivant! Qu’y’avait asteur d’la «talk» parmi lés anges pis lés archanges jaloux, que p’t’être le «BIG BOSS» (Djeu l’Pére, en esprit même) allait considéré d’enouayé t’un message céleste t’au Vatican à faire connaître son nom coumme (Ha-Ha-Ha) étant le prochain Saint Martyre de la Patience et de l’Alliance! Bin ouayons!?! Qué «quite» t’une illusion de grandeur, pour tchequ’un qui débute yinc son ÉTERNITÉ (ein-ouaye, qué «quite a long time»)!

Apparemment, ça fai-sait pas même cinq minutes qu’y’avait travorsé en travers d’la lumiére à la fin du tunnel, qu’y s’a fait souhaiter la bienvenue par lés tcheques âmes suivants :

1) Cti-là «first» de son défunt grand-grand-grand péré P’tit «Mutt» (vraiment Aldébert LeBlanc), qu’était en train d’amenuiser t’une jambe en bois d’chêne pour le pauvre Saint Lamenteux d’Isidôre; pis qui y’a guidé vers tchel nuage âller,  pour la «try-out» à «joiné» la «band» dés musiciens d’accordéons (asteur, qu’la musique de harpes n’était pu «in style»).

2) Ouaye! Que ma Mémére Zilpa avait t’un message spécifique pour moi: d’âller dans l’gornier d’sa vieille maison, de d’sus la «Tipperary Street» de Shédiac; pis cé là, à l’intérieur du fond de la grousse valise à traveler en métal bleu, que je trouverai sa «Victorian Silver Brooch»; qu’elle s’rait ho-nourée que «j’pin» avec fierté de d’sus mon long «coat» d’hiver… (Pis coumme de faite, j’m’en ai été «checkée» ça «out», après ma premiére cuppée d’thé d’à matin… Pis vous «guesserez» pas «darn it» cossé qu’j’ai découvers de «wrappé» avec t’un mouchoué t’en soie dedans z’une énorme «cup» de brassiére ravagée par lés papillons de la nuit??? Qui «shine» pis qui «blind again» dans la belle clarté du soleil d’la mi-juin?!? Qué asteur dans ma possession: «WOW»! La «silver brooch» à Mémére!).

3) Qui s’est fait approcher par Saint François Bin-Va-t’Assir, à saouaire si qu’y’avait amené avec lui t’un «deck» de cartes à jouer au «200»… Ouaye, un «deck», dont (mêshoummes-mêshoummes) la «coating» de chaque carte ne va pas s’user pendant la durée de l’entiére Étarnité! Ya! Pis de garder t’un œil de proche de d’sus cte Sainte Thérèse là pis sa «partner» l’oubliée Sainte Dina, parce qu’y’avons tendance t’utes lés deusses à «cheaté»… Pis qui s’a fait informer itout – – «GOSH»! Qu’à chaque jeudi souaire, juste coumme qu’laplanète Mars coummence à apparaître dans le Firmament : «DART GAME», «hosté» par lés habitants de la planète rouge, dans l’creux du plus grand cratère! À gâgner t’un «angel cake» ou le choix d’un autre «péché mignon» à chaque «bull’s eye»! (Aaaah! Pis Ozime, lui qui raffolait surtout dés desserts sucrés, pendant son vivant… Ej peux crouaire qui doit s’trouver bin ou t’en extase t’au Paradis!)…

Avant la fin d’mon songe, j’entendu clairement mon feu mari me laisser saouaire qu’y’t’étais excessivement «fine»… Ma très chère Delphine, d’arrêter «d’worryé» pour lui! Ouaye! Qu’le Paradis était coumme t’une «TOP NOTCH 5 STAR RESORT»! Pis quand qu’on pensent qui mouille, cé qu’lés nouveaux-venus anges de juchés de d’sus la «silver lining» dés nuages sont alloués d’nous cracher d’sus l’fait d’nos têtes humaines.

En plusse, qu’y m’baillait la parmission itout de «back» me marier… Qu’y viendra pas me hanter ou m’achaler… Pis cé icitte que j’l’ai «feelé» me becquer tendrement contre ma joue gauche; pis en s’en allant «wherever» qu’c’était, me laissant saouaire qu’il m’aime… «Will Watch Over Me»!  Cé icitte que j’ai sursauté hors du lit, «back» à la réalité d’être veuve!

Ouaye! J’aimerais de prendre le temps de r’marcier lés gens qu’ont v’nu che-nous me visiter me souhaiter leu’ sincères sympathies; pis qui m’avons amené itout t’une «truck load» de «trays» bombés de p’tits sandwichs pis de sucreries à fondre dans la bouche. Sauf, pour le vieux garçon fou de Sam à «Road Block» à Blair qu’a y’eu l’intention bête de s’en v’nir che-nous, («ahem») p’t’être bin à réconforter t’une veuve (Ha-Ha-Ha) t’en désespouaire… Bin cti-là-là, sans trop m’gêner; j’l’ai garoché d’hôrs! Que même jusqu’à mon grous baveux de Saint Bernard, Buddy, l’a «chasé off» d’la «property» en réussissant d’y arracher le fond d’tchulotte!

 

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire