Cossé qu’a radote Delphine…

En 2007, j’avais composé cte belle chanson ‘citte, dédiée à Maman Noël, la femme du “Santa Claus”. Dont j’assume qu’son nom doit être Marie Noël… “Anyway”, voici coumment que j’pense qu’à visiounne sa p’tite vie :

“Way Up” au “North Pole”

(qui s’miounne “by the way” à “Old MacDonald” had a farm, E I E I O”)

1. Moi, j’m’appel Marie Noël ! J’vivons au “North Pole”!

Avec mon houmme le Père Noël – -”Way Up”au “North Pole”!

Y’a dés “reindeers” ‘citte; pis dés z’ours blancs là!

Dés lutins! Dés baleines! “Ev’rywhere” dés pingouins!

Cé mieux j’me “shave” pas lés jambes – – “Way Up”au “North Pole”!

2. J’vivons sous l’Étouèle Polaire – – “Way Up”au “North Pole”!

Cé l’hiver à l’ânnée ronde – – “Way Up”au “North Pole”!

Y’a d’la neige “knee-high”! Dés “z’icebergs” flottants!

Du vent frette! Gelée blanche! “Ev’rywhere” dés glaçons!

J’garoche une bûche dans l’poêle à bois, pour me tcheindre z’au chaud!

3. “J’bake” dés keks pis dés “candés”, à t’ute la journée!

Une pincée d’socitte pis z’une pincée d’ça! Faut bin mélanger!

J’fais tchuire dés “fruit cakes”; pis z’une batche de “fudge”;

“Patapans”; “Cherry Balls”; “ev’rywhere” dés “fancy squares”

Que mon houmme avale tout rond, sans prendre l’temps d’souffler!

4. La Veille de Nouël, mon houmme bazi – – avec son traîneau.

Livrer lés jouets aux bons z’enfants! Ho! Ho! Ho! Ho! Ho!

Mais pour lés villaines filles pis lés “bad” p’tits “boys” – –

Y leu’ “drop” dans leu’ bas un morceau de charbon!

Pis pour ceusses-là qui font pas dodo: une patate pourrie!

5. J’pâsse la Veille de Nouël t’ute seule. Gobbine, à jongler!

“I hope” qu’la “trip” d’mon houmme soit “safe”! Qu’rien va y’arriver!

J’m’affole youssé qu’y yé; pis”j’pace” le plancher!

J’sais jamais à tchelle heure qu’mon chou-chou va z’arriver???

Par chance cé yinc une fois l’ânnée – – j’veille z’à “worryé”!

6. Moi, j’m’appel Marie Noël ! J’vivons au “North Pole”,

Avec mon houmme le Père Noël – – “Way Up” au “North Pole”!

Y’a dés “reindeers” ‘citte; pis dés z’ours blancs là!

Dés lutins! Dés baleines! “Ev’rywhere” dés pingouins!

Cé ça ma vie d’vivre dans l’Grand Nôrd – – “Way Up” au “North Pole”!

Delphine B. B. Bosse

Countré Sar Extraordinaire

Deli Productions © 2007

Cossé qu’a radote Delphine…

Moi, “j’own” t’un gâté-pourri de St. Bernard, par le nom de “Buddy”! Y’a du monde, j’l’ai “watch” se pleyer ramasser leux crottes de chien avec dés sacs en plastique. Bin moi, j’n’ai pas d’choix; y faut j’lés ramasse “heave ho”, avec t’une pelle; car si non, si tchequ’un par manque d’attention ou accident devrait “steppé” dans y’une… Cé grous! Mou! Ça pu! Pis “YUCKS”, cé “disgusting”! Caler dans y’une, jusqu’aux genoux; pis perdre t’un soulier, n’é point z’une expérience plaisante… Malheureusement, cé ça qu’arrivé l’autre jour t’au pauvre esclâve de p’tit gârs qui vendait dés “chocolate bars” de porte en porte, pour ramander d’l’argent pour aïder tcheque cause importante sportive… S’arait pas été trop pire, si qu’c’était yinc c’là qu’avait parvenu…

Mon “friendly Buddy”, croyant qu’c’était tchequ’un “d’fun” qu’avait v’nu le visiter pour jouer avec lui… “Hmmm-Hmmm”! S’a décidé de voulouaire “joiné” l’excitement, en s’approchant de l’enfant de 9 à 10 ans pour y fripper la face avec sa longue langue plein d’bavas épais pis gluante! Ej “feel bad” que le gamin a perdu son balan; pis v’là (“OOOPS”) qui s’a enfoncé pis faite souiller (FLAC) le fond d’tchulotte de sés “jeans”, par-dessus l’énorme tas mi-durci d’foirasse à “Buddy”. J’étais d’boute dans mon salon, en train d’boire z’une cuppée d’thé chaud; (ouaye) que j’rêvais à regarder dehors lés goélands “flyés”; quand j’ai “witnessé” par horreur (NO-O-O-ON) l’incident!

Quand j’m’aouaindu vite le nez dans l’air frette du mois d’novembre, pour m’en âller investiguer nerveusement la situation…J’ne savais pas vraiment à cossé m’attendre… T’ute que “j’hopais” que l’enfant (“please-oh-please”) ne soit pas heurté! À ma très grande surprise, quand j’me sus approchée d’z’eux… Ya! Voici qu’était crotté dés pieds jusqu’à la tignasse t’un jeune basané pis ricaneux qui s’roulait à jouer (“TEE-HEE-HEE! TEE-HEE-HEE!”) avec mon gobbine de “hound” fou qu’avait l’poils d’aussi encrassé.

Quand j’ai su qu’son p’tit nom était Richard; qu’sés deux parents (Oooh-La-La) étions dés avocats. Quand j’ai taléphôné che-z’eux; pis qu’cé sa mére qu’a répondu… J’avais coumme peur… “Honestly”, ej suais dés “bullets”, quand qu’j’y expliquais cossé qui c’était déroulé… J’m’imaginais qu’à l’allait p’t’être me japper qu’à l’allait me “sué” pour tout c’là “qu’j’ownais” pis “blah-the-blah-the-blah-the-blah-blah”… Mais cé avec t’un éclatement d’rire, qu’elle m’a rassuré (OUFFE) d’ne pas m’intchèter…

J’ai offarte de payer pour t’utes lés bârres de chocolat, dont le p’tit Richard a bien apprécié… En plusse, je l’ai engagé à v’nir marcher mon beau “Buddy” (dont sa mére a “agree-yé”), après la fin de chaque journée d’école. Pis qui s’ra itout responsable pis que “j’trust” à “scoopé” lés crottes énormes de mon nono “d’WOOF-WOOF” (qui s’ra z’un harias d’moins pour moi z’à “dealé” avec ou à m’érintcher le bas d’l’échine)!

Ha-Ha-Ha! Parle d’une “shitty day”; mais joyeusement, qu’a “endé up” en bons termes!

Delphine B. B. Bosse

Countré Sar Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

delphineetwashboard

   J’peux pas crouaire, qu’nous sommes déjà rendus t’au premier d’novembre. Pis en un clin d’œil s’ra vite arrivée lés Fêtes de Nouël… Qué pour c’là que j’me dépêche, avec ma “band” Lés Chanteux d’Poummes, dans mon “Deli Recording Studio”, à enregistrer mon nouvel album de Joyeux Cantiques d’intitulé <<Ej garoche dés “snowballs” après l’Santa>>! Dont qui s’ra z’en vente spéciale pis “affordable, vers la mi-novembre, pour t’une piastre quatre-vingt-dix-neuf plusse taxe, partout à youssé qu’lés CD’s populaires d’musiques sont “z’available”. Ouaye! Un bon “stocking stuffer” à offrir pour la parsounne qu’a toute, sauf… Ya! Pour ma belle voix angélique pis vibrante de Countré Star Extraordinaire!

Cé moi qu’a composé t’utes lés paroles de més “popular tunes” pis faite l’arrangement d’musique pour huit dés onze chansons… Sauf pour “track no. two”, “track no. nine” pis pour la “bonus track” dont l’orchestration dés violons pis ruines babines sont du Vieux Jeff à Frank Bélanger pis avec la collaboration à Tante TaTa qui turlute doucement dans le “background”; bin “come on”, avec moi coumme étant la “sensational lead singer”.

Ya! Voici la liste dés titres de més fabuleuses chansons qui vont apparaître de d’sus l’CD :

Track no. 1 :    <<J’une cane de Nouêl de “stuck” dans ma  narine>>

Track no. 2 :    <<La catin qui pisse, mais qui n’pisse pu>>

Track no. 3 :    (qué ma version d’une “Catchy Rap Song” Acadjenne à la Delphine) Ouaye! <<Je râpe ma patate! Ej râpe pis je râpe! Je râpe ma patate! Je râpe!>>

Track no. 4 :    <<Ej garoche dés “snowballs” après l’Santa>>

Track no. 5 :    <<“Duck”! V’là lés crottes de “reindeers” qui timbent du Ciel>>

Track no. 6 :    <<Marie Noël, la “Big Bone Girl” du “North Pole”>>

Track no. 7 :    <<Cossé qu’a l’air lés fesses à l’air d’un ours polaire>>

Track no. 8 :    <<“Rhum Breath Kiss” sous “l’Mistletoe”, ”d’Uncle Joe”>>

Track no. 9 :    <<Hélas! Voici l’histouaire tragique du vilain phoque, qu’avalé tout rond mon gobbine lutind’Nouël>>

Track no. 10 : <<“Hey”! Mon verrat “d’Santa”! Cossé qu’t’as pas compris?>>

Bonus Track : <<Au lieu d’aouaire “twisté” la “light” rouge d’sus l’boute du nez d’mon “lawn ornament” t’en “plywood” peinturé d’mon “Rudolph”.

Par erreur, (AÏE) j’y’ai “twisté” c’là “tight” dans l’trou>> (Ha-Ha-Ha, coumme vous pouvez le constater, qu’un titre qué bin plus

long qu’la tounne “itself”)…

Aussitôt qu’j’arons fini “d’jammé” pis “d’recordé”… Y faudra que j’m’en alle pour t’une “photo shoot” ou d’un beau “close-up” de moi pour voulouaire choisir ou flaquer de d’sus le devant d’mon couvert d’ma “Xmas CD”.

Delphine B. B. Bosse

Countré Sar Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

Me v’là z’en train d’écrire ma chronique de cte s’maine, avec mon crayon de mascara, de d’sus le fait d’une “napkin”. Ouaye! Me v’là t’au “birthday party” de l’échignante pis dâmnée Grande-Matante Dorothée à mon houmme foiroux d’Ozime. Qui célébre sés 103 ans, avec son dentier d’en haut en train d’saucer dans son verre de vin blanc sec. À temps tôt, par accident, sa perruque y y’a pougné t’en feu… Ouaye, juste coumme qu’à s’penchait pour souffler “out” lés chandelles de d’sus l’fait d’son gâteau d’fête. Que v’là qu’la moumoute se détacha du fait d’la peau d’son crâne, pour “landé” pis s’mettre à fondre coumme t’un grous tchas “d’plastic” qui boucane nouaire de d’sus l’fait d’la pâtisserie flamboyante. “Right now”, y’avons lés châssis de grands ouverts, afin de faire airer la salle.

En attendant qu’l’atmosphère s’éclaircisse icitte pis que la “crowd” d’invités s’accalmisse, j’ai pensé bon de voulouaire partager avec vous z’autres la biographie d’la vieille snoutche d’hounneur :

  • Née le 22 octore, en 1914, la journée qui grêlait fôrt le djâble dans la paisible Vallée de Memramrook! Pis qu’un “chunk” de grêle quasiment la “size” d’une bâlle de baseball arait supposément “crashé” en travers du châssis d’la chambre de sés parents, au moment même que Dorothée hurla son premier crie d’vie. S’lon lés parsounnes superstitieuses de l’époque, un signe que l’enfant était possiblement posséder du même don que sa grand-grand-mére Imelda: d’être capable de prévenir l’avenir!
  • À l’âge de 16 ans, à s’en alla travailler coumme tchuisiniére dans z’un camp de bûcherons, dans la région dépassée d’Cap-Pelé… À youssé qu’à “feedait” la beude dés hoummes fôrts pis musclés, avec sés fameuses crêpes aux œufs pis sés fayots “bakés” à la mélasse… Excepter que sés “hots biscuits” n’étions pas mangeables; qu’une hache n’arait pas pu trancher en travers… Que ouaye, qu’lés travaillants s’en sarvions coumme missiles avec leu’ “sling-shot” à chasser du gibier sauvage (coumme “from” du lapin à d’la perdrix pis t’au chevreuil… jusqu’à même d’l’ours nouaire)!
  • Veuve à 3 fois… Qu’son premier mari, son cher vigoureux d’Ernest est môrt pendant la 2 ième Dguerre Mondiale, mais pas pendant qu’lés bombes timbions du ciel t’en Europe…Aaah! Non! Non! Non! Que l’pauvre esclave t’en “marchant” en travers d’l’Angouleterre trébucha dans l’un d’sés lacets d’bottines… À youssé qu’son côrps en entier se mit z’à rouler d’travers dans le champ qui s’trouvait situé proche du chemin. À youssé qu’y’a trouvé sa môrt, (“OOOPS”) en s’faisant piétiner sous lés pattes d’un troupeau de béliers. Ouaye, à youssé qu’elle timba seule à éléver son garçon (ouaye, son détestable d’Hervé)… 2) Son 2ième chou-chou d‘amour, le Veuf Auguste, qu’avait 8 enfants… Ouaye-Ouaye! Lui qu’appartchenait autrefois t’un magasin populaire de hardes d’hoummes de d’sus la “Main Street” de Moncton! Cé dans cte ménage icitte qu’elle commença à vivre la grande dame pis à s’mettre à “hosté” dés “fancy tea parties” pour son cercle d’amies qu’avions leu’ nez de “high-tune” ou de soulevé haut dans lés airs… Après 20 ans d’être ensemble, qu’son mari mourut de maniére suspecte… Possiblement empoisonné ou de s’aouaire engotté   de d’sus le “cooking” de sa chère épouse… 3) Pis n’oublions pas son cher “Harold” ou M’n’oncle “Harry”, son “rich” mari amarichain qué décédé l’an passé (qu’était t’une trentaine d’ânnée plus jeune que y’elle). Qui s’est fait incinéré de d’sus z’un terrain d’golf z’en Floride, proche du 3 ième trou, en s’faisant “zappé” par z’un coup d’tounnerre!
  • Pis cé à l’âge de 102 ans qu’elle décida de déménager “back” z’au Canada, dans z’un “condo” à Dieppe, pour vivre parmi sés proches… Ouaye! À jouer la “mind game” à tchissé s’ra le ou la “lucky one” qui va hériter sa vaste fortune, une fois que l’Bon Djeu décidera de v’nir la charcher à jouer la harpe t’au Paradis Terrestre! J’en doute fortement qu’le nom à mon Ozime s’ra listé ou mentiounné, pendant que se f’ra la lecture de son Testament (“Ya ! Whenever” qu’arrivera cte jour infortuné là)!

So, v’là que “l’party” s’achève… Qui s’avons décidé, (ouaye) més beaux-parents, de rouler “out” de l’édifice la “guest” d’hounneur prunée (Grande-Matante Dorothée qui dôrt, présentement dans sa chaise roulante, à ronfler aussi beuglard qu’un “muffler” troué d’un “antique farm tractor”).

J’arais bin aimé de voulouaire partager avec vous autres més photos qu’j’ai prise t’au “party”… Ouaye! De lés faire imprimer dans la gazette du Moniteur Acadjen. Mais pour pas “upsetté” la parenté, j’ai été avisé par mon mari (s’il-te-plaît) de ne pas l’faire… Dont j’ai “agree-yé”, malgré moi!

So! “Okay” là! On c’la ouaira més verrats, à la s’maine prochaine!

Delphine B. B. Bosse

Countré Sar Extraordinaire

 

Cossé qu’a radote Delphine…

D’la “vault” dés histouaires comiques à Delphine, en voici y’une qui fut imprimée en 2006 :

De quoi qu’j’ai r’marquée “about” le Vieux Marcel à Mélâsse, qui m’fait zire – – cé qu’y’a la gobbine de mauvaise habitude narveuse de tou’ l’temps s’gratter férocement la fesse gauche, par-dessus sés tchulottes ; surtout quand qui s’planque deboute pour parler à tchequ’un. Pis quand qu’y’a fini d’convarser avec la parsounne, y’étend sa main qui fini juste de s’gratter avec pour “shaké” son au-revouaire dans la main d’l’autre. À t’ute lés fois, j’le oua v’nir vers moi, surtout quand j’en train d’faire ma grocerie à la Co-op, j’m’organise d’aouaire soit lés mains pleines de sacs de “produce” ou de faire mine de r’garder dans mon “purse” pour m’assurer qu’j’ai bin et bel amené ma ‘tite bouteille de désinfectant pour lés mains.

Aussi “weird” que “weird” peut l’être, sa geste de gratinounne m’a inspirée tout d’même à voulouaire composer une p’tite tounne, spécialement yinc pour lui, que voici :

<<Y’a la gratinounne>>(qui s’miounne sus l’air amusante de «J’ai du bon tabac»)

1.

Y’a la gratinounne (bis)! Mangeaisons sévères!

Sus la fesse gauche! Ça y’érafle la peau!

Ça prendra plusse qu’du papier sâblé;

P’t’être une p’tite crème pour le soulager…

Y’a la gratinounne (bis) sus sa fesse gauche…

Ça lui mange à môrt! Ça l’gigotte le côrp!

2.

Y’a la peau z’au vif (bis), cé ça qu’s’a l’air…

“Reach” avec sa main; se gratte la fesse gauche!

Ah! Qu’y’alle ouaire l’docteur, s’faire mède-ciner …

Si qu’ça s’empire faudrâ amputé,

P’t’être la fesse gauche (bis) ; même l’boute dés doigts là.

Y’a la gratinounne! Y s’érâfle la peau!

3.

Après d’s’aouaire gratté (bis) , y veux me “shaké”

Sa main dans ma main… Cé ça! M’fait zirer!

Qui tchenne clair de moi… Non, j’veux pas pougner

“Whatever”qui y’a… M’faire infecter!

Y’a la gratinounne (bis)! Ouaye, ça se bailles-tu?

Y’a la gratinounne! Non, j’ne la veux pas!

Delphine B. B. Bosse

Countré Sar Extraordinaire

© Deli Productions 2006

Cossé qu’a radote Delphine…

Chère Mme B. B. Bosse :

Ma cousine Léontine pis moi sont z’à la recharche de “Beauty Tips”, pour nous z’aïder à voulouaire chacune nous “nabbé” z’un bel houmme! Moi, j’aimerais c’là d’être capable pis “lucky” de m’attirer z’un mâle robuste pis aussi poiloux qu’un ours nouaire du grand nôrd canadien. Bin Léontine, qué moins “fussy” que moi, pour y’elle un houmme s’un houmme – – pas de différence cossé l’âge qui y’a ou cossé qui fait coumme métier; ouaye, aussi tant longtemps qu’y’aye la majorité d’sés dents dans la goule; ou qu’y y f’ra d’la mine ou qui la “flirt” avec tcheques clins d’œil…

J’étais prête à me payer une p’tite annonce (“sweet and short”) dans la gazette du Moniteur; mais ma “goddarn” de cousine Léontine m’en a découragé… Ouayons, de voulouaire faire imprimer: Vieille Fille Désespérée voulant “settlé down” avec l’houmme “sexy” de sés rêves. Hmmm-Hmmm! Est-ce toi, le “lucky one”? (N.B. Ct’ affichage icitte ne s’applique pas z’aux Maquereaux)!

Au lieu, elle m’a suggéré qu’nous devrions toutes deusses âller visiter z’une Tireuse de Cartes. J’avons été… Ouaye! Pendant la lecture de ma fortune, parle d’une “rip off” de quarante piastres hôrs de mon porte-feuille. Mais jamais-jamais qu’y’a “ever” eu mention d’un houmme ou d’une aventure à la “Harlequin Romamnce” dans ma vie.

Cé ma ouasine, la belle Rosina, qui m’a suggéré que p’t’être que tu serais cte femme sage-là à pouaire nous aïder?!?

Solange à Joe Fayot

Du Chemin d’Ohio

***************************************

Chère Solange :

Ça vous prendra plusse que du jus d’bettrâve à vous rougir lés joues, pour vous faire (e) r’marquer par lés hoummes. Tcheques gouttes de vanille en erriére de chaque oreille ne vaut rien, depis la promotion d’un environnement sans parfum. So, cossé-cossé faire à la presse pour vous aïder à vous happer chacune t’un houmme?

La “best bet” s’rait d’me “trusté” à vous arranger d’âller rencontrer tchequ’un de d’sus z’une “blind date”. Ouaye, d’vous “match-maké” avec le “dream-boat male” de vos rêves. Dans mon carnet, épais de pages pis de pages, rempli d’une centaine de noms de vieux garçons, divorcés pis de veufs; tous à la recharche d’une partenaire à épouser… Y’é “bound” d’en aouaire “at least” y’un qué compatible?!?

Si qu’vous acceptez mon offre “at no charge”, une limousine ira chacune vous ramasser che-vous. Pour Léontide, elle sera “droppé off” à t’un restaurant Italien, à youssé qu’elle sera “serenadé” par un houmme honourable pis charmant qui vend du ha-hareng “part-time” pis qui fabrique du meuble “on the side”; ouaye, par le nom de Pierre-Luc ou mieux counnu par sés “friends” coumme étant Le Chanteux Crapaud d’Lac (qué loin d’être t’un Chanteux d’Poummes).

Pis pour toi, O chère Solange! Cossé qu’tu penses de l’idée que j’t’arrange z’une “blind date” avec t’un veuf qui “match” le physique musclé pis virile d’un bûcheron, par le nom de “Pete C. Axe” (“C” pour “Chopper”). Qui “manage” t’un “gym”… Pour ta premiére rencontre, d’âller “watché” avec lui du monde chanter t’au “Karaoke Night” t’à la “Romantic Shediac Legion”.

Ya! Si qu’vous dites OUI. Sus l’hounneur de mon grous chapeau d’cowboy, j’un bon “feeling” qu’y’ara sartainement d’la Noce avant finisse 2017!

Pis si qu’s’arrive pour vraie de vraie, y faudra qu’vous vous m’invitez ou m’engagez chanter à votre sarémonie de mariage. À nouveau si intéressé, veuillez me répondre dans les plus brefs délais!

Delphine B. B. Bosse

“Match-Maker Extraordinaire”

Cossé qu’a radote Delphine….

J’invité tcheques “girls” du ouasinage à v’nir veiller che-nous à jouer au crib, dans l’temps qu’mon houmme foiroux d’Ozime est “gone” à la chasse t’au “moose” (dans l’boute de Sussex). Pssst! Pssst! Si qui mire son fusil coumme quand qu’y s’en va pisser à la toilette, y’ara pas d’viande à mettre à geler ou à flaquer dans “l’freezer” pour nous “feedé” ct’hiver. “Anyway”, lés 2 vieilles filles – – ouaye, la “Sweet” Aurôre à Damien pis sa sœur endjâblée de Blandine (à faire rire dés roches) avons sourdu à la maison avec t’une cruche poussiéreuse de vin, qu’y’avions (OOOH-LA-LA) volé du “private stock” à leu’ pére… Pis la verrat d’Sara à Boquitte, bin y’elle a contribué son “tray” de sés fameux p’tits pains t’au crabe – – qu’à chaque bouchée, parle qu’ça descendait bin avec chaque gorgée chaude de boisson; à exploser dans l’creux du ventre… Pis si qu’j’arions pété; j’arions sartainement lévité à brûler le “cushion” du “seat” dés chaises. Pis moi, j’avais préparé ma fameuse “pudding” à la “pear” pis aux framboises (“by the way”, voir recette dans ma chronique de cte s’maine: D’la Pantry à la Belle Delphine); “yeah”, qu’a faite sensation à la fin d’la soirée, avec t’une bounne cuppée de thé, pour nous aïder à “somewhat soberé up”. Par chance que le “Taxi Service” était “available”… J’m’assuré que parsounne allait s’en âller à pieds à leur maison à tricoller coumme dés mozus de “drunken sailors”.

Durant la veillée, surtout Sara à Boquitte, dans l’temps qu’nous la laissions faire à “cheaté” t’aux cartes – – nous a “entertainé” avec la “juicy gossip” du “neighborhood”. “Yes Sirree”, j’m’en souviens… Cé t’au troisième verre (“Oh, My Gosh”) que la langue y y’a v’nu plusse lousse… Que j’pense que cé à cte moment là, quand qu’la “spark” moqueuse s’a allumé dans sés yeux, qu’à l’a faite par exprès à voulouaire nous effleurir cossé qu’à s’méfiait d’la détestable Mme Vautour: (YA) qu’à doit se “stuffé” chaque “cup” ou baril de sa brassiére, “at least” avec 2 grousses boîtes “each” de “kleenex”. Ha-Ha-Ha-Ha-Ha!

“Half-way” d’la veillée, j’avons décidé de prendre t’un “break” d’la “game” de “crib” pis qu’j’allions faire de quoi de vraiment “girly-girly”. Qu’j’allions s’amuser à nous flaquer du “make-up” de d’sus chacune de nos faces. Avez-vous déjà asseyer d’vous peinturer lés babines d’la goule, quand qu’vous êtes “half-in-the-bag” pis “TEE-HEE-HEE” vous manquez…Au lieu d’ouaire l’allure de “glossy red lips” d’une modèle, vous “endé up” la face à ressembler plutôt à ct’olle-là de BOZO THE CLOWN. Du moins cé c’là que je ressemblais au lendemain matin, quand que j’me sus mirée dans l’miroué. Pis Ouffe! Pour une minute, j’ai paniqué; parce que j’pensais qu’au lieu “d’lip stick” que j’avais p’t’être utilisé par erreur ou par horreur t’un “permanent red marker”.

T’ute que j’sais, tout l’monde s’en a été che z’eux chacune la face “caké” épais “d’make-up”. Ej dirais épais assez, qu’j’arions pu s’engraver lés initiales de nos noms contre nos joues ou d’sus l’front. Mais ça qué le plusse important, j’avons joui pis cacassé… Tout d’même, parle d’une “fun” soirée!

So…Ouaye! En attendant que je “recover” d’ma vilaine “hang-over”. Faites-moi z’une “favor”: “Please-Oh-Please”! Si qu’vous “bumpé” z’en moi: prière de ne pas me parler trop fôrt!

SSSSHH! À bientôt!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

 

Cossé qu’a radote Delphine…

D’la “vault” dés plusieurs chroniques comiques écrites à Delphine, en voici y’une qui date de 2008 :

Y’en a d’vous z’autres qu’avons due obtenir votre “driver’s license”, j’vous mens pas, à l’intérieure d’une boîte de Cracker Jacks… Parce que “my goodness” vous “drivé” mal! Si que j’pourrais bailler dés prix pour lés “Worst Drivers” de “Highway”, y’en a plusieurs d’vous z’autres (vous savez déjà tchissé qu’vous z’êtes) qui gagnerions sartainement… Hounnêtement, cossé qué la presse? Le “type” de “driver” qui m’achale le pire, qui m’fait crier après, cé cti-là ou ct’olle-là qui jète “out” d’un “MERGE” plus vite que la “speed of light can be”; pis qui m’fait réagir à voulouaire enlever la lettre “G” du mot MERGE pis à voulouaire la remplacer avec la lettre “D”! J.réagi ainsi parce que vous m’oubligez de “jammé” més “brakes” sec sus “l’pave”, pour “avoidé” qu’j’vous “ram” ma “front-end” dans l’derriére de votre “car”. Pis en plusse! Cossé qué la geste de voulouaire coupé en avant d’moi sans “warning”; pis surtout sans “usé” votre mozus de “blinker”!!! Êtes vous rendus si “GILLING”???

“Anyway, l’Award for Worst Driver” de cte s’maine ‘citte (faite le “drum roll” icitte) – – ouaye, s’lon moi, “has to go” à la Vieille Eugénie à Fish Cake LeBlanc (Ouaye! “Applaudé”… ‘’Clappé’’ fôrt!)… Qui m’a dépâssé d’une rappe sus z’une “double solid line” sus “l’Highway”: en badgeulons sus sa “cell phone” ou à “texté”à “God Knows Who”, en “puffons” sus z’une cigarette, en même temps qu’à “jugglait” z’une “cup” de câfé avec l’autre main. Vous me d’mandez coumment qu’à faisait pour “steeré” son “car” ? J’le sais pas; mais ça d’vait être avec soit sés coudes ou sés grousses tétines?

“Anyway”, à m’a dépâssé, qu’la tcheue de r’nârd flappait quasiment “off d’l’antenna”! Pis quand qu’à l’a coupé drette en avant d’moi, à l’a applati, sans remôrd, un porc-épic que j’sus sûre qu’a même pas y’eu l’temps ‘’d’whisperé BOU”! Ouaye! Laissons coumme évidence une “tire mark” sus la beude d’la pauvre p’tite bête morte! Pis ‘’l’worst’’ dans t’ute socitte, cé qu’la Vieille Eugénie à Fish Cake LeBlanc n’a point arrêté… Pas plusse que c’là, à l’a pesé son pied de plusse pesant contre la “gas pedal”. Faite “spinné” lés “tires”! “VROOM-VROOM” pis “VROOM”! Ensuite à l’a baissé sa vitre sus “l’driver’s side”; pis là-là, à l’a “pitché out” sa “butt” de cigarette pis sa “cup” vide de café qu’a fini par r’bondir contre ma “windshield”. Tchelle effarée! Pis “my-my-my”, d’aouaire si tant un manque de respect pour lés “Rules” d’la “Highway”!!! Cé “simply” inacceptable!

Pis ‘’last but not least’’, le ‘’runner up’’ pour le deuxième prix de ‘’Dumb Driver Award’’ d’la s’maine – – ‘’all honours’’ va z’au jeune Phil à Bill à Sam. La musique de ‘’blasté’’ d’bin fôrt dans ‘’l’backseat’’ de son ‘’car’’, dans l’temps qui m’dépâssait sus ‘’l’Highway’’; pis qui m’a fait signe du doigt milieu ‘’to get off the road’’. ‘’Anyway’’, tcheques milles de plus loin pis d’plus târd – – Ein!?! Juste pour dire qu’y’a d’la ‘’poetic justice’’ dans ct’Univers icitte – – v’là tu pas qu’l’engin du ‘’car’’ à Phil à Bill qui ‘’blow’’… Qu’la ‘’steam’’ en ‘’whistlait’’ hôrs du ‘’radiator’’! Ya! J’arais pu faire ma bounne samaritaine pis t’ute; arrêter pis l’aïder; ‘’at least’’ y offrir une ‘’drive’’. Bin, y’avait déjà tchequ’un d’autre avant moi qu’avait arrêté pour v’nir à sa rescousse. ‘’Mind you’’, j’ai slaqué… J’ai ‘’honké’’ mon ‘’horn’’. Quand j’ai pu aouaire la ‘’full’’ attention à Phil à Bill, avec un grous ‘’smile’’ sus ma face – – ouaye, à mon tour, j’y’ai ‘’wavé’’ le doigt milieu en voulons lui laisser dire : <<’’Hey You’’, Fou! Hâ-Hâ, ‘’for You’’!>>

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

Lundi après-midi de cte s’maine…. Ej me faisait “tuggé”, descendant la “Pleasant Street”, de Shédiac; ou plutôt dire – – quasiment à m’faire arracher le bras, en m’crampougnant “for dear life”, à la “leash” (YEOYE) de mon snoreau gâté de saint-bernard, “Buddy”! Y marquait son territouaire, en m’draguant dans lés canals. En se soulevant la patte contre t’un poteau de taléphône, j’ai tu pas eu la malchance de pardre mon ballant; me poquer l’front contre la surface rugueuse du bois pis à finir par obtenir t’une écharde la “size” d’un “toothpick” me trouer la peau, entre lés deux sourcils ou à ressembler à t’un perchoir qui “stick out” d’une cabane à oiseau.

Dans l’temps que j’recevais du “first aid care”, sus l’bôrd du “sidewalk”, par z’une sartaine Madame (“O for Ouch”) O’Brien, “ex-nurse” d’armée à sa retraite; pis qu’habite dans l’une dés apartements, pas loin à youssé que s’trouve le “tennis court”… Ya! V’là tu pas z’un p’tit chihuahua vagabond de couleur “light brown” qu’a décidé de s’en v’nir s’introduire pis “sniffé” le “trou” d’mon chien. “BIG MISTAKE”! Qu’l’énorme crotte – – PLOUC – – qu’a “nervously” jèté “out” de mon “Buddy” s’en a v’nu éclabousser de caca le côrps entier du p’tit “yapper” à poils minces.

Pour rendre pire la situation, mon “Buddy Dog” s’a tu pas décidé de s’asseoir par-dessus le chihuahua…Quant qu’Madame O’Brien a “witnessé” cossé qui s’brâssait ou qui “crushait” la pauvre p’tite créature; à m’a abandonné pour tcheques minutes, avec mon front d’à môtché-bandé pis taché d’mon sang, pour s’en âller à la rescousse du toutou. Cé avec t’un tchas d’encens d’sa bouche qu’à l’a réussi d’faire obéir mon “Atta-Boy-Good-Buddy” de se soulever “off” du chihuahua épeuré.

Madame O’Brien a vite ramassé le p’tit chien dans sés bras pis à travorser de d’sus la “property” d’un Môssieux d’accent étranger qu’avait son “lawn sprinkler d’on”… Qu’a “twisté off” la “sprinkler part”, pis qui s’a servi d’la pression d’eau d’la “hose” à nettayer le poils, sans savon. Dans l’temps que y’elle faisait cossé qu’était la “right” affaire à faire, cé t’un “jogger” qu’arrêté m’assister avec le restant de mon pansement.

J’ai insisté de payer pis de faire amener le chihuahua se faire “scrubbé” coumme y faut t’au “Dog Groomer” pis à la suite le faire examiner par t’un bon vétérinaire. J’avons “findé out” que le pauvre p’tit chien est t’un “stray”. Quand qu’Madame O’Brien a su la nouvelle, ayant timbé en amour avec la “cute” p’tite crotte… Pour finir bin l’histouaire, elle fut “grantée” le droit de l’adopter…Pis qui l’a d’enregistré de d’sus son “dog tag”, coumme étant “POOH-POOH”!

En revenant “back” à mon “Buddy Dog”, j’y’avons savounné le poils épais au tout l’tour du trou. “At least” asteur, il ne pu pu la crotte! Pis “as” pour ma blessure, j’aurai t’une cicatrice souvenir. À youssé icitte, ma bande de “nosey”; j’vous d’manderai poliment d’arrêter d’m’examiner le front.

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

Darniérement, j’m’en ai aperçu qu’en embarquant de d’sus la “scale” à peser, j’peux z’entendre lés “springs” à l’intérieur d’la machine en train d’grincer… Depis que j’sus déménagée z’à Shédiac, j’ne sais pas cossé qué dans l’air qui m’fait engraisser d’la pareille sorte? Trop manger “d’fudge”? Trop d’visites en cachette à la “Bakery”, p’t’être bin? Cé vrai que le reflet de moi dans le miroué ne menti pas! J’admet que j’sus devenue Bedouse! Au lieu de me lamenter “about it”; j’ai décidé bon, “HEY” Delphine là-là, de composer t’une chanson amusante qui me décrit à youssé qu’j’sus rendue en âge…

Qui s’ra “hopefully” la “Hit Song” de d’sus ma “next album”, d’intitulée pareillement coumme le titre ci-dessous:

<<”Blues” de Bedouse>>

1.

“Well”, j’ai lés “Blues” de Bedouse! (“Oh, Yeah”!)

“Oh”, j’ai lés “Blues” de Bedouse! (“Oh, Yeah”!)

M’roulie-roulant sous l’menton (“Oh, Yeah”!)

Du grâs pesant pis traînant (“Oh, Yeah”!)

Lés duvets m’chatouillaient

Entre lés bourlets d’més jârrets (“Oh-Oh, Yeah”!

“Oh-Oh, Yeah”!)

2.

“Well”, j’ai lés “Blues” de Bedouse! (“Oh, Yeah”!)

“Oh”! J’ai lés “Blues” de Bedouse! (“Oh, Yeah”!)

V’là la “waist-line” d’més tchulottes (“Oh, Yeah”!)

“M’snappons” (Aïe-Aïe) quand je rote (“Oh, Yeah”!)

Mon côrps courbant vers l’avant

J’ai lés tétons me timbant (“Oh-Oh, Yeah”! “Oh-Oh, Yeah”!)

3.

“Well”, j’ai lés “Blues” de Bedouse! (“Oh, Yeah”!)

“Oh”! J’ai lés “Blues” de Bedouse! (“Oh, Yeah”!)

Le lârd me coule entre lés doigts (“Oh, Yeah”!)

Si “j’m’squeeze” le grâs jouxte t’au foie (“Oh, Yeah”!)

La douceur cé ma faiblesse

Ça s’manifeste tout l’tour d’més fesses (“Oh-Oh, Yeah”!“Oh-Oh, Yeah”!)

 Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Deli Productions © 2017