Cossé qu’a radote Delphine…

Delphine B.B. Bosse

J’arrive du bureau du p’tit avocat du djâble, à youssé qu’le Darnier Testament à mon cher feu mari d’Ozime fut lu lentement. Pis «no offense» t’à l’houmme de loi, qu’avait t’une odeur nocive de «garlic breath» à m’faire «gaggé» pis m’faire rouler lés larmes dans lés yeux, à t’utes lés deux mots récités de chaque ligne du document légal.

J’sais pas coumment vous dire socitte, mais <<WOUHOU- WOUHOU>>! Cé yinc à la fin de la «reading», que s’a réellement «sinké in» que je n’aurai pas besin de «worryé much about» coumment que j’vais m’arranger financièrement à payer lés «bill», etce- tera-etcetera… J’ne savais pas que la sensation à devenir veuve pouvait être aussi excitant, coumme (Ya) gâgner le grous  «Jackpot» (<<Cha-Ching! Cha-Ching>>) à la Loterie!

J’avais entendu «once upon a time» que l’argent ne fait pas le bonheur! «Sorry to say»! Bin dans cte cas typique icitte… J’peux m’braguer, (Hmmm-Hmmm) que j’pense ej va extrêmement «m’enjoyé» à m’rouler dedans lés «big» bidoux de cinquantes, de cents pis de milles piastres. En miounnant «happily», en même temps, «countré style» dans ma tête… La «ever popular tune» suivante (pareillement coumme la performance mémorable de la vedette «Daffy Duck», qui chante t’en bavant d’un ton avare dans le populaire «LOONEY TUNES Cartoon» d’intitulé «Ali Baba») : <<I’m In The Money>>!

Ouaye-Ouaye, là! Mês-hoummes-Mêshoummes! Merci, mon cher défunt Ozime, pour le bel héritage! De m’aouaire tcheins ta promesse d’hounneur, que même à ta môrt, qu’t’allais continuer à m’assurer à me prendre garde! Réalisant qu’j’allais être «alright»; me v’là que j’me suis mise itout z’à beugler z’en extase tcheques octaves de plus hautes, répétant z’à nouveau: <<WOUHOU-WOUHOU! WOUHOU-WOUHOU>>! <<I’m In The Money! I’m In The Money!>>

L’avocat m’a laissé saouaire que si que j’décidais de voulouaire vendre més plusieurs «properties» que «j’ownions» entre moi pis Ozime, que lui pis son équipe serions bin prêt de s’occuper d’la «legal paperwork». «J’agree-yé» de mettre à vendre la maison, la «camp» dans l’boute de Sussex pis mon restaurant populaire que j’appartcheins toujours t’au Village dés Roseaux. Ej pense que «m’renté» z’un apartement à 3 chambres à Shédiac ne va pas être aisé; surtout avec mon Saint- Bernard Buddy la «size» d’un «full grown black bear» pis qui cascade d’la salive d’la dgeule quasiment le volume dés Chutes du Niagara; pis avec un «cool» fils (Zacharie) qu’aime à jouer sa «electric guitar full blast» à faire frissounner lés châssis!

Sur un autre sujet… Ma «friend», la Vieille Gibraille, la s’maine prochaine va m’amener m’introduire t’au Groupe Support Houmârd dés Veuves pis dés Veufs du Sud-Est, du Nouveau-Brunswick. Apparemment qu’y’a dés bounnes «catch» de veufs, qui participant à ctés rencontres là; ça cé si qu’ça m’intéresserait de voulouaire m’en happer y’un! Bin ouayons! Coumme j’y’ai bin laissé saouaire : <<Baille-moi l’temps d’veuver! J’sus pas pressée à «m’involvé» avec tchequ’un qui m’veut yinc pour qu’j’y lâve sés drâses!>>

À la s’maine prochaine!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

Delphine B.B. Bosse

Sans mon cher Ozime, (OUAYE) la Vie s’continue… En parlant du défunt snoreau, y’a v’nu me visiter dans més rêve, hier souaire; avec t’un étrange message, sans vous blaguer, qu’y’avait mérité sés ailes d’ange t’au Ciel – – pour m’aouaire enduré l’badgeuler pendant son vivant! Qu’y’avait asteur d’la «talk» parmi lés anges pis lés archanges jaloux, que p’t’être le «BIG BOSS» (Djeu l’Pére, en esprit même) allait considéré d’enouayé t’un message céleste t’au Vatican à faire connaître son nom coumme (Ha-Ha-Ha) étant le prochain Saint Martyre de la Patience et de l’Alliance! Bin ouayons!?! Qué «quite» t’une illusion de grandeur, pour tchequ’un qui débute yinc son ÉTERNITÉ (ein-ouaye, qué «quite a long time»)!

Apparemment, ça fai-sait pas même cinq minutes qu’y’avait travorsé en travers d’la lumiére à la fin du tunnel, qu’y s’a fait souhaiter la bienvenue par lés tcheques âmes suivants :

1) Cti-là «first» de son défunt grand-grand-grand péré P’tit «Mutt» (vraiment Aldébert LeBlanc), qu’était en train d’amenuiser t’une jambe en bois d’chêne pour le pauvre Saint Lamenteux d’Isidôre; pis qui y’a guidé vers tchel nuage âller,  pour la «try-out» à «joiné» la «band» dés musiciens d’accordéons (asteur, qu’la musique de harpes n’était pu «in style»).

2) Ouaye! Que ma Mémére Zilpa avait t’un message spécifique pour moi: d’âller dans l’gornier d’sa vieille maison, de d’sus la «Tipperary Street» de Shédiac; pis cé là, à l’intérieur du fond de la grousse valise à traveler en métal bleu, que je trouverai sa «Victorian Silver Brooch»; qu’elle s’rait ho-nourée que «j’pin» avec fierté de d’sus mon long «coat» d’hiver… (Pis coumme de faite, j’m’en ai été «checkée» ça «out», après ma premiére cuppée d’thé d’à matin… Pis vous «guesserez» pas «darn it» cossé qu’j’ai découvers de «wrappé» avec t’un mouchoué t’en soie dedans z’une énorme «cup» de brassiére ravagée par lés papillons de la nuit??? Qui «shine» pis qui «blind again» dans la belle clarté du soleil d’la mi-juin?!? Qué asteur dans ma possession: «WOW»! La «silver brooch» à Mémére!).

3) Qui s’est fait approcher par Saint François Bin-Va-t’Assir, à saouaire si qu’y’avait amené avec lui t’un «deck» de cartes à jouer au «200»… Ouaye, un «deck», dont (mêshoummes-mêshoummes) la «coating» de chaque carte ne va pas s’user pendant la durée de l’entiére Étarnité! Ya! Pis de garder t’un œil de proche de d’sus cte Sainte Thérèse là pis sa «partner» l’oubliée Sainte Dina, parce qu’y’avons tendance t’utes lés deusses à «cheaté»… Pis qui s’a fait informer itout – – «GOSH»! Qu’à chaque jeudi souaire, juste coumme qu’laplanète Mars coummence à apparaître dans le Firmament : «DART GAME», «hosté» par lés habitants de la planète rouge, dans l’creux du plus grand cratère! À gâgner t’un «angel cake» ou le choix d’un autre «péché mignon» à chaque «bull’s eye»! (Aaaah! Pis Ozime, lui qui raffolait surtout dés desserts sucrés, pendant son vivant… Ej peux crouaire qui doit s’trouver bin ou t’en extase t’au Paradis!)…

Avant la fin d’mon songe, j’entendu clairement mon feu mari me laisser saouaire qu’y’t’étais excessivement «fine»… Ma très chère Delphine, d’arrêter «d’worryé» pour lui! Ouaye! Qu’le Paradis était coumme t’une «TOP NOTCH 5 STAR RESORT»! Pis quand qu’on pensent qui mouille, cé qu’lés nouveaux-venus anges de juchés de d’sus la «silver lining» dés nuages sont alloués d’nous cracher d’sus l’fait d’nos têtes humaines.

En plusse, qu’y m’baillait la parmission itout de «back» me marier… Qu’y viendra pas me hanter ou m’achaler… Pis cé icitte que j’l’ai «feelé» me becquer tendrement contre ma joue gauche; pis en s’en allant «wherever» qu’c’était, me laissant saouaire qu’il m’aime… «Will Watch Over Me»!  Cé icitte que j’ai sursauté hors du lit, «back» à la réalité d’être veuve!

Ouaye! J’aimerais de prendre le temps de r’marcier lés gens qu’ont v’nu che-nous me visiter me souhaiter leu’ sincères sympathies; pis qui m’avons amené itout t’une «truck load» de «trays» bombés de p’tits sandwichs pis de sucreries à fondre dans la bouche. Sauf, pour le vieux garçon fou de Sam à «Road Block» à Blair qu’a y’eu l’intention bête de s’en v’nir che-nous, («ahem») p’t’être bin à réconforter t’une veuve (Ha-Ha-Ha) t’en désespouaire… Bin cti-là-là, sans trop m’gêner; j’l’ai garoché d’hôrs! Que même jusqu’à mon grous baveux de Saint Bernard, Buddy, l’a «chasé off» d’la «property» en réussissant d’y arracher le fond d’tchulotte!

 

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine….

Delphine B.B. Bosse

   Dans ma «next music CD» de countré, d’intitulée <<Mangeaisons Sévères>>, qui sera en vente pendant ma «World Tour» d’été, débutant le 1ier juillet… La chanson suivante que j’ai composé, qui va figurer de d’sus «track number 2» est garantie d’être t’une «toe tapping mega hit» t’au «French Club» de Waltham!

<<CROTTE QUI FLOTTE>>

 Y’un pou qui rame d’sus l’fait d’une crotte

Qui flotte dedans le vieux pisse-potte,

Qu’enfoui en d’sous du nouaire d’mon lit!

J’l’entend chanter: Ça sent l’pourrie!

 La peste m’étouffe;

M’étrangle bleu!

Ça m’pougne à la gorge!

Ça m’brûle lés yeux!

Ça m’pougne à la gorge!

Ça m’brûle lés yeux!

La peste m’étouffe;

M’étrangle bleu!

 Oooh! L’pou ne sachant pas nager…

V’là qu’la crotte s’a mise à caler…

Y’a paniqué! Bin beau crié!

Y’a gobé d’la pisse! Y s’a nayé…

 Avec t’une pince à épiler – –

Prudemment, je l’ai enlevé

Hors du fond d’mon vieux pisse-potte.

Raide p’tite bête, à l’était morte!

 Le p’tit pou, j’l’ai épinglé…

Dans mon ramas, je l’ai placé

Entre t’une abeille pis t’une sauterelle!

Pu de tourment! Rendu t’au Ciel!

 Y’un pou qui ramait d’sus l’fait d’une crotte

Qui flottait dans l’vieux pisse-potte,

Qu’était d’enfoui en d’sous d’mon lit!

Dont j’manque son chant: Ça sent l’pourrie!

Delphine B. B. Bosse

Deli Production © 2018

Cossé qu’a radote Delphine…

Delphine B.B. Bosse

   Avez-vous entendu? Y’avons té obligé (Mêshoummes-Mêshoummes) d’amputer la môtché d’la jambe gauche, du genoux t’en descendant, t’à la Vieille Delcia Castôr, l’épouse à Ivan dés Patates Cormier. Pis ouayons! Non du cou t’en montant; coumme circule l’étrange rumeur épeurante, en travers d’la Ville de Shédiac, (ha-ha-ha) de l’existence asteure d’une «headless woman».

   «Anyway»! S’arrivé tcheques souaires passés, tcheques minutes avant qu’le soleil se couche ou frôle l’horizon. Parle d’un drôle de malheur! À l’était d’embarquée d’sus l’fait du «roof» de sa «baby barn», se balançant coumme t’une contorsionniste de «Circus»; en train «d’swingé» le manche de son balais usé, afin d’épeurer lés merdeux pigeons à s’envoler «away»…

   Hmmm! Hmmm! Cé t’en steppant de d’sus z’une mare graisseuse d’une crotte d’oiseau, qu’elle «WHOOP» perdit son balant… Plongea dans l’vide, aussi lourde qu’un enclume de forgeron, pour s’écrabouiller le côrps en entier par-dessus la cabane à son «Great Dane mutt» de «Ruffins». Pis là, «BOING» – – rebondir coumme t’une «rubber ball» tricolore de d’sus le «lawn»! S’arrêtant d’rouler devant le passage de son échignant d’mari, le Vieux Ivan dés Patates, qu’était en train d’accélérer le pied pesant, contre la pédale à «gas» du «tractor lawn mower».  Qu’a bin beau asseyé «d’jammé» lés «brakes», mais juste-juste trop tard… «OOOOPS»… qu’la «blade» en sous de l’engin a (YEOYE) v’nu «drivé» au-d’sus le bas d’sa jambe gauche; y tranchant cte partie de la guibolle là, (YA) coumme d’la viande de «ham» qui s’fait «shavé» mince en travers d’un «meat slicer» à t’une Boucherie! Qu’apparemment qu’un «chunk» du cap du genoux, y’a «poppé out» itout; pour «endé up» (dure à crouaire) à être croqué pis avalé dans le creux d’la beude traînante à son «pet», le «dumb-dumb hound» de «Ruffins».

   Cé avec l’aïde «d’ABRACADABRA» d’un tourniquet bin serré, que l’Vieux Ivan a réussi d’faire arrêter le mozus de «sprinkler» de sang à continuer d’pisser hôrs du membre blessé du côrps à sa femme. Que quand qu’l’incroyable «Crew» d’Héros de l’AMBULANCE avons arrivé sur lés lieux, cé z’eux qu’avons pris la relève. Pis qu’avons «professionally rushé» d’Urgence, la toujours remarquable-consciente de Vieille Delcia Castôr , (Ouaye! «VROOM-EAT-MY-DUST») vers l’Hôpital Française de Moncton.

   J’ai eu la parmission d’âller visiter ma «chum» Delcia, dans sa chambre d’hôpital. Pour y’une qu’a pâssé en travers (à mon opinion) d’une si horrible accident, ça semble pas la bâdrer… À l’entendre parler, à prend ça de façon positive… S’lon y’elle («Hey-Hey-Hey»), l’amputation va pas l’arrêter d’vivre! So «what» si qu’à s’ra obligée de s’faire «fitté» avec t’une «peg leg» de «pirate»?!? «Aaaarr, land lubber»! Coumme qu’à m’a faite comprendre, y faudra qu’à s’adapte t’au change. Pis si qui faut même qu’à change son nom à «Peg Leg Annie»; (ha-ha-ha) coumme qu’j’la counne coumme y faut, à s’gênera pas à le faire…

   La seule chouse qu’à trouve «creepy», cé à youssé qu’la patte y manque??? À ressent sés orteils fantômes y «wigglé»… Ouaye! Y «twitché», coumme dés p’tits chocs électriques!

   Aussitôt, que l’chirurgien y dounnera la parmission de manœuvrer t’une chaise roulante; son plan s’ra de «challengé anyone» cinglé assez qui voudra la «racé» à «poppé» dés «wheelies», «up and down» la «hall» de l’hôpital.

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

Delphine B.B. Bosse

S’écria fort le Câlleux d’Encan: <<Une fois! Deux fois! Trois fois! Bra-a-avo! Vendue, pour 200 grous bidoux! Vieille baratte de beurre, à la femme dans la premiére rangée d’bancs, (bin ouayons) avec le grous chapeau d’cowboy!>>

Vous auriez dû ouaire la «dirty look» que j’m’ai faite «jetté» par la haute perche de femme maigorloune, avec l’étrange p’tit accent français «show off» de l’extrême nôrd-ouest du Nouveau-Brunswick; qu’y se battait contre moi, pour asseyer d’gagner acheter l’objet de désir. Juste à cause qu’à semblait aouaire le dedans dés paumes dés mains d’ampoulés d’une talentueuse baratteuse; qu’à hale sa maudite «frame», loin de moi. Y’avait juste «no way», que j’allais m’laisser facilement intimider par cte gobbine de mozus de verrat-là!  So! En réaction à son regard perçant… pour me moquer drôlement d’y’elle… «Nyah-Nyah-Nyah-Nyah-Nyah»! J’ai osé d’y «stické out» ma langue! Qui y’a causé ou baillé la rage à voulouaire y «steamé out» dés oreilles; pis à y r’nâcler bruyamment dés deux narines, coumme t’un boeu’ énervé.

So! Dans z’un état de rage, beaucoup de rage… Ouaye! La v’là qu’à l’a «grabbé» le long bracelet de cuir nouaire de son porte-feuille; pis qu’à l’a mise à «twirlé» le tout/pesanteur «and all» dans lés airs; pareillement coumme t’une fronde de berger. Que le fond d’son «purse» s’est déchiré… Qu’un grous «jar» de «beauty cream» («YIKES») a «flyé out» du trou: créant missile parfaite, pour s’en âller assommer, (Ââh-Yeoye) poquer z’en plein milieu du front, le pauvre-pitché Câlleux d’Encan!

Dans l’temps que lés Gârs d’la Sécurité étions z’en train d’escorter par force l’hystérique, hôrs de la salle… Ya! «To save the day», cé icitte que j’ai décidé de «jumpé» d’sus «l’stage» pis «grabbé» le «microphone» d’la main serré du «knocké out». Pour faire rire la foule; coumme t’une «referee» de la Boxe, j’ai beuglé après le Câlleux d’Encan d’éparé de tout son long par terre : <<«One! Two! Three! You’re Out!»>>

Qué après ça, que j’ai décidé continuer prendre la relève de l’encan; t’en «grabbons» la «next» attiraille, qui trempait dans z’un «jar», d’sus l’fait du bureau antique tout près du podium. Qu’était probablement le dentier d’en haut du Câlleux d’Encan, dont j’ai «mistaké» pour t’un instrument antique de tchuisine à être utilisé à racler facilement lés épis d’blé d’inde!

Me voici, j’m’ai mise à hurler à la va-vite: <<Ouaye! La «bid start» à 10 piastres! Dix piastres! Douze piastres! Quinze piastres! Ouaye! T’au pâtoux Môssieux, avec la moustache de cirée pis «d’curlée» dés deux boutes! Tchissé qui veut m’offrir 18 piastres? Ya! 18 piastres! Ah! 20 piastres! 20 piastres! «Going once»! «Going twice»! «Going one last time»! Vendue! Félicitation à la Madame, dans la deuxième rangée, avec sa «beehive hairdo» dés z’ânnées 1950’s pisson beau grand sourire de gencives roses!>>

J’ai té capable de quasiment tout vendre cossé qu’était sus l’inventaire; sauf pour t’une laide lampe, dont la «light bulb» se «twistait tight» dans la «socket», à l’intérieur d’la grande dgeule rouvarte d’un alligator empaillé. Imaginez-vous ouaire, l’encan s’est terminé là-là, avec t’une «standing ovation» de beaucoup d’applaudissements.

Que j’m’ai même jusqu’à faite offarte t’une «job», par la «business» qui s’occupe de la vente aux enchères… Coumment impressiounnés qu’y’étions… Ouaye! À voulaire m’engager «part-time», «on the spot», coumme Câlleuse d’Encan! Hmmm! Qui pourrait être mon choix d’une deuxième carrière ou d’une nouvelle «hobby» jobbette, n’est-ce pas!?! Mais y faudra sérieusement, qu’j’y pense??? Surtout que j’ai déjà z’une «busy schedule» de «World Tour» de Countré Star Extraordinaire.

À la prochaine!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

Delphine B.B. Bosse

J’ai tout l’temps y’eu mon dire que le Pape du Vatican devrait canoniser ma sainte bounne p’tite mére martyre, la chère douce Cléothilde, la seule pendant son vivant; pour aouaire asseyé son «best» d’éléver z’une enfant si-détestable-si-z’escrâbe que moi.

Hounnêtement, j’étais point du monde t’en grandissant. Mêshoummes-Mêshoummes! Cé ma faute, cé ma extrême grande faute; si qu’ma pauvre-de-pauvre maman a yinc que d’la «peach fuzz» coumme jueux, d’sus l’fait d’la tignasse. À l’était point z’à blâmer si qu’à s’arrachait lés boucles par pleines pougnées, à t’utes lés fois que j’y faisais dâmnée! P’t’être bin coumme cadeau pour la Fête dés Méres, que j’devrais considérer d’y payer t’une opération pour y faire éliminer ou adoucir lés rides profondes pis lés pattes d’oie autour dés yeux. Après toute, j’admet; cé moi, la gobbine de maudite, qu’a contribué à la créâtion majeure de sés sillons d’la peau traînante du visage! (Répétons z’ensemble, t’en allumant chacun(e) z’un lampion, cte p’tite priére suivante : O Vénérée Sainte Cléothilde, Sainte Patronne Martyre de t’utes lés Mamans du Monde Entier, (ouaye-là) que Djeu l’Pére «bless» son âme! Ainsi soit-il!).

J’me considère chanceuse, qu’ma brave mére ne s’a pas chaviré… J’sus sartaine par moments qu’à l’arait bin voulue «poppé» plusse qu’une «pill» à nerfs ou de s’faire draguer «away», à l’Azile de Saint Jean, dans z’un «straight-jacket-one-size-fits-all»! Cé t’en ayant grande Foi pis t’en prions continuellement à la Viarge Marie, Bounne Sainte Mére de Jésus, y d’mandant courage qu’à n’aye pas besoin d’aouaindre son tue-mouches pour voulouaire m’en claquer z’une bounne volée contre lés jarrets. Essayer d’me discipliner n’a point t’é aisée pour y’elle… Même aujourd’hui, à l’é encôre capable de m’bailler la «LOOK» de d’sus la «phone» – – en voulant m’laisser saouaire de m’assaper… («Again» : O Vénérée Sainte Cléothilde, Sainte Patronne Martyre de t’utes lés Mamans du Monde Entier, (ouaye-là) que Djeu l’Pére «bless» son âme! Ainsi soit-il!).

Mon plan pour célébrer l’occasion spéciale de la Fête dés Méres, cé d’la «kidnappé», y’elle pis mon pére; pis à l’heure du souper, d’lés amèner tous deux se bourrer la face t’au meilleur restaurant de Cap-Pelé, pour chacun(e) t’une bounne «feed» de «Seafood Platter». Pis si qu’y’a d’la place de reste dans leu’ beudaine, lés gâter avec t’un mozus de grous morceau de «cheesecake»; pis à s’mouiller l’bec avec t’une savoureuse cuppée d’café, pour lés aïder à roter à leu’ aise! Y faudra «remindé» mon pére de s’flaquer son dentier dans la goule pis à «polishé» son œil de vitre gauche, pour pas embarrasser ma mére en plein public.

Cé mon talentueux fils Zacharie, qui va s’en v’nir «surprise-surprise»; «bargé in» dans l’restaurant, en plein milieu du repas, avec sa guitare… Afin «d’entertainé» sa «favorite» Mémére Cléothilde, avec z’une chanson populaire de Chantal Goya, d’intitulée : <<Voulez-vous danser grand-mére>> pis suivie par la fameuse tounne traditionnelle de <<La Ziguezon>>!

Malgré lés «hard times» que j’ai faite subir à ma mére, ej sais que «deep down» de y’elle qu’à l’é «proud» de moi. Après toute, ein Mame? Ej n’ai pas «turné out» si «bad» que c’là?!? «LOVE YOU» pis beaucoup «d’Hugs» en remerciement de n’aouaire pas «givé up» sus moi!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

Delphine B.B. Bosse

«Well», ça «boil down» à socitte… Aaaah, le pauvre esclâve de Djeu! Le Grous Jos «Foamie» à «Bobble» Hébert, l’houmme à la dâmnée Fannie pis «l’well known bootlegger» surtout par lés Polices Montés à Jouals pis d’la communauté paisible touristique de Shédiac, (Hmm-Hmm) y’é «finally» décédé… Coumme décrite en belles lettres «fancy» pis avec sa face laide pis «scruffy» de «printée blurry» z’en «black & white» dans la «R.I.P. Section» du «newspaper» anglais : Ouaye-ouaye-là! Qu’y’avait été «corké» à môrt, par tcheques bouteilles de vin!

«Anyway», l’enterrement ara lieu cte vendordi matin icitte. J’le sais, parce que cé moi qu’a y’obtenu lés hounneurs de chanter t’au service funèbre; dont j’ai «agree-yé» de l’faire pour «free». Coumme j’ai partagé avec mon houmme foiroux d’Ozime : j’une bounne idée que l’intérieur de l’église s’ra de bin paqueté d’monde; pareillement coumme en dedans d’un grous «fridge» de «stacké up» ou de rempli de plusieurs «twelve packs» de biéres; avec tcheques «brands» qui goûtent (Ha-Ha-Ha) à d’la Pisse de «Moose» Canadienne!

J’ne sais pas si qu’le tchûré a accepté l’idée que chaque témoin t’au funérailles soit approuvé de «toasté» le Grous Jos «Foamie» à «Bobble» Hébert, avec chacun t’un verre de «cheap» vin blanc (fôrt assez pour nettayer t’une vieille brousse à peinture pis à réchauffer t’en descendant le gorgoton), quand qu’le cerceuil sera escorté hôrs de l’église; pis ensuite là, «last ride» vers le trou creusé profond qui l’attend t’au Cimetchére!

«Sorry to say», bin! J’vais exaucer le souhait à la Veuve! Mêshoummes-Mêshoummes! Ça ne sera point dés chants traditionnels d’église qu’vous z’âllez m’entendre chanter; mais plutôt t’une liste de chansons à faire bouaire – – ouaye, dont le Grous Jos aimait d’miounner, dans l’temps qui faisait «business» avec sés «regular-happy-guzzling-customers»… So voici le chant d’ouverture parfait, don’t j’ai sélectiounné de beugler avec t’un «country twang» : <<There’s a Tear In My Beer>>! Après réflexion de la premiére lecture-prière: <<CHUG-A-LUG, CHUG-A-LUG>>! Suivie après, par : <<Bubbles In My Beer>>! Pendant la période du défilé de borbis égarés à la Communion; («yes, sirree») la «long peppy version» de la tounne suivante : <<One Bourbon, One Scotch, One Beer>>! Pis à la sortie du service ou à la grande finale : «HEE-HAW»! <<In Heaven There is No Beer>>! Pis quand qu’l’intérieur d’l’édifice sainte sera complètement vide, t’en m’baissant doucement la voix tremblante d’ange, me mettre à interpréter : <<HAPPY HOUR>>!

Là, après le service… Amis et Membres Proches de la Famille seront invités d’âller «s’gatheré snacké» à la salle de réception, appartchenant z’à la Parouaisse. À youssé qu’y’ara «plenty» de paniers rempli «mostly» de «beer-nuts», de «BBQ Chips» pis de «salty pretzels» à chaque table. En plusse avec dés sandwichs aux «ham» pis bombés de viande de boeu’, emborvés épais d’mayonnaise. Pour le dessert, ça s’ra dés «muffins» à la rhubarbe (qu’étions «actually» lés «all-time favorite ones», qu’avalait le Grous Jos («GULP») dans z’une bouchée («muffin cup and all»; sans prendre le temps d’souffler) (ouaye) pendant son vivant!

«Well»! Faut j’m’en alle pratiquer à «faké» horler, icitte pis là, dans més chansons; «I guess» coumme va «faké» lés larmes de la Veuve Fannie, quand qu’j’irons y souhaiter nos Sincères Sympathies!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

Delphine B.B. Bosse

Delphine B.B. Bosse

Méfiez-vous dés bessounnes démoniaques, Florianne pis Pâquerette, t’au Veuf à Jacques à Pakhôme Arsenault. (Ouaye-là… À youssé «The Arse came first, then the Nose»! Ha-Ha-Ha! La «gettez»-vous? «Arse-Nose»! Qué l’explicâtion moqueuse que leu’ arriére-arriére-ancêtre Jean-Prime (avec le peu d’anglais qui counnaissait à l’époque dés z’ânnées 1915’s ou qu’y’était capable de baver d’sus l’boute d’sa langue), pas trop «swift», s’avait efforcé à voulouaire communiquer «duh-duh-duh» à t’un touriste Amarichain du «Maine»- – que c’était à l’origine de cte ligne comique ou plaisanterie là, que son nom d’famille à lui dés Arsenault avait pris naissance).

«Anyway», en r’v’nant «back» t’aux deux snoutches ou orphelines effarées! J’lés ai «spottées» lousses, hier après-midi, à «bummé» dés «puff» de cigarettes. À faire leux p’tites «tough», à tchaquer pis à cracher leux p’tit tchas «d’gum» vert de d’sus lés «sidewalks» d’la rue Main! Hounnêtement! Que si qu’leu’ défunte sainte mére Églantine lés auraient vu agir; la counnaissant, «earth-angel» coumme qu’à l’était, pendant son vivant… À ne s’aurait pas gêné à voulouaire s’avancer à z’eux, pis leu’ bailler à chaque t’une gobbine de bounne CLAQUE de palette à mouche («Git»! YEOYE-YEOYE-YEOYE, vers la maison), contre lés jarrets!

Quand j’ai marché à côté d’z’eux deusse, cé Pâquerette qu’a osé s’moqer d’moi pis qui m’a traité effarément de : <<«Hey», Chouse! Toi, là-là… Ma «rodeo clown», avec le grous chapeau d’cowboy pis tés «cool» bottes hautes en tchuire jusqu’aux genoux de fumier à joual??? Toi, qu’écrit («man») dés histouaires «funny» dans L’Moniteur!!! Cé tu pas toi la mére à Zacharie, le «hot guy» qui joue (WOW) d’la «bass guitar», dans la «band» qui «performions» l’autre souaire à la réception d’mariage à ma cousine Adèle pis son deuxième nouvel houmme? Ouaye-ouaye, avec cti-là qui charpente pis qui reste de d’sus la «Winter Street»?!? Ya! Mmm-Mmm! Béloni à Blair à Zarald Vautour! (avec t’un arrêt momentané d’sa pârt) «By the way»? Ton garçon, y’é tu «single»???>>

Ça point té «nice», cossé qu’a été ma premiére réaction (une façon de «dirty look» à m’virer lés yeux croches dans lés orbites d’ma tête); pis surtout par la pensée étrange qui m’a travorsé en travers d’la «brain». Dés frissons, se transformant z’en gouttes de sueurs d’horreurs, s’avons mis à me couler descendant l’échine, quand je me sus imaginée devenir possiblement la belle-mére à l’une de z’eux deusse. Djeu Seigneur! Si qu’mon Zacharie ne veut pas que j’le «disown»… J’espère pour lui, qui s’ra rusé assez à ne pas voulouaire s’amancher avec de quoi d’aussi «weird» pis d’innocente; surtout, avec t’un si grand manque de respecte pis de saouaire vivre de leu’ part!

J’vous «trust» assez qu’vous vous z’en irai pas «blabbé» socitte, partout en travers d’la Capitale de Houmârd. Après t’ute, j’ne voudrais pas que Florianne pis Pâquerette viendrions me «nabbé» à la gorge, pour prendre vengeance contre moi.

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

Delphine B.B. Bosse

Delphine B.B. Bosse

J’étions z’à la Co-op, moi pis ma chum la Vieille Gibraille, dans la section du «Produce»… «Ooops», en train de voler tcheques «grapes» rouges («okay-okay», j’lés «tastions» pour tester si qu’y’étions bounnes ou à saouaire si qui valions vraiment la peine d’en acheter t’une pleine grappe)! Ej pense que j’étions rendue tous deusses à avaler chacune tout rond notre septième ou huitième fruit rondelet juteux? Ouaye! Quand qu’nous nous sommes faites interrompu par l’échignante-énerrée de Girofline à Hervé à Ha-Hareng Belliveau. Ouaye-ouaye! Vous savez tchissé que j’veux dire? La grande perche-là, jambes-canes à balais, qu’a tout l’temps lés jueux d’échevelés; pis lés dents «smearés» de «lip-stick» rouge! Ya-Ya! Y’elle qui parle du boute du nez! Dont j’assume la cause de socitte est du que p’t’être bin sés lunettes (la forme en œil de chatte) y sont trop pesantes sus la balancine d’la boule du r’niflouaire; pis qui cause l’émet d’air dés deux narines, à sounner itout coumme t’un «slow» sifflement aigu!

«Anyway», cé en travers d’Girofline qu’j’avons su (mêshoummes-mêshoummes) l’horrible «gossip» là… L’incident bizarre qu’arrivé z’en fin d’semaine!?! Ouaye-Ouaye! À l’égard du «shooting out» accidentel dés «corks» de bouteilles de vin, du «private stock» de raisins fermentés dans la câve d’la maison délâbrée du «bootlegger», mieux counnu coumme le moqueux de Grous Jos «Foamie» à «Bobble» Hébert, d’la Butte après l’Pont!

Cé sa femme maussade de Fannie qui l’a trouvé: pauvre Jos, sans counnaissance; la surface d’la peau d’son côrps, d’à môtché de «bruisé black & blue»; la paupiére de l’oeil drouette, d’enflée aussi grous qu’un pamplemousse; pis avec t’un bouchon d’liège de coincé dans chaque… pis quand que j’disons dans chaque… dans chaque orifice existante de sa face ravagée par le temps pis de trop «d’party-ing» (apparemment qu’le pire «one» ou le «cork» endommageant à extraire a été cti-là d’enfoncé creux dans l’oreille du côté gauche – – par rapport ça pris z’une opération quasiment («oh-my-gosh») de deux heures et quart à l’hôpital à y «yanké» ça «out»).

Faut mentiounner, que Jos (ouaye, prions pour Jos) est encôre considéré-là «in critical condition» ou dans z’un état «d’vegetable» purée dans la «brain»… Hmmm-Hmmm, dans son lit d’hôpital! Pitché ou «Darn-Darn-Darn» pour Fannie! «So far», la pauvre esclâve n’a pas obtenu le «go-ahead» officiel du «flirty» beau docteur, afin qu’à puisse (Ha-Ha-Ha) s’en âller (la counnaissant coumme y faut, avec t’un grinche de soulagement d’sus la face) appliquer pour sa pension d’veuve!?!

À mon opinion, «quite» t’une histouaire époustouflante à partager… avec vous z’autres… n’est-ce pas?!? «So», en attendant… demeurez patient ou jusqu’à ce que j’puisse en «findé out» d’extra au sujet du Grous Jos «Foamie» à «Bobble» Hébert. Pis si qui faut j’m’en alle moi-même en parsounne «snoopé» à l’hôpital??? Pour satisfaire ma curiosité, j’irai…

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine….

Delphine B.B. Bosse

Delphine B.B. Bosse

Ma «gilling suit» d’été ne «m’fit» pu coumme y faut! Un p’tit brin plusse que «j’snug», ej dirais… «Okay»-«Okay», là! Quand qu’cé rendue qu’la strappe de mon «bikini top» me coupe la circulation du sang de la poitrine t’en montant jusqu’au cerveau, qu’lés yeux m’en ressortant dés «eye sockets» coumme dés «balloons» gonflées. Ya! «Time to do something about it»!

Faut j’admettre, j’n’ai pu lés rondeurs raffermées ou parfaites de més «young beach days» qui faisions gobbine «once upon a time» faire siffler (WOUHOU) lés hoummes musclés après moi! En m’examinant lés yeux pochés dans mon grand miroué, ej ressemble plutôt à t’une «beach ball» avec dés jambes… avec dés jambes plutôt poilouses, aussi épais pis sombre que la gigantesque fôret acadienne du nôrd du Nouveau-Brunswick, qu’arions besoin d’l’aïde d’une bounne «chainsaw» afin d’abattre le doummage qui s’est multiplié hôrs de contrôle pendant la longue saison d’hiver.

Qué pour c’là que moi pis ma «friend», la Vieille Gibraille, qu’j’avons décidé de nous payer chacune t’une «membership» t’au grous «gym» public d’la Capitale du Grous Houmârd; pis de changer nos habitudes de la façon qu’nous nous bourrons la face… So, si dans lés prochains jours qu’vous m’ouayez marcher «nerve-neck» de d’sus lés «sidewalks» d’la «Main Street», avec la goule de «muzzlée»; pis que j’semble à y’une qué parée à «jumpée without notice» d’sus l’côrps à tchequ’un qu’en train d’manger t’une «chocolate bar»… Sortez d’ma «way»!

J’espère que Djeu l’Pére m’exaucera avec t’une bounne dose de «will power» à survivre la «DIET» (avez-vous r’marqué que le mot «DIE» (Hmmm) se trouve être dans le mot «DIET», que je «suspect» ne doit pas être trop «good» pour nu’ autres… Ouaye! «What’s up with that»?). «Now», si seulement qu’la «dressing» d’une salade de chef de restaurant pourrait yinc aouaire le goût (Ya) d’un «chocolate éclair» gourmant ou à du «dark chocolate cake» avec d’la bounne «boil icing» épaissement crémeuse?!? Ou t’une autre solution moins coûteuse à m’encourager d’maigrir, s’lon mon houmme Ozime foiroux: ça s’rait d’me «duck tapé» coumme y faut la gobbine de mâchouére!

À ma premiére journée, quand j’ai «steppé in» dans le «gym»: parle d’une atmosphère bin entretenue. Ça m’a surprise qu’la   peste ou la sueur de sous-d’brâs ne pougnait pas z’à la gorge! J’ai réalisé coumment «out of shape» qu’j’étais, quand j’m’ai mise être «insanely out of breath» (pis j’n’étais pas z’encôre assise le large fessier contre le «seat paddé» d’la bicycle à exercice, à voulouaire asseyer d’impressiouner l’monde avec la maniére que «j’plannais d’paddlé») – – ouaye, c’était yinc à «watché» lés autres s’escârrer de d’sus l’équipement du «gym»… (Ya! Mêshoummes-Mêshoummes), qui m’a «flooré» d’la pareille sorte!

J’vais pas vous blaguer.. «’Man», que j’sus «sore» partout! «Right now», ej marche (Aaaah-Yeoye-Yeoye-Yeoye) coumme y’une qu’a pas pu s’rendre à temps à la bécosse. Une fois que j’serai habituée t’au régime ou à la routine de bounne santé – – que j’atteindrai mon but à regarder «oooh-sooo super gorgeous» coumme t’une «run-away model» là-là dans ma «polka dot bikini»… «Then», dans cte cas icitte, j’ne «minderai» pas d’engraisser de d’sus vos compliments d’WOUHOU’s! Pis si tchequ’un tcheins «tab» de mon progrès équilibré? P’t’être, juste p’t’être, qu’un «promoter» voudra m’flaquer ma jolie face basanée contre t’une grousse «can» de «protein powder»… Coumme inspirâtion à développer t’une «publicity campaign» qu’afficherait SI DELPHINE «CAN» – – «SO CAN YOU»!

Mais (YA), en attendant : ONE DAY AT A TIME, SWEET DELPHINE! OUAYE! ONE DAY AT A TIME! Qu’j’m’ai faite «encouragé»… Pis que j’dois me «remindé», chaque jour! Vraiment, mon plus grand défi va être à résister à la tentâtion d’être tentée à voulouaire «cheaté» t’en cachette de d’sus du «junk food» (ma plus grande faiblesse).

«Anyway»! Souhaitez-moi Bounne Chance! J’apprécierais c’là, votre support!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire