Cosser qu’a radote Delphine…

N.B. Afin de mieux «enjoyé» comprendre ma chronique de cte s’maine… Ouaye! Ej vous recommande de la lire tout haut; t’en parlant du nez!

Vroom! Quand j’ai finalement pu tourner més 4 roues de mon p’tit «2017 Chevy Cruze Hatch» dans le terrain d’la Coopérative, j’ai tu pas faite la grave erreur d’âller «m’parké» à côté d’la vieille baratte rouillée qu’appartcheint t’au mozus de Jalbert à Rôllie Pinotte. À cti-là qu’la peste de poisson boucané pis de vieux tabac d’pipe de d’sus sés haillons troués m’fait «gaggé»… Cé pas lui coumme sa femme échignante, qui spitounne sés mots quand qu’à s’met à bavasser – – la gobbine de dâmnée d’Âh-Nan-Nan à Han-Nan (dont son vrai nom est Anna), que j’voulais asseyer de sarner à tout prix. Trop târd! La snoutche m’a tu pas «spotté», juste coumme que j’rentrais me «grabbé» z’un «shopping cart» dans «l’grocery store».

Cé icitte que j’arais souhaité (POUFFE) me transformer invisible; d’être greyée incognito! Mais cé mon énorme chapeau de «cowboy», qué très évident, qui m’a trahi… Quand qu’à s’a mise à héler sés <<YOUHOU-YOUHOU>> après moi… Ej savais qu’j’allais être «stuck» à l’endurer baver… La counnaissant, qu’à l’allait itout de tout son possible d’asseyer me tirer lés vers du nez!

En envahissant mon espace, ej pouvais «feelé» de près son crachin d’la goule à m’arrouser pis à m’faire ruisseler l’épais «make-up» de ma binette; mais surtout la région du rouge appliqué de d’sus més «high cheekbones»! Sa respire sentait mauvais «l’garlic»; assez puissante, qu’à l’arait pu réussir (avec le moindre effôrt) à faire écailler la peinture «off» dés «ceilings» pis dés «wall» entier à l’intérieur d’la Co-op!

«Anyway», laissez-moi vous garantir, qu’Âh-Nan-Nan à Han-Nan s’a point gêné à m’fournir la «latest» information (qué «gone viral» en travers d’la Capitale Mondiale de Hoûmard) – – ouaye, à youssé s’trouve vivre z’une ancienne counnaissance à moi; que j’pensais disparue pour toujours!?! Vous «guesserez» pas tchi? La maudite infâme d’effarée-face de Grande Carméliste; la plus grande «flirt» que j’counnais pis à se méfier… Ouaye! Ouaye! Y’elle qu’avait bazi du Village dés Roseaux de maniére suspecte (dans l’temps que j’vivais là), quand qu’son mari ( le tannant Joe Lampion) mourut… Ya! Ya! Y’elle qui m’faisait déclencher à perdre mon «cool» pis d’me mettre à l’insulter à chaque fois qu’nous nous rencontrions par hasârd.

La face m’a quasiment rollé jusqu’à terre, lorsque que j’ai découvert qu’m’a verrât d’ennemie jurée vivait dans z’une «boarding house». «Half-way», z’en descendant la «Pleasant Street», qui mène vers la «Shediac Marina»! Qué proche du terrain de tennis pis d’la «Shediac Arena»! Dont l’asphalte connecte de d’sus la «Centennial Drive», en direction d’mon adresse (à youssé que j’sus déménagée).

Âh-Nan-Nan à Han-Nan m’a «warné» d’avance de me préparer mentalement à v’nir face à face possiblement avec la vilaine de Carméliste. D’agir civilisée… Car y’a bounne chance qu’à s’montra p’t’être la face pour faire dâmner t’au même «Baby Shower» à la «Sweet Lil Pickle» qu’j’avons tous ‘té invitées d’âller célébrer jeudi souaire de la s’maine prochaine.

Une fois t’au «Baby Shower», parce que j’ne la «trust» pas pu loin qu’mon boute du nez… Si «j’notice» Carméliste à «double-dippé» sés «chips» dans «l’onion dip» que «j’plan» d’âmener! J’y f’rai payer en Enfer!

Hmmm! Asteure que j’ai l’idée d’un à peu près à youssé Carméliste reste… Y faudra j’m’efforce d’m’en âller «snoopé» par là. «Usé» mon Saint-Bernard coumme excuse, pour prendre de l’air; pis qui m’empêchera d’âller «peeké» en travers dés châssis du monde! Mais une fois «for sure» que je «find out» à youssé qu’à l’habite… P’t’être bin en revanche, que j’entraînerai mon énorme «Buddy Dog» d’âller s’larguer à son perron porte… Y laissant en cadeau, un tas d’crottes!

Histouaire à suivre… À la s’maine prochaine!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

Samedi matin, le 6 janvier, 2018, pas plusse qu’une minute après le lever du soleil, v’là mon grous «hound» de Bébé-La-La de Saint-Bernard, le beau «Buddy», qui m’a réveillé t’en sursaut; t’en gémissant après moi – – <<Maman! Maman, dépêches-toi à v’nir m’rouvrir la gobbine porte. Car ej viens tout juste de péter; (ouaye)qu’annonce l’arrivée d’une crotte!>> En s’aouaindons le museau dehôrs, dans le frette terrible d’hiver – – au lieu de rôder coumme d’habitude dans la «backyard», à se trouver t’une «spot» à se dévider lés trippes. Le v’là qui s’met à fendre le vent ou à hârer sés 4 immenses pattes, en direction de la Baie d’Shédiac qué paralysée de glace épaisse pis peuplée de tcheques cabanes à éperlans! J’avais bin beau crier après la bête, mais le gobbine de snoreau refusait de m’obéir… Pis mon houmme foiroux d’Ozime, qui n’était pas à la maison; parce qu’y’é «gone» de d’sus z’une «business trip… Me laissant seule à «dealé» avec la situâtion!

«Man-oh-Man» qui faisait frette t’en mozus! J’me sus «bundlée» pis «insulatée» le côrps coumme y faut, en me greyons dans ma vieille «ski-doo suit» (qu’était «honestly» t’un p’tit brin «tight fitting» tout l’tour d’més bourlets d’la beudaine); bin que j’savais allait tout d’même me protéger contre le souffle piquant du nôrd glacial qu’arait joui à v’nir me «jabbé» coummes milles aiguilles en travers du «padding» de mon attifement. Au lieu de me chausser avec més broganes d’hiver, j’ai décidé bon de me greyer ou de me lacer lés deux pieds avec més anciens patins blanc d’à môtché-aiguisés de «figure skater» (qui date dés ânnées – – «OH MY GOSH» – – quand qu’j’allais t’au «high school» pis excitée après lés gârs). «Anyway», j’ai «steppé» de d’sus la glace. J’ai pas eu besoin trop de m’essouffler ou à utiliser més vieilles jambes grassettes à naviguer ou à glisser… Cé l’vent qu’a prit l’contrôle à voulouaire me pousser dans la direction à youssé s’trouvait mon énorme chien… Qu’était en train de s’lever la patte pour pisser contre le «siding» de «tar paper» déchiré (qui flappait «high pitch» dans la brise) d’sus l’bôrd d’la porte fermée d’une cabane à éperlan.

Me rappelons pu coumment «breaké» més patins d’sus l’fait d’la glace. BANG! J’me rappelle d’m’aouaire poqué dure le front contre la porte de la cabane à éperlans; à ouaire dés étouèles; mais pas ma vie, à me défiler devant lés yeux.

Ooh-La-La! Quand j’me sus rouverts lés yeux, j’étais d’épârée d’sus l’plancher glacé, à l’intérieur d’l’abri à pêche de mon beau ouasin, le beau Adémard à Walter à Vital Boudreau. Qui m’a offert t’une p’tite gorgée de son flasque de p’tit fôrt blanc, pour m’aïder à me ranimer pis me ravigoter le dedans du côrps… Coumme ma chum la Vieille Gibraille arait pour son dire : <<«Jiggy-Dee-Jiggy-Do»! Âh, mêshoummes, qu’ça «hit» chaud la «spot»!>>

Quand j’sus sortie d’la cabane, me faire aveugler par lés rayons d’soleil, v’là qu’était mon cher grous «Buddy» en train de s’amuser à «sniffé» la licence ou le derriére du «poodle» (appelée «Precious») à Adémârd. Si qu’mon «Buddy hound» arait «inhalé» plus fôrt, y l’arait sartainement «snorté» pompons «and all» dans sés deux grousses narines morveuses.

Par chance qu’Adémard avait t’une toboggan pour attacher en erriére d’son «snow mobile»… À youssé que moi pis mon énorme chien gâté pourri avons y’eu l’opportunité chanceuse de «hitché» t’une «ride safely back» jusqu’au bôrd d’la côte. «As for Precious», bin y’elle était la princesse; qu’a y’eu l’hounneur de «ridé» d’assise de d’sus l’même siège en erriére de son maître… «VROOM-VROOM»! Qu’était vraiment trop «cute», avec sa p’tite «canine scarf» pis sés «sissy doggie booties»!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

J’ai pâssé mon après-midi, la veille du jour de l’an, t’au Village dés Roseaux, à visiter dés amis pis de vieilles counnaissances… À m’émoyer cossé qu’y s’brâsse dans la communauté??? Aaah! J’ne savais pas que ma cousine Arthémise s’avait rencontré t’un «chum», un sartain noummé Pâtrique à Zime à Robuste Gauthier (du boute de Shippagan). «Well», parle d’une belle cosse d’houmme! Aussi «handsome» pis «debonair» (j’ai bin dis «debonair»; pis non «donair») qu’un «male model» qui pose dans z’un «catalogue» de «sports wear» ou à «advertizé» dés drâses dans l’un dés «flyers» d’ajouté dans «l’newspaper» épais du samedi. (Ha-Ha-Ha, si j’compare mon houmme foiroux d’Ozime avec le «honey bunny» à ma cousine… Icitte le mot «donair» s’applique bin coumme y faut à décrire la «shape» arrondie pis la parsounnalité «so-so» à mon cher bedoux d’époux)!

Après c’là, j’m’en sus z’en âller vers lés trois z’heures cougner chez ma cousine Dométhilde, afin de la ramasser… Car j’avions rendez-vous, l’autre bôrd du chemin, chez Rosalie à Croque Potte, la Tireuse de Cartes! Moi! «J’enjoy» ça d’me faire lire la fortune; à m’faire prédire cossé qu’j’aurai à faire face ou qui va m’pendre du boute du nez au courant d’la Bounne Ânnée??? Mais «as» pour ma cousine Dométhilde, cé l’contraire. Ça l’énarve assez qu’à n’en tremble, à un point à youssé qu’lés paumes dés mains se mettre à suer… Qué coumme «weird»!?!

Cé Dométhilde qu’a été la premiére à brasser pis à couper sés propres cartes. Si qu’cé vrai cossé qu’la lecture dés cartes y y’ont révélé… Aïe-y’aïe-y’aïe! Coumme y’une qué «cursée» pis «jinxée» ou «accident prone», la «warning» est bin claire. Faudra qu’à l’évite de marcher dans z’un tas d’fumier de jument, car y’a vraiment malchance qu’a «slippera» pis qu’à s’cassera tcheques membres du côrps. Pis si par malheur qu’à devrait s’faire attaquer pis picocher par dés pigeons (porteurs de germes) qu’habitent dans z’un clocher d’église, supposément qu’lés deux pieds allons y «twisté» ou déformer de travers à la faire «wobblé» ou dandiner drôle-mine pareillement coumme t’une «easy-target-non-suspecting» pirrounne qué dans la mire d’une «sling-shot» d’un enfant détestable. Faudra itout qu’à l’évite lés excès! Pis pour quarante piastres de plusse, Rosalie y’a offert d’y’en raconter d’plusse à l’égârd de sa destinée. Mais cé icitte que Dométhilde a été rusée d’arrêter sa session, qu’était rendue vraiment qui ne faisait pu d’grand bon sens. Avec l’excuse, qu’à l’avait d’quoi pressant à s’occuper de che-z’eux. Qu’à m’a abandounné là, toute seule!

Ouaye! Quand qu’ça v’nu à mon tour, y’avait une tension dans l’air. Mais quand que Rosalie s’a mise à défricher ma fortune. Oooh-la-la, concombre! Ça s’lisait coumme un roman, rempli d’aventures agréables. S’lon lés cartes, supposément qu’j’va m’faire «inducté» dans la «Hall of Fame», me faire reconnaître coumme t’une «Mega Star» pour ma contribution à la musique nasale de «toe-tapping» countré! Mais y risque qu’y’ara p’t’être t’une malchance que j’deviendrai p’t’être veuve à l’autoumne (ou p’t’être que «j’feelerai lucky», (Ha-Ha-Ha) si qu’s’arrive pour vrai). Mais de ne pas me décourager… Qu’j’ai tchequ’un proche de moi, tchequ’un d’ma parenté… Un cousin!?! P’t’être même une cousine!?! «Anyway», qui s’ra là pour m’introduire à l’un dés amis ou fréres à son «chum». Possiblement à t’un veuf de la Péninsule Acadienne!?! Hmmm? Qui semble vivre t’au rythme de la mer! Plus clairement, qui vient du boute de Shippagan! Qui m’a «freaké» bin raide! Ça valu le quarante piastres d’extra, pour m’faire «entertainé» ou à m’faire embêter davantage par Rosalie à Croque Potte à crouaire qu’j’allais itout vivre riche pis «Happily Ever After»!

Quand qu’j’arrivé à la maison; pis qu’j’ai conté ma fortune à mon houmme Ozime. Le v’là qui s’a mit à s’moquer d’moi, à quasiment en «choké» de d’sus son bavas pis entre chaque éclat d’rire! Qu’y’en roulait-crampé d’sus l’fait d’la place!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

Du vault d’histouaires comiques à Delphine, en voici y’une de Nouël datant de l’ânnée 2006 :

“J’étais z’en grade cinq! Ouaye! J’rêvais de tout mon âme de jouer l’rôle majeur d’la Sainte Viarge dans la Séance de Nouël d’la p’tite école. Pis parce que j’étais excessivement détestable pis dérangeante en clâsse, qu’j’n’étais sartainement pas la p’tite pète z’à la maîtraisse – – j’savais que j’ne serais pas pickée’’! “Yes, Sirree’’! Qu’l’hounneur de cte rôle là s’rait baillé z’à la “sweet’’ fille du cordonnier, par rappôrt qu’à l’avait été la seule à claquer la plusse haute note sus l’test de Catéchèse — ouaye, imaginez-vous ouaire, pour s’aouaire rappeler du nom de chaque Roi Mage! Qu’lés Rois Mages s’appelions pas : “Joe’’, “Moe’’ pis “Curly’’ coumme j’avais écris coumme réponse sus mon test. Qu’c’était d’l’encens qu’le bébé Jésus avait y’eu coumme cadeau et non d’la gomme à bois à tchaquer d’sus coumme j’avais écris coumme réponse à la question deusse du test… Pis parce que j’avais quasiment yinc rasé ma note pour pâsser la Catéchèse : qu’y fallait j’me contente, la maîtraisse m’avais dis, d’accepter de jouer l’rôle d’une borbis. J’crois bin, bin mieux c’là que d’jouer l’erriére du derriére du costume de soit l’âne, du boeu’ ou d’la camule, coumme ma cousine Dométhilde qu’était “claustrophobic’’ d’avance avait ‘té choisie pour – – ouaye, avec la plus très grande peur étouffante de s’faire péter z’en pleine face!

J’oublierai pas coumment “hurt’’ pis fâchée qu’j’étais quand qu’j’sus z’arrivée z’à la maison. En plusse avec la honte dans l’côrps d’annoncer à ma mére qu’j’allais z’être une p’tite borbis dans la séance d’école de Nouël. Qu’ma seule ligne à m’ rappeler c’était d’bêler (Bâ-â-â-âh) yinc une fois pis non deux fois, z’au moment même qu’lés mozus de borgers s’en viendrons s’agenouiller d’vant l’berceau du “fake’’ bébé Jésus z’en plâtre qué d’éflintché dans la Crèche entre l’âne pis l’boeu’. Drette – là , ma sage mére m’a bin laissée z’à saouaire pis z’à comprendre que dans la Vie là : <<Écoute! On n’peut pas tout l’temps z’aouaire cossé qu’on veut… Ouaye! Cé d’apprécier pis d’asseyer d’faire le mieux avec cossé qu’on a déjà d’avance ; parfois même avec cossé qui nous z’é baillé “or comes our way’’…>>

“Yup’’! “I guess’’ si qu’ma destiné cé d’être une p’tite borbis d’Nouël, dans z’une “BIG TIME STAGE PRODUCTION’’ là d’ma p’tite école – – “then’’ j’leux montrai z’à ouaire que j’serai la meilleure p’tite borbis convaincante sus “l’stage’’ qu’y’avons “ever’’ vu… “Cute’’ coumme que j’serai dans mon “costume’’; “you bet’’, qu’j’arai z’une “standing ovation’’! “I’ll bring down the house’’! <<“Come on’’, là>>, que j’beuglerai. <<Clappez t’utes pour moi!>> Pis à la fin d’la “show’’ là , <<Juste mettez-vous z’en ligne pour mon “autograph’’.>> (Qu’était l’beau scénario qui s’déroulait “at the time’’ dans ma p’tite “brain’’ de “coconut’’ de dix z’ans).

La soirée même d’la séance – – cinq minutes avant qu’la maîtraisse se décide de rouvrir lés rideaux… Mêshoummes! GROUSSE PANIQUE en erriére du “stage’’! La Sainte Viarge était absolument “no where to be found’’! Là, y’a tchequ’un d’l’audience (j’m’en souviens pas exactement tchissé qu’c’était, bin) qu’a v’nu “whisperé’’ d’quoi tout bas dans l’oreille d’la maîtresse pour y annoncer qu’la Sainte Viarge s’ra point capable de faire une apparition à souaire sus “l’stage’’, par rappôrt qu’la pauvre esclâve est sus l’grabat dans son lit avec la picotte de poule. J’peux pas vraiment vous décrire l’expression d’horreur pis d’panique qu’a v’nu sus la face de la maîtraisse – – bin, à semblait plusse à y’une qui souffrait de constipation émotionelle pas mal “bad’’!

“Anyway’’, J’sais pas à youssé qu’la maîtraisse avait la tête – – bin à m’a “grabbée’’ par le bras; m’a flaquée un ouaile sus l’fait d’la tête… Ensuite m’a garochée la catin du bébé Jésus dans lés bras; pis m’a laissée à saouaire que ça s’rait moi qu’allait jouer le rôle d’la Sainte Viarge (pis d’ne pas tchaquer ma “Bazooka Bubble Gum’’ sus “l’stage’’). Lés rideaux se sont grands rouverts… Pis là, la maîtraisse m’a poussée “off’’ sus “l’stage avec cti-là qu’y jouait l’rôle de Saint Joseph (qu’était le grand lingot d’Armand, le garçon du vendeux d’assurance qu’mon pére trouvait tannant)… Pis cé yinc une fois que j’étais rendue en plein milieu du “stage’’ que la maîtraisse s’en aparçue, qu’à l’a réalisée qu’à m’avait greyée en Sainte Viarge par-dessus mon costume de p’tite borbis. Qu’més p’tites z’oreilles de borbis “stickions’’ hôrs d’mon ouaile… Pis quand qu’la “crowd’’ avons“noticé’’ le mufle de borbis sus ma face – – “well-well-well’’, y’étions assez crampougnés par le fou d’rire, qu’y’en pissions quasiment dans leu’ hardes! Pis quand qu’lés borgers s’avons agenouillé en avant d’la Crèche pis qu’j’m’ai mis z’à bêler (Bâ-â-â-âh) – – la “front row’’ en pissions dans leu’ drâses! Pis cé icitte, qu’la maîtraisse a vite farmée lés rideaux; pis a faite la plus “quick exit’’ hôrs de l’école, qu’j’ai “ever’’ vu… “And never to be seen again’’!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

Voici t’une chanson qui saura sartainement vous mettre dans la “mood” de Nouël… Ouaye! <<Fa-La-La>>, que voici :

<<Ça v’nu sans “WARNING”>> (qui s’miounne de d’sus l’air <<It Came Upon a Midnight Clear>>)

1.

Ça v’nu sans “WARNING” la Veille de Nouël,

Une crotte de “reindeer” timbe du Ciel!

YEOYE! “SPLAT” d’sus l’pompon d’ma tuque en laine;

Jusqu’même “smearé” més mitaines.

La peste m’a pougné d’sus l’boute du nez,

Qu’més yeux s’avons mis à brailler…

Par chance, qu’ma langue n’était pas “stretchée”…

Franchement, j’aurais dé-dgeulé…

2.

J’me sus “rushé” (Oh) che-nous m’lâver;

Me “sudsé” le côrps de savon.

J’m’ai parfumé pour sentir z’à bon;

Jusqu’même “rubbé” de lotion.

J’m’aouains le nez à nouveau dehôrs.

Cossé qu’y m’effouaire (Oh) d’sus l’côrps?

Qu’une crotte (PLOUC-PLOUC) “out” d’un trou “d’reindeer”!

Me v’là – – MOZUS – – à jurer…

3.

Claquant dés dents, dans le rude d’hiver;

En route à l’Église, j’m’ai pressé…

D’âller m’chauffer le long poils dés jambes;

“D’stoppé” l’arthrite me “throbbé”…

Malgré que j’puais (ouaye) à faire horler

Le Bébé en plâtre dans la Crèche…

Ça m’a “still” point cessé chanter du nez;

D’fausser le (“Whoa”) <<Ça Bergers>>!

4.

Ça v’nu sans “WARNING” la Veille de Nouël,

Qu’une crotte de “reindeer” m’timbe du Ciel!

YEOYE! “SPLAT” d’sus l’pompon d’ma tuque en laine;

Ya! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Haaaa!

La peste m’a pougné d’sus l’boute du nez – –

“Whoa”! Ya! Ya! Ya! Ya! Ya! Ya! Yaaaa!

Par chance, qu’ma langue n’était pas “stretchée”…

Ya! Ha! Ya! Ha! Ya! Ha! Yaaaa!

Répéter “in gusto” – – <<Ya! Ha! Ya! Ha! Ya! Ha! Yaaaaaaaa! A!>>

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Deli Production ©2017

Cossé qu’a radote Delphine…

En 2004, j’avais composé cte “happy-happy” tounne de Nouël icitte qui fut z’une “mega hit” dans l’boute de “Waltham”. Dont j’aimerais de partager avec vous z’autres, més chers “fans”. Que voici :

<<Y’a dés crottes de “reindeer”>> (qui s’miounne “by the way” de d’sus l’air de <<Jingle Bells>>)

(refrain)

Oh! Y’a dés crottes de “reindeer”,

Sus “l’roof” de ma maison!

Quand j’sôrs dehôrs, j’me pince le nez!

Gobbine! Qu’ça sent méchant!

Hé! Y’a dés crottes de “reindeer”,

Sus “l’front” de mon gazon!

Quand j’sôrs dehôrs, J’fais attention

D’ne pas “steppé” dedans…

  1. La Veille de Noël!

V’là “land” Père Noël!

Dans son beau traîneau

“Loadé” de cadeaux.

Dans l’temps qu’y’a descendu

Dans l’trou de ma ch’minée – –

V’là qu’lés “reindeers” s’lèvent la tcheue – –

Lés mozus s’mettent à pèter!

(refrain)

  1. Lés “reindeers” ‘tions gazés!

L’envie leu z’a pougné!

Y’avions pas d’pisse-pottes

Pour larguer leu’ p’tites crottes!

Lés pauvres n’avions pas d’choix

Que d’se sarvir d’mon toit

Coumme une bécosse portative – –

“Aaah yes, on Christmas Eve”!

(refrain)

  1. Asteure, j’ai d’la “proof”!

Qu’lés “reindeers” ‘tions sus “l’roof”!

Pis z’en bazissant;

En larguant sus l’gazon!

Partout y’a dés crottes!

Faudra ej porte més bottes!

Prendre ma pelle pis âller “scoopé”

Lés crottes qui m’avons laissé…

(refrain)

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Deli Production ©2004

Cossé qu’a radote Delphine…

Ho! Ho! Ho! Ma Chère P’tite Delphine :

Icitte t’au Pôle Nôrd, BRRRRR! Tu sais qui fait gobbinement frette quand qu’lés mozus d’ours polaires se travellont d’hôrs de “bundlé up” chacun dans dés “thermal jacket”, avec t’une “hood” d’amarrée “tight” à la gorge ou avec dés “fake furry rabbit ear muffs” aux oreilles; pis tricoté du Canada, (ouaye) avec dés mitaines épaisses de laine de borbis protégeant leux pattes d’en avant; leux bottines d’hiver d’attelées à dés raquettes; pis avec dés glaçons de morve, leu’ traînant du boute du museau!

Je ne veux point te désappointer, Delphine. Mais le nom de ma femme n’é point Marie Noël pis ni Maman Noël! Son vrai nom d’écris, t’en “fancy” pattes de mouche, de d’sus son baptistère de la Toundra est “Mary Crystal Snow” (qué d’la parenté de très-très-très loin, avec le fameux chanteux d’countré, “Hank Snow”)! Elle était fille unique de Joe Frimas “Snow” (mieux counnu dans sa communauté coumme “Aye-Aye Captain Snow Globe”) pis sa mére dont son “famous stage name” d’opéra était “Nippy Zippy Icicle” (vraiment “Jacqueline Frost”, sœur jumelle à l’infâme “Jack Frost”). Son “favorite passtime”, cé d’me becquer d’sous “l’mistletoe”! À racommoder mon fond d’tchulotte pis lés bas troués à nos cent vingt vilains lutins! À mon opinion, à devrait aouaire itout sa “own Cooking Show” de d’sus “l’T.V.”; parle d’une vraie “Whiz” dans la tchuisine! Ça qu’j’adôre “about” ma “sweet heart”, cé qu’y’a rien “d’low fat” (“thank goodness”) qui sôrt du fourneau. J’engraisse surtout de d’sus lés “magic sparkles” de “coatés” de d’sus l’fait de sés “Yummy Christmas Sugar Cookies”. Être de d’sus z’une “sugar rush all-the-time”, “no wonder” (Ho-Ho-Ho) j’sus “holly-jolly”!

En parlant d’més “busy-goofy” lutins, pour que j’m’en alle “checké” d’sus z’eux dans l’atelier… J’entend pas grands martelages pis ni le “whirr” dés “drills” à “screwé in” ou assembler lés membres du côrps dés “remote control robots”. J’espère itout qu’la “crew”, responsable de “l’assembly line” dés catins qui pissent, ont pu “figuré out” le défaut du “how come” qui ne pissent pas??? “Whoever which” lutin qu’a oublié d’insérer le “TOOT” ou le “CHUG-A-CHUG-A-CHUG” dans lés “CHOO-CHOO TRAIN SETS” – – “YEAH, FIX IT”! Ct’ânnée ‘citte, pendant ma livraison de cadeaux, pour pas désappointer lés enfants, j’espère que j’n’oublierai pas non plus d’ajouter lés batteries dedans lés bébelles qui y’en ont besoin… Pis j’espère, Delphine, que j’n’oublierai pas non plus d’ajouter dés craies d’bois ou d’cire avec ton “adult coloring book” de “Flower Mandalas”, que tu m’as d’mandé que je te laisse d’embourré en d’sous ton âbre de Nouël!

J’aimerais que j’arais d’la “magical power”, puissante assez dans chaque main, à squeezé t’un “chunk” de charbon pis d’le transformer en t’un beau grous djamant capable d’aveugler pis à rendre jalouse lés autres dames à la “Hair Salon”… Mais parce que t’as faite excessivement dâmnée t’ute l’ânnée (j’le sais, parce que j’t’ai vu faire (Ho-Ho-Ho) t’en “peekont” en travers d’tés châssis)!?! Ma chère endjâblée, laisse-moi t’avartir, que t’as accumulé assez d’charbon pour mériter tcheindre ta maison t’au chaud pour la longue hiver. Considères-toi chanceuse que j’ai “runné out” de patates pourries à voulouaire flaquer dans ton bas d’Nouël! “Yeah”, “better luck next year”!

Qui “t’wave” (Ho-Ho-Ho) du “North Pole”! <<So, Be Good For Goodness Sake>>!

Ouaye! Bisous! Bisous!

Le Grous Mou de Père Noël

XOXOXOXOXOXOXOXO

 

Cossé qu’a radote Delphine…

Mon Cher Verrat d’Ho-Ho du Pôle Nôrd :

Ouaye! Allo-là! Coumment qu’tu t’trimes, là? J’suppose la beude toujours d’aussi grousse qu’un bol de Jell-O, Ho-Ho-Ho? La rumeur circule que t’as engraissé d’un sexy “size” (GRRRR) XXXL de plusse; pis en t’penchant, qu’t’as accidentellement “rippé” le fond d’tés tchulottes en velour rouge. “Who knew” (“Peek-A-Boo”) qu’le tissu de tés drâses étions imprimées d’une ménagerie d’ours polaires, de pingouins, de lutins, d’étouèles filantes pis “d’candy canes”… Pis supposément de “trappé” dans le pli de l’étoffe, descendant la fente séparant tés deux “buns” énormes, l’image de “Rudolph the Red-Nosed Reindeer” qu’apparaît s’pincé l’nez pis s’étouffé sur le résidu d’la peste de tés gaz qui sentent plutôt du chou brûlé.

Hé, “Santa”! J’vais pas d’mentir; j’m’ai pas gêné d’faire ma satanée d’effarée, t’ute l’ânnée! Hounnêtement, de trouver pitché ou bonté du fond d’ton tcheur, de “scratché off” mon nom d’ta gobbine de “Naughty List”; parce que d’icitte à la Veille de Nouël, là… Ya, ej vais t’prouver que j’sus capable de faire ma grande vaillante! Car Ha-Ha-Ha! S’lon mon houmme foiroux d’Ozime, qui s’ra “quite” z’un Miracle de Nouël si que j’puisse réussir…

À mon opinion de Countré Star Extraordinaire, j’t’averti; ej mérite bin mieux qu’une Patate Pourrie ou t’un Tchas d’Charbon, dans l’fond d’mon bas d’Nouël!?! So… “How’s about”, mon cher “Christmas Daddy” (clin d’œil-clin d’œil), d’me laisser d’quoi qui “shine” pis qui “blind”: (hmmm???) “let’s say”, p’t’être bin coumme tcheques grous borloques ou djamants pesants qui “dangle” à “stretché” le boute d’més boules d’oreilles ou d’sus z’une belle chaine d’ôr à m’rendre bossue ou à créer z’une tension douloureuse dans més épaules qu’ara besoin d’un “heat bag for pain relief” (une autre bounne suggestion à offrir coumme “stocking stuffer” – – “Hint-Hint”!)?!?

Ej “plan” d’âller courailler le grous “Mall”, pour faire mon “Christmas shopping”. Si qu’lés pieds m’fatiguent pis m’enflent, qu’j’ai besoin d’prendre z’un “break” pour m’relaxer… “I hope” qu’tu “mind” pas que j’âlle m’assir de d’sus tés genoux; pis que j’me fasse “capturé” par le “camera”, sans “mistletoe” à te “sneaké” z’un grous becque trempe de d’sus l’une de tés “rosie cheeks”. J’t’offrirai p’t’être même z’une “breath mint”, “in case” que ton haleine devrait puer “l’garlic”!

“Again”, ej “mind” pas qu’tu “land” de d’sus “l’top” de mon “roof”. Par saint malheur, si qu’tés “reindeers” avons besoin de se dévider… “Come on”, Mêshoummes! Qu’y’allons faire leur gobbine de “business” de d’sus l’fait d’la maison, l’autre bôrd du chemin, d’mon ouasin.

Aaaah, “yeah”! Un “friendly reminder”, “Santa”… J’n’habite pu z’au Village dés Roseaux. J’sommes asteure déménagés (moi pis Ozime) de d’sus la “Centennial Drive”, dans la belle communauté d’Shédiac. T’aras pas d’misère à m’trouver, car j’sus la seule dans l’ouasinage qu’a t’une mi-douzaine d’estâtues en plastique de rois mages pis tcheques “snowmen” d’illuminés à visiter la Crèche de d’sus le “front lawn”. Ouaye, juste n’oublie moi pas z’à Nouël!

J’t’appel pas z’un verrat; bin on c’la ouaira “soon enough”! De ma part, salue ta femme (la belle Marie Noël) pis ta “gang” de “happy” lutins. J’te promets que je tcheindrai la flamme bâsse dans ma cheminé; après toute, (Ho-Ho-Ho) j’ne voudrais pas te brûler “off” le derriére.

“LOVE YOU”, MON GROUS MOU! GROUS BISOUS!

Delphine B. B. Bosse

Countré Sar Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

En 2007, j’avais composé cte belle chanson ‘citte, dédiée à Maman Noël, la femme du “Santa Claus”. Dont j’assume qu’son nom doit être Marie Noël… “Anyway”, voici coumment que j’pense qu’à visiounne sa p’tite vie :

“Way Up” au “North Pole”

(qui s’miounne “by the way” à “Old MacDonald” had a farm, E I E I O”)

1. Moi, j’m’appel Marie Noël ! J’vivons au “North Pole”!

Avec mon houmme le Père Noël – -”Way Up”au “North Pole”!

Y’a dés “reindeers” ‘citte; pis dés z’ours blancs là!

Dés lutins! Dés baleines! “Ev’rywhere” dés pingouins!

Cé mieux j’me “shave” pas lés jambes – – “Way Up”au “North Pole”!

2. J’vivons sous l’Étouèle Polaire – – “Way Up”au “North Pole”!

Cé l’hiver à l’ânnée ronde – – “Way Up”au “North Pole”!

Y’a d’la neige “knee-high”! Dés “z’icebergs” flottants!

Du vent frette! Gelée blanche! “Ev’rywhere” dés glaçons!

J’garoche une bûche dans l’poêle à bois, pour me tcheindre z’au chaud!

3. “J’bake” dés keks pis dés “candés”, à t’ute la journée!

Une pincée d’socitte pis z’une pincée d’ça! Faut bin mélanger!

J’fais tchuire dés “fruit cakes”; pis z’une batche de “fudge”;

“Patapans”; “Cherry Balls”; “ev’rywhere” dés “fancy squares”

Que mon houmme avale tout rond, sans prendre l’temps d’souffler!

4. La Veille de Nouël, mon houmme bazi – – avec son traîneau.

Livrer lés jouets aux bons z’enfants! Ho! Ho! Ho! Ho! Ho!

Mais pour lés villaines filles pis lés “bad” p’tits “boys” – –

Y leu’ “drop” dans leu’ bas un morceau de charbon!

Pis pour ceusses-là qui font pas dodo: une patate pourrie!

5. J’pâsse la Veille de Nouël t’ute seule. Gobbine, à jongler!

“I hope” qu’la “trip” d’mon houmme soit “safe”! Qu’rien va y’arriver!

J’m’affole youssé qu’y yé; pis”j’pace” le plancher!

J’sais jamais à tchelle heure qu’mon chou-chou va z’arriver???

Par chance cé yinc une fois l’ânnée – – j’veille z’à “worryé”!

6. Moi, j’m’appel Marie Noël ! J’vivons au “North Pole”,

Avec mon houmme le Père Noël – – “Way Up” au “North Pole”!

Y’a dés “reindeers” ‘citte; pis dés z’ours blancs là!

Dés lutins! Dés baleines! “Ev’rywhere” dés pingouins!

Cé ça ma vie d’vivre dans l’Grand Nôrd – – “Way Up” au “North Pole”!

Delphine B. B. Bosse

Countré Sar Extraordinaire

Deli Productions © 2007

Cossé qu’a radote Delphine…

Moi, “j’own” t’un gâté-pourri de St. Bernard, par le nom de “Buddy”! Y’a du monde, j’l’ai “watch” se pleyer ramasser leux crottes de chien avec dés sacs en plastique. Bin moi, j’n’ai pas d’choix; y faut j’lés ramasse “heave ho”, avec t’une pelle; car si non, si tchequ’un par manque d’attention ou accident devrait “steppé” dans y’une… Cé grous! Mou! Ça pu! Pis “YUCKS”, cé “disgusting”! Caler dans y’une, jusqu’aux genoux; pis perdre t’un soulier, n’é point z’une expérience plaisante… Malheureusement, cé ça qu’arrivé l’autre jour t’au pauvre esclâve de p’tit gârs qui vendait dés “chocolate bars” de porte en porte, pour ramander d’l’argent pour aïder tcheque cause importante sportive… S’arait pas été trop pire, si qu’c’était yinc c’là qu’avait parvenu…

Mon “friendly Buddy”, croyant qu’c’était tchequ’un “d’fun” qu’avait v’nu le visiter pour jouer avec lui… “Hmmm-Hmmm”! S’a décidé de voulouaire “joiné” l’excitement, en s’approchant de l’enfant de 9 à 10 ans pour y fripper la face avec sa longue langue plein d’bavas épais pis gluante! Ej “feel bad” que le gamin a perdu son balan; pis v’là (“OOOPS”) qui s’a enfoncé pis faite souiller (FLAC) le fond d’tchulotte de sés “jeans”, par-dessus l’énorme tas mi-durci d’foirasse à “Buddy”. J’étais d’boute dans mon salon, en train d’boire z’une cuppée d’thé chaud; (ouaye) que j’rêvais à regarder dehors lés goélands “flyés”; quand j’ai “witnessé” par horreur (NO-O-O-ON) l’incident!

Quand j’m’aouaindu vite le nez dans l’air frette du mois d’novembre, pour m’en âller investiguer nerveusement la situation…J’ne savais pas vraiment à cossé m’attendre… T’ute que “j’hopais” que l’enfant (“please-oh-please”) ne soit pas heurté! À ma très grande surprise, quand j’me sus approchée d’z’eux… Ya! Voici qu’était crotté dés pieds jusqu’à la tignasse t’un jeune basané pis ricaneux qui s’roulait à jouer (“TEE-HEE-HEE! TEE-HEE-HEE!”) avec mon gobbine de “hound” fou qu’avait l’poils d’aussi encrassé.

Quand j’ai su qu’son p’tit nom était Richard; qu’sés deux parents (Oooh-La-La) étions dés avocats. Quand j’ai taléphôné che-z’eux; pis qu’cé sa mére qu’a répondu… J’avais coumme peur… “Honestly”, ej suais dés “bullets”, quand qu’j’y expliquais cossé qui c’était déroulé… J’m’imaginais qu’à l’allait p’t’être me japper qu’à l’allait me “sué” pour tout c’là “qu’j’ownais” pis “blah-the-blah-the-blah-the-blah-blah”… Mais cé avec t’un éclatement d’rire, qu’elle m’a rassuré (OUFFE) d’ne pas m’intchèter…

J’ai offarte de payer pour t’utes lés bârres de chocolat, dont le p’tit Richard a bien apprécié… En plusse, je l’ai engagé à v’nir marcher mon beau “Buddy” (dont sa mére a “agree-yé”), après la fin de chaque journée d’école. Pis qui s’ra itout responsable pis que “j’trust” à “scoopé” lés crottes énormes de mon nono “d’WOOF-WOOF” (qui s’ra z’un harias d’moins pour moi z’à “dealé” avec ou à m’érintcher le bas d’l’échine)!

Ha-Ha-Ha! Parle d’une “shitty day”; mais joyeusement, qu’a “endé up” en bons termes!

Delphine B. B. Bosse

Countré Sar Extraordinaire