Communauté informée… Communauté en santé…

Hébergement et soutien pour les familles en crises

Un objectif de collecte de fonds 3.9 millions $

La Campagne Courage apporte soutien et espoir aux femmes de victimes de violence familiale et sexuelle ainsi qu’à leurs enfants et à tous ceux en difficultés émotionnelles dans le sud-est du Nouveau-Brunswick.

Le Centre de ressources  et de crises familiales Beauséjour dessert la communauté depuis plus de 20 ans. Nous sommes une organisation à but non lucratif qui fournit un soutien, des conseils, de l’espoir et un logement sûr aux femmes et aux enfants qui sont victimes de violence domestique et d’abus sexuels.

Nous sommes situés à Shédiac, mais nous accueillons des clients de partout, notamment du Grand Moncton, de Sackville, de Petitcodiac, de Bouctouche, de Richibucto et d’ailleurs. Le Centre fournit des services immédiats 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 à cette vaste région géographique comptant plus de 250 000 habitants.

Le Centre travaille actuellement à élargir son infrastructure afin d’accroître sa capacité à offrir une multitude d’espaces et de services pour aider les personnes à reprendre le contrôle de leur vie avec courage et détermination. Cette installation comprendra des espaces partagés récréatifs et éducatifs, des espaces thérapeutiques, ainsi que des salles de collaboration pour divers fournisseurs de services externes, ainsi que des options de logement à court et à long terme. Après cinq années de planification, ce centre de 19 000 pieds carrés sera situé sur la rue Calder, au centre-ville de Shediac, au Nouveau-Brunswick. Cette installation sera la première en son genre à offrir des services de counselling spécialisés et de sou-tien en un seul endroit.

Voici un aperçu de nos nouvelles installations :

  • Aide résidentielle : 6 lits de secours de courte durée et 8 appartements de longue durée
  • Centre de mieux-être
  • Boutique de vêtements
  • Centre pour la garde supervisée et le partage des enfants
  • Espace médical pour les infirmières praticiennes et les infirmières médico-légales
  • Pièce réservée aux enquêtes de la GRC
  • Centre récréatif en plein air pour les enfants et les jeunes et jardin thérapeutique pour les adultes
  • Centre pour les aptitudes de vie, connaissances financières, l’employabilité, etc
  • Centre pour l’épanouissement des jeunes et bien plus.

Pour de plus ample information, faire un don ou vous inscrire comme bénévole, veuillez contactez le Centre au 533-9100 ou par courriel – crcfb@nbnet.nb.ca.

D’la Pantry à la Belle Delphine

«Feelez»-vous pour manger du Riz Espagnol, à souaire? «Well», si oui! Voici la recette qui vous faut, pour impressiounner lés membres de votre famille ou à la parenté :

Spécialité Riz Espagnol à la Delphine

– 1 livre de viande de boeu’ haché…

– 2 tchuillèrées à thé d’huile végétale…

– 1 cuppée d’oignon, tranché mince…

– 1/2 cuppée de céleri, tranché en dés…

– 1/2 cuppée de piment soit vert ou rouge, coupé en dés..

– 1 tchuillèrée à thé d’sel…

– 1 tchuillèrée à thé de poudre de chili (moi, j’en ajoute toujours tcheques pincées

d’extras, parce que ça baille t’un «kick» t’aux boutons d’la langue)…

– 1/3 cuppée de riz non-tchuit…

– 1 «can» de 19 onces de tomates…

– 1 «can» de 5.5 onces de «tomato paste»…

Dans l’fond d’un chaudron, faire brunir la viande de boeu’ haché dans l’huile végétale – – enlever l’excès d’gras… Ajouter l’oignon, céleri, le piment pis faire tchuire jusqu’à ce qu’lés oignons deviennent transparents. Après c’là, ajouter le restant dés ingrédients. Couvrir pis laisser mijoter («man») pendant t’un bon 30 minutes! Sarvir chaque portion avec dés poitrines de poules, tchuites ou grâlées à la perfection hôrs du fourneau; pis même accompagné d’une p’tite salade jardinère… Pour ceusses qu’aiment t’un verre de vin rouge… Moi, j’préfère bouaire d’la «ginger ale» ou d’la «PEPSI»!  En autres mots, un repas absolument digne d’une Countré Star Extraordinaire!

Delphine B.B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

Delphine B.B. Bosse

Allo Chère Delphine B. B. Bosse :

J’te counne pas; pis ni qu’tu m’counnes… La majorité du monde m’avons «d’nicknamé» la Jolie Pirrounne; bin mon vrai nom d’baptême, cé Angélique, la fille à Philibert à Grous Joe à la Babine Traînante Légère, du boute de Trois Ruisseaux. J’t’écris, parce que ma nature d’être «nosey» aimerait d’saouaire cossé qu’a «ever» parvenu de ton cousin le Bedeau d’Église, le beau pis incroyable Hen-Henri à P’tit Boute? Cé coumme si <<POUFFE>>, qu’le «funny» verrat arait mystérieusement été effacé d’la gazette du Moniteur Acadjen?!? Ej manque c’là d’lire à l’égard dés plusieurs parsounnages coloriés, qu’habitions le Village dés Roseaux!

Ouaye! Pourrais tu me mettre à jour, cossé qu’Hen-Henri fait d’bon? Où à youssé qu’y’é bazi, l’snoreau?

Merci!

Jolie Pirrounne

*****************

Je te salue la mignonne Angélique :

En parlant d’la bête! Hen-Henri vient tout juste de me livrer deux cordes de bois, que «j’plan» de brûler dans ma «fireplace»; afin de me tcheindre le derriére t’au chaud, pendant la saison hivernale. Y m’contait (qui m’a surprise) qu’y’avait démissiounné d’sa «job» coumme Bedeau d’Église; parce qu’sés nerfs en pouvions juste pu à endurer lés ordres bourreaux de son «boss», le détestable Pére Abel! En plusse, y’a «steppé down» coumme étant le Représentant-Chef National de son Union! Asteure y travail content sous la direction plaisante de son grand ami, l’artiste Francis du Djâble, à enseigner «full-time» dés classes populaires de sculptures pis de peintures t’à l’École Privée dés Beaux-Arts Communautaire du Village dés Roseaux.

Sa chère épouse, sa «Sweet Betty» d’la «Happy Valley», est «back» enceinte; pis s’lon lés cartchules du docteur, à devrait accoucher entre la journée de Nouël même pis le premier Jour d’la Bounne Ânnée! Pis s’lon leu’ fils très imaginatif, le smarte pis fier Bosko: 1) si qu’cé t’une p’tite fille bébé, qui «pop out» la Bienvenue d’la beudaine à sa mére, y faudra absolument la baptiser ct’olle-là (Ha-Ha-Ha) soit coumme Amanda La Crotte de Chat ou «Minnie» Crotte de Nez; 2) mais si qu’cé t’un p’tit gârs «hyper» l’djâble, (again, Ha-Ha-Ha) faudra l’bénir cti-là coumme soit Raphaël Bécosse ou «Ralph» qui Pu La Crotte!

Hen-Henri n’a pas l’intention d’écrire «soon» pour Le Moniteur. Mais m’a fait sermon, «that from time to time», qui viendra faire t’une «cameo appearance» dans més nouvelles aventures de ma Vie d’Veuve!

«So, there you have it»! «I hope», Angélique, que ma lettre satisfasse ta curiosité!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

D’la Pantry à la Belle Delphine

 

Pour lés «lovers» de saumon, j’aimerais d’partager avec vous z’autres t’une bounne recette de potage t’au saumon; dont j’avais obtenu de ma Vieille Matante Marcelline, t’au darnier «Pot Luck Get-Together» chez més parents… Qué «Delphine Approved»! Ouaye! «Two Thumbs Up»!

Potage t’au saumon à ma Vieille Matante Marcelline

 

– 1 oignon, finement haché…                                                    – 2 tiges de céleri, tranchées z’en dés…

– 1 gousse de «garlic» là, émincée…                                       – 1 cuppée de bouillon d’poulet…

– 2 tchuillèrées à table de beurre                                            – 1/4 cuppée de persil frais, haché…

ou d’margarine…                                                                       – 1/4 tchuillèrée à thé de thym…

– 1 «can» de 28 onces de tomates,    jus «and all»…           – sel pis poivre, t’au goût…

 

– 2 «can» de 6.5 onces chacune de saumon, défaire en morceaux…

 

Très facile à préparer. Dans l’fond d’un chaudron, faire sauté l’oignon, céleri pis «l’garlic» dans l’beurre ou la margarine pour 4 à 5 minutes. Ajouter lés tomates en «can», le bouillon d’poulet, l’persil frais pis le thym. Saler pis poivrer, t’au goût. Couvrir pis laisser mijoter pour t’une trentaine de minutes (30). Au moment d’sarvir à la visite, ajouter lés morceaux d’saumon pis réchauffer. Sarvir avec dés «crackers» beurrés.

 

Delphine B.B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine..

Delphine B.B. Bosse

Mon fils, Zacharie, m’a introduit à sa nouvelle belle «girlfriend», la «Sweet» Obéline-Marie – – dont son «nickname» est «Melons»! (Qu’un peu «weird» pis comique en même temps, parce «honestly», (Pssst-Pssst-Pssst) entre moi pis vous z’autres, son «nickname» ne définitivement «match» pas («trust you me») sa «bra size»)! Étant «nosey» pis mére-protective de nature, j’m’ai pas gênée d’la «drillé» avec l’entre- vue simple pis directe sui-vante : <<Ouaye! À tchissé la fille?>>

Quand qu’à m’a noummée tchissé qu’étions sés parents?!? Son «body language», surtout lés «muscles» entiers de son visage, s’avons coumme «relaxé» pis créant l’illusion de «smilé» tout l’tour dés yeux, lors-que j’y’ai répliqué calmement pis avec un ton joyeux: << Aaaah, Mêshoummes-Mêshoummes! Ej counne tés parents, coumme y faut! Bin «goddarn»! Ta mére, (ouaye) la gobbine de belle p’tite Florence à Tilmond à Jeff à Joe Concombre, chantait soprano, à côté d’moi, dans la même chorale de la P’tite École Saint Joseph, qu’était autrefois attachée à l’an-  cienne église catholique d’la Parouaisse de Shédiac! Pis ton pére! Bin lui, le beau Fred à «Flat-Fish»? WOW! Y’était mon «friggin’ (duh) stage & best road may-nay-ger & sound man», dans lés z’ânnées qu’j’étais «z’ON WORLD TOUR» (1993-1994) avec mon «famous back-up guitar player», mon cher «Billy Bob»!>>

Cé l’ami ou le «bass player» dans la nouvelle «band» (lés «Electric Eels») à mon fils,  l’incroyable «Sly Twist-Tie» (dont son vrai nom d’baptême est Sylvestre), qu’a truqué lés deux à s’rencontrer à t’un «party» d’amis.  Qu’a été drette «on the spot», t’un vrai coup d’foudre! Pis depis lés deux darniéres semaines, y sont supposément inséparables! Ça «s’call» pis ça «s’text» dés centaines de «I LOVE YOU», par jour!| Pis «no offense» là, qui doit échigner ceux qui sont «stuck» à écouter à leur conversation privée, lorsque qui s’amusons surtout à jouer répétitivement la «cute-lovey-dovey game» de << NON! Toi «hang up first»!>>

Obéline-Marie me contait qu’à l’é t’aux Études à la Grousse Y’où-nivarsité de Moncton! À «hope» de tarminer sa Maîtrise en Sciences Sociales en 2019 – – tchequ’affaire à faire avec l’étude de l’effet dés «brain waves» que la «Lively Country Music» a de d’sus la «brain» dés parsounnes âgées, spécialement mordues ou sous l’influence d’une  prescription de pilules à nerfs du docteur! J’ne sais pas si j’ai bin compris: son Plan d’Vie, cé soit pratiquer d’être (EIN?!?) t’une «Psychedelic Social Worker» ou y’une qui spécialise à analyser cossé qui «trigger off» sartaines «bumps» de d’sus la surface d’la «brain» à fonctiounner…

J’aurais aimé de partager ou d’impressiounner Obéline-Marie: que moyetout, j’ai été à la même Grousse Y’où-nivarsité qu’y’elle. Ya! J’ai faite 4 ans solides, à travailler de d’sus lés «deep fryers»; à préparer dés «golden crinkle french fries», à la Cafétéria Étudiante de l’Édifice Taillon! J’en ai tu «ever» rencontré t’une variété de «borderline geniuses» pis plusieurs autres esprits curieux. Faut j’admettre… J’ai pris avantage, de d’sus la «ser-ving line», à m’engraissé la «mind» – – ouaye, en écoutant attentivement ceux pis celles qu’avions la sincère intention (imaginez-vous ouaire) à voulouaire résoudre tous lés problèmes de l’UNI-VERS! La seule réponse que j’leux fournissais à chacun, ça cé seulement si qu’j’étais encouragée à leu’ fournir mon opinion: <<Ouaye! «Hey, You»! Vraiment… Bounne Chance Avec Ton Rêve!>>

Que j’trouve ct’Obéline- Marie là pas mal fine! J’aimerais bin «hinté» qu’à devienne ma belle-fille! Cé mieux d’ne pas m’en mêler; d’ne pas trop lés «rushé»… «So far», y font t’un joli couple! On ouaira avec le temps, dans tchelle bon vent qu’la relation va s’épanouir???

Mais en attendant, j’va «m’booké» t’un appointement, pour m’en âller m’faire prédire l’avenir chez la Tireuse de Cartes! P’t’être bin qu’à l’ara d’quoi de réjouissant à me révéler… Coumme «HMMM» : le son de cloches d’église, annonçant la noce futur à mon cher fils Zacharie avec la bien-aimée de sés rêves???

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Communauté informée… Communauté en santé…

             Le retour à l’école : Le retour à la routine

   Qui dit rentrée scolaire dit retour à la routine!

Fini, les vacances d’été et l’horaire souple qui les accompagnait. Eh oui, avec l’école reprend un rythme plus régulier et encadré. Pour certains parents, reprendre la routine peut être ardu. Parfois, cela ne se fait pas sans petits combats contre les crisettes ou les pleurs de son enfant.

Voici quelques points à savoir pour bien vivre la rentrée !

L’importance d’une routine

D’abord, la routine à la maison est importante pour votre enfant. Elle le sécurise, car elle représente la stabilité et l’équilibre. En diminuant ainsi son stress et son anxiété, votre jeune s’assure de meilleures chances pour entamer l’année scolaire du bon pied.

De plus, établir un horaire des activités ou des tâches permet à l’enfant de mieux se situer dans le temps. Par exemple, s’il prend son bain à 19h et qu’il met son pyjama à 19h15, il aura une idée de ce que représente une durée de 15 minutes dans sa vie. Il devient également capable de prévoir ce qui s’en vient (ex.: lire une histoire).

N’oubliez pas que grâce à la routine, votre enfant développe son autonomie et de bonnes habitudes ! Il vous sera donc plus facile de gérer la discipline.

Le sommeil

Le congé estival a permis plus de latitude pour les heures du dodo. Hélas, il faut maintenant revenir à un horaire fixe pour l’année scolaire.

  1. a) Assurez-vous que votre enfant respecte la même heure de coucher chaque jour.
  2. b) Assurez-vous que votre enfant dorme assez (6 à 12 ans : 9 à 12 heures de sommeil, 13 à 18 ans : 8 à 10 heures de sommeil)

L’objectif est d’éviter toute privation de sommeil, car celle-ci peut engendrer des crises de pleurs, de l’irritabilité, une faible attention à l’école, etc.

En général, les enfants qui n’avaient pas de problèmes de sommeil l’année dernière retrouveront la cadence en une ou deux nuits.

Astuces pour faciliter la routine

  1. Préparez des routines de matin et de soir avec un horaire précis (ex. : arrivée à la maison, collation, devoirs, souper).
  2. Affichez la routine aux endroits stratégiques de la maison, comme le frigo ou le miroir de chambre de votre enfant.
  3. Utilisez des images pour illustrer la routine : une image vaut mille mots !
  4. Restez fidèle à la routine. Pas d’exceptions ici et là !
  5. Félicitez votre enfant ! S’il est prêt à partir le matin en ayant accompli toutes ses tâches, dites-lui qu’il a fait un bon travail.

Allouez-vous quelques jours, ou même une ou deux semaines, avant que la routine soit bien instaurée. Votre enfant aura besoin d’un peu de temps pour s’y adapter.

Bonne rentrée!  (Source: servicestutorat.ca)

D’la Pantry à la Belle Delphine

Quand j’allais à la P’tite École, en arrivant à la maison – –  parle d’une fun à «raidé» le «cookie jar» rempli dés fameux keks croustillants à ma mére, la belle Cléothide. Voici la recette :

Keks d’antan à ma mére

– 3/4 cuppée de beurre ou d’margarine…

– 1 pis 1/2 cuppées de sucre brun…

– 2 œufs battus…

– 1 pis 1/4 cuppées d’aouaines roulées…

– 1 cuppée de «coconut shreddé»…

– 1 pis 1/2 cuppées de farine…

– 1/4 tchuillèrée à thé d’sel…

– 1/4 tchuillèrée à thé d’soda…

– 2 tchuillèrées à thé de poudre à pâte…

– 1 tchuillèrée à thé d’essence d’amande…

Cé «right» aisé… Coummencer par crémer le beurre ou la margarine avec le sucre brun. Là ajouter lés œufs pis battre coumme y faut. Ensuite incorporer l’aouaine roulée pis la «coconut» pis brâsser… Tamiser ensemble la farine, le sel, soda pis la poudre à pâte. Ajouter t’au mélange d’aouaine. Ajouter l’essence d’amande pis bin mélanger… Déposer par tchuillèrées sus z’une plaque beurrée; pis presser avec z’une fourchette. Tchuire à 375° F de 10 à 12 minutes ou («YUM-YUM») jusqu’à doré …

Delphine B.B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

Delphine B.B. Bosse

J’arrive de «shoppé» d’la Co-op, là-là; à youssé qu’ma éblouissante beauté de Countré Star Extraordinaire a faite «poppé out» l’œil de vitre («Va-Va-Va-Voom») t’au Vieux Veuf Ted à Dâvid à Eustache Belliveau; en même temps qu’y’était z’en train de gober t’une «plump grape» rouge volée! Qu’lés narines y y’avons écartée itout, coumme t’un «lively» taureau qui «steam» en cha-leur; quand qu’y’a «whiffé» d’proche le parfum dés tcheques gouttes de «sweet pure vanilla» qu’j’avais osé «dabbé» délicatement en  erriére de chaque oreille.

Y’a bin beau essayé d’voulouaire me tâtounner le lârd d’la peau ratatinée d’ma tchuisse gauche; (ouaye) coumme tchequ’un qui «squeeze» t’une «cantaloupe», pour vérifier à saouaire coumment mûre se trouve être le fruit exotique. Mais j’y’ai bétôt vilainement «snappé» («PA-CHOW») le boute dés doigts, avec la longue strappe de tchuire tressée de mon «fancy Guy’s Frenchy’s shoulder purse» d’une valeur d’cinq piastres. Y’a hurlé t’un façon d’grous «YIP» d’agonie de «puppy»… Le v’là qu’y’a tantôt hâré, la honte dans l’côrps; éreintant l’allée dés divers céréales sucrés – – ej suppose, pour voulouaire se trouver z’une cachette à s’élonger de d’sus l’une dés «bottom shelves» d’à môtché vide pis sombre. (YA! Ça y’apprendra d’aouaire risqué «tacklé» pis achaler t’une veuve maline, uniquement coumme moi!).

À ma «next» rencontre du mardi souaire de la semaine prochaine du Groupe Suppôrt de Veufs pis d’Veuves «Anonymous», du Comté d’Westmorland, j’arai tu «ever» d’quoi d’intéressant pis «d’juicy» à partager avec lés membres présents. J’arai pas besin de «worry-yé» à embarrasser le Vieux Veuf Ted à Dâvid à Eustache Belliveau, parce qui s’trouve pas à être t’un allié actif du clique désespéré ou dés parsounnes t’en larmes profondes. Quand j’ai «sharé» mon expérience ou confrontation avec ma «sponsor», la Vieille Gibraille… Ej pensais qu’à l’allait mouiller toute le fond d’sés drâses!

La Vieille Gibraille m’a confirmé que (ouaye) cte Ted à Dâvid à Eustache Belliveau-là a la réputation définitive d’un Vieux Maquereau Salaud! L’histouaire récente qui bave coumme du bon jus d’houmârd, en travers d’la communauté ou du paradis d’vacances: cé que supposément que laVeuve Ernestine, qu’habite là-haut d’la «Winter Street», de Shédiac – – (ya) pendant «l’intermission» d’un «famous out-door BLUE GRASS concert», t’au PARC PASCAL POIRIER… Hmmm-Hmmm! Ça pas gênée d’y claquer le bôrd d’la goule, en y faisant cracher l’dentier; pis en le traitant «loudly» d’PERVERS! Qu’a «entertainé» pis fait soudainement éclater d’rire lés spectateurs témoins, quand qu’à l’a exclamé fortissimo de rage: <<Si qu’tu crois que j’va me tourner en chambre d’hôtel, parce que tu m’as frotté le genoux! «THINK AGAIN, BUD»!>> (Qué icitte que ça coumme viré un peu violent (au son du violon, qu’y’étions z’en train d’faire le «sound check» de d’sus «l’stage»)… surtout (Ha-Ha-Ha) qu’la Veuve Ernestinea sa «second degree black belt» en <<Aïe-Ya-a-a-ah>> «Karate»).

J’m’attendais pas qu’être veuve, qu’ça pouvait devenir «rough» pis «tough» par boutes. Pis étant t’une Respectueuse-de-Soi Countré Star Extraordinaire, cé vrai qu’j’ai lés moyens d’me payer t’un (OUFFE) beau «Body Guard». Ou p’t’être bin que j’devrais considérer (Hmmm) prendre dés leçons avancées pis privées de «self-defense» avec la Veuve Ernestine???

Ej «pity» le Vieux Veuf Ted à Dâvid à Eustache Belliveau, si «ever» que je décide de voulouaire pratiquer tcheques <<Aïe-Ya-a-a-ah! Aïe-Ya-a-a-ah!>> sus lui!

À la s’maine prochaine; de vous «keepé in touch» de cossé-cossé qui s’déroule dans ma Vie!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

 

Communauté informée… Communauté en santé…

Gratitude : Six trucs pour en avoir plus dans nos vies

  La gratitude, c’est plus que dire «merci». C’est être pleinement conscient des bonheurs qui comblent notre vie et se sentir privilégié de pouvoir les vivre. Voici six  trucs pour cultiver davantage la gratitude dans notre famille.

  1. Prendre des pauses gratitude.Que ce soit le matin avant de partir pour notre journée, le soir au souper ou encore juste avant le dodo, on prend quelques minutes pour noter les choses pour lesquelles on se sent privilégiés, heureux et reconnaissants. On pose la question «à qui tu aimerais dire merci parce qu’il t’a aidé/fait plaisir ou parce que tu as passé un bon moment avec lui» ou «Qu’est-ce qui fait que tu as passé une bonne journée?». On ouvre la discussion le plus souvent possible et on en fait un rituel familial.
  2. Créer un arbre à «merci». Un peu comme un sapin de Noël qu’on décore, on dresse un arbre (ou simplement des branches peinturées) sur lequel on accroche des cartons avec un élément pour lequel on est reconnaissant. Une façon d’exprimer notre gratitude. Aussi, cet arbre devient un rappel positif.On peut le faire durant le temps des Fêtes avec notre sapin.
  3. Remplir un pot de bonheur.Cette idée est un peu le contraire de la précédente. Au lieu d’exposer aux yeux de tous nos «gratitudes», on écrit sur un petit bout de papier les moments qui ont fait battre notre cœur et on le dépose dans un pot de bonheur. On indique la date, si possible. On l’ouvre seulement une fois par année pour voir notre récolte.
  4. Journal de gratitude.Les cahiers se transforment en journal de gratitude et on peut les utiliser de différentes façons. Avec les enfants, on leur propose de coller ou de dessiner des choses qu’ils aiment et dont ils se sentent chanceux d’avoir ou de faire. Avec les préados, on les laisse écrire directement dedans. On peut aussi demander à un de nos enfants d’être le preneur de notes alors qu’on fait un tour de table, chaque soir, sur les trucs dont on éprouve de la gratitude.
  5. Prendre des habitudes de remercier les autres.On incite les enfants à remercier les gens qui les entourent en leur disant directement, en faisant une carte ou un dessin, en les appelant ou en faisant un appel vidéo, etc. Exprimer sa gratitude, c’est faire du bien autour de soi. Les enfants comprennent donc l’effet qu’un petit «merci» peut avoir.
  6. Rituel de saison.Il n’y a pas de meilleur moment pour exprimer notre gratitude, toutefois, on peut en faire un rituel saisonnier. À chaque changement de saison, on fait le bilan de nos gratitudes de la saison qui se termine et on souligne ceux qu’annonce la prochaine. Cela nous permet de fermer la boucle avant de commencer un cycle plein de promesses (par exemple : on dit au revoir à l’automne, notre virée aux pommes, notre sortie avec grand-papa au chalet, la journée de plaisir à ramasser des feuilles dehors, l’Halloween, etc. On entrevoit les plaisirs de l’hiver qu’on a hâte de vivre et dont on se sait chanceux : la première neige, les retrouvailles aux temps des Fêtes, la buche de Noël de grand-maman, etc.). (Source : www.yoopa.ca)

 

D’la Pantry à la Belle Delphine

J’ai pâssé ma «weekend» à préparer la fameuse recette de «Bread & Butter» à ma cousine Arthémise; dont mon intention, cé d’en faire cadeaux à més enfants, à la parenté pis t’aux ouasins. Ouaye, que voici :

«Bread & Butter» à ma cousine Arthémise

– 7 cuppées de concombres, tranchés très minces…

– 3-1/2 cuppées d’oignons, tranchés très minces…

– 3 «sweet green peppers», là-là; avec le tcheur pis lés graines d’enlevée; pis coupés z’en p’tits morceaux…

– 2 «sweet red peppers», là-là; avec le tcheur pis lés graines d’enlevée itout; pis coupés z’en p’tits morceaux…

– 1/2 cuppée d’sel…

– 6 cuppées d’sucre…

– «Whoa-Ho»! 2 tchuillèrée à thé de curcuma (en anglais : du «turmeric»)…

– 1/2 tchuillèrée à thé de clou de girofle moulu…

– 2 tchuillèrées à thé de graines de moutarde…

– 1 tchuillèrée à thé de graines de céleri…

– entre 3 à 5 cuppées de vinaigre…

La recette est très aisée à suivre… Ouaye, mélanger tous lés légumes ensemble; ajouter le sel pis assez d’eau pour couvrir… Laisser le tout tremper pour t’une demie journée (12 heures de temps)… (Ein! «So far», pas trop compliquée???)  Là, égoutter pis ajouter le restant dés ingrédients t’aux légumes (ouaye, c’est-à-dire – – le sel, le sucre, curcuma, clou de girofle, graines de moutarde pis graines de céleri). En darnier, ajouter le vinaigre pis faire bouillir pendant t’un bon 5 minutes.  Asteure, «TAH-DAH»! Y vous reste yinc à embouteiller… Pis Mmmmmmmmmmm!

Delphine B.B. Bosse

Countré Star Extraordinaire