Cossé qu’a radote Delphine…

 

Delphine B.B. Bosse

L’échignante ouasine de Juliette, la femme t’au grous mou hyper de Jaddus à Samuel à Xavier Léger, a v’nu cougner à la porte de mon “Summer cottage” de Cocagne, qui “face” la plage, à ramander pour t’une “cuppée” d’sucre brun. À parlait assez vite, qu’sés deux dentiers y pétions dans la goule. J’n’ai vraiment pas tout à fait compris pourquoi qu’à en avait besoin – – soit pour finir de préparer t’un sirop pour verser dans le dedans d’sés poutines à trou ou ej pense qu’à en avait besoin pour mélanger dans sa “yummy” batche de “fudge”. Malgré que j’y’ai baillé mon “spare” sac d’extra de 5 livres, que j’avais “d’storé” dans l’armouaire; pensant d’me débarrasser d’y’elle hâtivement… La maudite n’a pas pris la “hint”! Ouaye! Son au-revoir a duré plusse longtemps que sa requête!

   Ouaye, là-là! À l’avait son cou “d’éstretché out” à espiounner l’intérieur du “cottage” pis à cracher “out” dés commentaires coumment laid qu’était le vieux “couch” fleuré dans l’salon. Pis hounnêtement, s’lon y’elle : oua-yons, à youssé que j’avais la tête d’aouaire osé placer dans lés châssis de si hideux rideaux en coton imprimé de plaises pis d’étouèles de mer! Pis l’pladond! “Come on” là, Delphine! D’aouaire attaché “all over” t’une “fish net” qui “dangle” tcheques “antique” boueilles en “styrofoam” d’amârrées pis qu’la peinture de d’sus la surface de chacune etait d’à môtché “flaké off”!?!

   J’vous partagerai pas non plus sés critiques, en strigné d’jurements, à l’égârd de més lampes en modèle de “lighthouse” (“Yard Sale Special”), de d’sus lés “end tables”… Mais “at least”, à l’a aimé contre lés murs: ma série de tapis hookés, de scènes de bateaux d’pêche pis à ouailes     pis de tcheques goélands se relaxant paisiblement de d’sus z’un poteau d’un vieux tchaie – – ne pouvant pas crouaire (“oh my goodness; no farce”) que c’était moi qui lés avaient fabriqué, avec més deux “own” p’tites mains de Countré Star Extraordinaire.

   La “busybody” de Juliette pis son houmme foiroux, (ouaye) dés retraités du boute d’la “Greater Moncton Area”, s’en v’nons pâsser à chaque ânnée leu’ vacances d’été, dans l’boute charmant de Cocagne. “Nosey” coumme qu’à l’é, à s’a émoyé coumment qu’était mon Ozime??? Mais quand qu’j’y’ai laissé saouaire qu’y’était décédé pis enterré six pieds sous la pelouse; que j’m’avais rencontré pis remariée, avec mon chou-chou d’amour de Roméo Fayot Fougére! Ouaye! Au lieu de me souhaiter sés sincères sympathies ou me féliciter d’mon nouveau cheminement d’Vie! À l’était plutôt scandalisée par le fait que j’n’avais pas veuvé assez longtemps! À son opinion, j’aurais dû attendre ou porter du nouaire au moins  pour t’un extra deux à trois ans. Ej “feelais” pour y “tellé off”; d’l’enouayer t’au Djâble; mais j’ai décidé bon de ne rien dire! D’me boucher la goule pis de tcheindre més commentaires pour moi-même!

   “Saved by” le son bru-yant d’la “Harley Davidson Motor Bike” à mon “scruffy looking hunk” de Roméo Fayot, qu’arrivait d’une “fun ride” d’la “Highway”; qu’a viré soudainement dans la “driveway”! Pis quand qu’Juliette l’a visé enlever sa “helmet”,… À s’a pas gêné de m’laisser saouaire qu’mon nouveau mari e’ r’semblait plutôt à t’un “outlaw dopé” d’une dangereuse “Motor Cycle Gang”! Mais qu’a exlamé “NYANG-NYANG” qu’y’était quite t’un bel houmme! “Wow”!  Qu’y’avait l’allure semblable d’un jeune vigoureux “Marlon Brando”, dans le “1953 drama movie” d’inti- ulé “THE WILD ONE”!

   Juliette n’a pas “hangé around” pour voulouaire s’introduire à mon houmme. Vous auriez dû la ouaire hâré pis “wobblé” sés jambes de lait, de façon craintive, en direction d’la “back yard” de son “cottage site”!

   La maniére que moi j’oua c’là, ça y baillera d’quoi à son plaisir de voulouaire “gossipé about” nu-z’autres t’aux autres “cottagers”!

   À la s’maine prochaine! “Hopefully”, avec t’une autre aventure amusante à vous conter…

 Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

Delphine B.B. Bosse

 

Chère Madame Delphine :

   Ej sais qu’ça va sounner coumme t’une “odd” question à te poser… Si qu’tu n’arais pas choisi d’être t’une Countré Star Extraordinaire, cossé d’autre penses-tu qu’t’aurais voulu faire coumme carriére ou choisir différemment pour ton cheminement d’vie?

Loulaline 

à “Freddie” Dupuis

“Big Time Fan” pis 

“nicknamé” la “Nosey Cake” de “Shediac”

Allo-là, la “Nosey Cake” :

   Si j’arais pu être “Bigger Than Life”? Ça semble, pour mon premier choix: j’aurais aimé c’là devenir t’une fameuse vedette du cinéma ou t’une “Beauty Queen de Hollywood”, par le “star name” de Dolores Bizous. Ma face de “splatterée” épais “d’make-up” de d’sus chaque couvert de “VOGUE Magazine”!

   Mais “WHOA”, icitte! “Reality Check”! En grandissant, y’avait vraiment pas “d’Famous Movie Producers” qu’habitions la Capitale Mondiale du Houmârd – – j’vivions bin trop loin de l’industrie du film Amarichain ou d’la Cérémonie dés Oscars pour aouaire tchequ’un m’découvre… (Ouaye! Le seul Oscar que j’counnaissais qui vivait z’à Shédiac; bin cti-là, y fallait s’en méfier… Ha-Ha-Ha).

   Hounnêtement, ma “claim to fame” ou ma seule “ever winning audition” a été de jouer le rôle convainquant d’une p’tite borbis de Nouël adorable, dans la Séance de la Nativité, de d’sus “l’stage” de la P’tite École! Qu’était p’t’être bin pas “much” coumme experience! Bin Mêshoummes-Mêshoummes! Qui m’empêchait “still” pas d’rêver, qu’un jour en “hitch-hikant” là-bas à “Los Angeles” ou qu’en  rôdant “up & down” la “Hollywood Walk of Fame” – – que j’me fasse “noticé”! YA! “A STAR IS BORN”!

   Mon deuxième choix : J’arais été contentée d’m’en âller travailler à la Shoppe. D’aouaire la “job” ho- nourable de “shaké” pis décortiquer lés côrps de houmârds tchuits, afin de flaquer la chaire en “can”; pis là (BRRRR), d’la faire congelée. Pour ensuite vendre le produit aux touristes, avec mon beau “smile” de gencives roses (c’est-à-dire, sans més dentiers)!

   Ma troisième option : Rentrer au Couvent, mais devenir la Mére Supérieure… Ça semble j’m’arais “enjoyé” à voulouaire “bossé” lés autres nounnes “around”. Ouaye! Si qui voulant gâgner leu’ Ciel! Exiger d’un ton ferme… Bin toi: “Git” par icitte!  Pis toi : “Git” par là!

   As-tu r’marqué Loulaline, que la majorité d’nos héroïnes acadjennes? Ouaye! Qu’la fin d’leux premiers p’tits noms se termine chacune avec t’un *ine* so- lide : coumme Évangeline, Joséphine, Méline, Line, Céline, <<Sweet Caroline>>, Jacqueline, Souverine, Claudine, Alfredine, Pauline, Roseline, Poutine etcetera-etcetera… Pis mon nom (YA) étant Delphine, pourquoi pas être t’une “LEGEND”?!?

   J’aurais pu être astronaute; politicienne; “brain surgeon”; “Olympic Gold Medalist”; fameuse annonceuse de radio régionale; pis p’t’être même t’une “Nobel Prize Winner”… Ou y’elle qui découvre la Solution “for World Peace”! Ouaye! Toute… Toute est possible! (Ein! <<J’la-veux-toute-toute-toute-pas-yinc-dés-p’tits-boutes>>)…

   Mais coumme tu l’sais déjà, Loulaline; cé la Musique Countré qu’a été ma “number one BIG TIME true calling”! Le “twang”, dés cordes de ma “guitar”: ma grande inspiration! Mon Grand Succès; ma Joie d’Vivre! Qui m’a guidé à faire de moi, la bin Bounne Vivante que je suis… (Mmmm) devenue!

 Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

  

Delphine B.B. Bosse

J’m’en ai été, toute seule, me saucer la palourde, dans lés flots d’la “Parlee Beach”. Ouaye! Parce que ma “gilling-suit” de l’été pâssée ne “m’fittait” pu, j’ai té oubligée d’m’en achèter t’une neuve. “No shame”; tcheques “size” de plusses larges! Faut j’vous admettre que més “bikini days” sont “definitely over”! Dans ma “new one piece-bathing suit”, avec dés “patterns” en “wide stripes” de couleurs jaune soleil, “sunkist orange”, rouge flambé, “marine blue” pis d’ultra “white” – – avec més jambes de “curlées”, d’aussi poilouses que d’la “steel-wool” – – ej avais plutôt la “shape” ou l’allure d’une lousse roulie-roulante “beachball”, avec dés jambes! 

   “Let me tell you”, y’a parsounne qu’a osé voulouaire subler z’après moi. Sauf pour lés tcheques p’tits enfants qu’étions z’en train d’bâtir dés châteaux z’en sâble. Que quand qu’y m’avons “spotté” v’nir vers z’eux, s’avons mis à siffler d’alarme pis courir de peur vers leux parents… Car y m’avions supposément “mistaké” coumme étant t’une “monster” effrayante du chenal ténébreux d’la mer mouvementée d’la Pointe-du-Chêne. 

   Pis v’là, “out of nowhere”, qu’une bande de verrats d’goélands sauvages s’avons “gangé up” contre moi. Pis parle d’une misère du djâble, qu’j’ai eu d’lés swinguer “away” à coups d’bras. Pour asseyer d’me protéger contre z’eux, j’ai bien y’eu beau à voulouaire m’dépêcher à fendre l’air pis d’plonger en d’sous dés vagues profon- des… Même avec de l’eau salée, j’ai point té (coumme y faut) capable de “washé off” t’utes lés crottes d’oiseaux qu’y s’avions (“YUCKS”) “tanglé” dans lés longues tresses de més jueux verts. À cte point icitte, “trust me”; j’n’étais point trop belle z’à ouaire; pis ni qu’j’n’arais faite la “perfect model”, pour faire la promotion du tou-risme de notre belle région!

   En essayant d’m’évader hôrs de l’eau… En pensant, grande niaiseuse que j’sus: (ouaye) “that the coast was clear”! En m’faisant chatouiller le sous dés pieds par dés “flat fish”… Cé icitte qu’en trébuchant, qu’un énorme “jellyfish”, avec sés longues tentacules a osé v’nir me piquer pis se mettre à me sucer lentement le sang “out” pis en erriére d’ma tchuisse gauche. En sacrant vite hôrs de l’eau : en criant dés douloureux YEOYE-YEOYE-YEOYE… À youssé qu’était exposée ma “rash” rosâtre de “jellyfish”, que v’là qu’une vilaine mouche à joual a v’nu me mordre… Que l’enflure, aussi grousse qu’une “volley ball” s’est immédiatement développée… Qu’j’ai “crashé” pis “passé out” de toute ma pesanteur, sus le bôrd d’la côte! Ma face à premiére, s’écrasant dedans du sable pis d’la vieille “tumble-seaweed” sec.

   Cé t’un bon samaritain, j’ne sais pas tchissé (supposément t’un vieux môssieux à la retraite, d’la Pointe-du-Chêne); quand qui m’a vu, “d’washé ashore” à r’sembler t’une “baby belugua whale” en détresse… Qu’a faite la décision à “dialé” le “9-1-1”! Pis cé t’à l’Hôpital Française de Moncton, tcheques z’heures plus târd; t’un miracle, que j’me sus “back” ressuscitée…

   Si qu’vous planifiez de v’nir me visiter dans ma chambre d’hôpital, ej “minderais” pas qu’vous me “sneak-eriez in” tcheques sacs de “jujubes” pis tcheques “chocolate bars”. Après toute, dés fleurs pis dés “magazines”; ça se ne mangent pas! Pis “hint-hint”, lés fabuleux “muffins” à la rhubarbe qui vendent à la cantine du premier plan-cher; “j’minderais” coumme cadeau d’en déguster t’une bounne d’mie douzaine, pour m’aïder à dguèrir plus vite! 

 Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

 

J’engagé le vieux foiroux d’Peter Pichenotte pis son grand lingot d’fils de Hervé “Nerve-Neck” pour m’aïder à déménager t’ute mon “stuff”, “out” de mon “rented condo”. Asteure que j’sus remariée… En attendant qu’j’allons nous bâtir notre grousse cahute de d’sus l’immense lot d’terre acheté récemment à Scoudouc. J’vais m’en âller jouer à la femme, chez mon chou-chou de “sugar pie” d’amour (mon 2ième houmme poiloux, le “cuddly” Roméo Fayot Fougére); à sa “farm house” qui “own”, dans l’boute du Vieux Chemin d’Ohio!

   Y faudra que “j’store” à l’intérieure d’la grange à mon Roméo: més boîtes pleines de “knick-knacks” pis de souvenirs de ma prestigieuse “musical career”, “d’antique furniture” pis surtout mon pesant piano à grande tcheue. Pis etce- tera-etcetera… Ou-be-din, en erriére d’ma tête; de considérer à m’engager t’un câlleux professionnel d’encan pour orga- niser à tout vendre. Ou p’t’être yinc juste faire t’une “weekend yard sale”, avec l’assistance de ma mére, la belle Cléothilde pis més trois “crazy” cousines de Dométhilde, Arthémise pis Clémence – – pour “pricé” lés affaires pis à superviser que parsounne nous “rip off” à voler???

   Faut j’vous laisse saouaire, que mon fils Zacharie a déménagé à mon “furnished cottage (rent free)” que j’appartcheins t’au Village dés Roseaux. J’sus sartainement pas intchète pour lui, y saura bin se débrouil-ler… Ouaye! J’y’ai baillé la parmission itout de transfor- mer l’une dés chambres en t’un “sound-proof-recording music studio”. “I guess” qui va “starté” le projet de rénovation, en cte fin d’semaine icitte. Aussitôt tarminé, moi pis lui, “Mom & Son collaboration”; j’allons aouaire d’la “fun” à enregistrer ma “next full album” de “Country Music”, d’intitulé: <<J’aouains ma “Twang”>> (Ha-Ha-Ha! “Twang”, qué l’nom d’baptême à ma banjo)!

   J’n’étais pas sartaine si qu’més gentils “pet raccoons” – – ouaye, si qu’allions pouaire s’adapter à vivre dans l‘boute du Vieux Chemin d’Ohio. “So far, so good”! Roméo lés laisse faire à “raidé” lés grous z’œufs bruns d’son poullailler! Pis “as” pour mon nono Saint Bernard de “Buddy Dog Extraordinaire”, qui pense qu’y’un chihuahua; bin lui aime à courailler à terroriser après lés poules; mais surtout plusse à faire effrayer lés plumes “off” d’la tcheue du pauvre esclâve “d’alarm-raiser” d’coq pis d’aouaire plaisir itout d’y faire enrouiller d’peur son chant de <<COCORICO>>!

   Moi pis mon Roméo, j’avons z’une rencontre avec t’un architecte, târd en après-midi ‘citte; avec t’un sartain noummé “Bill C.” tchequ’affaire-tchequ’affaire soit Melanson(?), Malenfant(?) ou Han-Han (“which I doubt very much” qué socitte son nom familial)??? Ya! Qu’y veut nous “interviewé”, afin d’arriver à nous “designé” t’un “award winning” plan d’maison à deux étages!

   So! Si “qu’Elvis” a pu “owné” t’une “mansion” appelé “Graceland”! J’avons “agree-yé” moi pis mon mari d’appeler la nôtre, “Delphiland”… “Mind you”, “Delphiwood” sounne “kind of sexy” itout, à l’oreille!

   À la prochaine!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Delphine B.B. Bosse

D’la Pantry à la Belle Delphine

Delphine B.B. Bosse

J’étais t’au “Baby Shower” à la fille à Emerise à Joe Cagouette, la belle ronde beudaine enceinte parfaite à la “sweet” Murielle… J’étais d’assise à côté du “fancy sandwich tray”, qu’avait été préparé par “Betty” d’la “Happy Valley” (la femme à mon cousin, le dâmné Hen-Henri) – – que j’ai quasiment tout dévoré, sauf lés miettes… Cé surtout ceusses-là à la garniture de saumon que j’ai aimé le plus à avaler tout rond, sans prendre le temps d’souffler entre chaque bouchée. Y me fallait absolument que j’aye la recette… Dont “Betty” a bin voulu partager pis qu’j’imprime dans la gazette du Moniteur Acadjen; que voici :

 

 

Garniture de Saunon à la “Betty”

(la recette a été “shrinké down” pour dounner 3 à 4 portions; 

pis qui peut itout se doubler ou tripler assez aisément)

·         1 “can” de 220 grammes ou de 7.75 onces de saumon…

·         1/4 cuppée de noix hachées…

·         1/4 cuppée de mayonnaise…

·         1/4 cuppée de céleri, haché…

·         1/4 tchuillèrée à thé d’sel…

·         persil haché (optionel)… “mind you”, y’en avait un p’tit brin entre chaque tranches…

Égoutter pis émietter l’saumon. Mélanger légèrement le tout. “Spreadé” entre dés tranches de pain à sandwich bin beurré. Pis yinc à lés “watché” disparaître… “Betty” m’conte, qu’elle se sert parfois itout de cte garniture icitte dans z’une tomate vidée…

Delphine B.B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Communauté informée… Communauté en santé… Harcèlement sexuel

   Le harcèlement sexuel fait recours à des conduites de nature sexuelles visant à persécuter des individus. Ce phénomène peut se produire dans différents milieux comme au travail, à l’école ou à des endroits publics. Plusieurs conséquences résultent du harcèlement sexuel, incluant des conséquences légales.  

   Le harcèlement sexuel peut se manifester de différentes façons. Des comportements, des gestes, des paroles de nature sexuelles sont considérés comme du harcèlement sexuel. Voici des exemples plus précis : la sollicitation de faveurs sexuelles non désirées, les sifflements, les commentaires inappropriés sur le corps et des questions intimes. Ces actes sont tous considérés comme du harcèlement sexuel envers une autre personne. Ces comportements peuvent être présentés de façon répétitive et peuvent avoir des effets néfastes sur la personne qui subit le harcèlement. Cette personne ne doit pas désirer ces comportements afin que ce soit considéré comme du harcèlement sexuel. 

   Il est important de souligner que le silence provenant de la victime ne veut pas dire qu’elle est en accord avec les actes à connotation sexuelles. Chaque individu a sa manière de réagir au harcèlement sexuel; différentes réactions ou émotions peuvent se présenter. Vivre du harcèlement sexuel a plusieurs conséquences psychologiques pour la victime. L’anxiété ou la dépression peuvent se développer lors-que le comportement sexuel est de façon répétitive. La victime peut aussi ressentir de la honte ou même de la culpabilité face au harcèlement sexuel. 

   Des réactions physiques comme les troubles alimentaires, les maux de têtes et la fatigue peuvent affecter les victimes de harcèlement sexuel. Des répercussions économiques comme la perte d’un emploi, la diminution de la qualité de travail ou des études et la mauvaise recommandation de son employeur sont aussi des situations qui présentent des effets sur la victime. On peut affirmer que le harcèlement sexuel est une situation négative à vivre. 

   Si vous êtes ou avez été victime de harcèlement sexuel, il est important d’en parler avec une personne qui peut vous aider. Personne n’est la cause de ces comportements sexuels. La responsa- bilité est à la personne qui a commis l’acte sexuel. Vous ne devez pas jeter le blâme sur vous-même. Il existe des personnes de confiance ou même des services qui peuvent vous venir en aide lors de ces moments difficiles. 

   Il est évident que plusieurs conséquences sont le résultat de ce comportement. Il est donc important à en parler avec quelqu’un pour assurer votre bien-être émotionnel et physique. 

*Mai est le Mois de la sensibilisation aux agressions sexuelles.

D’la Pantry à la Belle Delphine

Pour ceusses-là d’vous z’autres qui ne counnent pas le vieux garçon, Joe Ragoût Hébert? Y s’trouve être le frére détestable à la grande dgeule de maigorlounne de Marie-Lyne Hébert (ouaye-ouaye-ouaye, y’elle qui vend dés “beauty products”, de porte en porte… pis qué loin à r’sembler à z’une “beauty queen” de bazar)!  De cossé qu’j’entendu dire, cé que le cher Joe est “quite” t’un bon “cook”, dans la tchuisine! Cé lui qui m’a “câllé”, pour me d’mander si j’serais z’intéressée d’imprimer l’une de sés fameuses recettes – – sa façon à lui itout à “advertizé” z’aux vieilles filles d’Shédiac, qu’y’é “quite” z’une “catch”!  “Okay-Okay”, j’asseyé la recette… pis hounnêtement, s’un houmme à “nabbé” pis à “keepé”…

Le Joe Ragoût d’Boeu’

 

– 1 pis 1/2 livres de viande de boeu’ ragoût… – 1/4 cuppée d’beurre…

– 1/2 cuppée d’oignon, haché… – 1 gousse d’ail, écrâsée…

– 2 tchuillèrées à table d’huile végétale… – 1/3 cuppée d’farine…

– 2 tchuillèrée à thé d’sel… – 1/4 tchuillèrée à thé d’poivre…

– 2 tchuillèrées à table de persil frais, haché… – 1/2 tchuillèrée à thé d’sarriette…

– 1/2 tchuillèrée à thé d’thym… – 3 cuppées d’eau…

– 1 pis  1/2 cuppées de cârottes, tranchées en rondelles…

– 3 p’tits z’oignons, coupées en quartchés…

– 1 cuppée de patates, coupées en dés…

 

Couper la viande de boeu’ à ragoût en morceaux de 1 pouce. Ouaye, brunir dans l’beurre, retirer la viande.  Dans l’huile végétale, sauté la 1/2 cuppée d’oignon haché pis l’ail, jusqu’à ce qu’ils soient transparents. Là, ajouter le boeu’ pis saupoudrer d’farine – – brunir à nouveau. Ajouter le sel, le poivre, persil, sarriette, thym pis l’eau. Couvrir pis laisser mijoter pour environ 75 minutes. En darnier, ajouter lés cârottes, lés p’tits z’oignons pis lés patates pis continuer à tchuire environ 30 minutes de plusse ou jusqu’à ce qu’lés légumes soient tendres.   Absolument délicieux!

Delphine B.B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

 

Delphine B.B. Bosse

“Well-Well-Well-Well-Well”! J’ai finalement témoigné mon premier merle rouge! Ouaye, dans l’temps que j’me fai-sais “tan” la peau, me berçant d’élongée de toute mon long dans l’hamac, dans la “backyard” de mon “condo”! Y m’a “splatté” z’une façon grousse flaque de crotte, “bombs away”, drette contre més vi- tres de lunettes à soleil! Cé icitte qu’mon oreille “sharp” a attrapé le chant du verrat p’tit zézeau prendre z’un<<Tweet-Tweet-Twist>> de moqueux! J’aimerais bin d’partager avec vous z’autres, cossé qu’j’ai vulgairement beuglé après; coumme qui s’envolait z’au loin, dans sa liberté sauvage. Hounnêtement, qui n’serait point approprié d’ma pârt d’imprimé dans la gazette familiale du Moniteur Acadjen!

   Après d’m’aouaire décrotté la face pis l’restant du côrps dans la “shower”, j’me “trustais” pu d’voulouaire “back” âller me rythmer calmement à la brise de mon hamac. J’m’ai attifé; pis pour m’accalmir lés idées, j’m’ai décidé bon d’m’aventurer “shoppé” pour dés belles hardes d’été t’au “best GUY’S FRENCHYS” de “SHEDIAC” là!

   Quand j’arrivé t’au populaire “clothing store”… “As usual”, le “parking lot” était “mega loadé d’cars”! Ouffe! J’ai réussi à “squeezé” mon p’tit “Chevy Cruze Hatch” bleu ciel entre t’un vieux “van” rouge rouillé pis z’un grous “SUV silver”, sans rien “scratché”… Vraiment, qu’était pas trop “bright” d’ma pârt, parce qu’j’ai été oubligée d’ramper “out carefully” par la vitre d’la porte du bôrd du “driver”. Malgré qu’en sortant j’ai “endé-up” à me tacher toute le devant d’més hardes, avec quasiment t’ute la môtché de saleté d’terre qui couvrait mon “car”. Ça m’a pas gêné pis ni empêché d’voulouaire ren-trer dans l’magasin, à r’sembler coumme t’un nuage de poussiére pis avec la tignasse d’égriché t’au vent!

   Parle de “synchronicity”! Vous savez pas cossé qu’j’ai trouvé z’en train de “danglé” de d’sus z’un “coat-hanger”, dans la boutique? Une robe d’été en coton tissé léger, avec t’une cinquantaine de jolies “patterns” d’imprimés partout de “cute” p’tits merles rouges. Dont j’ai “snatché” toute suite, “just in case” qu’une autre “customer” se déciderait d’voulouaire me “tacklé” pour… Pis aussi “weird” qué “weird”, de cacher dans l’fond d’une grousse “bin”, j’ai découverts t’un “purse” dont le “flap” du devant était finement ouvragé de mini perles de différentes couleurs à imiter t’un gobbine de merle rouge. Pis parmi la “costume jewelry section”, j’ai trouvé z’un “matching set” itout d’un collier avec un “charm” en ôr d’ailes d’un zézeau pis une paire de boucles d’oreilles silhouettes de merles en “fake gold”. À mon émerveillement, le tout t’au “cash” m’a pas même coûté au d’sus d’quinze piastres! Qu’j’en ai “flyé out” du “store”, avec mon sac-là, t’ute “happy”!

   Lés “cars” qu’étions “parkés” lés deux côtés d’moi, étions “gone”. J’n’ai pas y’eu de difficulté d’embarquer dans mon “Chevy Cruze”! De d’là, j’me sus rendue “back” t’au “condo”, “feeling” t’ute excité d’mon achat!

   Ya! Cé t’en débarquant d’mon “car” qu’ma “luck” a “quickly runné out”. La minute qu’més pieds avant touché le pavé d’la “driveway”… Cé icitte que cte fois ‘citte :  <<PLIC-À-PLAC-À-PLOUC>> qu’une bande de merles rouges inapprivoisés avons v’nu “out of no where” me bombardé (“YUCK”) pleins de crottes le bôrd du “rim” d’mon grous chapeau d’cowboy!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Communauté informée… Communauté en santé…

La gestion du stress

  Tout d’abord, c’est quoi le stress ? En effet, le stress est une réaction, tant émotionnelle que physique, face à un évènement particulier. Cette réaction, si elle n’est pas excessive, est complètement naturelle. Cependant, une situation de stress chronique peut être considérée comme une pathologie et peut engendrer autres problèmes, tels que des problèmes digestifs ou des troubles de sommeil. Plusieurs différents évènements peuvent causer du stress dans nos vies. Ces évènements ne sont pas tous négatifs, mais sont plutôt marquants dans notre vie. Par exemple, changer d’emploi, devenir parent, les préoccupations financières, les retards et ainsi de suite. La manière qu’on réagit à ces évènements va avoir un grand impact sur notre bien-être physique, mental et social. Cela dit, avec la gestion du stress, il est possible d’améliorer plusieurs différents aspects de sa vie.

Voici quelques trucs qui peuvent vous aider à mieux faire face à votre stress :

  • Trouvez un équilibre entre le travail et vos loisirs
  • Prenez le temps de rire
  • Partager les tâches ; vous n’avez pas à tout faire vous-mêmes
  • Faites de l’exercice
  • Apprenez à gérer votre temps
  • Avoir une alimentation saine
  • Prendre du repos
  • Parlez-en avec vos amis, vos proches ou un conseiller
  • Éviter le perfectionnisme

De plus, il peut être très avantageux de pratiquer quelques techniques de relaxation afin de se détendre et minimiser son stress. Voici quelques exemples :

  • Respiration profonde
  • Visualisation
  • Massage
  • Méditation
  • Yoga
  • Musique et art-thérapie

Ces techniques de relaxation ne se maitrisent pas du jour au lendemain. Votre capacité de vous détendre s’améliore avec la pratique, donc soyez patient avec vous-mêmes et ne laisser pas vos efforts pour pratiquer ces techniques devenir un autre facteur de stress. Finalement, il importe de mentionner que le stress est une situation courante au quotidien qui peut affecter tout le monde. Chaque personne est unique, donc il est important d’essayer plusieurs différentes techniques afin d’identifier lesquelles fonctionnent les mieux pour vous. Chacun va vivre son stress différemment, mais il est possible de pouvoir le gérer à l’aide des techniques mentionnées et bien d’autres.

D’la Pantry à la Belle Delphine

Si vous voulez vraiment m’impressiounner pis m’faire chanter pour «free» (Ha-Ha-Ha, pas frit coumme dans «fried»), vous pouvez m’sarvir socitte «anytime» :

Croissants “Ham & Cheese” à la Countré Star

–         1 tchuillèrée à thé d’moutarde Dijon…

–         1 tchuillèrée à thé de jus “d’lemon”…

–         2 tchuillèrées à table de mayonnaise…

–         1/4 tchuillèrée à thé de “Soya Sauce”…

–         1 tchuillèrée à thé de sucre brun…

–          4 grous croissants…

–         4 tranches de “ham”, tchuit…

–         4 tranches de fromage Suisse…

Dans z’un bol, mélanger la moutarde, le jus “d’lemon”, la mayonnaise, la “Soya Sauce” pis l’sucre brun.  “Slicé” lés croissants z’en “half”. Pour chaque croissant, placer une tranche de “ham” pis d’fromage de l’un côté; pis répandre le mélange à moutarde sus l’autre. Là, fermer chaque croissant ensemble pis “wrappé” chacun dans du “foil”… Pis tchuire à 350° F pour “about” un bon 5 à 8 minutes ou jusqu’à ce qu’le fromage soit fondu.

Delphine B.B. Bosse

Countré Star Extraordinaire