Cossé qu’a radote Delphine…

 

J’engagé le vieux foiroux d’Peter Pichenotte pis son grand lingot d’fils de Hervé “Nerve-Neck” pour m’aïder à déménager t’ute mon “stuff”, “out” de mon “rented condo”. Asteure que j’sus remariée… En attendant qu’j’allons nous bâtir notre grousse cahute de d’sus l’immense lot d’terre acheté récemment à Scoudouc. J’vais m’en âller jouer à la femme, chez mon chou-chou de “sugar pie” d’amour (mon 2ième houmme poiloux, le “cuddly” Roméo Fayot Fougére); à sa “farm house” qui “own”, dans l’boute du Vieux Chemin d’Ohio!

   Y faudra que “j’store” à l’intérieure d’la grange à mon Roméo: més boîtes pleines de “knick-knacks” pis de souvenirs de ma prestigieuse “musical career”, “d’antique furniture” pis surtout mon pesant piano à grande tcheue. Pis etce- tera-etcetera… Ou-be-din, en erriére d’ma tête; de considérer à m’engager t’un câlleux professionnel d’encan pour orga- niser à tout vendre. Ou p’t’être yinc juste faire t’une “weekend yard sale”, avec l’assistance de ma mére, la belle Cléothilde pis més trois “crazy” cousines de Dométhilde, Arthémise pis Clémence – – pour “pricé” lés affaires pis à superviser que parsounne nous “rip off” à voler???

   Faut j’vous laisse saouaire, que mon fils Zacharie a déménagé à mon “furnished cottage (rent free)” que j’appartcheins t’au Village dés Roseaux. J’sus sartainement pas intchète pour lui, y saura bin se débrouil-ler… Ouaye! J’y’ai baillé la parmission itout de transfor- mer l’une dés chambres en t’un “sound-proof-recording music studio”. “I guess” qui va “starté” le projet de rénovation, en cte fin d’semaine icitte. Aussitôt tarminé, moi pis lui, “Mom & Son collaboration”; j’allons aouaire d’la “fun” à enregistrer ma “next full album” de “Country Music”, d’intitulé: <<J’aouains ma “Twang”>> (Ha-Ha-Ha! “Twang”, qué l’nom d’baptême à ma banjo)!

   J’n’étais pas sartaine si qu’més gentils “pet raccoons” – – ouaye, si qu’allions pouaire s’adapter à vivre dans l‘boute du Vieux Chemin d’Ohio. “So far, so good”! Roméo lés laisse faire à “raidé” lés grous z’œufs bruns d’son poullailler! Pis “as” pour mon nono Saint Bernard de “Buddy Dog Extraordinaire”, qui pense qu’y’un chihuahua; bin lui aime à courailler à terroriser après lés poules; mais surtout plusse à faire effrayer lés plumes “off” d’la tcheue du pauvre esclâve “d’alarm-raiser” d’coq pis d’aouaire plaisir itout d’y faire enrouiller d’peur son chant de <<COCORICO>>!

   Moi pis mon Roméo, j’avons z’une rencontre avec t’un architecte, târd en après-midi ‘citte; avec t’un sartain noummé “Bill C.” tchequ’affaire-tchequ’affaire soit Melanson(?), Malenfant(?) ou Han-Han (“which I doubt very much” qué socitte son nom familial)??? Ya! Qu’y veut nous “interviewé”, afin d’arriver à nous “designé” t’un “award winning” plan d’maison à deux étages!

   So! Si “qu’Elvis” a pu “owné” t’une “mansion” appelé “Graceland”! J’avons “agree-yé” moi pis mon mari d’appeler la nôtre, “Delphiland”… “Mind you”, “Delphiwood” sounne “kind of sexy” itout, à l’oreille!

   À la prochaine!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Delphine B.B. Bosse

D’la Pantry à la Belle Delphine

Delphine B.B. Bosse

J’étais t’au “Baby Shower” à la fille à Emerise à Joe Cagouette, la belle ronde beudaine enceinte parfaite à la “sweet” Murielle… J’étais d’assise à côté du “fancy sandwich tray”, qu’avait été préparé par “Betty” d’la “Happy Valley” (la femme à mon cousin, le dâmné Hen-Henri) – – que j’ai quasiment tout dévoré, sauf lés miettes… Cé surtout ceusses-là à la garniture de saumon que j’ai aimé le plus à avaler tout rond, sans prendre le temps d’souffler entre chaque bouchée. Y me fallait absolument que j’aye la recette… Dont “Betty” a bin voulu partager pis qu’j’imprime dans la gazette du Moniteur Acadjen; que voici :

 

 

Garniture de Saunon à la “Betty”

(la recette a été “shrinké down” pour dounner 3 à 4 portions; 

pis qui peut itout se doubler ou tripler assez aisément)

·         1 “can” de 220 grammes ou de 7.75 onces de saumon…

·         1/4 cuppée de noix hachées…

·         1/4 cuppée de mayonnaise…

·         1/4 cuppée de céleri, haché…

·         1/4 tchuillèrée à thé d’sel…

·         persil haché (optionel)… “mind you”, y’en avait un p’tit brin entre chaque tranches…

Égoutter pis émietter l’saumon. Mélanger légèrement le tout. “Spreadé” entre dés tranches de pain à sandwich bin beurré. Pis yinc à lés “watché” disparaître… “Betty” m’conte, qu’elle se sert parfois itout de cte garniture icitte dans z’une tomate vidée…

Delphine B.B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Communauté informée… Communauté en santé… Harcèlement sexuel

   Le harcèlement sexuel fait recours à des conduites de nature sexuelles visant à persécuter des individus. Ce phénomène peut se produire dans différents milieux comme au travail, à l’école ou à des endroits publics. Plusieurs conséquences résultent du harcèlement sexuel, incluant des conséquences légales.  

   Le harcèlement sexuel peut se manifester de différentes façons. Des comportements, des gestes, des paroles de nature sexuelles sont considérés comme du harcèlement sexuel. Voici des exemples plus précis : la sollicitation de faveurs sexuelles non désirées, les sifflements, les commentaires inappropriés sur le corps et des questions intimes. Ces actes sont tous considérés comme du harcèlement sexuel envers une autre personne. Ces comportements peuvent être présentés de façon répétitive et peuvent avoir des effets néfastes sur la personne qui subit le harcèlement. Cette personne ne doit pas désirer ces comportements afin que ce soit considéré comme du harcèlement sexuel. 

   Il est important de souligner que le silence provenant de la victime ne veut pas dire qu’elle est en accord avec les actes à connotation sexuelles. Chaque individu a sa manière de réagir au harcèlement sexuel; différentes réactions ou émotions peuvent se présenter. Vivre du harcèlement sexuel a plusieurs conséquences psychologiques pour la victime. L’anxiété ou la dépression peuvent se développer lors-que le comportement sexuel est de façon répétitive. La victime peut aussi ressentir de la honte ou même de la culpabilité face au harcèlement sexuel. 

   Des réactions physiques comme les troubles alimentaires, les maux de têtes et la fatigue peuvent affecter les victimes de harcèlement sexuel. Des répercussions économiques comme la perte d’un emploi, la diminution de la qualité de travail ou des études et la mauvaise recommandation de son employeur sont aussi des situations qui présentent des effets sur la victime. On peut affirmer que le harcèlement sexuel est une situation négative à vivre. 

   Si vous êtes ou avez été victime de harcèlement sexuel, il est important d’en parler avec une personne qui peut vous aider. Personne n’est la cause de ces comportements sexuels. La responsa- bilité est à la personne qui a commis l’acte sexuel. Vous ne devez pas jeter le blâme sur vous-même. Il existe des personnes de confiance ou même des services qui peuvent vous venir en aide lors de ces moments difficiles. 

   Il est évident que plusieurs conséquences sont le résultat de ce comportement. Il est donc important à en parler avec quelqu’un pour assurer votre bien-être émotionnel et physique. 

*Mai est le Mois de la sensibilisation aux agressions sexuelles.

D’la Pantry à la Belle Delphine

Pour ceusses-là d’vous z’autres qui ne counnent pas le vieux garçon, Joe Ragoût Hébert? Y s’trouve être le frére détestable à la grande dgeule de maigorlounne de Marie-Lyne Hébert (ouaye-ouaye-ouaye, y’elle qui vend dés “beauty products”, de porte en porte… pis qué loin à r’sembler à z’une “beauty queen” de bazar)!  De cossé qu’j’entendu dire, cé que le cher Joe est “quite” t’un bon “cook”, dans la tchuisine! Cé lui qui m’a “câllé”, pour me d’mander si j’serais z’intéressée d’imprimer l’une de sés fameuses recettes – – sa façon à lui itout à “advertizé” z’aux vieilles filles d’Shédiac, qu’y’é “quite” z’une “catch”!  “Okay-Okay”, j’asseyé la recette… pis hounnêtement, s’un houmme à “nabbé” pis à “keepé”…

Le Joe Ragoût d’Boeu’

 

– 1 pis 1/2 livres de viande de boeu’ ragoût… – 1/4 cuppée d’beurre…

– 1/2 cuppée d’oignon, haché… – 1 gousse d’ail, écrâsée…

– 2 tchuillèrées à table d’huile végétale… – 1/3 cuppée d’farine…

– 2 tchuillèrée à thé d’sel… – 1/4 tchuillèrée à thé d’poivre…

– 2 tchuillèrées à table de persil frais, haché… – 1/2 tchuillèrée à thé d’sarriette…

– 1/2 tchuillèrée à thé d’thym… – 3 cuppées d’eau…

– 1 pis  1/2 cuppées de cârottes, tranchées en rondelles…

– 3 p’tits z’oignons, coupées en quartchés…

– 1 cuppée de patates, coupées en dés…

 

Couper la viande de boeu’ à ragoût en morceaux de 1 pouce. Ouaye, brunir dans l’beurre, retirer la viande.  Dans l’huile végétale, sauté la 1/2 cuppée d’oignon haché pis l’ail, jusqu’à ce qu’ils soient transparents. Là, ajouter le boeu’ pis saupoudrer d’farine – – brunir à nouveau. Ajouter le sel, le poivre, persil, sarriette, thym pis l’eau. Couvrir pis laisser mijoter pour environ 75 minutes. En darnier, ajouter lés cârottes, lés p’tits z’oignons pis lés patates pis continuer à tchuire environ 30 minutes de plusse ou jusqu’à ce qu’lés légumes soient tendres.   Absolument délicieux!

Delphine B.B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

 

Delphine B.B. Bosse

“Well-Well-Well-Well-Well”! J’ai finalement témoigné mon premier merle rouge! Ouaye, dans l’temps que j’me fai-sais “tan” la peau, me berçant d’élongée de toute mon long dans l’hamac, dans la “backyard” de mon “condo”! Y m’a “splatté” z’une façon grousse flaque de crotte, “bombs away”, drette contre més vi- tres de lunettes à soleil! Cé icitte qu’mon oreille “sharp” a attrapé le chant du verrat p’tit zézeau prendre z’un<<Tweet-Tweet-Twist>> de moqueux! J’aimerais bin d’partager avec vous z’autres, cossé qu’j’ai vulgairement beuglé après; coumme qui s’envolait z’au loin, dans sa liberté sauvage. Hounnêtement, qui n’serait point approprié d’ma pârt d’imprimé dans la gazette familiale du Moniteur Acadjen!

   Après d’m’aouaire décrotté la face pis l’restant du côrps dans la “shower”, j’me “trustais” pu d’voulouaire “back” âller me rythmer calmement à la brise de mon hamac. J’m’ai attifé; pis pour m’accalmir lés idées, j’m’ai décidé bon d’m’aventurer “shoppé” pour dés belles hardes d’été t’au “best GUY’S FRENCHYS” de “SHEDIAC” là!

   Quand j’arrivé t’au populaire “clothing store”… “As usual”, le “parking lot” était “mega loadé d’cars”! Ouffe! J’ai réussi à “squeezé” mon p’tit “Chevy Cruze Hatch” bleu ciel entre t’un vieux “van” rouge rouillé pis z’un grous “SUV silver”, sans rien “scratché”… Vraiment, qu’était pas trop “bright” d’ma pârt, parce qu’j’ai été oubligée d’ramper “out carefully” par la vitre d’la porte du bôrd du “driver”. Malgré qu’en sortant j’ai “endé-up” à me tacher toute le devant d’més hardes, avec quasiment t’ute la môtché de saleté d’terre qui couvrait mon “car”. Ça m’a pas gêné pis ni empêché d’voulouaire ren-trer dans l’magasin, à r’sembler coumme t’un nuage de poussiére pis avec la tignasse d’égriché t’au vent!

   Parle de “synchronicity”! Vous savez pas cossé qu’j’ai trouvé z’en train de “danglé” de d’sus z’un “coat-hanger”, dans la boutique? Une robe d’été en coton tissé léger, avec t’une cinquantaine de jolies “patterns” d’imprimés partout de “cute” p’tits merles rouges. Dont j’ai “snatché” toute suite, “just in case” qu’une autre “customer” se déciderait d’voulouaire me “tacklé” pour… Pis aussi “weird” qué “weird”, de cacher dans l’fond d’une grousse “bin”, j’ai découverts t’un “purse” dont le “flap” du devant était finement ouvragé de mini perles de différentes couleurs à imiter t’un gobbine de merle rouge. Pis parmi la “costume jewelry section”, j’ai trouvé z’un “matching set” itout d’un collier avec un “charm” en ôr d’ailes d’un zézeau pis une paire de boucles d’oreilles silhouettes de merles en “fake gold”. À mon émerveillement, le tout t’au “cash” m’a pas même coûté au d’sus d’quinze piastres! Qu’j’en ai “flyé out” du “store”, avec mon sac-là, t’ute “happy”!

   Lés “cars” qu’étions “parkés” lés deux côtés d’moi, étions “gone”. J’n’ai pas y’eu de difficulté d’embarquer dans mon “Chevy Cruze”! De d’là, j’me sus rendue “back” t’au “condo”, “feeling” t’ute excité d’mon achat!

   Ya! Cé t’en débarquant d’mon “car” qu’ma “luck” a “quickly runné out”. La minute qu’més pieds avant touché le pavé d’la “driveway”… Cé icitte que cte fois ‘citte :  <<PLIC-À-PLAC-À-PLOUC>> qu’une bande de merles rouges inapprivoisés avons v’nu “out of no where” me bombardé (“YUCK”) pleins de crottes le bôrd du “rim” d’mon grous chapeau d’cowboy!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Communauté informée… Communauté en santé…

La gestion du stress

  Tout d’abord, c’est quoi le stress ? En effet, le stress est une réaction, tant émotionnelle que physique, face à un évènement particulier. Cette réaction, si elle n’est pas excessive, est complètement naturelle. Cependant, une situation de stress chronique peut être considérée comme une pathologie et peut engendrer autres problèmes, tels que des problèmes digestifs ou des troubles de sommeil. Plusieurs différents évènements peuvent causer du stress dans nos vies. Ces évènements ne sont pas tous négatifs, mais sont plutôt marquants dans notre vie. Par exemple, changer d’emploi, devenir parent, les préoccupations financières, les retards et ainsi de suite. La manière qu’on réagit à ces évènements va avoir un grand impact sur notre bien-être physique, mental et social. Cela dit, avec la gestion du stress, il est possible d’améliorer plusieurs différents aspects de sa vie.

Voici quelques trucs qui peuvent vous aider à mieux faire face à votre stress :

  • Trouvez un équilibre entre le travail et vos loisirs
  • Prenez le temps de rire
  • Partager les tâches ; vous n’avez pas à tout faire vous-mêmes
  • Faites de l’exercice
  • Apprenez à gérer votre temps
  • Avoir une alimentation saine
  • Prendre du repos
  • Parlez-en avec vos amis, vos proches ou un conseiller
  • Éviter le perfectionnisme

De plus, il peut être très avantageux de pratiquer quelques techniques de relaxation afin de se détendre et minimiser son stress. Voici quelques exemples :

  • Respiration profonde
  • Visualisation
  • Massage
  • Méditation
  • Yoga
  • Musique et art-thérapie

Ces techniques de relaxation ne se maitrisent pas du jour au lendemain. Votre capacité de vous détendre s’améliore avec la pratique, donc soyez patient avec vous-mêmes et ne laisser pas vos efforts pour pratiquer ces techniques devenir un autre facteur de stress. Finalement, il importe de mentionner que le stress est une situation courante au quotidien qui peut affecter tout le monde. Chaque personne est unique, donc il est important d’essayer plusieurs différentes techniques afin d’identifier lesquelles fonctionnent les mieux pour vous. Chacun va vivre son stress différemment, mais il est possible de pouvoir le gérer à l’aide des techniques mentionnées et bien d’autres.

D’la Pantry à la Belle Delphine

Si vous voulez vraiment m’impressiounner pis m’faire chanter pour «free» (Ha-Ha-Ha, pas frit coumme dans «fried»), vous pouvez m’sarvir socitte «anytime» :

Croissants “Ham & Cheese” à la Countré Star

–         1 tchuillèrée à thé d’moutarde Dijon…

–         1 tchuillèrée à thé de jus “d’lemon”…

–         2 tchuillèrées à table de mayonnaise…

–         1/4 tchuillèrée à thé de “Soya Sauce”…

–         1 tchuillèrée à thé de sucre brun…

–          4 grous croissants…

–         4 tranches de “ham”, tchuit…

–         4 tranches de fromage Suisse…

Dans z’un bol, mélanger la moutarde, le jus “d’lemon”, la mayonnaise, la “Soya Sauce” pis l’sucre brun.  “Slicé” lés croissants z’en “half”. Pour chaque croissant, placer une tranche de “ham” pis d’fromage de l’un côté; pis répandre le mélange à moutarde sus l’autre. Là, fermer chaque croissant ensemble pis “wrappé” chacun dans du “foil”… Pis tchuire à 350° F pour “about” un bon 5 à 8 minutes ou jusqu’à ce qu’le fromage soit fondu.

Delphine B.B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

Delphine B.B. Bosse

Moi pis mon chou-chou d’amour de Roméo Fayot Fougère, (ouaye) j’avons tous deux décidé “d’elopé”… Qui m’a coumme surprise moye-tout – – surtout qu’més plans étions d’veuver, “at least” pour tcheques autres mois d’extras! “Anyway”! Vendordi midi qui vient tout juste de pâsser… Cé t’au fameux restaurant familial de Memramcook, dans l’temps que j’me bourrais la face dans z’un “Western Sandwich” avec t’un “side order d’onion rings”, qu’mon bien-aimé a “droppé” sa “napkin” d’sus l’plancher… S’a mis sus sés genoux, en m’traitant d’sa crotte de velour! Pis en bégayant un p’tit peu d’sus l’boute d’sa langue, m’a mandé si j’serais intéressée d’être sa “one & only” partenaire de sa vie!?!

Toute honourée pis virant rouge tomate dans la face, j’ai ouaqué t’un façon d’OUI fôrt… Qu’a faite sursauter la “nice waitress” à renvorser accidentellement du café chaud, de d’sus lés genoux du pauvre esclâve de djeu de “customer” (supposément un noummé Léo); qu’était d’assis à la table du coin, proche de l’entrée dés “bathrooms”! Ouffe! Par chance, rien d’ampoulé!!! L’histouaire s’continue… Roméo a insisté de “never mind about” finir notre “lunch”… Faisons “brown baggé” le tout; payons la facture, sans ou- blier de laisser t’une généreuse “TIP”… Pis “jumpons” dans “l’car”; “right now”, sans laisser saouaire à parsounne…  Allons VROOOM, vers la Capitale d’la Nôvé Scôtché! À youssé qu’nous nous trouverons un Juge de la Paix, pour nous marier; pis tcheques étrangers “off” d’la rue à voulouaire être nos témoins! Pis de d’là, s’en âller faire la lune de miel dans l’boute d’la “Cabot Trail”! So, “off we went”; à l’aventure, “like two crazy lovers do”!

De d’sus le certificat d’mariage, j’ai décidé (mon choix) de “hyphenaté” mon nom d’couple: Delphine B. B. Bosse Fougère! Mais mon “stage name” de Countré Star Extraordinaire va demeurer toujours pareil! Ha-Ha-Ha, à l’Incroyable B. B. Bosse! Cé en travers de ma chronique du Moniteur Acadjen, de cte s’maine, que j’annonce officiellement – – “SURPRISE-SURPRISE” – – à més enfants, t’aux restant dés membres de ma parenté, amis, “fans” pis paparazzis… Si qu’vous m’charchiez; pis qu’vous trouviez pas: “Ya! Now you know, the rest of the story”!

J’sus sartaine qu’y’en a qu’allons badgeuler ou “gossipé”… Bin ouayons!?! À s’émo-yer cossé qu’était la geste??? Qu’y’arions aimé c’là (“Ya-Dee-Da-Dee-Dah”) d’me faire t’une “Wedding Shower”! À m’orga- niser t’une réception! Me garocher z’en pleine face: comment oses-tu, Delphine, te marier sans nous aouaire eu invité ou d’nous inclure coumme témoins! J’n’ai pas marié Roméo pour remplacer mon défunt Ozime, pour devenir pére de famille à més orphelins adultes! J’l’ai marié, parce que j’l’aime! Counnaissons més enfants, ej pense qu’y’allons être “cool” avec l’idée que j’me sus “nabbé” t’un bonhoumme! Pis “hopefully” qui pourrons développer t’une amitié respectueuse entre-z’eux!

Cé vrai, qu’j’arai dés affaires parsounnelles à régler t’en arrivant à Shédiac! À dounner ma “notice” à ma “land-lady” que “j’move out” de l’appartement! De m’assurer qu’mon fils Zacharie aye sa “own” place à rester; d’y offrir le chalet que j’apartcheins “still” t’au Village dés Roseaux, qui s’trouve être à tcheques pas de mon fameux restaurant qu’ma cousine Arthémise “maynage”…

Moi pis mon cher Roméo avons décidé d’acheter ensemble l’énorme terrain d’fermier dans l’boute deScoudouc, que j’vous avais mentiounné “about” dans la gazette, tcheques chroniques pâssées; (ouaye) qui m’intéressait d’en voulouaire devenir propriétaire. J’avons rejoint la “Real Estate” par téléphone pis t’ute est encôre à vendre! J’avons fais z’une offre, dont j’allons âller “hopefully” fina- liser la “paperwork” mardi de la semaine prochaine! Si j’pouvons l’obtenir, nous avons “agree-yé” d’nous bâtir la cahute de nos rêves… Virer une partie d’la “ground” soit en “Golf Course” ou en z’un “Country & Music Concert Site”! Ou “simply” à laisser mon Saint-Bernard de Buddy Dog pis més deux “funny pet raccoons” à courir lousse dans lés champs; mais à ne pas terroriser lés vaches laitiéres qui rôdent à l’emplacement dés ouasins!

À la s’maine prochaine, avec de nouvelles aventures à vous conter…

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

D’la Pantry à la Belle Delphine

Socitte cé t’une recette que j’ai obtenu environ t’une quinzaine d’ânnées pâssées, d’une sartaine Mme Géraldine Gallant, de Souris, d’la “P.E.I.”. Qué devenu t’un met préféré che-nous, à la maison accueillante dés B. B. Bosse. Qui me fait grand plaisir d’la partagé avec vous tous :

Mets crevettes sur riz à la Géraldine

  • 1/4 cuppée d’oignon, finement haché…
  • 1/4 cuppée de piment vert, finement haché…
  • 2 tchuillèrées à table de beurre (préférable)…
  • 1 “can” de soupe condensée aux tomates (10 onces)…
  • 1/2 cuppée d’eau…
  • 1 tchuillèrée à thé de vinaigre…
  • tcheques gouttes de “Tabasco sauce”…
  • sel pis poivre au goût…
  • 1 livre de crevettes fraîches…
  • 3 cuppées de riz tchuit pis chaud…

Faire sauté lés morceaux d’oignons pis le piment vert dans l’beurre. Ajouter la soupe aux tomates, l’eau le vinaigre, la “Tabasco sauce”, le sel pis l’poivre. Laisser mijoter environ 8 à 10 minutes, en brâssant souvent. Ensuite ajouter lés crevettes fraîches; tchuire pour environ 5 minutes. Verser sur le riz tchuit. Définitivement un repas “fit” à impressiounner le tchuré d’parouaisse, si qu’y’invité à v’nir che-nous se remplir la beudaine à l’heure du souper!

Delphine B.B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

Delphine B.B. Bosse

«Parce que j’sus «busy» l’djâble à finaliser lés détails pis à organiser le «surprise birthday party» à ma mére, la chère sainte Cléothilde; qui va célébrer sés 92 ans, cte Vendordi Saint icitte… J’ai décidé de partager avec vous z’autres t’une chronique comique de mon «vault» d’écritures, datant de «way back» en 2008; dont m’amène de bons souvenirs de mon beau chat Caramel… Que voici :

J’ai vu mon premier merle, aujourd’hui… Ouaye! En train «d’wobblé» son p’tit «chest» rouge avec t’ute fiarté, dans la «backyard». Mon grous matou d’chat paresseux: ouaye, le légendaire Caramel, élongé de t’ute son long sus la galerie, le «watchait» patiemment du coin d’son oeil  – – «just in case», qu’y’arait la chance de «pouncé» d’sus… Mais avec l’arrivé soudaine dés deux z’étchûreaux rusés, en train d’ravager pis grignoter lés «sunflower seeds» d’la mangeoire d’oiseau (qui «dangle off» d’la branche de l’érâblier) – – Caramel a bétôt «focusé» son intérêt sus ctés deux p’tites bêtes à tcheue là… Surtout que quand qu’y «chirpions», la tcheue poilouse leu’ curlait par en l’air; pis y sounnaissions plusse coumme dés p’tits «squeaky fun toys» que j’achète pour més «pets» au Dollar Store! Pis Caramel, qué joueux pis curieux d’nature : «well», s’a décidé d’âller lés z’explorer d’près… Qu’a été une tarrible-de-tarrible de «Big Mistake»!

«Anyway», quand qu’lés z’étchûreaux avons «noticé» que Caramel asseyait d’grimper l’âbre, cé icitte qu’y’avons pâssé à l’action – – à y bombarder dés «sunflower seeds» après – – ouaye, «ping» par-icitte pis «ping» par-là! Y’a due aouaire une graine à cotchille y ricochèter sévèrement proche du trou, parce que j’ai jamais vu Caramel largué un façon d’grous OUACQUE d’la pareille sorte. Quasiment réagir coumme tchequ’un d’assis contre un «fire cracker» qui vient juste d’exploser… Ou qui s’fait «throwé» haut dans lés z’airs après d’aouaire «steppé» sus z’une «unexpected field mine» – – ouaye, «KABOOM»! Caramel, pas plus «bright», à la place d’abandounner la «fight», s’a décidé d’miâler pis d’pouffe-pouffer son crie djerre – – traduit de chat à humain, «mean» de dire : << À l’A-A-A-ATTAQUE!>>

Malgré que Caramel devait aouaire sés griffes d’aouaindu pour s’battre, y’a jamais pu s’en sarvir… Lés z’étchureaux avions d’la bounne «reinforcement» d’extrâ de caché dans lés buissons. Pas yinc y’un! Pas yinc deux! Bin coumme ma ouasine la Vieille Flabie à Jeff qui parle sus l’boute d’la langue le dirait : <<Twois! Y’étions twois gwous étchuweaux!>> «Normally», le plus brave, qué le plus  p’tit «runt» d’la «gang» pis le plus vif, s’a pas gêné d’attaquer Caramel par en erriére. Y s’a agrippé bravement sus cte tcheue d’matou là; pis avec sa puissante p’tite mâchouére y’a mordu «off» un «fluff» de poils – – qu’un p’tit brin d’sang en a pissé… Là, le p’tit étchureau a «jumpé off»; pis cé icitte qu’lés deux z’autres avons «také over»… Qu’était pas «fair» : bin ouayons, DEUX CONTRE Y’UN! «By the time» Caramel s’a rendu à la porte, c’était trop târd, y’avait déjà pas mal de blessures de djerre à lécher. Lés étchureaux l’avions grafigné pas mal «bad»partout!

Pas souté! J’ai sortie d’hôrs avec mon balais en main pour asseyer «d’chasé awa» lés p’tits z’étchureaux… Y’a y’un dés z’étchureaux qu’asseyé d’me grimper la jambe pour m’attaquer… J’ai paniqué! J’ai «droppé» mon balais; pis j’ai bazi més jambes vers le dedans d’la maison.  Là, j’ai «huggé» le pauvre p’tit Caramel dans més bras; pis j’l’amenai l’faire examiner par le vétérinaire. «Apparently», c’était la 5ième attaque d’étchureaux «d’reporté» pendant la même journée. Pis qu’c’était regrettable que Caramel en avait été victime! Bin t’ute qui compte asteur, cé que Caramel est «fine»… «I hope», ça y’ara appris itout une bounne leçon d’ne pas «messé around» avec la «mean street gang» d’étchureaux. Mais d’sus mon côté, quand s’arrivera l’temps d’planter més graines de fleurs dans mon jardin, si j’oua un étchureuil??? Croyez-vous qu’j’va m’sentir «safe»??? «Not at all»!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire