Bienvenue au Delphine B & B Bosse

Delphine B & B Bosse

J’un couple retraité du boute d’la Nôvé Schôtché – – ouaye, «actually d’Kentville» là : une noummée «Doris» pis un dâmné «d’Wallace», en vacances ou sus leu’ 61ième «honeymoon celebration» à mon fameux Delphine «B & B» Bosse! Y’elle est originaire du Village de Meteghan, p’tite communauté acadienne de pêche du Comté de Digby… Une Comeau!!! Qui «mean» de dire que y’elle la vieille s’à «paaarle» ou chantounne sés phrases avec une belle élocution acdajenne! Pis l’vieux, bin lui : s’à grandi (pas sa faute) sus la «Big Rock» de «Newfoundland», à Port-aux Basques, d’la famille dés «McDermontt»; dont son parler colorié ou d’la maniére qui mâche ou texture sés paroles est parfois (j’m’excuse) un peu difficile pour moi à l’suivre pis l’comprendre… Y’elle sait jouer d’la banjo <<Plink-a-Plouc-a-Plac>>; pis lui s’un «professional» gigueux – – mêshoummes, vous devriez l’ouaire «tap-dancé» pareillement coumme un vrai Fred Ésteppes (ma mére pouvait jamais s’rappeler du dernier nom à Fred Astaire; so… Ha-Ha-Ha! «Now you know da rest of da story»!).

L’histouaire va qu’en 1950, à Halifax : qu’une «co-worker» à «Doris», dans «l’secretary pool» de l’entreprise d’la «radio station» de l’époque qu’à travaillait dedans, l’avait «setté-up» d’âller sus z’une «blind-date», avec un jeune beau officier en uniforme d’la «Royal Canadian Navy». Au coummencement, «Doris» voulait absolument rien saouaire d’l’idée… Parce qu’après toute; sa bounne sainte p’tite mére protective l’avait bin «warné about» dés hoummes  de «docké» s’un tchaie! Ouaye, qu’y’étions rien qu’dés espèces de vaut rien d’maquereaux, avec seulement qu’une «dirty» chouse «in mind»… D’amener d’la «disgrace» aux familles de jeunes filles naïves; pis OOOH-LA-LA trop târd, d’lés mettre un p’tit brin enceinte.

Mais à 18 ans, pas mariée pis quasiment considérée t’une vieille fille… Hmmm! Loin d’sés parents! Ha! «On her own»! Pis avec t’utes lés «right curves» à la «right» place sus son côrps! Vraiment! Cossé-cossé qu’à l’avait à pardre à l’rencontrer… Cte noummé «Wallace» icitte, qui v’nait d’la t’ute récente ou province neuve du Canada («voté in» l’ânnée d’âvant)! So, «Doris» s’a a-pimpé lés deux joues de jus d’betterâve; «stuffé» sa brassiére plein «d’kleenex»; pis «off she went», en talons-hauts, à la rencontre de son «mystery man»! «Wearing a Yellow Ribbon» dans sés jueux, pareillement coumme dans la chanson populaire de 1949 dés «Andrew Sisters»! «Hey», avec l’intention d’faire bounne impression à t’un supposément bel houmme qui l’attendait, à t’un p’tit «Ice Cream Parlour» – – «pro-bably» aussi «nervous» que y’elle; à suer à grousses gouttes en bas d’l’échine, à faire déborder une cuvette!

«Wow»! Y’était pas yinc «tall, dark» pis «handsome»! Y’avait itout le charme d’un talentueux «Mr. C» (Perri Como); pis la premiére chanson qui y’a «spinné» dans la tête quanqu’à l’a «spotté» a été ct’olle là de <<Some Enchanted Evening>>. Qué devenu leu’ chanson d’couple souvenir de leur «Love at First Sight»! Sept beaux enfants plus târd – – «mind you», «Doris» s’a pas marié oubligé, la beude de gonflée dans sa belle robe de pureté blanche à long ouaile – – ha-ha-ha, prouvons sa mére «wrong»! Elle se brague d’aouaire eu un mari extraordinaire, qu’a su depis leu’ premiére rencontre y rendre la vie toujours agréable pis aussi excitante qu’un roman d’amour!

J’envie «Doris» – – la chanceuse, qu’à l’é! Moi, ma réalité cé qu’j’sus mariée à t’un grous foiroux d’houmme, avec un grous tchas de duvet «d’stucké» dans l’embourrie! Malgré qu’Ozime n’é p’t’être pas vraiment le prince charmant qu’j’m’attendais d’aouaire… J’crois bin j’peux «still» m’braguer : Ha-Ha-Ha! Qu’mon grous «teddy bear» de mari – – «HEE-HAW» – – me «La-Me-l’Aime» encôre! Du moins, cé ça qui m’radote dans l’oreille quand qu’y’asseye d’faire son «fresh and cuddly» avec moi! À la prochaine!

 

Delphine B. B. Bosse ™ ™ ™

Countré Star Extraordinaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *