Beaucoup d’espoir pour la nouvelle saison de pêche au homard

bateauxhomard

Claire Lanteigne

La fébrilité régnait sur les quais de la région, lundi, alors qu’on effectuait les derniers préparatifs pour mettre les trappes à l’eau hier matin. Les pêcheurs, les membres d’équipage, des parents, des amis, ainsi que des curieux étaient sur les quais afin d’aider, d’encourager ou tout simplement regarder le va et vient.

Près de 400 pêcheurs du Nouveau-Brunswick devaient prendre la mer à 6h mardi matin pour rame-ner ce crustacé très prisé dès aujourd’hui et jusqu’au 9 octobre. Également dans la zone 25, il y a 200 pêcheurs de l’Île-du-Prince-Édouard, seize de la Nouvelle-Écosse et 70 des Premières nations qui feront de même.

Plusieurs pêcheurs sont d’avis que ce sera une bonne saison. Le homard devrait être au rendez-vous car les prévisions des scientifiques du ministère des Pêches et Océans laissent croire que le stock de homard est toujours en croissance. Cependant, plusieurs homardiers ne pensent pas que le prix sera aussi bon que l’année passée.

L’an dernier ils ont reçu 5,50$ la livre pour leurs prises, un meilleur prix que les années précédentes.

Ils sont conscients qu’il faut tenir compte de plusieurs facteurs importants pour le succès d’une saison, dont plusieurs qu’ils ne peuvent contrôler. Ils continuent cependant à faire tous les efforts possibles pour mieux d’équiper afin de garder le homard dans les meilleures conditions possibles pour assurer sa qualité.

Comme à chaque année, il y a toujours un certain stress au début de la saison à cause de l’incertitude des prix et des prises. Et plusieurs surveillent le taux de change du dollar canadien par rapport au dollar américain. Il est difficile de prévoir comment il va fluctuer au cours des prochaines semaines. C’est un facteur qu’on ne peut ignorer puisque la qualité des saisons de pêche dépend des exportations vers les États-Unis.

Selon le ministre des Pêches et des Océans, Dominic LeBlanc, le développement de nouveaux marchés internationaux et l’augmentation de la demande vont annuler les effets de la hausse du dollar. On a également percé de nouveaux marchés en Asie ou en Europe. L’entente de libre-échange avec l’Union européenne enlèvera en moyenne 15% à 20% de tarifs sur les fruits de mer et les poissons canadiens.

Plusieurs pêcheurs se disent satisfaits de la nouvelle taille minimale du homard qui peut être légalement pêché cette année, soit 75 mm. Elle augmentera à 77 mm l’an prochain. Cette augmentation vise à améliorer la reproduction des femelles et va définitivement améliorer la situation économique des pêcheurs et des transformateurs à moyen et long terme.

«Mais pour vraiment savoir comment sera la saison 2017, il faudra que tu reviennes me voir le 10 octobre», de conclure un homardier basé au quai de Robichaud.

Exprimez vous!

*