Bastarache et Middleton reviennent avec fierté

Mylène Bastarache et Brianna Middleton avec leurs médailles à Hamilton, Ontario, dimanche. (Photo : Gracieuseté)

(N.A.L.) –Brianna Middleton, de Moncton et Mylène Bastarache, de Saint-Antoine, deux membres du Club Baton Atlantik ont représenté le Nouveau-Brunswick aux sessions de qualifications pour l’Équipe canadienne de bâton sportif, en fin de semaine à Hamilton, en Ontario.

Les deux ne se sont pas  qualifiées pour devenir membre de cette formation nationale, mais elles n’ont pas déçu en paire, terminant deuxièmes en grande finale suivant une quatrième position en ronde préliminaire. Cependant, seule la première équipe a été choisie. En style libre junior, Brianna Middleton a fini en 5e position et Mylène Bastarache, 7e sur 21 athlètes.

La formation canadienne est composée du top 3 en style libre. Le championnat mondial se tiendra à Kissimmee, en Floride, en aout. La compétition pour ces postes a été très forte. L’entraineuse Brenda Arsenault LeBlanc était très heureuse de ses filles.

Mylène Bastarache, 16 ans, est étudiante de 11e année à l’école Clément-Cormier. «C’est une grosse compétition et une bonne expérience, a dit Bastarache. J’y ai participé deux ans passés. Je suis excitée de pouvoir y participer à l’extérieur de notre province. En style libre, j’ai fait ma routine avec ma propre musique. J’ai voulu montrer ma flexibilité avec de la gymnastique. J’ai voulu impressionner les juges avec une bonne performance, les regarder et les attirer. En paire, j’ai aussi interagie avec Brianna et les juges. Il fallait tout faire en symétrie. On a pratiqué depuis huit mois. Notre routine a duré deux minutes. Devenir membre de l’équipe canadienne aurait été une autre étape.»

Pour sa part, Briana  Middleton, 15 ans, a voulu élever sa routine d’un cran pour atteindre une autre étape. «C’est une bonne expérience et je veux démontrer aux autres qu’on peut se rendre loin au bâton. C’est ma deuxième fois à ces essais. Il m’a fallu avoir une routine quasi parfaite et à un niveau élevé. On ne peut se permettre d’échapper le bâton. Il fallait démontrer qu’on peut faire des choses difficiles sans difficulté. Ma routine comprend des mouvements de gymnastique et des acrobaties. Il me faut un cardio et bien suivre ma musique. J’ai voulu démontrer que je veux devenir membre de l’équipe canadienne.»

Exprimez vous!

*