Avec le lancement de son premier livre    Un automne trépidant pour le jeune Alexis Bourque

Claire Lanteigne

C’est demain à Shippagan qu’Alexis Bourque, 13 ans, de Grande-Digue apprendra s’il est le lauréat du Prix littéraire Antonine-Maillet-Acadie-Vie dans le volet jeunesse Richelieu. Il est en nomination pour son recueil de textes divers. Les lauréats seront annoncés lors de l’ouverture du Salon du livre de la Péninsule acadienne.

«J’ai vu l’annonce de ce concours à la caisse populaire de Grande-Digue, de dire le jeune auteur. Je ne connaissais pas grand-chose et le volet jeunesse était pour les 15 à 25 ans, mais on pouvait prendre des plus jeunes. Pendant les vacances de Noël, j’ai soumis quelques textes dans un petit manuscrit au concours littéraire, avec un peu d’espoir que je ferais sourire mon idole (car le concours porte son nom Antonine Maillet). Je n’osais pas croire qu’on allait retenir ma candidature comme finaliste, mais c’est pourtant ce qui s’est passé. C’est tout un honneur pour moi, dit-il ému, et dans mon cœur je pense que Madame Maillet a peut-être lu mes écrits, donc j’ai déjà gagné ce que je souhaitais.

«J’ai toujours voulu écrire, poursuit-il, depuis que je suis tout petit je fais mes propres livres et au début c’était un rêve que je croyais impossible. Après un de mes festivals de contes à Memramcook, Madame Odette (la présidente de la Société culturelle de la Vallée de Memramcook) m’a dit que je devrais me faire publier. Une membre de la communauté qui m’encourage ainsi, c’était toute une motivation à poursuivre mon rêve et l’idée a continué à germer.

«J’ai ensuite suivi un atelier d’écriture avec Raymond Guy LeBlanc et ça m’a lancé vers une autre sorte d’écriture, la poésie. Ce fut un autre moment de fierté quand il m’a dit que j’étais un écrivain.

«Lors du Salon du livre de Dieppe, l’an dernier, j’ai apporté des copies de mes écrits et j’ai approché des maisons d’édition. Imaginez ma joie d’apprendre qu’on s’intéressait à mes écrits et qu’on voulait me publier. Ensuite, je me suis mis à écrire et écrire et écrire. J’étais un garçon pas mal occupé pendant les tempêtes de neige, les vacances de mars, et encore pendant les vacances d’été.

«Quelle joie quand j’ai reçu les copies de mon livre et quel bonheur ce sera pour moi de partager mes histoires avec tout le monde… et en plus, certaines personnes qui m’ont beaucoup encouragé vont le lire! J’ai hâte car elles sauront à quel point je les apprécie!»

Pour le jeune auteur, il est important d’oser essayer, de prendre des risques et il y a des bons et des mauvais côtés à toute expérience. «Mais avant tout, dit-il, il faut persévérer, et je l’ai appris quand j’étais dans les Scouts et les Éclaireurs. Lors d’un camp d’hiver, il fallait allumer un feu dans la neige et c’est certainement la fois où il m’a fallu faire preuve d’une très grande persévérance car ça m’a pris plus d’une heure à le faire.

«Quand on rencontre des murs dans la vie, il ne faut pas abandonner et là j’en suis à publier un premier livre, toute une belle réalisation pour moi.»

Alexis a déjà publié une chronique hebdomadaire dans Le Moniteur Acadien et il s’est créé un rôle qu’il joue au Pays de la Sagouine, Mouque.  C’est sans aucun doute un jeune avec un avenir très prometteur.

Lancement

Son premier livre «Le journal d’un jeune auteur acadien» sera lancé au Salon du livre de Dieppe, le vendredi 19 octobre, à 16h, lors d’un lancement collectif des Éditions de la Francophonie. Alexis sera également au salon en après-midi pour les visites scolaires et à quelques autres occasions pour des séances de signature.

C’est le dimanche 21 octobre, à 14h, qu’il procèdera au lancement officiel de son livre au Centre culturel Kent-Sud à Bouctouche. Il fera alors des lectures et des contes.

Autres activités

Alexis a raconté au Festival de la récolte de Dieppe le 23 septembre en première partie de Cédric Landry.

Il sera également sur scène au Festival des Parlures d’icitte à Memramcook, le 13 octobre à 19h30 et lors de la Journée familiale le 14 octobre à 13h!

Alexis s’est mérité la deuxième place pour le Prix Intervenant de l’année lors du gala des Prix Racines organisé par le Conseil provincial des sociétés culturelles du N.-B. C’est la Société Culturelle de la Vallée de Memramcook (SCVM) qui avait soumis sa nomination pour le prix en raison du partage de sa fierté culturelle.

«Quel honneur d’avoir remporté la deuxième place dans cette catégorie, de dire Alexis. J’aurais aimé remettre ce prix à la SCVM, car c’est grâce à leur festival que j’ai pris mon envol!»

Un prochain roman à paraître

Le jeune auteur, un Patriote de l’école Louis-J.-Robichaud, continue d’écrire et son prochain livre sera un roman de fantaisie dans un monde de dragons. Il a déjà écrit plus d’une dizaine de chapitres.

 

Exprimez vous!

*