Cosser qu’a radote Delphine…

N.B. Afin de mieux «enjoyé» comprendre ma chronique de cte s’maine… Ouaye! Ej vous recommande de la lire tout haut; t’en parlant du nez!

Vroom! Quand j’ai finalement pu tourner més 4 roues de mon p’tit «2017 Chevy Cruze Hatch» dans le terrain d’la Coopérative, j’ai tu pas faite la grave erreur d’âller «m’parké» à côté d’la vieille baratte rouillée qu’appartcheint t’au mozus de Jalbert à Rôllie Pinotte. À cti-là qu’la peste de poisson boucané pis de vieux tabac d’pipe de d’sus sés haillons troués m’fait «gaggé»… Cé pas lui coumme sa femme échignante, qui spitounne sés mots quand qu’à s’met à bavasser – – la gobbine de dâmnée d’Âh-Nan-Nan à Han-Nan (dont son vrai nom est Anna), que j’voulais asseyer de sarner à tout prix. Trop târd! La snoutche m’a tu pas «spotté», juste coumme que j’rentrais me «grabbé» z’un «shopping cart» dans «l’grocery store».

Cé icitte que j’arais souhaité (POUFFE) me transformer invisible; d’être greyée incognito! Mais cé mon énorme chapeau de «cowboy», qué très évident, qui m’a trahi… Quand qu’à s’a mise à héler sés <<YOUHOU-YOUHOU>> après moi… Ej savais qu’j’allais être «stuck» à l’endurer baver… La counnaissant, qu’à l’allait itout de tout son possible d’asseyer me tirer lés vers du nez!

En envahissant mon espace, ej pouvais «feelé» de près son crachin d’la goule à m’arrouser pis à m’faire ruisseler l’épais «make-up» de ma binette; mais surtout la région du rouge appliqué de d’sus més «high cheekbones»! Sa respire sentait mauvais «l’garlic»; assez puissante, qu’à l’arait pu réussir (avec le moindre effôrt) à faire écailler la peinture «off» dés «ceilings» pis dés «wall» entier à l’intérieur d’la Co-op!

«Anyway», laissez-moi vous garantir, qu’Âh-Nan-Nan à Han-Nan s’a point gêné à m’fournir la «latest» information (qué «gone viral» en travers d’la Capitale Mondiale de Hoûmard) – – ouaye, à youssé s’trouve vivre z’une ancienne counnaissance à moi; que j’pensais disparue pour toujours!?! Vous «guesserez» pas tchi? La maudite infâme d’effarée-face de Grande Carméliste; la plus grande «flirt» que j’counnais pis à se méfier… Ouaye! Ouaye! Y’elle qu’avait bazi du Village dés Roseaux de maniére suspecte (dans l’temps que j’vivais là), quand qu’son mari ( le tannant Joe Lampion) mourut… Ya! Ya! Y’elle qui m’faisait déclencher à perdre mon «cool» pis d’me mettre à l’insulter à chaque fois qu’nous nous rencontrions par hasârd.

La face m’a quasiment rollé jusqu’à terre, lorsque que j’ai découvert qu’m’a verrât d’ennemie jurée vivait dans z’une «boarding house». «Half-way», z’en descendant la «Pleasant Street», qui mène vers la «Shediac Marina»! Qué proche du terrain de tennis pis d’la «Shediac Arena»! Dont l’asphalte connecte de d’sus la «Centennial Drive», en direction d’mon adresse (à youssé que j’sus déménagée).

Âh-Nan-Nan à Han-Nan m’a «warné» d’avance de me préparer mentalement à v’nir face à face possiblement avec la vilaine de Carméliste. D’agir civilisée… Car y’a bounne chance qu’à s’montra p’t’être la face pour faire dâmner t’au même «Baby Shower» à la «Sweet Lil Pickle» qu’j’avons tous ‘té invitées d’âller célébrer jeudi souaire de la s’maine prochaine.

Une fois t’au «Baby Shower», parce que j’ne la «trust» pas pu loin qu’mon boute du nez… Si «j’notice» Carméliste à «double-dippé» sés «chips» dans «l’onion dip» que «j’plan» d’âmener! J’y f’rai payer en Enfer!

Hmmm! Asteure que j’ai l’idée d’un à peu près à youssé Carméliste reste… Y faudra j’m’efforce d’m’en âller «snoopé» par là. «Usé» mon Saint-Bernard coumme excuse, pour prendre de l’air; pis qui m’empêchera d’âller «peeké» en travers dés châssis du monde! Mais une fois «for sure» que je «find out» à youssé qu’à l’habite… P’t’être bin en revanche, que j’entraînerai mon énorme «Buddy Dog» d’âller s’larguer à son perron porte… Y laissant en cadeau, un tas d’crottes!

Histouaire à suivre… À la s’maine prochaine!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

D’la Pantry à la Belle Delphine

En fin d’semaine, à l’heure du souper du dimanche, j’ai préparé la recette suivante qu’a faite la «hit» avec ma visite ou lés «girls» du ouasinage. Cé surtout ma «chum», la Vieille Gibraille, qu’arrêtait juste pas d’me braguer… Cé t’une tarte à la basilic pis t’aux tomates, qui m’avait été partagée par Matante Lana de Waltham, dans la fin dés ânnées 1980’s. Qué savoureuse pis facile à préparer, que voici :

Ça va vous d’mander coumme ingrédients :

– 1 croûte à tarte de 9 pouces, pas tchuite…

– 1 tchuillèrée à table de beurre ou de «margarine»…

– 1 cuppée de piment soit vert ou rouge, tranché…

– 1 cuppée d’oignon, haché…

– 3 à 4 grous z’œufs…

– 1/2 cuppée de mayonnaise…

– 1 tchuillèrée à table de farine…

– 1/2 tchuillèrée à thé d’sel…

– 1/2 tchuillèrée à thé d’poivre…

– 1/2 cuppée de fine chapelure de pain sec…

– 3 tchuillèrées à table de basilic frais, finement haché…

– 2 tomates de «size» moyenne, tranchées environ 1/4 de pouces d’épaisseur…

– 4 à 6 tranches ou plusse de fromage Suisse, assez pour couvrir le toppe de la tarte…

«Now», à feu moyen-haut dans z’une «frying pan» là-là, faire fondre soit le beurre ou la «margarine». Ajouter le piment de votre choix pis l’oignon. Sauté pour 6 à 10 minutes ou jusqu’à ce qu’l’oignon soit tendre. Mettre d’à côté pour tcheques p’tites minutes – – dounner chance qu’ça «cool down» z’un p’tit brin. Ensuite répandre dans la croûte à tarte pas tchuite. Asteure, dans z’un bol de grousseur moyen, ajouter pis battre lés œufs, mayonnaise, farine, le sel pis l’poivre. Vider par-dessus le mélange de piment pis d’oignon.

Saupoudrer le fait d’la tarte avec la fine chapelure de pain sec pis l’basilic. Faire tchuire à 350° F, au «bottom rack» de votre fourneau pour environ t’une trentaine (30) de minutes. Après c’la répandre de d’sus l’fait d’la tarte entière lés tranches de tomates; pis en darnier de couvrir le tout avec lés tranches de fromage Suisse. Tchuire pour t’une autre 22 à 25 minutes ou jusqu’à ce qu’le fromage soit fondu. Laisser reposer «at least» t’un bon 10 minutes, avant de couper la tarte t’en morceaux. Sarvir chaque portion, avec t’une «yum-yum» salade d’épinard «on the side»! Ha-Ha! J’vous recommande d’en préparer deusse… Ouaye! Coumment bon qu’cé!

Delphine B.B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute

Hen-Henri à P’tit Boute

Parce que mon mari lamenteux de Hen-Henri à P’tit Boute est sus l’grabat, z’au lit… QUE-HEUQUE! QUE-HEUQUE, à tousser pis z’à r’nifler son nez rouge morveux… Mêshoummes! En plusse, haute fièvre à faire «busté» z’un thermomètre! Son «chest» y chauffe épais de «VapoRub»! «Anyway», j’ai prise la décision («mind you», avec la parmission du «Big Boss» pis du restant d’la belle «gang» d’employés d’la gazette du Moniteur Acadjen) de prendre «over» la relève à écrire la chronique du Bedeau de cte s’maine! Ouaye! Cé moi, sa chère épouse fidèle : la jolie «Betty» d’la «Happy Valley»!

Avez-vous «survivé» le déluge du samedi? Jeezo-Crône! T’au Village dés Roseaux, ça mouillait z’a varse… Ej «worryais» qu’s’allait p’t’être «floodé» le dedans d’la cave; mais ej marci le Djeu Seigneur – – rien «so far»; pis ni que j’entendu la «sub pump» («BLUB-BLUB-BLUB») âller… Malgré que notre fils intelligent pis créatif de Bosko souhaitait (Ha-Ha-Ha) d’aouaire t’une «indoor swimming pool». Pis «just in case» – le p’tit snoreau avait aouaindu sa «gilling suit», sa «beach ball», sa masque de «snorkel» pis sés «water fins»! Qu’y’arait aimé c’là itout de se sarvir de son filet à papillons magique pour capturer soit dés requins, tcheques pêcheux d’perles, dés «jolly fish» (qué d’même qui prononce «jelly fish») pis dés gigantesques pieuvres qui parcourent («WOW») lés profondeurs ténébreuses de t’utes lés mers du monde!

«Anyway»! Le tchûré d’la parouaisse n’a pas y’eut que le choix de canceller la messe du samedi, par rappôrt qu’l’eau tout l’tour de l’église était rendue «knee-high»! Qu’lés canards sauvages («Quack-Quack-Quack») s’en sarvions coumme z’une «pond»; pis que tcheques râts musqués avions été «spottés» à s’amuser drôlement se «splashé» l’un et l’autre! Ouaye! Qu’l’immeuble saint semblait être perdu dans la brume pis érigé «lonely» de d’sus son propre îlot! Qu’la seule maniére possible à s’rendre t’au sarvice arait été de soit travorser en canoë à rames ou t’en pirogue!

Malgré, qu’j’avons perdu l’électrique en travers du village, après l’heure du dîner, pour tcheques z’heures. Par chance qui ne faisait pas frette pis qu’y’avait t’une étrange clarté grisâtre du jour de disponible qu’éclairait bizarrement l’intérieur dés maisons! Ej «feel bad» pour la vieille fille de Loretta à Caspârd, que j’entendu dire qu’avait flaqué à tchuire un rôti d’cochon dans son fourneau électrique, quand que toute à «blinké» avant la panne de Hydro; surtout que y’elle voulait faire bounne impression à son «boyfriend» de dix ans, le vieux garçon plein d’argent d’Hectôr à François à Blair à Joe Allaire de Bouctouche, coumment bounne «cook» qu’à l’é – – pis de l’faire voulouaire l’exciter ou d’le «trické» à s’mettre à genoux pour y d’mander t’en mariage! (J’entendu dire que le souper à eu lieu; pis qu’la noce est cédulée pour le premier vendordi souaire du mois de mai… Qu’ça s’ra pas z’un «gun wedding», coumme qu’a été la «gossip» du jour Chez Alfredine «Hair Salon»)!

Âh! V’là mon pitché de faible Hen-Henri qui sounne la clochette, pour que j’alle lui bailler sés médicatements; pis d’y frotter la poitrine poilouse d’ours de «liniment». J’vais «bargé in» dans la chambre à coucher, en l’taquinant : <<Ya! «Nurse Betty», à ta «rescue»!>>

Hen-Henri à P’tit Boute

Bedeau d’Église

Dominic LeBlanc et Charles Lavallée au Texas

Dominic LeBlanc et Owen O’Neal (Photo : Gracieuseté)

Dominic LeBlanc et Owen O’Neal (Photo : Gracieuseté)

(N.A.L.) – Des jeunes joueurs de football de la région sont au Texas cette semaine pour vivre une expérience internationale avec Équipe Canada, qui est opposée à des formations de d’autres pays, dont les États-Unis.

Le Bowl international réuni des équipes de différents pays avec la traditionnelle partie entre le Canada et les États-Unis, des -18 et -19 ans, à Arlington, au Texas au Stade AT&T, le domicile des Cowboys de Dallas de la LNF. Charles Lavigne, des Mounties de Mount Allison et ancien des Olympiens et Dominic LeBlanc, joueur actuel des Olympiens sont présents avec les formations -19 ans et -16 ans, du Canada, respectivement. Glodin Mulali, un ancien des Purple Knights et actuellement avec les Axemen de l’université Acadia (-19 ans), Owen O’Neal et Oliver Longpre, (-16 ans) des Titans de Tantramar, de Sackville et Aidan O’Neal (-19), de Sackville, qui évolue avec les Mounties, ont eu la chance de vivre cette expérience palpitante comme membres de diverses Équipe Canada.

Chaque équipe participe à des entrainements et des parties afin d’améliorer les connaissances des joueurs présents. «Je suis très excité à jouer au prochain niveau, a dit Dominic LeBlanc, 16 ans, de Moncton. Ma participation me donne beaucoup d’expérience qui va m’aider à devenir un meilleur joueur. C’est une expérience extraordinaire, je donne mon 100 pour cent et j’apprends beaucoup. La compétition est très forte et j’ai fais ce que je dois pour bien jouer.»

Le tout a démarré lundi quand les équipes -16 de l’Est et de l’Ouest du Canada se sont affrontées dans un mini match au stade Mavericks. Aujourd’hui, les équipes -16 participeront à une paire de jamborees contre les États-Unis et le Mexique. L’Équipe nationale -18 affrontera celle des États-Unis au Stade AT&T d’Arlington. La conclusion de l’International Bowl 2018 est le match très attendu entre l’Équipe nationale -19 et l’Équipe nationale des États-Unis, vendredi. Ce match sera un avant-goût du Championnat du monde junior de l’IFAFA et possiblement de la rencontre pour la médaille d’or entre les deux formations.

Charles Lavallée est un joueur de ligne offensive avec l’équipe nationale -19. «Mes entraîneurs de l’école secondaire sont mes meilleurs amis, souligne-t-il. Ils m’ont permis de me développer en tant que joueur.» C’est la troisième année de suite que Lavallée porte les couleurs du Canada. L’an dernier, il a représenté son pays au Championnat nord-américain en Floride. «Ça été une des plus belles années de ma vie, affirme-t-il. C’était très intense et j’ai eu beaucoup de plaisir.»

Glodin Mulali est un receveur éloigné de Moncton et aussi membre de l’équipe nationale -19. Il a commencé à jouer au football quand son ami lui a fait connaître ce sport il y a trois ans.

Cap-Pelé a raison de Moncton, 4 à 1

Yannick Jacob, des Prédateurs, s’est présenté seul devant le gardien adverse, Julien Landry, pour pousser la rondelle sous sa jambière et marquer un de ses deux buts, dans leur victoire de 4 à 1, face aux Vito’s de Moncton. (Photo :     Normand A. Léger)

Yannick Jacob, des Prédateurs, s’est présenté seul devant le gardien adverse, Julien Landry, pour pousser la rondelle sous sa jambière et marquer un de ses deux buts, dans leur victoire de 4 à 1, face aux Vito’s de Moncton. (Photo :     Normand A. Léger)

(N.A.L.) – Les Prédateurs de Cap-Pelé (8-0-7-0-1-1=18 pts) ont disposé des Vito’s de Moncton (12-0-3-0-0-0=24pts) par la marque de 4 à 1, jeudi soir, dans une partie de la Ligue de hockey junior B du Nouveau-Brunswick, au Centre Superior Propane.

Yannick Jacob, avec deux buts et Marcel Newcomb et Tchad LeBlanc, un chacun, ont trouvé la cible pour les Prédateurs qui menaient 3 à 1, suivant la deuxième période. Rémi Thériault a réussi l’unique filet des Vito’s, en deuxième. Julien Landry a fait face à 43 lancers dans la défaite et Justin Mitton, 27 pour le gain.

Mercredi soir dans la province insulaire, le A et S Scrap Metal a vaincu les Vito’s, 6 à 2. Louis-Joseph Vachon et Justin Boudreau ont trouvé la marque pour les perdants. Zachary Robichaud a vu 37 rondelles dans la défaite contre 36 pour son opposant.

La partie entre Kent et Kensington, prévue pour samedi, a été remise à plus tard en raison du mauvais état des routes.

Les Vito’s vont accueillir les Manicas de l’Est, jeudi soir à 19h40 au Centre Superior Propane. Les Koyotes de Kent vont se mesurer au A et S Scrap Metal, vendredi à 20h15 et les Maniacs, samedi à 20h15, à l’aréna de Cocagne. Moncton visitera la poissonnerie Arsenault, au Centre Évangéline, dimanche à 14h.

 

Chambre de commerce du Grand Shédiac et Assurance Vienneau Ltée Partenaires pour offrir un nouveau bénéfice aux membres

La Chambre de commerce du Grand Shédiac (CCGS) est fière d’annoncer son nouveau partenariat avec Assurance Vienneau Ltée. Nous reconnaissons, dans l’ordre habituel, à l’avant : Marc Léger, Assurance Vienneau et Ron Cormier, CCGS/GSCC. À l’arrière : Nadine Rail, Promutuel et Manon Sirois, Assurance Vienneau. (Photo : Gracieuseté)

La Chambre de commerce du Grand Shédiac (CCGS) est fière d’annoncer son nouveau partenariat avec Assurance Vienneau Ltée. Nous reconnaissons, dans l’ordre habituel, à l’avant : Marc Léger, Assurance Vienneau et Ron Cormier, CCGS/GSCC. À l’arrière : Nadine Rail, Promutuel et Manon Sirois, Assurance Vienneau. (Photo : Gracieuseté)

La Chambre de commerce du Grand Shédiac (CCGS) est fière d’annoncer son nouveau partenariat avec Assurance Vienneau Ltée. Cela signifie que les membres admissibles de la CCGS, leurs employés actifs et retraités pourraient être admissibles à des primes réduites sur les produits d’assurance automobile et habitation avec Assurance Vienneau Ltée.

Ron Cormier, président de la CCGS, a confiance que le nouveau bénéfice aux membres et à ses employés représente un nouvel avantage de faire partie de notre chambre de commerce locale.

«Nous sommes d’avis que ce nouveau partenariat avec Assurance Vienneau Ltée est une occasion pour accentuer les bénéfices aux membres, maximiser les rendements financiers et renforcer notre image de marque dans la communauté du Grand Shédiac.»

Marc Léger, président d’Assurance Vienneau Ltée, est tout aussi enthousiaste à l’idée de travailler en tandem avec la CCGS. «En tant que membre de la Chambre de commerce du Grand Shédiac et courtier d’assurance local, nous sommes ravis d’offrir des primes réduites sur les produits d’assurance personnels d’automobiles et d’assurance résidentielle aux membres en règle de la CCGS et à leurs employés. Comme entreprises locales, nous avons tout à gagner lorsque nous trouvons des moyens de se soutenir mutuellement. Demandez à votre patron si vous êtes membre de la CCGS afin que vous puissiez obtenir votre police d’assurance «Worry Pas» dès aujourd’hui», a dit Marc Léger, président, Assurance Vienneau Ltée.

Si vous avez des questions au sujet de vos assurances, communiquez avec Assurance Vienneau au 506-533-7000.

Si vous n’être pas membre et vous voulez bénéficier de ce rabais, vous avez juste à communiquer avec la Chambre de commerce du Grand Shédiac au 506.531.2201 ou www.greatershediacchamber.com.

Coup d’œil 2017 – avril à juin

Les élèves du jardin PedagoMax de l'école MFB construisent un jardin pour Tania Albert de Shédiac. (Photo: Archives)

Les élèves du jardin PedagoMax de l’école MFB construisent un jardin pour Tania Albert de Shédiac. (Photo: Archives)

Avril

– Construction acadienne remporte le Prix de l’Entreprise par excellence de l’année lors du 15e Banquet des entrepreneurs d’Expansion Dieppe.

– La Ville de Shédiac veut devancer l’ajout d’un deuxième réservoir d’eau.

– Le contrat pour la Phase 3 du projet de Revitalisation de la rue Main a été accordé à Modern Construction et les travaux débuteront le 10 avril.

– Un groupe crée l’Association pour la protection des marais et plages de l’Aboiteau et s’oppose au projet de camping du Parc de l’Aboiteau.

– Lors de l’AGA du Centre de ressources et de crises familiales Beauséjour, on apprend que le nombre de demandes continue d’augmenter. Le projet de la maison de transition devrait se réaliser en 2018.

– Une nouvelle saison s’amorce au théâtre du Monument-Lefebvre et la programmation 2017 va mettre en vedette le talent des artistes locaux et une variété intéressante de genres artistiques.

– Le Salon du livre de Dieppe souhaite redéfinir ses orientations en établissant un plan stratégique pour les prochaines années.

– Deux projets jeunesse sont à l’honneur à Grande-Digue et Shédiac. GD Wouf et «Dominos MFB ont mérité les prix de la CDR-Acadie dans le cadre du concours vidéo «La solidarité en action!»

– La tournée de légendes de la LNH s’arrête à Cap-Pelé.

– Cap-Pelé ira de l’avant avec l’extension du système d’égouts sur le chemin Thibodeau.

– Memramcook devient une communauté amie.

– Service commémoratif du 100e anniversaire de la Bataille de la crête de Vimy, à Shédiac.

– Monique Bourque et Caroline LeBlanc sont les nouvelles directrices générales du Village de Memramcook.

– Cheryl LeBlanc est la nouvelle vice-présidente de Westmorland au Cabinet provincial de l’Arbre de l’espoir.

– Un premier Salon de l’emploi réussi à Shédiac.

– Mireille Pitre organise une belle activité pour les jeunes à l’occasion de Päques.

– Surplus de 360 485$ en 2016 pour la municipalité de Memramcook.

– Beaubassin-est consulte la population pour élaborer son Plan stratégique.

– La Ville de Shédiac est en excellente situation financière.

– Améliorations du Centre communautaire de Grande-Digue.

– Beaubassin-est remet des subventions à 21 organismes communautaires.

Mai

– Les Prédateurs de Cap-Pelé sont champions Junior B de l’Atlantique.

– Un surplus de 36 940$ au Village de Cap-Pelé pour l’année 2016.

– Dieppe célèbre ses bénévoles.

– Journée santé réussie à Grande-Digue.

– Beau projet de correspondance des élèves de 3e année de l’école Père-Edgar-T.-LeBlanc avec des élèves de 3e année de Bridgewater en Nouvelle-Écosse.

– Voyages Positifs : 35 ans d’aventures et de liens d’amitiés qui perdurent.

– Des étudiants de Shédiac remportent le Championnat provincial du tir de précision des Cadets.

– Succès de la Fête régionale du patrimoine du District scolaire francophone Sud.

– La Ville de Shédiac est satisfaite des investissements de trois millions $ du fédéral et du provincial pour la plage Parlee. Un nouveau protocole de surveillance de la qualité de l’eau conforme aux recommandations fédérales sera adopté pour la plage cet été.

– La Communauté rurale Beaubassin-est va demander au ministère de l’Environnement d’inclure les côtes de leur municipalité pour la surveillance de la qualité de l’eau.

– Un test d’impact environnemental positif pour le mégacamping de Shédiac.

– La Ville de Dieppe veut se doter d’un complexe communautaire de 29 millions $.

– L’école L.-J.-R. remporte la Gougoune Dorée pour la première fois de son histoire.

– Lancement de la programmation du 68e Festival du homard de Shédiac.

– La Coopérative de Shédiac améliore sa situation financière.

– La Solitude de Pré-d’en-Haut rend hommage à la congrégation des Filles-de-Marie-de l’Assomption.

– Le Sud-est se mobile pour un projet de stratégie verte régionale.

– L’annexion d’une partie du territoire de Scoudouc pose un problème aux résidents des rues Pellerin et Alléluia.

– Une démonstration de tournage de bois attire plusieurs curieux à Memramcook.

– Une soirée du diamant réussie à Grande-Digue.

– Le chef Geoffrey De Nert sort gagnant du 8e Défi culinaire 2017.

Juin

– Les élèves du jardin PedagoMax de l’école MFB construisent un jardin pour Tania Albert de Shédiac.

– Le Village de Cap-Pelé signera un bail de 20 ans pour la gestion de la Plage de l’Aboiteau.

– La Légion de Cap-Pelé fait un don de 400$ aux pompiers de Cap-Pelé.

– Journée communautaire remplie d’activités à Memramcook.

– Cinquante nouveaux emplois créés à Shédiac par le fédéral pour aider à corriger les problèmes du système de paie de la fonction publique.

– Certificat de reconnaissance remis aux anciens combattants de Cap-Pelé à l’occasion du 150e anniversaire de la confédération.

– Journées Portes ouvertes réussie à l’Écocentre Homarus.

– Les pompiers de Beaubassin-est sont mieux équipés pour sauver les animaux.

– Journée nationale des sentiers 2017 réussie à Cap-Pelé.

– Délégation du Sénégal de passage à Petit-Cap dans le cadre d’un voyage de deux semaines au pays pour trouver des solutions pour leur industrie de la pêche.

– Entente importante pour éviter le gaspillage d’aliments entre la Coop IGA et Le Vestiaire Saint-Joseph Inc. Les bénéficiaires du Vestiaire peuvent maintenant recevoir des fruits, des légumes, des produits laitiers, des produits de la boulangerie et de la pâtisserie, de la viande, de la volaille et des mets préparés congelés.

– Le Relais pour la vie de Shédiac recueille 56 000$.

– Le gouvernement du N.-B. annonce des travaux de 13 millions$ pour donner une deuxième vie à la Polyvalente Louis-J.-Robichaud.

– Robert Thibault retourne la Médaille du souverain qui remplace le Prix du Gouverneur général pour l’entraide. C’est l’Acadien, Roméo LeBlanc, pendant son mandat comme Gouverneur général du Canada, qui avait créé ce prix.

– Trois cent vingt bénévoles participent à la préparation du Jardin communautaire de Shédiac et banlieues dans le cadre de la Journée de bénévolat des organismes et compagnies du Sud-est du N.-B.

– Plus de 200 personnes assistent au lancement du disque compact de Cédric Gautreau de Memramcook.

– La Communauté rurale Beaubassin-est dit non à un moratoire sur le développement domiciliaire sur les zones côtières.

– L’Union des pêcheurs des Maritimes remet les pendules à l’heure à propos des prix du homard qui sont inférieurs de 50 sous la livre comparativement à la même période en 2016.

– La CBDC Westmorland Albert souligne 30 années de soutien aux entrepreneurs.

– Remi Ouellette, de Haute-Aboujagane, reçoit le prix Jeunes Citoyens d’Histoire Canada. Il est en 6e année à l’école Père-Edgar-T.-LeBlanc de Grand-Barachois.

– Les élèves de la classe combinée 4e/5e année de l’école Donat-Robichaud ont réalisé leur classe de rêve.

– Le gouvernement provincial investit 150 000$ dans l’amélioration de la promenade du ruisseau LeBlanc à Memramcook, dans le cadre du 150e anniversaire du Canada.

– La Ville de Shédiac veut l’installation de clôture de protection longeant la route 15 entre Shédiac et Dieppe.

– Albert E. LeBlanc est réélu président de la Chambre de commerce Cap-Pelé/Beaubassin-est.

– Le Thé d’antan Canada 150 connaît un grand succès à Grande-Digue.

– Dans le cadre d’un projet citoyen à Grande-Digue, on installe une première Cabane à livres. C’est une initiative de Gaëtane Godin avec l’aide de Rachelle Bourque.

– Beaubassin-est remet une bourse d’études de 500$ à Shelby Nowlan de Saint- André-LeBlanc.

– Le 10e Tournoi annuel de golf du Vestiaire Saint-Joseph en mémoire d’Eugène Belliveau rapporte 12 906$.

EDITORIAL

Jeannita Thériault

Jeannita Thériault

Mes souhaits pour l’année 2018…

            Que la privatisation des soins de santé soit rassurante sous la direction de Medavie. Qu’un suivi soit fait périodiquement afin d’assurer que ces soins soient bénéfiques pour les gens qui les reçoivent et que ces services soient disponibles en français…

Que la vague de générosité qui a déferlé envers les sans-abris et les gens dans le besoin durant la période des fêtes continue, et ce, durant toute l’année 2018 et bien après…

Que la ministre fédérale du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, soit davantage sensibilisée à ce qu’une personne d’origine acadienne soit nommée au sein du Conseil d’administration du Conseil des arts du Canada. Dans le moment la seule membre qui représente la région de l’Atlantique est une unilingue anglophone de Terre-Neuve! Quatre membres au sein du CA du CAC (sur un total de neuf membres à travers le Canada) proviennent du Québec ainsi que le directeur général du CAC. Peut-être que la ministre fédérale de la Santé, Ginette Petitpas-Taylor ainsi que le ministre fédéral des Pêches et des Océans, Dominic LeBlanc, pourraient convaincre leur collègue, madame Joly, de l’importance d’avoir une représentativité acadienne et francophone au sein du CA du CAC?

Que les jeunes (et les moins jeunes) passent moins de temps à pitonner sur leur téléphone intelligent et qu’ils consacrent plus de temps à écouter les gens qui ont le gout de s’entretenir avec eux «de vive voix».

Que la campagne électorale provinciale prévue à l’automne 2018 parle de nos artistes, et ce, dans les divers milieux des arts et de la culture. Il serait bon qu’à l’intérieur des plateformes électorales de tous les partis, que les candidats ne se gênent pas pour parler de l’importance de la survie financière de nos artistes par l’entremise de divers programmes provinciaux souhaitables. La présence de nos artistes dans diverses fonctions et/ou événements culturels génère d’importantes retombées économiques et touristiques pour la province… Ils sont de bons ambassadeurs/bonnes ambassadrices pour le Nouveau-Brunswick à travers le monde. Il serait très important de le rappeler lors de discours politiques.

Qu’il y ait une meilleure représentativité féminine au sein des candidatures de tous les partis lors des prochaines élections provinciales.

Que l’Université de Moncton continue à progresser dans tous les domaines y inclus l’augmentation du nombre d’étudiants internationaux – qui est un peu en chute libre dans le moment. C’est encourageant d’apprendre que le nouveau recteur par intérim, Jacques Paul Couturier, va remplacer le recteur sortant, Raymond Théberge. Monsieur Couturier est vice-recteur du campus d’Edmundston de l’Université de Moncton depuis 2013. Ses débuts à l’Université de Moncton remontent à 1992, alors embauché en tant que professeur d’histoire. De plus il est titulaire d’un doctorat et d’une maîtrise en histoire de l’Université de Montréal et bachelier de l’Université de Moncton en histoire et baccalauréat en arts multidisciplinaire. Il connait bien le milieu universitaire, ses objectifs et ses exigences.

Jeannita Thériault

Sincères remerciements à Albertine et Kenneth Golding

Nous reconnaissons : Kenneth et Albertine Golding, qui présentent le chèque à Carol Boudreau, directrice générale du Vestiaire Saint-Joseph. (Photo : Gracieuseté)

Nous reconnaissons : Kenneth et Albertine Golding, qui présentent le chèque à Carol Boudreau, directrice générale du Vestiaire Saint-Joseph. (Photo : Gracieuseté)

Le conseil d’administration du Vestiaire Saint-Joseph Inc. veut remercier et reconnaitre sincèrement Albertine et Kenneth Golding pour leurs généreuses contributions de dons au cours des dernières 29 années. En 2017, ils ont ramassé plus de 4000$ pour un montant total incroyable de 85 000$ depuis 1988.

Une partie de leur don a été pour faire l’achat de bonbons durs du bon vieux temps (une livre) pour plus de 450 familles durant la Campagne de boites de nourriture de Noël. Pour des raisons de santé, le couple Golding a avisé le conseil que c’était leur dernière année.

Démonstration d’outils de nettoyage pour semences

Le Groupe de développement durable du Pays de Cocagne (GDDPC), en collaboration avec son Comité de semences et l’Initiative de la famille Bauta pour la sécurité des semences au Canada, offrira un atelier gratuit, le samedi 13 janvier, au Centre 50 de Cocagne pour démontrer l’utilisation d’outils servant au nettoyage et au triage de semences.

Sauvegarde des semences : autonomisation et responsabilisation

Bernard et Francine Thériault, semenciers et cultivateurs depuis 1984, animeront l’atelier et aborderont les principes fondamentaux de la conservation des semences en présentant les outils et l’équipement du GDDPC, fabriqués à la main, tel que le nettoyeur de semences à colonne de vent. Les participants apprendront comment appliquer une variété de techniques, de traditions et d’innovations locales pour nettoyer, conserver et propager différentes graines peu importe leur niveau d’expérience. Ces compétences pratiques serviront à la sélection, à l’entreposage et à la sauvegarde d’une variété de graines qui peuvent présenter un défi à nettoyer et, dans certains cas, prendre bien du temps à trier.

«En sauvant nos graines, nous contribuons à la diversité des légumes qui nous restent et, bien souvent, les légumes originaux ont une meilleure saveur et contiennent une meilleure nutrition que les hybrides. Également, les semences originales auront une meilleure chance de s’adapter au changement du climat», affirme Bernard Thériault. «Le coût relatif à notre production de graines est pratiquement nul, alors nous économisons en sauvant nos graines et il y a une certaine fierté lorsque nous voyons les graines que nous avons produites nous-mêmes», constate le semencier expérimenté.

L’atelier aura lieu le samedi 13 janvier, au Centre 50 de Cocagne, situé au 10, rue Villa, de 13h30 à 14h30. Ceux et celles intéressés d’y prendre part peuvent s’inscrire en ligne à www.ecopaysdecocagne.ca ou composer le 576-8247. Un don de 10$ est suggéré. En cas de tempête, l’activité sera reportée au 20 janvier.

Le Groupe de développement durable du Pays de Cocagne est un organisme à but non lucratif qui œuvre dans le bassin versant de la rivière de Cocagne au sud-est du Nouveau-Brunswick. Sa mission est de faciliter l’engagement citoyen pour assurer la viabilité des communautés du bassin versant de Cocagne.