Sixième remise du Prix Éloi en mai prochain

La Société culturelle de la Vallée de Memramcook, en collaboration avec la Société d’histoire de Memramcook, est heureuse de présenter la sixième édition du Prix Éloi. Cet événement aura lieu le dimanche 6 mai 2018, à partir de 14h, au théâtre du Monument-Lefebvre de Memramcook. Le Prix Éloi a été mis sur pied en hommage au grand violoneux de chez nous, Éloi à Protais LeBlanc, qui nous a fait danser pendant des années au rythme de son violon. Le Prix est décerné annuellement à des artistes ayant des racines à Memramcook et qui se sont démarqués sur la scène culturelle ici et ailleurs.

Cette année, nous avons choisi d’honorer trois artistes qui ont œuvré dans le domaine de la musique: André T. Bourque, Lina Boudreau et Ronald Dupuis.

André T. Bourque est né en 1854 au village des Beaumont, paroisse de Memramcook. Il a fait ses études musicales au collège St-Joseph, où il est devenu enseignant dans plusieurs institutions. Il est entré dans la communauté Ste-Croix en 1880 et a été ordonné prêtre au collège St-Joseph. Compositeur distingué, il s’est consacré à compo- ser des odes, des hymnes et des marches d’inspiration nationale. Il est reconnu pour ses chants, notamment Évangéline, le Pêcheur acadien et la Fleur du souvenir. L’œuvre de Père André est une source de grande fierté pour les Acadiens.

Lina Boudreau est native de Memramcook. Sa voix unique lui a permis de devenir choriste pour plusieurs artistes, dont Zachary Richard, Roch Voisine, Luc De Larochellière et Richard Séguin. Dans la 3e édition de Starmania, en 1987, Lina incarne une étoile noire et Stella Spotlight. En 1994, elle enregistre un premier album aux couleurs de sa terre natale. Elle lance ensuite trois autres albums, soit Femme de l’eau, Noël Lounge et Si fragile univers. Lina a reçu de nombreux hommages au cours de sa carrière, du prix Aurèle Séguin à celui des Étoiles du Maurier.

Ronald Dupuis est originaire du village de Lourdes, paroisse de Memramcook. Ronald est une personne très aimable, et il demeure confiant et engagé dans son quotidien. Tout jeune, il est passionné par la musique et se procure un ensemble de batterie. En peu de temps, il maîtrise à la perfection cet instrument et devient batteur pour le groupe Unknown de Memramcook. Il est vite repêché par le groupe légendaire 1755, dont il devient aussi le porte-parole. En 2008, lors de la cérémonie des East Coast Music Awards, 1755 est récompensé d’un prix d’excellence soulignant l’ensemble de la carrière du groupe.

Vous êtes tous invités à venir célébrer et rendre hommage à ces trois artistes distingués lors de la sixième édition du Prix Éloi, le dimanche 6 mai 2018, à 14h, au Monument-Lefebvre de Memramcook.

Les musiciens invités sont Eddy Poirier au violon; Christine Arsenault au violon et gigue, Eugène LeBlanc à la basse; Bobby Dupuis et Michel Bourgeois à la guitare et voix.

Entrée gratuite – un don à la porte sera apprécié.

Maurice Henri présente Aquarelles sous la pluie à la Galerie Assomption

mhexpose

   La Galerie Assomption accueille pour la deuxième fois, en janvier et février, une exposition de Maurice Henri, Aquarelles sous la pluie. Ce photographe de renommée internationale y présente une collection de 12 photographies en couleurs.

«Mon appareil photo est ma voix. Je tente d’harmoniser l’interaction entre la lumière et l’ombre», affirme Maurice Henri. C’est ainsi que Aquarelles sous la pluie présente une multitude de sujets sous la pluie, dans des couleurs variées. Ses photographies traduisent ce que lui inspire la pluie, ce qui lui permet de créer des photographies graphiques, grâce aux couleurs réfléchissantes que fait miroiter le temps pluvieux.

«La pluie génère une ambiance dramatique et inspire un état de méditation. J’ai voulu photographier le côté paisible et magique de la pluie en utilisant des couleurs contrastantes et sombres, afin de susciter un état de calme dans le chaos de la pluie et du vent», précise monsieur Henri.

Il souhaite ainsi donner l’occasion au visiteur de prendre un moment de réflexion, une pause, afin qu’il goûte une paix profonde et admire la beauté d’un paysage. «Mes photos ont le plus de succès, je crois, quand elles évoquent un sentiment d’émerveillement et de mystère. Je veux qu’elles donnent le sentiment de percevoir un monde caché que nous ne voyons pas normalement. Un tir direct de la caméra», estime-t-il

«Je crée par habitude. Je crée par nécessité. Je crée par désir. Mes images reflètent mes passions. Je vise à fusionner l’ambiance, l’émotion et la lumière. Car, à mon avis, ces éléments doivent converger afin de transmettre le sens de la photo», conclut monsieur Henri.

Maurice Henri est originaire de Moncton et y habite. Depuis 1988, il travaille à plein temps dans le domaine de la photographie. Il s’est engagé sur la scène mondiale, dans le cadre de l’organisme Caméras pour guérir qu’il a fondé et qui l’a amené en Afrique, en Colombie, à Haïti et dans les provinces canadiennes.

La Galerie Assomption expose des tableaux d’art contemporain, moderne ou populaire, à caractère historique ou folklorique, ainsi que des sculptures et des photographies d’artistes professionnels canadiens. Six expositions, de deux mois chacune, y sont présentées chaque année. Elle est située au 770, rue Main, à Moncton, au rez-de-chaussée de l’édifice Place de l’Assomption.

Le 14 février, donnez à votre amour le cadeau idéal : une oeuvre

Les billets sont maintenant en vente pour la campagne de financement annuelle Art en Boîte de l’atelier d’estampe Imago. Cette activité permet à l’atelier d’acquérir et mettre à jour ses équipements et ses installations. Une vingtaine d’artistes participants font don d’oeuvres qui sont placées dans des boîtes à pizza. Le détenteur de billet reçoit un numéro correspondant à une boîte. Le détenteur est ensuite invité à se joindre à la foule et échanger l’oeuvre reçue s’il le désire.

Cette année, Art en Boîte aura lieu le mercredi 14 février au premier étage du Centre Culturel Aberdeen, de 16h à 20h.

Pour de plus amples renseignements ou pour réserver des billets, contactez Jennifer au 506-388-1431.

 

La programmation du Festival FLASH dévoilée

(N.A.L.) – Les organisateurs du Festival FLASH ont dévoilé leur programmation diversifiée créée pour illuminer les longues nuits d’hiver et présenter les talents du Canada Atlantique.

À Moncton, les vendredi et samedi, 2 et 3 février, le public sera immergé dans une série de performances musicales au coeur d’environnements créés à base de lumière, de projection vidéo 3D, d’arts technologiques dans et sur une sélection de lieux du centre-ville de Moncton.

Présenté par les créateurs du Festival Inspire, le programme a dévoilé mardi avec le lancement des billets prix-spéciaux, jusqu’au 16 janvier. «Il y a tellement de talents rassemblés dans ces deux jours, indique Lisa Griffin, directrice de la compagnie. Mieux vaut se dépêcher à se procurer les abonnements en édition limité.»

Le public pourra circuler entre plusieurs lieux du centre-ville, iconiques ou très secrets, pour profiter des installations aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. Les jeux de sons et de lumières mettront en jeu les valeurs des lieux iconiques, mais aussi des endroits jamais utilisés pour accueillir des performances.

Les sites du vendredi incluent l’église Central United (rue Queen), avec une galerie d’art interactive et une Projection 360 par Wasko (Halifax) qui emmènera les participants dans une forêt vivante. Le Tide and Boar (rue Main) présentera de la musique et une Projection 3d 360 par Jonah Haché (Halifax/Moncton), Environnement par Orion Productions (Halifax) et «Voie Lactée» par Joel Culligan (Moncton).

Une projection extérieure de grande échelle, accessible au public, se tiendra au coeur du centre-ville avec une vidéo utilisée pour créer une série kaléidoscopique.

Le samedi, le Temple Maçonnique, (rue Queen) sera le lieu d’un festin exclusif et mystérieux éclairé au chandelier pour le roi Arthur et son clan par Barolo & Co dans un joyau architectural de Moncton. Un spectacle des Hôtesses d’Hilaire sera aussi présenté alors que l’artiste Jonah Haché enveloppera l’espace d’une projection vidéo 360 immersive.

La Place Assomption, (rue Main) sera le lieu de plusieurs concerts pour présenter un vrai party d’hiver. Des sculpteurs transformeront des blocs de glace en oeuvres géantes. Au cours de la soirée Incendia Motus (Halifax) réchauffera les coeurs par une performance enflammée.

Une projection Wasko s’empare des 20 étages de la tour Assomption pour une gigantesque projection de vidéo en 3D accompagnée d’un univers sonore, visible dans tout Moncton. Ce show sur le mur faisant face à la rue Main durera de 10 à 15 minutes et sera répété à trois reprises. Plusieurs artistes, feu de joie et show au laser sont prévus, pendant la soirée.

Le festival prendra fin dans un lieu secret, qui accueillera une soirée spéciale, sous le signe de visuels, de l’imagerie, du design des années 90, de l’art pixelisé, des jeux vidéo et de l’esprit cyberpunk. DJ Bones et des invités seront en charge des platines pour la nuit.

Le public peut participer au festival en créant des images animées. Les créations doivent être envoyées par le 22 janvier par courriel aux organisateurs. Une partie du festival sera gratuite et en libre accès. Des abonnements de jour et fin de semaine donneront accès au public à l’intégralité des spectacles.

Les billets et détails de la programmation complète disponibles sur Flashmoncton.ca.

Prix Rhizone pour le groupe Sociofoto

Nous reconnaissons, dans l’ordre habituel : Rémi Levesque, Nathalie LeBlanc, présidente de la Société culturelle Sud-Acadie et Jacinthe LeBlanc. (Photo : Dave Skyrie)

Nous reconnaissons, dans l’ordre habituel : Rémi Levesque, Nathalie LeBlanc, présidente de la Société culturelle Sud-Acadie et Jacinthe LeBlanc. (Photo : Dave Skyrie)

La Société culturelle Sud-Acadie est très fière d’annoncer que le groupe de photographie Sociofoto, récipiendaire du Prix Racines pour «Initiative culturelle de l’année au Sud Acadie», a aussi reçu le Prix Rhizome du Conseil provincial des sociétés culturelles du Nouveau-Brunswick pour leur projet «Du Monde de par che nous». Ce prix annuel, déterminé par un jury d’intervenants culturels provinciaux, est remis à un organisme qui a démontré de grandes capacités et de l’intérêt à soutenir une action culturelle en lien avec les autres secteurs de sa région.

Ayant comme idée de départ la création d’un événement dans l’art de la photographie, Jacinthe LeBlanc et Rémi Lévesque, résidents de Beaubassin-est, ont vite organisé une série d’expositions de photos-documentaires afin de célébrer les gens de leur milieu. Le projet «Du monde de par che nous» a pris forme et lorsque six autres photographes, dont quatre habitent également à Beaubassin-est, se sont joints à eux, le Groupe Sociofoto est né.

En 2016, une première exposition photos-documentaires des communautés de Grand- Barachois et Boudreau-ouest et une deuxième en 2017 des régions de Trois-Ruisseaux, Petit-Cap, Portage, Shemogue et St-André-LeBlanc ont été montrées à travers la grande région du Sud-est. Une troisième est planifiée en 2018 pour capter les communautés de Cormier-Village et Haute-Aboujagane. À date, au-delà de 20 sujets et 2000 photos ont été captés et compilés en panorama photo-documentaire. L’ensemble de ces trois expositions seront rassemblées en une exposition globale durant le Congrès Mondial Acadien 2019.

Le «prince canadien du piano» et ses invités fêtent Noël à La Caserne

rogerpiano

   Le pianiste Roger Lord et ses invités, le duo composé de la comédienne-chanteuse acadienne Isabelle Cyr et du musicien et chanteur Yves Marchand, ainsi que les pianistes Sébastien Leclerc, Yulin He et Zhentong Wang offriront le concert Noël à La Caserne le dimanche 17 décembre à 15h au Centre des arts et de la culture de Dieppe.

Le récital sera dans l’esprit d’une véritable soirée de famille du temps des fêtes avec des pièces de styles variés.

«Je jouerai des œuvres solos de piano classique de Bach, Liszt, Schubert, et Tchaïkovski. Puis, il y aura, en duo avec mon ancien étudiant Sébastien Leclerc, des pièces du célèbre Casse-Noisette de Tchaïkovski. Je jouerai aussi de jolis duos de piano avec deux de mes jeunes élèves d’origine chinoise qui sont vraiment talentueux. Mes invités de marque pour ce bel événement, Isabelle Cyr et du Yves Marchand, que je connais de longue date, sauront sûrement mettre de la vie, du rire et un esprit de fête à notre rencontre musicale de Noël!», explique le pianiste et professeur au département de musique à l’Université de Moncton, Roger Lord.

Les jeunes élèves de M. Lord sont Yulin He, 10 ans, et Zhentong Wang, 15 ans. Zhentong Wang a remporté le 1er prix aux finales provinciales du Nouveau-Brunswick en piano dans la catégorie intermédiaire en juin dernier.

«Cette production du Centre des arts et de la culture est la deuxième édition d’un concept de concert de Noël où nous invitons un musicien ou une musicienne classique à s’entourer d’autres artistes pour présenter un spectacle sur la scène de La Caserne à l’approche des fêtes. Ça donne de très belles rencontres musicales qui me rappellent la chaleur et la convivialité du temps des fêtes de mon enfance», par-tage le directeur du CACD, Luc Gaudet.

Surnommé le «prince canadien du piano» par le China Daily, Roger Lord a été nommé en 2017 parmi les «150 choses et personnalités canadiennes illustres», sur le populaire site Internet chinois Sina-Weibo suivi par des millions d’internautes. Cette liste, préparée par l’Ambassade du Canada comprenait aussi James Cameron, Denis Villeneuve, David Suzuki, Roméo Dallaire, Louise Arbour, Margaret Atwood, Glenn Gould, Oscar Peterson, Diana Krall et le «bras canadien».

Les billets sont disponibles aux points de vente du réseau admission du Grand Moncton, soit au Centre des arts et de la culture de Dieppe, au Monument Lefebvre, à la billetterie de l’Université de Moncton et au théâtre l’Escaouette, ainsi que sur le site Web admission.com.

Démonstration de tournage de bois réussie à Memramcook

Il était possible d’admirer de très belles créations des quatre tourneurs de bois. (Photos : C. Lanteigne)

Il était possible d’admirer de très belles créations des quatre tourneurs de bois. (Photos : C. Lanteigne)

Claire Lanteigne

La deuxième Démonstration de tournage de bois de Jean-Louis Bourque et ses amis, qui avait lieu en fin de semaine au Club d’âge d’or de Pré-d’en-Haut, a remporté un beau succès.

Une quarantaine de personnes ont participé chaque jour à l’événement organisé par la Société culturelle de la Vallée de Memramcook et le Village de Memramcook en collaboration avec Jean-Louis Bourque.

Tout comme Jean-Louis Bourque, ses amis Patrick Arlot, de Chauvigny en France; Bernard Bujold, de Caplan, en Gaspésie et Toni Bellefleur, d’Edmundston, N.-B.; ont fait différentes démonstrations de tournage en plus de partager leurs techniques et d’offrir des conseils au niveau des outils à acheter et utiliser. Les trois invités ont apprécié leur participation à cette activité.

«Nous sommes heureux de nous retrouver ici à Memramcook, de dire M. Bujold. L’accueil est incroyable et les participants étaient très intéressés à nos démonstrations. Passionnés du bois, nous sommes toujours heureux de rencontrer des gens qui partagent notre passion et de voir leur engouement pour apprendre de personnes qui ont un peu d’expérience comme nous.»

«Le tournage du bois, de dire Toni Bellefleur, ça n’a pas de langage. C’est comme la peinture et la photographie. Tu oublies le monde car tu es dans ton propre monde et c’est thérapeutique.   Tu oublies tout dans la satisfaction de tes créations.»

«Je ne peux pas attendre d’arriver chez moi pour pratiquer ce que j’ai appris, de dire Robert Doucet. Je remercie les organisateurs de nous avoir donné la chance de participer à deux belles journées comme ça ici à Memramcook.»

«Je ne savais pas que telle ou telle personne faisait le tournage du bois, d’ajouter un autre participant. On est un petit groupe qui se rencontre une fois par mois pour en discuter et là on a découvert d’autres personnes de notre région qui s’y adonnent aussi. C’est toute une chance qu’on a d’avoir de tels invités ici en fin de semaine.»

Trois étudiant.e.s de 8e année de l’Abbey Studio de l’école Abbey-Landry, Danika, Justin et Samuel ont fait la technique au cours de ces deux jours. Ce studio est sous la direction de Louise Fiset et Robert Boudreau.

Le samedi 11 novembre à 11h, on a observé une minute de silence en reconnaissance des Anciens combattants, ce qui a été très apprécié.

Les organisateurs étaient visiblement satisfaits de ces deux journées de démonstration. «Si ces journées ont été valables pour vous, nous avons atteint nos objectifs», de dire Odette LeBlanc, présidente de la Société culturelle de la Vallée de Memramcook. Elle a remercié les invités et les participants qui ont assuré le succès de cette activité.

Plusieurs prix de présence ont été gagnés au cours de ces deux journées.

La SPAASI lance sa programmation du volet international de la FrancoFête en Acadie

La Stratégie de promotion des artistes acadiens sur la scène internationale (SPAASI), une initiative de la Société Nationale de l’Acadie (LSNA), présentera encore cette année un important volet international lors de la FrancoFête en Acadie qui aura lieu du 31 octobre au 4 novembre prochain à Dieppe et Moncton.

En nouveauté cette année, les délégués internationaux auront la chance de passer une journée à l’Île-du-Prince-Édouard pour une excursion à la découverte de l’Acadie. Ces derniers pourront ainsi en apprendre davantage sur l’identité acadienne, son histoire, sa culture et ses paysages. Cette activité est présentée en collaboration avec la Fédération culturelle de l’Île-du-Prince-Édouard.

La SPAASI accueillera, une fois de plus, une importe délégation de 31 professionnels de l’industrie du spectacle en provenance de la France, de la Belgique, de la Suisse et des États-Unis, et présentera plusieurs activités de réseautage et rencontres d’affaires entre les délégués internationaux et les artistes et représentants d’artistes acadiens.

Démonstration de tournage de bois les 11 et 12 novembre

Jean-Louis Bourque

Jean-Louis Bourque

La Société culturelle de la Vallée de Memramcook et le Village de Memramcook organisent en collaboration avec Jean-Louis Bourque, tourneur de bois acadien de Memramcook, une seconde Démonstration de tournage de bois avec ses amis, qui ont en commun le métier de menuisier et la passion du bois.

La démonstration aura lieu le samedi et dimanche, 11 et 12 novembre prochains, de 9h à 15h, au Club âge d’or de Pré-d’en-Haut, 1027, rue Principale, à Memramcook,

Le coût sera de 45$ par adulte et comprend le dîner et la pause-café pour les deux jours. Un rabais de 15% par jour est offert pour les étu- diants. Gratuit pour les enfants de moins de 12 ans.

Réserver avant le 6 novembre, au 758-9381 ou à jean louis@tourneurdebois.com.

Tout jeune à Memramcook, Jean-Louis a vu tourner son père, son oncle et voisins, puis il s’achète un tour et suit des formations avec des tourneurs expérimentés des différentes régions des Maritimes. Le tour devenu bien vite trop petit, Jean-Louis s’en construit un pour recevoir et tourner des grosses «nuaces», ces excroissances sur un tronc ou une branche, que les Français appellent une loupe et que les anglophones nomment «burl». Tables et gros bols ou pots de fleurs qui en sont issus deviennent sa spécialité.

Patrick Arlot réside à Chauvigny en France et tourne depuis près de trente ans. Ayant débuté dans son atelier, il suit aussi plusieurs formations avec des tourneurs de renom, tel que le meilleur ouvrier de France, Jean-François Escoulen. Toujours à la recherche de nouvelles techniques, Patrick se spécialise dans le tournage en excentrique et multiaxes, pour obtenir des pièces fines. Plus d’information au : www.arlot-bois-tourne.fr.

Pour sa part, Bernard Bujold, qui tournait dans ses loisirs du temps de sa carrière professionnelle, sa passion pour le tournage l’envoie plusieurs fois en France pour toujours améliorer ses procédés et il en fait une seconde carrière. Plus d’information au : www.facebook.com/bernard.bujold.1.

Enfin, Toni Bellefleur commence dès l’âge de 16 ans à tourner du bois, achète son premier tour l’année suivante. Au secondaire et au CCNB, il a suivi des programmes d’études en charpenterie-menuiserie. Au retour de l’Ouest, où dans ses temps libres, il faisait des guitares, il démarre son entreprise Buckson Woodwork, tout en suivant constamment des formations pour découvrir différentes techniques. Plus d’information au : www.facebook.com/buckson woodwork.

Enfin, rappelons que la Société culturelle de la Vallée de Memramcook s’est donné pour mission de promouvoir le développement et le rayonnement de la culture acadienne. Elle organise ou parraine des activités culturelles et d’art sous différentes formes, telles que la musique, le théâtre, la danse, la littérature et l’art visuel. Cette activité est organisée de concert avec le Village de Memramcook, qui promeut une vie communautaire et soutient les initiatives et les projets des citoyens et des associations, qui sont au cœur des préoccupations des membres du conseil et du personnel municipal de Memramcook.

Pour information additionnelle : Jean-Louis Bourque au 758-9381.

L’école Abbey-Landry accueille la Troupe de danses folkloriques de Miquelon

Des danseurs de la Troupe de danses folkloriques de Miquelon.

Des danseurs de la Troupe de danses folkloriques de Miquelon.

L’école Abbey-Landry de Memramcook accueillait récemment la Troupe de danses folkloriques de Miquelon, en tournée dans la région. Une initiative du Conseil provincial des sociétés culturelles (CPSC) en collaboration avec Miquelon Culture Patrimoine, l’atelier était organisé en collaboration avec la Société culturelle de la Vallée de Memramcook et l’école.

Soixante-quinze jeunes de l’école ont assisté à l’atelier de danse. La troupe de danse de l’école, sous la direction de Bobby Dupuis, a fait quelques danses carrées et la Troupe de Miquelon leur a montré une danse qu’ils ont ensuite faite ensemble. Le programme offert proposait des chorégraphies teintées d’influences françaises et acadiennes, ce qui fait ressortir le caractère particulier de cette communauté de l’archipel français en Nord-Atlantique.

Les membres de La Troupe de Miquelon étaient très contents de voir que la danse carrée se continue parmi la jeunesse de l’école Abbey-Landry.