16e édition du Village des artistes de Shédiac

    La Ville de Shédiac vous invite au Village des artistes qui se tiendra du 22 au 24 juillet à 17h au Centre multifonctionnel de Shédiac, situé au 58, rue Festival. Cette année, 38 artistes-peintres d’un peu partout au Nouveau-Brunswick et du Québec vont exposer et vendre leurs œuvres pendant toute la fin de semaine.

Le festival, qui en est déjà à sa 16e édition est toujours aussi populaire et est devenu une activité incontournable pour les gens de la région, mais aussi pour les touristes. Les heures d’ouverture seront vendredi 22 juillet de 17h à 20h, samedi 23 juillet et dimanche 24 juillet de 10h à 17h. L’entrée est gratuite.

Appels aux amateurs de théâtre communautaire et musiciens

Les voiles aux vents, troupe de théâtre communautaire sous la tutelle de Diane Richard, est présentement en recrutement de comédiens, comédiennes et musiciens de tout âge pour la production d’une pièce de théâtre qui célèbrera les dix ans de la Communauté rurale Beaubassin-est. Tous les citoyens de la grande municipalité de Beaubassin-est intéressés de se joindre à la troupe sont invités à communiquer avec Diane Richard au courriel lesvoilesauxvents@gmail.com.

Festival d’art public : La ligne à hardes

ligneahardes

Pour construire ensemble des communautés créatives et prospères!

   La Société culturelle Sud-Acadie est de retour avec un autre projet communautaire autour de La ligne à hardes, une pièce d’art public qui se retrouvera sur la verdure de l’Église historique de Barachois. Ce projet fait suite au projet D’une porte à l’autre initié en 2015. Le dévoilement est prévu pour le vendredi 26 aout et l’installation restera en montre jusqu’à la fin septembre.

La ligne à hardes, un dispositif simple utilisé pour étendre le linge en vue de procéder à son séchage, est devenue un symbole de la conscience environnementale, mais aussi une vitrine de l’intimité de soi exposée au public.

Cette année, le festival d’art public invite la communauté, artistes et artisans à explorer leur expression artistique en plein air sur la ligne à hardes: peinture, sculpture, vitrail, collage, textile, écriture, assemblage seront suspendus pour la durée de l’exposition. Il y aura trois volets au projet : art public, participation communautaire et célébration des arts durant les trois jours du Festival.

Art public – Sur la verdure de l’Église historique de Barachois, nous installerons, en aout, trois immenses cordes à linge, visible du grand chemin qui resteront en montre jusqu’au 30 septembre. Le dévoilement est prévu pour le vendredi 26 aout à 18h. Les objets créés par les artistes, artisans et citoyens ne doivent pas contenir de produits nocifs pour l’environnement ou dangereux pour les visiteurs et doivent être résistants au tempérament de la nature; ceux-ci peuvent prendre toutes formes d’expression artistique ou artisanale.

Participation communautaire – Cette année, nous encourageons tous les citoyens de Sud-Acadie à exprimer leur créativité artistique sur une corde à linge sur leur gazon pour en célébrer la beauté et la simplicité ainsi que démonter les multitudes formes d’expression artistique qui se manifestent dans le quotidien de tous les jours.

Festival 26-27-28 aout – Le Festival «La ligne à hardes» accueille Michel Thériault qui exposera ses peintures sous le chapiteau et invite tout autre artiste et artisan à venir exposer et vendre leurs œuvres d’art sur une vingtaine de cordes à linge, d’un arbre à l’autre, tout au long de la verdure de l’Église historique de Barachois. Les artistes Amber Léger, Jules Landry, Robert Vanderleelie, Luc Bouchard et Maurice Lanteigne seront de la partie pour offrir maints ateliers pour les jeunes et les moins jeunes en dessin, peinture, sculpture et vitrail. Expositions et conférences sur les arts complèteront la programmation. Intéressé d’y participer? Avisez la Société culturelle Sud-Acadie au info@sudacadie.ca.

Les Causeries du mardi à Memramcook

Les revenants en Acadie : du mystique au satyrique

   Natif de Moncton, Bryan Poirier est étudiant de quatrième année au baccalauréat en histoire à l’Université de Moncton. Il travaille présentement au Centre d’études acadiennes Anselme-Chiasson avec Robert Richard, ethnologue. Bryan s’adonne aussi à la musique traditionnelle acadienne avec son grand-père, Eddy Poirier, perpétuant ainsi une tradition familiale vieille de quatre générations.

Au cours du 19e et 20e siècle, on enregistre un certain nombre de phénomènes mystiques dans les comtés de Kent, Westmorland et Northumberland. De la femme en blanc aux faux revenants des bootleggers de Richibouctou, l’Acadie n’a pas l’esprit tranquille durant l’époque de la prohibition.

Cette causerie se déroulera le mardi 12 juillet à 19h au Théâtre du lieu historique national du Monument-Lefebvre de Memramcook.

L’entrée est gratuite et un léger gouter sera offert sur place au terme de la causerie.

Les Causeries du mardi sont une production de la Société du Monument-Lefebvre en partenariat avec la Société culturelle de la vallée de Memramcook et la Société historique de la vallée de Memramcook.

L’Été musical de Barachois présente  Janelle Fung et Philip Chiu

fungchiubara

Le duo piano Janelle Fung et Philip Chiu sera en récital à l’Église historique de Barachois pour le premier concert de la 36e édition de l’Été musicale de Barachois, le jeudi 14 juillet à 19h30, pour un concert intitulé «Feux incandescents».

En première partie du concert, à 19h, Gary Tucker, Ph. D., présentera Igor Stravinsky.

Janelle Fung et Philip Chiu sont jeunes, modernes et forment une équipe dynamique qui interprète les standards du répertoire classique, mais qui fait en plus, ses propres trans-criptions d’oeuvres orchestrales. Leurs fans sont sortis de leur concert en disant à quel point ils avaient eu du bon temps et qu’ils avaient adoré entendre des oeuvres connues, mais entendues pour la première fois sous forme de duo pour piano.

Philip et Janelle adorent parler des oeuvres qu’ils vont interpréter avant de les jouer. Le duo Fung-Chiu a été formé en 2007, sous les auspices des Jeunesses Musicales du Canada. Avec leur présence sur scène, leur programme captivant et le raffinement de leur jeu pianistique, le duo est devenu l’un des plus en vogue au Canada. Tous deux étant des pianistes solistes accomplis, ils ont combiné leurs forces et ont repoussé les limites traditionnelles du piano quatre mains. Ils ont joué un peu partout au Canada dans les grandes villes comme les petites villes incluant deux tournées multirégionales, ils ont joué au Casino de Montréal, et au Centre d’Arts Orford.

Leurs transcriptions ori-ginales incluent l’Oiseau de feu de Stravinsky, West Side Story de Bernstein et Roméo et Juliette de Prokofiev. Ils ont aussi commandé une oeuvre à la compositrice Canadienne Emily Doolittle, intitulée Sorex, qui fut jouée pour la première fois lors d’une tournée des Jeunesses Musicales en 2010. Ce fut la première collaboration pour le duo avec un compositeur, expérience qui s’est avérée tellement enrichissante qu’ils comptent bien la renouveler.

On peut les suivre sur leur site Internet au www.fung chiuduo.com pour voir leur mise à jour ou sur Facebook.

Le programme

Fung et Chiu ont choisi de présenter des oeuvres pour piano à quatre mains d’Igor Stravinsky et de Florent Schmitt. Ils interpréteront le célèbre «Oiseau de feu» de Stravinsky ainsi que «La tragédie de Salomé» de Schmitt.

L’Été musical de Barachois est devenu un rendez-vous classique incontournable au Nouveau-Brunswick. C’est plus de 250 concerts qui, à ce jour, ont été offerts sous le clocher de l’Église historique de Barachois, bâtie en 1824. Tout au long de l’été, huit concerts seront offerts par des artistes d’ici et d’ailleurs.

L’Été musical de Barachois invite donc les jeunes et les moins jeunes à participer à sa prochaine saison, le temps de plonger au coeur des plus belles oeuvres du répertoire classique!

Les billets sont en vente à l’Église historique de Barachois, tous les jours entre 10h et 17h. Ils sont également disponibles par téléphone au 532-2976, et sur le site web de l’Été musical: www.etemusicalbarachois.com.

 

Nouvelle programmation à la Maison historique Pascal-Poirier

La Ville de Shédiac lancera la nouvelle programmation estivale de la Maison Historique Pascal-Poirier lors de son ouverture le samedi 25 juin vers 14h. Venez voir nos artisans à l’œuvre ainsi que vous divertir avec de la musique par Jocelyne Bourque. Un léger goûter sera servi.

Le lieu historique provincial de la Maison Pascal-Poirier consiste en une maison d’un étage et demi et à pignon, de style vernaculaire du 19e siècle, et son terrain au 399, rue Main, à Shédiac. Elle sera ouverte aux visiteurs du mercredi au lundi, et ce jusqu’à la mi-septembre et sera fermée les lundis à partir du 22 août.

Venez découvrir une charmante maison ancestrale Acadienne (circa 1925) et les artisans qui l’habitent.

 

L’Alliance française de Moncton représentée par Mathieu Léger dans le cadre d’une exposition photo internationale!

mathieul

   Le 4 mars dernier, la Fondation Alliance française proposait au réseau des Alliances françaises de participer à l’édition 2016 du Concours photo international «Objectif Sport!» Chaque alliance devait demander à ses participants de mettre en image ce qui, d’après eux, dépeint le mieux l’activité sportive dans leur pays.

Cent trois Alliances françaises de 50 pays différents ont participé à cette édition.

Les membres du jury ont été particulièrement attentifs à la qualité photographique des clichés. Au-delà de ce critère, ils se sont attachés à récompenser des photographies représentant les valeurs essentielles du sport, la tolérance, l’ouverture, l’inclusion sociale, la cohésion d’équipe ainsi qu’à la représentation des pratiques singulières liées à des traditions.

Cette année, parmi les 206 photos reçues, celles de l’artiste visuel Mathieu Léger ont été retenues pour faire partie de l’exposition internationale qui tournera dans le monde entier à partir de septembre 2016.

Cette exposition sera d’abord présentée à la Fondation Alliance française du 5 juillet au 18 aout 2016.

Une exposition constituée des photos des lauréats internationaux ainsi que des photos des participants de Moncton est prévue.

La partie locale de ce projet collectif est organisée par l’Alliance française de Moncton, en partenariat avec la Ville de Moncton, Moncton Centre-ville, le McKenzie College et bien entendu la Fondation Alliance française située à Paris.

Éva Thériault-LeBlanc fait le lancement de son livre

 

Nous reconnaissons Éva Thériault-LeBlanc, qui prend une pause-santé pendant la signature de son bouquin-souvenirs. (Photo : JT)

Nous reconnaissons Éva Thériault-LeBlanc, qui prend une pause-santé pendant la signature de son bouquin-souvenirs. (Photo : JT)

Plusieurs parents et amis se sont rendus au Club d’âge d’or Notre-Dame-de-Grâce, à Moncton, dimanche dernier, pour assister au lancement du bouquin-souvenirs d’Éva Thériault-LeBlanc intitulé «Vivre pleinement sa vie». Cette dame de 87 ans est un personnage très coloré muni d’un sens de l’humour incomparable. Son bouquin en est la preuve.

Originaire de Eel River Bridge, Baie-Ste-Anne, elle raconte les différentes étapes de sa vie à compter du déménagement de ses pa-rents, originaires de Havre-aux-Maisons, aux Iles-de-la-Madeleine jusqu’à Eel River Bridge; son enfance, ses premières expériences avec la mort, son adolescence, son départ pour la ville, sa vie à Moncton, ses différents emplois, son mariage avec Normand (LeBlanc) et leurs quatre enfants, son talent d’actrice, ses voyages, son bénévolat constant au sein de plusieurs causes et orga-nismes et son vrai sens de la vie.

Aujourd’hui, madame Thériault-LeBlanc est toujours très active au sein du Club d’âge d’or Notre-Dame-de-Grâce, joue aux quilles, aux cartes, au shuffleboard, au bingo; aime lire un bon livre et faire de petits voyages. Un exemple à suivre pour plusieurs personnes non seulement d’âge d’or mais aussi pour «les plus jeunes». Sa philosophie de vie et son vécu dans tous les sens : La vie est comme un bateau à la dérive, poussé par le vent, sur une mer inconnue… on peut dire qu’elle a mené ce bateau à bon port… et la vie continue.

La communauté d’écoles de Dieppe-Memramcook célèbre la vitalité culturelle, artistique et entrepreneuriale

 

On voit, de gauche à droite, Amélie LeBlanc et Abbigail Malenfant, élèves de la septième année, Natasha Gaudet et Jasmine Blais, de la huitième année à l'École Carrefour de l'Acadie, montrant les oeuvres réalisées dans le cadre de leur cours d'art, notamment de la peinture, des mosaïques et des masques en papier mâché. (Photo : Gracieuseté)

On voit, de gauche à droite, Amélie LeBlanc et Abbigail Malenfant, élèves de la septième année, Natasha Gaudet et Jasmine Blais, de la huitième année à l’École Carrefour de l’Acadie, montrant les oeuvres réalisées dans le cadre de leur cours d’art, notamment de la peinture, des mosaïques et des masques en papier mâché. (Photo : Gracieuseté)

La communauté d’écoles de Dieppe-Memramcook était toute animée, le mercredi 25 mai, alors que la fête culturelle et pédagogique annuelle a mis de l’avant des projets d’entrepreneuriat et le talent artistique des élèves.

Quelques centaines d’élèves des écoles Abbey-Landry, de Memramcook, Amirault, Anna-Malenfant, Carrefour de l’Acadie, Mathieu-Martin et Sainte-Thérèse, de Dieppe, ont partagé le fruit de leurs apprentissages avec les parents, les membres du public et les partenaires communautaires dans le cadre d’une exposition de leurs projets et d’un spectacle présenté en soirée à l’école Mathieu-Martin, de Dieppe.

«Nous sommes à notre quatrième rendez-vous culturel et pédagogique de la communauté d’écoles de Dieppe-Memramcook, explique Michèle Routier, agente communautaire et coordonnatrice de l’événement. Cette fête se veut une occasion de faire connaître aux parents, au public et aux partenaires de la communauté les apprentissa-ges qui se font dans nos écoles au courant de l’année. Il s’agit d’un échantillon seulement des projets et des réalisations de l’année.»

À cette occasion, les élèves ont monté des kiosques portant sur leurs projets et leurs réalisations dans le domaine de la langue, de la culture et de l’entrepreneuriat étudiant. Parmi ceux-ci, on comptait Les menuisiers du Carrefour (Carrefour de l’Acadie), un projet de tricot (Sainte-Thérèse), Abbey-vidéo et Abbey-studio (Abbey-Landry) et des murales sur la vie scolaire (Mathieu-Martin) et plusieurs autres.

Un spectacle mettant en vedette des élèves de cinq des six écoles participantes a suivi. On a pu voir, entre autres, les élèves de l’harmonie Jazz de l’école Carrefour de l’Acadie qui est sortie première dans sa catégorie au Festival de musique du Grand Moncton. Les élèves de l’école Abbey-Landry ont présenté la pièce de théâtre «Le sauveur de l’Acadie» qui rend hommage au père Camille Lefebvre. On a aussi eu droit, par exemple, à une leçon de conjugaison sous forme de chanson présentée par des élèves de l’école Sainte-Thérèse.

«C’est une belle fête pour clôturer l’année», ont exprimé plusieurs parents présents.

Lancement du livre Clin d’oeil sur la vie de Walter Comeau

Walter Comeau

Walter Comeau

Après avoir rejeté l’idée pendant plusieurs années, le Frère Walter Comeau se lance dans l’écriture de ses mémoires.

Intitulé Clin d’œil sur la vie et édité par Les Éditions de la Francophonie, ce volume à saveur autobiographique se veut un retour sur le passé; c’est le récit d’une vie bien remplie. Les bribes nostalgiques d’une existence vécue à Grosses-Coques dans la Baie-Sainte-Marie en Nouvelle-Ecosse avant l’exil à Memramcook dans la province voisine où les événements quotidiens dans sa mission apostolique apportent le bonheur, ne sont que quelques échos sur le passé.

Les péripéties vécues par l’auteur démontrent son engagement passionné pour l’évangélisation auprès des gens de tous âges et particulièrement avec la jeunesse où il a su faire une différence notable dans leur cheminement individuel.

Pigées dans la mémoire de l’auteur, les histoires relatées sont les vestiges et les souvenirs d’une vie dont chaque étape apporte de nombreuses réalisations innovatrices. Ce livre fera vivre des moments palpitants, suscitant parfois le calme et la sérénité et d’autres fois, l’envie de rire et de se dérider. De plus, cette oeuvre contient de nombreux renseignements, documents et photos inédits qui feront découvrir des faits inusités et qui sauront meubler la mémoire du lectorat.

Cet ouvrage à vocation grand public constitue pour le frère Walter un symbole d’amour, un témoignage de gratitude envers ses parents et une profonde reconnaissance pour les gens qui furent sur son chemin au cours de son évangélisation. Il est une expression de sentiments apostoliques sincères et authentiques; un clin d’oeil sur la vie.

Vous êtes cordialement invités au lancement du livre de l’auteur Walter Comeau, c.s.c. le dimanche 15 mai à 14h à l’Église Christ-Roi, au 300, rue Dominion à Moncton.

Aussi, parrainé par la Société Culturelle de la Vallée de Memramcook, un deuxième lancement aura lieu le mercredi 18 mai à 19h à l’école Abbey-Landry au 432, rue Centrale à Memramcook. À cette occasion, l’auteur prononcera une conférence ayant pour titre Réalise ton rêve et il dédicacera son ouvrage aux personnes intéressées.

Pour plus d’informations, communiquez avec Walter Comeau au 864-8251ou par courriel à walcom1@nb.sympatico.ca ou avec Paul Auffrey au 383-0568 ou par courriel à pauffrey@gmail.com.