Lancement du bouquin de Jean-Marie Nadeau

(JT) – Plusieurs ami.e.s étaient au rendez-vous littéraire, jeudi soir dernier, au Centre culturel Aberdeen pour le lancement du bouquin Québec Acadie – Fini le niaisage, de l’auteur Jean-Marie Nadeau, qui est reconnu pour son franc-parler, son patriotisme, chroniqueur et syndicaliste et son sens de la justice sociale, économique et linguistique. Il a toujours été militant et impliqué dans diverses causes nationalistes, et ce, lorsque d’autres Acadiens et Acadiennes étaient peu sensibles (ou faisaient la sourde oreille) concernant le cheminement social et linguistique du peuple acadien. 

   Dans son dernier bouquin, Jean-Marie parle de respect mutuel entre le Québec et l’Acadie. «Pour y arriver, il faut que, dans un esprit de confiance et de respect mu- tuel, nous puissions nous dire nos quatre vérités. Au fil du temps, nous avons tissé beaucoup plus de liens entre nous que nous ne le soupçonnions. Commençons par reconnaître cela, mais il faut arrêter le niaisage entre nous. Apprenons d’abord à mieux nous connaître mutuellement! Que le français triomphe grâce à notre engagement, et fini le niaisage Québec-Acadie!» indique l’auteur à l’endos de son bouquin qui a été publié aux Éditions de la Francophonie.  (Photo : Daniel Beaudry)

Jacques Comeau éliminé en demi-finale

Le chanteur de Dieppe et originaire de Néguac, Jacques Comeau, a été éliminé en demi-finale de l’émission de la 7e saison de La Voix sur TVA, dimanche soir. Jacques Comeau s’est incliné devant son ami et coéquipier Colin Moore, de Montréal, qui a remporté 72% des votes du public.    

   Des gens du NB n’ont pu exprimer leur préférence et voter pour Jacques Comeau en raison de problèmes techniques. Plusieurs commentaires de gens frustrés se sont retrouvés sur Facebook à ce sujet, ayant essayé sans succès de voter. 

   Comeau dit avoir vécu un bon moment et qu’il veut le partager avec tout le monde. Il ajoute que des portes vont s’ouvrir pour lui. Il a l’intention de poursuivre sa carrière avec sa fille Josiane. Il a interprété L’essentiel, de Ginette Reno, sur scène pour sa prestation de demi-finale. Il avait chanté en ouverture d’émission, avec des anciens juges, dont Jean-Pierre Ferland, Isabelle Boulay, Garou et Pierre Lapointe, la chanson Belle de la comédie Notre-Dame de Paris à côté de Garou et Éric Lapointe. Il avait aussi chanté Je l’aime à mourir avec Jacques Cabrel. 

   Jacques Comeau avait accompagné sa fille aux auditions de La Voix et est devenu concurrent à l’insistance de l’équipe de production. «Jamais je n’aurais pu imaginer serrer la main de Jean-Pierre Ferland, Isabelle Boulay, Garou, de chan-ter avec Francis Cabrel et me lier d’amitié avec Éric Lapointe, a-t-il indiqué. Je suis privilégié d’avoir ces contacts-là et d’avoir pu vivre ces moments-là.» Cabrel l’a invité à son spectacle à Moncton lors de son concert au Centre Avenir, sans préciser s’il montera sur scène.

 

(Photo : Gracieuseté OSA Images & TVA)

Bel échange entre Autochtones et Acadiens!

 

Échange traditionnel et chants traditionnels étaient de la partie! (Photo : Gracieuseté)

Diane Richard

   C’est le vendredi 26 avril en matinée que les élèves de 5e années des écoles Père-Edgar-T.-LeBlanc et Elsipogtog se sont rencontrés à Bouctouche afin de partager leur culture respective.

   Suite à la proposition de Paryse Suddith, d’Old Ri-ver Productions and Legal Services Inc., un rallye a été organisé pour les élèves afin qu’ils puissent apprendre à connaître un peu plus les deux cultures.  L’activité s’est déroulée au Centre Culturel Kent-Sud à Bouctouche.  Une aînée autochtone, Donna Augustine, a débuté la journée avec une prière et chants traditionnels afin d’inviter les jeunes à participer avec une attitude positive.  Mme Augustine a aussi souligné qu’elle était ravie de voir que des échanges interculturels avaient enfin lieu, et que le tout soit fait par des enfants était encore mieux!

   Suite à quelques échanges traditionnels entre les deux peuples, les élèves se sont ensuite rendus à l’extérieur afin de découvrir les différentes questions posées un peu partout.  Les questions portaient sur des sujets autant acadiens qu’autochtones.  Les élèves n’avaient pas le choix de s’entraider afin d’obtenir les réponses!  Le tout s’est déroulé dans la bonne humeur!

   Une fois le rallye terminé, toujours dans le but de faire découvrir les cultures, les élèves ont pu manger du fricot et du pain traditionnel autochtone.  Ensuite pour dessert, ils ont mangé des pets-de-sœurs.

   La journée s’est terminée avec quelques talents de la part de nos élèves acadiens, soit danse à claquette et musique avec cuillères.  Les élèves de l’école PETL avaient aussi fabriqué des bracelets aux couleurs acadiennes afin de les remettre aux élèves de l’école d’Elsipogtog.

   Merci spécial à Daniel Castonguay, du Centre culturel Kent-Sud pour l’accueil!  Il s’agissait du premier rallye mais sûrement pas le dernier!  Les élèves ont eu bien du plaisir durant la journée et plusieurs ont même affirmé s’être fait de nouveaux amis.

Dave Skyrie en montre à la Galerie d’art du Capitol

Le public est invité au vernissage de l’exposition Atlantica Elemental, de l’artiste visuel Dave Skyrie dans la Galerie d’art du Théâtre Capitol de Moncton le mercredi, 1er mai prochain à 17h.

Le titre Atlantica Elemental reflète deux aspects des œuvres de cette exposition. Le premier, Atlantica, fait référence à l’endroit où les œuvres furent produites, puisque l’artiste est très fier de vivre et travailler dans la région atlantique. Deuxièmement, Elemental, est une description adéquate du travail de l’artiste en ce moment, qui se veut un mélange de minimalisme et de l’abstrait. «On dirait que ces jours-ci, je passe davantage de temps et d’effort à enlever de la peinture de mes toiles, plutôt qu’en ajouter. Je constate aussi cela dans mon écriture «Haïku», un style de poésie extrêmement bref et simple», affirme Dave Skyrie.

Selon Dave Skyrie, l’art est une argumentation que l’artiste a constamment avec lui-même et l’art se retrouve dans le processus de création et non dans le résultat ou le produit final. La surface de la toile doit refléter cet argument, cette tension qui existe entre l’artiste et le canevas. C’est pourquoi la surface de la toile; la texture, les coups de pinceau et les marques sont plus importantes que l’œuvre en soi.

Dave détient un diplôme en arts de l’Université Concordia de Montréal. Il a commencé à peindre en 2000, suite à une année passée au Brésil et il travaille une variété de démarches artistiques. Ces temps-ci, son travail explore les formes abstraites et les textures sur de grands canevas. Membre de la Galerie 12 de Moncton, de l’AAAPNB et de la Writers Federation of New Brunswick, Dave a aussi publié deux recueils de poésie. Les œuvres de Dave se retrouvent dans de nombreuses collections privées et publiques au Canada, aux États-Unis et en Europe. Il habite à Grand-Barachois, au N.-B.

L’exposition Atlantica Elemental de l’artiste Dave Skyrie débute le mercredi, 1er mai et sera en montre à la Galerie d’art du Théâtre Capitol au 811, rue Main à Moncton jusqu’au 27 juin 2019. L’entrée est libre.

 

 

Le Village des artistes de Shédiac dévoile son nouveau logo

  Le Village des artistes de Shédiac fait peau neuve en dévoilant son nouveau logo. À la suite d’un concours public lancé cet automne, le comité a fait la sélection du gagnant, Jean Godreau, qui s’est mérité les honneurs pour la création du nouveau logo du Village des artistes.

Du vendredi 2 au dimanche 4 août 2019, le Centre multifonctionnel de Shédiac se transformera en immense galerie d’art.

Les heures d’opération du Village des artistes sont de 18h à 20h le vendredi, et de 10h à 17h le samedi et le dimanche.

La date limite pour soumettre votre candidature est le 31 mai 2019.

Pour plus d’information, veuillez consulter le site Web:

https://www.experienceshediac.ca/event/village- des-artistes

Appel aux artistes pour la série Midis Musique

Le Théâtre Capitol, en collaboration avec Downtown Moncton Centre-ville inc., accepte présentement les demandes de participation d’artistes souhaitant être considérés pour la série de musique estivale Midis Musique.

Ces concerts gratuits seront présentés à l’extérieur, dans l’allée Oak, près de la rue Main, durant l’été 2019, à tous les mercredis, du 3 juillet au 28 août, de midi à 13h.

Un cachet de 350$ par performance sera offert aux artistes sélectionnés. La date limite pour soumettre sa demande est le 30 avril. Les artistes de la scène sont invités à soumettre une demande de participation à la série en remplissant le formulaire trouvé en ligne, au www.capitol.nb.ca (entête Midis Musique à la page d’accueil – https://bit.ly/2FoJUMh).

Une splendide 8e édition de l’encan du Centre culturel Aberdeen

Nous reconnaissons de gauche à droite : René Légère, Robert Basque, Geneviève Maltais, Annie-France Noël, Marjolaine Bourgeois, Joëlle Tougas. (Photos : Marc Blanchard)

Lors de la 8e édition de l’encan qui avait lieu le samedi 30 mars dernier, la vente aux enchères d’une quarantaine d’oeuvres a réussi à générer des revenus de près 80 000$, un montant qui sera partagé également entre les artistes participants et le Centre.

Quatre œuvres ont été ajoutées à la liste des 40 déjà annoncées, dont un tableau surprise de Roméo Savoie, qui a été vendu pour 5300$, ce qui avec la vente des deux tableaux de Raymond Martin correspond aux plus belles ventes de la soirée.

Parmi les autres belles surprises de la soirée, les «plus petites œuvres» proposées aux acheteurs se sont très bien vendues. Notamment viscera VII et Portée d’Annie-France Noël et Les pépères en plumes XV et XIV d’Alisa Arsenault, ont retenu l’attention des acheteurs et démontre que la renommée de ces deux jeunes artistes s’accroissent très rapidement en Acadie, mais aussi ailleurs. L’œuvre d’Anne-Marie Sirois, intitulée Livre ailé a été vendue à 2200$.

Avec plus de 100 participant.e.s, René Légère, directeur général du Centre, est ravi du succès de la principale activité de collecte de fonds de l’année: «Nous sommes des plus reconnaissants de la participation des gens qui année après année acceptent notre invitation et nous appuient dans notre initiative de mise en valeur de l’art contemporain et du Centre culturel Aberdeen».

La soirée était animée par Robert Basque, le même commissaire priseur depuis la toute 1ère édition de l’encan; la maîtresse de cérémonie Geneviève Maltais, et la directrice générale de la Galerie Sans Nom et artiste visuelle Annie-France Noël, qui décrivait les œuvres et lisait les biographies des artistes.

L’événement incluait un cocktail dinatoire des plus raffinés, préparé par le Chef Michel Savoie, du restaurant Les Brumes du Coude. Une 9e édition est prévue pour 2020.

Les mondes de la nuit : Contes et légendes

Anne Godin

En marge de l’exposition «Les mondes de la nuit», la Place Resurgo, en partenariat avec le Centre d’études acadiennes Anselme-Chiasson – Université de Moncton, présente l’événement spectacle «Les mondes de la nuit: Contes et légendes». L’activité aura lieu le jeudi 18 avril de 19h30 à 21h00.

L’animatrice Anne Godin et ses invités l’historien François LeBlanc et le conteur Sylvio Alain raconteront des histoires effrayantes, mystérieuses et imaginaires, inspirées de la nuit en Acadie. Lors du spectacle de 45 minutes, on pourra les entendre en alternance.  Il y aura également une présentation surprise.

L’activité est destinée à un public adulte et les places sont limitées, car on peut seulement accueillir 70 personnes.

C’est le deuxième événement spectacle du genre organisé par Anne Godin.  «La Place Resurgo me demande de créer un événement par rapport à l’exposition présentée, de dire Madame Godin.  Je visite l’exposition et je me laisse inspirer par ce que j’y vois pour planifier l’événement.  Je m’occupe aussi de la mise en scène et de l’éclairage.»

Un léger goûter de nuit et une visite libre de l’exposition suivront la représentation. Cette partie de la soirée permet de discuter avec les conteurs et d’échanger sur ce qu’on a entendu.

Veuillez réserver vos billets en composant le numéro (506) 856-4327. Le paiement sera effectué à la porte en argent comptant.

 

L’auteure acadienne Georgette LeBlanc sera la Poète flyée de la 20e édition du Festival Frye

Georgette LeBlanc

L’équipe du Festival Frye est très fière d’annoncer que l’auteure acadienne Georgette LeBlanc, 8e Poète officielle du parlement du Canada, sera la Poète flyée de la 20e édition du festival qui aura lieu du 27 avril au 4 mai 2019 dans la région du Grand Moncton.

Originaire de la Nouvelle-Écosse, l’acadienne Georgette LeBlanc, auteure des romans poétiques Alma (2007), Amédé (2010), Prudent (2013) et Le Grand feu (2016), et récipiendaire de plusieurs prix littéraires, vient tout juste de s’établir à Moncton. À l’occasion du Festival Frye, elle présentera son dernier livre, Le Grand Feu, et incarnera un personnage unique dans le monde des festivals, celui de «Poète flyée».  Sous cette casquette originale, elle composera deux poèmes bilingues (présentés lors de l’ouverture officielle et de la cérémonie de clôture), participera à de nombreuses visites scolaires et animera la flamboyante soirée Frye Jam.

Pour Émilie Turmel, directrice générale du festival, le choix de Georgette LeBlanc comme Poète flyée s’imposait naturellement : «Le rôle de Poète flyée ressemble beaucoup au rôle des Poètes lauréates et lauréats qu’on retrouve dans plusieurs villes ainsi qu’au parlement du Canada, et qui doivent créer des textes pour témoigner de l’histoire, des événements et des enjeux propres à leur région. Pour la 20e édition du Festival Frye, nous voulions marquer le coup avec une voix unique et puissante, capable d’inscrire cet anniversaire dans les mémoires. L’équipe du festival est honorée que Georgette LeBlanc ait accepté l’invitation!»

Complice de longue date du festival avec une première participation en 2010 à l’occasion de la publication d’Alma, Georgette LeBlanc se dit «très heureuse d’être la Poète flyée de cette 20e édition». Elle laisse une grande part de mystère et de surprise quant à ses interventions dans les différents événements mais promet une grande dose d’imagination et de découverte.

Georgette LeBlanc vit présentement à Moncton, d’où elle crée son Acadie textuelle. Sa démarche artistique continue de privilégier l’oralité, l’histoire en toutes ses dimensions et la poésie du corporel. L’ensemble de ses ouvrages est publié chez les Éditions Perce-Neige.

Concert du Choeur Louisbourg Un programme dédié à Marc-Antoine Charpentier

Le chœur Louisbourg sous la direction de Monique Richard, avec Michel Cardin au   théorbe, en répétition, en préparation du concert dédié à Marc-Antoine Charpentier (1634-1704) qui sera présenté le 25 mars à l’église Saint-Anselme de Dieppe.  (Photo : Gracieuseté)

Le Chœur Louisbourg termine sa saison par un grandiose concert consacré aux œuvres de Marc-Antoine Charpentier (1634-1704), maître incontesté de la musique sacrée en France. De ce compositeur, le chœur interprétera la Missa Assumpta est Maria, H. 11, les Litanies de la Vierge, H. 83 et l’orchestre jouera la Sonate à 8, H. 548. Le chœur et l’orchestre seront sous la direction de Monique Richard. Les huit musiciens jouant sur instruments d’époque sont Jacques-André Houle et Émilie Brûlé, violons; Margaret Little, alto et viole de gambe; Amanda Keesmaat, violoncelle; Vincent Lauzer et Caroline Tremblay, flûtes à bec; Michel Cardin, théorbe, et Jonathan Addleman, orgue.

Né à Paris, on connaît peu de chose sur Marc-Antoine Charpentier. Il aurait accompli sa scolarité auprès des Jésuites et possiblement étudié la musique auprès de Giacomo Carissimi (1605-1674), un maître de l’oratorio et de la mise en musique des histoires pieuses, à Rome.  Son œuvre la plus connue est sans doute sa Messe de Minuit. Aussi curieux que cela puisse paraître. Charpentier a aussi composé de la musique de théâtre, entre autre pour Molière (Le Malade imaginaire, Le mariage forcé, etc.) et pour Corneille.

Fondé en 2006, le Chœur Louisbourg, s’est rapidement taillé une place dans le paysage culturel du Nouveau-Brunswick. Depuis ses débuts, le chœur se produit dans différentes régions de la province et collabore régulièrement avec Symphonie Nouveau-Brunswick. Le public et le milieu de la musique l’ont rapidement reconnu comme étant l’un des meilleurs chœurs de la province. À l’automne 2018, le chœur lançait son premier disque intitulé Chansons d’amour d’Acadie et de France comprenant des chants traditionnels acadiens et des compositions de Jacotin Le Bel (v.1495-v.1556)  sur étiquette ATMA classique.

Au cours de la présente série de concerts, le chœur s’arrêtera à l’église First United de Bathurst, le samedi 23 mars à 19h30; à l’église Saint-Joachim de Bertrand, le dimanche 24 mars à 14 heures; à l’église Saint-Anselme de  Dieppe, le lundi 25 mars à 19h30; et, finalement, à l’église Wilmot United de Fredericton, le mardi 26 mars à 19h30.

Les billets seront en vente à la porte à chacun des endroits. L’entrée est gratuite pour les étudiants.

Ce projet est rendu possible grâce à l’appui financier de Placements Louisbourg, du gouvernement du Nouveau-Brunswick et du Conseil des Arts du Canada.