Démonstration de tournage de bois les 11 et 12 novembre

Jean-Louis Bourque

Jean-Louis Bourque

La Société culturelle de la Vallée de Memramcook et le Village de Memramcook organisent en collaboration avec Jean-Louis Bourque, tourneur de bois acadien de Memramcook, une seconde Démonstration de tournage de bois avec ses amis, qui ont en commun le métier de menuisier et la passion du bois.

La démonstration aura lieu le samedi et dimanche, 11 et 12 novembre prochains, de 9h à 15h, au Club âge d’or de Pré-d’en-Haut, 1027, rue Principale, à Memramcook,

Le coût sera de 45$ par adulte et comprend le dîner et la pause-café pour les deux jours. Un rabais de 15% par jour est offert pour les étu- diants. Gratuit pour les enfants de moins de 12 ans.

Réserver avant le 6 novembre, au 758-9381 ou à jean louis@tourneurdebois.com.

Tout jeune à Memramcook, Jean-Louis a vu tourner son père, son oncle et voisins, puis il s’achète un tour et suit des formations avec des tourneurs expérimentés des différentes régions des Maritimes. Le tour devenu bien vite trop petit, Jean-Louis s’en construit un pour recevoir et tourner des grosses «nuaces», ces excroissances sur un tronc ou une branche, que les Français appellent une loupe et que les anglophones nomment «burl». Tables et gros bols ou pots de fleurs qui en sont issus deviennent sa spécialité.

Patrick Arlot réside à Chauvigny en France et tourne depuis près de trente ans. Ayant débuté dans son atelier, il suit aussi plusieurs formations avec des tourneurs de renom, tel que le meilleur ouvrier de France, Jean-François Escoulen. Toujours à la recherche de nouvelles techniques, Patrick se spécialise dans le tournage en excentrique et multiaxes, pour obtenir des pièces fines. Plus d’information au : www.arlot-bois-tourne.fr.

Pour sa part, Bernard Bujold, qui tournait dans ses loisirs du temps de sa carrière professionnelle, sa passion pour le tournage l’envoie plusieurs fois en France pour toujours améliorer ses procédés et il en fait une seconde carrière. Plus d’information au : www.facebook.com/bernard.bujold.1.

Enfin, Toni Bellefleur commence dès l’âge de 16 ans à tourner du bois, achète son premier tour l’année suivante. Au secondaire et au CCNB, il a suivi des programmes d’études en charpenterie-menuiserie. Au retour de l’Ouest, où dans ses temps libres, il faisait des guitares, il démarre son entreprise Buckson Woodwork, tout en suivant constamment des formations pour découvrir différentes techniques. Plus d’information au : www.facebook.com/buckson woodwork.

Enfin, rappelons que la Société culturelle de la Vallée de Memramcook s’est donné pour mission de promouvoir le développement et le rayonnement de la culture acadienne. Elle organise ou parraine des activités culturelles et d’art sous différentes formes, telles que la musique, le théâtre, la danse, la littérature et l’art visuel. Cette activité est organisée de concert avec le Village de Memramcook, qui promeut une vie communautaire et soutient les initiatives et les projets des citoyens et des associations, qui sont au cœur des préoccupations des membres du conseil et du personnel municipal de Memramcook.

Pour information additionnelle : Jean-Louis Bourque au 758-9381.

L’école Abbey-Landry accueille la Troupe de danses folkloriques de Miquelon

Des danseurs de la Troupe de danses folkloriques de Miquelon.

Des danseurs de la Troupe de danses folkloriques de Miquelon.

L’école Abbey-Landry de Memramcook accueillait récemment la Troupe de danses folkloriques de Miquelon, en tournée dans la région. Une initiative du Conseil provincial des sociétés culturelles (CPSC) en collaboration avec Miquelon Culture Patrimoine, l’atelier était organisé en collaboration avec la Société culturelle de la Vallée de Memramcook et l’école.

Soixante-quinze jeunes de l’école ont assisté à l’atelier de danse. La troupe de danse de l’école, sous la direction de Bobby Dupuis, a fait quelques danses carrées et la Troupe de Miquelon leur a montré une danse qu’ils ont ensuite faite ensemble. Le programme offert proposait des chorégraphies teintées d’influences françaises et acadiennes, ce qui fait ressortir le caractère particulier de cette communauté de l’archipel français en Nord-Atlantique.

Les membres de La Troupe de Miquelon étaient très contents de voir que la danse carrée se continue parmi la jeunesse de l’école Abbey-Landry.

NOS HOMMES DANS L’OUEST de Renée Blanchar ouvrira la 31e édition du FICFA!

Le dernier long métrage de Renée Blanchar, NOS HOMMES DANS L’OUEST, sera présenté en première mondiale pour l’ouverture de la 31ème édition du Festival international du cinéma francophone en Acadie (FICFA) le jeudi 16 novembre à 20h au Théâtre Capitol.

Ce documentaire de 80 minutes propose une vision différente sur l’exil et l’impact social des grands chantiers comme ceux de l’exploitation des sables bitumineux en Alberta, au Canada. Ces projets d’envergure, basés sur la croissance économique, comportent aussi des coûts humains qui modifient, à petite ou grande échelle, le visage culturel des régions. Sur une période de six mois, trois familles de la Péninsule acadienne, au Nouveau-Brunswick, ont ouvert leurs portes et leurs cœurs à la réalisatrice Renée Blanchar et son équipe. NOS HOMMES DANS L’OUEST, un film bouleversant, où il est question d’exil, de choix de vie, de valeurs, mais surtout d’absence, l’absence étant sans doute le prix le plus élevé à payer pour chacun des membres de ces familles.

Maryse Chapdelaine, productrice de Ça Tourne Productions, une compagnie constituée et dirigée par Renée Blanchar et elle-même, basée à Caraquet au Nouveau-Brunswick, se dit «fière d’ouvrir la 31e édition du FICFA, avec un film indépendant, courageux et bouleversant.» Elle ajoute «qu’en révélant les nombreux dilemmes que vivent les familles acadiennes dont les hommes s’exilent afin d’assurer un revenu décent et une qualité de vie à leurs proches, ce documentaire propose un regard inédit et humain sur l’exploitation des sables bitumineux de l’Alberta.» Maryse Chapdelaine et Renée Blanchar sont convaincues que NOS HOMMES DANS L’OUEST ne laissera personne indifférent !

Plus de détails suivront prochainement quant à la soirée d’ouverture dans son ensemble. La programmation complète de cette 31e édition du FICFA sera dévoilée lors d’une conférence de presse qui se tiendra le mardi 31 octobre à 11h au Centre des arts et de la culture de Dieppe. Le festival aura lieu du 16 au 22 novembre.

Retrouvailles de la classe d’Arts 1967

Sur la photo, nous reconnaissons, dans l’ordre habituel : Première rangée : Paul-Emile Cormier, Hervé Fortin, Isabelle McKee-Allain, Line Godbout, Fernande Simard-LeBreton, Noëlla Richard, Jocelyne Gosselin-MacFarlane, Thérèse LeBlanc-Roy.   Deuxième rangée : Herménégilde Chiasson, Raymond Arsenault, Gérard Snow, Yvon Cormier, Ronald LeBreton, Thomas LeBlanc, Jean-Roger Blanchard, Arthur Bourgeois, Jean-Guy Lirette, Léonard Goguen. Troisième rangée : Jean-Claude Bourque, Léonard LeBlanc, Robert Turcotte, Paul Quirion, O’Neil Arseneau, Donald Mazerolle, Rhéal LeBlanc, Jean-Bernard Mallais, Ronald Cormier, Jacques Collin. (Photo : Gracieuseté)

Sur la photo, nous reconnaissons, dans l’ordre habituel : Première rangée : Paul-Emile Cormier, Hervé Fortin, Isabelle McKee-Allain, Line Godbout, Fernande Simard-LeBreton, Noëlla Richard, Jocelyne Gosselin-MacFarlane, Thérèse LeBlanc-Roy.   Deuxième rangée : Herménégilde Chiasson, Raymond Arsenault, Gérard Snow, Yvon Cormier, Ronald LeBreton, Thomas LeBlanc, Jean-Roger Blanchard, Arthur Bourgeois, Jean-Guy Lirette, Léonard Goguen. Troisième rangée : Jean-Claude Bourque, Léonard LeBlanc, Robert Turcotte, Paul Quirion, O’Neil Arseneau, Donald Mazerolle, Rhéal LeBlanc, Jean-Bernard Mallais, Ronald Cormier, Jacques Collin. (Photo : Gracieuseté)

Claire Lanteigne

Vingt-huit finissant.e.s et leurs conjoint.e.s, environ 50 en tout, étaient présents aux Retrouvailles de la classe d’Arts 1967 de l’Université de Moncton, samedi, au Centre multifonctionnel de Shédiac.

«Nous avons eu une rencontre de 15h à 22h, de dire un des membres du comité organisateur, O’Neil Arseneau. Ce fut une rencontre sociale avec un souper et beaucoup d’échanges. Il y eu quelques discours et on s’est rappelé de bons vieux souvenirs. Selon les commentaires reçus, ajoute-t-il, ce fut une très belle rencontre, bien réussie.

«Nous étions 87 finissant.e.s en 1967, d’ajouter M. Arseneau, mais pour différentes raisons certains n’ont pu se rendre aux retrouvailles de ce 50e anniversaire. Mon fils Alain Arseneau avait préparé un montage de photos d’époque, ce qui a été bien apprécié des participant.e.s. Il avait aussi préparé un montage en souvenir des quatorze finissant.e.s décédé.e.s : Léo Arsenault, Réginald Bélanger, Mariette Blinn, Vincent Bolduc, Alphonse Caissie, Camille Cormier, Lucielle Goguen, Simonne Hébert, Claude Langis, Jean-Marie LeBlanc, Alain Maguire, Joanne Ouellette, Paul-Émile Richard et Ronald Vienneau.»

Le groupe avait également eu une rencontre pour souligner le 25e anniversaire de leur collation de diplômes.

La 37e saison de l’Été musical de Barachois un succès retentissant!

La 37e saison de l’Été musical de Barachois s’est terminé jeudi dernier avec un concert de la violoniste Andréa Tyniec et le pianiste Stephen Runge.

La 37e saison en chiffres

La saison 2017 a vu une hausse importante du nombre de spectateurs par rapport à l’an dernier, avec au-delà de 1100 entrées. Deux spectacles ont même affiché complet soit celui de Charles Richard-Hamelin et celui de Stéphane Tétreault et Pierre-André Doucet. 22 artistes se sont produits sur scène cet été, interprétant des oeuvres de 53 différents compositeurs – dont 16 compositeurs canadiens, ce qui a permis de souligner de façon importante les célébrations du 150e anniversaire de notre pays (Ana Sokolovic, Jacques Hétu, John Greer, Kelly-Marie Murphy, Norbert Palej, Achille Fortier, Calixa Lavallée etc).

Neuf causeries préconcert, d’historiennes, d’artistes visuels, de compositeurs, d’interprètes, de comédiens ont été présentées.

La nouvelle Académie vocale de l’Été musical de Barachois

Projet qui mijotait depuis longtemps, l’Académie vocale a finalement pu voir le jour cet été. Dans le cadre de ce stage, dirigé par la soprano acadienne Nathalie Paulin et le pianiste Julien LeBlanc, six des meilleurs jeunes chanteurs et pianistes du Canada ont pu participer à des cours pendant quatre jours à l’Église historique de Barachois, avant d’offrir deux concerts, un à Barachois et un deuxième à Charlottetown, I.-P.-É.

«Quelle saison extraordinaire!», souligne Pierre-André Doucet, codirecteur artistique de l’Été musical de Barachois. «Nous cherchons toujours à développer et parfaire nos pratiques, afin d’arriver à présenter une saison artistique cohérente, vivante et vibrante. Et cette année, le public a été au rendez-vous et a permis à notre belle brochette d’artistes de s’éclater à l’Église historique de Barachois.»

«Les excellents artistes, le lieu historique et enchanteur et le public en délire ont fait de cette saison un été dont on se souviendra longtemps!», rajoute Julien LeBlanc, codirecteur artistique de l’Été musical de Barachois.

La 13e édition de la Tournée des arts se déroulera les 16 et 17 septembre

C’est avec beaucoup d’enthousiasme que la Ville de Shédiac annonce la 13e édition de La Tournée des arts de la baie de Shédiac, qui se déroulera les 16 et 17 septembre prochain de 10h à 17h. Cette année, 22 personnes participeront à la tournée qui est devenue un événement annuel auquel de nombreux visiteurs locaux et régionaux participent.

La tournée commencera avec l’artiste Brigitte LeBouthillier sur la rue Elphège à Shediac Bridge et l’événement se terminera sur le chemin Severin à Grand-Barachois avec l’artiste renommé Dave Skyrie. Entre ces deux points d’arrêt, il y aura 15 autres endroits à visiter et un large éventail d’artistes et d’artisans très talentueux seront sur place afin de présenter au public leurs créations artistiques faites à la main.

La carte du parcours est disponible au public sur le site Internet de la Ville de Shédiac au www.shediac.ca et sera également disponible dans les studios participants lors de la tournée et dans divers établissements de la région. Des renseignements sur la tournée, ses participants et la carte paraîtront dans les journaux locaux dans les jours précédant la date de l’événement.

Centre culturel Aberdeen     Nouvelle exposition de Roch Bourque

Rock Bourque

Rock Bourque

Hélène Le Pennec

La première chose qui m’interpelle en passant l’entrée de la Galerie 12 du Centre culturel Aberdeen à Moncton ce mercredi 30 aout 2017, la couleur. Mes yeux sont attirés par ces nuances de jaune, de rouge, de bleu, de vert ou encore de rose. Les formes s’entremêlent et on y devine des baigneuses dans un paysage d’été. Le regard est aussi attiré par le travail de texture de l’artiste, Roch Bourque. Natif de Moncton, Roch Bourque nous propose jusqu’au 20 septembre 2017 sa dernière exposition visible, à la Galerie 12 du Centre culturel Aberdeen.

Cela fait maintenant une vingtaine d’années que Roch Bourque pratique différentes formes d’Art et utilise différentes techniques. «Au commencement j’étais attiré par la couleur et par le dessin à l’encre de Chine. J’ai aussi essayé la poterie et poursuivit avec la peinture aquarelle. Il y a 15 ans j’ai débuté l’acrylique, j’y ai découvert les différentes textures qu’offre la technique», explique-t-il. L’artiste tient son inspiration du monde qui l’entoure et de son environnement. À ses débuts Roch Bourque vendait ses œuvres au Marché des fermiers.

Désormais il vous est possible de retrouver ses œuvres à la galerie privée Apple Art Galery, située 134, rue Church, à Moncton. Roch Bourque est d’ailleurs un artiste permanent de cette galerie tout comme Raymonde Fortin, Cecil D. Long ou encore Dolores Breau. Apple Art Galery est une véritable entreprise familiale, gérée par Nausika Breau, fille de deux artistes professionnels reconnus Dolores Breau et Cecil D. Long.

«J’expose à Apple Art et je me sens encouragé par Nausika dans mon travail. Je me trouve chanceux à mon âge d’être soutenu par cette jeunesse acadienne de Moncton», nous dit Roch Bourque. «Nous sommes la seule galerie privée commerciale, j’ai 17 artistes qui en font partie, dont certains sont des artistes permanents comme Roch. On aide les artistes en les représentant même en dehors de la province afin de promouvoir leur travail», explique Nausika Breau, propriétaire et gérante d’Apple Art Galery.

Vous êtes invités à vous rendre à la Galerie 12 du Centre culturel Aberdeen jusqu’au 20 septembre 2017 afin de découvrir ou redécouvrir le travail de Roch Bourque. Ses œuvres sont aussi visibles toute l’année à la galerie privée Apple Art Galery. Vous pouvez aussi y retrouver celles d’autres artistes comme notamment, actuellement, des œuvres d’Anne-Marie Sirois, Jared Betts, Jon Fox, Barbara Safran DeNiverville et Jacqueline LeBlanc.

Quand l’Art s’invite en campagne, dans les Champs

chaises

Hélène Le Pennec

L’Art, dans son sens large est partout et nous entoure dans notre vie quotidienne. Les musées ne sont désormais plus les seules places où il est possible d’admirer des œuvres d’art, quelques soient leurs tailles, leurs matières, la renommée des artistes. L’Art est partout, et on le retrouve même «Dans les Champs».

Si l’on sort de la ville et que l’on s’aventure dans la campagne du Nouveau-Brunswick, il est fort à penser qu’il ne sera que peu probable de tomber sur une œuvre d’art d’artistes reconnus mondialement. La communauté de Trois-Ruisseaux vient de prouver le contraire. En effet, pour la deuxième édition de «L’Art dans les Champs», cette communauté accueille, et ce jusqu’au 4 septembre, une exposition où l’on peut retrouver des œuvres d’artistes comme Rebecca Belliveau, Jared Betts, Paul Édouard Bourque, Herménégilde Chiasson, Lionel Cormier, Charles Gagnon, Amber Léger, Roméo Savoie, Nancy Schofield ou encore Robert Vanderleelie.

Pour cette deuxième édition, l’artiste invitée d’honneur est Janine Wesselmann et elle vient des États-Unis. Cette artiste de renommée mondiale expose déjà dans de nombreux musées partout dans le monde.

En 2016, la première édition de «L’Art dans les Champs» avait rassemblé autour de 250 personnes tout au long de l’exposition. Cette année vous pouvez ainsi vous rendre nombreux au 1833, Route 950, à Trois Ruisseaux, jusqu’au 4 septembre prochain. Quand l’art sort de la ville c’est à Trois-Ruisseaux qu’il se rend, mais aussi à Grand-Barachois.

Les Arts en fête

Dans le cadre du festival «Les Arts en fête», le vendredi 25 août dernier, Grand-Barachois a vu dévoilée une exposition de chaises créées par des artistes et créateurs de la région. Il est possible d’admirer ces chaises en arrière de l’Église historique de Barachois jusqu’à la fin du mois de septembre.

Parmi les créateurs de ces chaises aux couleurs multiples et histoires profondes, on retrouve Monette Léger, Nicole Cormier (Cocagne), Geneviève Borden (Dieppe), Denis Gagnon (Cocagne), ou encore Monique Morin Dupuis (Grande-Digue) et bien d’autres. Certaines s’inspirent de la vie de l’artiste, d’autres d’un instant vécu, comme par exemple la chaise assemblée selon les instructions d’un kit Ikea, je vous laisse imaginer le résultat!

Alors sortons de cette ville et allons en campagne pour découvrir tout ce que l’Art et les Artistes nous offrent sur un plateau d’herbe verte, dans un paysage tranquille et verdoyant.

L’Grand bazar-à-choix attire les gens malgré la pluie

Dora Cormier participante au Grand Bazar a choix

Dora Cormier participante au Grand Bazar a choix

Malgré la pluie, plus de 450 personnes de la région de Beaubassin-est et les environs ont visité L’Grand bazar-à-choix, samedi dernier.

Le public a apprécié la qualité du produit des exposant.e.s qui se disent satisfaits de leurs ventes.

Les enfants présents ont fré-quenté la table de bricolage en grand nombre et avec enthousiasme et se sont attardés à peindre des roches du bonheur et des coquillages.

Les chansons de Danny Vienneau et le violon de Martha Pitre ont su plaire aux visiteurs du bazar. Louise et Reg Roy ont présenté leur chant et tambour autochtone. Une expérience nouvelle pour le public.

Un sincère merci à nos parrains les Chevaliers de Colomb de Grand-Barachois, à la Société culturelle Sud Acadie et à la Communauté rurale Beaubassin-est.

Au plaisir de vous voir en 2018 en grand nombre.

Entre Art et Marché aux puces international Une fin de semaine occupée en activités à Shédiac

lesarts

Hélène Le Pennec

En fin de semaine dernière se déroulaient deux activités à proximité et à l’intérieur du Centre multifonctionnel de Shédiac. Passionnés d’art, curieux ou encore à la recherche d’objets rares, il fallait être à Shédiac pour profiter de tout cela! Et les gens étaient nombreux à visiter les deux sites.

L’intérieur du Centre multifonctionnel de Shédiac a accueilli tout au long de la fin de semaine le «Village des artistes».

Une autre date à retenir du côté des arts pour cet été, «Les Arts en Fête», du 25 au 27 aout, citoyens, artistes et artisan.e.s sont invités à créer une œuvre d’art à partir de chaises recyclées. Ces œuvres seront présentées durant le Festival en plein air sur la pelouse de l’Église historique de Barachois. Au cours de ce festival vous aurez aussi le plaisir d’entendre Fayo en spectacle le samedi 26 aout à la salle de spectacle Viola Léger ou encore participer à des ateliers de vitrail, de figurines ou encore d’écriture de chansons.

Pour plus d’informations, une inscription à des ateliers, ou encore la participation à l’exposition «Une chaise, une histoire», contactez info@sudacadie.ca ou appeler au 506-860-0413.