L’Acadie sera la délégation à l’honneur au Festival interceltique de Lorient 2012

SHÉDIAC – L’Acadie sera le «pays» à l’honneur lors de l’édition 2012 du Festival interceltique de Lorient qui aura lieu du 3 au 12 août 2012.

L’annonce a été faite en conférence de presse récemment à Lorient par le président du Festival, Noël Couëdel, le directeur Lisardo Lombardia et le ministre néobrunswickois Claude Williams.

Parlant au nom du gouvernement du Nouveau-Brunswick, Claude Williams a tenu à remercier les organisateurs du Festival.

«L’Acadie est extrêmement honorée d’avoir le privilège d’être mise en vedette lors du prochain Festival interceltique de Lorient. Nous tenons à remercier très sincèrement les représentants et la direction du Festival pour nous faire ce grand honneur. Nous pouvons presque parler d’une véritable histoire d’amour entre l’Acadie et la Bretagne dont le coup de foudre remonte à 2004 alors que nous étions présents à Lorient pour une première fois.»

Comme l’a expliqué M. Williams, l’année 2004, année à laquelle l’Acadie avait été mise à l’honneur une première fois, a été très importante.

«2004, c’était l’année du 400e de la fondation de l’Acadie. À ce moment, nous avions le cœur à la fête et nous tenions à le partager. C’est ce que Lorient nous a permis de faire de si belle façon. Avec les années, Bretons et Acadiens ont appris à mieux se connaître et nous avons constaté que nous avons beaucoup d’affinités. Ce qui est certain, c’est que nous avons toujours été accueillis de façon extraordinaire. Tous les représentants de l’Acadie qui sont passés par Lorient s’entendent sur ce point. Ils ont tous et toutes été marqués par l’accueil reçu en Bretagne.»

Retrouvailles des diplômés de l’École normale de 1960-61

GRANDE-DIGUE (G.H.) – Le 21 septembre prochain, une rencontre de retrouvailles des étudiants francophones de 1960-61 de l’École Normale aura lieu à Notre Centre de Grande-Digue.

Le comité organisateur, sous la présidence de Bernadette Bérubé, a organisé de nombreuses activités pour la journée. Le tout se termi-nera avec une soirée dansante.

Le trésorier, Normand Bourque, responsable des inscriptions, indique dans son rapport qu’il a reçu 52 confirmations jusqu’à présent.

«Nous avions quatre classes pour un total de 102 étudiants, indique Mme Bérubé. La majorité d’entre eux sont demeurés au Nouveau-Brunswick. Les autres demeurent maintenant au Québec, en Ontario, une à Vancouver et une autre au Texas. Nous avons très hâte de les revoir.»

Un retour aux sources pour Txentchela

Paysage de Maputo, derrière Txen.

par Claire Lanteigne

SHÉDIAC – Txentchela Cloé Manheia Brun est née à Maputo au Mozambique.  Elle est arrivée au Canada à l’âge de deux ans et cet été, elle est allée visiter le pays natal de sa maman Vanda, pour une deuxième fois. Et elle a trouvé le voyage super long.

«Le plus important pour moi, dit-elle, c’est de voir toute ma famille, dont ma grand-mère Argentina et mon grand-père Augusto, mes oncles, mes tantes et mes cousins et mes cou-sines. Il y en a beaucoup. Je me trouve chanceuse aussi de pouvoir parler portugais,

car c’est la langue du pays.  Je la parle chez nous avec mes parents, alors je peux communiquer avec ma famille quand j’y vais.»

Elle aime bien les bons repas préparés par sa grand-mère et son mets préféré est le xima avec une sauce d’arachides et du riz. «Là-bas, dit-elle, les yeux pétillants, les frites sont dix fois plus grosses qu’ici.»

«C’était l’hiver au Mozambique quand nous sommes allés en juin-juillet, il faisait 29 et ils avaient froid, tandis que nous avions très chaud», ajoute-t-elle.

Mais Txen a vite réalisé que la vie à Maputo est différente de celle qu’elle vit ici. «Pas de jeux électro-niques, mais des jeux tous simples et on joue beaucoup dehors», dit-elle. «Dans les petites rues, c’est de la terre et ce sont des petites maisons avec pas beaucoup de meubles. Et on conduit de l’autre côté de la rue.»

Txen est allée visiter le coin des artistes, un projet que son père Christian a mis sur pied lorsqu’il travaillait au Mozambique.  «On fait des œuvres d’arts avec des armes et des objets recyclés.»

Elle a pu apercevoir l’Afrique du Sud lorsque leur avion s’y est posé et là, il y a beaucoup plus de choses riches et des grosses maisons.

Au retour, on a également fait escale à Paris et elle a pu admirer la Tour Eiffel. Elle a constaté qu’il y avait beaucoup de métro à Paris. Elle a bien aimé tous ses oiseaux qui viennent manger dans ta main.

Même si elle était contente de revenir chez elle à Shédiac, elle aimerait bien pouvoir demeurer aux deux endroits en même temps. «Pour moi, c’est important d’être avec la famille et j’ai beaucoup de cousines et de cousins à Maputo, j’aime beaucoup ça.»

C’est certainement une belle expérience de vacances pour Txentchela qui en aura long à raconter à ses amies à son retour à l’école.

Obrigada Txentchela!

Festival d’été à Cormier-Village

CORMIER-VILLAGE – Le Festival d’été de Cormier-Village aura lieu ce dimanche 21 aout.  Voici les activités organisées à cette occasion :

– Vente de garage communautaire et une vente de produits locaux, de 10h à 15h30.

– Aménagement facile d’un jardin organique sur un espace limité, de 11h à 11h30 et de 15h à 15h30.

– Diner gratuit, de 11h30 à 13h.

– Promenade guidée dans les sentiers de l’écoparc, de 13h à 14h.

– Ouverture officielle de l’école historique de Cormier-Village (1880), de 14h à 14h45.

– Discussion table ronde sur les énergies alternatives et le développement durable, de 15h30 à 16h30.

– Souper spaghetti (7$ l’assiette), de 16h30 à 18h.

– Activités organisées pour les enfants.

Des dons pour la banque alimentaire locale seront acceptés.  Pour réserver une table ou pour plus d’information : 532-3014.

Le soutien pour la rentrée scolaire à l’intention des familles à faible revenu augmente

FREDERICTON (CNB) – Le gouvernement provincial augmentera le soutien pour la rentrée scolaire à l’intention des familles à faible revenu pour l’année scolaire 2011-2012 de 50 $ par enfant à 100 $ par enfant. Environ 13 500 familles recevront des fonds en vertu du Programme de supplément scolaire.

«Je suis heureuse que l’engagement de notre gouvernement visant à augmenter le financement permettra à des familles d’acheter des fournitures scolaires à plus de 20 000 enfants», a déclaré la ministre du Développement social, Sue Stultz. «Le plan de réduction de la pauvreté de la province – Ensemble pour vaincre la pauvreté : Le plan d’inclusion économique et sociale du Nouveau-Brunswick – indique clairement que les enfants doivent disposer des ressources nécessaires pour répondre à leurs besoins de base. Je suis fière que notre gouvernement aide à répondre à ces besoins en augmentant le financement du supplément scolaire.»

Ce programme vise à aider les enfants et les familles dont le revenu annuel brut est inférieur à 20 000 dollars et qui ont un enfant scolarisé né entre le 1er janvier 1994 et le 31 décembre 2006.

Le ministère du Développement social utilise les données de la prestation

fiscale pour enfants du Nouveau-Brunswick pour émettre des chèques dans le cadre de ce programme. Les familles qui n’ont pas reçu un chèque ou qui pensent être admissibles au programme peuvent appeler au numéro 1-855-922-6822 (numéro sans frais) pour recevoir un formulaire de demande. La date limite pour les demandes est fixée au 31 décembre.

 

De l’air frais à la ville de Dieppe : adoption d’une politique antitabac

DIEPPE – La ville de Dieppe a adopté une nouvelle politique concernant l’usage du tabac à l’extérieur de ses installations municipales lors de la réunion du conseil municipal du 8 aout.

Cette politique intitulée «Endroits sans fumée» met l’accent sur la protection de la santé de tous en adoptant des mesures antitabac à l’extérieur des installations municipales de la ville de Dieppe. Les résidents pourront donc respirer de l’air sans fumée autour des installations municipales comme les estrades, les salles de toilettes, les sentiers, les parcs, les terrains de jeux et les terrains sportifs.

«L’usage du tabac est nuisible tant pour les fumeurs que pour les gens qui respirent de la fumée secondaire, a indiqué le maire Jean LeBlanc. C’est donc pourquoi nous avons cru important d’adopter une telle politique pour minimiser les problèmes de santé associés à la fumée.»

Il y aura désormais des endroits aménagés pour les fumeurs lors de rassemblements, événements et activités organisées sur les terrains aménagés, entretenus ou appartenant à la municipalité et des enseignes seront apposées afin d’informer les résidents concernant la loi sur les endroits sans fumée.

La politique «Endroits sans fumée» entrera en vigueur à partir du 1er octobre 2011 et sera disponible sur le site internet de la municipalité au dieppe.ca.