Mario Jean a hâte de rencontrer les gens à Dieppe

Mario Jean

Normand A. Léger

L’humoriste et humaniste Mario Jean promet tout un spectacle le mardi 19 février à 19h30 au Centre des arts et de la culture de Dieppe.

Intitulé Aller de l’avant, le spectacle promet des rires aux grands éclats dans cette salle qui favorise le rapprochement entre l’artiste et le public.

«J’ai choisi comme titre Aller de l’avant pour décrire ma philosophie de la vie, a dit Mario Jean en interview avec le Moniteur Acadien. Malgré tout ce qui se passe dans la vie, on vieillit, on connait toute sorte d’événements, il faut aller de l’avant parce que c’est là que se trouve le bonheur.»

Le public en aura pour son argent avec Mario Jean, seul sur l’estrade pour environ une heure et 35 minutes. «Je veux faire plaisir aux gens dans la pièce, a ajouté l’humoriste qui performe devant un public depuis 28 ans. Je me présente comme une personne simple et proche du monde. Je ne suis pas une vedette et je n’aime pas le vedettariat. Je m’adresse aux gens de la salle et je traite avec simplicité de plusieurs sujets qui les touchent dans la vie. C’est du vrai et de la simplicité de la vie.»

Les sujets abordés, entre autres, sont l’intelligence, le vieillissement de Mario Jean, la télévision et la publicité, les enfants encore à la maison, la retraite et un numéro sur le consentement sexuel.

Il a décidé de partir en tournée parce que sa dernière datait de plus de trois ans passés. «J’aime me trouver sur scène parce que c’est mon bonheur. J’aime traiter où la société s’en va par pur bonheur. Mon spectacle est très bien accueilli jusqu’à présent. On termine le rodage et la réaction du public est très bonne. Mon objectif est de faire rire les gens et de les faire réfléchir en même temps.»

Mario Jean est fier de retourner à Dieppe pour son spectacle debout. Il a beaucoup apprécié la réaction de la foule lors de son dernier, il y a trois ans. «Les gens ont beaucoup ri et parfois je me demandais s’il y avait quelqu’un d’autre sur la scène pour les faire rire. On a eu tellement de plaisir et j’étais tellement heureux de les voir rire et apprécier l’humour. Les gens sont chaleureux et j’aime sortir des grandes salles de circuits pour aller rencontrer les gens chez-eux.»

Le meilleur de Mario Jean dans sa carrière est le fait de demeurer fidèle à soi-même. Il souligne qu’un artiste se doit de se renouveler et de laisser tomber des choses pour en apporter de nouvelles. Il a beaucoup parlé de personnages et de mode dans ses précédents spectacles et il évolue avec d’autres sujets d’intérêt.

«Je suis en très grande forme et j’ai hâte de vous rencontrer à Dieppe», a-t-il souligné en terminant. Les billets sont en vente au 506.854.ARTS (2787) ou sur le site web du CACD : https://centredes artsdieppe.ca.

Organismes invités à participer à la campagne d’inscription printemps/été

La Ville de Moncton invite les organismes sportifs locaux à la campagne «Des activités à votre gré» qui se tiendra du 1er au 30 avril 2019. La campagne aura pour but de faire connaître aux résidants les différents types de possibilités de vie saine à Moncton et de promouvoir les différentes façons d’y participer. Inscrivez votre groupe d’ici le 23 février en ligne à moncton.ca, ou en communiquant avec le service Parcs et Loisirs au 853-3516.

On souligne le Mois de l’histoire des Noirs à Shédiac

La nourriture africaine était très populaire. (Photo : Sindy Marinica)

Sindy Marinica

Plus d’une cinquantaine de personnes étaient au rendez-vous, samedi dernier, au Centre multifonctionnel de Shédiac, lors de l’événement Afro Cultures d’Ici 2019, organisé par Les Productions et Services juridiques de la  Vieille Rivière Inc.

Par cet événement, on voulait célébrer et apprécier la richesse des diverses cultures de souche africaine présentes dans la région du Sud-est du Nouveau-Brunswick.

Raymond Cormier, conseiller de la Ville de Shédiac, a souhaité la bienvenue et a rappelé à quel point la culture des noirs est importante. «Elle est le miroir du passé, mais aussi du présent puisqu’elle est le lègue aux générations futures, a-t-il dit. Cet événement aide les communautés culturelles à protéger et à promouvoir leurs connaissances traditionnelles et leurs expressions culturelles.»

«Nous avons 400 ans d’histoire africaine en Amérique du Nord et particulièrement dans les Maritimes, de dire Paryse Suddith, une organisatrice de l’événement, et cela nous a permis d’apprendre un aspect de la culture qui est quelque peu méconnue, mais très riche.»  On a entre autres parlé de plusieurs pionners noirs qui ont marqué l’histoire, tels que Viola Desmond, qui reste une icône du mouvement en faveur des droits et libertés au Canada et qui figure sur les billets de dix dollars depuis la fin 2018. Maurice Ruddick, pour sa part, était un mineur de charbon, qui a su garder le moral de ses collègues en chantant et en priant lorsqu’un puits de la mine ou ils travaillaient s’est effondré sur eux. Plus de neuf jours se sont écoulés avant que les secours parviennent à sauver Maurice Ruddick et son groupe.

Le CAFI y tenait un kiosque d’informations concernant différentes activités à ne pas manquer, telles que l’aide au devoir, les cercles de conversations en anglais de tous niveaux,  un midi un pays et bien d’autres choses à découvrir. Un retrouvait un kiosque de vêtements traditionnels africains et un autre avec des bijoux faits à la main directement d’Afrique. Le plus grand kiosque était axé sur l’histoire de la migration des Loyalistes vers le Nouveau-Brunswick.

Côté cuisine, les gens attendaient impatiemment pour acheter des mets traditionnels africains tels que du poulet grillé, des nems africains, des beignets sucrés ainsi que des verres de jus de bissap ou de jus de gingembre.  Le restaurant Darakat, de Moncton, était derrière les fourneaux pour le plaisir gustatif de tous. En attendant dans la file, les gens pouvaient admirer les beaux tableaux africains accrochés sur les murs.  «Je ne pensais pas que j’apprendrais autant de nouvelles choses ce soir, de dire Kristina Cormier, de Dieppe, et je suis surprise de la bonne façon.»

Le reste de la soirée s’est déroulé en chansons avec des musiciens de la région, des contes traditionnels africains, du tissage de cheveux et de la danse pour tous les goûts et tous les âges. Les participants ont su se réchauffer en cette soirée d’hiver avec des chansons plus rythmées les unes que les autres. Plusieur enfants Jamaïquains-Acadiens gambadaient avec plaisir entre les tables et les kiosques dans la salle, pendant que leurs parents jasaient dans la bonne humeur.

Réunion ordinaire de la Communauté rurale Beaubassin-est

La prochaine réunion ordinaire du conseil de la Communauté rurale Beaubassin-est aura lieu le mardi 19 février à 19h au 1709, route 133 à Grand-Barachois. L’ordre du jour de cette réunion mensuelle publique sera affiché sur le site Internet de la municipa- lité, au www.beaubassinest.ca, le vendredi précédant la réunion.

Toute la population est bienvenue d’assister aux délibérations des membres du conseil de Beaubassin-est. Pour plus de renseignements, veuillez composer le 532-0730.

Un nouveau départ pour Le Moniteur Acadien!

Bernard Richard est le nouveau propriétaire du Moniteur Acadien. La vente a été officialisée vendredi dernier alors que les anciens propriétaires Gilles et Edith Haché ont mis fin à 22 années à la tête de l’hebdomadaire indépendant du Sud-est. Nous reconnaissons Bernard Richard en compagnie de Gilles Haché, après la signature des documents officiels.

«Maintenant Peuple Acadien, réussirons-nous ou non? La décision est entre vos mains. Dans une entreprise comme celle-ci, la responsabilité est très grande, et la principale chose qui nous engagera à prendre cette responsabilité est l’intérêt que tous (et toutes) en général manifesteront à l’égard de notre entreprise en s’abonnant à ce journal.»

La citation reprend les mots d’Israël Landry en mars 1867 dans le Prospectus proposant la création du journal Le Moniteur Acadien. En 2019, le défi reste passablement le même. Les journaux d’un bout à l’autre du Canada ont de la misère à survivre. Pour le Moniteur, c’est le dévouement et l’acharnement de Gilles et Édith Haché qui a permis au journal de résister aux nombreuses tempêtes qu’il a affrontées. Avec une équipe très motivée, ils ont su nous livrer nos nouvelles locales à chaque semaine depuis 22 ans.

L’avenir aussi risque d’être difficile pour la presse écrite.

Il n’y a pas beaucoup d’intérêt à simplement prolonger la vie du Moniteur pour quelques mois. Non, notre espoir est de bâtir une fondation financière solide et ensuite construire un journal qui sera, plus que jamais, la fierté du Sud-est.

Ce journal doit être local pour que nous nous parlions entre nous. Il doit célébrer nos succès et partager notre bonheur de vivre dans cette belle région de l’Acadie.

Il doit aussi protéger la langue française parce qu’elle est l’héritage principal légué par nos ancêtres. Sans faire «l’éloge du chiac», il laissera quand même Delphine nous éduquer et nous divertir.

Enfin, il doit rester indépendant. Le seul hebdo de langue française du Nouveau-Brunswick qui nous appartient doit garder sa voix forte et libre.

Mais comme l’a dit Israël Landry il y a presque 152 ans, sa survie dépendra de votre volonté de le garder vivant. Vous pouvez le faire en donnant de votre temps, en abonnant d’autres membres de votre famille ou encore, si vous êtes un commerçant ou un organisme local, en achetant de la publicité. De notre côté, la «grande res- ponsabilité» que nous assumons c’est de tout faire pour que votre journal soit digne de l’appui que vous lui accorderez.

Bernard Richard

 

Un autre beau geste de partage

 Les Chevaliers de Colomb «Conseil Raoul Léger» de Haute-Aboujagane désirent encore une autre fois remercier les communautés de Cormier-Village et Haute- Aboujagane pour leur généreux dons partagés lors de la collecte de Noël.   Sur la photo nous reconnaissons de gauche à droite : Mélas Boudreau, secrétaire financier; Judson Cassidy, président du Conseil d’administration du Vestiaire St-Joseph de Shédiac et Raoul LeBlanc, grand chevalier.  En tout, 1396.25$ furent remis ainsi que 472 livres de nourriture.  Merci à vous tous et toutes!   (Photo : Gracieuseté) 

Don au projet de la Bouquinière de l’école Donat-Robichaud

Le Village de Cap-Pelé à contribué un montant de 5000$ au projet de la Bouquinière, un endroit dans l’école où les jeunes peuvent lire en toute quiétude.  Sur la photo : Hector Doiron, conseiller; Yvonne LeBlanc, mairesse adjointe; Serge Léger, maire; Sophie Jacob, enseignante et co-responsable du comité; Éliza LeBlanc, conseillère; Carole Melanson-LeBlanc, conseillère et Hector Cormier, conseiller.  Absente de la photo : Marie-Josée Comeau, enseignante et co-responsable du comité. (Photo : Gilles Haché)

Le processus du Plan rural de Cap-Pelé : une ébauche est présentée

Gilles Haché

Après trois audiences pu-bliques où la population pouvait apporter des propositions pour des améliorations, la Commission des services régionaux du Sud-Est a soumis une ébauche du nouveau Plan rural proposé

Le plan est un guide conçu pour l’aménagement du Village au cours des dix prochaines années. Il a pour objectif principal de privilégier des orientations d’aménagement visant à stimuler la croissance de l’ensemble des ressources présentes sur le territoire de la municipalité. Cette croissance sera bénéfique à l’ensemble des citoyens du Village de Cap-Pelé en améliorant la qualité de leur milieu de vie. En voici quelques grandes lignes.

Les usages résidentiels

   Afin de maximiser la capacité des infrastructures déjà présentes sur le territoire, le village encourage le développement résidentiel à proximité du centre-ville afin d’encourager une mixité des usages et ainsi encourager une vie de quartier à l’échelle humaine; vise à promouvoir la densité résidentielle dans les endroits qui sont desservis par le système des égouts sanitaire et aura pour principe de favoriser diverses catégories de logement afin de répondre aux besoins des résidents et permettre aux membres de la communauté de rester à Cap-Pelé tout au long de leur vie.

Les usages commerciaux

   Le village aura pour principe d’encourager la croissance continue d’aménagements commerciaux dans le village, surtout dans le centre-ville et le long du chemin Acadie. Afin de réduire l’impact d’un rezonage sur les propriétés résidentielles avoisinantes, le conseil examinera les points suivants : a) l’accès au stationnement hors rue et la conception du terrain de stationnement; b) la génération de trafic; c) le bruit; d) le drainage du site; e) l’aménagement paysager et les zones tampons entre les usages résidentiels; et f) tout autre aspect jugé nécessaire par le Conseil.

Les usages industriels

   Le conseil aura pour principe de reconnaître qu’il existe plusieurs usages industriels à proximité des usages résidentiels et que ces usages industriels pourraient avoir besoin d’agrandir dans le futur. Afin de réduire l’impact d’un rezonage sur les propriétés résidentielles avoisinantes, le conseil examinera les points suivants : a) l’accès au stationnement hors rue et la conception du terrain de stationnement; b) la génération de trafic; c) le bruit; d) le drainage du site; e) l’aménagement paysager et les zones tampons entre les usages résidentiels.

Parc et espaces verts

   Il est proposé de porter une attention particulière aux genres d’activités qui pourraient permettre à la population d’utiliser l’un de ses parcs à longueur d’année.  Il est proposé d’évaluer la possibilité d’aménager un sentier afin de relier le centre-ville avec d’autres endroits importants dans le village, notamment la plage de l’Aboiteau. Il est également proposé de travailler avec les partenaires régionaux afin de mettre en œuvre les recommandations pertinentes du plan directeur des loisirs.

Les usages institutionnels

   Le conseil reconnait que la démographie du village change. Il y aura un besoin pour plus de services destinés aux ainés, tels que les foyers de soins, ainsi que des services pour attirer de jeunes familles, tels que le service de garde. Il y a plusieurs services localisés dans le centre-ville, tels qu’un foyer pour personnes âgées, une bibliothèque, une église, des usages récréatifs, et l’hôtel de ville. En concentrant ces services au centre-ville, ce secteur devient facile à accéder tout en utilisant les infrastructures municipales existantes.

La préservation de l’environnement

   Le conseil a pour principe de désigner comme étant des zones environnementales les endroits écosensibles, y compris, sans toutefois s’y limiter, les terres humides et les cours d’eau. Le conseil a pour principe de faire en sorte que les aménagements dont les usages sont non conformes à l’intérieur d’une zone environnementale soient agrandis, reconstruits, réparés ou rénovés, si les exigences relatives au présent règlement ne sont pas davantage compromises et que le développement n’empiète pas davantage sur la zone tampon.

Voilà quelques-unes des propositions que vous pourrez débattre lors de l’audience publique qui aura lieu le 18 mars 2019 à 19h à l’édifice municipal et si remis en cas de mauvaise température, elle aura lieu le 25 mars au même endroit.

Suite à l’audience, le conseil devra se prononcer sur l’acceptation du Plan rural.

En bref…le conseil se dit insatisfait des travaux effectués sur le chemin St-André suite à l’installation des égouts, des démarches seront entreprises pour que le sous-contractant réaménage la rue à un niveau acceptable… la municipalité à modifié le mode de rémunération afin d’y ajouter, afin d’encourager les femmes à s’impliquer dans la politique municipale, qu’un montant de 12$ de l’heure, maximum 75$ par jour soit alloué pour payer les frais de garde… Les pompiers Réjean LeBlanc, trois ans et Roger Landry, 20 ans, ont remis leurs démissions en tant que pompiers pour le village… Le carnaval aura lieu du 18 au 24 février, de nombreuses activités sont à l’horaire… Le village n’a pas encore reçu de demande officielle pour le nouveau terrain de camping… Le village tient à remercier Tediche Home Hardware pour sa contribution pour les feux d’artifice pour souligner le début des activités du 50e… la prochaine réunion du conseil aura lieu le 4 mars 2019 à 19h.

 

Tirage 50-50 des Chevaliers de Colomb de Shédiac

La photo nous montre, de gauche à droite, Edgar Vautour, gagnant du tirage 50-50 des Chevaliers de Colomb de Shédiac du 26 janvier, qui reçoit son prix de Guy Lavigne, trésorier. Il se mérite la somme de 948$. (Photo : Gracieuseté)

La Fête des LeBlanc aura lieu le 17 août à Shédiac

Nous reconnaissons les artistes qui feront partie du spectacle «Les Retrouvailles en Acadie». (Photo : Gracieuseté)

L’Association des LeBlanc est fière d’annoncer que la Fête des LeBlanc aura lieu le 17 août à Shédiac sur le site du festival, soit le lieu de cette même célébration en 1994. La réunion en 1994 fut celle qui regroupa le plus grand nombre de personnes de toutes les 35 réunions de familles acadiennes qui eurent lieu pendant les dix jours du Congrès mondial acadien. Ce rassemblement regroupa au-delà de 8000 LeBlanc et le comité souhaite répéter ce grand succès.

Des activités variées sont prévues pour cette journée, telles que l’ordre de Daniel LeBlanc. Établi en 2016 en Acadie par l’Association des LeBlanc, l’Ordre Daniel-LeBlanc a pour but de rendre hommage aux descendants et descendantes de Daniel Le-Blanc et de Françoise Gaudet, qui ont fait preuve du plus haut niveau d’excellence personnelle et de réussite dans un domaine quelconque, contribuant ainsi de façon extraordinaire à la bonne renommée de leur ancêtre. Les candidats admissibles sont les hommes et les femmes qui font partie de la progéniture de Daniel LeBlanc, y compris les personnes qui portent un nom de famille autre que LeBlanc, ceci pour quelque raison que ce soit. Les noms des candidats seront dévoilés au mois de mai.

Dans la même veine d’idée, des ateliers et des sessions généalogiques sont prévus afin de permettre aux gens de faire la recherche de leur parenté et de la filiation des personnes et possiblement découvrir de nouveaux liens familiaux.

En après-midi, des activités pour enfants telles que des jeux gonflables, de la peinture sur visage et un spectacle pour enfants sont prévues. Stephen LeBlanc et Jean Marc LeBlanc seront aussi présents pour divertir les participants.

Un souper théâtre au homard sera aussi à l’horaire à 17h et seulement 250 billets seront disponibles. Les détails seront dévoilés prochainement. Un alternatif de repas sera aussi offert.

Comme tout le monde à un lien de parenté avec un LeBlanc, un méga spectacle ouvert à tous les cousins et cou-  sines des LeBlanc intitulé «Les Retrouvailles en Acadie» est prévu sous le chapiteau dès 19h afin de clôturer la plus grosse réunion de famille. À l’horaire, on retrouve : Bois Joli, 1755, Réveil, Hert LeBlanc, Rhéal LeBlanc et Laurie LeBlanc.

Les billets pour les événements sont disponibles dès maintenant sur le site internet www.leblanc2019.wordpress.com/ou bien sur Eventbrite.

Passe journalière (activité en après-midi) – 15$ + frais de billetterie. Passe journalière + méga spectacle – 36$ + frais de billetteries. Méga spectacle seulement – 30$ + frais de billetterie.

Pour les gens voulant vivre l’expérience VIP pour le spectacle «Les Retrouvailles en Acadie», communiquez avec E.L. Expert Gérance d’événement au 1-888-519-4448 ou bien retrouvailles_VIP@outlook.com.

Le comité organisateur est toujours à la recherche de bénévoles pour accomplir leur gros mandat. Si cela vous intéresse, vous pouvez nous faire signe par courriel au info     leblanc2019@gmail.com.