Illumination des Arbres de l’espoir

Le maire de Shédiac, Jacques LeBlanc, a procédé à l’illumination de l’Arbre de l’espoir, le 30 octobre dernier.  Plus d’une vingtaine de personnes, dont plusieurs survivants du cancer, ont assisté à la cérémonie. L’invitée spéciale était Renée Belliveau, auteure du livre «Les étoiles à l’aube».

 

Glenwood Kitchen s’engage dans la formation des jeunes de la région de Shédiac

Place aux compétences a fait l’annonce du lancement d’une initiative permettant à neuf jeunes de la région de déve-lopper des compétences essentielles à l’emploi et une expérience de travail. De gauche à droite, Brandon Robichaud, Miguel Arseneault, Ryan Pellerin, Joël LeBlanc, Robert Belliveau, gérant Glenwood Kitchen et Sophie Richard, instructrice Place aux compétences.

Une expérience à l’emploi pour les jeunes de la région de Shédiac

SHÉDIAC – C’est dans le cadre d’une visite des ateliers de l’entreprise Glenwood Kitchen de Shédiac, que Place aux compétences a fait l’annonce du lancement d’une initiative permettant à neuf jeunes de la région de développer des compétences essentielles à l’emploi et une expérience de travail.

Ce programme de formation de 12 semaines comprend six semaines de formation portant sur la sécurité au travail, les compétences recherchées par les emplo-yeurs ainsi que six semaines de travail dans le domaine de fabrication d’armoires et de mobiliers de cuisine.

Jean-Louis Caron est chargé de projets à Place aux compétences, un organisme sans but lucratif appuyant des initiatives d’entrepreneuriat communautaire et de formation à l’emploi dans les écoles du District scolaire dans le sud de la province.

«C’est important que les entreprises s’engagent directement dans la formation des jeunes de nos communautés, en partageant leur expertise et leur infrastructure pour les aider à se préparer au marché du travail,» explique-t-il.

Robert Belliveau, gérant chez Glenwood Kitchen, dit qu’ils n’ont pas hésité à s’embarquer lorsque Place aux compétences a approché l’entreprise avec ce projet.

«C’est aussi l’occasion idéale pour nous d’offrir aux jeunes une expérience qu’ils ne vivraient pas en salle de classe, c’est-à-dire une expérience valorisante, leur donnant un aperçu de la réalité du monde du travail et les attentes d’un potentiel employeur», a-t-il ajouté.

L’entreprise qui emploie 105 personnes souhaite aussi, à travers ce programme, pouvoir trouver de bons employés à long terme.

En plus de la contribution des locaux et de l’expertise des employés de Glenwood Kitchen, ce programme bénéficie de l’appui des partenaires suivants : Service Canada, dans le cadre du programme Connexions compétences, le ministère de l’Éducation postsecondaire, Formation et Travail, le ministère du Développement social, Entreprise Sud-Est, le District scolaire francophone Sud, et l’école Louis.-J.-Robichaud. L’objectif vise à former une main-d’œuvre qualifiée et de développer chez les jeunes l’autonomie, la confiance en soi et les compétences essentielles qui leur serviront sur le marché du travail tout au long de leur vie.

 

Record de « wheelie » battu à Shediac Bridge

De gauche à droite, Gilles Dupuis, Paul Arseneault (debout, sur le véhicule), Jeff Gallant, Roger LeBlanc et Paul Doucet.

SHEDIAC BRIDGE – Roger LeBlanc, de Memramcook, en compagnie de quelques-uns de ses amis, ont battu un record Guinness en effectuant un «wheelie» en VTT côte-à-côte, dimanche dernier, sur l’ancienne piste d’atterrissage de Shoreline Fuel. À leur premier essai, Roger LeBlanc, Jeff Gallant, Gilles Dupuis, Paul Doucet et Paul Arseneault ont atteint 1600 pieds pour battre le record qui était de 960 pieds. Mais à leur deuxième tentative, ils ont réussi à se rendre à la limite de la piste pour atteindre 2700 pieds (823 mètres). «Si la piste avait été plus longue, on aurait pu aller encore beaucoup plus loin, a indiqué Roger LeBlanc. Nous allons attendre pour voir si quelqu’un d’autre va essayer de battre le record et par la suite on essayera surement de faire encore mieux.»

Entreprise Sud-Est vise à encourager les jeunes de la région

Dans le cadre de la semaine de la PME, Entreprise Sud-Est a fait un don de 4500 $ aux jeunes entrepreneurs des écoles Père-Edgar-T.-LeBlanc de Grand-Barachois et Donat-Robichaud de Cap-Pelé. Dans la photo, des élèves de l’école Père-Edgar-T.-LeBlanc, en compagnie de Kim Landry, agente de développement entrepreneurship jeunesse d’Entreprise Sud-Est, Debbie Dodier, mairesse de Cap-Pelé, Maryse LeBlanc, mairesse de la Communauté rurale Beaubassin-est et Pierrette Gallant, directrice de l’école Père-Edgar-T.-LeBlanc.

GRAND-BARACHOIS – Dans le cadre de la semaine de la PME, Entreprise Sud-Est offre du financement aux jeunes entrepreneurs des écoles Père-Edgar-T.-LeBlanc de Grand-Barachois et Donat-Robichaud de Cap-Pelé.

Cet argent a été amassé lors du sixième Tournoi annuel de golf pour jeunes entrepreneurs qui a eu lieu au mois d’août dernier, à Memramcook. Grâce à l’appui des entreprises locales, les participants et les partenaires, une somme de 4500 $ fut amassée afin d’encourager les jeunes à des activités entrepreneuriales dans leur communauté.

«Nous sommes ravis qu’Entreprise Sud-Est ait choisi Beaubassin-est comme

récipiendaire de ces fonds. L’entreprenariat est un domaine important dans le

développement de toute communauté. Nous sommes choyés que nos jeunes, en collaboration avec les écoles Père-Edgar-T.-LeBlanc et Donat-Robichaud, pourront participer à des activités entrepreneuriales financées par ces argents», s’est enchanté la mairesse de la Communauté rurale Beaubassin-est, Maryse LeBlanc.

«Cette somme d’argent servira pour venir en aide à nos mini-entreprises déjà existantes, informe Pierrette Gallant, directrice de l’école Père-Edgar-T.-LeBlanc. Les classes concernées pourront faire une demande pour obtenir des fonds pour redémarrer leur entreprise en ce début d’une nouvelle année scolaire. De plus, de nouvelles demandes seront également acceptées. Les classes qui veulent se mettre en projet pourront monter leur plan d’affaires afin de recevoir des fonds. La beauté de ces projets, c’est que ce sont les élèves qui sont les initiateurs, les réalisateurs et les gestionnaires de leur projet. L’enseignant n’est plus celui qui dirige tout, mais il agit plutôt comme un guide pour ses élèves. Ce type de projet est fortement encouragé à notre école, car nous voulons que nos élèves développent des habiletés pour s’entreprendre dans leur vie et voilà un moyen par excellence. Un gros merci à Entreprise Sud-Est pour encourager nos projets communautaires.»

«La direction de l’école Donat-Robichaud veut tout simplement remercier

Entreprise Sud-Est pour avoir organisé un tournoi de golf et aussi un remerciement spécial se doit d’être envoyé à Beaubassin-est pour permettre aux jeunes de Cap-Pelé de profiter d’une belle somme d’argent pour entamer un autre partenariat avec la communauté. Cette somme va nous permettre de concrétiser, avec le comité d’entraide et le village de Cap-Pelé, un gros jardin communautaire. Le fruit de ces récoltes permettra d’aider des familles en besoin. Un projet qui saura sensibiliser les jeunes à la pauvreté et à l’entraide tout en servant un besoin essentiel chez nous», a pour sa part indiqué Debbie Dodier, directrice de l’école Donat-Robichaud.

Les jeunes ont démontré beaucoup d’intérêt à développer des petites entreprises et vont créer des partenariats avec les entreprises locales afin de stimuler l’économie de la région, a commenté Kim Landry, agente de déve-loppement entrepreneurship jeunesse d’Entreprise Sud-Est.

 

 

direction du Parti libéral du Canada Dominic LeBlanc ne sera pas de la course

Le député fédéral de Beauséjour, Dominic LeBlanc, a accordé son soutien à son grand ami de jeunesse, Justin Trudeau, dans la course à la chefferie du Parti libéral du Canada. Plusieurs députés libéraux provinciaux étaient présents au Centre des Arts et de la culture de Dieppe, vendredi dernier, lors de son annonce. Justin Trudeau a alors lancé sa campagne devant une salle comble.

 

par Gilles Haché

DIEPPE – C’est devant une salle remplie à craquer que d’entrée de jeux, Dominic LeBlanc a officiellement indiqué qu’il ne sera pas candidat à la course à la chefferie du Parti libéral du Canada.

Il profitait de la visite, vendredi dernier, à Dieppe, du seul candidat en lice, le député de Papineau et fils de l’ancien premier ministre Pierre Elliott Trudeau, Justin Trudeau, pour annoncer cette nouvelle et confirmer son appui pour la course à la chefferie qui sera soldée le 14 avril 2013.

«J’en ai discuté avec mon épouse Jolène et j’en suis venu à la conclusion qu’il serait préférable de ne pas me porter candidat et de supporter mon grand ami Justin Trudeau», a dit Dominic LeBlanc.

«J’adore les gens de l’Acadie, et je voulais que ma famille apprenne à les connaitre. C’est pour cela que j’ai passé deux semaines ici avec vous au mois d’aout dernier», a quant à lui commenté Justin Trudeau.

De nombreux députés provinciaux étaient présents ainsi que le candidat à la direction du Parti libéral provincial, Brian Gallant. Une deuxième salle a dû être utilisée pour accommoder les 400 personnes venues entendre Justin Trudeau.

Une vraie Jardinière de l’espoir

Renée Belliveau, étudiante à la polyvalente Louis-J.-Robichaud de Shédiac et auteure du livre «Les étoiles à l’aube», était du lancement de la 23e campagne de l’Arbre de l’espoir de la Fondation Hôpital Dr-Georges-L.-Dumont, jeudi dernier, à son école, en compagnie de Martin Latulippe, président de la campagne. L’étudiante de 17 ans remettra tous les profits des fonds amassés par la vente de son livre à la campagne de l’Arbre de l’espoir.

Lancement de la campagne de l’Arbre de l’espoir

SHÉDIAC – C’est parmi une foule d’élèves enthousiastes qu’a été lancée la 23e campagne de l’Arbre de l’espoir de la Fondation Hôpital Dr-Georges-L.-Dumont, jeudi dernier, à la polyvalente Louis-J.-Robichaud, à Shédiac.

Un important projet en collaboration avec les Éditions de la Francophonie a été présenté et une élève de la polyvalente Louis-J.-Robichaud, Renée Belliveau, âgée de 17 ans, a fièrement annoncé, devant ses confrères et ses consœurs, qu’elle remettra 100% des fonds amassés par la vente de son livre intitulé «Les étoiles à l’aube» à la campagne de l’Arbre de l’espoir. Le bouquin raconte avec émotion la longue lutte contre le cancer dont son père dû faire face. Son partage se veut un message d’espoir pour toutes les personnes touchées par cette maladie.

«Renée est une inspiration pour nous tous, a souligné Martin Latulippe, président de la campagne de l’Arbre de l’espoir. Par son geste, elle devient une Jardinière de l’espoir. Sans avoir vécu physiquement la maladie, elle a surmonté une épreuve difficile et elle nous confirme aujourd’hui et à travers son témoignage qu’il y a de l’espoir. Encouragez son geste de compassion en vous procurant le livre.»

En primeur, une nouvelle image de la campagne fut annoncée. Inspirée par un désir de refléter sa mission, la nouvelle image symbolise à la fois le rôle de solidarité, de mobilisateur et d’espoir pour la communauté du Nouveau-Brunswick.

Cette année encore, les fonds amassés par la campagne iront vers ses quatre principaux secteurs bénéficiaires : le Centre d’oncologie Dr-Léon-Richard, l’Auberge Mgr-Henri-Cormier, l’Institut atlantique de recherche sur le cancer (IARC) et la promotion des bonnes habitudes de vie. L’objectif financier de la campagne 2012 est de 1,4 million $.

Cette année, le point culminant de la campagne, c’est-à-dire le Radiothon de l’Arbre de l’espoir de Radio-Canada Acadie et CBC Radio, diffuseurs officiels, se déroulera au Collège communautaire du Nouveau-Brunswick à Dieppe les 29 et 30 novembre.

Visitez le www.arbredelespoir.ca pour plus d’information sur la campagne ou pour faire un don en ligne.

 

Bravo Sylvio!

Sylvio Bourque, de Grande-Digue,a remporté deux médailles d’or,
une pour la main gauche et une pourla main droite, lors des Championnats mondiaux de tir au poignet, au Brésil,en fin de semaine dernière.

Tir au poignet

Sylvio Bourque, double champion du monde

par Gilles Haché

GRANDE-DIGUE – Sylvio Bourque, de Grande-Digue, arrive de Sao Vincte, au Brésil, avec une récolte de deux médailles d’or, remportées aux Championnats mondiaux de tir au poignet.

Reconnu pour ses prouesses au tir du poignet de la main gauche, avec une quatrième victoire de suite  aux championnats mondiaux, Sylvio Bourque nous arrive également avec une médaille d’or de la main droite.

«Après quatre deuxième place avec la main droite, j’ai mis beaucoup d’effort sur mes techniques et cela a porté fruit.  Il n’y a pas seulement le bras qui travaille.   Les mains aussi sont très importantes dans la technique du tir du poignet», indique celui qui pratique ce sport depuis 34 ans.

«J’étais convaincu de remporter la victoire dans la catégorie grand Maître de 75 kg de la main gauche, mais de l’avoir remporté des deux mains est une chose dont je suis très fier», ajoute M. Bourque.

Sylvio Bourque peut se vanter d’être l’un des Canadiens qui compte le plus de médailles remportées au niveau mondial (21).

Plus de 1500 athlètes représentants 42 pays ont participé aux championnats du Brésil.

Sylvio Bourque prévoit défendre ses deux titres en Pologne, en 2013.  Mais pour cela, il faudra se qualifier aux niveaux de l’Atlantique et national.

 

L’excellence en volleyball, c’est à Shédiac qu’on l’apprend!

Trente-huit participants provenant du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse, de l’Ontario et de la Colombie-Britannique ont pris part au deuxième camp annuel de volleyball de Shédiac qui a eu lieu en juillet dernier, à l’école Monseigneur François-Bourgeois.

Succès sur toute la ligne au deuxième camp de volleyball de Shédiac

SHÉDIAC – Le deuxième camp annuel de volleyball de Shédiac a eu lieu les 24, 25, 26 et 27 juillet derniers, à l’école Monseigneur François- Bourgeois.

Des jeunes du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse, de l’Ontario et de la Colombie-Britannique ont pris part au camp, lequel fut un succès sur toute la ligne, a fièrement annoncé l’organisateur de l’événement, Robert Grandmaison.

En 2012, le nombre maximum de participants et participantes fut réduit à 38, en dépit d’une liste d’attente considérable (comparativement à 60 en 2011). Ce nombre fut respecté et a permis aux jeunes de pouvoir maximiser le nombre de contacts et de réduire considérablement le temps d’attente.

Pour une 12e  fois dans l’histoire du camp, l’entraineur invité était l’ancien membre d’Équipe Canada, Éric LeBreton. Les jeunes ont beaucoup apprécié sa présence. Son professionnalisme, ses qualités de pédagogue et sa passion sont des aptitudes requises afin de pouvoir offrir aux jeunes un encadrement de qualité supérieure.

Les jeunes ont apprécié le niveau d’intensité, les collations santé, les trois repas fournis, les tournois intérieurs et extérieurs (plage Parlee), le t-shirt souvenir, le certificat de participation et les photos.

«Ce camp est vraiment le fun et on apprend beaucoup. On n’a pas à faire des push-ups ou courir les lignes si on fait une erreur. On nous corrige immédiatement et de façon calme», a déclaré une participante.

«Chaque année, on fait des nouvelles choses. C’est très motivant et on ne perd pas de temps. Merci à Robert et Éric pour l’excellent camp», a déclaré une autre.

Selon Robert Grandmaison, il est essentiel d’avoir un ratio entraineur – athlète le plus bas possible. Lorsqu’il était l’entraineur des Aigles Bleues de l’Université de Moncton, il a dirigé pendant six étés le camp annuel. Le camp a déjà accueilli 125 participants et le nombre d’intervenants se chiffrait à 16 (ratio 1-8). Au camp de Mathieu Martin (de 1997 à 2012), 137 jeunes ont pris part au camp de 2009. Dix-sept intervenants étaient présents, ce que donnait un ratio de 1-8.

Le troisième camp de volleyball MFB aura lieu les 22, 23, 24 et 25 juillet 2013. Le nombre maximum de participantes demeurera à 38 et le nombre d’intervenants augmentera de 1 par rapport à 2012 (ratio 1 – 7.6).

«Nous allons nous assurer d’offrir un camp de grande qualité en 2013. Il faut continuer de tenir en ligne de compte qu’il y a trois types d’apprenants (visuel, auditif et kinesthésique) et de bien nourrir les apprenants en tenant compte du développement physique, mental, cognitif, éthique et émotionnel de chaque athlète», a conclu M. Grandmaison, le seul entraineur francophone en Atlantique possédant un niveau 4 en volleyball.