Un nouveau départ pour Le Moniteur Acadien!

Bernard Richard est le nouveau propriétaire du Moniteur Acadien. La vente a été officialisée vendredi dernier alors que les anciens propriétaires Gilles et Edith Haché ont mis fin à 22 années à la tête de l’hebdomadaire indépendant du Sud-est. Nous reconnaissons Bernard Richard en compagnie de Gilles Haché, après la signature des documents officiels.

«Maintenant Peuple Acadien, réussirons-nous ou non? La décision est entre vos mains. Dans une entreprise comme celle-ci, la responsabilité est très grande, et la principale chose qui nous engagera à prendre cette responsabilité est l’intérêt que tous (et toutes) en général manifesteront à l’égard de notre entreprise en s’abonnant à ce journal.»

La citation reprend les mots d’Israël Landry en mars 1867 dans le Prospectus proposant la création du journal Le Moniteur Acadien. En 2019, le défi reste passablement le même. Les journaux d’un bout à l’autre du Canada ont de la misère à survivre. Pour le Moniteur, c’est le dévouement et l’acharnement de Gilles et Édith Haché qui a permis au journal de résister aux nombreuses tempêtes qu’il a affrontées. Avec une équipe très motivée, ils ont su nous livrer nos nouvelles locales à chaque semaine depuis 22 ans.

L’avenir aussi risque d’être difficile pour la presse écrite.

Il n’y a pas beaucoup d’intérêt à simplement prolonger la vie du Moniteur pour quelques mois. Non, notre espoir est de bâtir une fondation financière solide et ensuite construire un journal qui sera, plus que jamais, la fierté du Sud-est.

Ce journal doit être local pour que nous nous parlions entre nous. Il doit célébrer nos succès et partager notre bonheur de vivre dans cette belle région de l’Acadie.

Il doit aussi protéger la langue française parce qu’elle est l’héritage principal légué par nos ancêtres. Sans faire «l’éloge du chiac», il laissera quand même Delphine nous éduquer et nous divertir.

Enfin, il doit rester indépendant. Le seul hebdo de langue française du Nouveau-Brunswick qui nous appartient doit garder sa voix forte et libre.

Mais comme l’a dit Israël Landry il y a presque 152 ans, sa survie dépendra de votre volonté de le garder vivant. Vous pouvez le faire en donnant de votre temps, en abonnant d’autres membres de votre famille ou encore, si vous êtes un commerçant ou un organisme local, en achetant de la publicité. De notre côté, la «grande res- ponsabilité» que nous assumons c’est de tout faire pour que votre journal soit digne de l’appui que vous lui accorderez.

Bernard Richard

 

Le Nouveau-Brunswick rafle les honneurs atlantiques

Les équipes du Nouveau-Brunswick ont raflé les titres lors des Championnats de ringuette de l’Atlantique, tenus à Fredericton en fin de semaine.  La photo nous montre les Hot Shots de Beauséjour qui sont les championnes Atlantique de la ringuette des -14 ans suivant leur gain de 3 à 1, sur le Wave de l’Île-du-Prince-Édouard, en finale, dimanche. (Photo : Gracieuseté)

(N.A.L.) –Les équipes du Nouveau-Brunswick ont raflé les titres lors des Championnats de ringuette de l’Atlantique, tenus à Fredericton en fin de semaine.

L’Équipe du Nouveau-Brunswick -16ans A s’est décorée d’or avec sa victoire de 8 à 4, contre les Lakers de Harbour City, en finale, dimanche. En demi- finale, Équipe N.-B. avait blanchi les Rebels de Central Nova, 7 à 0.

Les Hot Shots de Beauséjour sont les championnes Atlantique -14 ans suivant leur gain de 3 à 1, sur le Wave de l’Île-du-Prince-Édouard, en finale, dimanche. En demi- finale, Beauséjour avait gagné de justesse, 4 à 3, devant les Stingers de Codiac. Cette dernière équipe a remporté le bronze avec un gain de 5 à 2, sur le Fusion du Sud-est. Cette dernière avait perdu en demi-finale contre le Wave, 3 à 1. Les Dragons du Sud-est avaient perdu en quatre de finale, 7 à 1, contre Fusion.

Le Nouveau-Brunswick a raflé le championnat Atlantique -19ans/18 + en finale, dimanche, avec un gain de 6 à 1, contre l’Edge -19 ans. La Nouvelle-Écosse a défait UNB 6 à 5, pour le bronze.  En demi-finale, Équipe N.-B. avait blanchi la Nouvelle- Écosse, 3 à 0 et UNB a perdu 3 à 2.

Dans la division des équipes des Jeux du Canada, le N.-B. a vaincu l’Île-du Prince-Édouard, 2 à 0. Le Nouveau-Brunswick a gagné la division -16 ans AA avec une victoire de 7 à 4, sur le Wave AA de l’Île-du-Prince-Édouard.

 

Une chaîne humaine pour nourrir notre communauté!

Mercredi dernier, tous les élèves et le personnel de l’école Mgr-François-Bourgeois, de Shédiac ont formé une chaîne humaine afin de remplir un camion de nourriture non périssable et items nécessaires.   (Photo : Gracieuseté)

Annick Ouellette

Mercredi dernier, tous les élèves et le personnel de l’école Mgr-François-Bourgeois (MFB) ont formé une chaîne humaine afin de remplir un camion de nourriture non périssable et items nécessaires. Une énorme boîte fut placée à l’entrée principale de l’école 12 jours avant les vacances de Noël.

Les élèves y déposaient des aliments et items nécessaires pendant les jours suivants. Grâce à la grande générosité, une deuxième boîte a dû être ajoutée puisque la première débordait! Sans surprise, la deuxième boîte fut remplie aussi vite. Lorsque le temps est arrivé de faire le don au Vestiaire St-Joseph; l’idée d’une chaîne humaine semblait très appropriée. D’une main à l’autre, nous aidons les gens dans le besoin dans notre communauté!

N’oublions pas que les besoins sont toujours là, tout au long de l’année. Soyez généreux! Pour plus d’information : Vestiaire St-Joseph (506) 532-1147, 60, rue Vestiaire, Shédiac N.-B. E4P 2W5.

La communauté de l’école Abbey-Landry vient en aide à une des siennes

 L’école Abbey-Landry continue de démontrer sa générosité.  Depuis l’an dernier, la communauté s’est mobilisée autour du projet pour venir en aide à la petite Destiny LeBlanc.  La classe de première année de Destiny avait initié un projet pour amasser des languettes de cannettes pour contribuer à l’achat d’un nouveau fauteuil roulant pour leur amie de classe.  Les élèves se sont investis dans le projet et ont vite vu que leur travail portait fruit. Les dons sont venus de partout et plusieurs dons anonymes importants ont fait en sorte que cet automne, le projet a réussi à dépasser leur objectif en amassant une somme de 10 628,65$.  Bravo et merci à tous ceux qui ont contribué à cette belle initiative!  Sur la photo, on aperçoit Destiny, entourée des personnes qui ont contribué au projet : sa famille, ses amies, Linda LeBlanc, titulaire de première année de Destiny; Carole Brideau, l’assistante de Destiny et Pierre Roy, directeur de l’école Abbey-Landry. (Photo : Gracieuseté)

 

Succès de la partie bénéfice pour Right to Play

Plusieurs personnes ont assisté, samedi soir, à la première partie bénéfice entre les équipes bantam Boudreau et Larochelle du hockey mineur Dieppe-Memramcook, au Centre Arthur-J.-LeBlanc. La somme de 1551$ a été recueillie pour l’organisation Right To Play durant la soirée. Les organisateurs sont heureux de cette première expérience et remercient les gens et les commanditaires de la joute. La photo montre les deux équipes suivant la partie. (Photo : Normand A. Léger)

Don de 8300$ de Pépère Boîte à Lunch à l’école Grande-Digue

Pépère Boîte à Lunch (Ronald Cormier), était heureux de remettre  un chèque de 8300$ à l’école Grande-Digue, récemment. Ce montant viendra assurer que les jeunes dans le besoin n’iront pas sans collations et repas pour la prochaine année scolaire.  Nous reconnaissons, dans l’ordre habituel : Neil LeBlanc, Pépère Boîte à lunch (Ronald Cormier) et Louis Bourgeois, membres des Chevaliers de Colomb de Grande-Digue et Denise Richard, directrice de l’école. (Photo : Gracieuseté)

Claire Lanteigne

C’est avec grand plaisir que Ronald Cormier (Pépère Boîte à Lunch) a récemment remis un chèque d’une valeur de 8300$ à l’école Grande-Digue. Ce montant viendra assurer que les jeunes dans le besoin n’iront pas sans collations et repas pour les mois à venir.

«Cette somme représente la part de 2018, de dire Pépère Boîte à Lunch et dans un peu plus de deux ans, nous avons remis la belle somme de 24 889$ à l’école. Ce don servira à remplir les besoins pour 2019-2020. Cette initiative est parrainée par les Chevaliers de Colomb, Conseil Pascal-Poirier 7535, de Grande-Digue.

«On offre le petit déjeuner aux enfants qui fréquentent l’école ainsi que les collations (fruits et fromage) entre les cours, dit-il, et il n’y a pas de raison qu’un enfant ait un estomac vide à Grande-Digue. C’est très important pour leur permettre de bien apprendre en classe.»

L’année 2018 a été bien remplie d’activités pour le marathonien. Pépère Boîte à Lunch a couru trois marathons, dont la 2e édition du Marathon Pépère Boîte à Lunch, avec les élèves des écoles de la grande région. «Nous avons recueilli 4000 livres de nourriture non périssable pour le Vestiaire Saint-Joseph, dit-il, et cette année le nombre d’écoles participantes va augmenter, alors nous allons certainement ramasser plus de nourriture.

«En 2018, je n’ai pas demandé de dons à personne. Les gens sont venus à moi pour le faire et j’ai des compagnies qui m’ont dit qu’elles donneraient si on en avait besoin.»

On remarque que lors de décès, des familles demandent des dons pour Pépère Boîte à Lunch dans différentes écoles.  «J’essaie toujours d’aller au salon ou aux funérailles, dit-il, pour remercier les gens qui pensent aux enfants de leur communauté. C’est beau de voir que d’autres villages veulent aller de l’avant avec la mise sur pied de petits déjeuners.»

C’est avec émotion et les larmes aux yeux qu’il parle des enfants qu’on aide avec ce programme.  Pour lui il est inconcevable qu’un enfant ne puisse manger à sa faim. «Cette campagne n’aurait pas le même taux de succès sans l’appui de Mme Richard, la directrice de l’école Grande-Digue, et de son personnel, qui assurent que ces sous soient bien gérés et que les jeunes dans le besoin reçoivent le soutien nécessaire», ajoute-t-il.

Il a aussi donné plusieurs présentations à divers groupes et organismes au sujet de sa campagne et de l’importance de l’activité physique chez les gens du 2e âge. L’été dernier, il a également organisé une vente de garage chez-lui où il a remis les profits à la campagne et a fait un don du reste des items (incluant les meubles) au Vestiaire St-Joseph.

Une année active et positive s’annonce

Malgré une blessure à la jambe, Pépère Boîte à Lunch a débuté son entraînement pour le Marathon de Boston, qui aura lieu le 15 avril prochain. Puis le 3 juin ce sera le troisième Marathon Pépère Boîte à Lunch.

«Je vois des changements positifs pour 2019, poursuit-il, et il y aura des annonces importantes.  Je prévois que Pépère Boîte à Lunch deviendra un organisme à but non lucratif afin d’aider d’autres écoles de la région et d’ailleurs.  Le message de Pépère Boîte à Lunch est reconnu au niveau régional et d’autres écoles et régions veulent embarquer.

«Avec les réseaux sociaux, maintenant, les gens d’ailleurs s’intéressent à ce que je fais et j’ai eu des demandes d’informations de Terre-Neuve et Labrador et d’ailleurs.»

De plus, on se prépare à accepter les dons en lignes car beaucoup de gens veulent faire des dons à sa cause.  Et comme il aura 65 ans en 2019, il planifie quelque chose de spécial pour souligner cette étape de sa vie. Il a commandé un encadrement faisant la promotion de Pépère Boîte à Lunch, qu’on pourra voir lors de différentes activités.

Pépère Boîte à Lunch c’est sans contredit l’idole des élèves de Grande-Digue.  En le voyant à l’école, les jeunes s’empressent de le saluer, de lui parler et les high five sont populaires.  Le matin à 10h15 il vient s’entraîner avec eux et profite de toutes les occasions pour être présent à l’école

Pépère Boîte à Lunch aimerait souhaiter une belle saison hivernale à tous et toutes  et tout le meilleur en 2019. «Je souhaite aux enfants que leurs rêves se réalisent, conclut-il, c’est tellement important d’aller au bout de ses rêves.»

Des jeunes sportives pensent aux familles défavorisées

Lors d’une partie de ringuette récemment, un groupe remarquable de jeunes filles membres des équipes de ringuette Beauséjour U12 Hot Shots et Codiac U12 Stingers ont décidé d’organiser une collecte de jouets pour aider les communautés à Noël.  Tous les jouets sur la photo ont été distribués parmi des familles dans le besoin. En fin de soirée, les deux équipes se sont rencontrées pour une soirée de chocolat chaud et d’amitié.  C’est remarquable de voir le travail accompli par ces jeunes filles sur la glace et l’amitié créée hors glace. L’équipe Beauséjour est composée de filles de Shédiac, Cap-Pelé, Memramcook et Kent-Sud, tandis que Codiac comprend des filles de Dieppe et Moncton. (Photo : Gracieuseté)

 

Frédéric Desclos fait Chevalier de l’Ordre du mérite agricole

Lors d’une cérémonie au Consulat de France à Moncton et Halifax, lundi soir, la consule madame Laurence Monmayrant a décerné l’Ordre du mérite agricole à Frédéric Desclos, co-propriétaire d’Adorable Chocolat, de Shédiac. Nous reconnaissons, de gauche à droite : Ginette Ahier, co-propriétaire d’Adorable Chocolat; Frédéric Desclos et Madame Monmayrant. (Photo : Claire Lanteigne)

Claire Lanteigne

Lors d’une cérémonie au Consulat de France à Moncton et Halifax, lundi soir, la consule madame Laurence Monmayrant a décerné l’Ordre du mérite agricole à Frédéric Desclos, co-propriétaire d’Adorable Chocolat, de Shédiac.

«Cette distinction honorifique française date de 1883, de dire Madame Monmeyrant, et récompense entre autres des personnes ayant rendu des services marquants à l’agriculture, à la filière agroalimentaire et à la gastronomie.»

Elle a souligné l’esprit d’entrepreneur et de créativité de M. Desclos, qui partage son savoir faire d’artisan français à Shédiac. «Vous vous êtes inséré dans le tissu local où vous partagez votre savoir et faites des produits de grande qualité», a-t-elle ajouté, en relatant son parcours professionnel.

«En vous associant avec Ginette Ahier, vous faites de grandes créativités pour tous les goûts avec une clientèle que vous surprenez autant à votre boutique de Shédiac qu’au Marché de Dieppe.»

Le nouveau Chevalier de l’Ordre du mérite agricole s’est dit heureux de l’honneur reçu de sa France natale et de le partager en compagnie d’ami.e.s. «Je suis venu ici pour partager ce que je connaissais», a-t-il dit, soulignant l’apport de son ex-épouse et de ses deux enfants. Ce sont trois personnes qui nous ont encouragés à déménager dans la région et je suis heureux d’y être installé.

«Quand j’ai rencontré Ginette Ahier, elle aussi chocolatière, nous avons décidé de travailler ensemble au lieu d’être compétiteurs. Nous avons une équipe qui fonctionne bien et il semble maintenant que la retraite ne sonnera pas aussi tôt que je pensais», a-t-il ajouté.

 

Plus de 1,8 millions $ ramassés au Radiothon de l’Arbre de l’espoir

La 30e édition du Radiothon de l’Arbre de l’espoir a connu un succès électrisant en récoltant plus de 1 801 936$ vendredi, lors de l’activité tenue au Collège communautaire de Dieppe.  La photo nous montre les Dames d’Acadie de Dieppe qui ont présenté un chèque de 14 160,14$ suivant un nombre de collectes de fond. (Photo : Normand A. Léger)

(N.A.L.) –La 30e édition du Radiothon de l’Arbre de l’espoir a connu un succès électrisant en récoltant plus de 1 801 936$ vendredi, lors de l’activité tenue au Collège communautaire de Dieppe.

Groupes, individus, compagnies, écoles et organismes, les gens du Nouveau-Brunswick et d’ailleurs ont été généreux pour une autre année dans l’esprit des fêtes pour aider à combattre le cancer à travers ce radiothon, qui couvre la province. La somme totale dépasse de 200 000$ celle de l’an dernier et le chèque du Tour de l’espoir est le double de l’an dernier.

Pour une deuxième année, les coprésidents de la campagne étaient Denis Larocque et Joannie Benoit. La journée de vendredi s’est terminée avec la présentation d’un chèque de 300 000$ de la part des participants du Tour de l’espoir, tenu en juillet avec 140 cyclistes qui ont parcouru la province à scelle.

Plusieurs personnes se sont présentées au Collège communautaire du Nouveau-Brunswick, Campus de Dieppe tout au long de la journée pour présenter leur chèque. Certains travaillent à l’année longue pour recueillir ces fonds.

La journée a été haute en émotion avec les témoignages de plusieurs survivants, dont le ministre Dominic LeBlanc, le directeur scientifique de l’Institut de recherche sur le cancer, Rodney Ouellette et Diana Dupuis, de Grande-Digue, entre autres. Les centaines de gens présents ont souvent applaudi les efforts des gens pour recueillir les sommes présentées ou les témoignages émouvants des survivant.e.s. Le 30e anniversaire de l’événement a été souligné avec Gilles Beaulieu, un organisateur de la première heure, la docteure Nicole LeBlanc, ancienne présidente du comité organisateur et le coprésident actuel Denis Larocque.

Les élèves de plusieurs écoles participent à cette collecte de fonds en organisant des journées thématiques, des ventes de toute sorte et autres. Les fonds recueillis permettront la réalisation de différents projets dans cinq grands secteurs : le Centre d’oncologie Dr-Léon-Richard, l’Auberge Mgr-Henri-Cormier, les unités satellites du nord du Nouveau-Brunswick, la recherche contre le cancer et la promotion de saines habitudes de vie.

La radiothon était coanimé par Martine Blanchard et Janic Godin, des animateurs de Radio-Canada-Acadie.

Cap-Pelé Esso recueille 50 635$ pour l’Arbre de l’espoir

Pour sa deuxième campagne de l’Arbre de l’espoir, Christine Duguay, la propriétaire de Cap-Pelé Esso s’était fixé un objectif de 25 000$ pour souligner le 25e anniversaire d’opération de son commerce.  Mais c’est la magnifique somme de 50 635$ qui a été contribuée par la communauté de Cap-Pelé et des environs pour cette belle cause.  Nous apercevons sur la photo, Christine Duguay, entourée de son personnel et de gens de la communauté, lors du dévoilement du montant, dimanche après-midi. (Photo : Darlene Gaudet)

Campagne de l’Arbre de l’espoir de Cap-Pelé Esso

Claire Lanteigne

La campagne de l’Arbre de l’espoir de Cap-Pelé Esso, a recueilli la magnifique somme de 50 635$ pour sa deuxième année.  Christine Duguay, la propriétaire du commerce, s’était fixé un objectif de 25 000$ pour sa deuxième participation à la campagne. Lors de sa première campagne l’an dernier, elle avait amassé la magnifique somme de 23 100 70$.

«Je ne reviens pas de la générosité des gens de la communauté, de dire la jeune femme d’affaires fatiguée, mais très émue. Le lancement de la campagne a eu lieu le 24 septembre et je ne fais pas de sollicitation, mais je laisse les gens venir ici et tout un momentum a été créé comme l’an dernier. C’était vraiment excitant et émouvant de voir tous ces gens, petits et grands, venir faire leur part. C’est incroyable de voir comment l’union fait la force et toute la communauté a embarqué, même des gens de l’extérieur y ont participé.

«Je crois beaucoup en la cause de l’Arbre de l’espoir, dit-elle, car il y a plusieurs personnes autour de moi qui ont eu le cancer ou l’ont encore, dont ma mère et des ami.e.s de mon âge.

«Comme l’an passé, on vendait des petits sapins de Noël à 2$ et les murs du commerce sont bien décorés en vert. On prenait également la photo de tous ceux et celles qui faisaient des dons et on les affichait sur la page Facebook du commerce. Chaque jour je pensais à qui j’allais photographier pendant la journée et parfois je pensais à tel ou tel scénario qu’on allait faire, comme chanter, danser ou sauter, c’était très motivant», d’ajouter Christine.

La vente de billets sur un panier valant 350$ a rapporté la jolie somme de 2100$ et il a été gagné par Gilles LeBlanc, de Barachois.

Rendue à la dernière journée, vendredi dernier, Christine n’était qu’à environ 2000$ du 50 000$.  En discutant avec Sir Camille Léger, comme elle aime bien appeler ce grand bénévole de l’Arbre de l’espoir, il lui a demandé de vérifier s’il manquait de gros donateurs de l’an dernier.  «C’est là que j’ai vu que Russell Jacob, de Westmorland Fisheries n’était pas venu. Je lui ai envoyé un texto et il m’a demandé le montant qui manquait et me l’a apporté.  J’ai bien célébré avec Camille quand on a atteint ce beau montant. C’est juste extraordinaire.

«Au début quand j’ai fixé mon objectif à 25 000$, je pensais que je pourrais peut-être me rendre à 40 000$ mais jamais à 50 000$.  Les gens d’ici ont de grands cœurs et c’est ça une communauté qui s’appuie.»

Cheryl LeBlanc, la vice-présidente pour Westmorland au Cabinet provincial de la campagne de l’Arbre de l’espoir n’en revient pas de la campagne de Christine. «C’est comme un miracle, je savais quelle allait atteindre son but, mais le double wow!!! Mais ce  n’est pas surprenant, car elle est si positive et elle attire toute cette énergie à elle, quelle belle campagne qu’elle a menée avec son équipe de Cap-Pelé Esso, d’ajouter Cheryl. Elle donne des hugs, écoute les histoires des gens et les Kleenex ne sont jamais loin.  Elle est incroyable.»

Christine remercie son   personnel qui l’aide beaucoup pour le succès de la campagne. Elle remercie également Lise LeBlanc, qui a recueilli 5020$ avec son activité; Samuel Richard, Lise Vautour, Émily et Don Gallant, Cheryl et sa sœur Rachel Boudreau qui ont sauté à l’eau lorsqu’on a atteint 30 000$; Lise Cécile et Gilles Cormier, Sir Camille Léger et son mari Ronald Bourque. «Tout au long de la campagne, conclut-elle, Cheryl est comme ma Red Bull et me donne l’énergie qu’il faut pour y arriver.»