Frédéric Desclos fait Chevalier de l’Ordre du mérite agricole

Lors d’une cérémonie au Consulat de France à Moncton et Halifax, lundi soir, la consule madame Laurence Monmayrant a décerné l’Ordre du mérite agricole à Frédéric Desclos, co-propriétaire d’Adorable Chocolat, de Shédiac. Nous reconnaissons, de gauche à droite : Ginette Ahier, co-propriétaire d’Adorable Chocolat; Frédéric Desclos et Madame Monmayrant. (Photo : Claire Lanteigne)

Claire Lanteigne

Lors d’une cérémonie au Consulat de France à Moncton et Halifax, lundi soir, la consule madame Laurence Monmayrant a décerné l’Ordre du mérite agricole à Frédéric Desclos, co-propriétaire d’Adorable Chocolat, de Shédiac.

«Cette distinction honorifique française date de 1883, de dire Madame Monmeyrant, et récompense entre autres des personnes ayant rendu des services marquants à l’agriculture, à la filière agroalimentaire et à la gastronomie.»

Elle a souligné l’esprit d’entrepreneur et de créativité de M. Desclos, qui partage son savoir faire d’artisan français à Shédiac. «Vous vous êtes inséré dans le tissu local où vous partagez votre savoir et faites des produits de grande qualité», a-t-elle ajouté, en relatant son parcours professionnel.

«En vous associant avec Ginette Ahier, vous faites de grandes créativités pour tous les goûts avec une clientèle que vous surprenez autant à votre boutique de Shédiac qu’au Marché de Dieppe.»

Le nouveau Chevalier de l’Ordre du mérite agricole s’est dit heureux de l’honneur reçu de sa France natale et de le partager en compagnie d’ami.e.s. «Je suis venu ici pour partager ce que je connaissais», a-t-il dit, soulignant l’apport de son ex-épouse et de ses deux enfants. Ce sont trois personnes qui nous ont encouragés à déménager dans la région et je suis heureux d’y être installé.

«Quand j’ai rencontré Ginette Ahier, elle aussi chocolatière, nous avons décidé de travailler ensemble au lieu d’être compétiteurs. Nous avons une équipe qui fonctionne bien et il semble maintenant que la retraite ne sonnera pas aussi tôt que je pensais», a-t-il ajouté.

 

Plus de 1,8 millions $ ramassés au Radiothon de l’Arbre de l’espoir

La 30e édition du Radiothon de l’Arbre de l’espoir a connu un succès électrisant en récoltant plus de 1 801 936$ vendredi, lors de l’activité tenue au Collège communautaire de Dieppe.  La photo nous montre les Dames d’Acadie de Dieppe qui ont présenté un chèque de 14 160,14$ suivant un nombre de collectes de fond. (Photo : Normand A. Léger)

(N.A.L.) –La 30e édition du Radiothon de l’Arbre de l’espoir a connu un succès électrisant en récoltant plus de 1 801 936$ vendredi, lors de l’activité tenue au Collège communautaire de Dieppe.

Groupes, individus, compagnies, écoles et organismes, les gens du Nouveau-Brunswick et d’ailleurs ont été généreux pour une autre année dans l’esprit des fêtes pour aider à combattre le cancer à travers ce radiothon, qui couvre la province. La somme totale dépasse de 200 000$ celle de l’an dernier et le chèque du Tour de l’espoir est le double de l’an dernier.

Pour une deuxième année, les coprésidents de la campagne étaient Denis Larocque et Joannie Benoit. La journée de vendredi s’est terminée avec la présentation d’un chèque de 300 000$ de la part des participants du Tour de l’espoir, tenu en juillet avec 140 cyclistes qui ont parcouru la province à scelle.

Plusieurs personnes se sont présentées au Collège communautaire du Nouveau-Brunswick, Campus de Dieppe tout au long de la journée pour présenter leur chèque. Certains travaillent à l’année longue pour recueillir ces fonds.

La journée a été haute en émotion avec les témoignages de plusieurs survivants, dont le ministre Dominic LeBlanc, le directeur scientifique de l’Institut de recherche sur le cancer, Rodney Ouellette et Diana Dupuis, de Grande-Digue, entre autres. Les centaines de gens présents ont souvent applaudi les efforts des gens pour recueillir les sommes présentées ou les témoignages émouvants des survivant.e.s. Le 30e anniversaire de l’événement a été souligné avec Gilles Beaulieu, un organisateur de la première heure, la docteure Nicole LeBlanc, ancienne présidente du comité organisateur et le coprésident actuel Denis Larocque.

Les élèves de plusieurs écoles participent à cette collecte de fonds en organisant des journées thématiques, des ventes de toute sorte et autres. Les fonds recueillis permettront la réalisation de différents projets dans cinq grands secteurs : le Centre d’oncologie Dr-Léon-Richard, l’Auberge Mgr-Henri-Cormier, les unités satellites du nord du Nouveau-Brunswick, la recherche contre le cancer et la promotion de saines habitudes de vie.

La radiothon était coanimé par Martine Blanchard et Janic Godin, des animateurs de Radio-Canada-Acadie.

Cap-Pelé Esso recueille 50 635$ pour l’Arbre de l’espoir

Pour sa deuxième campagne de l’Arbre de l’espoir, Christine Duguay, la propriétaire de Cap-Pelé Esso s’était fixé un objectif de 25 000$ pour souligner le 25e anniversaire d’opération de son commerce.  Mais c’est la magnifique somme de 50 635$ qui a été contribuée par la communauté de Cap-Pelé et des environs pour cette belle cause.  Nous apercevons sur la photo, Christine Duguay, entourée de son personnel et de gens de la communauté, lors du dévoilement du montant, dimanche après-midi. (Photo : Darlene Gaudet)

Campagne de l’Arbre de l’espoir de Cap-Pelé Esso

Claire Lanteigne

La campagne de l’Arbre de l’espoir de Cap-Pelé Esso, a recueilli la magnifique somme de 50 635$ pour sa deuxième année.  Christine Duguay, la propriétaire du commerce, s’était fixé un objectif de 25 000$ pour sa deuxième participation à la campagne. Lors de sa première campagne l’an dernier, elle avait amassé la magnifique somme de 23 100 70$.

«Je ne reviens pas de la générosité des gens de la communauté, de dire la jeune femme d’affaires fatiguée, mais très émue. Le lancement de la campagne a eu lieu le 24 septembre et je ne fais pas de sollicitation, mais je laisse les gens venir ici et tout un momentum a été créé comme l’an dernier. C’était vraiment excitant et émouvant de voir tous ces gens, petits et grands, venir faire leur part. C’est incroyable de voir comment l’union fait la force et toute la communauté a embarqué, même des gens de l’extérieur y ont participé.

«Je crois beaucoup en la cause de l’Arbre de l’espoir, dit-elle, car il y a plusieurs personnes autour de moi qui ont eu le cancer ou l’ont encore, dont ma mère et des ami.e.s de mon âge.

«Comme l’an passé, on vendait des petits sapins de Noël à 2$ et les murs du commerce sont bien décorés en vert. On prenait également la photo de tous ceux et celles qui faisaient des dons et on les affichait sur la page Facebook du commerce. Chaque jour je pensais à qui j’allais photographier pendant la journée et parfois je pensais à tel ou tel scénario qu’on allait faire, comme chanter, danser ou sauter, c’était très motivant», d’ajouter Christine.

La vente de billets sur un panier valant 350$ a rapporté la jolie somme de 2100$ et il a été gagné par Gilles LeBlanc, de Barachois.

Rendue à la dernière journée, vendredi dernier, Christine n’était qu’à environ 2000$ du 50 000$.  En discutant avec Sir Camille Léger, comme elle aime bien appeler ce grand bénévole de l’Arbre de l’espoir, il lui a demandé de vérifier s’il manquait de gros donateurs de l’an dernier.  «C’est là que j’ai vu que Russell Jacob, de Westmorland Fisheries n’était pas venu. Je lui ai envoyé un texto et il m’a demandé le montant qui manquait et me l’a apporté.  J’ai bien célébré avec Camille quand on a atteint ce beau montant. C’est juste extraordinaire.

«Au début quand j’ai fixé mon objectif à 25 000$, je pensais que je pourrais peut-être me rendre à 40 000$ mais jamais à 50 000$.  Les gens d’ici ont de grands cœurs et c’est ça une communauté qui s’appuie.»

Cheryl LeBlanc, la vice-présidente pour Westmorland au Cabinet provincial de la campagne de l’Arbre de l’espoir n’en revient pas de la campagne de Christine. «C’est comme un miracle, je savais quelle allait atteindre son but, mais le double wow!!! Mais ce  n’est pas surprenant, car elle est si positive et elle attire toute cette énergie à elle, quelle belle campagne qu’elle a menée avec son équipe de Cap-Pelé Esso, d’ajouter Cheryl. Elle donne des hugs, écoute les histoires des gens et les Kleenex ne sont jamais loin.  Elle est incroyable.»

Christine remercie son   personnel qui l’aide beaucoup pour le succès de la campagne. Elle remercie également Lise LeBlanc, qui a recueilli 5020$ avec son activité; Samuel Richard, Lise Vautour, Émily et Don Gallant, Cheryl et sa sœur Rachel Boudreau qui ont sauté à l’eau lorsqu’on a atteint 30 000$; Lise Cécile et Gilles Cormier, Sir Camille Léger et son mari Ronald Bourque. «Tout au long de la campagne, conclut-elle, Cheryl est comme ma Red Bull et me donne l’énergie qu’il faut pour y arriver.»

L’or pour trois équipes de la région!

Trois personnes méritantes intronisées au Mur de la renommée de Shédiac

La Ville de Shédiac a procédé le 8 novembre à l’intronisation de trois nouveaux membres au Mur de la renommée, lors d’une cérémonie au Centre multifonctionnel de Shédiac. Sur la photo, de gauche à droite : Patricia Bourque-Chevarie, maire adjointe de la Ville de Shédiac; Omer LeBlanc, catégorie Bénévole; Priscilla Guéganne Doucet, catégorie Culture et Émile Duprée, catégorie Sport, posent fièrement avec les dessins exécutés par Monette Léger. (Photo : Gilles Haché)

La Ville de Shédiac a procédé le 8 novembre à l’intronisation de trois nouveaux membres au Mur de la renommée, lors d’une cérémonie au Centre multifonctionnel de Shédiac.

Cet événement spécial souligne les réalisations de personnes qui ont contribué à la qualité de vie à Shédiac. Les nouveaux membres sont Priscilla Guéganne Doucet Catégorie Culture: Artiste multidisciplinaire autochtone de profession, Guéganne Doucet a su faire rayonner ses oeuvres à l’échelle nationale et internationale, ce qui lui a valu plusieurs distinctions. Elle a dû faire preuve de persévérance dans son travail et est toujours restée fidèle à ses convictions. Ses oeuvres sont inspirées de son patrimoine et de son imaginaire.

Emile DupréeCatégorie Sport: Un lutteur/promoteur professionnel canadien.  Sa carrière de lutteur l’a amené à voyager un peu partout dans le monde.  En 1977, M. Duprée a démarré une entreprise appelée Atlantic Grand Prix Wrestling dans sa ville natale de Shédiac. Son dévouement envers le sport de la lutte lui a apporté de nombreuses récompenses.  Par contre, l’occasion de témoigner des réussites des lutteurs qu’il a pris sous son aile et les amitiés qu’il a nouées en cours de route sont les récompenses qui lui tiennent le plus à coeur.  Plusieurs le décrivent comme étant une personne généreuse, passionnée et altruiste.

Omer LeBlancCatégorie Bénévole: Un philanthrope, une personne qui aime le genre humain, qui se dévoue à aider les autres et à rendre la vie des gens plus facile.  Il fut l’instigateur, le militant et le maître d’oeuvre pour l’agrandissement de l’aréna Festival en 1996.  Il a l’ardent désir d’aider les gens et pour cette raison, il participa à deux voyages humanitaires en Haïti.  Il est une personne remplie d’émotions qui se préoccupe davantage des besoins et des désirs des autres que des siens.

Des coquelicots sont remis aux élèves de l’école Donat-Robichaud

La photo nous montre Marty Smith, de la Légion royale canadienne de Cap-Pelé, qui a remis des coquelicots aux élèves de l’école Donat-Robichaud de Cap-Pelé, lundi dernier.  (Photo : Mike Thibodeau)

Les élèves des écoles LJR et PETL nettoient leur environnement!

La Chambre de commerce Cap-Pelé-Beaubassin-est reconnait des entrepreneurs et des bénévoles

Les récipiendaires des différents prix présentés lors de la Soirée de reconnaissance de la Chambre de commerce de Cap-Pelé-Beaubassin-est tenue le 18 octobre dernier au Centre de Saint-André-LeBlanc.  De gauche à droite : Josée Doiron, présentation spéciale; Archille LeBlanc, Prix-personne pionnière; Euloge Richard et Kristal LeBlanc, tous deux récipiendaires du Prix du président; Lise Cormier, récipiendaire du Prix CBDC, femme entrepreneure de l’année 2018; Phabien Doiron, de PHD Eco-Air, qui a reçu le Prix Charles-Yvon-Landry, entrepreneur masculin de l’année 2018 et Albert E. LeBlanc, président de la Chambre de commerce Cap-Pelé-Beaubassin-est. (Photo : Gilles Haché)

Gilles Haché

Plus de 240 personnes étaient présentes à la Soirée de reconnaissance de la Chambre de commerce Cap-Pelé-Beaubassin-est, organisée pour reconnaitre des entrepreneurs et bénévoles de la région,  le 18 octobre dernier, au Centre de Saint-André-LeBlanc.

Le Prix de la personne pionnière de l’année a été remis à Archille LeBlanc homme d’affaires fondateur de A. LeBlanc Paving, de Haute-Aboujagane, et impliqué dans sa communauté.

Le Prix du président 2018 féminin a été attribué à  Kristal LeBlanc, directrice générale du Centre de ressources et de crises fami-    liales Beauséjour, en raison de son énorme contribution à la communauté.  Le Prix du président masculin a été décerné à Euloge Richard pour ces nombreuses années de services à la communauté.

Le Prix CBDC pour l’entrepreneure féminine CBDC de l’année a été remis à Lise Cormier, propriétaire de la  Garderie aux pays des merveilles.

Le Prix Charles-Yvon-Landry pour l’entrepreneur masculin de l’année fut remis à Phabien Doiron, propriétaire de PHD Eco-Air.

La Chambre de commerce a décerné deux bourses de 500$ chacune. Les récipiendaires sont Jérémie Vautour, et Nadia Belliveau de Cap-Pelé.

La Chambre de commerce Cap-Pelé-Beaubassin-est compte 186 membres et offre différents moyens d’économie pour les entreprises.

 

Le 9e Festival Parlures d’icitte est une grande réussite!

 

La Société culturelle de la Vallée de Memramcook a présenté cette semaine son neuvième Festival Parlures d’icitte, une édition qui a eu un succès retentissant avec plusieurs de ses activités présentées à guichet fermé.

Dès la Soirée d’antan, qui lançait le festival, il était facile de voir que le public serait au rendez-vous. Le Restaurant LeBlanc était plein à capacité. S’en ai suivi la Soirée Cabaret, l’activité de conte pour enfants avec Féeli Tout et le Souper-Théâtre des Dames d’Acadie qui a dû ajouter une représentation.

Pour l’activité «Les morts ont des choses à dire», ce n’est pas une, mais deux représentations qui ont dû être ajoutées à l’horaire. Des membres de la Société d’histoire de Memramcook ont personnifié neufs défunts qui reposent au cimetière de l’église Saint-Thomas. Cette activité sera sûrement reprise l’an prochain avec de nouvelles histoires.

Clara Dugas, la conteuse invitée pour cette édition, a beaucoup plu aux spectateurs. Ses histoires de sa famille, sa mère, sa grand-mère… En sortant de la soirée cabaret, un nouveau fan a dit aux organisateurs qu’il l’aurait bien écoutée pendant des heures.

Le festival s’est terminé avec un spectacle familial à l’école Abbey-Landry de Memramcook mettant en vedette de jeunes conteurs, Madame Dugas, Iz Ouellet et la chorale de l’école sous la direction de Chris Wheaton. Izabelle a tant aimé son expérience qu’elle pense inclure la chorale de l’école sur une chanson de son prochain album.

En 2019, ce sera le dixième festival qui prend de l’ampleur tout en mettant de l’avant la tradition des arts de la parole dans la Vallée de Memramcook. Déjà, le comité planifie de belles surprises et des occasions pour tous de raconter leur histoire.

Prix littéraire Antonine-Maillet-Acadie Vie   Alexis Bourque remporte le Prix Volet Jeunesse Richelieu

Alexis Bourque, de Grande-Digue a remporté le Prix Volet Jeunesse Richelieu du Prix littéraire Antonine-Maillet-Acadie Vie, jeudi soir, lors d’une cérémonie à l’ouverture du Salon du livre de la Péninsule acadienne à Shippagan.  Il a ensuite passé les deux journées suivantes au salon afin de faire la promotion de son livre.  On le reconnaît en compagnie de Sébastien Bérubé, d’Edmundston, qui a pour sa part remporté le Prix Annuel 2018 avec son recueil de poésie. (Photo : Ginette Bourque)

Le Prix littéraire Antonine-Maillet-Acadie Vie a marqué son 20e anniversaire de belle façon en remettant le Prix Quinquennal à Hélène Harbec, de Moncton; le Prix Annuel à Sébastien Bérubé, d’Edmundston et le Prix Volet Jeunesse Richelieu à Alexis Bourque, de Grande-Digue. Comme le veut la tradition, la cérémonie de remise s’est tenue jeudi soir, dans le cadre de la soirée d’ouverture du Salon du livre de la Péninsule acadienne, qui fête cette année son 15e anniversaire.

Hélène Harbec est la première femme à recevoir le Prix Quinquennal, qui vise à reconnaître l’artiste pour l’ensemble de son œuvre. Madame Harbec n’en est pas à ses premiers galons littéraires puisque le Prix littéraire Antonine-Maillet-Acadie Vie a reconnu l’excellence de ses écrits à deux reprises, lui ayant octroyé son Prix Annuel en 2002 pour le recueil «Va» publié aux éditions Perce-Neige et en 2014 pour «L’enroulement des iris» publié aux Éditions du Noroît. Dans son texte d’appréciation, le Jury du Prix a tenu à souligner «la très grande qualité de l’œuvre de madame Harbec et son formidable apport à la littérature acadienne.»  La lauréate a reçu un certificat, une médaille en bronze gravée à son nom ainsi qu’une bourse de 5000$.

Sébastien Bérubé a pour    sa part remporté le Prix Annuel 2018 avec son recueil de poésie «Là où les chemins de terre finissent» publié aux Éditions Perce-Neige. Le Jury a souligné le style sobre et le rythme entraînant de ses écrits. «Là où les chemins de terre finissent, confirme, à n’en pas douter, l’immense talent d’un artiste acadien émergent habile à faire résonner notre humanité commune.»  Le lauréat du Prix Annuel a reçu un certificat, une médaille en bronze gravée à son nom ainsi qu’une bourse de 4000$.

Alexis Bourque a quant à lui accepté avec beaucoup d’émotion le Prix Volet Jeunesse Richelieu avec un recueil de textes choisis incluant entre autres récit, conte et  monologue.  Le jeune adolescent a séduit le Jury notamment «par la fraicheur de son style et de ses mondes imaginaires, ainsi que par sa compréhension des ressorts de l’écriture littéraire.» Le jeune Alexis ne se cache pas d’avoir une grande admiration pour  la marraine du Prix littéraire, Antonine Maillet, et incarne depuis déjà plusieurs années Mouque, un personnage conteur au Pays de la Sagouine, créant et livrant ses propres monologues.  Le lauréat a reçu un certificat ainsi qu’une bourse de 1000$.

Madame Antonine Maillet, ne pouvant être présente à l’événement, a comme toujours tenu à adresser un message aux finalistes et lauréats du Prix, intitulé En quête d’une vie, leur partageant ses réflexions sur la quête incessante de l’écrivain qui aspire à écrire le livre de sa vie. «Je cherche encore à écrire le livre de ma vie.  Depuis toujours je cours après.  Bien avant de savoir écrire, alors que je ne connaissais des mots que leur sonorité, leurs liens les plus élémentaires, à peine leur sens, sauf pour les mots de la plus stricte nécessité (…) je faisais mon livre, le livre qui dévorerait le firmament, sauterait à cloche-pied par-dessus l’horizon, se glisserait au cœur des heures qui s’enfilent les unes dans les autres comme un collier qui fait plusieurs fois le tour du globe.  Si je parvenais, à force de creuser, à déterrer toutes ces heures, je retrouverais d’un seul coup le livre de ma vie.»