Les Rams de Shédiac sont les champions provinciaux -18 ans au soccer

 Les Rams de Shédiac sont les champions -18 ans du Nouveau-Brunswick au soccer masculin, suivant leur blanchissage de 3 à 0 de Western Valley, en grande finale du tournoi tenu au parc Dover, à Dieppe, en fin de semaine. Sur la photo, nous apercevons Denis Boudreau en possession du ballon.

Les Rams de Shédiac sont les champions -18 ans du Nouveau-Brunswick au soccer masculin, suivant leur blanchissage de 3 à 0 de Western Valley, en grande finale du tournoi tenu au parc Dover, à Dieppe, en fin de semaine. Sur la photo, nous apercevons Denis Boudreau en possession du ballon.

DIEPPE (N.A.L.) - Les Rams de Shédiac sont les champions -18 ans du Nouveau-Brunswick au soccer masculin suivant leur blanchissage de 3 à 0 de Western Valley, en grande finale du tournoi tenu au parc Dover, à Dieppe, en fin de semaine.

Les buts de Jonathan Vautour, Marc Doiron et Cédric Cormier et le jeu blanc de Jacob Murray, ont donné la victoire aux Rams, dimanche. L’équipe a connu une belle saison dans la ligue et lors de tournois, cet été.

Les protégés de Marc Dupuis avaient gagné en prolongation, 3 à 1, contre New Maryland, en demi-finale, dimanche matin, grâce aux deux buts de Christian Gregan. Benjamin Naugle avait marqué en temps réglementaire alors que le pointage était de 1 à 1.

Dieppe a eu besoin de bottés de punitions pour l’emporter, 3 à 2, sur New Maryland pour se mériter la médaille de bronze. Zaki Hazgour et Gabriel LeBlanc ont réussi les filets en temps réglementaire. Dieppe s’était incliné 3 à 2, en demi-finale, contre Western Valley. Brandon Duchesne, sur un botté de punition et Cédric Power, ont trouvé le fond du filet.

En ronde préliminaire, samedi, Shédiac a obtenu des filets de Zachary Kerwin et Félix LeBlanc en route vers un gain serré de 2 à 1 sur Dieppe. Zaki Hazgour a réussi la riposte. Simon Savoie-Vienneau et Christian Gregan ont marqué dans le gain de 2 à 1 des Rams sur Miramichi. Dieppe et Miramichi ont fait match nul 4 à 4. Gabriel Landry, Sascha Léger, Cédric Power et Logan Vandemeerakker ont trouvé la cible pour Dieppe.

«Les gars étaient prêts à jouer du début à la fin, a dit l’entraîneur des Rams, Marc Dupuis, suivant la finale. Le gardien Jacob Murray a été spectaculaire pour le match et lors du tournoi avec ses rapides réflexes. Les joueurs ont réalisé de belles passes entre eux, presque comme des professionnels. La communication a été bonne dans tous les coins du terrain et même sur le banc. Nos partisans ont aussi beaucoup encouragé les jeunes. Notre jeu défensif a fonctionné avec Marc Gallie et Denis Boudreau qui ont été des as de pique toute la saison. Ils ont fait en sorte que les attaquants de Western Valley ne se rendaient pas au filet. J’avais un bon groupe de jeunes qui aimaient jouer ensemble. On a pu jouer, rire et gagner ensemble.»

«Nous sommes très fiers de notre fin de semaine, a ajouté Simon Savoie-Vienneau. Nous avions l’idée que la fin de semaine allait être difficile. Nous n’avons pas arrêté de pousser jusqu’à la fin. Je suis fier de l’équipe et heureux d’un deuxième titre provincial de suite.»

L’attaquant Christian Gregan a donné le crédit à la défensive. «On s’est assuré que notre défense était parfaite, a-t-il affirmé. Dès le début, on a bien joué et cela a donné de la confiance aux attaquants pour jouer très offensif. Avec un but très tôt dans la partie, on est demeuré confiant et on a pu persévérer tout au long du match.»

«Ce qui a fait la différence est le fait qu’on a joué en équipe, a ajouté le défenseur, Marc Gallie. La communication entre les joueurs a aussi joué un gros rôle dans la victoire. Nos jeux de passes nous ont vraiment aidés à créer des bonnes chances de marquer des buts. Notre défensive a été constante tout au long du tournoi.»

 

Le Vestiaire St-Joseph fête ses 30 ans

 À l’occasion de l’activité pour souligner le 30e anniversaire du Vestiaire St-Joseph, on a procédé à la coupe du gâteau. Sur la photo, première rangée, de gauche à droite : Judy Cormier, membre du conseil d’administration; Patricia Sirois, ancienne présidente et grande bénévole; Claudette Stymiest, membre du conseil et bénévole; Dorine Albert et Clarence Brun, membres du conseil. Deuxième rangée : Gladys LeBlanc et Jean Cormier, membres du CA; Dominic LeBlanc, candidat libéral dans Beauséjour; Judson Cassidy, président du Conseil d’administration du Vestiaire St-Joseph et Mike Gallant membre du conseil d’administration. (Photo : Gilles Haché)

À l’occasion de l’activité pour souligner le 30e anniversaire du Vestiaire St-Joseph, on a procédé à la coupe du gâteau. Sur la photo, première rangée, de gauche à droite : Judy Cormier, membre du conseil d’administration; Patricia Sirois, ancienne présidente et grande bénévole; Claudette Stymiest, membre du conseil et bénévole; Dorine Albert et Clarence Brun, membres du conseil. Deuxième rangée : Gladys LeBlanc et Jean Cormier, membres du CA; Dominic LeBlanc, candidat libéral dans Beauséjour; Judson Cassidy, président du Conseil d’administration du Vestiaire St-Joseph et Mike Gallant membre du conseil d’administration. (Photo : Gilles Haché)

Gilles Haché

SHÉDIAC – Une activité était organisée pour souligner le 30e anniversaire du Vestiaire St-Joseph qui dessert 18 communautés de St Antoine à Shemogue.

Au cours des 30 années d’opération, on a distribué au-delà de deux millions de repas. «C’est la combinaison du travail des bénévoles et l’appui des différents paliers de gouvernement, des organismes et des commerces de la région qui ont fait le succès du Vestiaire St-Joseph. Que ce soit la Ville de Shédiac, le gouvernement du Nouveau-Brunswick, les Chevaliers de Colomb, le Club Rotary, la Coopérative de Shédiac, nous leur somme reconnaissants de leur appui», à souligné le président du conseil d’administration Judson Cassidy.

Le Vestiaire est essentiel pour de nombreuses familles dans le besoin, car sans le Vestiaire, elles n’auraient rien à mettre sur la table. C’est pourquoi il est important de continuer d’appuyer le Vestiaire en faisant des achats au magasin et en effectuant du bénévolat.

On a souligné le travail de l’équipe de l’Ange Souriant, qui, cette année à récolté 10 000$ ainsi que des milliers de boîtes de conserve et autres aliments. On remercie chaleureusement l’organisatrice Ginette Bourque et son équipe de bénévoles.

Le Vestiaire St-Joseph Inc. organise le «Tournoi de golf du Vestiaire» au Club de golf Lakeside Golf & Country en mémoire d’Eugène Belliveau, un des directeurs et un bénévole extraordinaire, le vendredi 18 septembre 2015. Tous les fonds seront versés à la banque alimentaire du Vestiaire St-Joseph Inc. Le temps de départ «shotgun» du tournoi est à 12h30.

Le dimanche 13 septembre Fête communautaire de Grande-Digue

GRANDE-DIGUE – Pour une septième année, la Société historique de Grande-Digue organise un après-midi d’activités agricoles à Notre Centre de Grande-Digue. La fête se tiendra le dimanche 13 septembre de 13h à 16h.

Le programme comprendra une exposition d’instruments aratoires anciens et on s’en servira pour couper le sarrasin, battre le grain, etc.

Le Musée des pionniers sera également ouvert. En vedette cette année, une grande peinture murale qui porte sur la digue ainsi que sur les activités des marais du début 20e siècle.

Cet après-midi sera suivi d’un souper communautaire, de 16h à 19h.

Les billets pour le souper sont disponibles à Notre Centre, Évangeline Variety et les Digues. Pour plus d’information, signalez : 530-5767, 576-9432 et le 532-2959.

 

L’honorable Victor Boudreau recevra la Médaille d’excellence Louis-J.-Robichaud

VictorBoudreau photo

SHÉDIAC – La Fondation Louis-J.-Robichaud inc. est heureuse d’annoncer que la Médaille d’excellence Louis-J.-Robichaud 2015, sera décernée à l’honorable Victor Boudreau, ministre de la Santé, ministre responsable de la Société de développement régional et ministre responsable de l’Examen stratégique des programmes.

La Médaille d’excellence est remise à un ancien ou une ancienne élève de la Polyvalente Louis-J.-Robichaud qui s’est démarqué.e dans un domaine spécifique depuis l’obtention de son diplôme d’études secondaires.

Cette distinction sera officiellement présentée à Monsieur Boudreau lors du banquet et encan silencieux annuel de la Fondation, le 17 octobre prochain, à la Polyvalente Louis-J.-Robichaud. Le public général est invité à cet évènement. Les billets sont présentement disponibles par téléphone au 533-3314 ou en communiquant avec la Fondation à l’adresse info@fondationljr.ca.

Victor Boudreau

   Originaire de Moncton, au Nouveau-Brunswick, Victor Boudreau a déménagé à Shédiac à un jeune âge avec ses parents et son frère Justin. Aujourd’hui, il ne s’imaginerait pas vivre ailleurs que dans cette ville dont il est maintenant le député depuis plus de dix ans.

Monsieur Boudreau a reçu son diplôme d’études secondaires à la Polyvalente Louis-J.-Robichaud pour, par la suite, poursuivre ses études postsecondaires à l’Université de Moncton où il a obtenu un baccalauréat en sciences sociales avec majeure en sciences politiques et mineure en administration des affaires.

Avant de devenir politicien, il a travaillé au niveau municipal pour une période de cinq ans en tant que directeur des services municipaux du village de Cap-Pelé. Victor Boudreau a été élu pour la première fois pour représenter la circonscription de Shediac-Beaubassin-Cap-Pelé dans le cadre d’une élection partielle en octobre 2004. À ce jour, 11 ans plus tard, il est toujours le député de cette circonscription.

Il a joué plusieurs rôles clés au sein du gouvernement provincial, tel que ministre des Finances, ministre des Gouvernements locaux, ministre d’Entreprises Nouveau-Brunswick, et ministre responsable de la Société des alcools du Nouveau-Brunswick, de la Société de gestion des placements du Nouveau-Brunswick, de la Société de développement régional, de Service Nouveau-Brunswick, du Secrétariat de la croissance démographique, de Communications Nouveau-Brunswick, de la Réduction des formalités administratives et de la Commission des loteries du Nouveau-Brunswick.

Après avoir été réélu en 2010, Monsieur Boudreau a agi en tant que leadeur parlementaire adjoint de l’Opposition et président du caucus de l’Opposition. Suite à sa récente réélection en septembre 2014, il a été assermenté à titre de ministre de la Santé, ministre responsable de la Société de développement régional et ministre responsable de l’Examen stratégique des programmes.

Actif dans le monde politique depuis 1987, il demeure un leadeur exemplaire non seulement dans la communauté, mais à travers la province. Il fait toujours tout son possible pour appuyer divers organismes à but non lucratif ainsi que d’être à l’écoute des citoyens dans le besoin.

Il aime passer du temps en famille et entre amis, surtout avec les trois bijoux de sa vie : son épouse Michelle Arsenault, et ses deux filles, Dominique et Gabrielle.

La Fondation Louis-J.-Robichaud

La Fondation Louis-J.-Robichaud est une organisation de bienfaisance qui a comme objectifs de reconnaitre les accomplissements des diplômés de la polyvalente et de venir en aide aux nouveaux diplômés avec la remise de bourses pour la poursuite de leurs études.

L’une des activités principales de la Fondation est le banquet annuel de remise de la Médaille d’excellence Louis-J.-Robichaud à l’ancien ou l’ancienne de l’année. La première soirée a eu lieu le samedi 16 octobre 2004, pour célébrer le 35iême anniversaire de la Polyvalente Louis-J.-Robichaud. À ce moment, la Fondation a rendu hommage à l’ancien premier ministre du Nouveau- Brunswick, l’Honorable Louis J. Robichaud, récipiendaire de la première Médaille d’excellence.

Depuis 2005, la Fondation Louis-J.-Robichaud inc. a remis des bouses d’études à 125 diplômés(e)s de la polyvalente. Un total de 83 500$ en bourses a été accordé pour aider à l’éducation postsecondaire des jeunes de la région.

En juin 2011, la Fondation Louis-J.-Robichaud inc. a fait le lancement officiel de sa campagne «CHANCES». Grâce à la générosité des donateurs, la Fondation a atteint des placements et promesses de dons totalisant 910 000$, soit 46% de son objectif initial de 2 000 000$ en fonds de bourses. Pour faire un don à la Fondation Louis-J.-Robichaud, visitez notre site web au www.fondationljr.ca.

 

Beaubassin-est lance sa politique culturelle

 Les membres du nouveau comité de développement culturel de Beaubassin-est veilleront à la mise en œuvre de la politique culturelle. Le comité est formé de, de gauche à droite : Diane Richard, Justin LeBlanc et Rose Marie Bernaquez, citoyens; le maire Jean-Albert Cormier, Nathalie LeBlanc, présidente de la Société culturelle Sud-Acadie, ainsi que les conseillers André Bourque et Gilles Cormier.

Les membres du nouveau comité de développement culturel de Beaubassin-est veilleront à la mise en œuvre de la politique culturelle. Le comité est formé de, de gauche à droite : Diane Richard, Justin LeBlanc et Rose Marie Bernaquez, citoyens; le maire Jean-Albert Cormier, Nathalie LeBlanc, présidente de la Société culturelle Sud-Acadie, ainsi que les conseillers André Bourque et Gilles Cormier.

GRAND-BARACHOIS - Plus de 60 personnes ont assisté au lancement de la nouvelle politique culturelle de la Communauté rurale Beaubassin-est le jeudi 20 aout à l’Église historique de Barachois. «C’est avec grande reconnaissance que je désire remercier toutes les personnes qui ont travaillé pendant plusieurs mois à concevoir les orientations de cette politique», indique le maire de Beaubassin-est, Jean-Albert Cormier. «Elle va sans doute contribuer au sentiment d’appartenance des citoyens tout comme au développement durable de la communauté et le conseil a hâte de voir ces belles initiatives se concrétiser».

Les gens ont été chaleureusement accueillis par les guitaristes Guy Godin et Gilbert Babin aux portes de l’église. Le tout a débuté par un goûter mettant en vedette des produits de la Ferme du Diamant de Saint-André-LeBlanc et du crabe de l’usine Edmond Gagnon à Grand-Barachois, ainsi que des «pets de sœurs» de la Boulangerie Fred’s à Cap-Pelé, avec un bon verre de vin. Les participants en ont profité pour visiter l’exposition «Portador» avec Les Hookeuses du Bor’de’lo dans la Galerie Léon-Léger ainsi que l’exposition «Carte blanche» avec des artistes de la région dans la salle de spectacle Viola Léger de l’Église historique.

Pour débuter le lancement, le talentueux George Belliveau a interprété deux de ses compositions, et la maîtresse de cérémonie, Diane Richard, a procédé au tirage de deux prix de présence. Le panier de musique rempli d’albums d’artistes de la région a été gagné par Rosella Dupuis alors que Ronald Brun a gagné le sac-cadeau contenant des chocolats de Adorable Chocolat et une bouteille de vin rosé mousseux.

Le maire et la directrice générale, Christine LeBlanc, ont présenté les grandes lignes de la politique culturelle et ont dévoilé les membres du nouveau comité de développement culturel de la municipalité, qui veilleront à la mise en œuvre de cette nouvelle politique. Le comité est formé du maire Jean-Albert Cormier et des conseillers André Bourque et Gilles Cormier, des citoyens Diane Richard, Justin LeBlanc et Rose Marie Bernaquez, ainsi que d’un représentant de la Société culturelle Sud-Acadie.

Le président de l’Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick (AFMNB), Roger Doiron, a prononcé le mot de la fin. Il a tenu à féliciter tous les artisans de Beaubassin-est qui ont participé à l’élaboration de cette politique culturelle, et en particulier la consultante Line Godbout qui a dirigé le comité d’étude.

La soirée s’est terminée par un numéro de danse préparé par trois jeunes danseuses de Beaubassin-est qui font partie de l’école Danse Envy de Shédiac, soit Annik Doiron, Audrée Doiron et Danika Surette. Elles ont offert une performance remarquable que les gens ont grandement appréciée.

Rappelons que le processus d’élaboration de cette politique culturelle a été amorcé lors d’un atelier donné par des représentants de Les Arts et la Ville dans le cadre du Congrès de l’AFMNB en octobre 2013. C’est suite à cet atelier que Les Arts et la Ville a embauché un mentor en la personne de monsieur Paul Lemay afin d’accompagner les municipalités de Saint-Léonard, Balmoral, Dalhousie et Shediac, ainsi que la Communauté rurale Beaubassin-est, dans l’élaboration de leur politique culturelle respective. Beaubassin-est est la 2e municipalité à lancer sa politique culturelle, après Shediac. Pour plus de renseignements, contactez le bureau de la municipalité au 532-0730.

Verger Belliveau de Memramcook On veut en faire une destination de choix

Les 500 billets disponibles pour le déjeuner à la ferme organisé par l’Alliance agricole du N.B. au Verger Belliveau à Memramcook avaient trouvé preneur très rapidement. Les personnes présentes ont bien apprécié l’activité et souhaitent même qu’elle soit répétée. Sur la photo, on peut voir des participants au déjeuner qui a eu lieu le dimanche 23 aout.

Les 500 billets disponibles pour le déjeuner à la ferme organisé par l’Alliance agricole du N.B. au Verger Belliveau à Memramcook avaient trouvé preneur très rapidement. Les personnes présentes ont bien apprécié l’activité et souhaitent même qu’elle soit répétée. Sur la photo, on peut voir des participants au déjeuner qui a eu lieu le dimanche 23 aout.

Claire Lanteigne

MEMRAMCOOK – Ce ne sont pas les projets qui manquent à Robert Bourgeois pour le développement de son commerce, le Verger Belliveau. C’est le temps pour les réaliser. Mais afin de faire progresser sa vision, il a embauché un consultant, Jean-Guy Mazerolle, qui, jusqu’à tout récemment était directeur de la division des fruits et légumes à Coop Atlantique.

«Je ne pouvais manquer l’occasion d’embaucher une personne avec autant d’expertise, de dire M. Bourgeois. Je veux exporter plus de produits et pour ça il faut ouvrir des marchés. C’est stupide de me battre contre la compétition en Atlantique, il faut aller ailleurs.

«Nous sommes allés rencontrer IGA Québec, à Montréal, d’ajouter Robert, afin de voir comment on pouvait s’intégrer à leur compagnie. Et nous sommes maintenant un fournisseur accrédité direct. Ils nous ont donné le mandat d’intégrer tous les produits d’autant de producteurs que possible. C’est beaucoup plus facile pour eux de s’approvisionner ainsi de produits locaux.

«Nous avons une bonne opération ici, de dire Jean-Guy, de bonnes personnes et des produits que nous voulons exporter encore plus. La ferme est à un point tournant et il est agréable de me joindre à cette équipe à l’heure actuelle. Les changements vont venir et il faut mettre le focus à la bonne place. Robert a une vision de ce qu’il veut réaliser et il veut aussi s’associer avec d’autres producteurs. Il a construit lui-même un entrepôt où les autres producteurs peuvent entreposer leurs récoltes, et on va continuer à en recruter d’autres.

«Des représentants de Sobeys Atlantique étaient sur place, ce matin, lors du déjeuner à la ferme, afin de discuter de projets que nous pourrions avoir et de partager des idées, d’ajouter Robert. Ils misent sur les produits locaux et c’est un point tournant pour cette compagnie toujours en croissance.

«L’immense succès qu’à connu ce premier déjeuner à la ferme donne des idées, d’ajouter Jean-Guy. Nous voulons faire du Verger Belliveau, une destination prisée par les gens d’ici, de la province et même des provinces avoisinantes. Le petit café que nous avons actuellement deviendra un petit restaurant offrant un petit menu pour les repas et notre petit magasin continuera d’offrir des fruits, des légumes et d’autres produits locaux. Les gens semblent vouloir reconnecter avec des petits endroits, où ils ont la chance de mieux voir ce qu’on offre. Nous avons la place pour ça et il faut développer ce marché-là.»

Des gens découvrent le Verger et ses vins

   Plusieurs personnes se rendaient au Verger Belliveau pour la première fois, dimanche, et promettaient que ce ne serait pas la dernière. Plusieurs ont profité des tours guidés afin de découvrir le verger et n’en revenaient pas de son étendue ainsi que des variétés de pommes cultivées.

En entrant dans le magasin, ils découvraient aussi les vins produits par le Verger Belliveau et après une dégustation, ressortaient avec quelques bouteilles. Il en était de même du magnifique étalage de fruits et légumes, réalisé sous l’habile direction de Jean-Guy Mazerolle. Certains se sont donné rendez-vous pour l’auto-cueillette des pommes à l’automne.

«Nous reviendrions pour un autre déjeuner et même plusieurs, même s’il fallait payer, de dire plusieurs participant.e.s à ce premier déjeuner à la ferme. La promenade pour se rendre ici, la beauté des paysages et du site sont très intéressants et nous allons y revenir.

«C’est de plus une très belle activité familiale, de dire plusieurs autres. Nous avons essayé le labyrinthe, que nous ne connaissions pas, et ce fut tout un plaisir ainsi qu’un beau défi. C’est vraiment un magnifique endroit que nous découvrons grâce à cette activité.»

Un déjeuner à la ferme bien réussi

   «Nous sommes très excités et contents de voir qu’autant de gens sont venus à ce premier déjeuner à la ferme, de dire Michel Bouma, président de l’Alliance agricole du Nouveau-Brunswick. Ce fut un grand succès et nous avons bien l’intention d’en organiser au moins un par année, dans différentes régions de la province. C’est une activité qui existe en Ontario et qui est très populaire, nous avons décidé de l’essayer pour voir comment ça se passerait.

«C’est une excellente occasion de promouvoir l’agriculture et nous sommes chanceux d’avoir eu autant de partenaires qui nous ont appuyés, dit-il. Mais la prochaine fois on se prendra plus tôt afin qu’ils puissent nous inclure dans leur budget. Il est important que les gens découvrent les agriculteurs et les producteurs de la province et plusieurs venaient au Verger Belliveau pour la première fois. C’est bon pour tout le monde de découvrir ce que font les agriculteurs de chez-nous.»

 

 

 

Votre jardin produit trop de légumes Le Vestiaire Saint-Joseph les accepte avec plaisir

panierjardin

Claire Lanteigne

SHÉDIAC – Alors que les jardins mûrissent de plus belle, la clientèle du Vestiaire Saint-Joseph peut utiliser les surplus avec lesquels vous ne savez plus quoi faire. C’est bien connu que tout mûri en même temps à ce temps-ci de la saison et les jardiniers peuvent partager les surplus avec leurs voisins ou encore avec la banque alimentaire du Vestiaire Saint-Joseph Inc.

«Nous acceptons tous les légumes frais qu’on veut bien nous apporter, de dire Judson Cassidy, président du Conseil d’administration du Vestiaire Saint-Joseph. Les gens n’ont qu’à les apporter ici entre 9h et 16h, du lundi au vendredi, et nos employés les accueilleront avec plaisir. Nous n’avons pas de problème à les distribuer.»

«C’est un travail assez ardu de faire pousser un jardin, de dire une résidente de Shédiac, et on ne veut rien perdre. Alors c’est bien de les offrir pour des gens qui n’ont peut-être pas souvent la chance d’avoir des aliments frais. On sait qu’il y a des campagnes pour le Vestiaire, mais on recueille surtout des boîtes de conserves et des denrées non périssables, mais ça ne doit pas arriver trop souvent qu’ils reçoivent des produits frais. Alors je pense que c’est une bonne idée d’y penser alors que nous en avons autant en même temps.»

Le couple LeBlanc n’avait pas pensé qu’il pouvait apporter des produits frais au Vestiaire. «J’aurai pourtant dû y penser, de dire Rita, mais on dirait qu’on pense tout le temps aux aliments non périssables. De plus, ça fait du bien de penser que d’autres personnes pourront déguster des légumes frais et nutritifs. Ça n’est pas donné à tout le monde. Nous en donnons aussi à certains voisins qui n’ont pas de jardin, parce qu’ils n’ont pas assez de terrain. Ça va faire du bien de dire son mari, on ne sait plus quoi faire avec les concombres, les zucchinis, les tomates, les cosses, etc. Il y a une limite à ce qu’on peut manger. Je lui dis toujours qu’elle en sème assez pour la moitié du village», dit-il en riant.

«J’aime bien jardiner, ajoute-t-elle, et je fais beaucoup de conserves pour nous et les enfants. Mais nous allons faire une livraison au Vestiaire cette semaine. C’est une excellente façon de partager nos nombreuses récoltes.»

Apprendre en jouant Un camp d’été gratuit remporte un grand succès!

Vingt-trois jeunes de Grand-Barachois ont participé à un camp d’été gratuit organisé par Mireille Pitre, enseignante à l’école Père-Edgar-T.-LeBlanc.  Sur la photo, nous reconnaissons le groupe de jeunes avec les bénévoles. En avant, à la gauche, nous apercevons Noémie Pitre, au centre, Jacinthe Baril et à la droite, Mireille Pitre, organisatrice du camp. (Photo : Contribution)

Vingt-trois jeunes de Grand-Barachois ont participé à un camp d’été gratuit organisé par Mireille Pitre, enseignante à l’école Père-Edgar-T.-LeBlanc. Sur la photo, nous reconnaissons le groupe de jeunes avec les bénévoles. En avant, à la gauche, nous apercevons Noémie Pitre, au centre, Jacinthe Baril et à la droite, Mireille Pitre, organisatrice du camp. (Photo : Contribution)

GRAND-BARACHOIS - Mireille Pitre, enseignante à l’école Père-Edgar-T.-LeBlanc de Grand-Barachois, monitrice du conseil des élèves, grande passionnée des enfants et des jeunes, a organisé un camp d’été gratuit pour les jeunes âgés de 8 à 12 ans de la communauté. Ce camp a eu lieu du 10 au 14 aout en l’église Centre Nouvelle Vie, à Shediac Cape. Cet emplacement était parfait pour ce camp, explique Mme Pitre, en raison du grand sous-sol frais et de l’extérieur boisé.

Chaque jour de la semaine portait un thème, soit : la nutrition, les métiers, les olympiques, les artistes et la relaxation. Plusieurs bénévoles de la région sont venus animer un atelier durant le camp.

Le lundi, Rachel Vienneau, enseignante à la retraite, est venue montrer comment faire de la crème glacée maison et Véronique Maillet, diététiste chez Sobeys de Shédiac, a expliqué aux jeunes comment faire des bons choix alimentaires, tout en leur faisant gouter différents aliments santé.

Le mardi, Robert Brockbank, enseignant de charpente à l’école Harrison Trimble de Moncton, a guidé les jeunes afin qu’ils puissent construire une cabane d’oiseau. Paula Lirette, photographe professionnelle, leur a enseigné des petits trucs au sujet de la photographie tout en les faisant pratiquer et en fin de journée, les jeunes ont reçu la visite de deux pompiers, soient : Jacques Ouellette, pompier du Service d’incendie de Moncton et Ronald LeBlanc, sous-chef pompier du Service d’incendie de Shédiac. Les enfants étaient émerveillés par l’immense camion et ses fonctions.

Mercredi, Brigitte Godboult-Jones, enseignante à l’école Père-Edgar-T.-LeBlanc, de Grand-Barachois, a fait une session de yoga. Finalement, jeudi matin, Nadine Maillet, récréologue à la Villa Providence de Shédiac, a montré aux jeunes comment confectionner des «lampes lava» maison. Ceux-ci ont bien apprécié ce bricolage.

Les autres activités qui ont eu lieu durant la semaine, furent animées par Mme Mireille: Zumba, cours de percussion, «mini-survivor», soccer, concours du lancer de l’œuf, pinãta d’eau, course à relais, activité avec ballon d’eau, «Master Chef», cinéma maison, la guerre des clans («Family Feud») et bien d’autres.

Pour ajouter du piquant au camp, les jeunes ont dû se faire une équipe dès lundi matin en se trouvant un nom original. Les équipes ont fait une pancarte représentant chaque membre du groupe. Tout au long de la semaine, les jeunes recevaient un pointage au niveau de leur participation et pour certains jeux gagnés. Félicitation au groupe de CVC Dreams qui remporta la 1re place. Par contre, tous les jeunes sont partis à la maison avec un prix!

Plusieurs gens me posent la question : «Pourquoi prendre tes vacances d’été pour organiser et animer un camp, pendant que tu pourrais te reposer?» : affirme Mme Pitre.   «Pour répondre à cette question, je trouve que notre communauté devrait avoir plus d’activités gratuites pour nos jeunes. De plus, les jeunes qui atteignent l’âge près de l’adolescence, ne sont plus excités d’aller à la garderie et s’ils peuvent se garder seuls à la maison, le temps devient long. Comme je suis responsable des jeunes à mon église, je sais que j’ai une part qui m’appartient. De plus, c’est pour cette raison-là, que nous avons des églises dans nos communautés, pour rejoindre les personnes de tous âges. Ce n’est pas la religion qui est importante, mais plutôt s’aider un à l’autre. Alors, comme ma force est l’organisation et ma passion est les jeunes, c’est de là que vient l’idée du camp. De plus, lorsque nous servons les autres, nous recevons bien plus que du repos!»

Le camp a été un réel succès! Vingt-trois jeunes ont eu la chance d’y participer. Tous les jours, les jeunes arrivaient avec leur beau sourire et partaient en fin de journée de la même manière. Plusieurs parents témoignent la bonne humeur et l’excitation de leur jeune durant cette semaine.

Mme Mireille tient à remercier Jacinthe Baril, Noémie Pitre et Bernette LeBlanc qui l’ont aidée lors de la semaine du camp. Sans leur aide, le camp aurait été impossible. Elle désire aussi remercier tous les gens de son église qui ont contribué financièrement ainsi que Hébert Lumber Mills Ltd, de Grande-Digue et Sobeys de Shédiac qui ont fait des dons de matériels.

Mme Pitre, considère déjà revivre cette belle expérience l’été prochain. Si tout va comme prévu, elle aimerait organiser deux semaines. Alors, si jamais vous êtes intéressés d’en savoir un peu plus sur ce camp, elle animera une présentation lors du service, le dimanche 30 aout à 10h à l’église Centre Nouvelle Vie, 23, rue Grâce, à Shediac Cape.

Succès au camp d’été pour les jeunes de Grand-Barachois

Vingt-trois jeunes de Grand-Barachois ont participé à un camp d’été gratuit organisé par Mireille Pitre, enseignante à l’école Père-Edgar-T.-LeBlanc.  Sur la photo, nous reconnaissons le groupe de jeunes avec les bénévoles. En avant, à la gauche, nous apercevons Noémie Pitre, au centre, Jacinthe Baril et à la droite, Mireille Pitre, organisatrice du camp. (Photo : Contribution)

Vingt-trois jeunes de Grand-Barachois ont participé à un camp d’été gratuit organisé par Mireille Pitre, enseignante à l’école Père-Edgar-T.-LeBlanc. Sur la photo, nous reconnaissons le groupe de jeunes avec les bénévoles. En avant, à la gauche, nous apercevons Noémie Pitre, au centre, Jacinthe Baril et à la droite, Mireille Pitre, organisatrice du camp. (Photo : Contribution)

La Communauté rurale Beaubassin-est se veut transparente

Lors de la présentation des certificats de reconnaissance le 29 juillet dernier, Emery Léger, de Cormier-Village, récipiendaire du prix Leadership communautaire était absent.  Lors de la réunion régulière, le maire Jean-Albert Cormier en à profité pour lui remettre son certificat.  Emery Léger, à droite, reçoit le certificat des mains du maire Cormier.  (Photo : Gilles Haché)

Lors de la présentation des certificats de reconnaissance le 29 juillet dernier, Emery Léger, de Cormier-Village, récipiendaire du prix Leadership communautaire était absent. Lors de la réunion régulière, le maire Jean-Albert Cormier en à profité pour lui remettre son certificat. Emery Léger, à droite, reçoit le certificat des mains du maire Cormier. (Photo : Gilles Haché)

Gilles Haché

SHEMOGUE – La Communauté rurale Beaubassin-est veut être transparente avec ses citoyens et citoyennes. Pour ce faire, les enregistrements audio de toutes les réunions, sauf celles à huis clos, seront disponibles sur son site Internet.

«Nous voulons que les citoyens qui n’ont pu assister aux réunions puissent entendre les délibérations du conseil», explique le maire Jean-Albert Cormier.

Un comité composé du maire Jean-Albert Cormier, trois conseillers et deux propriétaires de carrières a été formé pour rencontrer le ministre Victor Boudreau et le ministre des Transports et Infrastructure, Roger Melanson, afin d’étudier la possibilité de construire un chemin d’accès aux carrières situées entre la route 933 et le chemin Ohio Service Road afin d’éviter d’avoir à passer près des résidences.

Lors de la réunion régulière tenue au Club d’âge d’or de Shemogue, on a fait la lecture d’une lettre d’une citoyenne de Cap-Bimet demandant que l’édifice au coin du chemin Cap-Bimet et la route 133 soit désigné comme étant inesthétique et qu’il soit démolie.

Le lancement de la politique culturelle aura lieu le jeudi 20 aout, à l’Église historique de Barachois, à 18h30.

La CRBE accepte de contribuer une somme de 6000$ à l’organisation du Congrès mondial acadien qui aura lieu en 2019. Lors des discutions, le maire adjoint Laurie McGraw a souligné que le partage des couts n’était pas équitable pour la CRBE puisqu’ils doivent débourser le même montant que la Ville de Shédiac qui a un budget de fonctionnement quatre fois plus gros.

Pour voir à la mise en application de la politique culturelle, un comité de développement culturel a été formé. Il sera composé des conseillers André Bourque et Gilles Cormier de Rose-Marie Bernaquez, Justin LeBlanc, Diane Richard et un représentant de la Société culturelle Sud-Acadie.

Une lumière de rue sera installée à l’entrée de l’Éco-parc sur la route 945 afin d’assurer une meilleure visibilité le soir dans cet endroit et les couts seront ajoutés au budget d’opérations du quartier de Cormier-Village.

La prochaine réunion régulière aura lieu le 21 septembre prochain à l’édifice municipal.