Ouverture officielle du parc John-Lyons

Lors de la coupe du ruban, on peut voir sur la photo, de gauche à droite : George Léger, représentant du Club de Yacht de la baie de Shédiac; Denise Thériault, membre du comité consultatif; Jean-Loup Guérin, membre du comité; Michael Dunn, du Club de Yacht; Stella Boudreau, Bernard Léger et Viola Léger, membres du comité; Yves-Martin Robichaud de la Société historique de la mer Rouge; Jacques LeBlanc, maire; Lisa Lirette, membre du comité; Roger Caissie, conseiller municipal et membre du comité; Sylvie Colette-Boudreau, conseillère municipale et membre du comité; Hon. Victor Boudreau, ministre de la Santé et député de Shédiac-Cap-Pelé-Beaubassin et André Veniot, membre du comité.

Lors de la coupe du ruban, on peut voir sur la photo, de gauche à droite : George Léger, représentant du Club de Yacht de la baie de Shédiac; Denise Thériault, membre du comité consultatif; Jean-Loup Guérin, membre du comité; Michael Dunn, du Club de Yacht; Stella Boudreau, Bernard Léger et Viola Léger, membres du comité; Yves-Martin Robichaud de la Société historique de la mer Rouge; Jacques LeBlanc, maire; Lisa Lirette, membre du comité; Roger Caissie, conseiller municipal et membre du comité; Sylvie Colette-Boudreau, conseillère municipale et membre du comité; Hon. Victor Boudreau, ministre de la Santé et député de Shédiac-Cap-Pelé-Beaubassin et André Veniot, membre du comité.

par Gilles Haché

SHÉDIAC - La municipalité de Shédiac a procédé à l’ouverture officielle du tout nouveau parc John-Lyons situé au 150, rue Pleasant, au bord de la Baie de Shédiac.

Ce parc qui fait près de 35 000 mètres carrés a été nommé en l’honneur de John Lyons un citoyen qui s’est impliqué dans plusieurs organismes, dont la coopérative de Shédiac.       «John Lyons était une personne ayant une grande vision, il a apporté de nouvelles idées ce qui a permis à la ville de Shédiac de mieux se développer», à souligné le maire Jacques LeBlanc, lors de la cérémonie.  Monsieur Lyons est décédé en juillet 2010 à l’âge de 90 ans.

Avec un investissement de 400 000$, le parc offre un parcours de marche asphalté de 410 mètres, des tables de pique-nique, des bancs, des toilettes et des supports à vélo, etc.

Des panneaux historiques décrivant l’historique de la ville de Shédiac sont également disposés le long du parcours de marche.  Les thèmes sont : Au temps des Mi’kmaq, Colonisation européenne, Industrie et commerce, Aviation, Pêche et l’agriculture et Politique et influence.

La population est invitée à profiter de ces nouvelles installations.

Communauté rurale Beaubassin-est

Jean-Albert Cormier

Jean-Albert Cormier

Un premier candidat confirme qu’il sera dans la course à la mairie

par Gilles Haché

SAINT-ANDRÉ-LEBLANC – Jean-Albert Cormier a confirmé qu’il sera candidat au poste de maire à la prochaine élection prévue pour le 8 décembre prochain. «Oui je vais être candidat pour le poste à la mairie, j’ai toujours eu à cœur la communauté rurale Beaubassin-est ayant siégé six ans comme conseiller de 2006 à 2012. Je veux contribuer à son développement», nous indique Monsieur Cormier.

Un autre candidat pressenti, Arthur Bourgeois n’a pas voulu dire s’il allait poser sa candidature. «Je ne suis pas encore décidé si je vais me lancer en politique municipale», a souligné M. Bourgeois.

Un poste de conseiller/conseillère est donc à pourvoir dans le quartier 3, les personnes intéressées ont jusqu’au 13 novembre pour soumettre leur candidature.

Lors de la réunion régulière tenue au Centre Saint-André-LeBlanc, le conseil a pris la décision de demander des prix pour l’installation de génératrices de 20 KW qui seraient disponibles au Centre sportif et culturel de Cormier Village, au Centre de St-André-LeBlanc, au Club de l’âge d’or de Shemogue et à Haute Aboujagane en plus de l’édifice municipal. On se souviendra que l’hiver dernier les citoyens de la CRBE avaient été privés d’électricité durant plusieurs jours et que les endroits pour abriter les citoyens n’étaient pas munis de génératrice. «Avec des prix, nous serons en mesure de prendre des décisions plus éclairées», a indiqué Laurie McGraw, le maire par intérim.

La communauté Rurale Beaubassin-est a donné son appui au projet de mise à neuf de la Polyvalente L.-J.-R. «Cette école a plus de 45 ans et nécessite d’être mise à jour. Le cout des rénovations serait la moitié de ce que coûterait une construction neuve», a expliqué Gilles Cormier, conseiller et aussi membre du conseil d’éducation.

La demande de rezoner un terrain pour y faire lotissement de sept lots résidentiels à Trois-Ruisseaux a passé l’étape de la première lecture.

En bref… une maison hantée aura lieu à l’édifice municipal le 30 octobre de 17h à 19h… l’Illumination de l’Arbre de l’Espoir aura lieu le 13 novembre à 18h à l’école Père-Edgar-T-LeBlanc… la Soirée Reconnaissance de la Chambre de Commerce de Cap-Pelé-Beaubassin-est aura lieu le 20 novembre au Centre St-André-LeBlanc… un agent d’urbanisme sera disponible tous les jeudis avant-midi de 8h30 à 12h… la prochaine réunion mensuelle aura lieu le 17 novembre prochain au bureau municipal à 19h.

Désignation de lieu historique patrimonial touristique pour l’ancien collège

Memramcook se réjouit de l’appui de la Société de l’Acadie du N.-B.

par Claire Lanteigne

MEMRAMCOOK – Le maire Donald O. LeBlanc était heureux d’annoncer au conseil municipal, que lors de son assemblée générale annuelle, dimanche, la Société de l’Acadie du N.-B. (SANB) avait donné un appui unanime à leur résolution au sujet de l’ancien Collège Saint-Joseph.

Cette résolution demande à la SANB d’entretenir des pourparlers avec le gouvernement du N.-B., pour que l’ancien Collège Saint-Joseph, première institution d’éducation postsecondaire acadienne, devienne un lieu historique patrimonial touristique protégé par la province. Cette décision permettrait la sauvegarde de l’ancien collège.

Le conseil a adopté une politique d’utilisation et des taux de location de l’aréna Eugène (Gene) LeBlanc de Memramcook. Cette politique ne signifie pas qu’il y a beaucoup de changements dans les coûts, mais elle regroupe toutes les informations nécessaires pour répondre aux besoins des gens et des groupes qui désirent l’utiliser.

La municipalité a fait une demande à la Commission des emprunts de capitaux par les municipalités pour une dépense en capital de 2 500 000 $ pour le développement d’une nouvelle source d’eau et l’agrandissement du réseau de distribution, pour une durée de 30 ans.

Le conseil municipal va se rencontrer le 28 octobre prochain afin de discuter de son plan stratégique. Des rencontres auront lieu en novembre avec les organismes communautaires et la population.

Le village a envoyé 70 lettres finales aux résidents qui ont des comptes à régler pour les services d’eau et d’égouts. Si des arrangements ne sont pas faits, on pourra procéder au débranchement du service. On compte également plusieurs citoyens qui ne sont pas encore branchés au système et ne paient pas leur part.

Le Sergent Jamie Graves, responsable des régions de Memramcook, Sackville et Port Elgin, a indiqué qu’une personne avait été arrêtée et avait comparu en cour, lundi, suite à quatre plaintes de voyeurisme dans la communauté. Cette personne a aussi été accusée de conduite dangereuse.

Il a ajouté que la situation des véhicules tout terrain est encore un problème et que l’on fait de la patrouille afin d’y remédier.

L’illumination de l’Arbre de l’espoir, dans le cadre de la 18e campagne de l’Arbre de l’espoir de Memramcook aura lieu le dimanche 26 octobre à 19h, à l’édifice municipal. Un léger goûter sera servi à la salle du conseil d’administration immédiatement après l’illumination.

La Fondation Louis-J.-Robichaud honore deux anciens finissants de L.-J.-R.

Dans la photo, de gauche à droite : Marc Robichaud, président de la Fondation Louis-J.-Robichaud; Francis Brun, récipiendaire de la Médaille d'excellence (affaires); Gisèle Léger-Drapeau, récipiendaire de la Médaille d'excellence (arts); et Luc Michaud, directeur de la Polyvalente Louis-J.-Robichaud.

Dans la photo, de gauche à droite : Marc Robichaud, président de la Fondation Louis-J.-Robichaud; Francis Brun, récipiendaire de la Médaille d’excellence (affaires); Gisèle Léger-Drapeau, récipiendaire de la Médaille d’excellence (arts); et Luc Michaud, directeur de la Polyvalente Louis-J.-Robichaud.

SHÉDIAC (CL) – La Fondation Louis-J.-Robichaud a remis sa Médaille d’excellence à Gisèle Léger-Drapeau et à Francis Brun, lors de son banquet annuel, samedi. Les deux finissants de la Polyvalente Louis-J.-Robichaud ont reçu un portrait créé par Monette Léger, la Médaille d’excellence et une épinglette commémorative.

Après avoir obtenu un baccalauréat en éducation des arts visuels (B.A.V.E.) de l’Université de Moncton, Gisèle Léger-Drapeau a enseigné les arts visuels au niveau secondaire. Elle est également conseillère-adjointe (arts-visuels) au niveau élémentaire. Par la suite, elle enseigna la méthodologie de l’enseignement des arts plastiques à l’Université de Moncton.

Artiste professionnelle depuis une quinzaine d’années et membre élue de la Société des artistes professionnels du Canada, elle compte de nombreuses expositions solo et en groupe qui ont d’ailleurs pris place partout au Canada, en Europe ainsi qu’en Afrique du Nord. Un riche éventail de techniques et de médiums fait qu’elle est sans cesse motivée et que sa créativité ne faiblit jamais. Elle est friande de défis artistiques.

«Je ne serais ni la personne ni l’artiste que je suis aujourd’hui sans l’amour et l’appui de mon mari et de nos filles, de dire Gisèle Léger-Drapeau. Mes plans pour l’avenir sont de créer, jouer au golf et passer beaucoup de temps avec mon mari!»

Finissant de la Polyvalente Louis-J.-Robichaud en 1985, Francis Brun a poursuivit ses études en plomberie au NBCC à Saint-Jean. Il ouvrit son premier commerce de plomberie sur la rue Main à Shédiac en 1991. Sa compagnie a vite connu du succès et il a déménagé son commerce à Dieppe en 1994 sous le nom de «Francis Plumbing».

En 2008, il transféra sa compagnie à son frère Fernand et se tourna vers le monde de la construction. Sous le nom de «Francis Construction», il construisit de nombreux immeubles à appartements dans la région du Grand Moncton, pour lui-même ou pour d’autres hommes d’affaires.

En juin 2001, il a acheté la «Résidence Gamelin» et en assura le fonctionnement sous le nom de «O» Bons Soins. La même année, il commençait «Francis Holdings» et acheta plusieurs résidences et terrains. Il construisit la Résidence O’ Bons Soins qui accueille 140 personnes âgées.

Depuis ce temps, il a bâtit plusieurs immeubles appartements à Shédiac et Cap-Pelé. Il est propriétaire du centre commercial Cap-Pelé et en 2007 il a acheté le Manoir Pascal-Poirier près duquel il a érigé un autre foyer de soins «Ti Bons Soins».

Outre les domaines de la plomberie et de la construction, Francis a également œuvré en charpente et revêtement en débutant la compagnie «Breau Construction» qui continue à ce jour. Avec des partenaires, il assure la gestion de la compagnie de fondations et d’excavations «Yves Escavating».

Son plus récent succès est la construction de l’Hôtel Shediac Inc, qui a ouvert ses portes en décembre 2013. L’hôtel compte 60 chambres et des salles de réunion. C’est le seul hôtel cinq étoiles au Nouveau-Brunswick.

On célèbre le 50e anniversaire de la Bibliothèque publique de Memramcook

Sur la photo, dans l’ordre habituel : Donald O. LeBlanc, maire de Memramcook; Bernard LeBlanc, député de Memramcook-Tantramar; Thérèse LeBlanc, présidente de la Commission de la bibliothèque; Sylvie Nadeau, directrice générale du Service des bibliothèques du N.-B. et Jocelyne LeBlanc, gestionnaire de la Bibliothèque de Memramcook.

Sur la photo, dans l’ordre habituel : Donald O. LeBlanc, maire de Memramcook; Bernard LeBlanc, député de Memramcook-Tantramar; Thérèse LeBlanc, présidente de la Commission de la bibliothèque; Sylvie Nadeau, directrice générale du Service des bibliothèques du N.-B. et Jocelyne LeBlanc, gestionnaire de la Bibliothèque de Memramcook.

par Claire Lanteigne

MEMRAMCOOK – La Commission de la Bibliothèque publique de Memramcook organisait une soirée spéciale pour célébrer le 50e anniversaire de la bibliothèque, mercredi dernier.

La présidente de la Commission de la bibliothèque, Thérèse LeBlanc a fait un bref historique de la bibliothèque. Trois personnes ont dirigé la bibliothèque depuis son ouverture, soient Béatrice Legendre, de 1864 à 1982 ; Alice Cormier, de 1982 à 1986 et Jocelyne LeBlanc depuis 1986.  Depuis son ouverture, la bibliothèque a été hébergée dans cinq différents locaux et à ses débuts on y retrouvait de 700 à 800 livres.  On en a maintenant 12 796.

Bernard LeBlanc, le député de Memramcook-Tantramar, a souligné l’importance des services d’une bibliothèque pour une communauté. Il a rappelé son mandat à la mairie du village, alors qu’on faisait l’acquisition de l’édifice qui abrite maintenant les bureaux de la municipalité et qu’on avait réservé un espace pour la bibliothèque. Il a souligné l’importance d’une bibliothèque pour les jeunes et le fait qu’on y retrouve deux ordinateurs au service de la population. Il s’est dit heureux de pouvoir contribuer aux activités en fournissant un projet SEED pendant l’été.

Le maire Donald O. LeBlanc a également souligné l’importance d’une bibliothèque dans la communauté, en particulier pour les jeunes. «Chaque fois qu’on se rend à la bibliothèque, a-t-il dit,  on apprend toujours quelque chose.»

Le ministère de l’Éducation postsecondaire, Formation et Travail a fait un don d’un panier de livres d’une valeur de 350 $ pour souligner ce 50e anniversaire.  Le panier a été présenté par Sylvie Nadeau, directrice générale du Service des bibliothèques publique du NB.

Madame Nadeau a souligné les réalisations de la bibliothèque lors de ce 50e anniversaire. «C’est une belle réalisation pour laquelle vous avez travaillé fort pour répondre aux besoins des gens de la communauté et rendre votre bibliothèque vivante.  C’est un espace public et nous voulons que les gens y passent du temps, qu’ils utilisent les salles afin de faire évoluer la bibliothèque pour de nombreuses années encore. La bibliothèque doit s’adapter aux nouvelles réalités, être inclusive, accueillante et hors les murs en allant vers les gens», a-t-elle dit.

La présidente de la commission, Thérèse LeBlanc a remercié toutes les personnes qui ont contribué au succès de la bibliothèque au cours des 50 années. «Sans la municipalité, la bibliothèque n’existerait pas, a-t-elle, conclut. Nous allons continuer à nous mettre au goût du jour afin de satisfaire nos membres.»

La Bibliothèque publique de Memramcook compte actuellement 1200 membres actifs et l’an dernier, elle a offert 50 activités auxquelles ont participé 1291 personnes ainsi que 19 autres programmes avec 156 participants (offerts dans l’année par la bibliothèque et d’autres partenaires).

Centre de ressources et de crises familiales Beauséjour

guybell

Amélioration des soins chez les aînés souffrant de dépression

SHÉDIAC – Le Centre de ressources et de crises familiales Beauséjour recevra un don de 18 500 $ du Fonds communautaire Bell Cause pour améliorer l’accès aux soins pour les personnes âgées souffrant de dépression, en partenariat avec Bell Aliant.

Les fonds serviront à créer un manuel de formation des formateurs afin d’aider les bénévoles et les fournisseurs de soins à domicile de première ligne à assurer un dépistage précoce et des interventions auprès de personnes âgées aux prises avec la dépression.

«Nous sommes ravis de recevoir ce don du Fonds communautaire Bell Cause pour la cause, qui nous permettra d’amorcer une importante initiative en faveur des personnes âgées de nos collectivités, a affirmé Kristal LeBlanc, directrice générale du Centre de ressources et de crises familiales Beauséjour. La dépression et le suicide demeurent des sujets largement tabous, en particulier dans les zones rurales, et cette réalité est plus visible que jamais chez les personnes âgées.»

«Depuis 2011, le Fonds communautaire Bell Cause pour la cause a investi plus de 4 millions $ pour soutenir des groupes qui sont en première ligne dans la lutte contre la stigmatisation et améliorer l’accès aux soins de santé mentale dans les collectivités partout au Canada, a déclaré Mary Deacon, présidente de Bell Cause pour la cause. Le Centre de ressources et de crises familiales Beauséjour fait partie des près de 60 nouveaux organismes que nous sommes très fiers de soutenir en 2014, parce qu’ils apportent une aide essentielle aux personnes qui souffrent de maladie mentale, ainsi qu’aux familles et aux amis qui s’occupent d’elles.»

L’initiative Bell Cause pour la cause fait la promotion de la santé mentale au Canada par l’intermédiaire de campagnes nationales de sensibilisation et de lutte contre la stigmatisation, comme le Grand Tour de Clara pour Bell Cause pour la cause et la Journée Bell Cause pour la cause, et d’un important soutien financier à des programmes communautaires d’amélioration des soins et de l’accès, à la recherche et à la santé au travail de la part de Bell. Pour en savoir plus, visitez bell.ca/cause.

Un 11e Gala de l’Arbre de l’espoir au Centre de Saint-André-LeBlanc

SAINT-ANDRÉ-LEBLANC - Sous le thème «Un Noël d’amour», c’est avec beaucoup d’enthousiasme que le Comité organisateur prépare un 11e Gala de l’Arbre de l’espoir, qui aura lieu au Centre de Saint-André-LeBlanc, le samedi 15 novembre à 20h (les portes seront ouvertes à compter de 19h).

Cet événement spécial qui offrira, encore cette année, le paquet d’une soirée élégante et mémorable, peut accueillir au-delà de 200 personnes qui y participeront premièrement pour contribuer à cette cause importante. Dans un décor majestueux et féérique, les musiciens et musiciennes invité.e.s dont Shirley Albert; Jacques et Josiane Comeau; Terry Cormier; Victor Cormier; Mélanie Morgan et Suzanne Surette ainsi que les deux guitaristes accompagnateurs Guy Godin et Steve Maillet présenteront un spectacle rempli d’espoir en quête d’un avenir meilleur pour les gens de notre communauté qui sont atteints de cancer.  Un vin et fromage sera également servi pour l’occasion.

Le nombre de place pour assister au gala est limité et les billets se vendent très vite, toutefois, il est toujours possible de se procurer des billets, le plus tôt possible, en communiquant avec Lise Cormier au 577-2906.  Il est important de souligner que l’organisation des dix premiers Gala de l’Arbre de l’espoir a permis de remettre la généreuse somme de plus de 90 000 00 $ aux divers projets de l’Arbre de l’espoir.

Et enfin, les membres du Comité organisateur de ce 11e Gala de l’Arbre de l’espoir remercient les propriétaires du Marché Doiron/Pharmacie de Cap-Pelé; Cap-Pelé Esso; Cap-Pelé Auto Sales; Westmorland Fisheries Ltd et Imprimerie Dupuis pour leur généreuse contribution financière à l’organisation de cette belle activité sociale.

 

Expérience d’Halloween à l’école Sainte-Thérèse

DIEPPE - Toute la famille est conviée à venir s’aventurer dans la fameuse maison hantée à l’école Sainte-Thérèse, le dimanche 26 octobre, dans le cadre du Carnaval de la citrouille.

À chaque détour, surprises et décors éblouiront et amuseront les plus petits et les grands. Cette activité gratuite aura lieu de 11h à 12h avec lumières allumées et de 12h30 à 14h avec lumières éteintes au gymnase de l’école.

«En plus de la maison hantée, nous aurons des mystères cachés, des surprises et le Reptile Zoo sera sur place. Il y aura aussi une collation et du bricolage d’Halloween à l’horaire», a fait savoir Gabrielle Maillet, agente communautaire pour la Ville de Dieppe.

Les jeunes participants doivent être accompagnés d’un adulte.

Rappel : Vous pouvez faire le porte-à-porte à Dieppe de 16h à 20h, le vendredi 31 octobre.

Pour plus d’information, signaler le 877-7900.

Responsabilité lors des sorties scolaires

SHÉDIAC - À l’occasion de la Semaine nationale de la sécurité scolaire qui a lieu cette année du 17 au 23 octobre,  le Conseil canadien de la sécurité tient à rappeler aux parents de participer activement à la gestion des risques d’incidents lors des sorties scolaires.

Les parents doivent être bien informés afin d’éviter les tragédies qui surviennent annuellement durant les sorties scolaires, dit Raynald Marchand, directeur général des programmes au Conseil canadien de la sécurité.

Les sorties scolaires peuvent être agréables et éducatives, mais des blessures sérieuses peuvent survenir lorsque les règles de sécurité ne sont pas suivies, le risque est mal évalué ou la communication est manquante. Les parents jouent un rôle important pour la sécurité des participants en supportant les écoles lors des sorties scolaires.

1) Lisez attentivement le matériel qui vous est envoyé sur la sortie scolaire et communiquer avec l’école pour obtenir des éclaircissements, entre autres, sur les procédures de sécurité, les tâches d’encadrement et les fonctions attribuées à chaque personne. Les parents peuvent entre autres demander de plus amples renseignements, par exemple, sur tout incident antérieur, sur le nombre d’adultes qui assureront la surveillance, sur les compétences de ces derniers et sur la valeur éducative de la sortie.

2) Si vous êtes un parent volontaire, assurez-vous de connaître les mesures de sécurité et vos tâches de parents volontaires.  Même si votre école permet d’emmener les frères et sœurs plus jeunes lors de la sortie; considérez plutôt des arrangements différents afin de vous concentrer sur vos demandes de parents volontaires.

3) Avant la sortie parlez à votre enfant du comportement qu’on attend de lui tel que l’importance de suivre le groupe ainsi que quoi faire si il/elle est séparé(e) du groupe. Si vous avez des soucis, communiquez avec l’école.  Si vous êtes toujours soucieux, ne laissez pas votre enfant participer à la sortie et ne signez pas le formulaire de consentement.

Les sorties scolaires peuvent être intéressantes, agréables et éducatives si elles sont bien planifiées. Il incombe tant aux parents qu’aux enseignants de s’assurer que les enfants participant à la sortie sont en sécurité en tout temps. Baladez sur notre site web au www.canadasafety council.org avant le début de la campagne pour plus d’information et suggestions d’activités de sécurité sur les sortes scolaires.

Une équipe de la Faculté d’ingénierie participe aux compétitions Shell Eco-Marathon et SAE Supermileage

La photo nous montre les membres de l’équipe de la Faculté d’ingénierie, de gauche à droite, Philippe-Antoine Roy-Babin, Guillaume Demers, Philippe Richard, Julien LeBlanc, Jonathan Arsenault, Benoit Fournier et Pascale Chiasson.

La photo nous montre les membres de l’équipe de la Faculté d’ingénierie, de gauche à droite, Philippe-Antoine Roy-Babin, Guillaume Demers, Philippe Richard, Julien LeBlanc, Jonathan Arsenault, Benoit Fournier et Pascale Chiasson.

MONCTON - La Faculté d’ingénierie de l’Université de Moncton était représentée lors de deux compétitions cette année, soit le Shell Eco-Marathon, tenu à Houston au Texas, en avril, et le SAE Supermileage, à Marshall, au Michigan, en juin dernier.

Le but de ces compétitions est de concevoir et construire une voiture qui se déplace grâce à un moteur qui consomme le moins d’essence possible. Ces rencontres permettent aux étudiantes et étudiants de non seulement mesurer leurs habiletés techniques, mais aussi d’échanger avec les autres groupes en provenance de nombreuses autres universités nord-américaines.

À l’aide des modifications à leur moteur Brigg and Stratton, l’équipe de l’Université de Moncton a réussi à surpasser son record à deux reprises. L’équipe a réussi à atteindre 424 miles au gallon au Shell Eco-Marathon et 456 miles au gallon au SAE Supermileage. C’est l’équivalent d’un voyage Moncton-Québec au coût de 7.50 $ en essence. L’équipe s’est classée 22e lors de la première compétition et 11e lors de la deuxième.

Le doyen de la Faculté d’ingénierie, Paul A. Chiasson, rappelle que l’équipe de Moncton a relevé le défi d’une forte compétition, faisant face à des équipes provenant de partout en Amérique du Nord. «Compte tenu de ce fait, le rendement de l’équipe de Moncton est excellent, dit-il. De plus, c’est grâce à des expériences comme celles-ci que nos étudiantes et nos étudiants peuvent mettre en pratique les connaissances et compétences acquises au cours de leurs études. Bravo à l’équipe de l’Université de Moncton.»