Mission accomplie pour les Jeux de l’Acadie 50+

Atelier de djambés  

Atelier de djambés

Gilles Haché

Le comité organisateur des Jeux de l’Acadie 50+ peut dire mission accomplie pour la 5e édition, qui se tenait du 18 au 21 aout à Shédiac.

Plus de 300 participantes et participants provenant du Nouveau-Brunswick, de l’Île-du-Prince-Édouard, de la Nouvelle-Écosse et du Québec ont eu l’occasion de fraterniser et de socialiser en participant à des activités sportives, récréatives, culturelles, intergénérationnelles et susceptibles de contribuer à leur mieux-être.

Pas moins de 55 activités différentes étaient offertes aux participantes et participants qui, à voir la joie qui régnait, furent grandement appréciées par tous.

Pour le président du comité organisateur Guy Lavigne, «sans le travail des 130 bénévoles il n’aurait pas été possible d’offrir ces activités. Certains bénévoles ont travaillé pendant les quatre jours des jeux c’est quand même formidable.»

«Nous sommes également reconnaissants envers nos commanditaires qui ont permis la tenue de ses jeux», ajoute le président Guy Lavigne.

Les prochains jeux se tiendront dans la région Évangeline à l’Île-du-Prince-Édouard du 13 au 16 septembre 2018.

 

Jeux de l’Acadie 50+

triccourse

Le projet de terrain de camping à Memramcook n’ira pas de l’avant

Quelque 60 personnes ont assisté lundi à la réunion du conseil municipal de Memramcook au cours de laquelle la demande de modification de zonage du promoteur Sylvio Beaupré a été rejetée. Il souhaitait aménager un terrain de camping le long de la route de La Vallée. (Photo : Gracieuseté)

Quelque 60 personnes ont assisté lundi à la réunion du conseil municipal de Memramcook au cours de laquelle la demande de modification de zonage du promoteur Sylvio Beaupré a été rejetée. Il souhaitait aménager un terrain de camping le long de la route de La Vallée. (Photo : Gracieuseté)

Lors d’une réunion extraordinaire publique tenue le lundi 22 août, le conseil municipal de Memramcook a rejeté la demande de modification de zonage déposée par le promoteur Sylvio Beaupré qui souhaitait aménager un terrain de camping de 170 places le long de la route de La Vallée, à Memramcook.

Bien qu’ils aient manifesté certaines réserves face au projet, les conseillers Joe Breau et Raoul Boudreau ont voté en faveur de procéder à la seconde étape du processus. Les cinq autres membres du conseil, y compris le maire Michel Gaudet, se sont prononcés contre, mettant ainsi fin à la demande de M. Beaupré.

Chacun à leur façon, les membres du conseil ont rappelé qu’ils doivent à la fois travailler pour le bien de l’ensemble de la collectivité, favoriser le développement économique et touristique de la région tout en demeurant à l’écoute des préoccupations des citoyens. «Le conseil souhaite voir le développement d’un terrain de camping dans la municipalité depuis plusieurs années, explique le maire Michel Gaudet, mais pour plusieurs raisons, le site proposé situé dans une zone résidentielle ne semble pas être une bonne option.»

Une soixantaine de personnes, pour la plupart des opposants au projet, ont assisté à la réunion parfois forte en émotions. Rappelons qu’ils avaient également été nombreux à assister à la réunion du conseil municipal du 16 août au cours de laquelle une pétition et des lettres d’objection avaient été présentées. Ils se disaient inquiets face à ce projet qui, selon eux, pourrait créer des problèmes d’achalandage et de bruit dans leur voisinage en plus de poser des risques d’incendies.

Ils se préoccupaient aussi de l’impact sur la nappe phréatique et sur l’environnement et se disaient inquiets face à la possibilité de voir la valeur de leurs résidences diminuer.

Dans son rapport présenté au conseil municipal, la Commission de services régionaux du Sud-Est avait recommandé pour sa part de procéder à la modification de zonage tout en respectant certaines conditions.

À la sortie de la réunion de lundi, la grande majorité des citoyens présents avaient le sourire aux lèvres tandis que la déception des propriétaires du terrain Simone LeBlanc-Smith et son mari Arthur Smith était palpable. Pour sa part, le promoteur Sylvio Beaupré s’est dit extrêmement déçu.

Plusieurs opposants à la modification de l’arrêté de zonage du méga terrain de camping de Shédiac

 Sur la photo, les participants à l’audience publique tenue le 22 aout. (Photo : Gilles Haché)

Sur la photo, les participants à l’audience publique tenue le 22 aout. (Photo : Gilles Haché)

Gilles Haché

L’audience publique pour la modification à l’arrêté de zonage du méga terrain de cam-ping à Shédiac a attiré plus de 90 personnes lundi dernier.

Lorsque les arrêtés Z-14-44-1Z et Z-14-44-3Z qui autorisaient la construction de terrain de camping de 650 places avaient été adoptés par le conseil municipal l’une des exigences était que le projet devait débuter avant deux ans.

Étant donné qu’un litige oppose l’Église anglicane à un propriétaire de terrain de camping et que le juge n’a pas encore fait connaitre sa décision, cela empêche la conclusion d’un bail de location. Il a été impossible pour les promoteurs de rencontrer toutes les exigences établies, une demande de modification au rezonage a été faite pour établir la nouvelle date à cinq ans plutôt que deux.

Onze objections écrites ont été soumises au conseil en plus de quatre présentations publiques.

Les objections sont sensiblement les mêmes que lors de la demande de rezonage de deux ans passés : augmentation de la circulation, protections des espaces verts et l`impact sur l’environnement. La grande majorité des opposants étaient des résidents de Pointe-du-Chêne.

Aucun vote n’était prévu lors de cette réunion. Les votes pour l’acceptation ou le refus de la demande de modification en deuxième et troisième lecture auront lieu lors de la réunion régulière que se tiendra le lundi 29 aout 2016.

L’Union des pêcheurs des Maritimes investit pour sauver des vies

L’UPM offre ce gilet de sauvetage Mustang aux 1000 capitaines de bateau et veut les rendre accessibles à tous les membres d’équipage à un prix très abordable. (Photo : Gracieuseté)

L’UPM offre ce gilet de sauvetage Mustang aux 1000 capitaines de bateau et veut les rendre accessibles à tous les membres d’équipage à un prix très abordable. (Photo : Gracieuseté)

Claire Lanteigne

À l’ouverture de leur saison de pêche, les pêcheurs de homard du Sud-est du Nouveau-Brunswick ont reçu gratuitement des gilets de sauvetage de l’Union des pêcheurs des Maritimes (UPM).

«Nous avons fait l’acquisition de mille gilets de sauvetage Mustang afin de les distribuer gratuitement aux capitaines des régions du Sud-est et du Nord», de dire Christian Brun, directeur général de l’UPM.

D’une valeur totale d’en-viron 300 000$, l’UPM espère que les pêcheurs prendront ainsi la sécurité plus au sérieux. «Malgré tous les accidents qui surviennent en ce domaine, d’ajouter M. Brun, plusieurs pêcheurs sont réticents à porter le gilet de sauvetage. Et il est particulièrement difficile de convaincre les pêcheurs plus âgés, qui n’ont jamais porté un gilet de sauvetage en travaillant.»

Et il faut dire que les changements visant la sécurité ne se font pas facilement et on peut penser à la ceinture de sécurité en voiture et au port du casque lorsqu’on fait du vélo.

«Les gilets offerts sont plus légers, plus confortables, plus sécuritaires et leur prix est plus accessible, d’ajouter Christian. Ils se déploient automatiquement au contact de l’eau. Plusieurs capitaines sont venus les chercher et on les encourage à les porter lorsqu’ils font la pêche. Mais c’est une décision individuelle et plusieurs ont de la difficulté à le porter toute la journée.»

«Ça fait une quinzaine d’années que nous travaillons avec Transports Canada afin de voir des changements qui auront un impact sur l’amélioration de la sécurité de nos membres, d’ajouter M. Brun. Ceci est un geste concret et en faisant un don à chaque bateau, nous espérons que cela incitera les capitaines à en faire l’acquisition pour leurs membres d’équipage. Il faut essayer d’accélérer une culture de sécurité parmi nos membres.»

Le port du gilet de sauvetage est obligatoire pour les pêcheurs en Nouvelle-Écosse puisqu’il existe une loi en vigueur à cet effet.

L’aéroport international du Grand Moncton portera le nom d’aéroport international Roméo-LeBlanc du Grand Moncton

L’honorable Marc Garneau, ministre des Transports, a annoncé que l’aéroport international du Grand Moncton sera désormais connu sous le nom d’aéroport international Roméo-LeBlanc du Grand Moncton.

De 1995 à 1999, le très honorable Roméo LeBlanc a assumé les fonctions de 25e gouverneur général du Canada. Né à Memramcook, au Nouveau-Brunswick, il a été le premier Acadien et le premier citoyen de la région de l’Atlantique à assumer cette fonction. Tout au long de son mandat, M. LeBlanc a sensibilisé la population canadienne aux causes qui lui tenaient à coeur, en soulignant l’importance du bénévolat, de l’enseignement de l’histoire du Canada, des peuples autochtones, du maintien de la paix et des militaires. Ayant enseigné pendant neuf ans, il croyait fermement au rôle essentiel des éducateurs dans notre société.

En 1960, M. LeBlanc est devenu journaliste et a travaillé comme correspondant à Radio-Canada. Par la suite, il a tout d’abord été attaché de presse du premier ministre Lester B. Pearson, puis du premier ministre Pierre-Elliott Trudeau. En 1972, il a été élu à la Chambre des communes comme député de Westmorland-Kent, au Nouveau-Brunswick. De 1974 à 1979 et de 1980 à 1984, il a assumé les fonctions de ministre. En 1984, il a été nommé sénateur, puis en 1993, Président du Sénat.

«Je suis ravi de rendre hommage à ce Canadien émérite, natif du Nouveau-Brunswick, qui a servi son pays de façon admirable durant sa longue et remarquable carrière dans la fonction publique. En tant qu’enseignant, journaliste, parlementaire et premier gouverneur général originaire des Maritimes, le très honorable Roméo LeBlanc croyait fermement que ce sont les citoyens qui font du Canada un grand pays. En changeant le nom de l’aéroport à celui d’aéroport international Roméo-LeBlanc du Grand Moncton, nous lui rendons un hommage bien mérité et nous témoignons des années qu’il a passées au service des Canadiennes et des Canadiens», souligne Marc Garneau ministre des Transports.

«Ma famille est reconnaissante envers le ministre Garneau et le gouvernement du Canada pour ce grand hommage rendu à mon défunt père. Cet aéroport est un élément essentiel du développement économique à long terme de notre région, et mon père aurait certainement été touché de voir son nom associé à une installation aussi imposante», ajoute Dominic LeBlanc ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne et fils de Roméo LeBlanc.

Service amélioré pour le mieux-être des patientes atteintes de cancer

Dans l’ordre habituel, Charles Allain, coordonnateur du Service des bénévoles de la zone Beauséjour; Gilles Lanteigne, président-directeur général du Réseau de santé Vitalité; Gloria Gravel, présidente de l’Association des bénévoles du Centre hospitalier universitaire Dr-Georges-L.-Dumont; et Johanne Roy, vice-présidente aux Services cliniques. (Photo : Gracieuseté)

Dans l’ordre habituel, Charles Allain, coordonnateur du Service des bénévoles de la zone Beauséjour; Gilles Lanteigne, président-directeur général du Réseau de santé Vitalité; Gloria Gravel, présidente de l’Association des bénévoles du Centre hospitalier universitaire Dr-Georges-L.-Dumont; et Johanne Roy, vice-présidente aux Services cliniques. (Photo : Gracieuseté)

Les patientes atteintes de cancer du Centre d’oncologie Dr-Léon-Richard peuvent désormais bénéficier d’un service qui contribue à améliorer leur mieux-être pendant et après la période des traitements. En effet, un tout nouveau «Salon de perruques et autres solutions capillaires» a été aménagé dans les locaux du Centre d’oncologie.

La Société canadienne du cancer estime que près de 5100 nouveaux cas de cancer ont été diagnostiqués au Nouveau-Brunswick en 2015. Les personnes atteintes et leur entourage doivent faire face à de nombreux défis, dont certains liés aux traitements de chimiothérapie et de radiothérapie, comme la perte des cheveux. Pour pallier ce problème qui peut entrainer des conséquences affectives et sociales, certaines choisissent de le camoufler en utilisant des accessoires, dont des perruques, des chapeaux et des foulards.

Depuis plusieurs années, l’Association des bénévoles du Centre hospitalier universitaire Dr-Georges-L.-Dumont caressait le rêve d’aménager un salon de perruques pour les patientes atteintes de cancer qui ont perdu leurs cheveux. Selon la présidente du regroupement, Madame Gloria Gravel, ce rêve est maintenant devenu réalité. «Grâce à la persévérance de nos bénévoles, il a été possible de réaménager les lieux afin de les rendre plus attrayants, spacieux et confidentiels pour les patientes», a-t-elle déclaré. «Nous offrons une perruque gratuite-ment aux femmes atteintes de cancer et qui ont perdu leurs cheveux. Il s’agit d’un service important qui contribue grandement à améliorer le mieux-être des femmes qui luttent contre le cancer», affirme Mme Gravel.

Le projet, qui représente un investissement de l’ordre de 10 000 dollars, n’aurait pu voir le jour sans la contribution de plusieurs partenaires de la communauté. «De nombreux fournisseurs et entreprises nous ont offert des dons ou encore nous ont accordé des réductions de prix, permettant ainsi à l’Association des bénévoles de mener à bien ce projet», a déclaré Mme Gravel. «Nous tenons à leur dire un immense merci d’avoir travaillé en collaboration avec nous dans ce projet, ensemble nous pouvons vraiment faire une différence dans la vie des patientes du Centre d’oncologie.»

De passage dans l’éta-blissement, le président-directeur général du Réseau de santé Vitalité, M. Gilles Lanteigne, en a profité pour visiter les lieux. «Je félicite les instigateurs de ce projet magnifique», a-t-il déclaré. «Merci à tous les partenaires qui se sont impliqués dans cette cause. Voilà qui illustre bien l’importance de travailler tous ensemble pour l’avancement des soins de santé dans notre province.»

Le Centre d’oncologie Dr-Léon-Richard est un centre tertiaire spécialisé dans le traitement du cancer. Il offre des services complets de radiothérapie, d’oncologie médicale, de gynécologie oncologique et de curiethérapie à toute la population du Nouveau-Brunswick. Le Centre d’oncologie traite annuellement environ 1700 nouveaux patients atteints de cancer et plus de 60 000 visites y sont enregistrées chaque année, ce qui en fait l’un des centres les plus achalandés au Canada atlantique. Le Centre d’oncologie possède un centre d’hébergement, l’Auberge Mgr-Henri-Cormier, où il est possible d’accueillir jusqu’à 85 patients de l’extérieur de la région de Moncton.

Le dimanche 11 septembre   Fête communautaire de Grande-Digue

Pour une huitième année consécutive, la Société historique de Grande-Digue organise un après-midi d’activités agricoles à Notre Centre de Grande-Digue, le 11 septembre prochain.

Il y aura entre autres une exposition d’instruments aratoires anciens et on s’en servira pour couper le sarrasin, battre le grain, etc.

Le Musée des pionniers sera également ouvert.

L’après-midi sera suivi d’un souper communautaire organisé par le Club d’âge d’or de Grande-Digue, un repas à ne pas manquer, de 16h à 19h. Les billets pour le souper seront disponibles à Notre Centre, à la pharmacie Jean Coutu de Shédiac et chez Les Digues.

Pour plus d’information : 532-1133.

Émilie Pichon couronnée Miss Canada High School

 Émilie Pichon, lors de son couronnement comme Miss Canada High School, récemment à Toronto. (Photo : Gracieuseté)

Émilie Pichon, lors de son couronnement comme Miss Canada High School, récemment à Toronto. (Photo : Gracieuseté)

Claire Lanteigne

Moins d’un an après avoir été couronnée Miss NB High School, Émilie Pichon, de Shédiac remportait le titre de reine dans sa catégorie Miss Canada High School. Le pa-geant Miss Canada Elementary/Jr.High/High School/Collegiate 2016 se tenait récemment à Toronto. Âgée de 16 ans, Émilie sera étu-diante en 11e année à l’école Louis-J.-Robichaud de Shédiac, en septembre.

Émilie avait remporté le titre de Miss NB High School, l’an dernier au pageant qui se tenait dans la Péninsule acadienne, ainsi que le titre de Miss NB interview. Elle avait auparavant été élue reine du Festival des mollusques de Bouctouche.

«Ça s’est passé très vite, de dire Émilie, et je suis vraiment surprise d’être rendue aussi loin en moins d’un an. Venant de Shédiac, ça vaut beaucoup de représenter le pays d’un bout à l’autre et d’être la voix des écoles secondaires. C’est très précieux et ça va m’apporter de l’expérience.»

«Je vais faire tout ce que je peux au niveau du bénévolat et de la représentation, dit-elle, mais ce n’est pas facile quand tu es étudiante. Je vais faire ce que je peux, surtout dans la région, car mes études sont prioritaires. C’est difficile de faire de longs voyages quand tu vas à l’école.»

À la fin de juin 2017, Émilie se rendra à Little Rock, Arkansa, pour la compétition de Miss High School America, où elle représentera le Canada.

Afin d’aider à défrayer les dépenses d’Émilie pour l’année prochaine, des activités de collectes de fonds seront organisées. Fille de Christine Gallant et Yann Pichon, Émilie se dit très heureuse et reconnaissante de l’appui de sa famille et des gens qui l’aident à réaliser ses rêves.

Réouverture officielle du parc Pascal-Poirier

Samedi dernier, on a procédé à la réouverture du parc Pascal-Poirier de Shédiac.  Sur la photo, de gauche à droite: Raymond Cormier, conseiller; Patricia Bourque-Chevarie, conseillère; Laura Gallant, conseillère; Sylvie Colette-Boudreau, conseillère; Victor Boudreau, député de Shédiac-Beaubassin-Cap-Pelé et ministre de la Santé; Marc Léger, président du Club Rotary de Shédiac; Roger Caissie, maire adjoint; Gilles Brine, conseiller et Germaine Gallant, conseillère.  (Photo : Gilles Haché)

Samedi dernier, on a procédé à la réouverture du parc Pascal-Poirier de Shédiac. Sur la photo, de gauche à droite: Raymond Cormier, conseiller; Patricia Bourque-Chevarie, conseillère; Laura Gallant, conseillère; Sylvie Colette-Boudreau, conseillère; Victor Boudreau, député de Shédiac-Beaubassin-Cap-Pelé et ministre de la Santé; Marc Léger, président du Club Rotary de Shédiac; Roger Caissie, maire adjoint; Gilles Brine, conseiller et Germaine Gallant, conseillère. (Photo : Gilles Haché)

Gilles Haché

Des activités étaient organisées samedi dernier pour souligner la réouverture du parc Pascal-Poirier après des rénovations de plus de 1,2 million.

Grâce au financement de la province, du Club Rotary de Shédiac et de la Ville de Shédiac, les rénovations effectuées permettent maintenant aux citoyens et visiteurs d’avoir un endroit agréable et sécuritaire pour visiter le Marché du dimanche, assister aux différents spectacles de musique et autres activités.

Le maire adjoint, Roger Caissie a tenu à remercier le gouvernement provincial et le Club Rotary de Shédiac pour leur contribution. Pour le Rotary, il s’agit d’un deu-xième gros projet à lequel ils participent; l’autre projet étant le gros homard.