Grands champions!

peeweegagne

Les Prédateurs Shédiac/Cap-Pelé, niveau pee-wee, ont remporté la médaille d’or lors du tournoi provincial de hockey qui avait lieu en fin de semaine aux arénas de Shédiac et Cap-Pelé. Ce tournoi comprenait tous les niveaux et les pee-wee sont les seuls de notre région a remporter une médaille. Bravo!   (Photo : Michel Cormier)

NON à la Privatisation des programmes de santé au Nouveau-Brunswick

Dr Hubert Dupuis présente, à la centaine de personnes présentes, la position d’Égalité Santé en français. (Photo : Gilles Haché)

Dr Hubert Dupuis présente, à la centaine de personnes présentes, la position d’Égalité Santé en français. (Photo : Gilles Haché)

Plus d’une centaine de personnes ont participé à la rencontre d’information de NON à la privatisation des programmes de santé au Nouveau-Brunswick qui s’est tenue jeudi dernier à Shédiac.

Ce sont des citoyens inquiets qui se sont présentés à la réunion d’information pour essayer d’en connaitre plus sur l’entente proposée avec Medavie.

Le directeur général de l’Association francophone des aînés du Nouveau-Brunswick, Jean Luc Bélanger a donné un aperçu des changements qui pourraient avoir lieu avec la privatisation des Programmes extra-mural et télé-Soins qui seront transférés chez Médavie.

«Nous n’avons pas eu beaucoup réponses à nos questions de la part du ministre de la Santé Benoit Bourque, il nous dit que l’on en saura plus lorsque le contrat entre la province et Médavie sera signé. Ne sera-t-il pas trop tard?» a expliqué M. Bélanger.

Nous vous présentons les positions des associations qui appuient la campagne Non à la privatisation.

L’Association francophone des aînés du Nouveau-Brunswick appuie le Réseau santé Vitalité dans toutes ses revendications et ses démarches visant à maintenir sous sa responsabilité la gestion et la prestation du Programme de l’extra-mural, la santé primaire et le soutien à domicile afin de garantir les services de qualité à la collectivité francophone et acadienne du Nouveau-Brunswick et demande au gouvernement du Nouveau-Brunswick de maintenir le statu quo aux services offerts actuellement.

Le Dr Hubert Dupuis a souligné qu’Égalité Santé en Français a déposé une poursuite pour la pleine et entière gouvernance et gestion du réseau, un Conseil d’administration élu, capable de choisir sa présidence, d’embaucher la direction générale et l’égalité réelle de services de soins de santé entre les deux régies.

Ils ont également demandé la révision judiciaire de la privatisation de la gestion du Programme d’extra mural.

Le rapport n’a jamais recommandé de privatiser l’extra-mural mais a plutôt souligné d’élargir ses services pour inclure le soutien à domicile avec les réseaux de santé Vitalité et Horizon, donc avec le secteur public. Également, le rapport mettait un accent sur l’importance de l’engagement et l’implication de la communauté comme la pierre angulaire du soutien à domicile. Rien dans la proposition avec Médavie ne soulève cette implication ou bien ne spécifie de mettre un accent sur la prévention des maladies et la promotion de la santé…

La Fédération des citoyen.ne.s aîné.e.s du Nouveau-Brunswick quant à elle s’oppose fermement à la décision du gouvernement de transférer l’administration du Programme de l’extra-mural à Médavie. Les Néo-Brunswickois méritent mieux.

La position de la Coalition pour les droits et des résidents des foyers de soins est que le gouvernement du Nouveau-Brunswick est l’unique responsable de l’administration publique et du développement efficace des programmes tels extra-mural et télé-soins.

Pour l’Université du troisième âge, il déplore notamment le fait que le gouvernement ne reconnait pas l’expertise du Réseau de santé Vitalité, organisme public, dans la gestion des soins de santé, d’autant plus que la Commissaire aux langues officielles de la province, Madame D’Entremont, avait averti le gouvernement des inquiétudes que «la privatisation de certains services de santé pouvait créer chez les usagers francophones, particulièrement chez les aîné.e.s.»

La Société des enseignantes et enseignants retraités francophones du Nouveau-Brunswick recommande très fortement que la province respecte à la lettre les cinq conditions de la Loi canadienne sur la Santé dont celle qui exige que le programme des soins de santé soit géré par une administration publique et s’oppose à toute la privatisation d’un secteur quelconque du système de santé de la province; exige du gouvernement qu’il fasse marche arrière sur les ententes en cours avec Service de soins Médavie relativement à la privatisation de la gestion des Programmes extra-mural et télé-soins.

La SANB soulève que le gouvernement du Nouveau-Brunswick n’a pas entamé un processus d’appel d’offres avant de sélectionner Médavie comme fournisseur de soins de santé, qu’il n’a procédé à aucune étude pour établir que la privatisation mènerait à une augmentation de la qualité des services rendus. Si une telle étude a été élaborée, elle n’a pas été rendue publique. Elle souligne aussi que Médavie n’a pas élaboré de modèle de soins, que le gouvernement du Nouveau-Brunswick a pris la décision de poursuivre la privatisation des soins desanté à l’encontre de la volonté du Conseil d’administration du Réseau Vitalité (dont une partie des membres est élue par le peuple). La SANB a également mis sur pied une pétition «Ensemble, nous mettrons fin à la privatisation en santé au Nouveau-Brunswick».

La Fédération des conseils d’éducation du Nouveau-Brunswick se prononce contre la privatisation des soins de santé au Nouveau-Brunswick. Le gouvernement morcelle la gestion des services qu’il offre aux gens de la province en privatisant les services de santé.

Les recommandations fournies par les élus qui gouvernent les Régies de la santé, n’étaient pas en faveur de cette privatisation et n’ont pas été prises en considération, ce qui suscite des questionnements quant à la valeur qu’apporte le gouvernement aux Régies de la santé.

Ainsi, la FCÉNB apporte son appui à Égalité santé en français qui revendique le droit à la gestion et le contrôle exclusif et autonome de la communauté francophone en matière de santé ainsi que le respect de l’égalité réelle des deux communautés linguistiques.

L’Association francophone des municipalités du N.-B. demande au gouvernement provincial de suspendre sa décision de confier à une tierce partie privée la gestion du Programme extra-mural et du Programme télé-soins afin d’étudier pleinement l’impact que cette décision pourrait avoir sur la communauté linguistique de langue française eu égard aux obligations qui sont les siennes notamment en vertu des articles 16,16.1 et 20 de la Charte canadienne des droits et libertés, des articles 28 et 28.1 de la loi sur les langues officielles et de la loi reconnaissant l’égalité des deux communautés linguistiques officielles du Nouveau-Brunswick

Le Regroupement féministe du Nouveau-Brunswick appuie les démarches du Réseau de santé Vitalité pour changer les plans du gouvernement Gallant en ce qui concerne la privatisation de la gestion de l’extra-mural.

Le Syndicat de la fonction publique NB s’oppose à la décision du gouvernement du Nouveau-Brunswick (GNB) de confier la gestion du Programme extra-mural et de télé-soins.

Qui dit privatisation dit toujours perte de pouvoir public. Il est inacceptable que les libéraux veuillent démanteler notre système de santé.

Les citoyens qui ont pris la parole ont souligné l’excellence des services de l’extra murale et se demandent pourquoi changer les choses qui vont bien.

Lors de la présentation, on a également appris que les anglophones étaient également en désaccord avec la privatisation.

Une communauté unie pour que chacun puisse vivre la magie de Noël

vestiaire

Hélène Le Pennec

Nous y sommes, période de Noël, les arbres commencent à sortir de leur carton, les décorations viennent parer les maisons de leurs plus belles couleurs et les couronnes donnent aux portes une touche de magie. Ce temps de l’année est symbolisé par le partage, le rassemblement, qu’il soit familial, amical ou communautaire, entrecoupé de musiques, de bons soupers, moments de bonheur et ouvertures de cadeaux.

Si pour beaucoup ce schéma semble naturel pour ce temps des fêtes, tout le monde n’a malheureusement pas cette chance. Que l’on soit enfant ou adulte nous avons une vision bien différente de Noël. Demander à un enfant ce qui représente Noël et il y a de fortes chances que la réponse soit «le Père Noël et ses cadeaux!». Mais le Père Noël ne serait rien sans tous ses lutins.

Dans la communauté de Shédiac, le Père Noël a la chance d’être aidé par des lutins fantastiques qui donnent de leur temps et s’unissent et s’investissent afin que chaque enfant puisse vivre un Noël magique. Ces lutins travaillent fort au Vestiaire Saint-Joseph, au Dairy Queen, au Subway ou encore au Royaume des jouets.

Charline et Nicole font partie de ces bénévoles. Charline organise Le royaume des jouets depuis maintenant six ans. Charline travaille à temps partiel à l’Université de Moncton et met son temps libre au service de la communauté et à l’approche de Noël au service des enfants, de leurs parents et bien évidement du Père Noël, tout comme sa sœur Nicole.

«Pour les familles qui sont inscrites au Vestiaire Saint-Joseph, chaque enfant recevra des cadeaux mais aussi des pyjamas, un toutou, des bas, du tricotage, tout est neuf, rien n’est usagé. Ça en prend des papas Noël et des mamans Noël!», explique Charline. Cette opération dure quatre semaines et se termine le 16 décembre, mais tout don qui est fait après cette date sera utilisé pour l’année prochaine.

Il vous est aussi possible de vous rendre au Subway de Shédiac et en apportant un pyjama neuf vous repartirez avec un sous-marin de six pouces gratuitement. Si vous préférez le Dairy Queen, vous pourrez aussi vous y rendre pour ramasser une carte précisant l’âge d’un enfant et si c’est une fille ou un garçon puis déposer un cadeau (non-emballé) au pied du sapin ou le rapporter au Vestiaire. «À travers du Vestiaire Saint-Joseph nous mettons des Anges anonymes dans l’arbre et les   clients peuvent en choisir un et acheter un cadeau pour l’âge et le sexe précisé sur la carte», de dire Shirley, employée du Dairy Queen de Shédiac.

La communauté est un soutien essentiel afin que Noël puisse être vécu par chacun, petits et grands, comme un instant magique. Il n’y a rien de plus beau dans le cœur d’une maman ou d’un papa que de voir les yeux de son enfant scintiller à la vue des cadeaux au pied de l’arbre de Noël.

La magie est dans l’air, si vous souhaitez y prendre part n’hésitez pas à vous rendre au DQ de Shédiac, au Subway ou encore au Royaume des jouets et au Vestiaire Saint-Joseph. Votre soutien est précieux pour tous ces lutins qui ont débuté le décompte jusqu’au 24 décembre! Encore… ou plutôt… plus que 40 jours avant Noël!

Grandes gagnantes de la Chasse à l’As de Cap-Pelé

lasdepick

Les grandes gagnantes du dernier tirage de la loterie Chasse à l’As des Chevaliers de Colomb de Cap-Pelé sont Léonie Boleyn  qui a tiré le 8 de trèfle, donc elle s’est méritée la somme de 8300$. Camilla Léger a pigé l’As de pique et elle s’est méritée la somme de 55 700$ qu’elle partage avec Linda Léger. Sur la photo, Raymond Porelle présente le chèque à Camilla. Nous remercions tous ceux et celles qui ont appuyé notre tirage au cours de la dernière année. Une autre loterie débutera au cours des prochaines semaines avec un gros lot de 5000$. Au nom des Chevaliers de Colomb de Cap-Pelé et de tous les organismes qui profiteront des dons recueillis, nous vous sommes reconnaissants. (Photos: Gracieuseté)

Adorable Chocolat produit un calendrier de l’Avent

Frédéric Desclos nous montre fièrement le premier calendrier de l’Avent produit localement à Shédiac. On aperçoit également les Arbres de l’espoir en vente dans le cadre de la Campagne de l’Arbre de l’espoir. Deux dollars par arbre vendu vont à la campagne. (Photo : C. Lanteigne)

Frédéric Desclos nous montre fièrement le premier calendrier de l’Avent produit localement à Shédiac. On aperçoit également les Arbres de l’espoir en vente dans le cadre de la Campagne de l’Arbre de l’espoir. Deux dollars par arbre vendu vont à la campagne. (Photo : C. Lanteigne)

Pour une première fois dans la région et peut-être dans la province, on peut maintenant se procurer un calendrier de l’Avent produit localement. «Ça faisait plusieurs années qu’on y pensait, de dire Frédéric Desclos, maître chocolatier et copropriétaire d’Adorable Chocolat, de Shédiac, mais il nous manquait des éléments. Nous avons pu obtenir le calendrier de notre fournisseur de chocolat de Montréal et c’est finalement une réalité. Cependant, nous fabriquons le chocolat ici et on peut l’obtenir en chocolat noir, au lait ou blanc. Disponible depuis samedi dernier, il est super populaire», d’ajouter Frédéric.

On peut se procurer le calendrier de l’Avent au commerce à Shédiac, ainsi qu’aux marchés de Dieppe et Moncton, le samedi.

Grand finaliste de la Coop IGA de Shédiac

finalistecoop

Félicitations à notre grand finaliste, Yanick Mazerolle, qui s’est mérité une carte cadeau IGA de 500$ et qui a maintenant une chance sur 292 de remporter le grand prix, soit un million de dollars. Le grand gagnant sera annoncé le dimanche 19 novembre, lors d’une pause commerciale pendant la finale de La Voix Junior. (Photo : Gracieuseté)

Compétition Dance Quest de Saint-Jean    L’école Danse Chaos Dance est couronnée championne

L’école Danse Chaos Dance de Moncton est ressortie grande gagnante de la compétition de danse Dance Quest, qui se déroulait du 2 au 4 novembre 2017 à Saint Jean, au N.-B.

L’école de danse Chaos, qui se spécialise surtout en Hip Hop, s’est démarquée à chaque tournant de cette compétition, qui constitue un évènement incontournable de la danse compétitive dans les Maritimes, rassemblant plus de 25 écoles de danse du Nouveau Brunswick et de la Nouvelle-Écosse. En plus de s’être mérités plusieurs médailles d’or et prix spéciaux, les danseuses et les danseurs de Chaos ont eu la chance de voir neuf de leurs numéros être choisis pour participer à l’Odyssey, spectacle qui rassemble les numéros s’ayant le plus démarqués et qui fait office de finale à la compétition.

C’est avec SQUAD que l’école de danse a remporté la première place de la compétition, pour une deuxième année consécutive. Il s’agissait de la première compétition de la saison pour Chaos, dont les danseurs continueront de participer à diver- ses compétitions régionales, nationales, et internationales au courant de l’année 2017-2018.

«L’éthique de travail de nos danseurs se reflète dans les bons résultats que nous avons eu à Saint Jean», affirme la directrice artistique de l’école, Cathy Lanteigne. «Ils sont incroyablement professionnels, et ils se fixent des buts qu’ils travaillent fort pour atteindre.»

À propos de Chaos

Le studio de danse Chaos a été fondé en 2009 par Janique Sivret et Geneviève McIntyre. L’école de danse bilingue a comme mission de donner l’occasion aux danseurs et aux danseuses de tous âges d’acquérir une formation de qualité dans divers styles de danse par l’entremise de son volet récréatif. L’école offre également un volet compétitif qui vise à former des danseurs juniors, séniors et adultes de calibre avancé afin de prendre part à des compétitions et d’offrir des performances à l’échelle nationale et internationale. Si elle œuvre principalement à partir de Moncton, l’école offre également des cours récréatifs dans les régions de Shédiac et de Cocagne.

La chanteuse jazz Emilie-Claire Barlow lance la saison des fêtes au Capitol

Emilie-Claire Barlow

Emilie-Claire Barlow

Le Théâtre Capitol est fier de présenter Emilie-Claire Barlow, le vendredi 1er décembre prochain, à 20h. La première partie sera assurée par le chanteur néo-écossais Ian Janes.

Lauréate d’un Félix et de deux Prix JUNO, la chanteuse Emilie-Claire Barlow présente son spectacle Lumières d’hiver, en appui à son 12ème album, mais son premier album de Noël en français, qui fait suite au grand Winter Wonderland lancé en 2006.

Lumières d’hiver marque une nouvelle étape dans l’évolution musicale d’Emilie-Claire Barlow. Son spectacle bilingue propose un mélange éclectique de chansons hivernales et de chansons de Noël. Des immortelles River, I’ll Be Home for Christmas, Noël Blanc ou encore As-tu vu le Père Noël (Renée Martel) en plus de quelques surprises comme la version française de la chanson Hey Santa de Carnie et Wendy Wilson en plus d’une étonnante relecture de la pièce Combien de Noël de Tricot Machine.

Sur scène, Emilie-Claire Barlow et son fabuleux groupe sont reconnus pour donner d’exquises performances. Le répertoire de la tournée Lumières d’hiver / Winter Lights sera principalement composé de pièces tirées de ses albums les plus populaires (The Beat Goes On, Clear Day et Seule ce Soir) mais évidemment aussi de Lumières d’hiver et bien sûr Winter Wonderland. Humour, finesse, dextérité jazzistique et bien sûr, cette voix absolument délicieuse assureront une soirée magique à tous!

Première partie : Ian Janes

L’auteur-compositeur-interprète, guitariste et réalisateur Ian Janes, originaire de Darmouth, présente son quatrième album Yes Man, lancé en février dernier. Aussi à l’aise dans le rock que le folk ou le soul, Ian Janes offre avec ce nouvel album une musique intense où le groove, la mélodie et les arrangements démontrent un artiste en parfait contrôle de son art.

Les billets pour le spectacle d’Emilie-Claire Barlow sont en vente à la billetterie du Théâtre Capitol (811, rue Main, à Moncton). On peut également se les procurer en composant le (506) 856-4379 ou le 1-800-567-1922, ou encore sur le web au www.capitol.nb.ca.

Des coquelicots pour les élèves de l’école Donat-Robichaud

legion

Quelques membres de la Légion de Cap-Pelé sont allés offrir des coquelicots aux élèves de l’école Donat-Robichaud de Cap-Pelé, lundi. De gauche à droite : Raymond Doiron, Donald Lirette, Léo Donelle et Marty Smith, président, en compagnie d’élèves. (Photo : Mike Thibodeau)

Lors de la soirée de reconnaissance  La Chambre de commerce de Cap-Pelé/Beaubassin-est reconnaitra ses entrepreneurs et bénévoles

Le 23 novembre prochain, la Chambre de commerce de Cap-Pelé/Beaubassin-est tiendra sa soirée annuelle pour reconnaitre les efforts de ses entreprises, qui font de la région un centre économique important.

Le prix Charles-Yvon Landry entrepreneur de l’année féminin sera alors remis à Natalie Cormier, d’Able Canvas. Le prix entrepreneur de l’année sera remis à Serge Colin et Jean-Philippe Magot, de Claritech Innovations.

En plus de reconnaitre les entrepreneurs, la Chambre de commerce de Cap-Pelé/Beaubassin-est reconnaitra Marguerite Gagnon, la personne pionnière CBDC et Marita LeBlanc recevra le prix du président.

Il y aura également l’annonce des deux gagnants des deux bourses d’études offertes par la Chambre de commerce.

L’activité incluant un souper se déroulera au Centre de St-André-LeBlanc, le jeudi 23 novembre à compter de 18h30. Pour information, communiquer avec Albert E. LeBlanc au 533-6786.