Abbey-Landry souligne la journée du chandail orange…

Vendredi dernier, les élèves de l’école Abbey-Landry de Memramcook ont souligné la Journée du chandail orange. Les élèves ont eu l’occasion d’en apprendre sur l’expérience traumatisante qu’ont vécue des milliers d’enfants autochtones enlevés de leurs familles pour se rendre dans des pensionnats souvent situés à des milliers de kilomètres de leur foyer. (Photo : Gracieuseté)

Vendredi dernier, les élèves de l’école Abbey-Landry de Memramcook ont souligné la Journée du chandail orange et les élèves ont eu l’occasion d’apprendre pourquoi on tenait cette journée. «Nous avons eu trois cours pendant lesquels on nous a raconté ce qui est arrivé aux enfants autochtones, de dire un jeune élève.  Ça fait vraiment pitié de voir qu’on pouvait traiter des enfants comme nous de cette façon là.»

Plusieurs autres écoles du District scolaire francophone Sud ont également souligné cette journée, dont l’école Ste-Thérèse et Anna-Malenfant.

Pendant plus de 100 ans, pour des milliers d’enfants autochtones, la rentrée scolaire correspondait à une expérience traumatisante. De la fin du 19e siècle jusqu’en 1996, 150 000 jeunes durent quitter leurs familles pour se rendre dans des pensionnats situés souvent à des milliers de kilomètres de leur foyer. Ce système des pensionnats avait pour but d’assimiler les jeunes autochtones à la culture dominante.

Dans son rapport de 2015, la Commission de vérité et réconciliation a soumis 94 appels à l’action pour réconcilier les peuples autochtones et les non-autochtones. En 2008, le gouvernement canadien s’est excusé auprès des premiers habitants du pays pour les torts causés et s’est engagé à travailler à reconstruire les ponts avec ces communautés.

Au Nouveau-Brunswick, l’objectif 5 du plan d’éducation de 10 ans «Donnons à nos enfants une longueur d’avance» vise justement à travailler à la conciliation en faisant connaître la culture et l’histoire des peuples autochtones en plus de favoriser la construction identitaire des élèves de Premières Nations fréquentant nos écoles.

Pourquoi soulignons-nous la journée du chandail orange?

La Journée du chandail orange prend ses origines en mai 2013 à Williams Lake en Colombie-Britannique lors d’un projet commémoratif du pensionnat «St-Joseph Mission Residential School». Une ancienne élève de ce pensionnat, Phyllis Jack Webstad, a témoigné s’être fait prendre par son enseignant un chandail orange brillant que sa grand-mère lui avait acheté. En partageant son histoire, elle s’est rendu compte que plusieurs survivants avaient des histoires semblables. Par conséquent, La Journée du chandail orange est devenue une occasion de se rappeler cette époque affreuse, et nous encourage à créer un système scolaire où toutes les traditions et cultures sont accueillies.

Le personnel de l’école Abbey-Landry remercie les parents d’encourager leurs enfants à participer à cette journée symbolique qui permettra à tous de commencer un long processus de guérison.

Exprimez vous!

*