Jeux régionaux du Sud-est Les compétitions de volleyball promettent

(N.A.L.) – Le volleyball est un sport qui intéresse bien des jeunes et la lutte pour représenter le Sud-est aux Jeux de l’Acadie débute avec plusieurs entrainements et tournois afin de bien se préparer pour les Jeux régionaux.

   Plusieurs équipes étaient présentes en fin de semaine au tournoi bleu et or de l’Université de Moncton et des jeunes ont bien voulu se confier au journal.

   Alex Cormier, Oscar Hébert-Cregan et Sophie Léger ont tous espoir de voir leur équipe représenter le Sud-est au volleyball. 

   Alex Cormier, de Dieppe, est un élève de 8e année de l’école Carrefour de l’Acadie. Mesurant 5pieds 9pouces, il joue au volleyball depuis trois ans. «C’est un sport plaisant et j’aime attaquer, être avec mes amis et jouer, a-t-il expliqué. Il joue à diverses positions, mais souvent comme power/attaquant. Je dois couvrir le centre lorsqu’il bloque et marquer des points. J’aime aller aux tournois. Notre ligue est forte cette année, mais on réussit bien. On s’entraine fort et on s’attend à de la bonne compétition aux Jeux régionaux. On vise la Finale des Jeux de l‘Acadie.»

   Pour se rendre en finale, Alex indique que l’équipe devra travailler fort pour se dépasser. «Ma force sur le terrain est mon service et mes attaques, a-t-il poursuivi. Je ne saute pas haut, mais j’ai une bonne portée et je frappe fort, parfois. Je suis allé aux Jeux de l’Acadie deux fois, en volleyball, athlétisme et handball. Si on continue à bien jouer et s’entrainer, on sera gagnant.» Cormier a joué avec les Phantoms bantam AAA mineur cette saison au hockey.

    Oscar Hébert-Cregan, 14 ans, de Moncton, est en 8e année à l’école Le Masca- ret. Mesurant 5pieds 9pou-ces, c’est sa première année au volleyball. «Il est impor- tant de travailler en équipe parce qu’un joueur ne peut tout faire seul, a-t-il dit. C’est une situation que j’aime bien. J’aime essayer un nouveau sport. On s’améliore et tous nos joueurs jouent leur première année. C’est plaisant de voir notre équipe. On sera assez bon pour les jeux régionaux.» Oscar est d’ha- bitudes un joueur de centre qui apprécie cette position. Il aime bloquer et attaquer. Il joue au soccer avec la formation Codiac -15 ans et était membre des Hawks bantam au hockey. 

   L’équipe de l’école Père-Edgar-T.-LeBlanc peut compter sur les habiletés de Sophie Léger, de Haute-Aboujagane, une élève de 8e année. «Notre objectif est de travailler en équipe et de s’améliorer à chaque partie. On voulait participer à ce tournoi (bleu et or) pour avoir du plaisir et s’améliorer.»

   Léger, 14 ans, était aussi membre de l’équipe Fuzion -15 ans, qui a remporté la médaille d’or du tournoi de vendredi. «Je joue depuis cinq ans et j’aime cela, a-t-elle ajouté. J’aime bien jouer en équipe et être avec mes amies. On a beaucoup de plaisir comme équipe et on veut s’améliorer et bien jouer. On va faire de notre mieux et se rendre en finale aux jeux régionaux. On veut avoir du plaisir.» C’est le seul sport de Léger.

Bâton Atlantik célèbre ses 35 ans

 

Brenda Arsenault LeBlanc. (Photo : Normand A. Léger)

(N.A.L.) – Le Club de Bâton Atlantik célèbre cette saison son 35e anniversaire et celle qui en est responsable depuis ses débuts, Brenda Arsenault LeBlanc a toujours le feu sacré pour ce sport qu’elle aimerait voir se développer davantage.

   Le club a organisé des activités durant l’année pour marquer l’anniversaire, dont le spectacle de fin d’année, le dimanche 2 juin à l’école Mathieu-Martin. Une invitation spéciale est envoyée à toutes les anciennes athlètes et aux entraineuses.

   «Cela fait 35 ans que j’enseigne le bâton, ayant commencé à 17 ans à Shédiac, a indiqué Brenda Arsenault LeBlanc. Je n’avais jamais enseigné et ma première inscription avec Annette Gautreau consistait de 80 jeunes dans la palestre de l’école Louis-J.-Robichaud. On se nommait les «Sailo-rettes» et les jeunes avaient des costumes de matelots lors de défilés à Shédiac.»

   Bâton Atlantik s’est beaucoup développé au fil des années avec des cours à Shédiac, Cap-Pelé, Irishtown, Notre-Dame, Bouctouche, Moncton, Petitcodiac,   Sackville, Grande-Digue, Cocagne, Memramcook, Caraquet, Shippagan et Saint-Antoine. Brenda avait débuté le bâton à 12 ans et avait quatre années d’expérience avant d’enseigner. Elle a poursuivi la compétition jusqu’à 25 ans et apprécie l’évolution dans le sport. Elle vise envoyer des jeunes aux championnats canadiens. Manon Richardson l’a jointe comme entraineuse. Sa première athlète aux cham- pionnats nationaux a été Chantale Léger, de Memramcook. Elle enseigne maintenant sa fille, Haley, qui va participer à son troisième championnat canadien.

   L’Association canadienne de bâton sportif a développé divers programmes et les athlètes de Bâton Atlantik ont participé à des compétitions en Floride, Chicago, Pays-Bas, France, Croatie et ailleurs.

   «Les compétitions sont de bons souvenirs pour les athlètes, a ajouté l’entraineuse. Elles rencontrent des athlètes d’à travers le monde et peuvent échanger. C’est bon pour les athlètes et les entraineurs d’apprendre des autres.»

   Les athlètes aujourd’hui sont plus avancés techniquement en raison des programmes de développement. Les gens avaient l’idée de majorettes dans les défilés, il y a 35 ans et aujourd’hui, c’est bien différent. Il y a eu une belle évolution. Bâton Atlantik offre un premier cours gratuit aux personnes qui veulent essayer ce sport. Il y des cours du lundi au vendredi et durant les fins de semaine. Les jeunes peuvent se rendre le lundi à Cocagne et Sackville, le mardi à Moncton, le mercredi à Dieppe, le jeudi à Sainte-Marie et le vendredi, à Moncton. Le samedi, il y a des portes ouvertes au centre Crossman de Moncton.

   «Le bâton est exigeant, mais c’est une passion, a ajouté Brenda. Je ne me vois pas faire autre chose. J’ai enseigné à plus de 2 450 athlètes, en 35 ans. C’est beaucoup de mémoires. Il y a eu plusieurs bons athlètes. Certaines ont bien fait sur les scènes nationale et internationale. Il y en a qui excellent encore aujourd’hui. C’est toujours plaisant de voir l’expression de nos athlètes aux championnats canadiens pour la première fois. On participe à quatre compétitions par année dans la province, incluant le provincial. Il y a aussi le championnat canadien et ceux à l’international. Cette année en France, Brianna Middleton et Leanne Ple-wes devraient représenter le Canada. Le championnat du N.-B. aura lieu du 10 au 12 mai et il y aura les qualifications pour l’international, la grande fin de semaine de mai.»

   Brenda Arsenault LeBlanc aimerait voir plus de clubs dans la province. Il y en a seulement deux autres, ceux de Néguac et de Saint-Jean. Il y a un nouvel exécutif cette année dans l’organisme provincial. Elle cherche aussi à améliorer les performances et la technique des jeunes. Monica Boudreau a fait partie d’Équipe Canada et elle espère en qualifier d’autres dans les années à venir. Elle indique que les athlètes qui débutent entre cinq et sept ans ont continué pour au mois 10 ans.

Savoie et McGraw sont champions atlantiques

   Mahé Savoie, de Moncton et Samuel McGraw, de Dieppe, ont remporté des championnats atlantiques de judo lors d’une récente compétition. Savoie a raflé deux titres, le -14 ans et le -18 ans, elle qui n’a que 14 ans. «Je m’attendais de remporter ces deux compétitions, a dit celle qui avait remporté une médaille de bronze -48kg aux Jeux du Canada. Je me suis fiée à ma technique pour l’emporter. Je suis forte dans la technique et je suis en bonne forme physique. Je vais me concentrer sur la musculation, le cardio et augmenter mon intensité en vue des championnats canadiens, à Edmonton, vers la mi-mai. J’ai hâte d’y aller parce que ce sera ma première fois à cet endroit et j’ai hâte à la compétition. Ce sera une belle expérience.» Elle sera en compétition dans la catégorie -52kg et dit vouloir faire de son mieux, sans prédire un rang souhaité. 

   Pour sa part, Samuel McGraw est le champion atlantique des -66kg. «J’avais gagné l’an dernier et je suis heureux d’avoir pu défendre mon titre, a dit l’étudiant de l’école Mathieu-Martin et membre du Club Otoshi de Dieppe. J’avais deux forts opposants et j’ai gagné avec une meilleure technique. J’ai hâte d’assister au championnat canadien avec les autres membres d’Équipe Nouveau-Brunswick.» McGraw avait pris le 9e rang aux Jeux du Canada. Il a bien hâte de se reprendre aux championnats canadiens. (Photo : Normand A. Léger)