Prix Éloi 2019 Dolorès Breau, Bluegrass Diamonds et Patricia Léger honorés

Lors de la septième édition du Prix Éloi, dimanche dernier, la Société culturelle de la Vallée de Memramcook, en collaboration avec la Société d’histoire de Memramcook, a honoré des gens de la communauté. Nous reconnaissons dans l’ordre habituel : Francis Cormier, Patricia Léger, Vincent Cormier, Dolorès Breau et Louis Cormier. (Photo: Gabrielle Bissonnette)

   La Société culturelle de la Vallée de Memramcook, en collaboration avec la Société d’histoire de Memramcook, était heureuse de présenter la septième édition du Prix Éloi, dimanche dernier au Monument-Lefebvre. 

   Cette année, le comité de sélection a décidé d’honorer    Dolorès Breau, Bluegrass Diamonds et Patricia Léger.

   La photographe professionnelle Dolorès Breau, originaire de Memramcook, s’est spécialisée dans la photogra- phie de style documentaire social, les portraits et les produits commerciaux. Cette photographe d’expérience réussit à immortaliser avec brio les objets, les bâtiments, les scènes de toutes sortes et les gens qui ont quelque chose à dire.

   Bluegrass Diamonds est un groupe de musiciens reconnu pour son style «Bluegrass». Ce groupe Acadien, originaire du Sud-est du Nouveau-Brunswick, a fait ses débuts à Memramcook il y a plus de 30 ans. Depuis ce temps, ils ont joué et jouent encore dans des festivals Bluegrass partout au Canada. Gagnants de nombreux prix, ils ont présentement huit albums et un DVD.

Nous reconnaissons les membres de Bluegrass Diamonds en compagnie de Megan Mitton, députée de Memramcook-Tantramar. (Photo : Gabrielle Bissonnette)

   Artiste multidisciplinaire en théâtre, Patricia Léger est née et a grandi devant l’église Saint-Thomas de Memramcook. Elle se dit polyvalente et ouverte aux diverses faces du théâtre, ce qui lui a permis d’obtenir de l’expérience en tant que comédienne, actrice, auteure, chanteuse, metteure en scène et enseignante.

   Les musiciens invités étaient Eddy Poirier, au violon; Joanne Landrey, à la gigue; Eugène LeBlanc, à la basse; Bobby Dupuis et Michel Bourgeois, à la guitare et voix et Clarence Gould, à l’accordéon.

   Le Prix Éloi a été mis sur pied en hommage au grand violoneux de chez nous, Éloi à Protais LeBlanc, qui nous a fait danser pendant des années au rythme de son violon. Le Prix est décerné annuellement à des artistes ayant des racines à Memramcook et qui se sont démarqués sur la scène culturelle ici et ailleurs.

Du 10 au 14 juillet 2019! Place à la 70e édition du Festival du homard de Shédiac

  

M. Homard

 

Tarifs réduits à la porte, activités pour toute la famille, groupes d’artistes parmi les plus populaires en Atlantique, rien n’a été négligé afin de faire de la 70e édition du Festival du homard de Shédiac un succès dont tous et toutes se souviendront longtemps.

   C’est donc avec beaucoup d’enthousiasme que le pré- sident, Edgar LeBlanc, et le maire de la Ville de Shédiac, Roger Caissie, ont dévoilé la programmation de la 70e édition du Festival du homard qui se déroulera du 10 au 14 juillet 2019 prochain à Shédiac.

   «Nous avons voulu rendre le Festival encore plus accessible que jamais auparavant, a lancé le président du Festival du homard, Edgar LeBlanc. Dans le cadre du 70e anniversaire, nous avons décidé de réduire les frais d’entrée afin de remercier la population pour son immense appui au fil des années. Le coût d’entrée passe donc de 8$ à 5$ pour les adultes, de 5$ à 3$ pour les enfants de 13 ans à 18 ans, et ce sera gratuit pour les enfants de 12 ans et moins», annonce fièrement M. LeBlanc.

   «Le Festival du homard de Shédiac continue de connaître un succès retentissant année après année grâce à une programmation qui rejoint les attentes de tous les citoyens et citoyennes ainsi que nos nombreux visiteurs, confie le maire. Après plus de 70 ans d’existence, le Festival du homard est une véritable ins- titution dans notre région et un événement incontournable à chaque année.»

   L’édition 2019 sera encore plus diversifiée que celle des années passées grâce surtout à un travail d’équipe formidable et à l’appui de nos précieux partenaires financiers qui contribuent au succès du Festival du homard de Shédiac.»

   Bien que le Festival ouvre officiellement ses portes le mercredi 10 juillet avec les traditionnels manèges de Campbell Amusements, plusieurs groupes et artistes se produiront le vendredi 5 et le samedi 6 juillet. C’est Jass-Sainte qui lancera les activi- tés de la 70e édition avec un souper théâtre intitulé «Jass-Sainte va à la camp» le vendredi soir 5 juillet au Centre multifonctionnel de Shédiac. Jass-Sainte retourne à la camp là où elle a grandi pour chasser et manger de la «moose meat» avec Cinthia. Sans fusil… Va-t-elle réussir à s’en sortir en vie sans son Facebook pis son Instagram? C’est évidemment une acti- vité à ne pas manquer et qui met en vedette les comédiens Xavier Gould, Solange Le-Blanc et Bass Levesque.

Spectacle du 70e avec Jacques Comeau

   Le lendemain, soit le samedi 6 juillet, place au spectacle du 70e  anniversaire du Festival et à la très populaire soirée Ales & Tales. Cette soirée marquera le retour au Festival du homard de Jacques Comeau qui a connu une merveilleuse expérience à la très populaire émission La Voix où il a atteint la demi finale. Jacques se produira sous la tente en compagnie de Félix et Jean Belliveau. On retrouvera également sur scène An Acoustic Sin et Big Bad Party Band afin de souligner en grand ce 70e anniversaire.

   Plusieurs artistes de grande renommée se produiront sur la scène du Festival, dont Signal Hill, Suroît, Old School, George Belliveau, Izabelle, Dominique Dupuis, Shelley Bean & The Duckety Muds, Big Bad Party Band, Countryside, An Acoustic Sin, Brian Mallery, Mike & Andy, Tina Gautreau, Josiane Comeau, Dan Cowboy, Ti-Blanc Morin, Three Bob Night, Denis Léger, Mad Science, Mix Tape, Liz and Ben, Loaded Dice et Clinton Fernandez. D’autres comédiens et artistes seront également de la fête lors de la 70e édition du Festival du homard : Danse Envy, Rémi le Magicien, Danse Filipino, Art Richard, le Zoo de reptiles Ray’s, M. Crapeau. Sans oublier bien sûr le très popu-laire concours de mangeurs de homard.

   «Nous sommes encore fiers cette année de notre programmation très diversifiée, de confier le président du Festival du homard, Edgar LeBlanc. L’équipe a fait un travail exceptionnel afin de présenter des activités qui s’adressent à tous les membres de la famille. Il ne fait aucun doute que le Festival continue de grandir pour figurer parmi les plus importants festivals à travers la province et même sur la scène Atlantique.»

Un «lobster roll» de plus de 200 pieds!!!

   La traditionnelle guédille au homard («lobster roll») marquera encore une fois l’ouverture officielle du 70e Festival du homard le mercredi 10 juillet 2019. Les portes ouvriront à 18h et le lancement officiel du Festival se fera à compter de 19h. Pour l’occasion, le Festival s’associe aux Chevaliers de Colomb de Shédiac afin d’offrir encore cette année le plus long «lobster roll» au monde. Une dégustation à ne pas manquer!

Pique-nique dans le parc

   Pour une deuxième année consécutive, le comité orga- nisateur invite la population à un grand pique-nique au Parc Pascal-Poirier le dimanche 14 juillet à compter de 18h. Pour marquer la fermeture du Festival, le groupe Loaded Dice se produira sur la scène à compter de 18h30.

   Avec un incroyable succès lors des dernières années, «Corks & Claws» est de retour en 2019, soit le vendredi 12 juillet au Centre multifonctionnel de Shédiac à compter de 19h. Venez déguster des vins et des créations culinaires au homard de nos chefs et restaurants régionaux. Une autre soirée amusante!

   Les billets pour les événements du Festival sont maintenant en vente au Jean Coutu de Shédiac. 

   C’est donc un rendez-vous à ne pas manquer cet été à Shédiac, la Capitale mon-  diale du homard du 10 au 14 juillet 2019.

   Vous pouvez consulter le programme complet du festival au  www.shediaclobsterfestival.ca 

Samuel Fontaine, l’âme des Olympiens

(N.A.L.) – Les Olympiens de l’école L’Odyssée ont connu une saison partagée au volleyball gars junior de la Conférence de l’Est et se sont qualifiés pour le championnat provincial suivant le tournoi régional Nord-est. Ils ont remporté une partie sur trois au provincial en fin de semaine.

   Le capitaine de l’équipe était Samuel Fontaine, de Moncton, un élève de 10e année à sa deuxième saison avec la formation. Joueur de centre, il mesure 5pieds 8pouces.

   «Je suis un bloqueur et un attaquant tout en prenant les passes courtes, a dit le capitaine confiant de son équipe. On a connu une assez bonne saison. On était les négligés au provincial et on aimait cela. L’équipe s’est beaucoup améliorée, on a bien commencé l’année et l’entraineur nous a poussés toute la saison avec de bons exercices.»

   Les Olympiens se sont qua-lifiés en prenant le troisième rang au régional derrière les Rebelles de Népisiguit et les Matadors de Mathieu-Martin. «On a presque vaincu les Rebelles et on aurait pu faire mieux, a ajouté Samuel Fontaine. On a participé au provincial pour avoir du plaisir, travailler fort et montrer ce que les Olympiens pouvaient faire. Notre succès comme équipe dépend de notre communication, des belles réceptions, des passes et des attaques. Tout le monde doit se présenter.»

   Fontaine a joué deux ans avec l’équipe de l’école Le Sommet avant de joindre les Olympiens. Il s’aligne également avec la formation gars Fuzion afin de s’amélio-rer et de perfectionner son jeu. «Cela me permet de m’améliorer et d’offrir une meilleure performance. Je suis capable de bien communiquer, d’attaquer et de bloquer. Mon rôle de capitaine est de m’assurer que la bonne humeur est présente et de relever les joueurs. Ce n’est pas toujours facile, surtout si le pointage ne nous avantage pas. Mais si on va bien, c’est plus facile d’encoura-                             ger l’équipe. La saison est terminée, mais on va poursuivre nos entrainements et je vais jouer au volleyball de plage cet été. Le volleyball est mon seul sport et ma passion. C’est un sport unique, que pas tous jouent. C’est beau à voir et à jouer et surtout lorsque tu regardes l’ensemble du jeu, de la réception à l’attaque. C’est beau.»