L’usine de Cape Bald Packers rasée par les flammes

 L’usine de transformation du homard de Cap-Pelé a été entièrement détruite par les flammes dimanche matin.  Cape Bald Packers est le plus grand employeur de la municipalité, qui est grandement ébranlée par le sinistre. C’est la deuxième perte d’une usine pour la compagnie après celle de Richibouctou-Village qui subissait le même sort au début du mois. (Photo : Paula Lirette)

UN INCENDIE RAVAGE UNE USINE DE CAPE BALD PACKERS À CAP-PELÉ

EDITORIAL

Joanne Losier

Des bonnes nouvelles parmi les mauvaises

«Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait.» Mark Twain

  Contrairement aux fausses nouvelles qui se sont répandues aussi rapidement que les flammes après l’inferno qui a ravagé l’usine de Cap-Pelé, dimanche dernier, les propriétaires ont déjà annoncé que l’usine sera reconstruite le plus tôt possible. C’est une annonce qui en a soulagé plusieurs, des employés aux pêcheurs en passant par les fournisseurs et clients de cette entreprise ancrée au Coeur de l’Acadie depuis plus de 70 ans.

Il s’agissait du 2e sinistre en 17 jours pour Cape Bald Packers, après la perte de leur usine de Richiboutou-Village. En tout, près de 500 travailleurs se trouvaient affectés par ces feux destructeurs. Les propriétaires se préparaient à accueillir à Cap-Pelé les femmes et les hommes mis au chômage par l’incident du 7 février lorsque la dernière catastrophe est survenue.

Décrivant l’entreprise comme «une famille tissée serrée», la directrice des affaires corporatives de Cape Bald Packers, Joanne Lo- sier, a déclaré que tous les employés auraient du travail. L’employeur compte rencontrer les employés du Nouveau-Brunswick au courant de la semaine afin de répondre à leurs nombreuses questions. Les personnes touchées par les incendies proviennent des comtés de Westmorland et de Kent surtout, mais aussi d’ailleurs, y compris du Mexique, de la Jamaïque et des Philipines.

L’édifice situé au Bas-Cap-Pelé était assuré, selon Joanne Losier. Cape Bald Packers peut encore comp-ter sur son usine située sur le chemin Acadie au centre de Cap-Pelé, mais il sera nécessaire d’ajuster les quarts de travail afin de répondre aux besoins durant la période de reconstruction. Tout de même, l’entreprise est déterminée d’être prête pour transformer le crabe des neiges, le homard et les moules dès le début mai. C’est un défi qui semble impossible, mais tout porte à croire qu’ils réussiront l’exploit. Tant mieux pour eux et tant mieux pour nous.

Une tragédie d’une telle ampleur exigera des gouvernements provincial et fédéral un appui tangible et immédiat. Ils ont déjà indiqué leur volonté d’aider. Il reste à voir s’ils seront capables de collaborer afin d’assurer le remplacement de ces usines importantes pour l’économie provinciale.

Bernard Richard

L’éco-dépôt mobile est à Beaubassin-est les 6 et 7 mars

L’éco-dépôt mobile sera dans la Communuauté rurale Beaubassin-est les 6 et 7 mars de midi à 20h, dans le stationnement de la Salle Grand-Barachois. Éco360 sud-est offre le programme de dépôt mobile afin de rendre l’élimination des déchets plus accessible pour les ré- sidents. L’éco-dépôt mobile visite chaque municipalité un minimum de trois fois par année pour une période de deux jours (mercredis et jeudis de midi à 20h). Chaque région accueille l’éco-dépôt mobile dans une communauté différente chaque mois, et voici l’horaire de notre région pour l’année 2019 :

– 6 et 7 mars au 1455, route 133 à Grand-Barachois (stationnement de la Salle Grand-Barachois)

– 3 et 4 avril au 84, rue Festival à Shediac (stationnement de l’aréna)

– 8 et 9 mai au 2, rue East Main à Port Elgin (stationnement au coin de la rue East Main et du chemin Shemogue)

– 5 et 6 juin au 54, rue de l’Aréna à Cap-Pelé (stationnement de l’aréna)

– 3 et 4 juillet au 1455, route 133 à Grand-Barachois (stationnement de la Salle Grand-Barachois)

– 7 et 8 août au 2, rue East Main à Port Elgin (stationnement au coin de la rue East Main et du chemin Shemogue)

– 4 et 5 septembre au 84, rue Festival à Shediac (stationnement de l’aréna)

– 2 et 3 octobre au 54, rue de l’Aréna à Cap-Pelé (stationnement de l’aréna)

– 6 et 7 novembre au 1455, route 133 à Grand-Barachois (stationnement de la Salle Grand-Barachois)

– 4 et 5 décembre au 84, rue Festival à Shediac (stationnement de l’aréna)

On demande aux résidents de trier leur charge par type de matériel pour faciliter le déchargement. Les résidents peuvent visiter n’importe quel éco-dépôt mobile pour se défaire sans frais des articles suivants uniquement (jusqu’à une charge maximale d’un camion de ½ tonne et d’une remorque utilitaire) :

– électroménagers (limite d’un article de chaque sorte par client),

– appareils électroniques,

– meubles (incluant les matelas),

– petits appareils ménagers,

– matériaux de construction, de démolition et de rénovation,

– pneus de voiture ou de camion (diamètre de 20 po ou 51 cm maximum),

– broussailles, branches et déchets de jardin,

– cendre,

– verre transparent seulement (bouteilles et pots),

– carton et papier,

– métaux,

– résidus domestiques dangereux.

Si vous souhaitez obtenir plus d’information, n’hésitez pas à communiquer au 877-1050 ou à visiter le site eco360.ca.

Retour du programme communautaire de plantation d’arbres

Le programme communautaire de plantation d’arbres, qui vise à rendre le paysage de Dieppe plus vert, est de retour pour une 7e année consécutive. Depuis son lancement, ce sont plus de 400 arbres qui ont été plantés à travers la municipalité.

Cette initiative permet d’offrir des arbres matures à un coût très accessible aux résidents qui n’ont pas d’arbre devant leur maison. Les personnes intéressées ont jusqu’au dimanche 31 mars pour faire parvenir leur demande.

Conditions d’admissibilité

  • Un seul arbre par résidence;
  • Il ne doit pas y avoir d’arbre existant sur la partie du terrain située devant la maison;
  • Il doit y avoir suffisamment d’espace pour planter l’arbre et s’assurer qu’il ait assez de place pour grandir;
  • Des frais de 50$ plus taxes doivent être payés par le propriétaire de la maison, ce qui correspond à moins de 30% du coût d’achat de l’arbre;
  • L’arbre reçu doit être planté sur la partie du terrain située devant la maison uniquement.

Si votre demande est retenue, la municipalité vous contactera pour déterminer quelle sorte d’arbre peut être plantée sur votre terrain en fonction de l’espace et de la disponibilité des espèces d’arbres.

Pour vous en procurer un, il suffit de remplir une demande d’ici le 31 mars, au dieppe.ca. Le programme est basé sur un système de premier arrivé, premier servi.

Le Projet-impôt revient pour une 49e année

Pendant trois jours consécutifs en mars, des étudiantes et étudiants de la Faculté d’administration de l’Université de Moncton rempliront sans frais des déclarations de revenus qui sont inférieures à 35 000$ par personne ou  45 000$ par couples.

Pour cette 49e édition du Projet-impôt, le service sera offert le vendredi 22 mars, de 13 heures à 19 heures, le samedi 23 mars, de 10 heures à 16 heures, et le dimanche 24 mars, de 10 heures à 16 heures, au pavillon Jean-Cadieux du campus de Moncton.

Afin de faciliter leur tâche, les étudiantes et étudiants utiliseront encore une fois un logiciel informatique fiscal.

Les étudiantes et étudiants bénévoles ne rempliront cependant pas les déclarations de revenus et de prestations pour les personnes décédées, pour les particuliers en faillite ou encore pour celles et ceux qui ont des gains en capital/pertes ou des revenus et dépenses d’entreprise ou de location et des revenus de placement de plus de 1000$.

Les dons reçus seront remis à des organismes de charité ou utilisés pour des projets étudiants.

Depuis les 49 dernières années, le Projet-impôt a permis à plus de 2000 étu- diantes et étudiants de remplir au-delà de 34 000 déclarations de revenus.

Vous pouvez obtenir d’autres renseignements auprès de Marc-André Collin, coordonnateur de l’événement, à emc6392@umoncton.ca.

 

Une autre année positive s’achève pour Assomption Vie

 

L’année 2018 s’est terminée sur une note positive pour le Groupe Assomption qui a tenu son assemblée générale annuelle (AGA) le 22 février à Moncton. Ses dirigeants en ont profité pour souligner plusieurs réalisations survenues au cours de la dernière année qui a également vu la compagnie atteindre des résultats financiers nets favorables.

Assomption Vie a ainsi poursuivi sa transformation technologique amorcée les années précédentes afin de continuer à améliorer son expérience client. «Forte de cette base solide, l’équipe de direction amorce une nouvelle planification stratégique pour relever les défis de l’avenir en répondant à certaines questions fondamentales, sans pour autant oublier d’où nous venons. Les valeurs d’entraide et de soutien aux nôtres qui guident nos actions philanthropiques continueront de nous éclairer, alors que nous poursui- vrons notre transformation technologique pour répondre aux nouvelles exigences du marché», affirme le nouveau président-directeur général, Sébastien Dupuis.

Aussi, une importante transition à la tête d’Assomption Vie a marqué la fin de l’année 2018 puisque Sébastien Dupuis a succédé à André Vincent au poste de président-directeur général. Monsieur Vincent est dorénavant conseiller principal au PDG jusqu’à sa retraite en juin et il était présent à l’AGA pour présenter le bilan de l’année écoulée. Mentionnons notamment le maintien de l’excellente cote de «A-» décernée par l’agence A. M. Best pour une dix-neuvième année consécutive, ce qui confirme encore une fois la solidité financière et la solvabilité de la compagnie. Assomption Vie a également amélioré la rentabilité de sa ligne d’affaire d’assurance collective et lancé un nouveau produit en Placements et Retraite pour les lignes collectives et individuelles. Assomption Vie est également très honorée d’avoir reçu le prestigieux prix d’excellence en affaires 2018 décerné par la Chambre de commerce du Grand Moncton.

Faits saillants relatifs aux résultats financiers de 2018

  • L’actif sous gestion a atteint 1,7 milliard de dollars.
  • Le ratio de solvabilité (TSAV) se situe à 135%.
  • Le résultat de l’exercice était de 7,6 millions de dollars.

Un engagement social qui se poursuit depuis 115 ans

Fier de ses racines qui remontent à sa fondation en 1903, le Groupe Assomption exemplifie ses valeurs mutualistes en consacrant six pour cent de son bénéfice net à des causes sociales. Ses actions philanthropiques en 2018 ont ainsi appuyé 139 organismes et initiatives qui touchent   presque toutes les sphères de la société. En outre, les employés ont réalisé 656 heures de bénévolat à l’extérieur des heures du bureau et 560 heures de bénévolat additionnelles ont été offertes durant les heures de bureau.

«J’aimerais souligner l’importance du bilan social de notre entreprise, une grande source de fierté pour tous nos employés. Nous sommes heureux de les appuyer dans leurs œuvres communautaires grâce aux deux demi-journées de bénévolat qui ajoutent une dimension personnelle aux actions philanthropiques de la compagnie. Assomption Vie est heureuse de soutenir une foule de projets qui contribuent à la vitalité sociale de nos communautés», précise Sébastien Dupuis.

Enfin, Assomption Vie a maintenu sa certification B Corp qui reconnait les compagnies qui améliorent le bien-être économique et social de la population et qui favorisent la promotion d’une prospérité engagée et durable.

 

 

La Coopérative de Shédiac remet 30 000$ à des organismes locaux

La Coopérative de Shédiac continue d’appuyer des organismes de la région et a récemment remis 30 000$ à certains d’entre eux. Nous reconnaissons : première rangée, de gauche à droite : Danika et Zack LeBlanc, Tournoi de golf Albert «Barr» LeBlanc. Deuxième rangée : Georges Léger, président IGA Coop Shédiac; Léonne Doiron, Église historique de Barachois (1000$); Cheryl DesRoches, Tour de l’espoir (500$); Kristal LeBlanc, Centre de ressources et de crises familiales Beauséjour Inc. (25 000$); Margot LeBlanc, Tournoi de golf Albert «Barr» LeBlanc (3000$); André Thériault et Nathalie Jones, Association des Scouts de Grande-Digue (500$). (Photo : Gracieuseté)

 

L’artiste Marjolaine Bourgeois à l’honneur à l’encan 2019 du Centre culturel Aberdeen

LE JEU DES DAMES (2018), Transferts manuels d’images sur coton, acrylique, broderie. (Photo : Gracieuseté)

L’artiste Marjolaine Bourgeois sera l’artiste mise à l’honneur lors du 8e encan annuel du Centre culturel Aberdeen, qui aura lieu le samedi 30 mars prochain, à compter de 19h. Trois de ses œuvres seront mises aux enchères, dont Duel et Le jeu des dames.

Une habituée de l’encan annuel du Centre culturel Aberdeen, la pratique artistique de Marjolaine Bourgeois se manifeste par la rencontre des techniques du textile et de l’estampe. Dans son travail de création, Marjolaine Bourgeois pose un regard critique, humoristique et poétique sur l’omniprésence actuelle de la consommation. D’autre part, par l’expérimentation et l’adaptation de techniques traditionnelles, elle crée des rencontres inhabituelles. Les trois œuvres qu’elle a choisies de mettre en vente en sont des exemples parfaits. «Je suis honorée d’être l’artiste-vedette de l’encan de cette année, tout en pensant à plusieurs de mes collègues qui le mériteraient tout autant. J’ai toujours eu un énorme plaisir à travailler en atelier d’autant plus que depuis un certain temps, mon travail semble subir un élan et s’affirmer de plus en plus, ce qui me pousse à me donner de plus grands défis créatifs», confie Marjolaine Bourgeois. Duel et Le jeu des dames ont été créées suite à une résidence en Islande et font partie d’une série intitulée Images Brodées. Une troisième pièce, Sonate pour homard bleu est en train d’être conçue et sera dévoilée lors de l’exposition des oeuvres à partir du 4 mars au 2e étage du centre.

Depuis 2012, l’encan an- nuel s’avère être la plus importante activité de financement du Centre culturel Aberdeen. Le directeur général du Centre, René Légère, est heureux que Marjolaine ait accepté l’invitation du Centre et considère que le travail de Marjolaine Bourgeois est aujourd’hui reconnu et apprécié des collectionneurs. «Son travail est tout simplement spectaculaire et unique. J’ai le sentiment que les participants à ce huitième encan seront ravis de découvrir les nouvelles œuvres de Marjolaine.»

Près d’une quarantaine d’œuvres seront mises en vente au cours de la soirée, incluant des œuvres d’Alisa Arsenault, Angèle Cormier, Anne-Marie Sirois, Annie France Noël, Christian Brun, Dave Skyrie, Dolores Breau, Dominik Robichaud, Georges Goguen, Gilles LeBlanc, Herménégilde Chiasson, Jared Betts, Julie Caissie, Lionel Cormier, Louise LeBlanc, Luc Charette, Marc Blanchard, Mario Cyr, Nancy Schofield, Pauline Dugas, Raymond Martin, Rémi Belliveau, Roméo Savoie, Sylvie Pilotte, Yvon Gallant, François Gaudet et Jacques Arseneault.

L’événement, qui attire annuellement une centaine de personnes, a pour objectif d’amasser près de 50 000$ pour le Centre et les artistes participants. Il sera animé par Robert Basque ainsi que Geneviève Maltais. Annie France Noël, la co-directrice de la Galerie Sans Nom, fera la description des œuvres. Au total, 130 billets seront émis pour l’événement au coût de 75$ l’unité. Il est à noter    que tout comme par les années passées, le prix du billet sera déduit lors de l’achat d’une œuvre. Depuis le premier encan, le Centre aura vendu plus de 250 œuvres et généré des revenus de plus de 400 000$ pour le Centre et les artistes participants.

Pour une deuxième année consécutive, le chef Michel Savoie, du restaurant Les Brumes du Coude, propose un forfait à 160$ l’unité.  Le forfait inclut un cocktail dinatoire aux Brumes du Coude (à compter de 17h) en compagnie de l’artiste en vedette ainsi qu’un billet pour l’encan.

Congé de mars 2019 : activités gratuites, invités spéciaux et programmation pour tous les âges

Le Musée acadien de l’Université de Moncton offrira une programmation gratuite, dynamique et éducationnellepour les jeunes pendant le congé de mars. Vous trouverez ci-dessous un aperçu des activités. Au plaisir de vous voir au Musée acadien!

Du 5 au 8 mars, de 10h à 16h, venez explorer notre exposition permanente L’aventure acadienne et notre exposition temporaire Yvon Durelle – le combat du 10 décembre 1958 : Avant, durant et après. Votre visite libre dans nos espaces pourra être accompagnée de jeux-questionnaires imagés et de questionnaires historiques, disponible à tous. De plus, vous trouverez tous les matériaux nécessaires pour faire des bricolages. Le Musée acadien accueille aussi deux invitées spéciales pour des activités jeunesse.

Illustration du conte : Il y aura une présentation d’Anne-Marie Sirois, artiste, illustratrice et auteure, le mercredi 6 mars à 10h au Musée acadien abordant l’art de l’illustration du conte! Les jeunes de 6 à 11 ans auront la chance de découvrir l’illustration et le dessin d’A à Z à l’aide de composantes visuelles et dynamiques. Aucune inscription n’est requise pour participer à cette activité.

Atelier de tapis hooké : Les jeunes de 11 à 14 ans sont invités à joindre Marielle Poirier le vendredi, 8 mars de 9h à 12h au Musée acadien pour un atelier de tapis hooké pratique! Les jeunes auront la chance de développer leurs habiletés artisanales créant un sentiment d’appartenance et de fierté. Les participant.e.s se serviront de matériel recyclé comme faisaient les gens 100 ans passés et partiront avec un petit échantillon qu’ils auront créé. Les places sont limitées et l’inscription est requise pour cette activité.

Allez aussi visitez le Centre d’études acadiennes Anselme-Chiasson, situé dans la Bibliothèque Champlain, qui anime un atelier de généalogie pour les jeunes et leurs familles le jeudi 7 mars de 13h à 15h. Cet atelier est gratuit avec une inscription requise au (506) 858-4088.

Pour faire une réservation de groupe, communiquer avec Renée Beaulieu au (506) 858-4088 ou par courriel maum@umoncton.ca.