Un nouveau départ pour Le Moniteur Acadien!

Bernard Richard est le nouveau propriétaire du Moniteur Acadien. La vente a été officialisée vendredi dernier alors que les anciens propriétaires Gilles et Edith Haché ont mis fin à 22 années à la tête de l’hebdomadaire indépendant du Sud-est. Nous reconnaissons Bernard Richard en compagnie de Gilles Haché, après la signature des documents officiels.

«Maintenant Peuple Acadien, réussirons-nous ou non? La décision est entre vos mains. Dans une entreprise comme celle-ci, la responsabilité est très grande, et la principale chose qui nous engagera à prendre cette responsabilité est l’intérêt que tous (et toutes) en général manifesteront à l’égard de notre entreprise en s’abonnant à ce journal.»

La citation reprend les mots d’Israël Landry en mars 1867 dans le Prospectus proposant la création du journal Le Moniteur Acadien. En 2019, le défi reste passablement le même. Les journaux d’un bout à l’autre du Canada ont de la misère à survivre. Pour le Moniteur, c’est le dévouement et l’acharnement de Gilles et Édith Haché qui a permis au journal de résister aux nombreuses tempêtes qu’il a affrontées. Avec une équipe très motivée, ils ont su nous livrer nos nouvelles locales à chaque semaine depuis 22 ans.

L’avenir aussi risque d’être difficile pour la presse écrite.

Il n’y a pas beaucoup d’intérêt à simplement prolonger la vie du Moniteur pour quelques mois. Non, notre espoir est de bâtir une fondation financière solide et ensuite construire un journal qui sera, plus que jamais, la fierté du Sud-est.

Ce journal doit être local pour que nous nous parlions entre nous. Il doit célébrer nos succès et partager notre bonheur de vivre dans cette belle région de l’Acadie.

Il doit aussi protéger la langue française parce qu’elle est l’héritage principal légué par nos ancêtres. Sans faire «l’éloge du chiac», il laissera quand même Delphine nous éduquer et nous divertir.

Enfin, il doit rester indépendant. Le seul hebdo de langue française du Nouveau-Brunswick qui nous appartient doit garder sa voix forte et libre.

Mais comme l’a dit Israël Landry il y a presque 152 ans, sa survie dépendra de votre volonté de le garder vivant. Vous pouvez le faire en donnant de votre temps, en abonnant d’autres membres de votre famille ou encore, si vous êtes un commerçant ou un organisme local, en achetant de la publicité. De notre côté, la «grande res- ponsabilité» que nous assumons c’est de tout faire pour que votre journal soit digne de l’appui que vous lui accorderez.

Bernard Richard

 

Un autre beau geste de partage

 Les Chevaliers de Colomb «Conseil Raoul Léger» de Haute-Aboujagane désirent encore une autre fois remercier les communautés de Cormier-Village et Haute- Aboujagane pour leur généreux dons partagés lors de la collecte de Noël.   Sur la photo nous reconnaissons de gauche à droite : Mélas Boudreau, secrétaire financier; Judson Cassidy, président du Conseil d’administration du Vestiaire St-Joseph de Shédiac et Raoul LeBlanc, grand chevalier.  En tout, 1396.25$ furent remis ainsi que 472 livres de nourriture.  Merci à vous tous et toutes!   (Photo : Gracieuseté) 

Don au projet de la Bouquinière de l’école Donat-Robichaud

Le Village de Cap-Pelé à contribué un montant de 5000$ au projet de la Bouquinière, un endroit dans l’école où les jeunes peuvent lire en toute quiétude.  Sur la photo : Hector Doiron, conseiller; Yvonne LeBlanc, mairesse adjointe; Serge Léger, maire; Sophie Jacob, enseignante et co-responsable du comité; Éliza LeBlanc, conseillère; Carole Melanson-LeBlanc, conseillère et Hector Cormier, conseiller.  Absente de la photo : Marie-Josée Comeau, enseignante et co-responsable du comité. (Photo : Gilles Haché)

Le processus du Plan rural de Cap-Pelé : une ébauche est présentée

Gilles Haché

Après trois audiences pu-bliques où la population pouvait apporter des propositions pour des améliorations, la Commission des services régionaux du Sud-Est a soumis une ébauche du nouveau Plan rural proposé

Le plan est un guide conçu pour l’aménagement du Village au cours des dix prochaines années. Il a pour objectif principal de privilégier des orientations d’aménagement visant à stimuler la croissance de l’ensemble des ressources présentes sur le territoire de la municipalité. Cette croissance sera bénéfique à l’ensemble des citoyens du Village de Cap-Pelé en améliorant la qualité de leur milieu de vie. En voici quelques grandes lignes.

Les usages résidentiels

   Afin de maximiser la capacité des infrastructures déjà présentes sur le territoire, le village encourage le développement résidentiel à proximité du centre-ville afin d’encourager une mixité des usages et ainsi encourager une vie de quartier à l’échelle humaine; vise à promouvoir la densité résidentielle dans les endroits qui sont desservis par le système des égouts sanitaire et aura pour principe de favoriser diverses catégories de logement afin de répondre aux besoins des résidents et permettre aux membres de la communauté de rester à Cap-Pelé tout au long de leur vie.

Les usages commerciaux

   Le village aura pour principe d’encourager la croissance continue d’aménagements commerciaux dans le village, surtout dans le centre-ville et le long du chemin Acadie. Afin de réduire l’impact d’un rezonage sur les propriétés résidentielles avoisinantes, le conseil examinera les points suivants : a) l’accès au stationnement hors rue et la conception du terrain de stationnement; b) la génération de trafic; c) le bruit; d) le drainage du site; e) l’aménagement paysager et les zones tampons entre les usages résidentiels; et f) tout autre aspect jugé nécessaire par le Conseil.

Les usages industriels

   Le conseil aura pour principe de reconnaître qu’il existe plusieurs usages industriels à proximité des usages résidentiels et que ces usages industriels pourraient avoir besoin d’agrandir dans le futur. Afin de réduire l’impact d’un rezonage sur les propriétés résidentielles avoisinantes, le conseil examinera les points suivants : a) l’accès au stationnement hors rue et la conception du terrain de stationnement; b) la génération de trafic; c) le bruit; d) le drainage du site; e) l’aménagement paysager et les zones tampons entre les usages résidentiels.

Parc et espaces verts

   Il est proposé de porter une attention particulière aux genres d’activités qui pourraient permettre à la population d’utiliser l’un de ses parcs à longueur d’année.  Il est proposé d’évaluer la possibilité d’aménager un sentier afin de relier le centre-ville avec d’autres endroits importants dans le village, notamment la plage de l’Aboiteau. Il est également proposé de travailler avec les partenaires régionaux afin de mettre en œuvre les recommandations pertinentes du plan directeur des loisirs.

Les usages institutionnels

   Le conseil reconnait que la démographie du village change. Il y aura un besoin pour plus de services destinés aux ainés, tels que les foyers de soins, ainsi que des services pour attirer de jeunes familles, tels que le service de garde. Il y a plusieurs services localisés dans le centre-ville, tels qu’un foyer pour personnes âgées, une bibliothèque, une église, des usages récréatifs, et l’hôtel de ville. En concentrant ces services au centre-ville, ce secteur devient facile à accéder tout en utilisant les infrastructures municipales existantes.

La préservation de l’environnement

   Le conseil a pour principe de désigner comme étant des zones environnementales les endroits écosensibles, y compris, sans toutefois s’y limiter, les terres humides et les cours d’eau. Le conseil a pour principe de faire en sorte que les aménagements dont les usages sont non conformes à l’intérieur d’une zone environnementale soient agrandis, reconstruits, réparés ou rénovés, si les exigences relatives au présent règlement ne sont pas davantage compromises et que le développement n’empiète pas davantage sur la zone tampon.

Voilà quelques-unes des propositions que vous pourrez débattre lors de l’audience publique qui aura lieu le 18 mars 2019 à 19h à l’édifice municipal et si remis en cas de mauvaise température, elle aura lieu le 25 mars au même endroit.

Suite à l’audience, le conseil devra se prononcer sur l’acceptation du Plan rural.

En bref…le conseil se dit insatisfait des travaux effectués sur le chemin St-André suite à l’installation des égouts, des démarches seront entreprises pour que le sous-contractant réaménage la rue à un niveau acceptable… la municipalité à modifié le mode de rémunération afin d’y ajouter, afin d’encourager les femmes à s’impliquer dans la politique municipale, qu’un montant de 12$ de l’heure, maximum 75$ par jour soit alloué pour payer les frais de garde… Les pompiers Réjean LeBlanc, trois ans et Roger Landry, 20 ans, ont remis leurs démissions en tant que pompiers pour le village… Le carnaval aura lieu du 18 au 24 février, de nombreuses activités sont à l’horaire… Le village n’a pas encore reçu de demande officielle pour le nouveau terrain de camping… Le village tient à remercier Tediche Home Hardware pour sa contribution pour les feux d’artifice pour souligner le début des activités du 50e… la prochaine réunion du conseil aura lieu le 4 mars 2019 à 19h.

 

Tirage 50-50 des Chevaliers de Colomb de Shédiac

La photo nous montre, de gauche à droite, Edgar Vautour, gagnant du tirage 50-50 des Chevaliers de Colomb de Shédiac du 26 janvier, qui reçoit son prix de Guy Lavigne, trésorier. Il se mérite la somme de 948$. (Photo : Gracieuseté)

La Fête des LeBlanc aura lieu le 17 août à Shédiac

Nous reconnaissons les artistes qui feront partie du spectacle «Les Retrouvailles en Acadie». (Photo : Gracieuseté)

L’Association des LeBlanc est fière d’annoncer que la Fête des LeBlanc aura lieu le 17 août à Shédiac sur le site du festival, soit le lieu de cette même célébration en 1994. La réunion en 1994 fut celle qui regroupa le plus grand nombre de personnes de toutes les 35 réunions de familles acadiennes qui eurent lieu pendant les dix jours du Congrès mondial acadien. Ce rassemblement regroupa au-delà de 8000 LeBlanc et le comité souhaite répéter ce grand succès.

Des activités variées sont prévues pour cette journée, telles que l’ordre de Daniel LeBlanc. Établi en 2016 en Acadie par l’Association des LeBlanc, l’Ordre Daniel-LeBlanc a pour but de rendre hommage aux descendants et descendantes de Daniel Le-Blanc et de Françoise Gaudet, qui ont fait preuve du plus haut niveau d’excellence personnelle et de réussite dans un domaine quelconque, contribuant ainsi de façon extraordinaire à la bonne renommée de leur ancêtre. Les candidats admissibles sont les hommes et les femmes qui font partie de la progéniture de Daniel LeBlanc, y compris les personnes qui portent un nom de famille autre que LeBlanc, ceci pour quelque raison que ce soit. Les noms des candidats seront dévoilés au mois de mai.

Dans la même veine d’idée, des ateliers et des sessions généalogiques sont prévus afin de permettre aux gens de faire la recherche de leur parenté et de la filiation des personnes et possiblement découvrir de nouveaux liens familiaux.

En après-midi, des activités pour enfants telles que des jeux gonflables, de la peinture sur visage et un spectacle pour enfants sont prévues. Stephen LeBlanc et Jean Marc LeBlanc seront aussi présents pour divertir les participants.

Un souper théâtre au homard sera aussi à l’horaire à 17h et seulement 250 billets seront disponibles. Les détails seront dévoilés prochainement. Un alternatif de repas sera aussi offert.

Comme tout le monde à un lien de parenté avec un LeBlanc, un méga spectacle ouvert à tous les cousins et cou-  sines des LeBlanc intitulé «Les Retrouvailles en Acadie» est prévu sous le chapiteau dès 19h afin de clôturer la plus grosse réunion de famille. À l’horaire, on retrouve : Bois Joli, 1755, Réveil, Hert LeBlanc, Rhéal LeBlanc et Laurie LeBlanc.

Les billets pour les événements sont disponibles dès maintenant sur le site internet www.leblanc2019.wordpress.com/ou bien sur Eventbrite.

Passe journalière (activité en après-midi) – 15$ + frais de billetterie. Passe journalière + méga spectacle – 36$ + frais de billetteries. Méga spectacle seulement – 30$ + frais de billetterie.

Pour les gens voulant vivre l’expérience VIP pour le spectacle «Les Retrouvailles en Acadie», communiquez avec E.L. Expert Gérance d’événement au 1-888-519-4448 ou bien retrouvailles_VIP@outlook.com.

Le comité organisateur est toujours à la recherche de bénévoles pour accomplir leur gros mandat. Si cela vous intéresse, vous pouvez nous faire signe par courriel au info     leblanc2019@gmail.com.

 

Commission sur la gouvernance en Acadie 

Pierre Foucher et Bernard Richard la coprésideront

   Une première commission du Projet de l’Assemblée nationale de l’Acadie (ANA) vient d’être mise sur pied. Il s’agit de la Commission sur la gouvernance en Acadie, qui sera coprésidée par le constitutionaliste Pierre Foucher et l’ancien ministre et Défenseur des enfants, Bernard Richard. Son mandat consiste à étudier et proposer, d’ici l’automne 2020, un modèle de gouvernance régionale apte à servir les intérêts de l’Acadie du 21e siècle. Ce mandat sera mené en consultation directe avec le peuple acadien, les Premières Nations et les communautés anglophones de l’Acadie, l’objectif étant d’améliorer la qualité de vie de la communauté acadienne et francophone du Canada atlantique.

   «Peu de personnes réunissent en Acadie et dans la francophonie canadienne les qualités nécessaires pour mener à bien cet important travail, et nous leur sommes reconnaissants d’avoir accepté ce rôle», souligne Michel J. C. Cyr, avocat et membre du Bureau de direction du Projet de l’ANA. Tout au long de sa carrière le constitutionaliste Pierre Foucher a étudié la question de l’autonomie des minorités, tant en Acadie qu’ailleurs dans le monde, et a publié de nombreux textes à ce sujet.

   De son côté, l’avocat et Défenseur des enfants Bernard Richard a participé au fil des années à la fois à la politique provinciale (comme député et ministre au Nouveau-Brunswick), au gouvernement municipal et dans le monde associatif (en tant que Secrétaire général de la SNA au début des années 1980). Ces expériences lui ont permis de constater les limites du «pouvoir acadien» dans le contexte de ces instances politiques, limites qui continuent d’avoir des répercussions importantes sur la survivance et l’épanouissement du peuple acadien au Canada atlantique.

   Les travaux de la Commission sur la gouvernance de l’ANA commenceront d’ici quelques semaines et se poursuivront jusqu’à l’automne 2020. Les étapes comprennent en premier lieu une revue de la littérature, suivie de l’identification des domaines de compétences aptes à permettre au peuple acadien de mieux gérer son devenir. Des premières consultations publiques sont prévues dès cet été, possiblement dans le cadre du Congrès Mondial Acadien 2019.

   Différentes personnes participeront également aux travaux de recherches de la Commission en y contribuant des interventions, des analyses ou des réflexions. Elles sont notamment : Michelle Landry, sociologue et spécialiste de la question des minorités francophones canadiennes; Christophe Traisnel, politicologue et spécialiste en modèles politiques comparés; Léon Thériault, historien à la retraite et auteur du livre La question du pouvoir en Acadie; Rosella Melanson, militante acadienne féministe et chroniqueuse; Réjean Aucoin, avocat et militant pour les droits des Acadiens de la Nouvelle-Écosse, ainsi que Mathieu Wade, sociologue, chroniqueur et chercheur à l’Institut d’études acadiennes de l’Université de Moncton.

   Enfin, l’avocat Michel J. C. Cyr et l’ancien sous-ministre Roger Doucet, tous les deux membres du Bureau de direction du Projet de l’ANA, suivront de près les travaux de la Commission et y siègeront à titre exofficio. Le soutien administratif sera offert par le Secrétariat du Projet de l’ANA, sous la direction de l’expert en gestion de projets Daniel LeBlanc, qui agit également en tant que porte-parole de l’ANA.

   Le Projet de l’Assemblée nationale de l’Acadie (ANA) s’inscrit dans une démarche de continuité historique pour le peuple acadien et autour d’une vision d’une «Acadie française, prospère, en santé, heureuse et en paix, ouverte sur le monde et autonome sur son territoire». Le projet est administré par l’organisme à but non-lucratif Nation Prospère Acadie Inc., incorporée en 2018 et dont les administrateurs sont Michel J. C. Cyr, Jean-Guy Poirier et Roger Doucet.

  «Les membres du Bureau de direction du Projet de l’ANA ont en commun le désir de vouloir bâtir et léguer à l’Acadie une solution institutionnelle apte à servir les intérêts du peuple acadien  au 21e siècle», souligne M. LeBlanc. «Les personnes    souscrivant à cette vision sont encouragées à nous rejoindre ou bien à nous suivre par l’entremise de notre site web (anacadie.ca) et de notre page Facebook, afin de participer activement à façonner l’avenir du Projet», conclut-il.

Soirée de peinture à la Légion de Shédiac

La photo nous montre les participantes à la Soirée de peinture «That Art Thing» qui a eu lieu à la Légion de Shédiac le 31 janvier dernier, une activité du Carnaval d’hiver de Shédiac.  Une partie des profits a été remise à la campagne de coquelicots pour aider les vétérans locaux.  Cette soirée était organisée par Beth Peterson et Neil Hocking, propriétaires de «That Art Thing».  (Photo : Gracieuseté)

Un dîner cuisiné et servi par des élèves de la 7e et 8e année!

Apprenti en action

Dans le cadre d’une tournée du District scolaire francophone Sud, le ministre de l’Éducation Dominic Cardy, le sous-ministre Gérald Richard, la directrice générale du DSFS Monique Boudreau ainsi que les conseillers du CED se sont rassemblés à l’école Mgr-François-Bourgeois de Shédiac pour un dîner cuisiné et servi par des élèves de la 7e et 8e année.

Depuis le mois d’octobre, les élèves de la 7e et 8e année participent à des ateliers culinaires avec Apprenti en action – Labo-éducatif en alimentation Inc. en collaboration avec le réseau des cafétérias communautaires. Animateur en alimentation, Gene Cormier, était le Chef de l’équipe de jeunes apprentis. Puisque les élèves exploraient déjà la cuisine de repas à travers les ateliers, ils ont accepté de cuisiner et servir le dîner pour cette rencontre.

Au menu on retrouvait : 1er service : potage aux carottes avec craquelins de sarrasin et graines de lin. 2e service :  sa-lade taco (porc et pois chiches avec épices mexicaines, crème sur, salsa et légumes). 3e service : sauté aux légumes et poulet avec sauce soya, gingembre et riz de grains entiers. 4e service : croustade aux pommes avec cannelle, sucre brun et flocons d’avoine.

 

Prix Éloi 2019   Dolorès Breau, Bluegrass Diamonds  et Patricia Léger honorés

La Société culturelle de la Vallée de Memramcook, en collaboration avec la Société d’histoire de Memramcook, est heureuse de présenter la septième édition du Prix Éloi. Cet évènement aura lieu le dimanche 5 mai 2019, à partir de 14h, au théâtre du Monument-Lefebvre de Memramcook. Le Prix Éloi a été mis sur pied en hommage au grand violoneux de chez nous, Éloi à Protais LeBlanc, qui nous a fait danser pendant des années au rythme de son violon. Le Prix est décerné annuellement à des artistes ayant des racines à Memramcook et qui se sont démarqués sur la scène culturelle ici et ailleurs.

Cette année, notre comité de sélection a choisi d’honorer :

La photographe professionnelle Dolorès Breau, originaire de Memramcook, s’est spécialisée dans la photographie de style documentaire social, les portraits et les produits commerciaux. Cette photographe d’expérience réussit à immortaliser avec brio les objets, les bâtiments, les scènes de toutes sortes et les gens qui ont quelque chose à dire.

Bluegrass Diamonds est un groupe de musiciens reconnu pour son style «Bluegrass». Ce groupe Acadien, originaire du Sud-est du Nouveau-Brunswick, a fait ses débuts à Memramcook il y a plus de 30 ans. Depuis ce temps, ils ont joué et jouent encore dans des festivals Bluegrass partout au Canada. Gagnants de nombreux prix, ils ont présentement huit albums et un DVD.

Artiste multidisciplinaire en théâtre, Patricia Léger est née et a grandi devant l’église Saint-Thomas de Memramcook. Elle se dit polyvalente et ouverte aux diverses faces du théâtre, ce qui lui a permis d’obtenir de l’expérience en tant que comédienne, actrice, auteure, chanteuse, metteure en scène et enseignante.

Vous êtes tous invités à venir célébrer et rendre hommage à ces trois artistes distingués lors de la septième édition du Prix Éloi, le dimanche 5 mai 2019, à 14h, au Monument-Lefebvre de Memramcook.

Les musiciens invités sont Eddy Poirier, au violon; Christine Arsenault, au violon et gigue; Eugène LeBlanc, à la basse; Bobby Dupuis et Michel Bourgeois, à la guitare et voix.

L’entrée gratuite – un don à la porte sera apprécié.