Don de 8300$ de Pépère Boîte à Lunch à l’école Grande-Digue

Pépère Boîte à Lunch (Ronald Cormier), était heureux de remettre  un chèque de 8300$ à l’école Grande-Digue, récemment. Ce montant viendra assurer que les jeunes dans le besoin n’iront pas sans collations et repas pour la prochaine année scolaire.  Nous reconnaissons, dans l’ordre habituel : Neil LeBlanc, Pépère Boîte à lunch (Ronald Cormier) et Louis Bourgeois, membres des Chevaliers de Colomb de Grande-Digue et Denise Richard, directrice de l’école. (Photo : Gracieuseté)

Claire Lanteigne

C’est avec grand plaisir que Ronald Cormier (Pépère Boîte à Lunch) a récemment remis un chèque d’une valeur de 8300$ à l’école Grande-Digue. Ce montant viendra assurer que les jeunes dans le besoin n’iront pas sans collations et repas pour les mois à venir.

«Cette somme représente la part de 2018, de dire Pépère Boîte à Lunch et dans un peu plus de deux ans, nous avons remis la belle somme de 24 889$ à l’école. Ce don servira à remplir les besoins pour 2019-2020. Cette initiative est parrainée par les Chevaliers de Colomb, Conseil Pascal-Poirier 7535, de Grande-Digue.

«On offre le petit déjeuner aux enfants qui fréquentent l’école ainsi que les collations (fruits et fromage) entre les cours, dit-il, et il n’y a pas de raison qu’un enfant ait un estomac vide à Grande-Digue. C’est très important pour leur permettre de bien apprendre en classe.»

L’année 2018 a été bien remplie d’activités pour le marathonien. Pépère Boîte à Lunch a couru trois marathons, dont la 2e édition du Marathon Pépère Boîte à Lunch, avec les élèves des écoles de la grande région. «Nous avons recueilli 4000 livres de nourriture non périssable pour le Vestiaire Saint-Joseph, dit-il, et cette année le nombre d’écoles participantes va augmenter, alors nous allons certainement ramasser plus de nourriture.

«En 2018, je n’ai pas demandé de dons à personne. Les gens sont venus à moi pour le faire et j’ai des compagnies qui m’ont dit qu’elles donneraient si on en avait besoin.»

On remarque que lors de décès, des familles demandent des dons pour Pépère Boîte à Lunch dans différentes écoles.  «J’essaie toujours d’aller au salon ou aux funérailles, dit-il, pour remercier les gens qui pensent aux enfants de leur communauté. C’est beau de voir que d’autres villages veulent aller de l’avant avec la mise sur pied de petits déjeuners.»

C’est avec émotion et les larmes aux yeux qu’il parle des enfants qu’on aide avec ce programme.  Pour lui il est inconcevable qu’un enfant ne puisse manger à sa faim. «Cette campagne n’aurait pas le même taux de succès sans l’appui de Mme Richard, la directrice de l’école Grande-Digue, et de son personnel, qui assurent que ces sous soient bien gérés et que les jeunes dans le besoin reçoivent le soutien nécessaire», ajoute-t-il.

Il a aussi donné plusieurs présentations à divers groupes et organismes au sujet de sa campagne et de l’importance de l’activité physique chez les gens du 2e âge. L’été dernier, il a également organisé une vente de garage chez-lui où il a remis les profits à la campagne et a fait un don du reste des items (incluant les meubles) au Vestiaire St-Joseph.

Une année active et positive s’annonce

Malgré une blessure à la jambe, Pépère Boîte à Lunch a débuté son entraînement pour le Marathon de Boston, qui aura lieu le 15 avril prochain. Puis le 3 juin ce sera le troisième Marathon Pépère Boîte à Lunch.

«Je vois des changements positifs pour 2019, poursuit-il, et il y aura des annonces importantes.  Je prévois que Pépère Boîte à Lunch deviendra un organisme à but non lucratif afin d’aider d’autres écoles de la région et d’ailleurs.  Le message de Pépère Boîte à Lunch est reconnu au niveau régional et d’autres écoles et régions veulent embarquer.

«Avec les réseaux sociaux, maintenant, les gens d’ailleurs s’intéressent à ce que je fais et j’ai eu des demandes d’informations de Terre-Neuve et Labrador et d’ailleurs.»

De plus, on se prépare à accepter les dons en lignes car beaucoup de gens veulent faire des dons à sa cause.  Et comme il aura 65 ans en 2019, il planifie quelque chose de spécial pour souligner cette étape de sa vie. Il a commandé un encadrement faisant la promotion de Pépère Boîte à Lunch, qu’on pourra voir lors de différentes activités.

Pépère Boîte à Lunch c’est sans contredit l’idole des élèves de Grande-Digue.  En le voyant à l’école, les jeunes s’empressent de le saluer, de lui parler et les high five sont populaires.  Le matin à 10h15 il vient s’entraîner avec eux et profite de toutes les occasions pour être présent à l’école

Pépère Boîte à Lunch aimerait souhaiter une belle saison hivernale à tous et toutes  et tout le meilleur en 2019. «Je souhaite aux enfants que leurs rêves se réalisent, conclut-il, c’est tellement important d’aller au bout de ses rêves.»

Coup d’œil sur 2018 (1)

Janvier

– La Chambre de commerce du Grand Shédiac et Assurance Vienneau Ltée forment un partenariat pour offrir un nouveau bénéfice aux membres.

– Découverte troublante d’aiguilles et seringues utilisées à Beaubassin-est.

– Le magasin Sears ferme ses portes à Dieppe.

– Le président de la Chambre de Commerce Cap-Pelé/Beaubassin-est, Albert E. LeBlanc dénonce des lacunes de la province pour la réalisation d’un projet touristique dans la région.

– Maria et Roger Léger font de la musique pour réchauffer les cœurs.

– Ginette Arsenault, de Shédiac est passionnée de poterie.

– Le Centre de pédiatrie sociale du Sud-est s’implante à Memramcook.

– Le Village de Memramcook devient propriétaire et gestionnaire du Terrain de golf de la Vallée de Memramcook.

– Mathias Vautour célèbre son 100e anniversaire de naissance entouré de sa famille et d’ami.e.s.

– Jacques LeBlanc choisi candidat libéral de Shédiac- Beaubassin-Cap-Pelé.

– Le conseiller Gilles Brine annonce qu’il briguera la mairie de Shédiac lors de la prochaine élection.

– Herménégilde Chiasson lance son 52e livre «Rêves et voyages».

Février

– Le conseil municipal de Cap-Pelé déplore la fermeture de la Banque de Montréal qui déménagera ses services à la succursale de Shédiac.

– Cap-Pelé veut raviver le jumelage avec la Ville de Broussard en Louisiane.

– Malgré les caprices de Mère Nature, la Course Xtrême de patinage est présentée à Memramcook avec grand succès.

– Lancement du livre relatant l’historique de La brigade des pompiers de Shédiac.

– Le Carnaval d’Amitié de Dieppe a présenté des activités riches et variées pour toute la famille.

– Malgré le froid le 40e Carnaval de Shédiac est  une réussite.

– Les élèves de 8e année de l’école Grande-Digue ont fait une chaîne humaine afin de transporter tous les dons qu’ils ont recueillis lors du bazar de Noël au camion du Vestiaire Saint-Joseph.

– Succès du premier Festival du chocolat de la côte Est «ChocoLoco» à Shédiac.

– L’initiative Maire d’un jour est lancée dans les régions du Sud-est et les municipalités de Dieppe, Memramcook, Beaubassin-est y participeront le 13 avril.

– André Dugué et Jean-Marie Gendron, de la Ferme du Diamant, de Saint-André-LeBlanc sont fait Chevaliers du Mérite Agricole par la consule générale de France, Laurence Monmayrant.

– Le 5e Gala de la Saint-Valentin de Saint-André-LeBlanc a recueilli la magnifique somme de 9934$ au profit du Centre de ressour- ces et de crises familiales Beauséjour.

– Quatre nouveaux membres sont intronisés au Mur de la renommée sportive de Memramcook. Il s’agit de : Gerry Lavoie, bâtisseur; l’équipe de hockey des Royaux de Pré-d’en-Haut, Stéphanie LeBlanc, athlète de tir à la carabine et Monette Boudreau-Carroll, entraîneuse de volleyball.

– La Chambre de commerce du Grand Shédiac honore ses membres : James McKenna de Glenwood Kitchen, Entrepreneur de l’année; Eugene Brydges, de Shédiac Home Hardware, Entrepreneur émergent de l’année et le Vestiaire Saint-Joseph Inc., Organisme de l’année.  Centre-ville Shédiac Downtown a reconnu Yves Frenette, de la Maison funéraire Frenette en tant qu’entrepreneur dans le centre-ville.

– Le Club d’âge d’or de Cap-Pelé désigné comme centre d’accueil lors d’une situation d’urgence dans le village.

– L’école Abbey-Landry de Memramcook souligne la semaine du patrimoine avec une présentation historique d’Anita Boudreau.  Une copie du livre Le trésor de Memramcook est distribué aux élèves de la maternelle à la 2e année ainsi qu’aux nouveaux élèves et membres du personnel.

– Shédiac adopte un nouveau logo pour donner un élan de vigueur à la capitale du homard.

– Annonce d’un nouveau foyer de soins de 190 lits à Shédiac.

– Cheryl relève le défi du Tour de l’espoir 2018.

– Des élèves des écoles Grande-Digue et Père-Edgar-T.-LeBlanc se démarquent à l’Expo-sciences du District scolaire francophone Sud.

– Grand succès pour le Carnaval «Boule de neige» de Cap-Pelé.

– La journée familiale de Haute-Aboujagane connaît un grand succès.

Don à la brigade de pompiers de Shédiac

 Léo Doiron, le président de la Légion royale canadienne de Shédiac, a présenté un don de 500$ au lieutenant Joe LeBlanc, de la brigade de pompiers de Shédiac pour aider avec leur campagne de dystrophie musculaire.  (Photo : Gracieuseté)

Augmentation du taux d’imposition à Cap-Pelé

 (CL) –En réunion extraordinaire en décembre, le conseil municipal du Village de Cap-Pelé a adopté son budget pour l’année fiscale 2019.  Le taux d’imposition sera de 1.3450$ par 100$ d’évaluation foncière, soit une augmentation de 2.5 cents comparativement au taux de 2018. Le budget global de la municipalité pour 2019 se chiffre à 3 704 516$.

Le conseil a également approuvé les frais aux utilisateurs du système d’égouts de 250$ par année pour ceux qui sont branchés au système, soit une augmentation de 16$. Le budget global du système d’égouts sanitaires pour 2019 se chiffre à 492 568$.

Le Vestiaire Saint-Joseph distribue 450 boîtes de Noël!

Les pompiers du Service d’incendie de Shédiac ont aidé à apporter les boîtes de Noël aux autos des gens venus les chercher. (Photo : Gracieuseté)

(CL) –Les 450 boîtes de Noël du Vestiaire Saint-Joseph de Shédiac ont toutes été distribuées le 22 décembre avec l’aide de la communauté et pour notre communauté. Le tout s’est bien déroulé et on avait terminé à 15h30.

   «C’est l’esprit de Noël à son meilleur, de dire Judson Cassidy, président du conseil d’administration de l’organisme, et il y a tellement de gens à remercier.»

   Les principaux commanditaires des boîtes sont : Fondation John Lyons, Coop/IGA de Shediac, Laiterie Northumberland, Midland Transport et Chicken of the Sea.

   «Nous avions besoin de muscles pour transporter plus de 20 000 livres de nourriture et les pompiers de notre région ne nous ont pas déçus, d’ajouter M. Cassidy. Merci aux Services d’incendie de Shédiac, Haute-Aboujagane, Saint-Antoine et Cocagne.

   «Un merci spécial à tous les Chevaliers de Colomb, ils vont toujours au-delà. Vous êtes de grands partisans du Vestiaire et nous sommes fiers de pouvoir compter sur vous.

   «Et enfin, merci à tous ceux et celles qui ont contribué à aider toutes les familles de notre région. Nos bénévoles et notre personnel, nos entreprises locales (beaucoup trop nombreuses pour être mentionnées), les membres de notre communauté (beaucoup trop nombreux pour être mentionnés).

   «Merci aux lutins de Noël du Vestiaire! Vous avez travaillé si dur pour donner de la joie aux tout-petits. C’était vraiment incroyable d’assister à votre travail acharné et à votre dévouement.

   «Nous sommes honorés de travailler pour notre communauté et d’être soutenus par notre communauté d’une manière si extraordinaire», de conclure M. Cassidy.

AGA de la Maison Nazareth    L’année 2018 marquée par un changement de direction

Nous reconnaissons les conférenciers invités : Jean-Claude Basque et Soeur Auréa Cormier en compagnie de Luc Doucet, président sortant de l’organisme. (Photo : C. Lanteigne)

Claire Lanteigne

   L’année 2018 a été une année de changement pour la Maison Nazareth.  Lors de son assemblée générale annuelle, il a été possible d’apprendre que le directeur général Déo Cuma avait pris sa retraite en avril dernier. Un remplaçant a été embauché mais il est parti après quatre mois et c’est maintenant René Ephestion qui assume la direction générale.

   En présentant son rapport, le président Luc Doucet a indiqué qu’il tirait sa révérence après huit ans à la barre du conseil d’administration.  Il a souligné le succès du Trivthon qui a rapporté 50 000$ et que les affaires de la Maison Nazareth sont bonnes, sa réputation n’étant plus à faire. Le Radiothon CJSE et BoFM a rapporté 22 000$ et l’organisme est en bonne position financière.

   Au cours de l’exercice financier, les revenus ont totalisé 599 656$ tandis que les dépenses se chiffraient à 537 935$ pour un résultat net de 61 721$.

   Dans son rapport, le directeur général a indiqué qu’une restructuration a été mise en place au niveau des postes de gardiens, ce qui permettra d’économiser 25 000$ au cours de l’année. Il a parlé des différents partenariats créés depuis son arrivée, ajoutant que la mission et les valeurs de l’organisme restent les mêmes. Il a également vanté le travail des deux coordonnateurs de la boutique Encore et de la Maison Nazareth.

   La firme de comptable L. Bourque & Associates P.C. Inc. a été retenue pour l’audit et la préparation des états financiers de l’organisme de 2019 à 2021.

   Trois membres du conseil d’administration ne sollicitaient pas un nouveau  mandat, soient Luc Doucet, Hubert Danis et Marie-Claude Doucet. On a élu Marie-France Bérubé, Pierre Richard, Cyprien Okana, Michel Cyr, Jean Dubé, Maryse Doucet et Antoine Harissart, au conseil d’administration 2018-2019.

Conférencier.ère invité.e.s

   Sr Auréa Cormier, secrétaire de la Société St-Vincent-de-Paul et Jean-Claude Basque, coordonnateur provincial du Front commun pour la justice sociale étaient les conférenciers invités.

   Sœur Cormier a dit que la pauvreté n’était pas seulement le manque de ressources financières, mais était aussi associée aux problèmes de santé mentale, de santé physique et de découragement. Pour elle les causes principales de la pauvreté sont les injustices sociales, la discrimination, la dépendance et les dégâts des drogues.  Elle a donné des statistiques sur les revenus par province, ajoutant que le salaire minimum ne permet pas aux gens de couvrir leurs frais de logement, de nutrition et de vêtements.

   Elle a énuméré les différents organismes de la ville qui offrent différents services aux gens dans le besoin et que Moncton est choyée d’avoir plus de services qu’ailleurs.

   M. Basque a dit qu’en 2019 il devrait y avoir une réforme de l’aide au revenu. Il a parlé du Plan provincial de réduction de la pauvreté avec un processus de consultation public, qui était plus positif et plus large que la dernière fois, afin d’inclure plus de gens.

Une première biographie en français pour l’ancien gouverneur général Roméo LeBlanc

    En ce 91e anniversaire de naissance du regretté Roméo LeBlanc, les éditions Bouton d’or Acadie annoncent la parution d’une première biographie en français de l’ancien gouverneur général du Canada! Une double parution, puisque la maison d’édition jeunesse de Moncton publie à la fois l’ouvrage en version originale anglaise, A Boy from Acadie. Romeo LeBlanc’s Journey To Rideau Hall, de l’auteure britanno-colombienne Beryl Young, et sa version française, Un gamin acadien. L’odyssée de Roméo LeBlanc vers Rideau Hall, une traduction de Robert Pichette.

   L’auteure Beryl Young aura travaillé plusieurs années sur cette biographie qui s’adresse à un lectorat jeunesse, mais qui saura plaire tout autant aux adultes. L’ouvrage qui en résulte s’intéresse particulièrement aux origines, à l’enfance, aux défis et à l’héritage de Roméo LeBlanc. Devenu le premier Acadien gouverneur général du Canada, Roméo LeBlanc conservera toute sa vie une grande modestie et un grand sens de l’humour.

   Véritable tremplin dans la culture acadienne, Un gamin acadien pourra aussi servir d’introduction au système politique canadien, avec de riches informations exposées tout au long du livre. Sa version anglaise, A Boy from Acadie, saura bâtir des ponts entre les communautés et mieux faire connaître la culture acadienne aux Canadiennes et Canadiens anglophones.

   Attendue depuis plusieurs années maintenant, une telle biographie, facile d’accès, illustrée par l’artiste visuel Maurice Cormier et rehaussée par de nombreuses photographies, rend hommage à un grand Canadien proche des gens et fier de ses racines.

   En librairie le 16 janvier 2019 (diffusion au Canada français par Prologue et distribution en anglais par Nimbus Publishing).

L’école Antonine-Maillet reçoit un piano en don    Une belle histoire de générosité d’Armand Saintonge

On reconnaît M. Saintonge au piano, entouré des élèves, de Madame Boudreau et de Daniel Cormier, directeur de l’école. (Photo : C. Lanteigne)

Ghislaine Arsenault

C’est dans l’esprit du temps des Fêtes que des élèves et la direction de l’école Antonine-Maillet, de même que la direction générale ont accueilli récemment monsieur Armand Saintonge, qui a fait don de son piano à la nouvelle école 6-8 de Dieppe.

«Ce don qui nous arrive à quelques jours de Noël est un beau cadeau pour les élèves, souligne Monique Boudreau, directrice générale du District scolaire francophone Sud.  Ce geste de générosité de monsieur Saintonge a aussi donné lieu à une rencontre très appréciée et un rapprochement intergénérationnel émouvant.»

Monsieur Saintonge a raconté avec beaucoup d’émotions l’histoire du piano à queue de marque Heintzman qui remonte au début du siècle dernier, en plus d’expliquer aux élèves comment ce don lui permet de partager son amour pour la musique avec les jeunes.

Monsieur Saintonge qui affectionne particulièrement le domaine de l’éducation et la jeunesse a entrepris sa longue carrière en 1949, d’abord comme enseignant. Son parcours professionnel l’a aussi amené à occuper plusieurs postes au sein de la Fonction publique du Nouveau-Brunswick, dont celui de sous-ministre de l’Éducation.

Monique Boudreau a profité de cette belle histoire de générosité pour transmettre au personnel, aux élèves, aux parents et à la communauté ses vœux pour la période des Fêtes et pour la Nouvelle Année.

Hyperlien à la vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=LCuDr55IoNU

Merci à Alexanne Ward, Maude Michelle Sonier et Sébastien Roy, en 6e année; Sophie Melanson, Pierre Alexandre Levesque, Ines Jelb et Laurence Rose Thériault, en 7e année, tous membres du conseil des élèves de l’école Antonine-Maillet. Merci également aux élèves Félix Bourgouin, Gabrielle Charest et Justin Roy qui se sont aussi joints au groupe.

Centre multifonctionnel de Shédiac   Mario-Rhéal Landry y exposera bientôt ses œuvres

Mario-Rhéal Landry

Jeannita Thériault

L’artiste peintre acadien de 36 ans, originaire du Grand-Barachois, n’est pas à ses premières armes dans le monde des arts visuels.

Il dit avoir toujours été fasciné par les dessins réalisés sur les «skateboards» lorsqu’il était adolescent et qu’il était un «skateboarder» lui-même. C’est ainsi qu’il a débuté le développement de ses talents d’artiste en réalisant des œuvres empreintes du souci du détail bien que son style a un peu changé en vieillissant. Il avoue avoir vécu la période du «punk rock» en tant qu’adolescent.

Son inspiration provient surtout de sa curiosité pour les choses qui l’entoure.  Doué d’une personnalité souriante et attachante, Mario combine sa joie de vivre et son entregent inné pour meubler ses œuvres détaillées et intéressantes. Pour lui, «la liberté d’expression est très importante». Il voit aussi la réalisation de ses œuvres comme étant un moyen de maintenir sa culture «ce qui est également très important».

Il affirme que ses deux parents ont toujours été une source d’appui par rapport à ses choix artistiques. «J’avais beaucoup à dire… et je suis un peu un homme de détails, un homme curieux de nature, donc, tout ceci reflète dans mes œuvres» de préciser Mario-Rhéal.

Mario-Rhéal n’est pas uniquement un artiste-peintre, il est aussi un poète. En 2014, il a publié un recueil de poésie en compte d’auteur sous le pseudonyme de Borgitte LaBrèche intitulé «Un faux cri d’mess» au Folio, rue St. Georges, à Moncton.

Depuis 2014, il a produit plusieurs dessins à l’encre qui se marient bien avec ses œuvres en acrylique.

Ce jeune semeur de joie se dit chanceux d’avoir son studio à côté de sa maison au Grand-Barachois. Père de deux jeunes enfants : Madiane et Zavier, il va goûter au premier vernissage de ses 50 oeuvres intitulé «Tatu Émoyé?». Ses œuvres comprennent des dessins à l’encre, des tableaux acryliques; et un nouveau processus de création artistique, c’est-à-dire, peintures sur vitre.

Le vernissage aura lieu le mercredi 9 janvier, au Centre multifonctionnel de Shédiac, 58, rue Festival,  à compter de 18h, et ce jusqu’à 19h. Ses œuvres seront exposées par après durant les mois de janvier et de février 2019 au même endroit après la fermeture du bureau.

 

Le Théâtre Capitol remonte le temps avec une journée cinéma

   Dans le cadre de son 25e anniversaire, le Théâtre Capitol propose un retour à ses années en tant que cinéma, avec la Journée cinéma-rétro au Capitol, le samedi 5 janvier dès 13h.

Trois films rétro seront mis à l’affiche lors de cette journée au Théâtre Capitol et ce, gratuitement. Étant donné que la première saison de programmation du Capitol a eu lieu en 1993-94, les trois films proposés datent de cette époque.

13h – Beethoven’s 2nd (version anglaise)

15h – La Princesse des cygnes (version française)

19h30 – Philadelphia (version anglaise)

Les portes ouvriront à 12h15. L’entrée est libre et ouverte à tous (sièges non-réservés). Un bar payant sera ouvert, avec des confiseries et maïs soufflé en vente.

Le Théâtre Capitol est situé au 811, rue Main, à Moncton. Pour plus d’informations, contactez la billetterie au 856-4379 ou visitez le : https://capitol.nb.ca/fr/item/1199-journee-cinema-retro.