Des jeunes sportives pensent aux familles défavorisées

Lors d’une partie de ringuette récemment, un groupe remarquable de jeunes filles membres des équipes de ringuette Beauséjour U12 Hot Shots et Codiac U12 Stingers ont décidé d’organiser une collecte de jouets pour aider les communautés à Noël.  Tous les jouets sur la photo ont été distribués parmi des familles dans le besoin. En fin de soirée, les deux équipes se sont rencontrées pour une soirée de chocolat chaud et d’amitié.  C’est remarquable de voir le travail accompli par ces jeunes filles sur la glace et l’amitié créée hors glace. L’équipe Beauséjour est composée de filles de Shédiac, Cap-Pelé, Memramcook et Kent-Sud, tandis que Codiac comprend des filles de Dieppe et Moncton. (Photo : Gracieuseté)

 

Vestiaire Saint-Joseph de Shédiac   Une dernière semaine très occupée avant Noël

Claire Lanteigne

Pour le Vestiaire Saint-Joseph, c’est une dernière semaine très occupée que celle qui précède Noël.  «On s’attend de distribuer 500 boîtes de Noël au cours de la fin de semaine, de dire Judson Cassidy, président du conseil d’administration de l’organisme.

«Les 500 boîtes ont été faites par les étudiant.e.s de l’école Louis-J.-Robichaud, une initiative du conseil étudiant de l’école.

«C’est ce soir, mercredi, que les Chevaliers de Colomb de la grande région desservie par le Vestiaire Saint-Joseph vont remplir les boîtes et cette année, tout se fait à la Banque alimentaire du Vestiaire.  Comme on le sait, au cours de l’année on a fait l’acquisition d’un édifice de la Coopérative de Shédiac et le magasin y a été déménagé, d’ajouter M. Cassidy. Alors nous avons suffisamment d’espace pour préparer les boîtes sur place et nous n’avons pas eu à chercher de local ailleurs comme les années précédentes.

«Et c’est là que  les gens pourront venir chercher leurs boîtes, samedi matin, à compter de 9h00.  Les Chevaliers de Colomb distribueront les boîtes aux personnes qui ne peuvent venir les chercher, samedi, de 8h à midi.

«C’est également au même endroit que l’on a préparé les cadeaux pour 300 enfants. Nous avons changé la formule cette année, d’ajouter M. Cassidy. Les parents fournissaient une liste et le tout était préparé par des bénévoles. Il n’y avait plus de magasinage par les parents pour choisir les cadeaux.  C’est beaucoup plus facile et efficace ainsi.

Nouveau magasin

   «Les affaires vont très bien au nouveau magasin du Vestiaire, de dire M. Cassidy. Les gens ont compris que le magasin n’est pas seulement pour les pauvres.  On a plus d’heures d’ouverture, dont en soirée les jeudis et vendredis et le samedi. Nous sommes chanceux d’avoir l’appui des gens.

«Mais on recherche toujours des bénévoles pour le  magasin et la Banque de nourriture. Il y a de plus en plus de jeunes qui viennent faire du bénévolat, car on veut les sensibiliser à la réalité de la pauvreté. On en reçoit même des garderies. Une vingtaine de Scouts de Cap-Pelé sont venus mettre de l’ordre dans le magasin et c’est très apprécié. Le groupe de la catéchèse est également actif, avec des parents engagés, et ils recueillaient les denrées lors du Défilé du Père Noël de Shédiac. Mais nous avons besoin de plus de bénévoles réguliers.»

Au niveau de la Banque de nourriture, la demande ne diminue pas et on sert environ 350 familles par mois.  La situation économique ne change pas tellement dans la région et plusieurs personnes dépendant encore du travail saisonnier.

Le magasin et la banque de nourriture du Vestiaire seront fermés les 25 et 26 décembre ainsi que le 1er janvier.

Une autre bonne année

   «Nous avons eu une autre bonne année, de poursuivre le président Cassidy. On ne peut pas se plaindre.  La communauté est très généreuse et on sait que nous ne sommes pas seulement là pour donner à manger.  Nous aidons les gens à sortir de la pauvreté et nous voulons mettre l’accent sur leur situation en offrant de nouveaux programmes en 2019.

«Une serre de 30 pieds par 20 pieds a été aménagée à même la Banque alimentaire, financée par un octroi du gouvernement provincial. Nous allons débuter un programme de légumes au printemps et on planifie d’ouvrir une cuisine éducative ainsi qu’une salle d’apprentissage.  On pourra y offrir des cours GED, d’ordinateurs, comment faire un budget, etc.

«Le programme de récupération de nourriture fonctionne très bien avec les magasins d’épicerie Coop/IGA, Sobeys et No Frills, de Shédiac et Save-Easy de Saint-Antoine. Le Vestiaire s’occupe d’aller chercher les produits donnés par ces magasins et on va ajouter un autre congélateur pour répondre aux besoins. On pourra approcher d’autres épiceries dans notre territoire pour y contribuer.»

Le conseil d’administration a ajouté de nouveaux membres en juin et fonctionne bien. «Je suis fier de réaliser que la vision que j’avais pour le Vestiaire se continue et de voir où on a amené les opérations. Le succès du Vestiaire Saint-Joseph c’est aussi dû au travail d’équipe des employé.e.s, des bénévoles, de la communauté et des entreprises qui l’appuient continuellement», de conclure M. Cassidy.

 

Suspension des travaux de modernisation de LJR   Une décision inacceptable selon plusieurs intervenants

Claire Lanteigne

Les réactions à l’annonce de la suspension des travaux de modernisation de l’école Louis-J.-Robichaud (LJR) ne se sont pas fait attendre longtemps.  La première réplique est venue de Gilles Cormier, conseiller scolaire du sous-district 4, du Conseil scolaire francophone Sud, dans lequel se retrouve l’école.

«Abandonner ce projet d’amélioration de mi-vie de notre école à mi-chemin du projet défie toute logique sur le plan économique et sur le plan d’apprentissage pour nos élèves, dit-il. Alors, j’implore tous les membres de l’Assemblée législative de se prononcer en faveur de la continuité des travaux nécessaires à l’école secondaire LJR et de renverser cette décision ennuyeuse de retarder ces travaux, des travaux qui assureront la survie de cette institution d’enseignement de longue tradition et garantiront un milieu propice d’apprentissage à nos jeunes pour plusieurs années à venir. Je pense que le présent gouvernement doit faire les choses autrement, comme la population leur a demandé la soirée des dernières élections, et que chacun des partis politiques a reconnu dans son discours à l’Assemblée législative.

Ce projet de modernisation mi-vie de l’école LJR doit continuer, selon M. Cor- mier. «Cette décision  défie la logique humaine. Cette école qui date depuis les années 60, construite pour une population d’environ 1200 étudiants, a servi la population des écoles nourricières de Grande-Digue, Shédiac, Grand-Barachois et Cap-Pelé et se voit depuis plusieurs années en grand besoin de réparations majeures. Et voilà que trois ans passés, un projet d’amélioration majeure mi-vie se fait accorder à notre école secondaire, un projet qui se produira en phases au cours des quatre prochaines années.

«Durant ces deux dernières années; des réparations à la toiture et les portes extérieures; le remplacement des casiers; la modernisation des classes d’adaptations scolaires, des classes de cuisine professionnelle, ainsi que celles de coutures; ont tous été accomplis au grand bonheur des étudiants, le personnel et les parents. Tous ces travaux nécessaires pour rendre cette vieille école, mais quand même en bonne condition structurelle, un milieu propice à l’apprentissage pour nos futurs leaders», de conclure M. Cormier.

Réaction des municipalités

  L’annonce que les dernières phases de travaux du projet de modernisation mi-vie pour l’école polyvalente Louis-J-Robichaud de Shédiac seraient retardées pour une période indéfinie est aussi inacceptable pour les municipalités de Shédiac, Beaubassin-est et Cap-Pelé. Dans une déclaration signée par les maires Serge Léger, Ronnie Duguay et la maire suppléante Patricia Bourque-Chevarie, ils affirment comprendre la situation budgétaire du gouvernement de Blaine Higgs, mais croient que les travaux entamés auraient dû aller de l’avant.

«L’annulation des travaux non complétés ne constitue aucune bien pour nos communautés, de dire les élus municipaux. Les travaux devaient entre autres permettre de remplacer le toit vieillissant et d’améliorer l’enveloppe du bâtiment.

Le député Jacques LeBlanc a également dénoncé cette suspension des travaux lors d’un message à l’Assemblée législative, réitérant les raisons exprimées par les autres intervenants.

Le Conseil scolaire francophone Sud a aussi exprimé sa déception face au budget d’immobilisations qui prévoit que les travaux de modernisation à mi-vie à l’école Louis-J.-Robichaud seront retardés pour une période indéterminée. L’école a grandement besoin de rénovations pour mieux répondre aux besoins de sa clientèle étudiante. De plus, des bureaux pour le personnel du district devaient être aménagés dans cet édifice. Il manque d’espace dans les locaux situés à Dieppe qui ne répondent plus à la demande d’un district en croissance. Le Conseil s’est donc engagé à faire connaître sa position au gouvernement face à ces compressions budgétaires.

 

Une autre belle guignolée

Les Chevaliers de Colomb de Haute-Aboujagane désirent remercier les communautés de Cormier-Village et de Haute-Aboujagane pour leurs généreux dons, lors de la collecte du 15 décembre.  Cette nourriture ainsi que 1031.25$ (plus d’autre à venir) sera remis au Vestiaire Saint-Joseph de Shédiac.  Nous reconnaissons : Raoul LeBlanc, Grand Chevalier; Léandre Forest, Rhéal LeBlanc, Régis LeBlanc, Gilles Dupuis et Robert Cormier. Absents: Noël Bourque et Zoël LeBlanc. (Photo : Gracieuseté)

Memramcook va continuer sa lutte pour sauver l’Institut!

Claire Lanteigne

  Suite à l’annonce du budget d’immobilisation du gouvernement provincial, le Village de Memramcook et le Comité Place du Vieux Collège ont été très déçus et choqués d’apprendre des coupures de plusieurs projets prévus, plus particulièrement le projet de rénovation et restauration de l’ancien Institut de Memramcook.

   «M. Higgs brise clairement sa promesse électorale de mener ce projet à terme, de dire le maire Michel Gaudet, visiblement choqué.  Lors d’une rencontre le 9 août dernier, à mon bureau au travail, à Moncton, je lui ai demandé très clairement quels étaient ses plans pour l’Institut de Memramcook s’il gagnait les élections. Il m’avait répondu tout aussi clairement que les travaux n’arrêteraient pas.

  «Nous avons milité pour la sauvegarde de cet édifice patrimonial pour plusieurs années, poursuit-il. Finalement ce fut la victoire le 6 février 2017 avec l’annonce que le gouvernement investirait 25 millions de dollars au cours des quatre prochaines années – une véritable victoire pour la communauté et son patrimoine. Une année et demie de rénovations, plusieurs millions d’investissements, de planification à long terme et d’espoir pour se faire terrasser encore une fois par le gouvernement qui avait mis la clé au bâtiment quelques années auparavant. Inacceptable!»

  Monsieur Gaudet ajoute que la communauté peut être rassurée que leur conseil municipal et le comité Place du Vieux Collège ne lâcheront pas prise et travailleront ardemment à voir que le gouvernement mène à terme ce projet promis depuis 2017.

   Dans un message à l’Assemblée législative, la députée de Memramcook-Tantramar, Megan Mitton a dit appuyer le comité de sauvegarde de l’Institut, le maire et le peuple du Village de Memramcook et tous les Acadiens et Acadiennes. «Je vais me battre non seulement pour sauver l’Institut de Memramcook, mais pour ramener la vie à ce bâtiment historique, a-t-elle dit.

  «J’ai été extrêmement déçue d’apprendre que les rénovations à l’Institut de Memramcook allaient arrêter.  Cet édifice est au cœur de la communauté et c’est une des priorités de notre communauté.  En construisant sur son histoire, les gens ont travaillé très fort pour faire un plan d’affaires et assurer sa sauvegarde. C’est un établissement culturel important non seulement pour la belle vallée, mais pour tous les Acadiens, les Néo-brunswickois et les gens d’ailleurs. Ce fut la première université francophone en 1854, le Collège Saint-Joseph et en 1881 s’y tenait la première Convention nationale.»

   Le Conseil d’administration de la Chambre de commerce de Memramcook est aussi déçu de l’annonce du gouvernement en ce qui concerne l’Institut. «Mettre les freins aux rénovations du complexe de l’Institut de Memramcook nous préoccupe énormément. Remettre cet édifice dans un état opérationnel est essentiel, afin d’assurer le développement économique de notre communauté. Un centre communautaire, un centre de pédiatrie sociale, un centre d’événement (c.-à-d. l’ancienne chapelle) et des espaces pour des bureaux, tous des composantes de ce projet, sont des éléments indispensables pour notre région. De plus, la valeur patrimoniale et historique de cet édifice, notamment la chapelle, ne peut pas être négligée.

   La Chambre de commerce de Memramcook souhaite travailler avec toutes les parties concernées pour trouver une solution. «Nous sommes persuadés qu’en travaillant tous dans la même direction, nous serons capables de trouver une solution viable à long terme», conclut-on.

Don à la paroisse Sainte-Thérèse de Dieppe

On aperçoit les trois animatrices devant les boîtes de denrées non périssables ramassées depuis un mois. Les propriétaires ont appuyé cette initiative sans réserve. (Photo: Normand A. Léger)

La paroisse Sainte-Thérèse de Dieppe va profiter de la générosité de trois entraineuses qui ont décidé d’offrir des sessions d’entrainement de groupe moyennant des dons en nourriture non périssable. Depuis un mois, plusieurs personnes se rassemblent le dimanche soir au Peak Fitness, à Dieppe, pour des sessions d’exercices physiques d’une heure sans avoir à débourser une somme d’argent pour devenir membre du groupe.

Denise Melanson, Monic Leclerc et Julie LeBlanc sont les trois animatrices bénévoles de la session. «On voulait contribuer à notre communauté et on a choisi de demander des dons de nourriture, a laissé entendre Denise Melanson. Les gens n’avaient pas besoin de s’abonner au gym. On voulait faire bouger les gens et on a bien du plaisir. Plusieurs non membres ont profité des sessions. On va poursuivre dans la nouvelle année, à la demande des gens qui nous ont bien appuyées. Différents groupes seront appuyés. On est excité, cela nous fait sentir bien. On offre bénévolement notre temps pour ceci et le sourire en vaut la peine.»

Beaubassin-est adopte son budget 2019

Le conseil de la Communauté rurale Beaubassin-est a adopté un budget total de 2 499 674.37$ pour l’année 2019. Le conseil a décidé que la somme de 2 276 465.88$ sera le mandat total de Beaubassin-est et que le taux d’imposition sera de 0.3307$ pour chaque 100$ d’évaluation.

«Ce budget va nous permettre de réaliser de beaux projets, incluant des investissements dans les infrastructures afin d’assurer la sécurité publique des citoyens de Beaubassin-est», explique le maire Ronnie Duguay. L’assiette fiscale de la municipalité se chiffre à    634 922 250$.

Accomplissements de 2018

   À Beaubassin-est, l’un des principaux dossiers de l’année 2018 a été l’adoption d’un nouvel arrêté procédural afin de se conformer aux règles et procédures de la nouvelle Loi sur la gouvernance locale. Le conseil a également fait l’embauche d’un nouveau Directeur général / Greffier au cours de l’année, soit Yves M. Leger, ce qui a permis une restructuration du personnel pour assurer l’efficacité de l’administration.

Au niveau des projets du Fonds de la taxe sur l’essence, nous avons terminé la construction du sentier   pédestre à Grand-Barachois et les gens en profitent beaucoup. À Haute-Aboujagane, on a fait la construction d’un sentier pédestre et d’un parc de jeux.

Également, une génératrice a été installée à la caserne de Haute-Aboujagane, pour assurer que les pompiers soient en mesure de fonctionner efficacement advenant une panne de courant.

Et la municipalité a continué de soutenir les organismes communautaires et culturels de la communauté en octroyant plus de 45 000$ en subventions pendant l’année 2018. Le conseil a d’ailleurs encore prévu des montants au budget pour poursuivre ces partenariats.

Priorités pour 2019

   Tout en respectant les priorités de son Plan stratégique, le conseil a plusieurs projets pour l’année 2019. D’autres investissements seront faits au niveau du Service d’incendie de Beaubassin-est, notamment pour refaire le plancher de la caserne et pour installer une bouche d’incendie sèche dans la communauté afin que les pompiers aient une source supplémentaire de ravitaillement d’eau pour lutter contre les incendies.

Le conseil va aussi se pencher sur les résultats de l’étude sur l’image de marque «branding» de la municipalité, pour ensuite développer de nouveaux outils de promotion, dont le site Internet de la municipalité. Des investissements ont aussi été prévus pour le développement économique, notamment pour faire l’embauche d’un employé qui s’occupera de faire du développement. Au niveau de la jeunesse, Beaubassin-est veut entre autres développer un programme visant à aider les familles avec les coûts d’inscription d’activités pour les jeunes, et la municipalité présentera encore une fois ses Camps d’été communautaires qui attirent de nombreux enfants de la communauté et des environs.

Et finalement, Beaubassin-est se prépare pour accueillir le Congrès mondial acadien (CMA) en août 2019. La collaboration va se poursuivre avec les organismes communautaires afin d’offrir une programmation exceptionnelle pour la journée de Beaubassin-est pendant le CMA, soit le dimanche 18 août 2019. Plusieurs activités sont prévues et le dévoilement se fera bientôt par le comité organisateur de l’événement.

Vous trouverez tous les détails du budget 2019 sur le site Internet de la municipalité, à www.beaubassinest.ca, sous l’onglet «Notre municipalité».

Collecte des sapins de Noël à Dieppe

La Ville de Dieppe désire aviser les résidents que la collecte des sapins de Noël (arbres naturels seulement) pour les maisons dont la collecte habituelle est le:

– MARDI, aura lieu le mardi 8 janvier

– MERCREDI, aura lieu le mercredi 9 janvier

– VENDREDI, aura lieu le vendredi 11 janvier

Les sapins ne doivent pas être gelés dans le banc de neige et être exempts de guirlandes et de décorations.

Les arbres peuvent être placés en bordure de rue quelques jours avant la date prévue, mais ceux placés après 4h le matin de votre collecte habituelle ne seront pas ramassés.

Pour prendre connaissance des changements à la collecte régulière pendant la période des Fêtes, visitez le https://bit.ly/2PAGSGH.

Défi des bûches de Noël à Cap-Pelé    Un don de 2000$ pour le Comité d’entraide de Cap-Pelé/Shemogue

Nous reconnaissons Éliza LeBlanc qui accepte le chèque de Christine Duguay et François Richard.

(CL) –Suite à l’engouement pour les bûches de Noël qui s’est produit à Cap-Pelé, comme dans plusieurs régions de la province, Christine Duguay, de Cap-Pelé Esso a lancé un défi à François Richard, du Marché au Corner. Celui ou celle qui recueillerait le moins d’argent irait travailler au commerce du gagnant pour deux heures.

«C’est Christine qui a gagné le défi alors que les employés de Pêcheries Westmorland ont misé 1375$ sur sa bûche. Le personnel du Marché au Corner a misé 250$ sur celle de leur commerce. On a ajouté 75$ reçus en dons et les deux commerces ont ajouté la somme de 150$ chacun pour faire le beau don de 2000$.

«Je suis très contente d’avoir fait cette initiative avec François Richard, du Marché au Corner, de dire Christine. Je crois beaucoup à l’importance de travailler ensemble, en équipe, dans un beau petit village comme le nôtre.»

Memramcook reconnaît les talents des aînés de che’nous

Nous reconnaissons les onze aînés dont les talents ont été reconnus lors du vernissage. (Photo : Gabrielle Bissonnette)

Au Domaine la Vallée du Foyer Saint Thomas, le dimanche 16 décembre dernier, a eu lieu un rassemblement communautaire pour le vernissage / dévoilement des photos de 11 aînés de Memramcook dans le cadre du projet «Les talents des ainés de che’nous» qui cherche à valoriser les talents des ainés de Memramcook.  C’est grâce au ministère de l’Emploi et Développement social Canada et au programme Nouveaux Horizons pour les aînés que ce projet a eu lieu.

Le dévoilement des photos des 11 ainés, qui ont été sélectionnés par un comité aviseur d’ainés, donnait suite au sondage effectué en mai dernier. Les photos sont l’œuvre de la photographe Gabrielle Bissonnette.

Les photos des ainés suivants ont été dévoilées :  Florence Boudreau, pour son talent de piqueuse de couvertures; Roselys Belliveau, pour son talent d’artiste peintre; Anita Boudreau, pour son talent de recherche en généalogie; Donald Boudreau, pour son talent de récolte de passe-pierre et tétines de souris; Gérard Boudreau, pour son talent de patenteux; Père Emery Brien, pour son talent de musicien; Groupe des Chevaliers de Colomb, pour leur aide à la communauté; Bobby Dupuis, pour son talent de musicien; Aurélia Gaudet, pour son talent de création de tapis hookés; Victor LeBlanc, pour son talent de pêcheur à la gattes et Dot Thériault, pour son talent d’organisatrice.

Par la suite, il y a eu de la musique de Noël avec Ulric LeBlanc, Antoinette Richard et Cédric Gautreau, ainsi qu’une visite d’invités spéciaux : Père Noël et Mère Noël. Il y a aussi eu un goûter en fin d’après-midi. Il y avait environ 100 personnes présentes. Cet événement était organisé par la Société culturelle de la Vallée de Memramcook.

La Société culturelle de la Vallée de Memramcook est un organisme à but non lucratif qui a comme mission de promouvoir et développer la culture francophone et acadienne à Memramcook.