Des investissements de plus de 3,6 millions de dollars pour le quai de Pointe-du-Chêne

Les gouvernements du Canada et du Nouveau-Brunswick ont annoncé l’attribution de fonds de plus de 3,6 millions de dollars à l’Administration portuaire de Pointe-du-Chêne pour la réparation de l’infrastructure du quai populaire de la région.  De gauche à droite : Chuck Steeves, président du comité consultatif de Pointe-du-Chêne; Donald Boudreau, président de l’Administration portuaire de Pointe-du-Chêne; Victor Boudreau, député de Shediac-Beaubassin-Cap-Pelé; l’honorable Dominic LeBlanc, ministre des Affaires intergouvernementales et du Nord et du Commerce intérieur et député de Beauséjour, et Victor Cormier, directeur général de l’Administration portuaire de Pointe-du-Chêne.  (Photo : Gilles Haché)

Les investissements dans des projets d’infrastructure touristique dans les collectivités du Canada atlantique sont essentiels à la croissance de cet important secteur économique pour la population canadienne. En investissant dans le tourisme, nous attirons de nouveaux visiteurs, faisons croître les entreprises et en créons de nouvelles, générant ainsi une croissance économique pour la classe moyenne. Le 14 aout dernier, les gouvernements du Canada et du Nouveau-Brunswick ont annoncé l’attribution de fonds de plus de 3,6 millions de dollars à l’Administration portuaire de Pointe-du-Chêne pour la réparation de l’infrastructure du quai populaire de la région.

L’honorable Dominic LeBlanc, ministre des Affaires intergouvernementales et du Nord et du Commerce intérieur et député fédéral de Beauséjour, au nom de l’honorable Navdeep Bains, ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique et ministre responsable de l’Agence de promotion économique du Canada atlantique (APECA), ainsi que Victor Boudreau, député de Shédiac-Beaubassin-Cap-Pelé, au nom de l’honorable Bill Fraser, ministre des Transports et de l’Infrastructure du Nouveau-Brunswick et ministre responsable de la Société de développement régional, se sont joint à des représentants de l’Administration portuaire de Pointe-du-Chêne pour faire l’annonce.

Le projet comprend une évaluation environnementale, la réparation du mur avant en béton, la reconstruction des rampes de mise à l’eau, des murs intérieurs et sud du port, ainsi que la restauration de la rive sud derrière les hangars à appâts du quai.

Le gouvernement du Cana-da verse 1 844 775$ pour cette initiative par l’entremise du Fonds des collectivités innovatrices de l’APECA, et la province du Nouveau-Brunswick apporte un financement de contrepartie de 1 844 775$ par l’intermédiaire de la Société de développement régional. L’Administration portuaire de Pointe du Chêneinvestit 409 950$ dans le projet.

Ces investissements donnent suite aux engagements du gouvernement du Canada et des quatre provinces de l’Atlantique à stimuler la croissance économique dans la région de l’Atlantique au moyen de la Stratégie de croissance pour l’Atlantique, en aidant le secteur du tourisme à attirer un plus grand nombre de visiteurs et à créer de nouveaux emplois dans l’ensemble de la région. Cette nouvelle approche audacieuse s’inscrit dans la vision du tourisme du Canada, qui vise à faire du Canada l’une des dix principales destinations touristiques au monde d’ici 2025.

«La région de Shédiac attire près d’un million de visiteurs chaque année, et un grand nombre de ceux-ci visitent le quai de Pointe-du-Chêne. Je suis ravi que le gouvernement du Canada, par l’entremise de l’APECA, investisse dans d’importantes améliorations au quai qui renforceront l’infrastructure touristique actuelle de la région de Shédiac, améliorant ainsi cette destination populaire et apportant des avantages économiques accrus pendant des années», souligne L’honorable Do- minic LeBlanc, ministre des Affaires intergouvernementales et du Nord et du Commerce intérieur et député de Beauséjour.

«Votre gouvernement comprend l’importance de faire des investissements qui ont un impact positif sur la création d’emplois et le déve- loppement économique de la province. L’investissement de votre gouvernement dans le projet du quai de Pointe-du-Chêne veillera à ce que cette importante infrastructure puisse servir la communauté pour des années à venir», a ajouté Victor Boudreau, député de Shédiac- Beaubassin-Cap-Pelé, au nom de l’honorable Bill Fraser, ministre des Transports et de l’Infrastructure du Nouveau-Brunswick et ministre responsable de la Société de développement régional.

Pour sa part, Donald Boudreau, président de l’Administration portuaire de Pointe-du-Chêne, indique que «l’administration portuaire de Pointe-du-Chêne est heureux de la participation des deux ordres de gouvernement dans le financement de travaux urgents afin que nous puissions continuer à offrir une installation sécure pour les nombreux visiteurs que nous recevons chaque été. Nous voulons souligner la coopération des officiels des agences impliquées; ils ont compris la grande importance du quai et ses ins- tallations connexes pour le tourisme au Nouveau-Brunswick. Nous tenons aussi à remercier le ministre LeBlanc et le député Boudreau pour leur appui soutenu aux projets.»

 

 

Première visite officielle des nouvelles écoles de Dieppe

La photo prise lors de la visite officielle des deux nouvelles écoles de Dieppe nous fait voir, de gauche à droite : Marc LeBlanc, vice-président du Conseil d’éducation; Diane Laplante, directrice adjointe de l’école Le Marais; Paul Demers, président du Conseil d’éducation; Monique Boudreau, directrice générale du DSFS; Arthur LeBlanc, futur élève de la 6ième année de l’école Antonine-Maillet; Antonine Maillet, romancière et dramaturge acadienne; l’honorable Roger Melanson, ministre de l’Éducation postsecondaire, président du Conseil du trésor et député de Dieppe; Jolène Gaudet, directrice de l’école Le Marais; et Daniel Cormier, directeur de l’école Antonine-Maillet. (Photo : Gracieuseté)

Le District scolaire francophone Sud a accueilli de la grande visite lundi matin à l’occasion de la première visite officielle du nouveau complexe scolaire de Dieppe, abritant les écoles Le Marais et Antonine-Maillet.

La romancière et dramaturge acadienne Antonine Maillet était présente pour cette première visite officielle des nouvelles écoles, dont celle qui porte fièrement son nom. Mme Maillet a livré un message inspirant au personnel scolaire qui oeuvre auprès de la jeunesse acadienne.

Pour le président du Conseil d’éducation, Paul Demers, il s’agit d’un honneur pour le District scolaire francophone Sud de pouvoir souligner ce grand moment en sa présence.

«Avant de devenir auteure, Mme Maillet qui a été enseignante a voulu transmettre aux jeunes l’amour de la langue et de la culture acadienne. Par l’entremise de ses écrits, elle a ensuite fait connaître l’Acadie à ses lecteurs du monde entier. Cette grande dame est une belle source d’inspiration pour nous tous. Nous sommes donc très heureux d’avoir partagé ce beau moment avec elle», a souligné monsieur Demers.

Le ministre de l’Éducation postsecondaire, président du Conseil du trésor et député de Dieppe, Roger Melanson; le maire de Dieppe, Yvon Lapierre; la directrice générale du District scolaire francophone Sud, Monique Boudreau; les directions et directions adjointes des écoles, de même que des membres du personnel et des parents étaient également de la visite.

Le complexe scolaire comprend un grand gymnase et une cafétéria avec mûrs amovibles permettant ainsi une utilisation maximale et multifonctionnelle des espaces. Plusieurs grandes fenêtres permettent la lumière naturelle, les couleurs sont vives et le décor accueillant.

Une cérémonie d’inauguration officielle aura lieu au cours de la prochaine année.

 

EDITORIAL

Alcide F. LeBlanc

Les tintamarres deviennent de plus en plus populaires en Acadie

            À en juger par les nombreux et nouveaux tintamarres lors de la fête nationale de l’Acadie du 15 août, on dirait que la fierté de notre peuple est de plus en plus manifeste et présente, non seulement sur notre propre territoire, mais aussi au Québec, dans plusieurs autres provinces canadiennes et même en France.

Mais au juste que signifie cette expression? Le dictionnaire précise qu’il s’agit surtout d’un élément acadien et l’exprime ainsi : Défilé populaire dans les rues, bruyant et festif, lors de la fête nationale des Acadiens du 15 août.

Pour toutes les personnes qui sont déjà allées célébrer le 15 août à Caraquet où l’on se réclame à juste titre comme étant le plus grand des tintamarres, maintes autres communautés se sont jointes à cette grande manifestation de joie, de fierté et même de bruit.

À celui de Bouctouche, comme probablement tous les autres, on peut voir des gens de n’importe quel âge, bébés de trois ans, enfants de cinq à 12 ans, des adolescents, des adultes et même des personnes dépassant les 80. C’est beaucoup mieux que ce que l’on peut observer dans nos églises. Toutefois, la messe célébrée dans notre cathédrale a été hautement réussie. Malgré la chaleur, la foule a rempli ce magnifique édifice. Par contre, comme c’est presque toujours le cas, peu de jeunes.

Revenons à Bouctouche. Dans cette ville, on prétend que c’est le second plus grand tintamarre en Acadie. On y ajoute une autre caractéristique : c’est le meilleur et le plus beau. En disant cela sans malice mais avec fierté, le défilé augmente continuellement en nombre de participantes et de participants. Il part du Marché de Bouctouche et se termine au Pays de la Sagouine où les artistes soulèvent et divertissent une foule nombreuse.

En passant, il faut féliciter Radio-Canada dans sa tentative de couvrir chaque année les différentes célébrations se déroulant en Acadie, au Québec et même dans le pays de nos ancêtres. Cependant, on dirait que celui du 15 août 2018 n’a pas beaucoup émerveillé les téléspectateurs et les téléspectatrices. Sans doute, on se reprendra l’année 2019 lors du Congrès mondial.

Alcide F. LeBlanc

Première journée multiculturelle à Cap-Pelé    Une activité couronnée de succès malgré dame nature

Claire Lanteigne

La première journée multiculturelle organisée par le bureau du Centre d’accueil et d’accompagnement francophone des immigrants du Sud-est du N.-B. (CAFI) de Shédiac et le Village de Cap-Pelé a été un grand succès, malgré le manque de collaboration de dame nature. «C’est à la dernière minute que la température est devenue très inclémente et il a fallu tout déménager à l’intérieur, de dire Mélanie-Ève Bourque, coordonnatrice en immigration pour les régions de Shédiac, Beaubassin-Est et Cap-Pelé.

«Mais tout s’est très bien déroulé et plus de 350 personnes y ont participé. En plus des jeux gonflables, du spectacle de Roland Gauvin et M. Crapaud, du Choupique Cajun Band; il y avait des  kiosques du Mexique, de Design from Africa et Enfantillages avec Ginette Martin.  Des camions offraient également de la nourriture.»

Un autobus scolaire a apporté un groupe d’ados qui participent à un camp d’été de francisation à Moncton, alors une cinquantaine de personnes sont venues célébrer à Cap-Pelé.

«Tous les groupes qui ont participé aux différents spectacles étaient très émus, fiers de démontrer leurs costumes et de partager leur culture avec la communauté, d’ajouter Madame Bourque.  Les Philippines, le Mexique et la Jamaïque étaient à l’honneur avec leurs danses traditionnelles, leurs chants, leurs costumes, des démonstrations et leurs coutumes.  Entre autres, on a expliqué l’importance de la Journée des morts au Mexique  Ils ont remercié la population d’être venue y participer.»

«Il est important d’organiser des activités si on veut vendre l’importance de placer les enfants dans le système scolaire francophone et les écoles doivent être plus outillées pour les accueillir, de poursuivre Mélanie-Ève. On veut faire un projet avec les écoles et les étudiant.e.s du secondaire de la région.  Et on prévoit aussi organiser un camp d’été à la Bibliothèque de Cap-Pelé, l’an prochain, afin d’aider à la francisation des enfants.

«Le CAFI est très heureux de pouvoir élargir ses services en immigration pour inclure la belle communauté de Shédiac, Beaubassin-Est, et Cap-Pelé, de dire Neil Boucher, directeur général du CAFI.  L’enthousiasme lors de la journée multiculturelle démontre clairement que nos amis venus d’ailleurs sont prêts à se joindre à nous, la communauté d’accueil, pour créer un milieu attrayant et ouvert sur toutes les cultures du monde. Nous attendons avec impatience la deuxième édition.»

«C’est certain que l’on va répéter l’activité l’année prochaine, de dire Mélanie-Ève, je suis très satisfaite de cette première expérience et on peut dire que ce fut un réel succès pour un tel événement. C’est aussi une bonne façon d’éduquer les gens d’ici qui étaient très émus de voir tous ces nouveaux arrivants en spectacle. Ça les sensibilise à l’immigration et ça souligne l’importance du multicultu- ralisme. Ce fut également un beau travail d’équipe avec les employés du Village de Cap-Pelé.»

«J’aime beaucoup mon travail ici, dit-elle, je n’ai pas le temps de chômer et il y a un avenir pour ce bureau. Au début il a fallu faire notre devoir de statistiques, savoir à qui on allait s’adresser, les défis à relever et comment on pouvait aider les nouveaux arrivants.

«Nous recevons que de   bons commentaires des employeurs de la région.  Le besoin était là et on a créé de bons liens de travail avec eux. Depuis mai dernier, Chantal LeBlanc-Maldonado est conseillère à l’emploi ici pour Services humains de l’Atlantique Inc.  Elle aide les nouveaux arrivants qui sont prêts à l’emploi et qui ont de la difficulté à trouver ou maintenir un emploi. On offre également des plans d’action personnalisés qui peuvent contenir les dimensions suivantes: choix de carrière, amélioration de compétences, recherche d’emploi, maintien de l’emploi, réseautage avec les employeurs, des sessions de groupe et tendances et informations sur le marché d’emploi local.

«Nous sommes la porte d’entrée entre les employeurs et les nouveaux arrivants et avec les écoles.  On peut diriger les nouveaux arrivants vers les services nécessaires pour les appuyer.»

Projets à venir

«Parmi les prochaines activités qu’on prévoit organiser, d’ajouter Mélanie-Ève, il y aura Un midi, un pays qui débutera en octobre à la Bibliothèque publique de Cap-Pelé. On veut aussi organiser des centres de conversation à l’automne

Une activité culinaire est prévue le 26 octobre au Centre Saint-André-LeBlanc.

«Ça commence à bouger  au niveau de la programmation, de dire Mélanie-Ève, en poste depuis avril seulement, il y a beaucoup de mouvements avec les nouveaux arrivants.»

Les Camps d’été de Beaubassin-est ont accueilli 200 jeunes pendant l’été 2018

Les jeunes des camps d’été de Beaubassin-est ont adoré l’atelier de fabrication de cerfs-volants pendant l’une des semaines à l’école Père-Edgar-T.-LeBlanc de Grand-Barachois.  (Photo : Gracieuseté)

Les Camps d’été de la Communauté rurale de Beaubassin-est ont accueilli plus de 200 enfants pendant l’été 2018. Ces jeunes de 5 à 11 ans ont eu bien du plaisir en compagnie des animateurs surnommés Woody (Tchad LeBlanc), Mulan (Adèle Cormier), Coccinelle (Danicka Belliveau), Mimi (Mylène Bourque), Tiana (Chloë LeBlanc) et Daisy (Janie Léger).

Pendant l’été 2018, quatre semaines de camps ont été présentées au Centre communautaire de Haute-Aboujagane, au Centre culturel de Cormier-Village, au Club d’âge d’or de Shemogue et au Centre de Saint-André-LeBlanc, ainsi que quatre semaines à l’école Père-Edgar-T.-LeBlanc de Grand-Barachois. Encore cette année, chaque semaine avait un thème et plusieurs ateliers intéressants ont été présentés, comme l’environnement avec Vision H2O, le conditionnement physique avec Donald Cormier, ou encore le soccer, les cerfs-volants, la nutrition, le recyclage, une «Paint Night» et même du «balloon twisting».

Les jeunes ont eu droit à des activités spéciales chaque semaine, comme les présentations du Centre Homarus et du Zoo de reptiles, le spectacle du magicien Rémi Boudreau, la visite de la Maison Hantée, une visite et un BBQ à la caserne des pompiers de Haute-Aboujagane, ainsi qu’un repas acadien préparé avec les dames du Club d’âge d’or de Shemogue et même un film avec Alex Richard en collaboration avec la Société culturelle Sud-Acadie.

On a fêté le 15 aout dans notre région!

Les célébrations du 15 aout et de la fête nationale de l’Acadie ont attiré les foules à la Place 1604 de Dieppe avec un espace pour jeunes avec jeux gonflables, artisanat, le populaire Tintamarre. Ces jeunes n’ont pas hésité à faire du bruit et étaient heureuses de démontrer leurs couleurs acadiennes.

On a fêté le 15 aout dans notre région!

Les gens sont venus en grand nombre célébrer la fête de l’Acadie à Memramcook.

On a fêté le 15 aout dans notre région!

Une grande foule s’est rendue à la Plage de l’Aboiteau pour participer aux célébrations de la fête de l’Acadie.

On a fêté le 15 aout dans notre région!

Le Tintamarre de Shédiac cette année a été un grand succès. Plusieurs personnes se sont costumées pour participer aux activités.

Un autre succès pour L’Grand bazar-à-choix 2018!

 

Les gens ont bravé la pluie samedi pour se rendre à la Salle Grand-Barachois pour encourager les exposants variés, lors du L’Grand bazar-à-choix. Près de 400 personnes sont passées pour apprécier et/ou acheter les oeuvres des artistes et artisans.

«Les divertissements ont été très appréciés par toutes et tous, de dire Marlene Dugas, présidente du comité organisateur. Paul et Jonah Dubé ont débuté à 10h avec leur musique jazzy. Frank Williams nous a charmés avec des tounes populaires et quelques-unes de ses compositions.  Martin Boudreau a  su calmer la foule en interprétant des pièces variées sur son clavier portable. Nous avons reçu plusieurs commentaires positifs au sujet de la musique. Danielle Loranger, auteure de livres d’enfants, nous a fait une belle interprétation avec la participations des enfants présents.»

Plusieurs enfants  sont passés à la table de bricolage pour créer leur petite oeuvre avec l’aide des animateurs Nathan et Alycia Cormier.

«Notre comptoir de pâtisserie n’a pas déçu, d’ajouter Madame Dugas. Les gens en ont acheté et nos mets acadiens ont été populaires. Les poutines râpées et le fricot ont  fait fureur.

«Merci au Chevaliers de Colomb pour leur appui avec leur main d’oeuvre. Ce fut grandement apprécié. Merci à nos parrains : la Communauté rurale Beaubassin-Est et la Société culturelle Sud-Acadie, et merci à la population de la CRBE et des environs d’être venus nous voir.

«Au nom de mon comité, merci et à l’an prochain, de conclure Marlene Dugas, présidente du comité organisateur du L’Grand bazar-à-choix.