D’la Pantry à la Belle Delphine

J’aimerais de partager avec vous z’autres ma fameuse recette de «FISH CAKES», qu’était le repas favori à mon M’n’oncle Edvârd. Ouaye, que voici :

«Fish Cakes» de morue d’antan

  • 1 livre de morue fraîche, tchuite…
  • 2 cuppées de patates, tchuites pis mashées…
  • 1 p’tit oignon, haché…
  • 1/4 cuppée de persil frais, haché…
  • 1/2 tchuillèrée à thé d’sel (ou un p’tit brin plusse ou t’au goût)…
  • 1/4 tchuillèrée à thé d’poivre…
  • entre une à 3 pincées d’ail frais, finement haché ou avec 1 pincée pis tcheques p’tits grains d’extras ou de quasiment rien de poudre d’ail (au choix ou si qu’vous êtes un p’tit brin plusse aventureux)… ou pour varier la saveur, ajouter du fromage Parmesan râpé dans le mélange de «Fish Cakes»
  • chapelure de pain…
  • d’l’huile végétale…

Mélanger tous lés ingrédients, sauf pour l’huile végétale; pis former z’en galettes. Tchuire rapidement, dés 2 côtés de chaque galette, dans d’l’huile chaude. Avec du «chow-chow on the side»… Parle d’un bon repas!

Delphine B.B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

Delphine B.B. Bosse

Ma «friend», la Vieille Gibraille, a insisté de v’nir me ramâsser… Ouaye! Afin de m’amener participer pis m’introduire t’à la Rencontre de sept heures du mardi souaire du Groupe Suppôrt de Veufs pis d’Veuves «Anonymous», du Comté d’Westmorland; qu’a lieu dans le «boardroom», proche du «boiler room», dans le sous-sol d’la Polyvalente! J’m’attendais pas à ouaire si tant d’monde que c’là, là… Ça v’naient d’partout; de tous lés racoins imaginables – – d’aussi loin que Saint-Louis d’Kent pis d’la Baie Verte (ouaye – – la p’tite communauté charmante, proche du «Confounded Bridge», à travorser jusqu’à l’autre bôrd d’la «P.E.I.»). À horler t’en anglais ou t’en français, pour la perte d’un conjoint; cé t’ute la même «hurt»!

J’m’ai bin faite «warné» que «whoever» que j’oua là; ou qu’lés témoignages privées pis partagées, qu’j’entend là… Je n’ai pas le droit de révéler à «no body»… As-tu compris, Delphine? Ouaye! As-tu compris??? Hounnêtement… entre-moi pis vous z’autres! Pssst! Pssst! Ej s’rais tentée, par la tentation du djâble, de voulouaire me mettre de d’sus la taléphône (à brûler lés broches d’électrique, entre chaque poteau de taléphône) pis «gossipé»… Mais! Mais j’peux pas!

HÉLAS (qué point (ha-ha-ha) le nom du frére à Mélas)! «Anyway»… Coumme qui m’a ‘té avisée : Apprends-toi à tcheindre «muzzlé» ta goule, ma chère; pis t’aras autchuns troubles! Ne commente pas à l’égârd dés affaires dés autres! «Mind» ta «own business»! Ouaye! Cé t’en écoutant le message dés membres du groupe, que la guérison d’âme se f’ra possiblement à la trantchille… Ya! À la «One Day at a Time»!

Cé «fine» de faire le deuil pour t’un feu bien-aimé; mais «come on» là!?! Ça n’a pas besin «d’feelé» coumme si qu’ça va prendre t’une Étarnité à djerrir ou à oublier… Supposément qu’y’a d’la «hope» de continuer sa vie, sans l’autre; d’être capable de se réinventer, en s’apprenant à «trusté», aimer pis inviter t’une autre parsounne à voulouaire partager ensemble lés mêmes intérêts («WOW») de Cheminement d’Vie!

Quand j’ai osé poser la question, quand qu’ça arrivé à mon tour de parler: <<Ouaye? Coumment longtemps que j’devrais attendre avant d’me mettre «back» à «daté»? Sans «feelé guilty»? Après t’ute, ça fait yinc 2 mois que mon cher défunt Ozime est entombé t’au Cimetchére!!!>> Y’a parsounne dans «l’room» qui m’a baillé z’une «dirty look»; ni bonhommes pis ni mesdames ont osé m’juger ou m’condamner… «As a matter of fact», le «body language», à chaque âme présent dans «l’room», exprimait plutôt t’une chaleur d’empathie! En voulant m’assurer, qui compornions mon concerne à l’égârd d’ma question ou confusion ou de cossé que j’pâssais z’au travers… Que z’eux itout, «at one time», avions évoqué la même idée, dans la «brain»!  Ouaye! Que je n’étais pas seule…

D’aouaire réalisé socitte, que j’ne sus pas seule, m’a coumme réconforté l’tcheur; pis encouragé de voulouaire participer à la prochaine «meeting» de Veufs pis d’Veuves «Anonymous»!

En sortant d’la rencontre, y’un séduisant veuf par le nom de Gonzague P., qui m’a invité d’voulouaire âller boire t’un café avec lui t’au restaurant. J’y’ai laissé saouaire qu’j’allais y réfléchir… Qu’j’étais pas pressé… Pas toute suite, «anyway»; à voulouaire m’garocher à «daté». Y m’a «still» poliment «handé» son «phone number», au cas que j’changerais ma «pretty mind».

Cé coumme «kind of» tentant; mais «NO RUSH», j’me dis… On ouaira??? «Mind you», cte Gonzague est coumme «YANG-YANG-YANG-KIND-OF-CUTE»! Y fait point zire à louanger dés yeux!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Tentative au record mondial Guinness cet automne

Notre région est la plus connectée au monde – on le sait. Maintenant, on l’affirme. Le 3 octobre 2018, les personnes du Hub City se réuniront pour propulser une action incroyable : établir le record mondial pour le plus grand événement de réseautage éclair.

Le réseau de jeunes professionnels du Hub City vise l’attraction de 3000 participants à cet événement dans la région du Grand Moncton. Présentement, c’est JCI Limburg en Belgique qui détient le record – leur événement a rassemblé 1068 personnes en 2014.

«Voilà deux ans que nous organisons des événements de réseautage. Lorsqu’on se réunit et on partage nos ressources, le résultat est incroyable. On entend souvent des histoires de succès qui résultent de nos soirées. Quant à nous, l’événement de Guinness est une occasion de maximiser cette connectivité et cet esprit de soutien»,  souligne Patrick Richard, Fondateur du Réseau des jeunes professionnels du Hub City.

Le groupe est ravi d’annoncer leurs commanditaires majeurs : la Banque TD et Opportunités NB.

L’événement aura lieu le 3 octobre 2018, au Colisée de Moncton de 8h à 12h. Tous sont invités : étudiant.e.s, chercheurs d’emploi, gens d’affaires, leaders communautaires, etc. Venez tous témoigner cette action incroyable.

Les participants doivent s’enregistrer par Eventbrite au hubcitymakesitofficial.eventbrite.ca, le lien peut aussi être trouvé sur la page Facebook du Hub City Young Professionals Network.

 

Les jeunes du N.-B. se distinguent à Charlottetown

(N.A.L.) –Les athlètes du Nouveau-Brunswick ont fait belle figure aux Championnats atlantique de cours, saute, lance et roule, mardi de la semaine dernière à Charlottetown, Île-du-Prince-Édouard.

Les jeunes filles et gars de la province ont raflé plusieurs titres d’événements face aux compétiteurs des autres provinces.

Thomas Dray et Liam Goguen (9 ans -), de l’école Donat-Robichaud de Cap-Pelé, ont fini 8e et 9e respectivement au lancer de la balle-molle. Goguen était 11e et Dray, 9e au poids, 6e et 13e au saut en longueur, 7e et 11e au 300 m; 11e et 15e au 150 m et 8e et 15e au 60 m.

Sam Ringuette a deux médailles d’or chez les gars 10 et 11 ans, terminant premier au 600 m et au saut en longueur. Il était deuxième au 150 m. Jacob Ferron était premier au 80 m et au 150 m des gars 10 et 11 ans. Maxime Turcotte était le plus rapide des 9 ans – au 150 m et 3e au 60 m. Francis Roussel a raflé l’or chez les gars 12 et 13 ans au 80 m et était deuxième au 150 m.

Chez les filles 10 et 11 ans, Audrée LeBlanc était première au saut en longueur et 4e du 60 m et du 80 m. Élodie Rioux était deuxième au saut en longueur et au 300 m. Claire Nowlan était première au 600 m filles 10 et 11 ans.

La compétition mettait fin aux rencontres d’athlétismes du programme pour la saison.

 

Philippe Myers a hâte à sa première saison dans la LNH

Le cardio est important pour les joueurs de hockey et Philippe Myers n’hésite pas à prendre de la vitesse sur ce vélo stationnaire. (Photo : Normand A. Léger)

(N.A.L.) –Le défenseur Philippe Myers, de Dieppe, a terminé sa première saison au hockey professionnel, ayant joué dans la Ligue américaine de hockey avec les Phantoms de Lehigh Valley, le club école des Flyers de Philadelphie.

L’ancien des Huskies de Rouyn-Noranda de la Ligue de hockey junior majeur du Québec a démontré beaucoup de potentiel chez les pros et plusieurs experts indiquent qu’il devrait jouer dans la Ligue nationale cette saison avec les Flyers.

Myers s’entraine quotidiennement à Dieppe, cet été et suit un programme de PeakFitness et Richard Léger. «L’été passe vite, a dit Myers suivant un exercice. Je ne veux pas trop en faire et relaxer lorsque j’ai besoin. Je dois me reposer mentalement suivant une longue saison, l’an dernier. Je veux être bien reposé avant de me présenter au camp des Flyers.»

Le défenseur de 6pieds 5pouces, 220 livres a participé aux sessions des recrues des Flyers, en juillet. «J’étais un des plus vieux et j’ai eu la chance d’être un leader. Je crois avoir bien réussi. Je pars à Philadelphie, à la fin aout et le tout débute à la mi-septembre. Je m’attends de demeurer avec l’équipe des Flyers. Les entraineurs veulent me voir là. J’ai beaucoup travaillé et c’est encourageant. Les médias parlent de moi en bien et c’est le fun d’entendre cela. Cependant, c’est l’opinion des gens et je dois gagner ma place sur la glace.»

Myers, 21 ans, sera heureux lorsqu’il sera membre des Flyers. Pour y arriver, il se prépare physiquement en participant à plusieurs sessions hors et sur la glace. Il a une attitude positive, développe ses muscles et se dit prêt dans toutes les facettes du jeu. Il veut garder son jeu simple et bien jouer.

Myers a disputé 50 parties en saison régulière avec les Phantoms l’an dernier et avait une fiche de cinq buts et 16 passes, pour 21 points, +12 et 54 minutes au banc des punitions. Il a ajouté 13 parties en séries et sept points, dont trois buts. Il a évolué dans 251 parties (saison et séries) avec les Huskies, en quatre saisons, ayant subi une sérieuse commotion cérébrale, en 2016-2017 avec l’équipe nationale junior, aux championnats mondiaux de hockey. Il a joué son hockey midget avec les Flyers de Moncton.

Les médaillés d’or heureux de leur championnat mondial

Les quatre joueurs du Sud-est de la province champions mondiaux du football junior sont, de gauche à droite, Glodin Mulali, Taylor Burns, Charles Lavallée et Dylan Tabone.   (Photos : Normand A. Léger)

(N.A.L.) –Les quatre joueurs du Sud-est du Nouveau-Brunswick, membres d’Équipe Canada des -19 ans, qui a remporté le championnat mondial de football, ont rencontré leurs partisans lors d’une soirée organisée par l’Association de football de Moncton.

Charles Lavallée, Glodin Mulali, Dylan Tabone et Taylor Burns étaient au terrain Rocky Stone pour signer des photos d’eux-mêmes en action lors des joutes au Mexique, la semaine précédente.

Charles Lavallée se dit excité du championnat. «C’était incroyable, c’était représenter mon pays et jouer contre d’autres pays. On a fait un bel effort et gagné. Tous ont travaillé fort en équipe. Je me repose pour deux semaines avant de retourner à Sackville pour le camp des Mounties.» Lavallée est un joueur de ligne offensive de deuxième année de l’université Mount Allison.

Le receveur de passes et demi, Glodin Mulali a indiqué que gagner le championnat mondial «était un plaisir incroyable. C’est différent de représenter ton pays, le Canada, et jouer contre le Japon, les États-Unis, l’Australie et la Suède. J’ai marqué trois touchés et un a été rappelé. Je suis heureux de ma performance.» Mulali retourne à Wolfville et à l’université Acadia, le 11 août, pour se préparer pour sa deuxième année avec cette équipe de SUA.

Le quart Dylan Tabone indique qu’il n’oubliera jamais l’expérience. «C’était stupéfiant. La différence a été qu’on était de bons amis qui ont travaillé ensemble. Il fallait avoir cette relation, on voulait gagner. J’ai joué comme quart arrière et j’ai apprécié, c’était une belle expérience d’apprentissage pour moi.» Il retourne jouer au Collège Saint Andrews, pour sa 12e année.

Taylor Burns était joueur de ligne offensive, à la gauche et il a vu de l’action en finale. «Représenter mon pays était impressionnant. Le style de football des autres pays m’a surpris. Leur calibre était excellent et parfois les joueurs étaient plus petits que nous, mais très rapides.»