Remise des certificats de mérite

Remise des certificats de mérite à Cap-Pelé

Gilles Haché

Le Village de Cap-Pelé a remis des certificats de mérite dans six catégories à des personnes, organismes et commerce à l’occasion des activités organisées dans le cadre de la Fête du Nouveau-Brunswick.

Dans la catégorie Arts et culture, le choix s’est arrêté sur Jocelyn Blanchette. Jocelyn est un passionné de la musique depuis son jeune âge.  Il a poursuivi sa passion à l’Université de Moncton en musique.  Récemment il a été choisi parmi une vingtaine de demi-finalistes au concours international de marimba organisé par l’Australian Percussion Academy.  Il a été invité au Melbourne Conservatorium of Music.

Jocelyn a remporté le premier prix dans la catégorie percussion au niveau sénior lors du Festival de musique du NB.

Dans la catégorie bénévolat, le Vestiaire St-Vincent de Paul a été reconnu puisque depuis plusieurs années, cet organisme qui est situé au sous-sol de l’église Sainte-Thérèse-d’Avila et qui est opéré sur une base entièrement bénévole, donne la chance aux gens les plus démunis de notre région de se procurer des vêtements et des items nécessaires à la vie quotidienne.  De plus, cet organisme fournit de l’aide aux travailleurs étrangers qui séjournent dans notre communauté.  Ils viennent également en aide aux familles qui sont victimes de désastres comme des incendies.

Liam Goguen s’est mérité les honneurs dans la catégorie Sports et Loisir.  Âgé de seulement sept ans, Liam a représenté l’école Donat-Robichaud lors des Championnats provinciaux d’athlétisme au Stade de Moncton le 8 juillet dernier.  Liam s’est classé au 8e rang au saut en longueur.  Il a également participé aux Championnats de l’Atlantique qui se sont déroulés le 28 juillet dernier à Charlottetown.

Westmorland Fisheries a été reconnue dans la catégorie Affaires.  Fondée en 1973, cette compagnie emploie environ 350 personnes et donne également l’opportunité aux travailleurs étrangers à venir contribuer au développement de notre économie locale.  Cette entreprise a réalisé beaucoup d’améliorations au niveau de ses infrastructures lors des dernières années.  Leurs produits peuvent être retrouvés dans des commerces locaux comme dans des détaillants à plus grande échelle, comme Costco.

Anne Cormier et Emma Boudreau ont été reconnues dans la catégorie Environnement. Ces citoyennes contribuent à la propreté du Village de Cap-Pelé en ramassant des déchets.  Les employés de la municipalité sont très reconnaissants des actions de Madame Cormier et de Madame Boudreau parce qu’ils sont occupés à entretenir les installations et les terrains du village, ce qui fait en sorte qu’ils n’ont pas toujours le temps d’aller ramasser les déchets le long des routes.  Avec leur dévouement à l’environnement et leur engagement communautaire, Anne Cormier et Emma Boudreau aident à améliorer la qualité de vie dans le village.

Sophie Jacob et Marie-Josée Comeau reçoivent le certificat de mérite dans la catégorie Leadership communautaire.  Ces deux employées de l’école Donat- Robichaud ont la littéraire des jeunes de notre communauté à cœur.  Elles se sont donné pour but d’amasser des fonds pour réaliser le projet La Bouquinière.  Au cours des derniers mois, elles ont organisé plusieurs collectes de fonds pour parvenir à leur but.  Au mois de juin dernier, la Compagnie Indigo Pour l’amour de la Lecture a remis un don de plus de  70 000 $ pour contribuer au projet.  Pour leur dévouement au développement des jeunes de notre communauté la municipalité est fière de leur décerner ce prix.

Remise des Certificats de mérite de la Ville de Shédiac

   La Ville de Shédiac a profité du Jour du Nouveau-Brunswick pour présenter ses certificats de mérite.

Dans le Volet environnement, le certificat a été présenté à Stratégie verte-Éco vision 2025.

La Stratégie verte est une initiative des municipalités de Cap-Pelé, Shédiac et la Communauté rurale Beaubassin-est. Ils ont aussi des organismes partenaires, les Chambres de commerce du Grand Shédiac et de Cap-Pelé-Beaubassin-est, la Commission d’épuration des eaux usées du grand Shédiac, Centre-ville Shediac Downtown inc. Ils ont travaillé avec les organismes environnementaux Vision H2O et l’Association du bassin versant de la Baie de Shédiac pour développer la stratégie.

La stratégie vise à accroitre la collaboration et augmenter le nombre d’initiatives environnementales dans la région.

Dans le Volet service communautaire, le certificat a été remis au Club Lions.

Depuis sa création en 1961 à Shédiac, ses membres ont travaillé sur une variété de projets dans la communauté locale.  L’un des plus mé- morables serait l’achat de la première ambulance de Shédiac en 1964 après une année de collecte de fonds.

Les membres travaillent sur une variété de projets dans la communauté, comme la collecte annuelle de nourriture pour Vestiaire St-Joseph, la collecte et le recyclage des  lunettes à envoyer à l’étranger et la participation au «Walk a Mile in Her Shoes» pour n’en nommer que quelques-uns.

Les recettes des collectes de fonds comme la Chasse à l’as, soutiennent les quatre principaux piliers des Clubs Lions à l’échelle mondiale: les jeunes, la faim, l’environnement et la santé visuelle.  Le Club fait du travail axé sur les jeunes qui comprend huit bourses pour les étudiants locaux qui ont obtenu leur diplôme de LJR ou Moncton High, jusqu’à 10 000$ pour les programmes de petits déjeuners et dîners au primaire et au secondaire et pour soutenir les personnes dans notre communauté.

De septembre 2017 à juin 2018, les Lions de la communauté ont offert plus de 1000 heures de service et ont fait don de plus de 30 000$ à des personnes et à des organismes de notre communauté. Les membres respectent vraiment la devise internationale des Lions «Nous servons».

Dans le Volet culturel, Diane Peters a reçu le certificat.

La Ville de Shédiac désire reconnaitre l’implication d’une citoyenne engagée dans la vie culturelle : Diane Peters fait partie du club de tricoteuses de Shédiac dont les membres sont à la maison Pascal-Poirier chaque été depuis huit ans. Diane a aussi fait partie de l’équipe qui a travaillé à la conception du parc d’activité 50+ au parc Jubilee, elle a fait partie du comité d’organisation des jeux 50+ qui eurent lieu en 2016 à Shédiac, en plus de faire partit du comité MADA.  Pendant huit ans, elle a été présidente du comité qui organisait les activités à la Résidence Joseph LeBlanc.  Elle fait du bénévolat depuis huit ans lors des ventes de livres à la Bibliothèque de Shédiac.

Dans le Volet commerce, c’est La Cabane à Pagaye qui a reçu le certificat.

Robert et Paulette ont fait l’acquisition de l’entreprise en 2017.  En seulement une saison de 2017 à 2018, ils ont augmenté la clientèle de 30%, et leurs ventes de boutique de 10%.  Les membres de leur page Facebook ont passé de 170 personnes en 2017 à 2400 en 2018.  La Cabane à Pagaye-Paddle Shack située au parc Rotary offre la location et la formation de planche à pagaye et de kayak de mer, et comprend une boutique. Leurs employés passionnés des sports de planches et de ka-yak de mer sont formés et ont énormément d’expérience en planche et kayak de mer.  Leur entreprise embauche 11 employés, et reçoit au-delà de 150 clients qui font la location par jour.  La demande augmente et leur équipe est grandissante.  Robert et Paulette discutent déjà de projet d’expansion pour le futur.  Cette entreprise fleurissante à Shédiac est assurément un atout pour le développement économique et touristique de la région.

Dans le Volet Sports et  loisirs, c’est la Course George Gallant qui a été reconnue.

La Ville de Shédiac veut reconnaître l’organisation de la Course George Gallant qui existe depuis 1979.  La course George Gallant est une tradition annuelle qui est partie prenante du Festival du homard en début juillet depuis maintenant 39 ans.  C’est une course de haute qualité qui fait la promotion de la vie active ainsi que des sentiers de la Ville de Shédiac auprès de la population et des touristes.  Près de 50 bénévoles assurent la sécurité et le succès de cet événement sportif familial. La course George Gallant offre un 500 mètres et 1 km pour les enfants ainsi qu’un 5 km et un 10 km qui passent en grande partie sur les sentiers de la ville.  La famille Gallant donne de leur temps pour assurer le succès d’un événement bien ancré dans sa communauté qui est maintenant un incontournable pour les amateurs de course à pied.

Dans le Volet animation leadership, Vrais Copains Action s’est mérité le certificat.

Vrais Copains Action est un nouvel organisme à but non lucratif qui a commencé en septembre 2017.  En tant que coprésidents, Karine Boudreau et Alec Landry ont pour but de créer des comités Vrais Copains dans plus d’écoles au Nouveau-Brunswick.  Leurs objectifs : de sensibiliser les gens à la cause des personnes à besoins spéciaux; d’organiser des activités de rassemblement pour ses membres; et d’aider les personnes à besoins spéciaux à s’intégrer davantage dans la communauté.

En donnant des conférences dans de nombreuses écoles dans le district francophone sud et ailleurs, Karine et Alec ont réussi à apporter Vrais Copains dans au moins cinq nouvelles écoles.

Dans le cadre des camps d’été Renard, les co-présidents de Vrais Copains Action font des activités avec les jeunes.  Des exemples des thèmes abordés lors des dernières semaines sont l’inclusion et la perception.

Les deux activités de rassemblement organisées par le groupe jusqu’à présent furent de grands succès.  Les parents, les assistantes en éducation et surtout les élèves étaient tous très heureux.

Grâce à des partenariats avec des organismes comme Able Sail, VCA encourage la participation de ses membres à des activités sportives et locales.

Le groupe a de gros projets pour le futur et planifie quatre activités de rassemblement pour l’année scolaire 2018-2019.

Dans le Volet bénévole, on a reconnu Ron Cormier.

La Ville de Shédiac désire reconnaître la contribution bénévole de Ron Cormier pour son grand engagement comme président de la Chambre de commerce depuis le tout début en 2010.  Il est membre du conseil d’administration du Vestiaire St- Joseph depuis 2015.  «Nous sommes choyés de pouvoir compter sur le dévouement de Ron Cormier, qui en plus d’être occupé par son emploi comme propriétaire de Croisière Shediac Bay Cruises , est le père de deux filles et grand-père d’un petit-fils.  Ron sait tout de même trouver le temps pour s’impliquer pour le bien du développement commercial de sa région natale, Shédiac.

EDITORIAL

Alcide F. LeBlanc

La pauvreté est omniprésente au Nouveau-Brunswick

            Tout récemment, la combattante et courageuse sœur Auréa Cormier nous brossait un assez triste tableau de la pauvreté dans notre coin de pays. En lisant sa réflexion, intitulée «Lettre à ceux qui méprisent les pauvres», elle a profondément conscientisé les lecteurs et les lectrices du Moniteur Acadien et des journaux du Nouveau-Brunswick.  Par ce texte bien documenté et bien réfléchi, elle nous révèle que près de 37 000 néo-brunswickois dépendent de l’aide sociale pour se nourrir, se loger, s’habiller et rencontrer les autres besoins de la vie. Grâce à sa recherche basée sur une étude auprès de 16 personnes bénéficiant de l’aide sociale, on a pu se rendre compte, en noir et blanc, de la vraie misère que vivent certains de nos citoyens et de nos citoyennes.

Selon elle, il est urgent d’améliorer le programme gouvernemental en y investissant plus de fonds publics de sorte à favoriser de meilleures conditions de vie chez ces personnes. Elle nous rappelle que leur pauvreté est souvent causée par la maladie physique, mentale ou sociale et ne relève aucunement de leur volonté ou de leur faute.

Sans doute, en raison de nombreux préjugés négatifs d’un certain nombre de nos citoyens envers les assistés sociaux, les autorités gouvernementales hésitent à investir davantage et en quelque sorte se justifient à ne pas agir.

Pour supplier à l’insuffisance, il est heureux, malgré tout, que ces pauvres puissent compter sur la bonté, le bénévolat et la générosité des gens et des magasins. Par contre, sans doute, en venant se nourrir dans les comptoirs alimentaires, ou encore ailleurs, ces gens doivent se sentir humiliés, indignés, voire critiqués. Leur dignité personnelle doit en prendre un coup dur.

Quand on voit dans les journaux les salaires versés à certains dirigeants bancaires, à des chefs d’entreprises ou à des athlètes professionnels, qui se font payer par millions de dollars à chaque année, comment font-ils pour dormir devant cette misère humaine? Si vous connaissez le secret, n’hésitez pas à le révéler à cet hebdo.

Ajoutons à cela un dernier fait. Au Canada, les 87 familles les plus riches possèdent 259 milliards de dollars, soit en moyenne trois milliards par famille. Avec ses 7, 7 milliards $, notre famille Irving se classe en 7e rang. Trop de richesses entre les mains de certains expliquerait-elle en partie la pauvreté chez les autres?

Alcide F. LeBlanc

Louise Imbeault recevra l’Ordre du Nouveau-Brunswick de 2018

Louise Imbeault

Louise Imbeault, de Moncton, est l’une des dix récipiendaires de l’Ordre du Nouveau-Brunswick de 2018, annoncés lundi dans le cadre de la célébration officielle de la fête du Nouveau-Brunswick, à Fredericton. On la reconnaîtra pour son rôle déterminant dans la vie sociale et culturelle du Nouveau-Brunswick grâce à sa contribution au secteur des médias et des communications et à la communauté acadienne.

«Bien que nous ayons de nombreuses raisons d’être fiers au Nouveau-Brunswick, c’est réellement notre population qui fait de notre province un endroit spécial», a déclaré le premier ministre, Brian Gallant. «Félicitations à toutes les personnes qui ont été nommées à l’Ordre du Nouveau-Brunswick. Grâce à leur travail acharné, à leur dévouement et à leur leadership, elles inspirent d’autres personnes et elles ont aidé à faire du Nouveau-Brunswick le meilleur endroit où vivre, travailler et élever une famille.»

Les autres récipiendaires sont : Charles Bernard, Balmoral; Roberta Dugas, Caraquet; Gaëtan Lanteigne, Haut-Sheila; James Lockyer, Moncton; Judy Astle, Boiestown; Walter Learning, Fredericton; Rebecca Schofield (à titre posthume), Riverview; F. Eileen Wallace, Fredericton et Ed et Eke van Oorschot, de Black River.

L’Ordre du Nouveau-Brunswick a été établi en l’an 2000 pour rendre hommage aux personnes qui ont fait preuve d’excellence et qui se sont distinguées par leurs réalisations dans leur domaine. Depuis 2002, plus de 160 personnes éminentes ont été intronisées à l’ordre en reconnaissance de leur dévouement et des services qu’elles ont rendus à la province, à sa population et à ses communautés.

L’ordre sera officiellement remis aux nouveaux membres au cours d’une cérémonie qui se tiendra à la Résidence du gouverneur à l’automne.

Tour de l’espoir 2018   Une merveilleuse expérience pour Cheryl LeBlanc

Claire Lanteigne

«J’ai vécu de très belles expériences tout au long de ma vie, mais rien ne peut expliquer ce que j’ai vécu en faisant le Tour de l’espoir, de dire Cheryl LeBlanc, de Shédiac. C’est une merveilleuse expérience, une des plus belles de ma vie, de dire celle qui en était à son premier tour. Faut en faire partie pour  l’expliquer. J’ai gagné toutes sortes de prix et trophées au cours de ma vie, mais cette médaille est la plus belle, celle qui m’a le plus émerveillée.  Si on pouvait voir à travers moi, on verrait que mon cœur a doublé de grosseur.  Je suis tellement fière d’avoir fait partie de ce merveilleux groupe de cyclistes.»

«Je l’ai couru en l’honneur de ma sœur Darlene, une survivante du cancer, une femme très positive. Et si c’était parfois difficile pendant le tour, je pensais à elle et je continuais en son nom. Je me disais que j’avais la chance d’avoir la santé, ne pas avoir à subir les effets du cancer, et que monter une butte n’était pas si grave que ça. Il semble que je serai dorénavant connue comme «la parleuse» puisqu’on m’a dit que je parlais trop et c’est vrai que je parlais tout le temps, dit-elle en riant, en montant ou descendant des buttes, oui tout le temps. Les témoignages qu’on entendait lors de nos arrêts étaient très émotifs et pleurer prenait pas mal de mon énergie», ajoute-t-elle.

«Il faut réaliser que les gens font des sacrifices pour y participer, que ce soient les heures d’entraînement, le temps éloigné de nos familles, les jours de vacances qu’on y consacre, etc., mais ça vaut la peine. C’est avec deux collègues de travail, Maria Lirette et Jolyne Frenette, que j’ai décidé de relever le défi du Tour de l’espoir. Nous ne savions pas trop à quoi nous attendre durant les quatre jours, dit-elle, et nous avons pris des chambres d’hôtel. Les autres couchaient dans des écoles ou autres institutions.

«C’est incroyable le travail accompli par le comité organisateur et les bénévoles tout au long du parcours.  On avait pris soin de tous les moindres petits détails, je n’en reviens pas. Lors de la première journée qu’on a faite sous la pluie, par exemple, on était même là pour nous essuyer le visage. On a très bien pris soin de nous.

«Ce fut comme ça tout le temps même pendant les journées de chaleur intense.  Jacques B. LeBlanc est un leader incroyable de la Campagne de l’Arbre de l’espoir et comme les bénévoles, tout le monde était là pour la bonne raison.  Je n’ai jamais entendu personne se lamenter. Tout avait été prévu et les encadreurs à bicyclette étaient incroyables. On sent que les gens ont la cause à cœur et ils sont là pour ça. Je ne pourrais jamais les remercier assez pour tout ce qu’ils font. Je m’ennuie déjà de cette nouvelle famille, que je me suis créée au cours de ces quatre journées intenses et très émotionnelles du Tour de l’espoir. Je vais le refaire pour sûr, ajoute-t-elle, maintenant ils sont «stuck» avec moi.  Mais une chose certaine je ne veux plus manger de beurre d’arachides et de bananes pour le reste de l’année.»

Et Cheryl n’entend pas chômer au cours des prochains mois, ce qui ne surprendra personne. «Ce sera ma deuxième année comme vice-présidente de Westmorland au Cabinet provincial de l’Arbre de l’espoir et il faut continuer à organiser les activités de collecte de fonds pour cette grande cause. L’argent recueilli reste ici et les gens y croient beaucoup», dit-elle.

Puis il devrait y avoir une élection municipale complémentaire à l’automne, alors qu’elle sera candidate pour un poste de conseillère municipale à Shédiac.  Elle terminera l’année en beauté en unissant sa destinée à Michel Desroches, le 31 décembre. J’ai eu une très belle année sur toute la ligne, dit-elle, 2018 c’est mon année», de conclure cette femme engagée dans plusieurs grandes causes.

Le Bilan à mi-saison du Marché de Shédiac s’avère positif!

  À la mi-juin, la Ville de Shédiac a confié la gestion du Marché à La Récolte de Chez Nous, coopérative de producteurs agricoles, qui gère depuis plusieurs années le Marché de Dieppe. La mission de La Récolte de Chez Nous est d’encourager et de promouvoir les produits locaux, ainsi que de sensibiliser la communauté au développement durable. Son objectif est de faire du Marché de Shédiac, un marché des fermiers accueillant encore plus de producteurs, des restaurateurs, des artistes et des artisans locaux pour le plus grand bénéfice des clients.

Si certains marchands, inquiets de l’ouverture ou non du marché, ont opté pour d’autres alternatives, les artistes, artisans, producteurs et restaurateurs emblématiques ont répondu présents et le marché a pu ouvrir ses portes le 17 juin.

Des producteurs de fruits et légumes, tel que Les Digues, de végétaux, tels que les Jardins de Stellaria ou les Pépinières Sunrise, des Food Trucks, des restaurateurs, tels que Fresh Chapati ou Régis Pizza, un artisan boulanger : Copains, un pâtissier : Adorable Chocolat, des artistes peintres tels que Zev et Nicole ou Susan Jardine, des artisans proposant des savons comme Kizzi Soaps, de la poterie comme Lavi Pottery, des cabanes à oiseaux, comme Mac Kelly, et un stand des Premières Nations, pour n’en citer que quelques uns, participent à l’attractivité et la réussite du Marché.

Les clients ont fréquenté leur marché dès le premier jour!  Environ 90 exposants proposent leurs produits au parc Pascal-Poirier et environ 3000 clients viennent au marché pour acheter ou se restaurer, profiter de la zone de pique-nique du centre du Marché et écouter les artistes – locaux eux aussi!

Le Marché de Shédiac est le lieu de promenade dominical idéal! Les visiteurs peuvent déambuler dans les allées du marché et y trouver des produits frais à consommer sur place ou à emporter, des souvenirs à rapporter de leurs vacances, en amenant leurs enfant jouer sous les jets d’eau ou dans les jeux gonflables, en participant aux divers concours. Ils pourront aussi assister le 19 août à un Pow wow organisé par les marchands Mi’kmaqs.

L’attractivité et l’ambiance du marché résultent d’une alchimie entre l’offre proposée aux clients par les marchands enthousiastes, le cadre : ce beau parc bien équipé par la Ville de Shédiac, l’organisation, la communication et l’animation.

Et cette alchimie fonctionne bien au Marché de Shédiac!

Maxence Cormier : Le long parcours d’un batteur accompli!

Maxence Cormier

Jeannita Thériault

Très jeune, Maxence Cormier, originaire de Cap- Pelé, rêvait de devenir un batteur et de jouer dans un groupe de musiciens. Ses parents, Normand Cormier et Fernande Dupuis, anciens propriétaires du resto Bel Air à Cap-Pelé, «ont toujours respecté mon choix de carrière et mes projets d’avenir dans le domaine de la musique», dit-il.

Il a grandi dans un univers musical puisqu’à la maison, ses parents écoutaient souvent de la musique.  De son côté, Maxence écoutait le groupe Genesis et Frank Zappa, «ce genre de musique rock venait me chercher à l’époque et il faut dire que très jeune, je savais que je voulais faire de la musique».

C’est à l’âge de 12 ans que Maxence apprend à jouer de la batterie en classe de musique à son école primaire, Donat-Robichaud.

À 14 ans, il rencontre Ronald Bourgeois (grand trompettiste) à son école secondaire Louis-J.-Robichaud de Shédiac. Il fait partie du groupe de l’ensemble de jazz et gagne le titre «Recrue de l’année».

À 17 ans, grâce à un nouveau programme scolaire qui s’appelle «Art Étude», il rencontre et prend des cours privés avec le percussionniste, Michel Deschênes.

Par après, il s’inscrit au Département de musique de l’Université de Moncton, en percussions, bien sûr.

En 2010, il déménage à Montréal avec son groupe «Jazz Polygamme». «Ce n’était pas facile, nous devions louer un jam room et ça devenait problématique au niveau des finances», confie Maxence.

L’année suivante, il revient à Moncton et travaille à l’ancien café Maëlstrom où il rencontre Mico Roy qui travaille aussi au même café et qui fait partie du groupe Les Hôtesses d’Hilaire. Il apprend de Mico que le groupe se cherche un batteur. Quelle chance pour Maxence! Il est le batteur attitré des Hôtesses d’Hilaire depuis 2011.

Souvent dans des groupes de musique, on ne voit pas très bien le batteur qui semble être ombragé par les autres musiciens. Pour Maxence, c’est différent. On peut le voir en action avec sa «pony tail» en perpétuel mouvement au rythme de ses deux baguettes, c’est-à-dire, de gauche à droite.

Il faut dire que plusieurs batteurs ainsi que d’autres musiciens rencontrent souvent le syndrome du tunnel carpien.  Maxence n’y a pas échappé, mais grâce aux connaissances et aux bons soins de sa tante, Anne-Marie, proprio du salon Equilibrium, il a combattu ce syndrome avec succès et des exercices appropriés.

Quand Maxence parle des dynamiques importantes au sein d’un groupe de musiciens il affirme «qu’il faut mettre son égo de côté et être solidaire avec les autres membres du groupe».  Voilà probablement la clé du succès de ce groupe de musiciens, «assurer un esprit de groupe».  Il confirme qu’à l’intérieur des Hôtesses d’Hilaire «chaque musicien a le droit de paroles et chaque musicien contribue au contenu de la programmation de chaque spectacle».

Les Hôtesses d’Hilaire ont le vent dans les voiles et voyagent beaucoup là où le vent les emmène, notamment au Yukon, en Australie, en France, en Suisse, en Belgique, en Louisiane et partout au Québec, au Nouveau-Brunswick et autres provinces de l’Atlantique. Les musiciens qui font partie de ce groupe sont : Serge Brideau, chanteur; Mico Roy, guitariste; Michel Vienneau, bassiste; Léandre Bourgeois, claviériste et, bien sûr, Maxence Cormier, batteur.

En mars 2017, le groupe a remporté le prix «Group Recording of the Year» lors des ECMA «seul groupe francophone à avoir gagné ce prix dans une catégorie qui n’est pas exclusivement francophone», explique Maxence.

En terminant l’entrevue, Maxence confie qu’il apprécie beaucoup la présence et l’encouragement  de sa conjointe, Sophie Bélanger, une artiste multidisciplinaire.

Le roi du Rock rencontre la reine du Country

  Le champion mondial imitateur d’Elvis et favori local, Thane Dunn, retourne au Casino Nouveau-Brunswick le samedi 15 septembre avec son nouveau spectacle intitulé le «Elvis Rock et Country Show».

Le spectacle mettra en vedette les classiques tels Blue Suede Shoes et Suspicious Minds en plus de jouer des classiques country du King que les gens aiment, mais n’ont pas souvent l’occasion d’écouter.  Dunn va se vêtir pendant le spectacle d’une copie exacte de la combinaison préférée d’Elvis soit le Embroidered Peacock.

La première partie du spectacle sera assurée par la Rhinestone Cowgirl, Melanie Dunn, qui va rendre hommage de façon spectaculaire aux reines du Country: Loretta Lynne, Patsy Cline et Tammy Wynette.  Elle va interpréter leurs classiques tels Crazy, Stand By Your Man et bien d’autres.  Elle a l’habileté de sonner comme chacune des artistes avec sa voix incroyable et sa silhouette de vedette qui vous transportera dans le temps où le vrai Country jouait à la radio.

«C’est un spectacle que j’ai toujours voulu essayer», partage Dunn.  «Il y a un grand public qui adore Elvis et la musique country autant que moi. Melanie est probablement une des meilleures artistes que j’ai connues et les publics ont été séduits par elle.  Sa voix puissante risque de faire lever le toit», blague Dunn.

Il va y avoir un tirage d’une guitare spéciale pendant le spectacle. Tous les profits vont à la SPA du grand Moncton. Dunn est une célébrité ambassadrice pour cet organisme. Le dernier tirage a récolté plus de 3400$ pour la SPA à Terre-Neuve.

Pour vous procurer des billets, aller en ligne au www.thanedunn.ca; communiquer avec chez Ticketpro au 1-888 311-9090 ou rendez-vous en personne à la billetterie du Casino Nouveau-Brunswick entre 10h et 23h.

Pour plus d’information sur le spectacle, veuillez communiquer avec Thane Entertainment authanedunn@gmail.com.

De belles voitures en exposition à Memramcook

Dimanche dernier, la 21e exposition de voitures de Memramcook (Show’N’Shine) présentée sur le vaste terrain de l’Institut de Memramcook a rassemblé un grand nombre de voitures plus belles les unes que les autres.  Et la température parfois pluvieuse n’a pas découragé les gens qui sont allés admirer ces belles voitures. (Photos : Gracieuseté)

Du yoga sur la plage

Plusieurs personnes se rendent à la Plage Parlee tous les jeudis soirs pour pratiquer le yoga, une activité très populaire à Shédiac.  La photo nous montre la belle vue que les participants et participantes ont eu du coucher du soleil jeudi dernier.  (Photo : Gilles Haché)

(CL) –  Le jeudi 16 aout au parc Provincial de la plage Parlee, de 19h au coucher du soleil, il y aura une classe de yoga comme collecte de fonds avec Anne, de Bends and Blend.

Le Vestiaire Saint-Joseph de Shédiac a besoin de 250 sacs d’écoles et de boîtes à lunch annuellement pour le retour à l’école, afin de fournir aux enfants moins privilégiés une manière sécuritaire et confortable d’apporter leurs livres et matériel scolaire.

Anne va diriger les participant.e.s dans une pratique de yoga adaptée à tous, débutant ou expérimenté, pour s’étirer et se plier pour des sacs d’école.

L’événement est gratuit. Tout ce qu’on demande c’est un don de sac d’école, boîte à lunch ou argent. L’objectif est de recueillir 250 sacs d’école et boîtes à lunch neufs ou légèrement usagés par les bénévoles et les employés du Vestiaire Saint-Joseph, directement à la plage Parlee.

Si vous préférez faire des dons en argent, un don minimum de 20$ ou plus au Vestiaire Saint-Joseph vous donnera un reçu d’impôt. Tous les dons bénéficient exclusivement à la communauté desservie par le Vestiaire.

Kissing Rocks Kombucha avec l’aide de SpitFire Design seront sur place pour apaiser votre soif après la pratique.

Les participants auront une chance de gagner de très beaux prix offerts par Lululemon.

Apportez votre tapis, votre don et un sourire au parc Provincial de la plage Parlee à Shédiac, sur la plage près du restaurant.  Au plaisir de vous voir.

Communauté informée… Communauté en santé…

Les services du Centre de ressources et de crises familiales Beauséjour

  Le Centre de ressour- ces et de crises familiales Beauséjour s’engage à prévenir la violence familiale et les autres problèmes sociaux de la région par l’éducation, la prévention et l’intervention. Le Centre est un lieu où les gens qui vivent des situations de crise ou qui éprouvent des difficultés peuvent se présenter ou téléphoner pour de l’aide.

Services du Centre

Les intervenants professionnels du centre offrent du counseling individuel à court et à long terme, un sou-tien émotionnel et un service d’information et d’aiguillage (référence) aux personnes qui éprouvent des problèmes suivants : Violence familiale – Agression sexuelle – Séparation ou divorce – Problèmes familiaux ou conjugaux – Conflits entre parents-enfants – Faible estime de soi – Problèmes émotifs (deuil, stress, etc.) – Dépendances aux drogues, à l’alcool ou au jeu – Dépression et pensées suicidaires.

Programme éducatif

Action-Prévention-Jeunesse est un programme de counseling et d’amélioration des habiletés sociales destiné aux enfants et aux jeunes.

Rencontres de groupes

Le centre a mis sur pied les groupes de soutien suivants :

– Nouveaux départs : Groupe ouvert et continu pour les femmes qui sont ou qui ont été dans une relation abusive.

– Intervention pour violence conjugale : Groupe pour les hommes avec des comportements abusifs envers leurs partenaires.

Logement deuxième étape

La Maison de l’espoir du programme de logement de deuxième étape permet aux victimes de violence familiale et à leurs enfants d’habiter dans un logement abordable et d’obtenir des services de soutien. Ce programme offre également les services nécessaires pour que ces femmes puissent atteindre l’autonomie personnelle et économique et envisager un avenir sans violence.

Équipe d’intervention de crise

L’équipe d’intervention de crise est composée de bénévoles formés spécifiquement pour offrir de l’aide immédiate aux individus ou aux familles en situation de crise. Les bénévoles travaillent en collaboration avec la GRC. Ce service est disponible tous les jours, 24 heures sur 24.

Prévention et sensibilisation

Le centre vise à sensibiliser les gens de la communauté au sujet de la santé mentale, de la violence familiale, d’agression sexuelle et des services du centre par l’entremise de présentations et de différents projets.

Le Centre est présentement situé au 432, rue Main à Shédiac. Vous pouvez nous contacter en composant le (506) 533-9100.