Des fonds pour la construction d’un centre de ressources et de crises familiales Beauséjour

Sur la photo, de gauche à droite : Roger Melanson, député de Dieppe; Jacques LeBlanc, maire de la Ville de Shédiac; Ginette Petitpas-Taylor, députée de Moncton-Riverview-Dieppe et ministre fédérale de la Santé; Victor Boudreau, député de Shédiac-Beaubassin-Cap-Pelé; le premier ministre Brian Gallant; Kristal LeBlanc, directrice du Centre de ressources et de crises familiales Beauséjour et Dominic LeBlanc, député de Beauséjour et ministre fédéral des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne. (Photo : Gracieuseté)

Les gouvernements provincial et fédéral investissent une somme conjointe de 1,5 million de dollars dans la construction d’un centre de ressources et de crises fami- liales à Shédiac. Le centre offrira des services aux gens du Sud-est du Nouveau-Brunswick et du comté de Kent.

«Soutenir les personnes du Nouveau-Brunswick qui éprouvent des difficultés affectives et qui sont victimes de violence familiale est important pour la qualité de vie de nos familles», a déclaré le premier ministre, Brian Gallant. «Le projet permettra de créer de bons emplois dans le secteur de la construction et permettra au Centre de ressources et de crises familiales Beauséjour d’étendre ses services d’éducation, de prévention et de soutien.»

L’établissement comprendra quatre logements d’une chambre, quatre logements de deux chambres et deux logements de trois chambres afin d’offrir du répit de courte durée. Des services thérapeutiques, éducatifs et récréatifs y seront offerts afin que les personnes puissent acquérir les compétences et avoir accès aux possibilités nécessaires à leur épanouissement.

«Notre gouvernement est fier d’appuyer le nouveau Centre de ressources et de crises familiales Beauséjour, qui permettra d’offrir aux personnes dans le besoin un meilleur accès au soutien», a dit le ministre fédéral des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, Dominic LeBlanc. «La collaboration est le meilleur moyen d’offrir des services de grande qualité pour que les jeunes et les adultes de notre communauté puissent s’épanouir.» M. LeBlanc parlait au nom du ministre fédéral de la Famille, des Enfants et du Développement social, Jean-Yves Duclos.

Le centre offrira ses services aux personnes de tous âges, et ses espaces dédiés à la socialisation et aux loisirs comprendront : un centre de mieux-être : neuf locaux destinés au soutien en santé mentale pour des séances individuelles ou des séan-ces de groupes, ainsi qu’une salle d’examen pour des consultations médicales privées avec des professionnels de la santé externes; une boutique de vêtements : une boutique offrant gratuitement des vêtements appropriés pour le travail ou les entrevues d’emploi; une salle de consultation médicale : une salle multidisciplinaire destinée aux infirmières praticiennes et aux infirmières en médecine légale; une salle d’apai- sement de la GRC : inspirée d’une approche fondée sur des données probantes utili- sée à Toronto, la salle d’apai- sement offrira aux victimes de crimes un endroit où elles pourront faire leurs déclarations à la police tout en se sentant en sécurité; un centre récréatif : un espace récréatif extérieur accueillant pour les enfants et les adolescents de même qu’un jardin thérapeutique pour les adultes; un centre d’activités de préparation à la vie quotidienne : un local multifonctionnel où les gens peuvent notamment acquérir des compétences en littératie financière et alimentaire, et se préparer au marché du travail; et un centre pour l’épanouissement des jeunes : un espace où les enfants et les jeunes peuvent se retrouver et développer leur résilience psychologique.

Le gouvernement provincial investit 1,375 million de dollars dans le projet. La Société de développement régional investit 875 000 dollars par l’entremise de son projet pour les initiatives spéciales, et la somme restante de 500 000 dollars provient de l’Entente concernant le Fonds consacré à l’infrastructure sociale, qui est une entente fédérale-provinciale de partage des coûts. Le financement est attribué par l’entremise du programme d’amélioration des maisons d’hébergement du ministère du Développement social, qui offre de l’aide financière pour la réparation et la rénovation de maisons d’hébergement ainsi que pour l’acquisition ou la construction de nouveaux refuges et de logements de transition.

«Nous sommes extrêmement ravis que les gouvernements provincial et fédéral reconnaissent l’importance de soutenir la mise sur pied du nouveau Centre de ressources et de crises familiales Beauséjour», a affirmé la directrice générale du centre, Kristal LeBlanc. «Grâce à des services innovateurs et à des options flexibles en matière de logement, ce nouvel édifice sera un point tournant pour les victimes de traumatismes ainsi que pour les personnes qui ont besoin de services de santé mentale immédiatement dans l’ensemble du sud-est du Nouveau-Brunswick. En 2018, nous devons sortir des sentiers battus pour régler ces enjeux, et c’est justement ce que nous avons fait.»

Le gouvernement fédéral investit également une somme de 125 000 dollars par l’entremise de la Stratégie des partenariats de lutte contre l’itinérance.

Allard LeBlanc reçoit le prix du président de la Chambre de commerce de Cap-Pelé/Beaubassin-est

Gilles Haché

Le président de la Chambre de commerce de Cap-Pelé/Beaubassin-est a présenté le prix du président à Allard LeBlanc, lors de la réunion régulière du Village de Cap-Pelé.

Monsieur LeBlanc ne pouvait pas être présent lors de la Soirée de reconnaissance ou la présentation est faite habituellement.

Ce prix lui a été attribué pour sa contribution à la communauté.  M. LeBlanc a organisé pendant 30 ans un tournoi de golf au profit du Comité d’entraide de Cap-Pelé-Shemogue et pour les familles dans le besoin.

Il fut également impliqué pendant plus de 25 ans dans le hockey, comme joueur, entraineur et gérant d’équipes.

Utilisation de sacs et pailles de plastique ainsi que des contenants en styromousse Une citoyenne demande au Village de Cap-Pelé de travailler à les éliminer

Natasha Bell a présenté à la mairesse adjointe, Éliza LeBlanc, des exemples de produits qui pourraient remplacer le plastique. (Photo : Gilles Haché)

Gilles Haché

   Natasha Bell, une citoyenne de Cap-Pelé, a fait une présentation au conseil municipal lors de la réunion régulière lundi soir dernier, pour demander que le village commence à travailler sur un projet d’éliminer l’utilisation de sacs et pailles de plastique ainsi que les contenants en styromousse.

   Madame Bell, une farouche défenseure de l’environnement, exhorte le village à faire comme les grandes villes et bannir ces déchets qui prennent plusieurs générations à se dégrader.  Il serait très intéressant que Cap-Pelé soit le premier village à agir ainsi.

   Pour démontrer comment remplacer le plastique, elle a présenté des pailles en papier, des contenants fabriqués à partir de canne à sucre, des sacs en toile et des bouteilles réutilisables.

   D’après la mairesse adjointe Éliza LeBlanc, il serait intéressant de former un comité pour pouvoir étudier les changements demandés.

   Lors de la réunion, la municipalité a adopté une politique de gestion des actifs et de toutes les infrastructures existantes et futures.

   La demande de rezonage pour le 2559, chemin Acadie (voisin du Club 15), pour y ouvrir un restaurant de mets à emporter a passé les 1re et 2e lectures.

   La famille Girouard organisera une rencontre dans le cadre du Congrès mondial acadien, le 16 aout au Centre de Plage de l’Aboiteau.

   Le problème de VTT est encore très présent dans le Village de Cap-Pelé.  La municipalité encourage les parents à prendre connaissance de ce que leurs jeunes font avec leur VTT.  Très souvent les jeunes ne sont pas respectueux des règlements.

   Beauséjour Landscaping procèdera à l’aménagement paysager au Centre d’information aux visiteurs.

Un honneur fort mérité

 

Quelle belle reconnaissance pour l’Acadie lorsqu’en juin dernier, on annonça que l’une des deux nouvelles écoles élémentaires de Dieppe portera dorénavant le nom École Antonine-Maillet!

Madame Maillet a d’abord été une enseignante en plus d’avoir été professeure au niveau collégial et universitaire. Sa prolifique carrière d’écrivaine s’étend sur plus de six décennies. En 1979, elle décroche le Prix Goncourt, symbole de l’excellence littéraire dans la francophonie internationale. En plus de trois doctorats mérités par les études, elle en a obtenu des dizaines et des dizaines de doctorats honorifiques.

Lors d’une récente causerie prononcée par l’historien Maurice Basque, il démontra l’importance de mettre l’accent à nommer les écoles, comme les édifices publics, d’après des personnalités qui ont marqué notre histoire. L’aéroport du grand Moncton est reconnu à juste titre comme l’Aéroport international Roméo-LeBlanc. La ville de Moncton a décidé de reconnaitre également un des illustres maires francophones de la ville en nommant la rue qui mène à la seule école secondaire francophone de cette ville, la rue Léopold-F.-Belliveau.

Il est donc tout à fait vital qu’un établissement scolaire poursuive cette tendance. Ainsi, les grands et grandes de notre Acadie ne seront pas oubliés tels Marguerite Michaud, Louis J Robichaud et bien d’autres.    Par ce simple moyen, on fait connaitre et reconnaitre aux jeunes comme aux moins jeunes des héroïnes et des héros qui peuvent leur inspirer confiance et susciter chez eux un idéal de vie et de carrière.

Tout récemment, en Ontario, dans la ville industrielle d’Oshawa, le conseil scolaire a voulu honorer deux de nos plus illustres acadiennes. Une école portera désormais le nom de l’École Viola-Léger alors que la deuxième sera appelée École Antonine-Maillet. L’Acadie rayonnera maintenant dans la francophonie canadienne!

Or, la tendance des dernières années au Nouveau-Brunswick ne poursuivait pas cet objectif.  En 2018, on a su renverser un peu cet élan.  Rendons donc hommages à toutes les personnes qui ont suggéré son nom aux autorités scolaires et ministérielles. Décidément, c’est un choix incontestable, judicieux et honorablement mérité.

Alcide F. LeBlanc

Shediac Lobster Shop prendra de l’expansion et créera jusqu’à huit nouveaux emplois

 

(GNB) –Shediac Lobster Shop étend ses opérations et crée jusqu’à huit nouveaux emplois avec l’appui du gouvernement provincial.

«Aider les entreprises du Nouveau-Brunswick à continuer à prendre de l’expansion et à réussir est un élément important du plan de croissance économique pluriannuel de votre gouvernement», a déclaré le député de Shédiac-Beaubassin-Cap Pelé, Victor Boudreau. «Shediac Lobster Shop est un bel exemple d’une entreprise qui permet au Nouveau-Brunswick de se démarquer. Nous sommes heureux de la voir continuer à prospérer et à exporter des produits dans le monde entier.»

  1. Boudreau participait à l’événement pour la ministre du Développement économique, Francine Landry, qui est également ministre responsable d’Opportunités NB.

Cette entreprise de transformation du homard, qui en est à sa troisième génération, est en activité depuis 1952. Elle emploie plus de 230 personnes.

«Shediac Lobster Shop souhaite remercier le gouvernement du Nouveau-Brunswick, par l’entremise de notre partenariat avec Opportunités NB, de soutenir les investissements dans l’innovation en matière de transformation des fruits de mer», a affirmé le copropriétaire, Gilles Maillet. «En continuant d’investir dans la mécanisation de l’industrie du homard, nous pourrons élargir nos activités et percer de nouveaux marchés d’exportation. L’industrie du homard est un moteur économique important pour le Nouveau-Brunswick, et nous sommes fiers d’être un chef de file de la transformation du homard au Canada.»

L’entreprise a lancé un projet d’immobilisation dont la valeur totale s’élève à près d’un million de dollars. Cela comprend l’achat de nouvel équipement et l’amélioration des installations. L’entreprise prévoit également embaucher jusqu’à huit nouveaux employés, ce qui permettra de contribuer environ 332 072 dollars au produit intérieur brut de la province et de générer 14 200 dollars en impôt provincial chaque année, une fois que tous les postes seront créés.

Afin d’appuyer le projet et la création d’un maximum de huit nouveaux emplois, l’entreprise est admissible à une contribution non remboursable de 88 000 dollars d’Opportunités NB, une société de la Couronne qui cherche à attirer et à appuyer des possibilités visant à stimuler l’économie et à créer des emplois.

L’entreprise Shediac Lobs-ter Shop se spécialise dans la transformation de produits du homard de l’Atlantique pêché en eaux froides et s’est récemment lancée sur le marché du homard vivant. Elle exporte ses produits au Canada, en Amérique, en Asie et en Europe.

Le budget participatif permettra à six projets communautaires de voir le jour

 

C’est avec grand plaisir que les bénévoles ont annoncé en compagnie du maire suppléant de la Ville de Dieppe, Ernest Thibodeau, les gagnants de la seconde édition du projet de budget participatif (PBP).

Le PBP est une initiative municipale qui a permis aux résidents de choisir comment dépenser une partie du budget de fonctionnement municipal. Lancé en juin 2017 sous le thème «Transforme ta communauté!», 200 idées de projets ont été reçues dans les catégories communauté active, branchée, créative et verte.

Ce sont 24 de ces idées qui ont par la suite été transformées en propositions de projets concrets et ont été présentées à un jury citoyen. Celui-ci en a retenu 16 qui se sont retrouvées sur le bulletin de vote. Plus de 2000 résidents ont ensuite voté en mai et juin pour leurs projets favoris.

Gagnants édition 2018

Communauté active – Contribution financière permettant de construire et d’aménager des infrastructures de jeux pour les élèves de la 3e à la 5e année à l’école Le Marais.

Communauté branchée –Un espace libre pour faire courir son chien sans laisse favorisant le réseautage et le rassemblement des gens.

Communauté branchée – Randonnée hebdomadaire gratuite en triporteur offerte aux aînés, et permettant des balades de plaisance et utilitaires dans le but de contrer l’isolement.

Communauté créative – Aménagement de boites de livres ici et là au sein de la communauté permettant à quiconque d’avoir accès aux livres dans les endroits publics. Cette initiative permettra de développer le goût de la lecture chez les plus jeunes. De plus, la collection de livres mettra en vedette des personnages de différentes cultures sensibilisant ainsi la communauté à l’importance et aux avantages de la diversité culturelle.

Communauté verte –Un parc d’arbres fruitiers au parc Rotary St-Anselme, où les gens pourront se rendre durant l’été ou l’automne afin de cueillir, gratuitement, des fruits tels que des prunes et des poires.

Communauté verte –Une station mobile permettant de rendre de l’eau potable disponible aux endroits où il n’y en a pas et durant divers rassemblements communautaires, réduisant ainsi le besoin de bouteilles de plastique.

La mise en œuvre des projets gagnants aura lieu au cours des prochains mois. Vous souhaitez y participer? Communiquez dès maintenant avec Luc Richard au 877-7920.

Des améliorations aux infrastructures au Pays de la Sagouine pour assurer l’expérience des visiteurs

 

En 2017, les Canadiens ont accueilli un nombre record de 20,8 millions de visiteurs internationaux sur nos rives. L’industrie du tourisme est dynamique d’un bout à l’autre du pays, un emploi sur dix étant lié à l’économie tou- ristique. Les investissements touristiques dans les grandes et petites villes du Canada atlantique sont essentiels à la croissance de cet important secteur économique pour les gens du Canada. En investissant de la sorte, nous attirons de nouveaux visiteurs, fai-sons croître nos entreprises et en créons de nouvelles, générant ainsi une croissance économique.

L’honorable Navdeep Bains, ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique et ministre responsable de l’Agence de promotion économique du Canada atlantique (APECA), au nom de l’honorable Mélanie Joly, ministre du Patrimoine canadien; accompagné de l’honorable Dominic LeBlanc, ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière Canadienne et député de Beauséjour et l’honorable Benoît Bourque, ministre de la Santé et ministre de Services Nouveau-Brunswick, ont annoncé une contribution conjointe de 1,5 million de dollars pour rénover l’allée piétonnière d’un kilomètre de long du Pays de la Sagouine.

Appelée la passerelle, cette voie piétonnière est un symbole clé de l’attrait touristique depuis plus de deux décennies. La voie piétonnière sera remise en état afin de mieux résister aux glaces et aux conditions météorologiques, assurant la longévité de cet important atout touristique.

«Le Pays de la Sagouine est l’un des joyaux de l’industrie touristique du Nouveau-Brunswick. En tant que gouvernement, nous allons investir 100 millions de dollars au cours des huit prochaines années afin d’accroître les recettes annuelles de cette industrie pour les faire passer de 1,3 milliard de dollars à 2 milliards d’ici 2025. L’investissement de votre gouvernement permettra d’assurer la longévité de cet important attrait touristique», a souligné L’honorable Dominic LeBlanc, ministre des Pêches et des Océans et de la Garde côtière canadienne et député de Beauséjour.

Le gouvernement du Canada investit un total de 1 125 million de dollars dans le projet, dont 775 000$ versé par l’intermédiaire du Fonds des collectivités innovatrices de l’APECA et 350 000$ versé dans le cadre du Fonds du Canada pour les espaces culturels du ministère du Patrimoine canadien. Le gouvernement du Nouveau-Brunswick contribue pour 375 000$ envers le projet.

Cet investissement découle des engagements pris par les gouvernements du Canada et des quatre provinces de l’Atlantique de favoriser la croissance économique de la région, grâce à la Stratégie de croissance pour l’Atlantique en aidant l’industrie touristique à attirer un plus grand nombre de visiteurs et à créer de nouveaux emplois dans l’ensemble de la région. Cette nouvelle approche audacieuse s’inscrit dans la vision du tourisme du Canada qui vise à faire du Canada une des dix principales destinations touristiques au monde d’ici 2025.

Pour Luc LeBlanc, directeur général et directeur artistique, Le Pays de la Sagouine, «avec l’annonce d’aujourd’hui  nos différents bailleurs de fonds nous démontrent qu’ils ont la culture acadienne à cœur. Ce qui était en jeu, ce n’est pas simplement la survie d’un pont qui mène à l’île aux puces, mais celle d’un chemin qui relie les citoyens acadiens à une importante partie de leur culture. Ce petit pont de bois sinueux m’a permis de rester ici en Acadie afin de pratiquer mon métier et je ne suis pas le seul, plusieurs comédiens, musiciens et artisans acadiens ont pu émerger et survivre.  C’est avec beaucoup de gratitude que je vous dis, au nom de l’équipe du Pays de la Sagouine, MERCI.»

Théâtre communautaire à Cap-Pelé

Encore cet été, le théâtre communautaire sera au menu de la programmation estivale de Cap-Pelé.  Bien oui, la troupe «Les ramâcheuses du Corner» présentera la comédie «J’AI SU QUE . . .» le 19 juillet, le 9 août et le 14 septembre.  Comme à l’habitude, les deux premières représentations seront de style souper-théâtre tandis que la dernière représentation se fera en salle.

Six comédiennes de la région interprètent les rôles de cette pièce de théâtre, qui raconte quelques drôles épisodes de la vie quotidienne de quelques amies à la retraite, et il faut dire que chacune d’elles ajoute son grain de sel à cette comédie.

Façon de parler, pour ces femmes à la retraite, il semblerait que l’hiver soit plus propice aux échanges de rumeurs entre amies et que de meilleur temps pour ces échanges que lors d’une soirée de cartes à la maison d’une des amies mais à la fin de la soirée, certaines seront surprises d’apprendre que leurs histoires sont pas mal différentes de la réalité!

À leur manière, les comédiennes, Alice Cormier, Pauline Cormier, Yvonne LeBlanc, Stella Losier, Germaine Melanson et Rose-Anne Vautour sauront vous divertir et surtout vous faire rire!!!!  Pour information, composez le 577-2017.

Camp d’été de Beaubassin-est Initiation au lancer à la ligne

Lors d’un camp d’été de Beaubassin-est, la semaine dernière, Vision H2O a présenté à 17 jeunes un atelier pratique de lancer à la ligne. La pêche est un beau passe-temps pour tous les âges.

À l’achat de votre permis de pêche, une somme est remise chaque année au Fonds en fiducie pour la faune du Nouveau-Brunswick (FFFNB) qui fournit de l’aide financière à l’amélioration de l’habitat du poisson et de la faune.

Les pêcheurs sportifs de moins de 16 ans qui ne souhaitent pas pêcher le saumon de l’Atlantique n’ont pas besoin d’un permis de pêche. Ces pêcheurs ont leur propre limite de prises quotidienne.

Permis et règlements de pêche : http://www.snb.ca/erd-dnr/ERD-DNR-F.html

Merci à Bass Pro Shops pour les cannes à pêche et les accessoires de pêche.

Un record de 224 pieds pour le plus long «Lobster Roll» du Festival du homard de Shédiac

C’est un «Lobster Roll» de 224 pieds qui a été préparé par le Chef Alain Bossé avec l’aide des Chevaliers de Colomb de Shédiac, qui assuraient l’organisation de l’activité. De nombreuses personnes ont eu la chance de déguster une portion du «Lobster Roll» qui d’après les témoignages était très bon. Sur la photo, on mesure le «Lobster Roll» pour inscrire un nouveau record. (Photo : Gilles Haché)