Communauté informée… Communauté en santé…

Aider les enfants sur le plan de la peur et de l’anxiété

  La peur et les inquiétudes sont des aspects très normaux de la vie des enfants et des adultes. Cependant, si ces soucis deviennent un sujet d’inquiétude parce qu’ils affectent de manière considérable le fonctionnement quotidien, on parle alors d’anxiété.

Quels sont les signes qu’il faut guetter?

Votre enfant présente-t-il un comportement d’évitement excessif sur le plan de la participation aux activités ou de l’assiduité scolaire? Est-il facilement bouleversé et sa détresse est-elle sans rapport avec la situation? Passez-vous beaucoup de temps à rassurer votre enfant et à le pousser à participer à des activités régulières? Pensez-vous que le fonctionnement de votre famille est perturbé par les craintes et les inquiétudes de votre enfant?

Symptômes physiques :

Les symptômes peuvent être très variables d’un enfant à l’autre. Certains enfants présentent des symptômes physiques, comme des crampes d’estomac, des maux de tête, des vomissements et la diarrhée, associés à leur peur et leur anxiété. D’autres pourraient se plaindre de se sentir faibles, d’avoir des picotements au visage ou aux mains, d’avoir une faiblesse au genou et d’avoir la tête qui tourne. Ces symptômes sont très divers et varient selon l’enfant.

Symptômes émotionnels et comportementaux :

La peur et l’anxiété peuvent aussi se manifester par des troubles du sommeil et des cauchemars. Votre enfant pourrait présenter de la colère, de la tristesse, de la frustration, du désespoir et de la gêne hors de proportion avec la situation. Il pourrait commencer à se préoccuper plusieurs heures, jours et même semaines avant la situation en question. Il pourrait vouloir éviter les amis, les activités et les situations en général, comme manière de faire face à sa peur et à son anxiété. Il pourrait demander de manière répétée qu’on le rassure ou trop s’excuser.

Que peuvent faire les parents pour aider leurs enfants à faire face à leurs craintes et leurs anxiétés?

Aidez votre enfant à voir une bonne santé physique et des routines régulières. Veillez à ce qu’il ait une alimentation équilibrée, de bonnes habitudes de sommeil et une bonne condition physique grâce à l’exercice. Prévoyez du temps pour les loisirs et la relaxation de votre enfant.

Soyez patient et rassurant. Parlez-lui et soyez positif concernant sa capacité de faire face aux situations qui provoquent l’anxiété. Gardez ouvertes les lignes de communication.

Récompensez votre enfant pour ses bons comportements d’adaptation. Félicitez-le pour son comportement «courageux» et pour ses succès, même partiels. Il faut mettre l’accent sur les efforts que fait votre enfant pour confronter et gérer ses inquiétudes.

Gérez vos propres anxiétés sans permettre à vos propres préoccupations d’influer sur le comportement de votre enfant. Soyez un modèle pour votre enfant et montrez-lui comment agir dans la vie quotidienne sans crainte et anxiété.

Au lieu d’éviter la question qui cause de la peur ou de l’anxiété, renforcez l’exposition de votre enfant à celle-ci. Si votre enfant a peur des araignées, vous pourriez commencer à lui lire un livre sur les araignées. Si votre enfant a peur de parler devant un groupe, il pourrait parler de son jouet favori lors de la prochaine réunion familiale. Donnez à votre enfant des occasions de surmonter sa frayeur en renforçant son exposition à ce qui lui fait peur et en lui permettant d’enregistrer de petites victoires.

Enseignez à votre enfant les monologues positifs. Comme la petite locomotive qui pouvait y arriver, enseignez à votre enfant à se répéter une phrase positive qui l’aidera à surmonter sa crainte. «Je sais que je peux y arriver» ou «Je suis courageuse et je n’ai pas peur» peuvent aider votre enfant à se sentir forte quand elle a peur ou est anxieuse.

Enseignez à votre enfant à imaginer qu’il se trouve dans un endroit agréable,          relaxant, un endroit où il se sent en sécurité. Les distractions peuvent faire des merveilles quand on essaye de faire face à des situations qui provoquent l’anxiété. Les enfants peuvent aussi apprendre à gérer leur anxiété en calmant leur respiration et réduisant la tension de leurs muscles. Ces techniques sont facilement disponibles sur l’internet (voir le site web ci-dessous).

Les enfants pourraient commencer à se sentir inquiets et anxieux en cas de conflit entre leurs parents. Les conversations difficiles entre les parents devraient avoir lieu quand les enfants ne sont pas présents. (Source : www.cheo.on.ca)

Le patrimoine au présent

C’est le 10 mai dernier que s’est déroulée la Fête régionale du patrimoine du District scolaire francophone Sud au Centre multifonctionnel de Shédiac. Une trentaine d’élèves étaient présents pour présenter leurs projets de recherche historique au jury, aux parents et au public. Le thème donné à la Semaine du Patrimoine 2018 était «Le patrimoine au présent». Ce thème nous amène à réfléchir sur notre passé et sur les façons dont il définit ce que nous sommes aujourd’hui.

Parmi les projets, deux d’entre eux se sont taillé une place à la Vitrine provinciale qui se déroulera du 22 au 24 juin à la résidence de la lieutenante gouverneure, à Fredericton. Céline Desprès et Anika Maillet, de l’école Blanche-Bourgeois de Cocagne ont été retenues pour leur projet intitulé «Blanche Bourgeois», suivi de Gabriel Bourque, de l’école Grande-Digue pour son projet intitulé «Mon arrière arrière grand-père, un héros de la Première Guerre Mondiale». Le prix Jeune Citoyen a été remis à Rémi Ouellette, de l’école Père-Edgar-T.-LeBlanc, pour son projet intitulé «Pascal Poirier».

Voici la liste des autres gagnants et gagnantes : Prix du comité provincial des commémorations du NB – Marie-Ève Maillet, de l’école Camille-Vautour, pour son projet Les armoiries; Prix Sainte-Croix 2004 du NB – Josianne Melanson et Myriam Léger, de l’école Notre-Dame, pour leur projet La déportation des Acadiens; Prix Excellence du Musée du NB – Juliette LeFrançois Bélanger et Isabelle Chiquita, de l’école Grande-Digue, pour leur projet Le chiac; Prix du Conseil des Archives du NB – Tina Parent et Sarah-Maude Bélanger, de l’école Arc-en-ciel, pour leur projet sur Viola Desmond; Prix Les Lieux Historiques du NB – Janie Ouellette, de l’école Père-Edgar-T.-LeBlanc, pour son projet sur le Monument-Lefebvre; Prix Histoire du travail au NB – Maxime Michaud et Olivier Maillet, de l’école Blanche-Bourgeois, pour leur projet Gabriel Lang; Prix Patrimoine sportif – Mathilde Paulin et Kayla Gagnon, de l’école Arc-en-Ciel, pour leur projet Daniel «Dany» Grant; Prix Meilleurs costumes – Cassandra Weisshuhn et Zoey Young, de l’école Donat-Robichaud, pour leur projet Julie Payette; Prix Brigadier Milton F. Gregg, V.C. (Prix militaire) – Gabriel Bourque, de l’école Grande-Digue, pour son projet Mon arrière arrière grand-père, un héros de la Première Guerre Mondiale.

Étaient présents à la cérémonie : Monique Boudreau, directrice générale au District scolaire francophone Sud; Nathan Gavin, représentant du ministère du Tourisme, Patrimoine et Culture et fêtes du Patrimoine, ainsi que Paul Demers, président du Conseil d’éducation du District scolaire francophone Sud. La tâche de juger les projets avait été confiée à Roger Doiron, Paul Demers et et Anne-Marie Bourque.

D’la Pantry à la Belle Delphine

J’aimerais de partager avec vu-z’autres une tartinade que j’aime préparer souvent; pis qu’j’adore fortément le goût… Ouaye! Que voici :

Tartinade au saumon fumé

  • 6 onces de «cream cheese», mou…
  • 2 tchuillèrées à table de crème sûre…
  • 1 tchuillèrée à table de tiges d’ognon vert, finement hachées…
  • 1/2 cuppée de saumon fumé, émietté…
  • 1/2 tchuillèrée à thé «d’horseradish» (au choix)…

Mélanger t’utes lés z’ingrédients ensemble. Placer dans z’un bol «fancy»; couvrir loussement avec du «plastic wrap»; mettre à geler dans «l’fridge».  Cé mieux de prépârer cte tartinade icitte une journée de l’avance…  Sarvir sus dés tranches minces «toastées» de mini «bagels» ou sus dés p’tits «crackers» bin «fancy».

Delphine B.B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine….

Delphine B.B. Bosse

   Dans ma «next music CD» de countré, d’intitulée <<Mangeaisons Sévères>>, qui sera en vente pendant ma «World Tour» d’été, débutant le 1ier juillet… La chanson suivante que j’ai composé, qui va figurer de d’sus «track number 2» est garantie d’être t’une «toe tapping mega hit» t’au «French Club» de Waltham!

<<CROTTE QUI FLOTTE>>

 Y’un pou qui rame d’sus l’fait d’une crotte

Qui flotte dedans le vieux pisse-potte,

Qu’enfoui en d’sous du nouaire d’mon lit!

J’l’entend chanter: Ça sent l’pourrie!

 La peste m’étouffe;

M’étrangle bleu!

Ça m’pougne à la gorge!

Ça m’brûle lés yeux!

Ça m’pougne à la gorge!

Ça m’brûle lés yeux!

La peste m’étouffe;

M’étrangle bleu!

 Oooh! L’pou ne sachant pas nager…

V’là qu’la crotte s’a mise à caler…

Y’a paniqué! Bin beau crié!

Y’a gobé d’la pisse! Y s’a nayé…

 Avec t’une pince à épiler – –

Prudemment, je l’ai enlevé

Hors du fond d’mon vieux pisse-potte.

Raide p’tite bête, à l’était morte!

 Le p’tit pou, j’l’ai épinglé…

Dans mon ramas, je l’ai placé

Entre t’une abeille pis t’une sauterelle!

Pu de tourment! Rendu t’au Ciel!

 Y’un pou qui ramait d’sus l’fait d’une crotte

Qui flottait dans l’vieux pisse-potte,

Qu’était d’enfoui en d’sous d’mon lit!

Dont j’manque son chant: Ça sent l’pourrie!

Delphine B. B. Bosse

Deli Production © 2018

Sonia Nahri et Maxime Boudreau sont les athlètes de l’année à Louis-J.-Robichaud

Les Patriotes qui été reconnus au gala des athlètes la semaine dernière sont, de gauche à droite, Karyssa Boucher, esprit sportif; Véronique Jalbert, recrue de l’année; Maxime Boudreau, athlète de l’année; Sonia Nahri, athlète de l’année; Dominic LeBlanc, recrue de l’année et Félix LeBlanc, esprit sportif. (Photo : Normand A. Léger)

Normand A. Léger

La joueuse de volleyball, Sonia Nahri et le joueur de soccer et de hockey, Maxime Boudreau, ont été nommés les athlètes de l’année à l’école Louis-J.-Robichaud, de Shédiac pour la saison 2017-2018.

Ils ont été reconnus la semaine dernière lors du Gala des athlètes tenu devant athlètes, parents et amis à l’école. Véronique Jalbert et Dominic LeBlanc sont les recrues de l’année et Karyssa Boucher et Félix LeBlanc, les récipiendaires des Prix de l’esprit sportif.

Sonia Nahri s’est démarquée avec l’équipe de volleyball senior. «J’ai aidé mon père, qui était l’entraineur et j’ai travaillé avec les filles pour garder l’esprit de l’équipe, a-t-elle indiqué. J’ai très bien joué au tournoi régional et je fais partie du programme sports-études de volleyball. C’est ma dernière année, alors ce prix clôture bien mes quatre années à LJR.» Nahri est inscrite en DSS au campus de Moncton, en septembre.

Pour sa part, Maxime Boudreau a volé la vedette de la soirée chez les gars. L’élève de 12e année, a joué au hockey et au soccer. «Je me suis démarqué dans les sports, mais j’ai travaillé fort, a indiqué le meilleur marqueur de la Conférence de l’Est. C’est une belle manière de terminer ma carrière à l’école secondaire. Je dis aux autres de profiter de vos années avec les Patriotes, ce sont les meilleurs moments, que ce soit dans n’importe quel sport. C’est une fierté et du plaisir de faire partie d’une équipe, je vais me rappeler d’avoir représenté l’école dans les sports et d’avoir vécu de bonnes expériences.»

La recrue Véronique Jalbert était membre de la formation de soccer et cette élève de 9e année a travaillé fort tout au long de la courte saison. «J’ai rencontré de nouveaux amis et j’ai aimé ma saison, a indiqué l’attaquante. J’ai offert mon 100 pour cent et j’ai bien joué mon rôle sur le terrain. J’ai marqué et créé des situations à l’attaque. Je veux me rendre le plus loin possible au soccer et j’espère jouer les trois prochaines années. C’est le fun, un jeu d’équipe et c’était plus difficile qu’à l’école intermédiaire. J’ai dû me pousser et prendre ma place.»

Dominic LeBlanc est la recrue masculine de l’année, il a évolué au soccer junior. «On a connu une bonne saison et on a perdu une seule partie au régional, ce qui nous a empêché d’aller au provincial, a indiqué le jeune LeBlanc. On a gagné le tournoi à Mathieu-Martin et on a connu une bonne saison. On avait de bons joueurs et tous ont travaillé fort. J’ai joué à la défensive, donc je devais empêcher le ballon d’entrer dans le but et ensuite faire de bonnes passes aux avants. Je veux jouer mes trois autres années avec les Patriotes au soccer et peut être au hockey.»

L’athlète au soccer, Karyssa Boucher, a travaillé fort pour mériter son prix d’esprit sportif. «On s’est entrainé souvent et je jouais soit comme milieu et avant. Mon rôle changeait selon ma position. Comme élève de 11e année, je veux profiter de ma dernière saison et travailler le plus possible pour mon équipe.»

Félix LeBlanc a aussi été décoré de l’esprit sportif. L’élève de 12e année n’a pas été surpris de son prix. «Avec mes années de hockey et de soccer, j’ai voulu être le meilleur leader possible et montrer le bon exemple, a-t-il exprimé. Je n’aime pas perdre, j’ai travaillé dur avec une bonne éthique de travail. J’avais un rôle de leader, c’est dans moi et j’aime cela. Cela termine bien ma saison et mon séjour è l’école. Ma soeur l’avait gagné deux ans passés et cela reste dans la famille.»  LeBlanc veut poursuivre des études en éducation à l’Université de Moncton, l’enseignement étant ancré dans sa famille. Il aime travailler avec les jeunes.

Les athlètes les plus utiles selon les sports sont Jérémy Babin (soccer junior masculin), Maxime Boudreau (soccer masculin senior, hockey masculin), Mégan Simon, (soccer féminin), Janic LeBlanc (badminton), Chelsey LeBlanc (hockey féminin), et Jenna Landry (volleyball junior féminin).

Les Prix de distinction des Patriotes ont été remis à Janika Ouellet (ringuette), Sarah Anderson (natation), Josée Babineau (karaté), Jade Saulnier-Cyr (hockey), Anastasia Bradstreet (hockey), Jason Gallant (hockey) et Maxime Boudreau (hockey).

Paul Thibodeau inscrit une autre victoire

  Paul Thibodeau

Paul Thibodeau, de Moncton et originaire de Grand-Barachois, vient de remporter les grands honneurs chez les hommes vétérans 50-54 à la 36e édition du 15 km Sugarloaf  au Maine en fin de semaine.

Thibodeau a franchi la ligne d’arrivée dans un chrono de 1:01:20 devant John Ireland 1:10:28 du Maine. La température était environ 10 degrés Celcius et un peu pluvieux et des vents calmants.  Pour Thibodeau c’était des conditions idéales!

«J’ai couru le 15 km de Grand-Digue il y a trois semaines dans un chrono de 1:02:22 dans des conditions semblables, mais à Grand-Digue, il y avait un peu plus de vent», explique Thibodeau.  Celui-ci ajoute, «À Grand-Digue, j’avais aussi réussi à emporter les grands honneurs de 1er dans la catégorie de 50-59».

Desirée Beaulieu de Moncton a elle aussi couru cette course et a franchi la ligne d’arrivée dans un temps de 1:23:44 qui était pour elle son meilleur temps pour cette distance.  Beaulieu détient sept records provinciaux chez les femmes vétéranes (35-39) sur piste en salle.

La prochaine course pour Paul Thibodeau, un 5 km à Sussex, a eu lieu le 27 mai et Beaulieu était à Moncton le lundi 28 mai pour essayer de casser les records féminins provinciaux (35039) aux 100M et aux 800M.

Benjamin Perreault vise les Jeux olympiques

Benjamin Perreault

(N.A.L.) –Benjamin Perreault, 13 ans de Moncton, un élève de 8e année à l’école Le Sommet, pratique la gymnastique depuis 10 ans et vient de remporter le championnat atlantique niveau 3, -13 ans.

«C’est gros pour moi, j’ai travaillé fort toute l’année, pour ce championnat, a dit le gymnaste lors d’un récent entrainement. J’aime les anneaux et moins, le sol.»

La gymnastique fait partie de sa vie de tous les jours et c’est une activité qui le tient bien occupé et flexible. «Je suis toujours actif et je pratique ma flexibilité. Je me sens mieux à la gymnastique. Je prends de la force et j’ai toujours quelque chose à faire. À l’école lors de tests de conditionnement, ma force est plus évidente ainsi que ma flexibilité.»

Perreault tente toujours de placer la barre un peu plus haute afin de s’améliorer. «Je cherche plus de mobilité et moins de résistance en mouvement. Je m’entraine 16 heures par semaine, partagé en quatre jours. À la maison, je suis sur la trampoline et je veux toujours être en mouvement sans prendre trop de pause. Mon objectif est de me rendre aux Jeux Olympiques. Je vois les autres gars-là et ils m’impressionnent. Je m’entraine avec Maxime (Dallaire) et Evan (Crossman) et ils sont au national. C’est gros de m’entrainer avec eux. Je veux évoluer et faire comme eux. Il me faudra beaucoup de détermination et de force, mais je peux me rendre, je suis capable.»

Dallaire et Crossman étaient aux championnats canadiens la semaine dernière et l’équipe du Nouveau-Brunswick a remporté un record de neuf médailles, dont deux d’or, deux d’argent et cinq bronze. Le NB a terminé troisième chez les juniors gars avec nos deux gymnastes, les jumeaux Antoine et Thomas Gautreau et Patrick Talbot. C’est la meilleure performance de tous les temps.

Soirée du diamant 2018  Un autre grand succès pour l’Institut féminin de Grande-Digue

Nous reconnaissons Diane Gallant, responsable de la Soirée du diamant et la gagnante Lorraine Goguen.  (Photo : Nicole Babineau)

(CL) –L’Institut féminin de Grande-Digue organisait encore une fois cette année sa traditionnelle et populaire Soirée du diamant. Samedi dernier, dans une salle comble à Notre Centre, les participantes se sont retrouvées dans une très belle ambiance, avec la musique de John Adams, et un très beau défilé de mode avec «Manteau Madame» de Dieppe, ainsi que de très belles créations de Paul Émile Léger, du salon, Le Style Raphaël.

«Nous avons aussi nos fidèles bénévoles qui ont servi deux cents quarante invitées, de dire Aline Babineau, présidente de l’Institut féminin.  Elles ont dégusté une très bonne soupe, un délicieux repas au homard et un  très bon dessert. La salle avait été décorée par Thérèse et Daniel Bourque et le tout à fait de cette soirée un véritable succès.»

«Nos cinq personnes qui sont montées sur l’estrade: Natasha Allain, Jeannette Gallant, Murielle Allain, Nélida LeBlanc et Lorraine Goguen ont  gagné de très beau cadeaux», ajoute-t-elle.

La gagnante du diamant a été Lorraine Goguen, de Grande-Digue.  Et Nélida LeBlanc a gagné une nuitée de l’Hôtel Shédiac, avec une carte-cadeau de 75$  au St. James Gate.

«Le comité organisateur désire remercier de tout cœur, tous nos bénévoles, Michel et son équipe de la cuisine, les serveurs ainsi que les vérificateurs qui ont travaillé très fort, de poursuivre Madame Babineau. Sans nos bénévoles, cette soirée ne serait pas possible.  Merci également  à tous ceux et celles qui ont fourni des cadeaux, c’est beaucoup apprécié!»

Roger Caissie annonce son intérêt pour la mairie de Shédiac

            Roger Caissie

Roger Caissie, maire-adjoint depuis 2016, désire annoncer son intérêt au poste de maire de la Ville de Shédiac.

«Je désire annoncer que je vais me présenter à la mairie de Shédiac lors d’une élection partielle plus tard cette année, si le maire actuel, Jacques LeBlanc, est élu député», laisse entendre M. Caissie.

Conseiller municipal de Shédiac depuis 2012, président de la Commission des égouts Shédiac et Banlieues depuis quatre ans et maire-adjoint au cours des derniers deux ans, M. Caissie est fier d’avoir appuyé de nombreux projets municipaux progressifs, tels que les travaux au centre-ville (rue Main et le Parc Pascal-Poirier), l’agrandissement de la rue Chesley, l’ajout de terrains de tennis et de pickleball, le renouvellement du terrain de soccer, la prolongation des sentiers et l’ajout d’un parc inclusif à l’école Monseigneur-François-Bourgeois (MFB) pour en énumérer quelques-uns.

Depuis qu’il s’est joint à la Commission des égouts, M. Caissie a poursuivi des projets pour améliorer le système d’égouts, tels que l’implantation d’un système de surveillance électronique et le renouvellement d’infrastructure en besoin. De plus, avec l’appui du conseil d’administration de la Commission, M. Caissie a apporté plusieurs changements, notamment plus de transparence avec l’utilisation des rapports au conseil municipal en plus de rendre disponibles des rapports sur la performance du système au public via le site web de la Commission.

«Je suis particulièrement fier d’avoir pu réaliser ces projets municipaux et du système d’égouts tout en maintenant une gestion saine des budgets», a dit M. Caissie.

Caissie entend bâtir sur son expérience au conseil afin de continuer l’élan de développement économique et communautaire de Shédiac.

«En poursuivant une approche innovatrice de développement, tout en maintenant une gestion saine des budgets, nous pourrons continuer de nous démarquer. Cela rendra notre ville encore plus attrayante à l’entrepreneuriat et nous permettra d’accueillir plus de jeunes, de familles et de personnes âgées», a poursuivi M. Caissie.

Compte tenu de son intérêt de se présenter à la mairie et étant donné que son mandat de maire-adjoint se termine à la fin mai, M. Caissie renonce à un renouvellement de mandat.

«Étant donné que je devrai démissionner du conseil afin de me présenter comme maire, je trouve qu’il est préférable pour la Ville de Shédiac que le conseil choisisse quelqu’un.e d’autre.  Cela contribuera à la stabilité au conseil pendant une période de transition.»

Fonctionnaire de carrière au sein du gouvernement de la province du Nouveau-Brunswick, M. Caissie est marié à Natalie Levesque, enseignante de musique à l’école MFB de Shédiac. Mme Levesque et M. Caissie sont les parents de deux enfants.

Michel Boudreau sera le candidat néo-démocrate dans Baie-de-Shédiac-Dieppe

           Michel Boudreau

Michel Boudreau a été élu candidat néo-démocrate dans la circonscription de Baie-de-Shédiac-Dieppe par les membres de la circonscription.

Bien fier de représenter la circonscription dans laquelle il demeure avec son épouse Charline, Michel Boudreau affirme que : «Ayant travaillé toute ma vie dans le milieu de la santé et été actif dans le mouvement syndical pendant plus de 40 ans, j’ai très à coeur de protéger et développer nos services publics, particulièrement notre système de santé. C’est avec des mesures telles le salaire minimum à 15$, notre approche pour les soins à domicile et la fin de la privatisation de nos services publiques que nous pourrons réellement y arriver.»

Michel Boudreau est impliqué dans le mouvement syndical depuis 1988 et a notamment occupé le poste de président de la Fédération des travailleurs et des travailleuses du Nouveau-Brunswick pendant huit ans, entre 2005 et 2013. Il a été aussi très actif au sein de la Ville de Dieppe, entre autres comme président du Comité 15 août – Dieppe et comme conseiller scolaire pour le district 13. Présentement, il est employé d’un établissement de soins de longue durée à Moncton, où il occupe le poste de coordinateur de loisirs.

Jennifer McKenzie, cheffe du parti, est enthousiaste de la candidature «Michel Boudreau est incroyable et, comme nous avons pu voir dans son implication dans sa communauté et dans le mouvement syndical, il est capable de grande chose. Il a définitivement les travailleurs et travailleuses de Baie-de-Shédiac-Dieppe à coeur et sera toujours le premier à écouter leurs préoccupations et à défendre leurs intérêts.»