Une subvention de 55 000$ pour transformer la bibliothèque scolaire

L’école Donat-Robichaud de Cap-Pelé a reçu une subvention de  55 000$ du Fonds pour la littératie de l’année 2018 de la Fondation Indigo pour l’amour de la lecture.  C’est le représentant de Chapters Indigo de Moncton-Dieppe, Noël Bourque, à gauche, qui est venu présenter le chèque à l’école. (Photo : Gracieuseté)

L’école Donat-Robichaud de Cap-Pelé a reçu une subvention de  55 000$ du Fonds pour la littératie de l’année 2018 de la Fondation Indigo pour l’amour de la lecture.

Avec un budget de bibliothèque insuffisant et des livres datant de plus de 30 ans, cette école aura maintenant les moyens de revitaliser sa bibliothèque et d’enrichir les expériences de vie et d’éducation de ses 289 étudiants.

Bien que les enseignant.e.s et les bibliothécaires de l’école Donat-Robichaud soient extrêmement dévoués à promouvoir la littérature et l’amour de la lecture dans leur école, ils ont du mal à fournir de nouveaux livres et du matériel d’apprentissage pertinents et attrayants pour leurs élèves. Ces fonds très nécessaires fourniront à cette école les moyens de rompre le cycle de la détérioration des étagères, contribuant à former des lecteurs confiants et compétents dans les classes. L’école utilisera également ces fonds pour développer un centre d’écoute dans sa bibliothèque où les élèves peuvent explorer et écouter des livres audio.

La subvention du Fonds pour la littératie de la Fondation Indigo pour l’amour de la lecture, maintenant en sa 14e année, est ravie de verser 1,5 million de dollars à 30 écoles primaires dans le besoin partout au Canada. Ces écoles ont démontré un engagement incroyable envers l’alphabétisation de leurs élèves et grâce à cette injection de fonds pour se procurer de nouveaux livres, ces écoles pourront inspirer leurs étudiants à découvrir leur amour de la lecture!

Au cours des 14 dernières années, le Fonds pour la littératie de la Fondation Indigo pour l’amour de la lecture a versé 21 millions de dollars à 275 écoles, transformant les bibliothèques scolaires et les vies des élèves, un livre à la fois! Chaque dollar donné par les clients sera versé aux écoles primaires dans le besoin et les écoles que nous appuyons reçoivent un rabais de 30% sur leurs achats de livres.

Ensemble, nous avons inspiré plus de 900 000 enfants canadiens à découvrir leur amour de la lecture!

Marché au parc de Shédiac    Des solutions temporaires proposées

Gilles Haché

Les trois points en litige entre la Ville de Shédiac et les promoteurs du Marché au parc de Shédiac soit Stepping Stone Production sont en voie d’être réglés a-t-on appris lors de la réunion régulière du conseil municipal de la Ville de Shédiac lundi soir.  Les demandes que le promoteur avait faites nécessitaient des investissements de la part de la ville, mais qui n’étaient pas au budget.

Le promoteur propose des solutions temporaires pour deux des trois points, soit le problème d’eau chaude qui pourrait être solutionné avec l’ajout d’un chauffage au propane et celui de la demande d’électricité qui pourrait être réglé par l’ajout de génératrices au besoin.

Pour le troisième point, celui de ne pas circuler sur les pavés, la ville est prête à mettre à la disposition des marchands un véhicule plus léger avec remorque pour que ceux-ci puissent apporter leurs équipements à leur kiosque.

Pour le maire Jacques LeBlanc, «nous avons mandaté l’administration d’en arriver à une entente avec le promoteur.  Notre proposition répond en partie au problème de circulation sur le pavé uni installé dans le parc. Nous sommes convaincus qu’il y aura un marché dimanche prochain, soit le 3 juin.  Le marché du dimanche est très apprécié par la population de Shédiac et de la région.»

La Ville de Shédiac a une nouvelle maire suppléante en la personne de Patricia Bourque-Chevarie. Elle sera en poste pour les deux prochaines années.

Le maire LeBlanc en a profité également pour attribuer les différents comités aux conseillers et conseillères.

La municipalité a procédé à l’embauche à temps plein d’un agent d’exécution des arrêtés municipaux en la personne de Martin Ruest. M. Ruest entrera en fonction le 4 juin prochain.

La prochaine réunion régulière aura lieu le 25 juin à 19h.

Dernière heure…

 Le Marché du dimanche aura de nouveaux gestionnaires 

Shediac, N.-B. – C’est avec regret que nous apprenons que l’entreprise Stepping Stone Productions Inc. a décidé de mettre fin à son contrat avec la Ville de Shediac pour l’organisation du Marché du dimanche dans le Parc Pascal-Poirier après 9 années de collaboration. Depuis les rénovations majeures entreprises au Parc Pascal-Poirier en 2016, les besoins de Stepping Stone Productions et la vision de la ville et des citoyens n’étaient plus compatibles, ce qui rendait les négociations difficiles entre les deux parties. 

La Ville de Shediac désire reconnaître l’excellent travail effectué par toute l’équipe de Stepping Stone Productions Inc. et nous désirons les remercier de leur grande implication dans l’organisation du Marché du dimanche de Shediac. 

La Ville va donc immédiatement entreprendre des démarches pour assurer la transition afin d’organiser un Marché du dimanche pour la saison 2018, et ce, dès le mois de juin. Le conseil municipal et l’administration de la Ville feront tous les efforts pour mettre sur pied un marché qui saura répondre aux attentes des milliers de visiteurs qui se dirigent chaque année à Shediac afin de participer à tous les événements et activités que la ville organise. 

Une date d’ouverture du Marché du dimanche sera annoncée très prochainement et nous invitons tout particulier ou toute entreprise qui désire se joindre au Marché pour la saison 2018 de communiquer immédiatement avec le directeur de la Vie communautaire de la Ville de Shediac, M. Denis LeBlanc, au (506) 531-2237. 

Rachel et Guy Lavigne reçoivent le Paul Harris du Club Rotary de Shédiac

Sur la photo : Guy et Rachel Lavigne recevant le Prix Paul Harris des mains de Chuck Collins, président du Club Rotary de Shédiac.  (Photo : Gracieuseté)

Reconnus pour leur bénévolat, Rachel et Guy Lavigne ont été impliqués dans de nombreux organismes de la communauté.

Tous deux ont participé de plusieurs façons au Festival du homard de Shédiac pendant 15 ans, Guy en étant président pendant trois ans. Celui-ci a aussi présidé au CA du Centre de ressources et de crises familiales Beauséjour. Pour ce qui est du Relais pour la vie, tous deux sont impliqués depuis une dizaine d’années; Guy en tant que président et Rachel comme secrétaire depuis les deux dernières années. On retrouve aussi le couple en tant que bénévoles au tournoi  de kickball de la région pendant plusieurs années.

Guy a été président du comité des jeux d’Acadie 50+ en 2016. Il est depuis deux ans le président de l’Association francophone des ainés du Nouveau-Brunswick pour le secteur Shédiac et Cap-Pelé, et de 2015 à 2017, il a siégé comme membre directeur de la Coop et de la Fondation John Lyons.

Présentement, Guy est membre et un des directeurs du Club d’âge d’or de Shédiac et bénévole pour le programme de Trotibus pour les élèves de l’école M.-F.-B.

Rachel a participé comme bénévole pour les nombreuses collectes de fonds pour les équipes de volleyball. Elle s’est aussi impliquée avec le groupe des Dames chevalières et a occupé plusieurs postes. Elle a été secrétaire des jeux d’Acadie 50+. Présentement, elle est bénévole à la bibliothèque de Shédiac, bénévole au programme CLEF à l’école M.-F.-B et secrétaire du Club d’âge d’or.

Guy a fait partie du comité du Cimetière durant neuf ans, dont les sept dernières à titre de président. Rachel et Guy ont tous deux siégé au Comité local pastoral de la paroisse. Guy est responsable des services à l’église avec Rachel toutes les six semaines incluant les funérailles. Les deux occupent aussi plusieurs postes à la messe : servant de messe et ministre de communion et de la parole. Tous les deux ont été impliqués dans les sessions de préparation au mariage durant 15 ans.

Depuis 11 ans, Rachel est présidente du comité liturgique. Elle a été impliquée dans la préparation au sacrement du pardon et de la confirmation.

Guy fait partie des Chevaliers de Colomb, il a occupé plusieurs postes au sein du conseil. Il a été député du District #11 durant quatre ans, Grand-Chevalier pendant deux ans, directeur des programmes, secrétaire archiviste, député Grand-Chevalier, entre autres. Il était président du comité de Finances pour quelques années et conseiller aux écuelliers colombiens.

Présentement, il est trésorier du conseil et directeur des activités communautaires. Il est aussi coordinateur des déjeuners communautaires mensuels et responsable pour la sollicitation des commanditaires chaque mois. Pour ce qui est de la collecte de fonds avec la vente de billets de 100$, 500 billets ont été vendus dans une période de trois mois. Guy est un des plus gros vendeurs lors de cette collecte de fonds et  25 000$ sont remis à différents organismes de Shédiac et la région. Rachel et Guy aident au déroulement du 50/50 en entrant les données le samedi toutes les six semaines.

Comme vous pouvez le constater, c’est un prix bien mérité pour Rachel et Guy Lavigne.

EDITORIAL

Jeannita Thériault

L’industrie de la pêche et ses défis…

            Oui, certes, l’industrie de la pêche représente plusieurs défis autant du côté des pêcheurs que du côté des employés d’usines de transformation et du ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, Dominic LeBlanc.

Les pêcheurs ont une tâche difficile car leur métier les oblige à se lever très tôt, prendre la mer, parfois houleuse parfois calme, afin de ramener à bon port leurs prises qui ne sont pas toujours très encourageantes. De plus, les quotas d’une saison de pêche sont imposés par le ministère des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, ce qui ne fait pas toujours le bonheur des pêcheurs.  Cependant, le dit ministère a la responsabilité de voir à ce que les espèces (homard et autres) soient conservées afin d’assurer leur survie.

Ce n’est pas toujours facile pour les pêcheurs de comprendre l’importance du moratoire imposé à l’endroit de certaines espèces. Ils ont l’inquiétude de pouvoir gagner assez de timbres pour avoir droit aux prestations de l’assurance-emploi une fois la saison de pêche terminée. La même inquiétude existe également chez les employés d’usines de transformation.

Une certaine mentalité saisonnière s’est imposée au fil des ans chez les pêcheurs, c’est-à-dire, pêcher durant une saison désignée et gagner assez de semaines pour avoir droit aux prestations d’assurance-emploi, et ce, jusqu’à la prochaine saison de pêche.

Selon certaines rumeurs, et je dis bien selon certaines rumeurs non fondées, ont circulé à l’effet que quelques pêcheurs ont profité de la période du «trou noir» pour s’envoler vers la Floride durant quelques jours en attendant l’ouverture de la saison de pêche.  Si les pêcheurs avaient accès à certains programmes, avec salaires, mis sur pied hors-saison, ce serait peut-être un moyen pour permettre un soulagement financier en période de chômage…

Il est difficile de prévoir l’avenir dans l’industrie de la pêche.  On pourrait dire que la «mer a ses secrets» et que parfois un moratoire imposé est nécessaire afin de réduire la surpêche de certaines espèces.

Ici, je viens à la défense de Pêches, des Océans et de la Garde côtière qui a la responsabilité politique, et je dis bien politique, d’assurer que l’industrie de la pêche soit protégée à tout prix! Bien sûr, il y aura toujours de l’opposition de la part de certains pêcheurs qui ne le voient pas ainsi car on attaque directement leur gagne-pain saisonnier.

C’est à souhaiter qu’un dialogue franc et réaliste continue à exister entre les pêcheurs et le ministère des Pêches, des Océans et de la Garde côtière, et ce, dans un climat de compréhension mutuelle quant à la survivance réaliste de l’industrie de la pêche.

Jeannita Thériault

Journée d’entraide communautaire au Jardin communautaire

On a besoin de la participation de bénévoles

   Le Jardin communautaire de Shediac et Banlieues invite tout le monde à prendre part à la journée d’entraide communautaire de «Centraide» au jardin communautaire, situé au 265, rue Breaux Bridge, Shédiac, le 8 juin entre 9h00 et 17h00. Nous avons besoin de votre aide pour nettoyer les parcelles existantes pour les clients de la banque alimentaire locale.

Le projet du 8 juin nous permet également de nettoyer les lopins surélevés, planter des arbres fruitiers supplémentaires, préparer le jardin de méditation, nettoyer les sentiers entre les parcelles, ajouter de la paille et retirer la vieille clôture! L’ampleur de tout ce travail exige une main-d’œuvre massive, avec la participation de centaines de bénévoles dévoués, remplis de l’esprit communautaire.

Cette journée d’action communautaire, qui réunira plus de 200 personnes, comprend les bénévoles de Centraide et beaucoup d’autres de la région de Shédiac, de nombreuses équipes de travail. Nous allons fournir l’alimentation nécessaire pour la journée, premiers soins sur site en comptant sur l’aide de plusieurs personnes ressources et des entrepreneurs qui offrent leurs services gratuitement.

Il y a beaucoup de manières que vous pouvez aider: Avec votre contribution monétaire ou en nature, de services ou de la nourriture, nous pouvons satisfaire tous ces besoins et ainsi faire de cette journée un immense succès! Si vous souhaitez vous joindre à nos bénévoles lors de cette journée, nous serons sur le site au 265, rue Breaux Bridge, entre 9h à 17h en pleine activité! Beau temps mauvais temps!

En plus d’offrir des parcelles aux personnes dans le besoin et des légumes frais à la banque alimentaire, le jardin communautaire présente durant toute l’année des sessions d’apprentissage. Nous comptons sur l’aide de bénévoles extraordinaires, un comité de direction très dévoué, des partenariats avec la paroisse St-Joseph, le diocèse de Moncton, la Ville de Shédiac, la communauté CRBE, les Chevaliers de Colomb ainsi que plusieurs autres organisations dans la région. Si vous avez des questions, n’hésitez pas à communiquer avec nous au 531-0252. On vous remercie au nom de tous nos membres pour votre aide!

Jean-François Delamarre est le gagnant du 9e Défi culinaire

Jean-François Delamarre

Le Club Rotary de Shédiac présentait, samedi dernier, une de ses activités les plus populaires : le 9e Défi culinaire, au Centre multifonctionnel de Shédiac. Au cours de cette dégustation de vin et de fine cuisine, chaque chef cuisinier a préparé un plat différent qui a été accompagné d’un vin spécialement choisi par le sommelier de la région, Bill Vance.

Le thème de cette année était les saveurs internationales. Les chefs participant au défi culinaire cette année ont été Sébastien Richard du Restaurant Gabrièle; Montassar Ben Aicha, du restaurant Le Petit Paris; Nate Shipley, du restaurant St. James Gate; Frédéric Desclos, d’Adorable Chocolat et Jean-Francois Delamarre, du Restaurant Dolma, le grand gagnant du Défi culinaire.

Programmation variée au 69e Festival du homard de Shédiac

  Les co-présidents Edgar LeBlanc et Jacques LeBlanc, ont dévoilé, vendredi dernier, la programmation de la 69e édition du Festival du homard qui se déroulera du 29 juin au 8 juillet 2018 prochain à Shédiac.

Encore cette année, tout a été mis en œuvre afin de faire de l’édition 2018 un évènement haut en couleur.  Le comité organisateur a mis les bouchées doubles afin de présenter cette année une programmation qui saura plaire à toute la famille et célébrer le 115e anniversaire de la Ville de Shédiac.

«Le Festival du homard de Shédiac est devenu au fil des ans un évènement incontournable parmi tous les festivals qui sont présentés dans la province et même à l’est du Canada, confie le maire de la Ville de Shédiac et co-président du Festival, Jacques LeBlanc. La notoriété du Festival du homard n’est plus à faire et c’est par milliers que les gens se dirigent vers Shédiac pour participer à ce grand évènement communautaire, culturel et social.»

Plusieurs artistes de grande renommée se produiront sur la scène du Festival dont Sweet Temptation, Wild Pitch, Big Bad Party Band, Réveil et Old School. On retrouvera également Ti-Blanc Morin, Bouboul, Liquid Courage, Mixtape, Josianne Comeau, Mike & Andy, Félix, Jean et Jacques, Hand Drum Magic, Guy Richard, Laurie Leblanc, Hert Leblanc, Tina Gautreau, Scott & Gerald et Jocelyne Bourque. D’autres artistes seront également de la fête lors de la 69e édition du Festival du homard.

Le très populaire concours de mangeurs de homard sera de retour.  Les manèges de Campbell Amusements sauront plaire aux jeunes et moins jeunes.

Plusieurs nouveautés culinaires figurent dans notre programmation de cette année. D’abord, Lotsa Lobsta Love mettant en vedette le chef renommé Alain Bossé vous offrira un repas cinq services mariés avec vin et bière. Son enthousiasme et ses connaissances culinaires sauront vous charmer. Les billets sont limités! De plus, Sobeys vous présentera cette année des séminaires culinaires avec le chef Jeremy Gillmore. Celui-ci vous familiarisera avec la décortication d’un homard, afin de vous permettre ensuite de déguster cette création culinaire avec ce homard.

Lobsta Sunset Yoga vous permettra d’apprendre le yoga sur une planche de pagaie tout en dégustant un délice au homard ainsi qu’un verre de vin. Une nouvelle activité cette année est le cours de planche à pagaie. Il sera possible pour vous de louer ou non de l’équipement sur place. De plus, des grignotines et un verre de vin seront servis.

Le plus gros festin au homard

  Cette année, un festin au homard sera servi le dimanche 8 juillet à compter de 18h. Ce festin saura rassembler tous les amateurs de homard. Les billets sont limités, donc ne manquez pas votre chance!

Un «lobster roll» de plus de 200 pieds!

  Dans le cadre des célébrations entourant le 69e anniversaire du Festival du homard, les Chevaliers de Colomb du Grand Shédiac vont tenter de surpasser le record mondial en préparant un «lobster roll» de plus de 200 pieds.

Événements «Corks & Claws» et «Ales & Tails»

  «Corks & Claws», c’est un événement vous proposant une dégustation de vins et de créations culinaires au homard préparées par nos chefs et restaurants régio-naux. Une autre soirée amusante! L’événement se déroulera le samedi 30 juin à 19h.

«Ales & Tails» vous permettra de déguster des bières locales et des bouchées culinaires aux fruits de mer. Une soirée amusante et remplie de diversité vous attend! L’événement se déroulera le samedi 7 juillet à 19h.

Le comité organisateur du Festival du homard est également fier cette année d’annoncer son partenariat qui se poursuit avec L’Écocentre Homarus avec l’ensemencement de 10 000 bébés homards.

Finalement, le festival s’associe avec le Centre de ressources et de crises familiales Beauséjour pour sensibiliser la population à l’importance du consentement et aussi avec Alcool Nouveau-Brunswick afin de sensibiliser les gens à une conduite responsable : «Dégustez, savourez et retournez chez vous en sécurité.»

Vous pouvez consulter le programme complet du festival à l’adresse www.shediac lobsterfestival.ca.

La société culturelle Sud-Acadie lance sa programmation 2018

  La programmation de la Société culturelle Sud-Acadie prendra son envol avec l’ouverture de l’Église historique de Barachois en juin.

Au menu cette année, il y aura une série d’expositions d’arts visuels dans l’église et la Galerie Léon Léger de plus de 40 artistes et photographes du Nouveau-Brunswick; la 4e édition du Mini Festival de littérature acadienne Les quatre jeudis de juin qui aura comme invités Paul Bossé, Jonathan Roy, Marc Arsenault, Matine Jacquot, Marie France Comeau et Christian Roy; une série de soirées intimes Michel Thériault et ses tizamis nous présentera Katrine Noël des Hay Babies, Calixte Duguay, Roland Gauvin et Monique Poirier; un premier mini Festival de Films acadiens CINÉMACADIE les 15-16-17 juin. Le film Zachary Richard, toujours batailleur de Phil Comeau ouvrira le festival le 15 juin; un encan silencieux des incubationnistes au profit de la galerie Léon Léger offrira 22 toiles par 14 artistes du Nouveau-Brunswick du 15 juin au 14 juillet.  Les toiles seront en montre à l’Église historique de Barachois.

Pour une 8e saison, Célébrons nos quais sera de retour, les quais de Robichaud et Bas Cap-Pelé seront des lieux de rassemblement pour écouter de la musique au bord de l’eau. Les mercredis et jeudis du 15 juillet jusqu’au 30 août vous pourrez entendre Colleen Duguay est ses musiciens; les Deuces; Chaffrail, Terry Melanson; Samuel Richard et Guy Godin; Marc Babin; Scott et Gerald Delhunty; Daniel Goguen et Bourré d’joie, Francine McClure fermera la saison à l’Église historique de Barachois le dimanche 2 septembre.

Le festival d’art en plein air Les Arts en fête ayant comme thème Les Rideaux qui encourage nos citoyens de convertir des rideaux en œuvres d’art. Cette activité aura lieu la dernière fin de semaine du mois d’août sur le terrain de l’Église historique de Barachois. On y offrira différents ateliers tels que marionnettes, tissage, vitrail, improvisation et feutrage.

En plus d’organiser les différentes activités, la Société culturelle Sud-Acadie offre un projet de mentorat dans les arts et la culture auprès de la génération montante.  Ce programme consiste à encourager et accompagner les jeunes qui démontrent un intérêt envers les arts visuels, la musique, l’écriture et le théâtre dans les quatre écoles sur le territoire.

Une invitation a également été lancée pour assister à l’assemblée générale annuelle le 15 juin à 19h à l’Église historique de Barachois.

Le Méchant party acadien promet à Dieppe

Normand A. Léger

Il y a quelques années qu’une belle brochette d’artistes s’est réunie à Dieppe pour présenter de nouvelles chansons au public et c’est exactement ce que le jeune promoteur Samuel Bourgeois veut offrir avec six des plus grands noms d’artistes acadiens, le samedi 9 juin, au Centre Arthur-J.-LeBlanc.

Production Bourgeois est une nouvelle entreprise qui veut présenter des spectacles musicaux de qualité dans le Sud-est. Le premier Méchant party acadien promet avec Hert LeBlanc, Laurie LeBlanc, Marty Belliveau, Travis Cormier, George Belliveau et Andy Bastarache.

«J’aime la musique et le monde des affaires, j’ai trouvé un moyen de jongler avec les deux avec la promotion de spectacles, a dit Samuel Bourgeois, 19 ans. J’ai reçu mon diplôme de Mathieu-Martin en juin dernier et j’étudie les affaires au Collège Oulton.»

Présenter un spectacle de la sorte est un gros risque financier et plusieurs facteurs influencent son succès. «Je pense depuis un jeune âge de travailler pour moi-même et l’âge est seulement un numéro, a ajouté l’ancien gardien des Matadors. J’ai choisi ces artistes pour plusieurs raisons, ils sont tous Acadiens et offrent de la musique avec le thème de party. Ce sont les plus gros noms dans la province dans ces genres de musique, un mélange de country et de rock.»

Selon le promoteur, la réponse des artistes a été incroyable. «Ils sont excités, il y a deux ou trois ans qu’il n’y a pas eu de show à Dieppe de ce genre. Je cherche à établir une base de spectateurs-admirateurs de cette musique. Je vise aussi à organiser deux ou trois autres spectacles dans la prochaine année. Il y a un risque de présenter le spectacle extérieur en raison de la météo inconnue, mais les gens y vont à travers le monde. On va lancer la saison estivale suivant un long hiver froid et de neige. Les gens sont prêts à écouter de la bonne musique.»

La soirée débutera vers 18h et chaque artiste performera environ une heure. Il y aura plusieurs services sur le terrain avec de la boisson, des marchands de nourriture, toilettes et autre. Une section VIP est disponible, une autre avec boisson et une sans boisson. Les gens pourront apporter leur chaise dans cette dernière section.

Pour le populaire artiste décoré, Laurie LeBlanc, il va présenter son nouveau spectacle Couleurs pour la première fois. «La foule peut s’attendre à mes nouvelles pièces de l’album Couleurs tels que Country Regga et Déconnecter pour Connecter, a dit Laurie LeBlanc. Cette dernière est demeurée sept semaines au top du palmarès de l’ARCANB. Je vais également faire mes gros succès tels que La Pitoune et Moi itou Mojito ainsi que des surprises.»

Le rockeur Travis Cormier a bien hâte de retourner chez-lui pour un spectacle. «C’est mon premier show au Nouveau-Brunswick cette année et j’ai très hâte, a dit Travis Cormier, qui a fait la première de Bon Jovi la semaine dernière au Centre Bell de Montréal. Cela fait toujours du bien de retourner dans mon coin, où tout a commencé. Ce spectacle à Dieppe va être une soirée très spéciale parce que je vais aussi jouer avec mon ancien groupe du secondaire, les gars avec qui j’ai commencé mon premier band quand j’avais 14 ans.»

Cormier et le groupe Skyne a présenté plusieurs spectacles à l’école Mathieu-Martin. «Je vais aussi faire une nouvelle chanson de mon tout premier album qui s’en vient à l’automne. J’ai très hâte de revenir jouer avec mon ancien band et fêter avec tout le monde de par chez-nous. Cela va être une soirée de party inoubliable.»

Les billets sont en vente aux Jean Coutu de Dieppe, Shédiac et Cap-Pelé; au High-Oh, à Saint-Antoine; au Guardian, à Bouctouche; au Notre Dame Express, au Cocagne Variety, au Esso, à Memramcook, et aux Norm’s Pizza (Dieppe et Shédiac).

Samuel Bourgeois songe aussi à présenter des spectacles à la Côte magnétique, vide depuis trois ans.

Portrait de Frédérique et Kamille Quand on est en deuxième année et que l’on aime la science

Frédérique Doiron, à gauche et Kamille Doiron, à droite.  Elles sont de deux familles différentes.  (Photo : Hélène Le Pennec)

Hélène Le Pennec

À l’approche de la fin de l’année scolaire, les écoles voient leurs expositions de science se dérouler. Ainsi après l’école Sainte-Thérèse de Dieppe il y a peu, c’était au tour de l’école Anna-Malenfant d’organiser la sienne, le mercredi 16 mai dernier. Au total trente neufs projets étaient présentés par des élèves de la maternelle à la cinquième année.

Deux jeunes filles de deuxième année ont ainsi souhaité relever ce défi et présenter leur expérience devant leurs camarades, enseignants et familles. Frédérique Doiron et Kamille Doiron, respectivement dans les classes de madame Hélène et madame Pauline en deuxième année ont choisi le sujet «la paille arc en ciel», sujet que Frédérique a trouvé après des recherches effectuées sur l’internet. «Je voulais vraiment faire l’Expo-science et j’ai demandé à ma mère d’y participer, mais je voulais vraiment la faire avec Kamille. Dans les règles on devait le faire avec quelqu’un de notre classe, mais j’ai demandé à madame Hélène puis elle a dit oui pour que je travaille avec Kamille, qui n’est pas dans la même classe que moi», explique Frédérique.

«Frédérique m’a demandé de faire l’Expo-science avec elle. Ça m’intéressait, alors j’ai dit oui et on a pratiqué», rajoute Kamille. «Ça nous a pris au moins trois semaines et maintenant on est rendu à ne plus regarder notre pancarte», expliquent ensemble les deux jeunes filles. Leur projet était orienté sur la densité de l’eau. Pour cela leur question de base était de se demander si en préparant quatre pots d’eau de couleurs différentes et en prenant une paille, les couleurs allaient se mélanger en les aspirants les unes à la suite des autres. Comme elles l’expliquent, leur première prédiction était qu’en effet les couleurs passeraient au travers à chaque ajout. Après cette première partie d’expérience d’eaux colorées qui se mélangent les deux jeunes filles ont par la suite ajouté du sel (avec une quantité étudiée et dans un ordre bien précis) dans chaque pot de couleur. Ainsi pour faire en sorte que les couleurs ne se mélangent pas le sel est devenu l’ingrédient magique.

«Quand on le fait c’est vraiment important de bien brasser le sel sinon il reste au fond de l’eau et l’expérience ne fonctionne pas, faut que le sel soit à toutes les places de la couleur. Il faut aussi vraiment ajouter les couleurs avec le sel selon la quantité de sel dedans sinon les couleurs vont se mélanger si on ne respecte pas le bon ordre», dit Frédérique. Kamille toute fière nous montre ainsi que le sel change la densité de l’eau et fait en sorte que les couleurs ne se mélangent pas.

«Ce qui était vraiment le fun c’est que je ne savais pas que le sel pouvait faire ça», dit Frédérique. «Mon moment préféré ça a été quand on préparait toute notre expérience», dit Kamille. Voilà deux jeunes filles qui sont heureuses de participer à cette expérience scientifique.

Yves Laplante, directeur de l’école Anna-Malenfant, explique que «une sélection de projets a été faite en salle de classe et certains ont été choisis pour aller à l’Expo-science de l’école. On a une très belle participation à chaque année et c’est une belle occasion pour les élèves de pratiquer l’oral, la lecture et de présenter un projet, et cela éveille aussi leur curiosité.»

On félicite tous les élèves qui, comme Frédérique et Kamille, participent aux beaux projets de leur école, bravo à ces deux jeunes scientifiques en herbe!