Malgré le froid  Le 40e Carnaval de Shédiac est une réussite

Environ 80 amateurs ont participé au Tournoi familial de pêche sur glace sur la Baie de Shédiac. (Photo : Mike Thibodeau)

Environ 80 amateurs ont participé au Tournoi familial de pêche sur glace sur la Baie de Shédiac. (Photo : Mike Thibodeau)

Claire Lanteigne

La température froide n’a pas tempéré l’ardeur de la population qui a participé en grand nombre à la 40e édition du Carnaval de Shédiac, en fin de semaine. «Nous sommes très satisfaits de la participation des gens», de dire Denis LeBlanc, directeur de la Vie communautaire de la ville.

«Plus de 80 amateurs de pêche à l’éperlan ont bravé le froid sibérien (-30 avec le facteur éolien), samedi matin, pour participer au deuxième Tournoi familial de pêche sur glace sur la Baie de Shédiac. Cette année nous avons permis l’installation de tentes et des gens y sont restés plus longtemps, ajoute-t-il, de 11h à 15h pour plusieurs et ils avaient beaucoup de plaisir.»

«Plus de 200 personnes ont assisté à la Soirée spectacle en plein air avec Mixtape et aux feux de joie traditionnels. La patinoire était très belle et les gens en ont profité. Une autre activité qui a remporté un grand succès est le spectacle satellite du Festival de l’humour HubCap, une première au carnaval. Plus de 200 personnes étaient présentes et il y aura deux autres spectacles, soit le 9 février en anglais et le 15 en français. C’est certainement une activité que nous voulons garder pour les années à venir.»

Et les organisateurs sont déjà à l’œuvre pour la planification du 41e Carnaval d’hiver de Shédiac.

Communauté informée… Communauté en santé…

Stress au travail

Frustration au travail, problèmes relationnels, changements organisationnels : les sources de stress au travail ne manquent pas. Déterminez ce qui vous irrite réellement pour mieux y remédier.

  1. Des exigences élevées

Dans ces temps difficiles, les organisations désirent faire plus avec moins, établissent des objectifs élevés et gèrent par urgence. Mieux gérer et organiser votre travail pourra vous aider être plus productif, mais pour vous prémunir contre l’excès de stress, il faudra être réaliste et parfois dire non.

  1. Une mauvaise organisation du travail

Dans les grandes organisations, les rôles et objectifs sont souvent flous ou contradictoires. Reconnaître ce à quoi notre travail contribue est une grande source de satisfaction qui vient réduire le stress. Incitez des discussions qui permettront de mieux clarifier votre apport à l’organisation.

  1. Le changement

Tout changement est difficile à vivre : restructuration, changement de poste, nouvelle gestion. Trois avenues s’offrent à vous : identifier comment ces transformations peuvent apporter des occasions. Par exemple, une restructuration peut ouvrir la possibilité d’un poste plus intéressant; ne pas attendre, mais devancer le changement, en allant revendiquer certaines choses; pour un changement qui nous dépasse totalement, choisir de lâcher prise, et se dire : «On verra».

  1. Le manque de contrôle

La majeure source de stress n’est pas le volume de travail mais le manque de contrôle quant aux moyens pour parvenir aux résultats. Sachez présenter des stratégies d’opération que personne ne pourra refuser.

  1. Le manque de soutien social

Les échanges et le soutien de la gestion et entre collègues sont parmi les plus forts protecteurs contre le stress. Avec vos collègues, regroupez-vous autour d’un objectif commun.

  1. Des relations difficiles

Une lourdeur s’installe lorsque l’ambiance de travail est dégradée, que les contacts humains sont toxiques, qu’on ressent du harcèlement, ou que les relations avec la gestion sont difficiles. Le négativisme est contagieux. Il est important de savoir s’en préserver. Mieux encore, devenez un agent de changement par votre dynamisme.

  1. La frustration

La frustration provient de la disparité entre les efforts investis et la récompense. Cette récompense va au-delà du salaire et couvre la reconnaissance, le sentiment d’équité et la fierté d’appartenir à un groupe.

Entre les évaluations annuelles, ne vous gênez pas de demander des signes d’appréciation : «Vous m’en demandez beaucoup, je voudrais savoir ce que vous pensez de mon travail.»

Il ne faut pas s’installer dans un rythme accéléré sans le faire savoir à ses supérieurs, sinon, l’anormal deviendra l’ordinaire. Il faudra alors apprendre à dire non. «Je ne resterai pas ce soir… Je ne pourrai pas faire tout ça à la fois.»

  1. Le déséquilibre entre vie privée et vie professionnelle

Les gens font passer leur vie professionnelle avant leur vie personnelle. Or, le loisir est un grand réducteur du stress. Le plaisir est source d’énergie, entourez-vous des gens que vous aimez et pratiquez votre activité préférée, cela vous donnera l’énergie pour le lendemain. (Source : energievie.ca)

Cossé qu’a radote Delphine…

Par chance que j’ne m’avais pas rasé le poil dés jambes, pendant l’frette glaciale du samedi qui vient juste de pâsser… Tôt l’matin, juste avant la levée du soleil… J’ai rouvert la porte du salon, qu’lés pentures en grinchions, pour laisser sortir mon Saint-Bernard agité – – qu’avait t’un tarrible besin, d’âller toute suite; faire son pilot d’crottes, dehôrs. V’là qu’l’effaré Vent du Nôrd a v’nu «bargé in», dans l’entrée; en m’enfonçant sa denture sibérienne, en travers d’la peau de chaque cap de genou! Qu’la fourrure d’més gambettes avons viré z’en cristaux; pis s’avons mis z’à câsser pis z’à carillonner (<<Ting-Ting-Ting>>) contre le plancher d’bois franc!

J’étais sensée d’m’habiller; pis d’âller prendre t’une marche, dans «l’Downtown Shediac», avec ma «best friend» la Vieille Gibraille! Le but: s’aventurer faire t’une p’tite «grocery» à la coopérative, parce que j’avions l’intention de voulouaire pré- parer du bon «Divinity Fudge» (pour amener t’au «Tea Party», chez la belle Azile à Michel à «Bill» Machecoui, dans l’temps qu’nous nous amusons tous à «cheaté» t’aux cartes ou t’au jeu de 200’s). Ouaye! Sans «corn syrup»; sans blancs d’œufs; pis sans «pecans»… S’allait prendre ctés ingrédients là, afin de réussir la recette! Au lieu de s’acheminer à pied, j’avons tous deux «agree-yé» de câllé le service d’un «TAXI»… Qu’y m’ramâsse che-nous «first»; pis j’irons ensuite «pické-up» ma complice!

Quand j’avons z’arrivé à notre destinée, en débarquons du «cab»… Coumment frette qui faisait!?! Nos haleines z’en fumions aussi épais que «l’exhaust» du véhicule! «Anyway»! J’avons «rushé in» dans l’magasin, à s’faire «greeté» par l’innocent de Vieux Zachaire à Blair qui s’lamentait coumment frette de canârd qui faisait z’à l’extérieur… Mêshoummes! Qu’sés hémorroïdes en étions agacées (à mon opinion: qu’était juste «a bit too much», à voulouaire nous partager son malaise); qui «feelions» gonflées, aussi volumineux qu’dés pamplemousses! Cé icitte que je me suis excusée poliment; qu’j’ai crampougné vite le bras à la Vieille Gibraille pis qu’j’l’ai dragué vers l’allée du produit de sucre blanc!

J’vous dirai pas tchelles dés gracieuses belles «cashiers» d’la coopérative qui va «crashé» t’au «Tea Party»? Surtout quand qu’à l’a su qu’y’allait aouaire du «fudge» blanc, coumme péchés mignons; à avaler tout rond pis à laisser fondre lentement («Mmm») contre la langue. Ya! Qu’à l’allait fournir dés «homemade brownies»; pis p’t’être tcheques sacs de chips avec soit du «onion» ou du «garlic dip»! Ej pense pas qu’Azile va «mindé» ça, qu’une visiteuse inattendue se montre la face avec du dessert… Surtout qu’Azile, qu’a t’une faiblesse pour dés «brownies»; avec d’la «dark chocolate frosting» épaisse pis «sprinklé» d’sus «l’top» avec dés p’tits brins d’noix hachées!

La Vieille Gibraille pis moi avons préparé quatre douzaines de grous morceaux «d’fudge». Exceptez, pour dés raisons expérimentales pis inexplicables ou tentez par la gourmandise – – nous nous sommes obligées d’en manger «half» d’la «batch». Ouaye! «Just in case», qu’y’arait y’eu (Ha-Ha-Ha) d’quoi «d’wrong» avec le goût!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

N.B. Aujourd’hui même, le 7 février, cé la «birthday» à Gérard à Gabriel Landry, ancien p’tit barbier de Shédiac – – ouaye, qui célèbre le seuil de son 4ième âge!

D’la Pantry à la Belle Delphine

J’sus sus z’une «kick» à manger dés salades aux légumes pis avec dés tranches d’œufs bouillis dures. J’aime à explorer préparer més propres vinaigrettes. Pis la recette de cte s’maine est t’une délicieuse vinaigrette t’aux tomates séchées,que voici :

Vinaigrette t’aux tomates séchées

– 1/3 cuppée de pesto aux tomates séchées…

– 1/3 cuppée de persil frais, haché..

– 1/3 cuppée de jus de tomate…

– 3 tchuillèrées à table de vinaigre de vin rouge…

Flaquer t’utes lés ingrédients dans z’un «blender» électrique; pis «whirré» le tout («whirr-whirr») jusqu’à ce qu’ça soit lisse. Conserver dans un contenant en plastique ou en verre, dans le «fridge», pour pas plus qu’une s’maine. MMMMMMMMM! YUM-YUM!

Delphine B.B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute

Hen-Henri à P’tit Boute

Pour lés prochains mois à venir, je ne serai pu disponible à écrire més chroniques de S’lon l’Bedeau, dans la gazette du Moniteur Acadien. Coumme étant le Chef Élu de l’Union Canadienne dés Bedeaux d’Églises Inc., ej dois m’absenter pour voyager en travers du pays, de l’Atlantique jusqu’au Pacifique, afin de rencontrer pis d’écouter aux revendications dés membres de l’alliance. D’asseyer d’régler le problème d’abus de nos «cranky bosses»; pis le temps est v’nu itout, en solidarité, à négocier à nous bailler z’une «pay raise» bin méritée pis non y’une de coup d’botte t’au derriére! Coumme vous pouvez cons-tater, ej vais être pas mal «busy»!

Cé l’flânant de Traîne Botte «Joe» à «Fred» à «Come On Bill» Péllerin qui va prendre la relève ou qui va s’occuper dés besognes ou de l’entretient dés «buildings» pis dés terrains d’la Parouaisse! J’ai bin beau asseyé d’y espliquer, une fois qu’une fosse dans l’Cimetchére Catholique est finie d’creuser – – faut descendre le cercueil à l’horizontal pis non à la vertical avec le défunt pointant sa tête vers en bas… Ça; ça sera pas mon problème! Ça s’ra t’au tchûré à s’assurer qu’la «job» soit bin faite! En plusse, «Joe» faudra qui s’apprenne à se sarvir du «lawn mower»; pis non prêter tcheques vaches de la «Farm» dés Boudreau, afin d’aïder avec le «up-keep» ou le «trimming» du gazon, entre lés rangées de pierres tombales du parc à môrts!

«Anyway», ma chère «Betty» d’la «Happy Valley» ne va pas paqueter sa valise pour me suivre à parcourir chaque province. Elle s’a décidé de rester t’au Village dés Roseaux, afin que notre fils Bosko puisse finir son année scolaire. Pis que   lés triplets puissent «s’enjoyé» avec leux amis à la Maternelle! Avec la technologie avancée d’aujourd’hui, ej serai capable de garder contact avec ma famille, par vidéo de d’sus «l’computer». D’leux «wavé Hi» pis pleins «d’LOVE YOU»!

De temps z’en temps, ej «dropperai a line» t’au Moniteur – – ouaye, pour vous laissez saouaire comment que j’m’arrange… J’vais m’ennuyer d’vous z’autres!

Merci, à vous tous : més lecteurs/lectrices, pour votre support pis d’m’aouaire «cheeré on»!

EIN! Qu’la Vie est Belle!

Hen-Henri à P’tit Boute

Bedeau d’Église

Les Patriotes de Louis-J.-Robichaud champions à Kentville

Les Patriotes de Louis-J.-Robichaud ont remporté les honneurs d’un deuxième tournoi de hockey gars cette saison, celui de Kentville en fin de semaine.

Les Patriotes de Louis-J.-Robichaud ont remporté les honneurs d’un deuxième tournoi de hockey gars cette saison, celui de Kentville en fin de semaine.

Normand A. Léger

Les Patriotes de Louis- J.-Robichaud ont remporté un deuxième tournoi de hoc-key masculin cette saison, la 13e édition du Art Lightfoot commémoratif de Kentville, en Nouvelle-Écosse, avec un gain de 4 à 2, sur les Cavaliers de Cole Harbour en partie de championnat, dimanche.

Maxime Boudreau, Samuel Gallant, Marc Thibodeau et Alexandre LeBlanc ont trouvé le fond du filet pour offrir le championnat à leur formation dans la rencontre qui a été chaudement disputée.

Les Patriotes avaient éliminé l’équipe de l’école Northeast King Eastern Centre (NKEC), à Canning, 4 à 2, en demi-finale samedi soir, grâce aux filets de Justin LeBlanc, Maxime Boudreau, Félix LeBlanc et Jason Gallant.

En ronde préliminaire, les Patriotes ont battu les Highlanders de McNaughton 5 à 0, Cole Harbour, 5 à 2, l’équipe locale de Northeast King Eastern Centre, 5 à 3 et les Wolverines de West King, 7 à 4. Ils ont disputé trois rencontres samedi, la tempête de vendredi ayant forcé les organisateurs à revoir l’horaire.

«La finale a été très serrée avec souvent un seul but qui séparait les deux équipes, a dit l’entraineur Shane Doiron. Il y a eu peu de punitions et le jeu était rapide d’un bout à l’autre. La fin de semaine a été un vrai travail d’équipe, nos deux gardiens ont chacun remporté trois victoires. C’est notre dernier avant les séries et on voulait s’en servir pour bien se préparer. Notre mandat était que chacun accepte son rôle et de mettre la machine en place.» Les joueurs étaient quand même fatigués avec deux parties, vendredi et trois, samedi, avec peu de temps entre chacune. Ils se sont vidés.

«C’est un bon feeling d’avoir eu remporté ce tournoi, a ajouté le gardien Alexandre Gould. Tout le monde a joué son rôle et on n’a pas eu à dépenser de l’énergie à rien. Les trois parties de samedi ont été épuisantes, mais on a bien joué. J’étais un peu nerveux lors de la finale, il y avait de la pression, mais avec l’aide de mes coéqui-piers, qui ont bloqué des lancers et qui s’occupaient des retours, nous avons bien joué et fini avec la victoire.»

Les Highlanders de McNaughton étaient aussi présents, ayant perdu trois rencontres, 5 à 3, contre Kings West, 5 à 1, contre Cole Harbour et 5 à 0, contre L.-J.-R. et faisant match nul, 3 à 3, avec NKEC en ronde préliminaire. Ils n’ont pas avancé en ronde éliminatoire.

Les Patriotes reprennent l’horaire de Ligue Moncton Car Guys de la conférence de l’Est cette semaine en accueillant les Purple Knights de Moncton, jeudi à 19h45 à l’aréna Festival de Shédiac.

Anthony Cormier-Losier établi un record provincial au 400 m

Anthony Cormier-Losier lors de la course du 400m, où il a établi un record provincial.

Anthony Cormier-Losier lors de la course du 400m, où il a établi un record provincial.

(N.A.L.) – Le patineur Anthony Cormier-Losier, de Moncton, s’est mérité le bronze suivant ses courses au Championnat de patinage de vitesse de l’Atlantique, tenu en fin de semaine au Centre Arthur-J.-LeBlanc.

Il a établi un record provincial avec un temps de 37,5s (37,7-ancien) au 400 m et a terminé premier dans ses trois autres courses. «La fin de semaine a été excitante pour moi, a dit Cormier-Losier. J’ai presqu’établi des records au 1500 m et au 200 m aussi. Ces performances m’ont donné confiance pour le 400 m.»

Il a pris part aux préliminaires et aux finales du 1500 m, 200 m et 400 m et à la finale du 3000 m. «J’ai tombé en qualification du 400 m et j’ai participé à la seconde finale, donc cela m’a privé de points au classement et de l’or pour la compétition. Mes temps vont me placer dans un classement plus élevé au départ des courses du Championnat de l’Est du Canada, à Lévis (Québec), en mars, a-t-il ajouté. Je suis bien heureux de mes résultats, sauf ma chute. Mais cela arrive.»

La force du jeune athlète est son départ. Il peut prendre le dessus des autres participants et son premier tour est rapide. Il a patiné avec les clubs de Caraquet, Campbellton, de Dieppe et maintenant, il s’entraine à Fredericton. Il sera à une compétition à Trois-Rivières, plus tard ce mois-ci. Il est aussi athlète en athlétisme, l’été. Il fréquente l’école L’Odyssée.

Nicholas Maillet, de Dieppe, Luc LeBlanc, de Shédiac et Véronique LeBlanc, de Memramcook, ont aussi participé à ce championnat de la fin de semaine dans la catégorie des olympiques spéciaux, avec d’autres jeunes. LeBlanc a fini 2e du 500 m et du 300 m, 3e du 200 m et sixième du 700 m. Jonathan Henry a eu trois quatrièmes positions et une deuxième et Nicholas Maillet, trois premières et une troisième. Luc LeBlanc, de Shédiac, a récolté deux deuxièmes, une troisième et une quatrième positions. Alex Richard était premier, deuxième, quatrième et cinquième et David Bourgeois, deux quatrièmes, une troisième et une deuxième.

Annie-Pier Gauthier a fini deuxième à trois reprises et quatrième une fois; Janelle Comeau a deux premières, un troisième et une huitième position; Emma LeBlanc, une première, quatrième, cinquième et deuxième; Philippe Robitaille, deux premières, une troisième et une quatrième; Luc Morais, trois premières et une sixième; Théo Parent, deux troisièmes, une première et une quatrième et Zaya Boudreau, deux quatrièmes, une troisième et une deuxième. Ils sont membres du Club Codiac Cyclones et s’entrainent à Dieppe.