Les membres de Bâton Atlantik se distinguent à la Coupe Blizzard

 Plusieurs membres du Club de Bâton sportif Atlantik se sont distinguées, samedi, lors de la compétition Coupe Blizzard, qui s’est tenue à l’école L’Odyssée de Moncton. Celles qui ont eu les meilleures performances sont, de gauche à droite, en avant : Mireille LeBlanc, Chloé Smith, Sophie Babineau, Alexie Richard, Brianna Middleton, Hailey LeBlanc, Samara Savoie, Clara Stanert et Mylène Bastarache. Arrière : Isabelle LeBlanc, Katrine Bourgeois, Ashley Surette, Leanne Plewes, Isabel Doiron, Julie Allain, Grace Farley, Isabella Bourgeois, Emma Devarenne, Chloé Caissie et Brenda Arsenault LeBlanc (entraineure). (Photo : Gracieuseté)  

Plusieurs membres du Club de Bâton sportif Atlantik se sont distinguées, samedi, lors de la compétition Coupe Blizzard, qui s’est tenue à l’école L’Odyssée de Moncton. Celles qui ont eu les meilleures performances sont, de gauche à droite, en avant : Mireille LeBlanc, Chloé Smith, Sophie Babineau, Alexie Richard, Brianna Middleton, Hailey LeBlanc, Samara Savoie, Clara Stanert et Mylène Bastarache. Arrière : Isabelle LeBlanc, Katrine Bourgeois, Ashley Surette, Leanne Plewes, Isabel Doiron, Julie Allain, Grace Farley, Isabella Bourgeois, Emma Devarenne, Chloé Caissie et Brenda Arsenault LeBlanc (entraineure). (Photo : Gracieuseté)

(N.A.L.) – Plusieurs membres du Club de Bâton sportif Atlantic se sont distinguées, samedi, lors de la compétition Coupe Blizzard, qui s’est tenue à l’école L’Odyssée.

Sous la direction de Brenda Arsenault LeBlanc, les jeunes se sont présentés devant des juges pour faire évaluer leurs performances en solo, duo, deux et trois bâtons et danse. Dans la catégorie medley, Mireille LeBlanc est 1re au 12-14 C; Chloé Caissie 1re, Emma Devarenne, 2e et Samara Savoie, 3e au 12-14 BN; Ashley Surette 1re et Grace Farley, 2e au 15-17 BN; Katrine Bourgeois 2e au 12-14 BI; Isabel Doiron 1re et Isabella Bourgeois, 3e au 15-17 BI; Leanne Plewes 1re au 18+ BI; Brianna Middleton 1re, Alexie Richard 2e et Mylène Bastarache, 3e au 15-17 A et Julie Allain 1re au 18+ A.

Katrine Bourgeois est 1re et Mireille LeBlanc, 2e en solo 12-14 BN; Ashley Surette 1re et Grace Farley, 1re en 15-17 BN; Chloé Caissie 2e en 12-14 BI; Alexie Richard 1re et Chloé Smith, 2e en 15-17 BI; Leanne Plewes 1re 18+ BI; Brianna Middleton 1re et Mylène Bastarache, 2e au 12-14 A et Julie Allain 1re en 18+ A. Dans la division duo, Mireille LeBlanc et Samara Savoie sont 1ères en junior C; Chloé Caissie et Katrine Bourgeois 1re et Clara Stanert et Hailey LeBlanc, 2e en junior BN; Ashley Surette et Chloé Smith 1ères et Grace Farley et Isabelle LeBlanc, 2e en senior BN.

Aux 2-bâtons, Emma Devarenne est 2e 12-14 C; Samara Savoie 1re, Mireille LeBlanc, 2e et Hailey LeBlanc, 3e 12-14 BN; Isabella Bourgeois 1re, Grace Farley, 2e et Isabelle LeBlanc, 3e 15-17 BN; Leanne Plewes 1re au 18+ BN; Katrine Bourgeois 1re et Chloé Caissie, 2e 12-14 Bl; Alexie Richard 1re et Chloé Smith, 2e 15-17 BI; Brianna Middleton 1re et Mylène Bastarache, 2e 15-17 A et Julie Allain 1re 18+ A. Aux 3-bâtons, Katrine Bourgeois a fini 1re 12-14 C; Leanne Plewes 1re 18+ BN; Alexie Richard 1re, Chloé Smith, 2e et Ashley Surette, 3e 15-17 BI; Julie Allain 1re 18+ BI et Brianna Middleton 1re et Mylène Bastarache, 2e 15-17 A.

Les meilleures en danse solo ont été Katrine Bourgeois 2e et Chloé Caissie, 3e 12-14 BN; Ashley Surette 1re, Isabelle LeBlanc, 2eet Grace Farley, 3e en 15-17 BN; Leanne Plewes 1re en 18+ BN; Isabel Doiron 1re, Isabella Bourgeois, 2e et Chloé Smith, 3e en 15-17 BI; Brianna Middleton 1re, Mylène Bastarache, 2e et Alexie Richard, 3e en 15-17 A et Julie Allain, 1re 18+ A.

Dans les mouvements imposés, Sophie Babineau a terminé 1re juvénile C; Emma Devarenne 1re junior C et Isabel Doiron, senior B. Alexie Richard et Isabel Doiron étaient des paires senior B et Brianna Middlleton et Mylène Bastarache 1res des paires junior A. Dans les compétitions style libre, Clara Stanert est 1re juvénile B; Chloé Caissie 1re, Katrine Bourgeois, 2e et Hailey Le-Blanc, 3een junior B; Alexie Richard 1re et Chloé Smith, 2e en senior B; Leanne Plewes 1re en collegiate B; Brianna Middleton 1re et Mylène Bastarache, 2e en junior A et Julie Allain 1re en senior A.

Les meilleures de la Coupe Ultimate étaient Clara Stanert 1re et Hailey LeBlanc, 2e junior B; Alexie Richard 1re, Chloé Smith, 2e et Isabella Bourgeois, 3e senior B et Brianna Middleton 1re, Mylène Bastarache, 2e et Julie Allain, 3e senior A. Les compétitions des Coupes Blizzard ont été intéressantes. Hailey LeBlanc 1re et Sophie Babi- neau, 2e au niveau junior BN; Katrine Bourgeois 1re, Grace Farley, 2e et Samara Savoie, 3e senior BN; Alexie Richard 1re, Chloé Smith, 2e et Isabella Bourgeois, 3e senior BL; Brianna Middleton 1re, Mylène Bastarache, 2e et Julie Allain, 3e senior A.

Chez les athlètes, catégorie pré-compétitive, niveau I 4-10 ans, Valika Allain est 1re, Madeleine Blanchard, 2e et Laura Jane Francis, 3e. Au niveau I 11+, Véronique Lagacé est 1re, Chloé Ri-chard, 2e et Emilie Paradis, 3e. Au niveau II, Caileigh Fagan est 1re, Karissa Jardine, 2e et Emmy Dolan, 3e. En équipe de danse et bâton senior B, Let it Snow – la formation de Grace Farley, Ashley Surette et Chloé Smith a pris l’or.

Lors de la prochaine élection municipale Gilles Brine briguera la mairie de Shédiac

Gilles Brine

Gilles Brine

Claire Lanteigne

Conseiller municipal de Shédiac depuis mai 2016, Gilles Brine va briguer la mairie de Shédiac lors de la prochaine élection municipale. La prochaine élection devrait avoir lieu en mai 2020, mais pourrait avoir lieu en 2018.

Le maire actuel, Jacques LeBlanc est le candidat libéral de la circonscription Shédiac-Beaubassin-Cap-Pelé, depuis l’investiture samedi dernier. Il a choisi de demeurer maire jusqu’à l’élection. S’il est élu lors de l’élection provinciale du 24 septembre prochain, une élection complémentaire pourrait avoir lieu en 2018.

«Je suis intéressé à la mairie, de dire M. Brine, et c’est pour servir nos citoyens et citoyennes, pas pour moi-même. Je le fais actuellement en redonnant mon salaire de conseiller aux organismes dans le besoin dans notre région. Et je suis très heureux de pouvoir le faire. Un des dons dont je suis particulièrement fier est que pour la deuxième année de suite, j’ai fourni les sacs de patates pour les boîtes de Noël du Vestiaire Saint-Joseph.

«Je suis certain de pouvoir faire une différence, car étant à la retraite, je peux servir à temps plein. Élu conseiller municipal sous le thème nouvelle énergie, nouvelles idées, Je veux continuer à faire progresser notre belle communauté. Je crois aussi en une croissance économique solide pour Shédiac et en même temps, il faut s’assurer d’avoir les infrastructures nécessaires pour attirer les jeunes familles et aider les aînés à avoir une vie agréable.

«Les gens savent que j’aime bien aller dans le sud l’hiver avec mon épouse Ginette, poursuit-il, mais je peux servir à temps plein. Je vais choisir d’être plus présent, comme je le ferai pour la réu-nion mensuelle du conseil en février. Je vais prendre un vol du Sud à destination de Shédiac pour participer à la réunion, afin d’assurer que le dossier du Centre de ressources et de crises familiales Beauséjour aille de l’avant. C’est un dossier qui me tient à cœur.»

Diplômé de l’Université de Moncton en Administration des affaires, Gilles Brine a pris sa retraite après une carrière de 28 années dans l’industrie du pétrole.

  1. Brine est très actif dans la communauté. Il est actuellement un directeur du Centre de ressources et de crises familiales Beauséjour, ancien directeur du Conseil paroissial, membre des Chevaliers de Colomb et ancien trésorier, membre du 4e degré des Chevaliers de Colomb et directeur de la Fondation LJR. Il a occupé différentes fonctions au sein du Festival du homard, de Centre-ville Shédiac et a été très engagé avec le Club Rotary pendant plus de 25 ans, dont quelques-uns en tant que président.

Comme conseiller, il siège sur les comités internes : Affiche collective et Paysage linguistique, Festival d’automne et Carnaval d’hiver et Mur de la renommée. Il représente la ville sur les comités externes : Association Hockey mineur et Ringuette, Club de Pickleball de Shédiac et Jardin Communautaire Shédiac et banlieues.

Le couple Brine a deux enfants : Janel et Rémi (Stéphanie Kelly) et un petit-fils Xavier.

Très bonne année financière à la Ville de Shédiac en 2017

Gérard Lessard

Selon le directeur des finances de la Ville de Shédiac, Réjean Godin, les membres du conseil ont très bien géré les finances de la ville en 2017.

Les permis de construction ont atteint la somme de 14,6 millions $ ce qui est considéré une très bonne année pour Shédiac.

Le maire Jacques LeBlanc a tenu à féliciter les employés municipaux pour tout leur travail et l’entretien des rues et des sentiers de la municipalité.

Le maire invite les citoyens et citoyennes de Shédiac à participer au Carnaval d’hiver qui se déroulera du 31 janvier au 4 février

Le maire Jacques LeBlanc a été choisi candidat pour le parti libéral pour la prochaine élection provinciale qui se tiendra en septembre 2018. Entre-temps, il restera maire de la Ville de Shédiac comme lui permet la loi jusqu’au jour de l’élection. Il a tenu à dire que ça été un privilège de servir les citoyens et citoyennes de la Ville de Shédiac et qu’il veut maintenant mettre son enthousiasme et son énergie au service des gens de la circonscription de Shédiac-Beaubassin-Cap-Pelé.

Élèves internationaux 2018-2019  Familles recherchées dans plusieurs communautés

Raja de l’Allemagne (au centre à l’arrière) à son arrivée à l’aéroport en septembre, avec la famille Després de Cocagne, Charles, Céline et Lise.

Raja de l’Allemagne (au centre à l’arrière) à son arrivée à l’aéroport en septembre, avec la famille Després de Cocagne, Charles, Céline et Lise.

La famille Després de Cocagne attendait avec impatience l’arrivée de Marlene de l’Autriche, dimanche dernier, qui fréquentera l’école Clément-Cormier à Bouctouche au deuxième semestre. C’est leur deuxième expérience avec le Programme des élèves internationaux géré par Place aux compétences cette année. Pour 12 semaines de septembre à novembre, Lise et Charles Després et leur fille Céline ont ouvert leur foyer et leurs cœurs à Raja de l’Allemagne.

«C’était vraiment une belle expérience. Nous avons même recommandé le programme à plusieurs amis, et à tous ceux qui se demandent comment ça s’est passé. On a hâte d’aller chercher Marlene à l’aéroport dimanche. Ça ne sera pas la même expérience qu’avec Raja, mais c’est excitant de pouvoir partager notre vie, nos activités et la culture acadienne avec elle aussi», partage Lise Després. Marlene sera avec eux jusqu’à la fin juin.

La famille est en contact avec Raja presque tous les jours depuis son départ. «C’est comme si elle fait toujours partie de la famille. Elle est juste restée trois mois, mais elle est comme une sœur pour Céline. C’est comme une fille qu’on a adoptée», ajoute son mari, Charles.

Un total de 60 élèves participe à ce programme dans plusieurs écoles francophones du Nouveau-Brunswick cette année, soit 14 de plus que l’an dernier. D’ici la fin janvier, neuf jeunes provenant de l’Autriche, de l’Allemagne, de la Belgique, de l’Italie et du Mexique arriveront au Nouveau-Brunswick pour le 2e semestre afin d’apprendre ou améliorer leur français.

«Vu la popularité accrue du Canada comme destination d’études à l’étranger, le nombre d’élèves qui choisissent notre programme augmente significativement d’année en année. Notre besoin de familles pour les accueillir grandit également », explique Suzanne Gagnon, la directrice du programme.

Besoin de familles dans différentes communautés

En plus de la région Moncton-Dieppe, les coordonnateurs et les coordonnatrices pour les communautés de Cocagne, Bouctouche, Shédiac, ainsi que Fredericton, Grand-Sault, Edmundston, Campbellton, Dalhousie, Bathurst, Caraquet, Shippagan et Tracadie sont également en pleine campagne de recrutement pour de nouvelles familles pour l’année scolaire 2018-2019.

«Nos familles sont le pivot, le pilier, si vous voulez, de l’expérience canadienne pour ces jeunes. Nous avons plusieurs familles qui accueillent des jeunes plus qu’une fois, et souvent, leurs amis et leurs proches décident d’embarquer également. Pour moi, ça confirme que l’expérience est positive et enrichissante», ajoute la directrice du Programme, Suzanne Gagnon.

Les élèves et les familles sont accompagnés tout au long du séjour par des coordonnateurs dans chaque région. Il y a également des services d’intégration et de tutorat pour appuyer les élèves. Le programme octroie 725$ par mois aux familles pour couvrir les frais d’hébergement. Cette expérience n’est pas limitée aux familles avec des enfants ou des adolescents. Tous les profils de familles sont considérés, incluant les familles monoparentales et LGBTQ2, les personnes seules ou à la retraite.

Pour plus de détails : visitez le site Web www.nbfr.ca, sous l’onglet «Familles».

EDITORIAL

Alcide F. LeBlanc

Alcide F. LeBlanc

Que signifient virus sociaux?

Tout récemment, à l’Université du Nouveau-Brunswick et à l’Université Saint-Thomas, à Fredericton, on a pu voir, avec regret et honte, des affiches osant prôner que la race blanche est supérieure à toutes les autres. Heureusement, les autorités universitaires ont rapidement agi en les faisant disparaitre. Par la suite, elles ont procédé à une enquête sérieuse. Souhaitons que les coupables soient bientôt découverts et traduits en justice.

Naturellement, le racisme fait partie intégrante de la grande famille des virus sociaux et en est le pire élément. D’abord et avant tout, le racisme est une fausse conception de la nature humaine. Les personnes, qui en sont malheureusement affectées et infectées, pensent et soutiennent qu’il existe des races supérieures, intermédiaires et inférieures. Le raciste blanc affirmera, sans l’appui d’aucune base scientifique, que parmi les quatre races, la race blanche est supérieure à la rouge, soit les Autochtones; à la race jaune, les Asiatiques ou à la race noire. Le racisme est condamnable, répugnant, pernicieux et criminel.

Un deuxième virus est celui de la discrimination se définissant comme un traitement injuste envers les personnes ayant un handicap quelconque, qui parle une autre langue que la sienne, le sexe, le statut social, l’orientation sexuelle, l’origine ethnique, etc. Évidemment, il y a de nombreux autres virus sociaux comme la menace, l’intimidation, les préjugés, la haine, la violence, le mensonge, la misogynie. La menace consiste à causer chez la victime la peur pour qu’elle agisse selon la volonté du bourreau qui lui révèle la conséquence en cas de refus tandis que par l’intimidation le bourreau camoufle la conséquence ce qui crée automatiquement une plus grande peur et un plus grand pouvoir. Qu’en est-il de la misogynie? L’homme qui n’aime pas les femmes, qui les méprise, qui ne les respecte pas, est carrément misogyne.

L’objectif poursuivi par la personne utilisant les virus sociaux est clair. Elle le fait pour exercer un pouvoir dominateur sur l’autre. Quand elle s’oppose à l’accueil des Mexicains, des Arabes, des Musulmans, des Noirs, des Autochtones, elle met en pratique l’ensemble des virus sociaux! À l’instant, on pense à DT!

Ce qui se passe actuellement aux États-Unis, au Canada, au Nouveau-Brunswick, au Québec et ailleurs sur la planète, il y a de quoi s’inquiéter car les virus sociaux ont causé bien des malheurs comme la déportation du peuple acadien, l’esclavage des Noirs, l’holocauste de nos sœurs et de nos frères Juifs, le génocide en Rwanda, les guerres, la famine, etc. On ne peut donc pas se taire!

Alcide F. LeBlanc

Jacques LeBlanc choisi candidat libéral dans Shédiac-Beaubassin-Cap-Pelé

Jacques LeBlanc

Jacques LeBlanc

L’Association libérale du Nouveau-Brunswick (ALNB) a tenu, samedi après-midi, un congrès d’investiture en vue des élections provinciales du 24 septembre 2018. Jacques LeBlanc a été choisi candidat libéral pour la circonscription de Shédiac-Beaubassin-Cap-Pelé sans opposition.

Le premier ministre Brian Gallant a assisté au congrès d’investiture et a salué l’engagement communautaire de Jacques LeBlanc dans la circonscription. «Jacques LeBlanc est un excellent chef de file dans la communauté et il continuera de mettre ses efforts sur la croissance de l’économie, le renforcement de l’éducation et l’amélioration des soins de santé pour les gens de Shédiac-Beaubassin-Cap-Pelé», a indiqué   Brian Gallant.

Jacques LeBlanc est présentement maire de Shédiac, un poste qu’il occupe depuis plus de 10 ans.   Au cours de son mandat en tant que maire de la Ville de Shédiac, il s’est impliqué dans plusieurs causes et auprès de plusieurs organismes dont la Commission des services régionaux Sud-Est (CSRSE) au sein de laquelle il a représenté la Ville de Shédiac et en agissant en tant que vice-président et président de l’organisme de 2013 à 2015. L’engagement de Jacques LeBlanc sur la scène régionale se fait également sentir auprès de grandes causes tels que le Relais pour la vie, l’Arbre de l’espoir, le Centre de ressources et de crises familiales Beauséjour et plusieurs autres campagnes de financement dans les différentes communautés régionales.

En 1986, Jacques LeBlanc a obtenu un diplôme de baccalauréat en administration des affaires de l’Université de Moncton. Il est comptable pour la Villa Providence de Shédiac depuis 1992.

Jacques LeBlanc dit être honoré de recevoir l’appui incontesté de la circonscription de Shédiac-Beaubassin-Cap-Pelé. «Quand j’ai commencé mon aventure dans le monde municipal, je voulais faire une différence et contribuer à bâtir un avenir meilleur pour notre population. Je veux maintenant apporter la même contribution pour les gens de Shé-   diac-Beaubassin-Cap-Pelé sur la scène politique provinciale et poursuivre l’excellent travail qui a été accompli jusqu’à présent dans notre circonscription par notre député Victor Boudreau», souligne Jacques LeBlanc.

Horaire 2018 de l’éco-dépôt mobile

Éco360 sud-est offre un programme de dépôt mobile afin de rendre l’élimination des déchets plus accessible pour les résidents. L’éco-dépôt mobile visite chaque municipalité un minimum de trois fois par année pour une période de deux jours (mercredis et jeudis de midi à 20h). Chaque région accueille l’éco-dépôt mobile dans une communauté différente chaque mois, et voici l’horaire de notre région pour les prochains mois :

– 7 et 8 février au 54, rue de l’Aréna à Cap-Pelé (stationnement de l’aréna)

– 7 et 8 mars au 1455, route 133 à Grand-Barachois (stationnement de la Salle Grand-Barachois)

– 4 et 5 avril au 84, rue Festival à Shediac (stationnement de l’aréna)

– 9 et 10 mai au 2, rue East Main à Port Elgin (stationnement au coin de la rue East Main et du chemin Shemogue)

– 6 et 7 juin au 54, rue de l’Aréna à Cap-Pelé (stationnement de l’aréna)

– 4 et 5 juillet au 1455, route 133 à Grand-Barachois (stationnement de la Salle Grand-Barachois)

– 8 et 9 août au 84, rue Festival à Shediac (stationnement de l’aréna)

Veuillez noter que dans Beaubassin-est, la collecte se fera à nouveau dans le stationnement de la Salle Grand-Barachois, et non à l’ancienne école des Petits Travailleurs comme la dernière fois.

On demande aux résidents de trier leur charge par type de matériel pour faciliter le déchargement. Les résidents peuvent visiter n’importe quel éco-dépôt mobile pour se défaire sans frais des articles suivants uniquement (jusqu’à une charge maximale d’un camion de ½ tonne et d’une remorque utilitaire) :

– électroménagers (limite d’un article de chaque sorte par client),

– appareils électroniques,

– meubles (incluant les matelas),

– petits appareils ménagers,

– matériaux de construction, de démolition et de rénovation,

– pneus de voiture ou de camion (diamètre de 20 po ou 51 cm maximum),

– broussailles, branches et déchets de jardin,

– cendre,

– verre transparent seulement (bouteilles et pots),

– carton et papier,

– métaux,

– résidus domestiques dangereux.

Résidus domestiques dangereux

En janvier 2018, des résidents ont découvert un sac remplis de centaines de seringues sur le bord du chemin Butte-à-Napoléon dans la région de Saint-André-LeBlanc. La situation a été réglée grâce à la collaboration de diverses agences, mais il est déplorable que de telles situations se produi- sent dans notre belle communauté.

Il est primordial de protéger notre environnement et d’assurer la sécurité publique, et de tels gestes sont abso- lument inacceptables. Dans le cas des seringues, il est possible de les retourner dans un contenant pour objets tranchants à la pharmacie, aux fins d’élimination sécuritaire.

Pour tous les résidus domestiques dangereux (RDD), Éco360 Sud-Est les éliminera en toute sécurité à l’éco-dépôt mobile ou si vous les apportez au dépôt permanent situé au 100, rue Bill Slater à Berry Mills. Le dépôt RDD est ouvert pendant les heures d’opération régulières et est gratuit pour les déchets des ménages privés. Veuillez consulter le guide de tri pour vois les RDD qui sont acceptés.

Pour les déchets trop grands ou encombrants comme les électroménagers, les meubles, les grands appareils électroniques, les grands jouets, etc. ne peuvent pas faire partie des déchets ordinaires. Vous pouvez les apporter à l’éco-dépôt mobile ou à l’installation pour déchets solides Eco360 Sud-Est pour un coût raisonnable. Sinon, vous pouvez les mettre au bord de la rue lors des collectes spéciales.

Pour les déchets de construction et de démolition, ils doivent être bien triés et apportés à l’éco-dépôt mobile ou au site sécurisé de construction et de démolition à des tarifs de déversement réduits. Ces déchets peuvent notamment comprendre les matériaux suivants : bardeaux d’asphalte, plaque de plâtre (Gyproc) et cloisons sèches, fenêtres, béton et briques, toilettes et appareils de plomberie.

Si vous souhaitez obtenir plus d’information, n’hésitez pas à communiquer au 877-1050 ou à visiter le site eco360.ca.

Beaubassin-est a un nouveau Formulaire de demande de subvention pour les organismes communautaires

     La Communauté rurale Beaubassin-est invite les organismes et groupes communautaires de la région à soumettre une demande pour recevoir une contribution financière. Toutefois, cette année, il faut remplir le nouveau Formulaire de demande de subvention pour être admissible à recevoir des fonds.

   Les membres du comité de Fierté communautaire et culturelle ont évalué le programme des subventions en 2017 et ils ont fait des recommandations au conseil pour effectuer quelques changements. Le conseil a adopté ces modifications dans sa Politique d’Appui aux organismes communautaires et dans le formulaire de demandes à sa réunion ordinaire du mois d’octobre. Les demandes de subvention seront étudiées selon les critères d’évaluation suivants :

– Les demandes de subvention sont faites par un organisme / groupe communautaire à but non lucratif qui dessert la population de Beaubassin-est;

– Les subventions demandées doivent contribuer à organiser des activités spécifiques de l’organisme / groupe qui auront un impact sur la communauté;

– Une priorité sera donnée aux demandes de subvention qui serviront à aider des personnes dans le besoin de la municipalité.

Les demandes de financement sont évaluées deux fois par année, les dates limites pour remettre le Formulaire de demande de subvention sont le 31 mars et le 31 octobre. En 2017, la municipalité a remis un total de 10 740$ en subventions à 26 organismes communautaires.

Remboursement de frais administratifs

Beaubassin-est rembourse aussi certains frais administratifs à ses organismes communautaires. Ces frais incluent : approbation de document, confirmation de zonage, demande de dérogation, demande de permis temporaire, demande pour similaire ou compatible, lettre de conformité et permis de construction/d’aménagement. Les organismes doivent remplir le Formulaire de demande de remboursement et fournir la preuve de paiement des frais.

Appui financier pour des compétitions sportives ou culturelles

La municipalité offre également un montant de 100$ aux citoyens de Beaubassin-est qui qualifient pour participer à des compétions sportives ou culturelles qui se tiennent à l’extérieur des provinces de l’Atlantique. Vous n’avez qu’à faire une demande écrite accompagnée d’une preuve de participation à l’événement. Toute personne sera éligible pour un seul appui financier.

Les formulaires nécessaires pour ces programmes sont disponibles au bureau de Beaubassin-est situé au 1709, route 133 à Grand-Barachois, ou sur le site Internet de la municipalité à www.beaubassin est.ca. Pour plus de renseignements, composez le 532-0730.

Maurice Henri présente Aquarelles sous la pluie à la Galerie Assomption

mhexpose

   La Galerie Assomption accueille pour la deuxième fois, en janvier et février, une exposition de Maurice Henri, Aquarelles sous la pluie. Ce photographe de renommée internationale y présente une collection de 12 photographies en couleurs.

«Mon appareil photo est ma voix. Je tente d’harmoniser l’interaction entre la lumière et l’ombre», affirme Maurice Henri. C’est ainsi que Aquarelles sous la pluie présente une multitude de sujets sous la pluie, dans des couleurs variées. Ses photographies traduisent ce que lui inspire la pluie, ce qui lui permet de créer des photographies graphiques, grâce aux couleurs réfléchissantes que fait miroiter le temps pluvieux.

«La pluie génère une ambiance dramatique et inspire un état de méditation. J’ai voulu photographier le côté paisible et magique de la pluie en utilisant des couleurs contrastantes et sombres, afin de susciter un état de calme dans le chaos de la pluie et du vent», précise monsieur Henri.

Il souhaite ainsi donner l’occasion au visiteur de prendre un moment de réflexion, une pause, afin qu’il goûte une paix profonde et admire la beauté d’un paysage. «Mes photos ont le plus de succès, je crois, quand elles évoquent un sentiment d’émerveillement et de mystère. Je veux qu’elles donnent le sentiment de percevoir un monde caché que nous ne voyons pas normalement. Un tir direct de la caméra», estime-t-il

«Je crée par habitude. Je crée par nécessité. Je crée par désir. Mes images reflètent mes passions. Je vise à fusionner l’ambiance, l’émotion et la lumière. Car, à mon avis, ces éléments doivent converger afin de transmettre le sens de la photo», conclut monsieur Henri.

Maurice Henri est originaire de Moncton et y habite. Depuis 1988, il travaille à plein temps dans le domaine de la photographie. Il s’est engagé sur la scène mondiale, dans le cadre de l’organisme Caméras pour guérir qu’il a fondé et qui l’a amené en Afrique, en Colombie, à Haïti et dans les provinces canadiennes.

La Galerie Assomption expose des tableaux d’art contemporain, moderne ou populaire, à caractère historique ou folklorique, ainsi que des sculptures et des photographies d’artistes professionnels canadiens. Six expositions, de deux mois chacune, y sont présentées chaque année. Elle est située au 770, rue Main, à Moncton, au rez-de-chaussée de l’édifice Place de l’Assomption.

Les petits fruits du Sommet  Texte collectif des élèves de la 5e année

À l’avant : Alexia et Olivia de la classe de 5e année, avec Gabriel, Patrick et Isabella. (Photo : Gracieuseté)

À l’avant : Alexia et Olivia de la classe de 5e année, avec Gabriel, Patrick et Isabella. (Photo : Gracieuseté)

Bonjour, nous sommes «Les Petits Fruits du Sommet», soit les classes de 5e année de Mme Vanessa et Mme Joannie-Kim, de l’école Le Sommet de Moncton. En octobre dernier, nous avons commencé à discuter d’ouvrir une micro-entreprise. Pour y arriver, nous avons commencé par faire un vote pour déterminer ce que nous voulions produire.

Nos enseignantes ont ensuite fait une demande au Fonds d’appui géré par PAC pour obtenir de l’argent afin de subventionner notre projet. On a ensuite fait de nombreux achats pour que «Les Petits Fruits du Sommet» puisse ouvrir.

Avec l’aide de Mme Cécilia, notre agente communautaire, nous avons obtenu un partenariat du Food Dépôt Alimentaire qui nous offre des fruits, du jus et des yogourts gratuits. Avec le profit de la vente de «smoothies», nous désirons créer une classe flexible pour répondre à nos besoins de bouger et d’apprendre.