Chambre de commerce du Grand Shédiac et Assurance Vienneau Ltée Partenaires pour offrir un nouveau bénéfice aux membres

La Chambre de commerce du Grand Shédiac (CCGS) est fière d’annoncer son nouveau partenariat avec Assurance Vienneau Ltée. Nous reconnaissons, dans l’ordre habituel, à l’avant : Marc Léger, Assurance Vienneau et Ron Cormier, CCGS/GSCC. À l’arrière : Nadine Rail, Promutuel et Manon Sirois, Assurance Vienneau. (Photo : Gracieuseté)

La Chambre de commerce du Grand Shédiac (CCGS) est fière d’annoncer son nouveau partenariat avec Assurance Vienneau Ltée. Nous reconnaissons, dans l’ordre habituel, à l’avant : Marc Léger, Assurance Vienneau et Ron Cormier, CCGS/GSCC. À l’arrière : Nadine Rail, Promutuel et Manon Sirois, Assurance Vienneau. (Photo : Gracieuseté)

La Chambre de commerce du Grand Shédiac (CCGS) est fière d’annoncer son nouveau partenariat avec Assurance Vienneau Ltée. Cela signifie que les membres admissibles de la CCGS, leurs employés actifs et retraités pourraient être admissibles à des primes réduites sur les produits d’assurance automobile et habitation avec Assurance Vienneau Ltée.

Ron Cormier, président de la CCGS, a confiance que le nouveau bénéfice aux membres et à ses employés représente un nouvel avantage de faire partie de notre chambre de commerce locale.

«Nous sommes d’avis que ce nouveau partenariat avec Assurance Vienneau Ltée est une occasion pour accentuer les bénéfices aux membres, maximiser les rendements financiers et renforcer notre image de marque dans la communauté du Grand Shédiac.»

Marc Léger, président d’Assurance Vienneau Ltée, est tout aussi enthousiaste à l’idée de travailler en tandem avec la CCGS. «En tant que membre de la Chambre de commerce du Grand Shédiac et courtier d’assurance local, nous sommes ravis d’offrir des primes réduites sur les produits d’assurance personnels d’automobiles et d’assurance résidentielle aux membres en règle de la CCGS et à leurs employés. Comme entreprises locales, nous avons tout à gagner lorsque nous trouvons des moyens de se soutenir mutuellement. Demandez à votre patron si vous êtes membre de la CCGS afin que vous puissiez obtenir votre police d’assurance «Worry Pas» dès aujourd’hui», a dit Marc Léger, président, Assurance Vienneau Ltée.

Si vous avez des questions au sujet de vos assurances, communiquez avec Assurance Vienneau au 506-533-7000.

Si vous n’être pas membre et vous voulez bénéficier de ce rabais, vous avez juste à communiquer avec la Chambre de commerce du Grand Shédiac au 506.531.2201 ou www.greatershediacchamber.com.

Coup d’œil 2017 – avril à juin

Les élèves du jardin PedagoMax de l'école MFB construisent un jardin pour Tania Albert de Shédiac. (Photo: Archives)

Les élèves du jardin PedagoMax de l’école MFB construisent un jardin pour Tania Albert de Shédiac. (Photo: Archives)

Avril

– Construction acadienne remporte le Prix de l’Entreprise par excellence de l’année lors du 15e Banquet des entrepreneurs d’Expansion Dieppe.

– La Ville de Shédiac veut devancer l’ajout d’un deuxième réservoir d’eau.

– Le contrat pour la Phase 3 du projet de Revitalisation de la rue Main a été accordé à Modern Construction et les travaux débuteront le 10 avril.

– Un groupe crée l’Association pour la protection des marais et plages de l’Aboiteau et s’oppose au projet de camping du Parc de l’Aboiteau.

– Lors de l’AGA du Centre de ressources et de crises familiales Beauséjour, on apprend que le nombre de demandes continue d’augmenter. Le projet de la maison de transition devrait se réaliser en 2018.

– Une nouvelle saison s’amorce au théâtre du Monument-Lefebvre et la programmation 2017 va mettre en vedette le talent des artistes locaux et une variété intéressante de genres artistiques.

– Le Salon du livre de Dieppe souhaite redéfinir ses orientations en établissant un plan stratégique pour les prochaines années.

– Deux projets jeunesse sont à l’honneur à Grande-Digue et Shédiac. GD Wouf et «Dominos MFB ont mérité les prix de la CDR-Acadie dans le cadre du concours vidéo «La solidarité en action!»

– La tournée de légendes de la LNH s’arrête à Cap-Pelé.

– Cap-Pelé ira de l’avant avec l’extension du système d’égouts sur le chemin Thibodeau.

– Memramcook devient une communauté amie.

– Service commémoratif du 100e anniversaire de la Bataille de la crête de Vimy, à Shédiac.

– Monique Bourque et Caroline LeBlanc sont les nouvelles directrices générales du Village de Memramcook.

– Cheryl LeBlanc est la nouvelle vice-présidente de Westmorland au Cabinet provincial de l’Arbre de l’espoir.

– Un premier Salon de l’emploi réussi à Shédiac.

– Mireille Pitre organise une belle activité pour les jeunes à l’occasion de Päques.

– Surplus de 360 485$ en 2016 pour la municipalité de Memramcook.

– Beaubassin-est consulte la population pour élaborer son Plan stratégique.

– La Ville de Shédiac est en excellente situation financière.

– Améliorations du Centre communautaire de Grande-Digue.

– Beaubassin-est remet des subventions à 21 organismes communautaires.

Mai

– Les Prédateurs de Cap-Pelé sont champions Junior B de l’Atlantique.

– Un surplus de 36 940$ au Village de Cap-Pelé pour l’année 2016.

– Dieppe célèbre ses bénévoles.

– Journée santé réussie à Grande-Digue.

– Beau projet de correspondance des élèves de 3e année de l’école Père-Edgar-T.-LeBlanc avec des élèves de 3e année de Bridgewater en Nouvelle-Écosse.

– Voyages Positifs : 35 ans d’aventures et de liens d’amitiés qui perdurent.

– Des étudiants de Shédiac remportent le Championnat provincial du tir de précision des Cadets.

– Succès de la Fête régionale du patrimoine du District scolaire francophone Sud.

– La Ville de Shédiac est satisfaite des investissements de trois millions $ du fédéral et du provincial pour la plage Parlee. Un nouveau protocole de surveillance de la qualité de l’eau conforme aux recommandations fédérales sera adopté pour la plage cet été.

– La Communauté rurale Beaubassin-est va demander au ministère de l’Environnement d’inclure les côtes de leur municipalité pour la surveillance de la qualité de l’eau.

– Un test d’impact environnemental positif pour le mégacamping de Shédiac.

– La Ville de Dieppe veut se doter d’un complexe communautaire de 29 millions $.

– L’école L.-J.-R. remporte la Gougoune Dorée pour la première fois de son histoire.

– Lancement de la programmation du 68e Festival du homard de Shédiac.

– La Coopérative de Shédiac améliore sa situation financière.

– La Solitude de Pré-d’en-Haut rend hommage à la congrégation des Filles-de-Marie-de l’Assomption.

– Le Sud-est se mobile pour un projet de stratégie verte régionale.

– L’annexion d’une partie du territoire de Scoudouc pose un problème aux résidents des rues Pellerin et Alléluia.

– Une démonstration de tournage de bois attire plusieurs curieux à Memramcook.

– Une soirée du diamant réussie à Grande-Digue.

– Le chef Geoffrey De Nert sort gagnant du 8e Défi culinaire 2017.

Juin

– Les élèves du jardin PedagoMax de l’école MFB construisent un jardin pour Tania Albert de Shédiac.

– Le Village de Cap-Pelé signera un bail de 20 ans pour la gestion de la Plage de l’Aboiteau.

– La Légion de Cap-Pelé fait un don de 400$ aux pompiers de Cap-Pelé.

– Journée communautaire remplie d’activités à Memramcook.

– Cinquante nouveaux emplois créés à Shédiac par le fédéral pour aider à corriger les problèmes du système de paie de la fonction publique.

– Certificat de reconnaissance remis aux anciens combattants de Cap-Pelé à l’occasion du 150e anniversaire de la confédération.

– Journées Portes ouvertes réussie à l’Écocentre Homarus.

– Les pompiers de Beaubassin-est sont mieux équipés pour sauver les animaux.

– Journée nationale des sentiers 2017 réussie à Cap-Pelé.

– Délégation du Sénégal de passage à Petit-Cap dans le cadre d’un voyage de deux semaines au pays pour trouver des solutions pour leur industrie de la pêche.

– Entente importante pour éviter le gaspillage d’aliments entre la Coop IGA et Le Vestiaire Saint-Joseph Inc. Les bénéficiaires du Vestiaire peuvent maintenant recevoir des fruits, des légumes, des produits laitiers, des produits de la boulangerie et de la pâtisserie, de la viande, de la volaille et des mets préparés congelés.

– Le Relais pour la vie de Shédiac recueille 56 000$.

– Le gouvernement du N.-B. annonce des travaux de 13 millions$ pour donner une deuxième vie à la Polyvalente Louis-J.-Robichaud.

– Robert Thibault retourne la Médaille du souverain qui remplace le Prix du Gouverneur général pour l’entraide. C’est l’Acadien, Roméo LeBlanc, pendant son mandat comme Gouverneur général du Canada, qui avait créé ce prix.

– Trois cent vingt bénévoles participent à la préparation du Jardin communautaire de Shédiac et banlieues dans le cadre de la Journée de bénévolat des organismes et compagnies du Sud-est du N.-B.

– Plus de 200 personnes assistent au lancement du disque compact de Cédric Gautreau de Memramcook.

– La Communauté rurale Beaubassin-est dit non à un moratoire sur le développement domiciliaire sur les zones côtières.

– L’Union des pêcheurs des Maritimes remet les pendules à l’heure à propos des prix du homard qui sont inférieurs de 50 sous la livre comparativement à la même période en 2016.

– La CBDC Westmorland Albert souligne 30 années de soutien aux entrepreneurs.

– Remi Ouellette, de Haute-Aboujagane, reçoit le prix Jeunes Citoyens d’Histoire Canada. Il est en 6e année à l’école Père-Edgar-T.-LeBlanc de Grand-Barachois.

– Les élèves de la classe combinée 4e/5e année de l’école Donat-Robichaud ont réalisé leur classe de rêve.

– Le gouvernement provincial investit 150 000$ dans l’amélioration de la promenade du ruisseau LeBlanc à Memramcook, dans le cadre du 150e anniversaire du Canada.

– La Ville de Shédiac veut l’installation de clôture de protection longeant la route 15 entre Shédiac et Dieppe.

– Albert E. LeBlanc est réélu président de la Chambre de commerce Cap-Pelé/Beaubassin-est.

– Le Thé d’antan Canada 150 connaît un grand succès à Grande-Digue.

– Dans le cadre d’un projet citoyen à Grande-Digue, on installe une première Cabane à livres. C’est une initiative de Gaëtane Godin avec l’aide de Rachelle Bourque.

– Beaubassin-est remet une bourse d’études de 500$ à Shelby Nowlan de Saint- André-LeBlanc.

– Le 10e Tournoi annuel de golf du Vestiaire Saint-Joseph en mémoire d’Eugène Belliveau rapporte 12 906$.

EDITORIAL

Jeannita Thériault

Jeannita Thériault

Mes souhaits pour l’année 2018…

            Que la privatisation des soins de santé soit rassurante sous la direction de Medavie. Qu’un suivi soit fait périodiquement afin d’assurer que ces soins soient bénéfiques pour les gens qui les reçoivent et que ces services soient disponibles en français…

Que la vague de générosité qui a déferlé envers les sans-abris et les gens dans le besoin durant la période des fêtes continue, et ce, durant toute l’année 2018 et bien après…

Que la ministre fédérale du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, soit davantage sensibilisée à ce qu’une personne d’origine acadienne soit nommée au sein du Conseil d’administration du Conseil des arts du Canada. Dans le moment la seule membre qui représente la région de l’Atlantique est une unilingue anglophone de Terre-Neuve! Quatre membres au sein du CA du CAC (sur un total de neuf membres à travers le Canada) proviennent du Québec ainsi que le directeur général du CAC. Peut-être que la ministre fédérale de la Santé, Ginette Petitpas-Taylor ainsi que le ministre fédéral des Pêches et des Océans, Dominic LeBlanc, pourraient convaincre leur collègue, madame Joly, de l’importance d’avoir une représentativité acadienne et francophone au sein du CA du CAC?

Que les jeunes (et les moins jeunes) passent moins de temps à pitonner sur leur téléphone intelligent et qu’ils consacrent plus de temps à écouter les gens qui ont le gout de s’entretenir avec eux «de vive voix».

Que la campagne électorale provinciale prévue à l’automne 2018 parle de nos artistes, et ce, dans les divers milieux des arts et de la culture. Il serait bon qu’à l’intérieur des plateformes électorales de tous les partis, que les candidats ne se gênent pas pour parler de l’importance de la survie financière de nos artistes par l’entremise de divers programmes provinciaux souhaitables. La présence de nos artistes dans diverses fonctions et/ou événements culturels génère d’importantes retombées économiques et touristiques pour la province… Ils sont de bons ambassadeurs/bonnes ambassadrices pour le Nouveau-Brunswick à travers le monde. Il serait très important de le rappeler lors de discours politiques.

Qu’il y ait une meilleure représentativité féminine au sein des candidatures de tous les partis lors des prochaines élections provinciales.

Que l’Université de Moncton continue à progresser dans tous les domaines y inclus l’augmentation du nombre d’étudiants internationaux – qui est un peu en chute libre dans le moment. C’est encourageant d’apprendre que le nouveau recteur par intérim, Jacques Paul Couturier, va remplacer le recteur sortant, Raymond Théberge. Monsieur Couturier est vice-recteur du campus d’Edmundston de l’Université de Moncton depuis 2013. Ses débuts à l’Université de Moncton remontent à 1992, alors embauché en tant que professeur d’histoire. De plus il est titulaire d’un doctorat et d’une maîtrise en histoire de l’Université de Montréal et bachelier de l’Université de Moncton en histoire et baccalauréat en arts multidisciplinaire. Il connait bien le milieu universitaire, ses objectifs et ses exigences.

Jeannita Thériault

Sincères remerciements à Albertine et Kenneth Golding

Nous reconnaissons : Kenneth et Albertine Golding, qui présentent le chèque à Carol Boudreau, directrice générale du Vestiaire Saint-Joseph. (Photo : Gracieuseté)

Nous reconnaissons : Kenneth et Albertine Golding, qui présentent le chèque à Carol Boudreau, directrice générale du Vestiaire Saint-Joseph. (Photo : Gracieuseté)

Le conseil d’administration du Vestiaire Saint-Joseph Inc. veut remercier et reconnaitre sincèrement Albertine et Kenneth Golding pour leurs généreuses contributions de dons au cours des dernières 29 années. En 2017, ils ont ramassé plus de 4000$ pour un montant total incroyable de 85 000$ depuis 1988.

Une partie de leur don a été pour faire l’achat de bonbons durs du bon vieux temps (une livre) pour plus de 450 familles durant la Campagne de boites de nourriture de Noël. Pour des raisons de santé, le couple Golding a avisé le conseil que c’était leur dernière année.

Démonstration d’outils de nettoyage pour semences

Le Groupe de développement durable du Pays de Cocagne (GDDPC), en collaboration avec son Comité de semences et l’Initiative de la famille Bauta pour la sécurité des semences au Canada, offrira un atelier gratuit, le samedi 13 janvier, au Centre 50 de Cocagne pour démontrer l’utilisation d’outils servant au nettoyage et au triage de semences.

Sauvegarde des semences : autonomisation et responsabilisation

Bernard et Francine Thériault, semenciers et cultivateurs depuis 1984, animeront l’atelier et aborderont les principes fondamentaux de la conservation des semences en présentant les outils et l’équipement du GDDPC, fabriqués à la main, tel que le nettoyeur de semences à colonne de vent. Les participants apprendront comment appliquer une variété de techniques, de traditions et d’innovations locales pour nettoyer, conserver et propager différentes graines peu importe leur niveau d’expérience. Ces compétences pratiques serviront à la sélection, à l’entreposage et à la sauvegarde d’une variété de graines qui peuvent présenter un défi à nettoyer et, dans certains cas, prendre bien du temps à trier.

«En sauvant nos graines, nous contribuons à la diversité des légumes qui nous restent et, bien souvent, les légumes originaux ont une meilleure saveur et contiennent une meilleure nutrition que les hybrides. Également, les semences originales auront une meilleure chance de s’adapter au changement du climat», affirme Bernard Thériault. «Le coût relatif à notre production de graines est pratiquement nul, alors nous économisons en sauvant nos graines et il y a une certaine fierté lorsque nous voyons les graines que nous avons produites nous-mêmes», constate le semencier expérimenté.

L’atelier aura lieu le samedi 13 janvier, au Centre 50 de Cocagne, situé au 10, rue Villa, de 13h30 à 14h30. Ceux et celles intéressés d’y prendre part peuvent s’inscrire en ligne à www.ecopaysdecocagne.ca ou composer le 576-8247. Un don de 10$ est suggéré. En cas de tempête, l’activité sera reportée au 20 janvier.

Le Groupe de développement durable du Pays de Cocagne est un organisme à but non lucratif qui œuvre dans le bassin versant de la rivière de Cocagne au sud-est du Nouveau-Brunswick. Sa mission est de faciliter l’engagement citoyen pour assurer la viabilité des communautés du bassin versant de Cocagne.

 

Formulaires de demande du Programme d’aide pour l’énergie domestique disponibles pour 2018

(GNB) – Les formulaires de demande du Programme d’aide pour l’énergie domestique sont maintenant disponibles pour 2018 afin d’aider les familles à faible revenu à faire face aux coûts élevés de l’énergie.

«Votre gouvernement comprend que certains Néo-Brunswickois peuvent avoir besoin de soutien financier lors des mois les plus froids de l’année», a déclaré la ministre des Finances, Cathy Rogers. «Nous sommes déterminés à soutenir les familles et les enfants. Ce programme aidera les gens à rester au chaud et en sécurité dans leur demeure cet hiver.»

Une prestation unique de 100 dollars sera versée aux ménages dont le revenu total était de 30 000 dollars ou moins en 2016.

L’année dernière, le gouvernement provincial a augmenté le seuil de revenu, qui était auparavant établi à  28 000 dollars.

Le programme est l’un des divers programmes offerts aux familles dans le besoin.

Il y a eu 46 834 demandes pour le Programme d’aide pour l’énergie domestique en 2017, ce qui s’est traduit par environ 4,68 millions de dollars en prestations versées aux familles. Il est possible d’obtenir le formulaire de demande sur le site Web du ministère des Finances, en communiquant avec le ministère au 1-800-669-7070 ou en se rendant à l’un des centres de Service Nouveau-Brunswick.

La date limite pour présenter une demande afin de se prévaloir de la prestation pour 2018 est le 30 juin.

Communauté informée… Communauté en santé…

Neuf résolutions simples et constructives pour 2018

  1. Arrêter de vous comparer aux autres. Grâce au monde des médias sociaux, la comparaison n’a jamais été aussi facile. Gardez à l’esprit que la majorité de ce que vous voyez sur Facebook, Twitter, Instagram, et sur toutes les autres plate-forme sociales est une collection «best of» de chaque individu, Un condensé de ce que les autres veulent faire transparaître de leur vie. Mais ils ont tous probablement un quotidien comparable au votre et des tâches banales similaires à celles que vous faites, alors arrêtez de comparer votre réalité avec le «meilleur» filtré de ce les autres peuvent communiquer.
  2. Investir dans votre avenir. Plutôt que de dépenser plus d’argent pour un accessoire inutile, faites votre prochain achat dans quelque chose d’utile pour votre avenir. Que ce soit un livre de développement personnel ou un cours en ligne, il existe beaucoup d’outils qui peuvent vous aider à passer au niveau suivant.
  3. Arrêter de regarder les nouvelles. Il existe peu de résolutions que j’apprécie plus que ma décision de couper les nouvelles du courant principal de ma vie. Bien qu’une partie de ce qui est présenté soit certainement important et intéressant, la vaste majorité, à mon avis, ne fait que nous enfermer dans des états de crainte, de colère et de suspicion divisants et même paralysants.
  4. Réapprenez à cuisiner. Choisir d’éviter de cuisiner et de préparer vos propres repas vous économisera certainement du temps, mais c’est étonnant de voir comment cette décision affecte votre portefeuille. Voulez-vous réduire les coûts inutiles? Il n’ya pas de moyen plus facile que s’engager à faire vos propres repas au moins un certain nombre de fois par semaine. Bonus supplémentaire? Vous mangerez aussi des aliments plus sains.
  5. Passer plus de temps à l’extérieur. Que vous vous considériez ou non un amoureux de l’extérieur, la technologie nous amène le plus souvent à rester enfermé devant un écran. Donnez à votre corps une pause régulière de rayonnement WiFi et d’autres fréquences malsaine en laissant toutes vos technologies à la maison et en passant des moments de qualité dans la nature.
  6. Arrêter d’attendre le lendemain demain. Nous avons tous des objectifs et des rêves, et plutôt que de prendre des mesures immédiates pour les atteindre, nous avons tendance à les remettre à demain. Ce qui est malheureux, c’est que trop souvent le lendemain n’est pas plus constructif. Cessez de mettre vos objectifs en attente et commencez à construire votre avenir au moment où l’idée étincelle dans votre tête.
  7. Passer moins de temps collé à nos téléphones. Chaque jour, la liste des choses que nous ne pouvons pas accomplir au travers de nos téléphones diminue. Bien que cela représente un réel exploit technologique, c’est également très inquiétant pour notre santé, pour nos compétences interpersonnelles, et pour d’autres parties essentielles de l’expé- rience humaine. Continuez à profiter de la puissance de votre téléphone, mais engagez-vous à consacrer également le temps quotidien loin de lui.
  8. Arrêter d’être si dur avec vous-même. Je suis sûr que peu (voire aucun) d’entre nous sommes exactement là où nous espérions être à ce point dans nos vies, mais cela ne signifie pas que nous n’avons pas accompli de nombreuses choses. Plutôt que de se concentrer sur ce que vous n’êtes pas ou ce que vous n’aimez pas sur vous-même, faîtes un effort conscient pour apprécier et être fier de qui vous êtes et de ce que vous avez fait. Je peux vous garantir que vous avez probablement de nombreuses raisons d’être fier.e.s de vous.
  1. Passer plus de temps avec les gens que vous aimez. Nous avons tous des personnes dans notre vie pour lesquelles nous nous sentons reconnaissants, ou avec lesquelles nous nous sentons bien. Montrez leur à quel point vous les appréciez en leur consacrant plus de votre temps précieux. (Source : http://therapeutes magazine.com/

Jusqu’au 19 janvier   Votons pour l’Écoparc de Cormier-Village

Tramète hirsute (Trametes hirsuta) Hairy Bracket. (Photo : Gracieuseté)

Tramète hirsute (Trametes hirsuta) Hairy Bracket. (Photo : Gracieuseté)

L’Écoparc de Cormier-Village a été reconnu par Nature NB comme l’un des cinq lieux naturels exceptionnels de la province. Nature NB a reçu plus de 300 soumissions de partout en province au concours #MaNatureNB. Les soumissions comprenaient une photo du lieu et une courte histoire. Armand G. Robichaud de Shédiac, membre de Nature Sud-Est, avait proposé l’Écoparc de Cormier-Village.

Le comité provincial du concours a choisi les cinq entrées finalistes. Les cinq sites gagnants sont les chutes Lepreau (comté de Charlotte), le lac Grand (comté de Queens), les chutes Pabineau (comté de Gloucester), la plage Charlo (comté de Restigouche) et l’Écoparc de Cormier-Village (comté de Westmorland).

Des activités publiques ont eu lieu en automne dernier à l’Écoparc de Cormier-Village avec des activités familiales, des randonnées dans les sentiers, des ateliers de peinture et un BBQ. Ces activités étaient organisées par l’Écoparc de Cormier-Village, Vision H2O, Nature NB et Nature Sud-Est. Raymonde Chartier et Armand Robichaud de Nature Sud-Est ont dirigé une marche dans les sentiers pour découvrir les conifères et les champignons.

Jusqu’au 19 janvier, votez sur le site internet de Vision H2O ou de Nature NB pour appuyer ce projet dans votre communauté!

Sentiers de l’Écoparc de Cormier-Village : une cathédrale pour les champignons

Mes ancêtres Robichaud sont dans la région du Barachois depuis plus de 200 ans. Mon grand-père Louis avait des terres à Cormier-Village où se sont installés plusieurs de mes oncles. Comme enfant, j’ai souvent marché le long de la rivière Kagibougouet avec mon père pour pêcher la truite au printemps ou pour chasser les lièvres en hiver.

Armand G. Robichaud, de Shédiac, indique que depuis quelques années il se rend avec sa conjointe Raymonde Chartier, aux sentiers de Cormier-Village pour y découvrir de nouvelles espèces de champignons. On y marche sur des sentiers tapissés de mousses dans cette forêt acadienne mature. La fraicheur du milieu et la richesse de la forêt mixte sont à coupé le souffle. Le long des sentiers se trouvent plusieurs habitats naturels, des étangs forestiers, des jardins de fougères, des tourbières et une belle rivière sinueuse.

Notre premier champignon trouvé en 2011 était un Pézize écorce d’orange (Caloscypha fulgens). On a identifié dans ce petit parc près de 190 espèces différentes de champignons.

Party de cuisine de danse câllée

Dans le cadre du 8e Carnaval d’hiver de Memramcook, la Société culturelle de la vallée de Memramcook présente Une danse câllée avec un câlleur professionnel, Jean-François Berthiaume, accompagné de Louis-Simon Lemieux et de David Berthiaume. L’activité familiale aura lieu le dimanche 11 février à 14h30 au Club d’âge d’or de Pré-d’en-Haut à Memramcook.

La troupe de jeunes de danse carrée de l’école Abbey-Landry y participera également.

Les frais d’entrée sont de 5$ pour les membres de la Société culturelle de la vallée de Memramcook et 10$ pour les non-membres. Les billets sont gratuits pour les enfants. Les billets sont maintenant en vente au bureau de la Société culturelle.

Pour information : Nicolas Guay au 758-4032 ou à scvm@culturememramcook.ca.

La programmation du Festival FLASH dévoilée

(N.A.L.) – Les organisateurs du Festival FLASH ont dévoilé leur programmation diversifiée créée pour illuminer les longues nuits d’hiver et présenter les talents du Canada Atlantique.

À Moncton, les vendredi et samedi, 2 et 3 février, le public sera immergé dans une série de performances musicales au coeur d’environnements créés à base de lumière, de projection vidéo 3D, d’arts technologiques dans et sur une sélection de lieux du centre-ville de Moncton.

Présenté par les créateurs du Festival Inspire, le programme a dévoilé mardi avec le lancement des billets prix-spéciaux, jusqu’au 16 janvier. «Il y a tellement de talents rassemblés dans ces deux jours, indique Lisa Griffin, directrice de la compagnie. Mieux vaut se dépêcher à se procurer les abonnements en édition limité.»

Le public pourra circuler entre plusieurs lieux du centre-ville, iconiques ou très secrets, pour profiter des installations aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. Les jeux de sons et de lumières mettront en jeu les valeurs des lieux iconiques, mais aussi des endroits jamais utilisés pour accueillir des performances.

Les sites du vendredi incluent l’église Central United (rue Queen), avec une galerie d’art interactive et une Projection 360 par Wasko (Halifax) qui emmènera les participants dans une forêt vivante. Le Tide and Boar (rue Main) présentera de la musique et une Projection 3d 360 par Jonah Haché (Halifax/Moncton), Environnement par Orion Productions (Halifax) et «Voie Lactée» par Joel Culligan (Moncton).

Une projection extérieure de grande échelle, accessible au public, se tiendra au coeur du centre-ville avec une vidéo utilisée pour créer une série kaléidoscopique.

Le samedi, le Temple Maçonnique, (rue Queen) sera le lieu d’un festin exclusif et mystérieux éclairé au chandelier pour le roi Arthur et son clan par Barolo & Co dans un joyau architectural de Moncton. Un spectacle des Hôtesses d’Hilaire sera aussi présenté alors que l’artiste Jonah Haché enveloppera l’espace d’une projection vidéo 360 immersive.

La Place Assomption, (rue Main) sera le lieu de plusieurs concerts pour présenter un vrai party d’hiver. Des sculpteurs transformeront des blocs de glace en oeuvres géantes. Au cours de la soirée Incendia Motus (Halifax) réchauffera les coeurs par une performance enflammée.

Une projection Wasko s’empare des 20 étages de la tour Assomption pour une gigantesque projection de vidéo en 3D accompagnée d’un univers sonore, visible dans tout Moncton. Ce show sur le mur faisant face à la rue Main durera de 10 à 15 minutes et sera répété à trois reprises. Plusieurs artistes, feu de joie et show au laser sont prévus, pendant la soirée.

Le festival prendra fin dans un lieu secret, qui accueillera une soirée spéciale, sous le signe de visuels, de l’imagerie, du design des années 90, de l’art pixelisé, des jeux vidéo et de l’esprit cyberpunk. DJ Bones et des invités seront en charge des platines pour la nuit.

Le public peut participer au festival en créant des images animées. Les créations doivent être envoyées par le 22 janvier par courriel aux organisateurs. Une partie du festival sera gratuite et en libre accès. Des abonnements de jour et fin de semaine donneront accès au public à l’intégralité des spectacles.

Les billets et détails de la programmation complète disponibles sur Flashmoncton.ca.