Avec des partenariats et des projets   GD Wouf a le vent dans les voiles

L’entreprise scolaire de l’école Grande-Digue, GD Wouf vient de conclure un partenariat avec Global Pet Foods NB et les magasins de Dieppe et Moncton vendront leurs produits à compter de la semaine prochaine. La dynamique équipe qui dirige l’entreprise organisera une journée communautaire expo-chiens le 17 juin 2018. GD Wouf était présente au Marché de Noël de Grande-Digue, dimanche. On reconnaît, de gauche à droite : Alexis Bourque, Élodie Losier, Gabriel Bourque, directeur de GD Wouf et Bianca Gallant. (Photo : C. Lanteigne)

L’entreprise scolaire de l’école Grande-Digue, GD Wouf vient de conclure un partenariat avec Global Pet Foods NB et les magasins de Dieppe et Moncton vendront leurs produits à compter de la semaine prochaine. La dynamique équipe qui dirige l’entreprise organisera une journée communautaire expo-chiens le 17 juin 2018. GD Wouf était présente au Marché de Noël de Grande-Digue, dimanche. On reconnaît, de gauche à droite : Alexis Bourque, Élodie Losier, Gabriel Bourque, directeur de GD Wouf et Bianca Gallant. (Photo : C. Lanteigne)

Claire Lanteigne

L’entreprise scolaire de l’école Grande-Digue, GD Wouf, ne cesse de progresser et l’équipe dynamique qui la dirige ainsi que les employé.e.s ne ménagent aucun effort pour la faire grandir.

Une belle nouvelle est sans contredit un partenariat avec Global Pet Foods, dont l’agente communautaire est Jessica Milton. «Elle nous suivait sur Facebook, de dire Alexis Bourque, l’agent de communication de GD Wouf. Nous lui avons écrit pour avoir un rendez-vous et nous sommes allés vendre notre salade lors d’une réunion avec elle et Alison Kelly, la copropriétaire du magasin. Madame Kelly a approuvé le partenariat pour les magasins de Moncton et Dieppe et a fait un premier achat de 1000$ de nos produits. C’est vraiment une bonne nouvelle.»

En janvier, les élèves se rendront aux deux magasins afin de faire la promotion de leurs produits auprès de leurs clients. Ces visites ont été organisées par Madame Milton.

«Nous sommes super heureux d’avoir un partenariat avec Global Pet Foods, de dire Gabriel Bourque, le directeur de l’entreprise. Quand je suis sorti de la réunion d’affaire, j’étais ému et je sentais que mon équipe de GD Wouf allait atteindre son objectif. Je suis tellement content qu’une vraie entreprise prenne des jeunes entrepreneurs au sérieux. Nos produits devraient être en vente aux deux magasins la fin de la semaine prochaine», dit-il très heureux.

Le but ultime de GD Wouf est la construction d’un parc à chiens dans leur communauté et les jeunes sont convaincus qu’ils peuvent y arriver.

Journée communautaire expo-chiens

   Avec leurs profits, les jeunes veulent organiser une journée communautaire expo-chiens, le 17 juin 2018. Et ils prévoient toute une programmation pour la journée, dont une tente d’experts, un défilé de mode, une course à obstacle, des photos rigolotes, une zone de jeux libres et une chasse aux biscuits, ceux de GD Wouf naturellement. Il y aura aussi des camions de nourriture sur place.

«Nous avons un nouveau partenariat pour cette journée, d’ajouter Gabriel et c’est avec Madame Ann MacLean, de Cocagne, entraîneuse de chiens pour les concours d’agilité d’équipe. Elle participe à des compétitions nationales et elle va nous aider avec la course à obstacle. Elle va nous prêter de l’équipement, nous aider avec les critères pour les chiens qui vont compétitionner dans la course «officielle» et sera disponible pour conseiller les gens du public comment faire faire la course à leur chien. De plus, elle fera des démonstrations d’agilité avec ses chiens et va inviter ses amis qui compétitionnent à faire partie du spectacle.

«Je suis aussi super heureux de travailler avec elle. Je réalise que même si nous sommes jeunes, nous pouvons offrir un cadeau à notre communauté.»

Blaze, le chien du premier ministre Brian Gallant a reçu son invitation officielle à Expo-chiens ainsi qu’un cadeau de Noël.

Des jeunes engagés et occupés

   C’est sur l’heure du dîner que les 45 élèves de la 4e à la 8e année, employés de GD Wouf vaguent à leurs activités. Le mercredi midi, c’est la rencontre des comités, celui de la planification du parc et l’autre pour la journée communautaire. Les jeudis et vendredis on fait la couture et les biscuits.

«Nos biscuits sont très populaires, de dire Alexis. Cet été au Marché de Shédiac, ils étaient tous vendus pendant la première heure. On fait aussi des foulards, des jouets, des laisses, dont certaines brillent dans le noir et une toute dernière nouveauté la laisse double. On pense toujours à de nouveaux produits à développer, c’est excitant.»

Trois enseignantes sont très engagées dans le projet avec les jeunes. Mélissa LeBlanc, Caroline LeBlanc et Ginette Bourque trouvent que les jeunes sont capables de s’entreprendre et de s’impliquer dans leur communauté. «C’est tellement beau de les voir prendre des initiatives, trouver des idées, développer du leadership, se fixer un objectif à long terme et collaborer envers l’atteinte de leur objectif, de dire Ginette. Heureusement, nous avons aussi l’appui de notre direction d’école, de l’agent communautaire et du district scolaire et avons pu bénéficier de l’aide de Place aux compétences et de leurs partenaires. Ceci facilite notre travail auprès des jeunes», conclut-elle.

Les jeunes vont encore une fois participer au concours entrepreneurial jeunesse de Sarah Short, au printemps. L’an dernier, ils participaient dans la catégorie jeunesse et ils ont gagné le trophée et un mentor, mais cette fois-ci ils participeront dans une autre catégorie.

On peut suivre les activités de GD Wouf au www.facebook.com/GDWouf.

Gel des évaluations  Le Village de Cap-Pelé s’en tirera assez bien en 2018

Cette nouvelle enseigne remplacera les enseignes présentement en place après la construction du nouveau dépanneur et l’agence d’Alcool NB, ce qui offrira un meilleur coup d’œil. (Photo : Gilles Haché)

Cette nouvelle enseigne remplacera les enseignes présentement en place après la construction du nouveau dépanneur et l’agence d’Alcool NB, ce qui offrira un meilleur coup d’œil. (Photo : Gilles Haché)

Gilles Haché

Malgré le gel des évaluations décrété par la province, le Village de Cap-Pelé ne s’en ressentira pas trop en 2018.

Grâce à des permis de construction de 3,2 millions$ pour 2017 et une augmentation des Subventions de financement et de péréquation communautaire de 157 000$, la municipalité pense bien s’en sortir.

«La diminution nette de l’assiette fiscale est de 500 000$ et ce qui nous inquiète, c’est qu’en 2019 il n’y aura probablement pas d’augmentation dans les subventions de péréquation. Ce montant nous ne le récupérerons pas, explique le maire Serge Léger. Il faudra donc budgéter en conséquence», ajoute-t-il.

Une citoyenne Bernice Boudreau est venue dire au conseil que l’état des fossés était lamentable. Elle a fait elle-même le nettoyage des fossés à plusieurs occasions et déplore que les gens qui voyagent sur la route de Bas-Cap-Pelé y jettent leurs déchets. «Il faut éduquer le citoyen à être respectueux de sa municipalité», a-t-elle expliqué.

En bref… Des panneaux radar de vitesse seront installés dans les deux sens sur le chemin Thibodeau… l’extension du système d’égouts sera faite sur le chemin St-André… la Banque de Montréal fermera ses portes à Cap-Pelé le 29 juin prochain… le comité de l’Arbre de l’espoir à amassé un total de 103 000$ lors de la campagne 2017… quatre bourses d’études de 250$ ont été accordées à Sylvain LeBlanc, Geneviève Saulnier, Tyler Hicks et Jani Cormier… une réunion extraordinaire pour discuter du budget aura lieu le lundi 18 décembre à 19h.

Dieppe adopte une politique novatrice sur la gestion des actifs

Le conseil municipal de Dieppe a adopté une nouvelle politique sur la gestion des actifs lors de sa réunion publique du 27 novembre. Cette méthodologie proactive permettra à la Ville de Dieppe de faire rayonner les meilleures pratiques en gestion des actifs municipaux et de devenir chef de file en la matière.

La Ville de Dieppe développe son programme de gestion des actifs depuis déjà plusieurs années. En 2012, le conseil municipal a appuyé les efforts entrepris afin d’élaborer le premier plan de gestion des actifs de Dieppe. Puis, à l’hiver 2015, la municipalité a été acceptée au Programme de leadership en gestion des actifs (PLGA) de la Fédération canadienne des municipalités. Ce programme a permis à la Ville de Dieppe d’échanger avec quatre autres municipalités francophones du Québec et du Nouveau-Brunswick. La première phase du PLGA a débuté en janvier 2017 et s’est poursuivie jusqu’à l’automne dernier.

Par conséquent, la Ville de Dieppe s’engage à créer, à mettre en œuvre et à améliorer continuellement une approche équilibrée de gestion en s’assurant de la cohérence de ses divers plans avec les meilleures pratiques en matière de gestion des actifs et de développement durable. Ces plans seront intégrés dans un système de gestion des actifs qui permettra à la ville d’atteindre ses objectifs stratégiques.

«Nous sommes fiers d’appuyer cette nouvelle politique qui permettra à la Ville de Dieppe de mettre en œuvre les meilleures pratiques en matière de gestion des actifs et de développement durable et de nous positionner pour répondre aux exigences provinciales en la matière», affirme le maire Yvon Lapierre.

Pour consulter la politique FIN-01 intitulée Politique sur la gestion des actifs, visitez le dieppe.ca sous l’onglet Nouvelles.

L’ouverture de la nouvelle école de Dieppe est reportée

L’ouverture de la nouvelle école de Dieppe qui était prévue en janvier est reportée à septembre 2018. Selon le nouvel échéancier de construction, l’école 3-5 ouvrira ses portes en même temps que la nouvelle école 6-8 située dans le même complexe.

La construction de l’école progresse bien, mais des travaux à l’extérieur se poursuivront au cours des prochains mois afin de compléter, entre autres, le stationnement et les débarcadères des parents et des autobus.

«Les échéanciers prévus pour la construction d’une école sont toujours serrés et contiennent peu de marge de manœuvre, explique Monique Boudreau, directrice générale du District scolaire francophone Sud. Comme il s’agit d’une question de sécurité, le report de l’ouverture à septembre 2018 est dans le meilleur intérêt des élèves et du personnel.»

Le délai dans le projet de construction est dû à une multitude de facteurs hors de notre contrôle, dont les conditions météorologiques et la construction du boulevard Dieppe et des rues avoisinantes.

Même si l’année scolaire devra se terminer à l’école Amirault avec un très grand nombre d’élèves, la qualité des apprentissages et le mieux-être des élèves demeurent toujours la priorité du personnel. Les élèves pourront donc poursuivre l’année en toute quiétude et entreprendre l’année scolaire 2018-2019 dans leur nouvelle école.

Session d’information

Afin de répondre aux questions des parents, une session d’information aura lieu le lundi 11 décembre à 18h30 à la cafétéria de l’école Amirault.

Les travailleurs jamaïcains de Cap-Pelé envoient des biens à leurs familles

Nous reconnaissons, de gauche à droite : Normand Hamel, Stenneth, Kemarley et Norm Vautour. Absents au moment de la photo : Chevon et Ruby. (Photo : Gilles Haché)

Nous reconnaissons, de gauche à droite : Normand Hamel, Stenneth, Kemarley et Norm Vautour. Absents au moment de la photo : Chevon et Ruby. (Photo : Gilles Haché)

Gilles Haché

Les quelque 90 employés jamaïcains travaillant dans les usines de Cap-Pelé se sont regroupés pour envoyer divers objets et de la nourriture à leurs familles en Jamaïque.

Deux conteneurs, l’un de 20 pieds et l’autre de 40 pieds, contenant plus de 200 barils seront envoyés à Kingston en Jamaïque, pour qu’ils soient distribués aux familles.

Avec l’aide de Norm Vautour, propriétaire de Pro-Tech Auto Center, qui offre des espaces de rangement et qui les aide à planifier l’envoi des conteneurs, les familles des employés pourront recevoir de nombreux produits allant même jusqu’à des téléviseurs.

La valeur de la marchandise dans un baril peut représenter 600$ canadiens, ce qui équivaut à près de 6000$ en dollars jamaïcains.

Les employés jamaïcains sont très reconnaissants envers Norm Vautour et Norma Boudreau pour tout ce qu’ils font pour eux. Ils désirent remercier également Danny Goguen, de Cap-Pelé Bait, de leur permettre d’utiliser leurs installations et le chariot élévateur (fork lift) pour le chargement des barils.

Selon les nouveaux contrats de travail, les travailleurs étrangers peuvent travailler de six à huit mois et doivent ensuite retourner dans leurs pays, mais ils peuvent revenir les années suivantes.

EDITORIAL

Jeannita Thériault

Jeannita Thériault

Théberge et après…

On apprend que Raymond Théberge, le recteur actuel de l’Université de Moncton est en lice pour devenir le prochain Commissaire aux langues officielles du Canada.

Le jeudi, 30 novembre dernier, le gouvernement de notre premier ministre, Justin Trudeau, confirmait son choix de proposer le nom de Raymond Théberge en tant que le nouveau Commissaire aux langues officielles du Canada. Cependant, sa candidature doit encore être confirmée par la Chambre des communes ainsi que le Sénat canadien.

Certaines personnes dans le milieu acadien sont surprises d’apprendre cette nouvelle puisque monsieur Théberge avait accepté un deuxième mandat en tant que recteur de l’Université de Moncton. Avait-il déjà fait savoir au gouvernement fédéral qu’il était intéressé au poste de Commissaire aux langues officielles du Canada, ou est-ce-que cette nomination «est tout simplement tombée du ciel?», se demandent ces mêmes personnes…

De toute façon, au point de vue académique, il est certain que monsieur Théberge, originaire de Saint-Boniface, au Manitoba, a plusieurs degrés à ses acquis, même un doctorat!

Selon la ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, «l’expérience et la compréhension des mécanismes gouvernementaux lui seront utiles en tant que chien de garde pour les communautés de langues officielles». Le terme «mécanismes gouvernementaux» en inquiète plusieurs puisqu’ils craignent que monsieur Théberge n’aurait pas le «mordant» nécessaire pour défendre adéquatement les minorités francophones, et ce, à la grandeur du pays en raison d’une fidélité envers le gouvernement fédéral actuel.

Lorsque Graham Fraser, Commissaire sortant aux langues officielles, a été nommé, «il était connu lors de sa nomination et ce n’est pas le cas de monsieur Théberge puisqu’au-delà du Nouveau-Brunswick et du Manitoba, il aura un travail de crédibilité pour mieux se faire connaître», a commenté la politicologue du Collège militaire royal du Canada, Stéphanie Chouinard.

Certaines rumeurs circulent à l’effet que l’Université de Moncton aurait recours à des «chercheurs de têtes» pour trouver la personne qui pourrait remplacer monsieur Théberge, au cas où sa nomination devienne officielle. Souhaitons que ces chercheurs trouvent la personne choisie provenant de la région acadienne. Nous avons plusieurs personnes en Acadie qui ont l’expérience, les degrés, les connaissances et les qualités nécessaires pour combler le poste de recteur ou de rectrice. Pourquoi allez chercher ailleurs? L’Université de Moncton est une université acadienne – au cas où certaines personnes en douteraient…

Jeannita Thériault

Don des Chevaliers de Colomb de Haute-Aboujagane

donchevha

Le Conseil des Chevaliers de Colomb de Haute-Aboujagane a profité de l’occasion des fêtes pour faire une contribution de 500$ afin de participer à la collecte de fonds dans le but d’aider à l’installation d’un nouveau système de chauffage chez Allain Dallaire. Sur la photo, nous reconnaissons Rhéal LeBlanc, Grand Chevalier; Lucie Richard, membre du comité organisateur de la collecte de fonds et Léandre Forest, trésorier. (Photo : Gracieuseté)

Don du Club Lions de Shédiac

lionssickkids

Le Club Lions de Shédiac a présenté des dons à deux écoles de la région. De gauche à droite : Bernice Cormier, du Club Lions de Shédiac, présente un chèque de 2000$ à Claude Roy, vice-principal de l’école polyvalente Louis-J.-Robichaud et Janica Bernard, vice-principale de l’école de Shediac Cape reçoit un chèque de 1500$ de Gary Aucoin, président du Club Lions de Shédiac. (Photo : Gracieuseté)

Le «prince canadien du piano» et ses invités fêtent Noël à La Caserne

rogerpiano

   Le pianiste Roger Lord et ses invités, le duo composé de la comédienne-chanteuse acadienne Isabelle Cyr et du musicien et chanteur Yves Marchand, ainsi que les pianistes Sébastien Leclerc, Yulin He et Zhentong Wang offriront le concert Noël à La Caserne le dimanche 17 décembre à 15h au Centre des arts et de la culture de Dieppe.

Le récital sera dans l’esprit d’une véritable soirée de famille du temps des fêtes avec des pièces de styles variés.

«Je jouerai des œuvres solos de piano classique de Bach, Liszt, Schubert, et Tchaïkovski. Puis, il y aura, en duo avec mon ancien étudiant Sébastien Leclerc, des pièces du célèbre Casse-Noisette de Tchaïkovski. Je jouerai aussi de jolis duos de piano avec deux de mes jeunes élèves d’origine chinoise qui sont vraiment talentueux. Mes invités de marque pour ce bel événement, Isabelle Cyr et du Yves Marchand, que je connais de longue date, sauront sûrement mettre de la vie, du rire et un esprit de fête à notre rencontre musicale de Noël!», explique le pianiste et professeur au département de musique à l’Université de Moncton, Roger Lord.

Les jeunes élèves de M. Lord sont Yulin He, 10 ans, et Zhentong Wang, 15 ans. Zhentong Wang a remporté le 1er prix aux finales provinciales du Nouveau-Brunswick en piano dans la catégorie intermédiaire en juin dernier.

«Cette production du Centre des arts et de la culture est la deuxième édition d’un concept de concert de Noël où nous invitons un musicien ou une musicienne classique à s’entourer d’autres artistes pour présenter un spectacle sur la scène de La Caserne à l’approche des fêtes. Ça donne de très belles rencontres musicales qui me rappellent la chaleur et la convivialité du temps des fêtes de mon enfance», par-tage le directeur du CACD, Luc Gaudet.

Surnommé le «prince canadien du piano» par le China Daily, Roger Lord a été nommé en 2017 parmi les «150 choses et personnalités canadiennes illustres», sur le populaire site Internet chinois Sina-Weibo suivi par des millions d’internautes. Cette liste, préparée par l’Ambassade du Canada comprenait aussi James Cameron, Denis Villeneuve, David Suzuki, Roméo Dallaire, Louise Arbour, Margaret Atwood, Glenn Gould, Oscar Peterson, Diana Krall et le «bras canadien».

Les billets sont disponibles aux points de vente du réseau admission du Grand Moncton, soit au Centre des arts et de la culture de Dieppe, au Monument Lefebvre, à la billetterie de l’Université de Moncton et au théâtre l’Escaouette, ainsi que sur le site Web admission.com.

Communauté informée… Communauté en santé…

Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes

   Le 6 décembre est la Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes au Canada. Instituée en 1991 par le Parlement du Canada, cette journée souligne l’anniversaire du meurtre de 14 jeunes femmes en 1989 à l’École Polytechnique de Montréal, tuées parce qu’elles étaient des femmes.

Tout en commémorant les 14 jeunes femmes qui ont perdu la vie par un acte de violence sexiste qui a choqué la nation, le 6 décembre offre aux Canadiennes et aux Canadiens l’occasion de réfléchir au phénomène de la violence envers les femmes dans notre société. C’est aussi l’occasion de penser aux femmes et aux filles qui sont aux prises avec la violence au quotidien et de rendre hommage aux femmes et aux filles mortes à cause de la violence sexiste.

Enfin, pendant cette journée, les collectivités peuvent penser à des moyens concrets d’éliminer toutes les formes de violence à l’endroit des femmes et des filles.

Les mois de novembre et de décembre sont des mois importants dans la sensibi- lisation du public à la violence fondée sur le sexe, au Canada comme à l’étranger, car ils regroupent plusieurs dates clés. Outre la Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes, le 6 décembre, il y a la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, qui est célébrée le 25 novembre et qui ouvre les <http://www.swc-cfc.gc.ca/commemoration/vaw-vff/days-jours-fr.html> 16 jours d’activisme contre la violence faite aux femmes, lesquels se terminent avec la Journée internationale des droits de la personne, le 10 décembre.

(Tiré d’un texte publié par Condition féminine Canada)