La Chambre de commerce Cap-Pelé-Beaubassin-est reconnait des entrepreneurs et des bénévoles

 Les récipiendaires des différents prix présentés lors de la soirée de reconnaissance de la Chambre de commerce de Cap-Pelé-Beaubassin-est tenue le 24 novembre dernier au Centre de Saint-André-LeBlanc. De gauche à droite : Jean-Philippe Magot, de Claritech Innovations, qui a reçu le Prix Charles-Yvon-Landry, entrepreneur masculin de l’année 2017; Marguerite Gagnon, Prix personne pionnière CBDC; Marita LeBlanc, récipiendaire du Prix du pré- sident et Natalie Cormier, récipiendaire du Prix CBDC, femme entrepreneure de l’année 2017. À l’arrière : Albert E. LeBlanc, président de la Chambre de commerce Cap-Pelé-Beaubassin-est. (Photo : Gilles Haché)

Les récipiendaires des différents prix présentés lors de la soirée de reconnaissance de la Chambre de commerce de Cap-Pelé-Beaubassin-est tenue le 24 novembre dernier au Centre de Saint-André-LeBlanc. De gauche à droite : Jean-Philippe Magot, de Claritech Innovations, qui a reçu le Prix Charles-Yvon-Landry, entrepreneur masculin de l’année 2017; Marguerite Gagnon, Prix personne pionnière CBDC; Marita LeBlanc, récipiendaire du Prix du pré- sident et Natalie Cormier, récipiendaire du Prix CBDC, femme entrepreneure de l’année 2017. À l’arrière : Albert E. LeBlanc, président de la Chambre de commerce Cap-Pelé-Beaubassin-est. (Photo : Gilles Haché)

Gilles Haché

Plus de 240 personnes étaient présentes à la Soirée de reconnaissance de la Chambre de commerce Cap-Pelé-Beaubassin-est, organisée pour reconnaitre des entrepreneurs et bénévoles de la région, le 23 novembre dernier, au Centre de Saint-André-LeBlanc.

Le Prix de la personne pionnière de l’année a été remis à Marguerite Gagnon, de Beaubassin-est, une femme exceptionnelle qui s’est dévouée en tant qu’enseignante pendant 35 ans et à sa communauté en s’impliquant dans divers organismes.

Le Prix du président 2017 a été attribué à Marita LeBlanc, de Haute Aboujagane, en raison de son énorme contribution à sa communauté au fil des années.

Le Prix CBDC pour l’entrepreneure féminine de l’année a été remis à Natalie Cormier, copropriétaire d’Able Canvas, de Beaubassin-est.

Le Prix Charles-Yvon-Landry pour l’entrepreneur masculin de l’année fut remis à Serge Collin et Jean-Philippe Magot, propriétaires de Claritech Innovations, situé à Boudreau-Ouest.

La Chambre de commerce a décerné deux bourses de 500$ chacune. Les récipiendaires sont Brooke Cassidy Gallant, de Shédiac et Jani Cormier, de Cap-Pelé.

La Chambre de commerce Cap-Pelé-Beaubassin-est compte 175 membres et offre différents moyens d’économie pour les entreprises.

Ville de Shédiac   La prudence est de mise pour 2018

Gilles Haché

La Ville de Shédiac, tout comme plusieurs autres municipalités de la province, a connu exceptionnellement une croissance négative de son assiette fiscale pour 2018, ce qui représentera des défis fiscaux pour les années à venir.

«Shédiac a vu son assiette fiscale passer de 655 048 496$ à 654 893 496$ soit une diminution de 155 354$. Pour maintenir et améliorer le niveau de service à ses citoyens, la municipalité devra donc faire une gestion très serrée de ses dépenses tout en trouvant des sources de revenus additionnelles», indique le maire Jacques LeBlanc.

«Bien qu’un montant additionnel de près de 600 000$ a été reçu pour 2018 au niveau de la subvention de financement et de péréquation communautaire, ce montant est révisé sur une base annuelle par la province et la municipalité ne peut pas faire de projections à long terme basé sur ce montant», ajoute Jacques LeBlanc.

Les délibérations budgétaires qui se tiendront le lundi 4 décembre prochain et qui se poursuivront les 5, 11 et 12 décembre dans la salle du conseil à compter de 18h seront faites sous de signe de la prudence et le conseil municipal devra faire face à plusieurs défis.

«On devra maintenir une gestion efficace et créative de nos actifs, renflouer les Fonds de réserve pour les projets d’envergure ou pour les imprévus ainsi que diminuer le niveau d’endettement municipal en finançant certains projets en capitaux à même nos opérations municipales», de conclure le maire Jacques LeBlanc.

Lors de la réunion régulière du conseil de la Ville de Shédiac, on a appris que le projet de logement de 54 unités que l’Église Anglicane prévoyait construire au coin de la rue Greenwood et du chemin Pointe-du-Chêne, dont la demande de rezonage avait été demandée il y a cinq ans, n’aura finalement pas lieu. Les promoteurs ont décidé de ne pas demander une extension au rezonage, qui exigeait que la construction se fasse en dedans de cinq ans. Un autre projet pourrait revenir, mais sous un autre forme.

Centreville Shédiac Downtown a présenté sa demande pour le budget 2018. Un montant de 25 000$ est demandé pour aménager le centre-ville nouvellement rénové en ajoutant des enseignes de bienvenue, des bancs et des poubelles.

De son côté, la Chambre de commerce du Grand Shédiac demande 24 500$ pour continuer à développer les services de la Chambre de commerce, organiser le gala, un salon de l’emploi étudiant, organiser le tournoi de golf et le tournoi de scrabble.

Les décisions seront prises lors de l’adoption du budget 2018 en décembre.

En bref… les coûts de la GRC seront de 1 367 755$ pour l’année 2018 soit une augmentation de 7%… des permis de construction totalisent un montant de 10,8 millions pour 11 mois… le conseil a accepté les dérogations demandées par le promoteur Jacques Laforest par un vote de 5 contre 3 pour la construction de 36 logements aux coins de la rue Chesley et Miquelon… un montant de 200 000$ sera transféré au Fonds de réserve générale pour des projets futurs… un montant de 600 000$ sera transféré au Fonds de réserve du système d’eau puisque des projets qui étaient prévus n’ont pas été complétés… il n’y aura pas de réunion régulière pour décembre… la prochaine réunion régulière aura lieu le 28 janvier.

Une augmentation du nombre de touristes, mais moins de visiteurs à la plage Parlee

(GNB) – Le Nouveau-Brunswick a connu une augmentation du nombre de touristes au cours de l’été 2017. Il s’agit d’une deuxième hausse en deux ans.

Dans l’ensemble, les attractions publiques comprises dans les indicateurs touristiques du Nouveau-Brunswick ont signalé, pour la période de juin à septembre, une augmentation de la fréquentation de 10 pour cent comparativement à la même période en 2016, et ce, malgré une chute de 26 pour cent du nombre de visiteurs à la plage Parlee.

«Nous avons écouté les gens du Nouveau-Brunswick et nous avons travaillé avec les intervenants de l’industrie, qui veulent que la croissance au sein du secteur touristique soit prioritaire, et nous en récoltons maintenant les fruits», a déclaré le ministre du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture, John Ames.

  1. Ames s’est dit heureux de la saison touristique estivale de cette année. «Le beau temps dont nous avons profité pendant tout l’été s’est poursuivi pendant l’automne, et nous espérons que cela permettra de continuer à faire augmenter le nombre de touristes au Nouveau-Brunswick», a-t-il dit.

La location d’emplacements de camping dans les parcs provinciaux entre juin et septembre a augmenté de six pour cent, ce qui s’est traduit par un nombre record de campeurs dans la province depuis 2008. De nombreux sites et attractions de la province ont également enregistré une croissance de la fréquentation.

Le parc Hopewell Rocks a accueilli 286 202 visiteurs entre juin et septembre, ce qui représente une hausse de 17 pour cent comparativement à 2016. Les attractions suivantes ont également connu une augmentation de la fréquentation au cours de la même période : le Village historique de Kings Landing, hausse de 19 pour cent; le Jardin Kingsbrae, hausse de 15 pour cent; l’Aquarium et Centre marin du Nouveau-Brunswick, hausse de six pour cent; le Jardin botanique du Nouveau-Brunswick, hausse de 14 pour cent; le Musée du Nouveau-Brunswick, hausse de six pour cent; le parc international Roosevelt de Campobello, hausse de huit pour cent; et le Village historique acadien, hausse de six pour cent.

De plus, de janvier à septembre 2017, l’industrie de l’hébergement a enregistré une hausse de quatre pour cent des locations de chambres comparativement à la même période en 2016. Le taux d’occupation des établissements d’hébergement de la province a augmenté de trois points de pourcentage durant cette période.

EDITORIAL

Alcide F. LeBlanc

Alcide F. LeBlanc

Quand la colère, la rage et la peur s’expriment, il faut faire attention

Depuis plusieurs semaines, tant du côté anglophone que du côté francophone et cela à travers la province, les opposants à la privatisation tiennent mordicus à maintenir les services de santé sous l’autorité publique plutôt que de les voir passer sous le contrôle d’une entreprise privée qui se définit comme organisme à but non lucratif. Depuis quand une entreprise commerciale, comme Medavie ou n’importe quelle autre du genre, ne recherche pas les profits avant tout autre objectif?

Croyez-le ou non, il est plutôt rare de voir les deux principaux groupes linguistiques de notre province si unis, si d’accord, dans une cause aussi essentielle que celle de la santé.

Lors des réunions tenues aux quatre coins du Nouveau-Brunswick, c’est le même message : non à la privatisation. On sent la colère, la rage, la peur dans les discours, dans les questions posées de même que dans les yeux des gens qui y assistent.

Voici la question qui tue! Où et quand le gouvernement Gallant a-t-il reçu le mandat de la population de se diriger vers cette tentative de privatisation? Est-ce que les citoyens et les citoyennes se rappellent des préoccupations soulevées lors de la campagne électorale en 2014? Personne n’a entendu prononcer le moindre mot sur ce sujet trois ans passés.

Le programme de santé au Canada est l’un de nos purs traits distinctifs contribuant le plus à faire des jaloux chez nos voisins du sud et ailleurs dans le monde. Il ne faut donc pas le blesser, mais bien le protéger avec des soins minutieux.

Si certains de nos députés demandent aux personnes qui parlent contre la privatisation de mettre un terme «à la campagne de peur», que le gouvernement lui-même en donne l’exemple en mettant rapidement fin à son projet nuisible à la paix sociale et qui contribue énormément et inutilement à susciter la peur, l’inquiétude et l’angoisse chez notre population.

Alcide F. LeBlanc

Ouverture officielle du Centre des opérations de la Ville de Shédiac

Sur la photo, le maire Jacques LeBlanc, accompagné des membres du conseil municipal, des invités et des citoyens et citoyennes, coupe le ruban lors de l’ouverture officielle. (Photo : Gilles Haché)

Sur la photo, le maire Jacques LeBlanc, accompagné des membres du conseil municipal, des invités et des citoyens et citoyennes, coupe le ruban lors de l’ouverture officielle. (Photo : Gilles Haché)

Plusieurs centaines de personnes ont profité des activités de l’ouverture officielle, samedi dernier, pour visiter le tout nouveau Centre des opérations de la Ville de Shédiac.

Cet édifice de 21 600 pieds carrés construit au cout de 5,2 millions $ remplacera l’ancien édifice de la rue Calder devenu désuet.

«Ce bâtiment est construit à la fine pointe de la technologie et saura répondre aux besoins de la ville et donnera à notre vingtaine d’employés un lieu de travail sécuritaire pour plusieurs décennies à venir», explique le maire Jacques LeBlanc. «Ce projet s’est échelonné sur deux mandats du conseil municipal. Je remercie l’ancien maire Raymond Cormier et les conseillers et conseillères qui ont travaillé sur ce magnifique projet», d’ajouter le maire LeBlanc.

5 à 7 de la Chambre de commerce du Grand Shédiac  La sous-ministre du Tourisme présente la nouvelle Stratégie de croissance du tourisme

Jacques LeBlanc, maire de Shédiac; Françoise Roy, sous-ministre du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture et Ron Cormier, président de la Chambre de commerce du Grand Shédiac. (Photo : Gilles Haché)

Jacques LeBlanc, maire de Shédiac; Françoise Roy, sous-ministre du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture et Ron Cormier, président de la Chambre de commerce du Grand Shédiac. (Photo : Gilles Haché)

Françoise Roy, sous-ministre du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture était la conférencière lors d’un 5 à 7 organisé par la Chambre de commerce du Grand Shédiac.

En premier lieu, lors de sa présentation, elle a parlé de la situation de la plage Parlee.

Elle a souligné que son ministère prend très au sérieux les problèmes de la qualité de l’eau qu’a connus cet attrait touristique majeur pour la région.

Elle a ajouté que plus de quatre millions ont été débloqués pour régler les différents problèmes soulevés. Elle s’est quand même faite rassurante en indiquant que dans 95% du temps, cet été, l’eau était propice à la baignade.

Elle veut travailler avec les intervenants touristiques de la région pour trouver des moyens pour sensibiliser la population à l’importance de maintenir un environnement propre. «Que ce soit les citoyens, vacanciers et propriétaires de bateau tous doivent faire leurs parts pour conserver la qualité de nos plages.»

Elle a par la suite souligné les grandes lignes de la Stratégie de croissance du tourisme du Nouveau-Brunswick : nouvelle économie touristique avec un budget de 100 millions sur huit ans, consistera à accroître les dépenses des visiteurs de sorte qu’elles passent de 1,3 milliard à deux milliards de dollars d’ici 2025 ce qui permettrait de créer jusqu’à 4800 nouveaux emplois dans le secteur touristique.

La stratégie mettra l’accent sur cinq piliers principaux soit : l’accroissement de l’importance économique du tourisme; la recherche, la technologie et les mesures de la performance ; l’innovation en matière de produits et d’expériences; la promotion de l’investissement et de l’harmonisation en matière de partenariats et la valorisation de la marque et la conquête des marchés.

L’industrie touristique du Nouveau-Brunswick emploie plus de 42 000 personnes et contribue pour plus de 520 millions de dollars par année au produit intérieur brut provincial. On estime que le rendement de chaque dollar provenant des fonds publics qui est investi dans la promotion du Nouveau-Brunswick en tant que destination touristique est de 3,19$.

Grâce à l’augmentation de 17,6 pour cent de son budget en 2017-2018, le ministère du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture a réalisé des investissements record dans l’industrie du tourisme. De plus, dans le cadre du budget d’immobilisations de 2018-2019, le gouvernement investira 12,6 millions de dollars dans les parcs, les sentiers, les lieux historiques et d’autres infrastructures touristiques. Cela représente une augmentation de 19,1 pour cent par rapport au niveau d’investissement de l’an dernier.

La somme de 1,6 millions $ recueillie par la campagne de l’Arbre de l’espoir

radiothonespoir

(N.A.L.) – Les gens de partout dans la province ont à nouveau été généreux cette année alors que la campagne de l’Arbre de l’espoir de la Fondation CHU Dumont a dépassé ses attentes en récoltant 1 619 743$, vendredi, lors du populaire radiothon annuel, au CCNB-Dieppe.

C’était toute une journée forte en émotions pour les animateurs, survivants du cancer, organisateurs, artistes et nombreux bénévoles réunis pour l’occasion pour ramasser cette somme record. Plusieurs témoignages ont bien garni l’horaire de la journée et nombre d’artistes, dont Isabelle, Fayo et autres ont fait leur part pour divertir les gens tout en appuyant la cause.

Comme lors des autres années, le chèque du Tour de l’espoir de 160 000$ a mis fin au radiothon, vers 19h, sous les applaudissements bien nourris de la foule présente. Les organisateurs n’avaient pas fixé d’objectif précis cette saison, après avoir récolté 1,5 millions$ en 2016. Les gens ont bien apprécié les efforts communautaires, les contributions des compagnies et des employé.e.s et surtout les nombreux dons provenant des écoles et groupes de la province.

Les coprésidents étaient Joanie Benoît et Denis Larocque, tous deux des survivants. Le radiothon était diffusé à Radio-Canada Acadie, CBC Information Morning avec des reportages de certaines radios communautaires à travers la province. Le radiothon de CBC Radio One, de 6h à 9h en matinée, a permis de recueillir 190 294$.

L’Arbre de l’espoir vise à recueillir des fonds pour améliorer les traitements en oncologie et le confort des patients au Centre d’oncologie Dr-Léon-Richard, à l’auberge Mgr-Henri-Cormier et dans les unités satellites du nord de la province. L’Institut atlantique de recherche sur le cancer reçoit également des sommes pour poursuivre son travail. Les sommes de cette année, entre autres, permettront d’acheter de nouveaux fauteuils roulants de traitement, à Edmundston; l’achat de deux appareils qui permettent d’immobiliser les patients dans une position prédéterminée pour un traitement; la création d’une unité de chirurgie de Mohs pour améliorer le traitement du cancer de la peau et l’achat d’un applicateur de traitement du cancer du col de l’utérus. Il y aura des investissements également dans la recherche et un dernier paiement sur le scanner TEP/TDM, déjà en fonction.

L’artiste Mathieu Francoeur a de nouveau produit une œuvre sur place, durant la journée, avec des produits recyclés en fils électriques et de la mousse. L’œuvre a ensuite été vendue.

La campagne de l’Arbre de l’espoir a recueilli environ 24 millions $ depuis ses débuts, en 1989.

Don du Club optimiste Moncton- Dieppe aux enfants du département de pédiatrie et oncologie

donoptimiste

 Dans le cadre du programme Semer le réconfort, le Club optimiste Moncton-Dieppe a fait don aux enfants du département de pédiatrie et d’oncologie au Centre hospitalier universitaire Dr-Georges-L-Dumont afin de remplir le coffret au trésor. De gauche à droite : Isabelle Bonenfant et Isabelle Léger, infirmières au département de pédiatrie et d’oncologie et                                                                                                       Marie-Paule Massiéra, Club optimiste Moncton-Dieppe. (Photo : Gracieuseté)

Vous êtes tous invités à la Fête de Noël de Beaubassin-est

Le Père Noël et la mairesse suppléante Susan Cormier étaient bien contents d’accueillir les enfants de la communauté à la Fête de Noël de 2016. (Photo : Louis Melanson)

Le Père Noël et la mairesse suppléante Susan Cormier étaient bien contents d’accueillir les enfants de la communauté à la Fête de Noël de 2016. (Photo : Louis Melanson)

Les membres du conseil invitent toute la population à la 8e Fête de Noël de la Communauté rurale Beaubassin-est le jeudi 7 décembre de 17h30 à 19h30 dans les bureaux de la municipalité. Le Père Noël sera sur les lieux pour rencontrer les enfants, il y aura un délicieux goûter et de la musique de Noël, ainsi qu’une collecte de nourriture et de jouets pour aider les familles dans le besoin à l’approche du temps des fêtes.

Tous les enfants pourront se faire photographier avec le Père Noël et ils peuvent lui apporter leurs lettres avec des suggestions de cadeaux. Le photographe Louis Melanson sera présent pour faire des photos si vous n’avez pas d’appareil photo. C’est gratuit, et vous recevrez les photos par courriel.

On vous encourage à apporter de la nourriture non périssable, des jouets ou des dons en argent pour le Vestiaire Saint-Joseph de Shediac et le Comité d’Entraide de Cap-Pelé-Shemogue. Les articles recueillis seront partagés entre les deux organismes. Cette collecte va se terminer le jeudi 7 décembre, mais les gens peuvent dès maintenant apporter leurs contributions au 1709, Route 133 à Grand-Barachois.

Les membres du conseil et du personnel de Beaubassin-est veulent ainsi s’assurer que les familles de la communauté passent un joyeux temps des fêtes. Les bureaux de la Communauté rurale Beaubassin-est sont ouverts de 8h à 16h du lundi au vendredi. Pour plus de renseignements, vous pouvez appeler au 532-0730.

Réussite de la Campagne de l’Arbre de l’espoir Un exemple d’un investissement dans une garderie de Dieppe, le Garde Amis Inc.

Nous reconnaissons, à l’avant, de gauche à droite : Anaève, Gabrielle, Maxime, Sarah Maud et Jacob. À l’arrière, de gauche à droite : Xavier, Marysol, Amélie et Laurent, qui posent fièrement avec leur chèque et Régis Maltais, vp au cabi- net provincial de la campagne. (Photo : Hélène Le Pennec)

Nous reconnaissons, à l’avant, de gauche à droite : Anaève, Gabrielle, Maxime, Sarah Maud et Jacob. À l’arrière, de gauche à droite : Xavier, Marysol, Amélie et Laurent, qui posent fièrement avec leur chèque et Régis Maltais, vp au cabi- net provincial de la campagne. (Photo : Hélène Le Pennec)

Hélène Le Pennec

Depuis la fin du mois d’octobre et tout au long du moins de novembre jusqu’à la grande journée du Radiothon le 24 novembre dernier, enfants, parents et équipes d’encadrants d’une garderie de Dieppe se sont mobilisés pour l’Arbre de l’espoir.

Comme à chaque année les trois centres qui composent le Garde Amis Inc. de Dieppe dans les écoles Sainte-Thérèse, Amirault et Anna-Malenfant participent activement à la campagne de l’Arbre de l’espoir. Les trois centres ont vendu des sacs de popcorn ainsi que des billets de 50/50 pendant plusieurs soirées au cours de ces dernières semaines.

Leur objectif cette année était de dépasser la somme de 1000$, de dire Monica LeBlanc, animatrice au Club Anna. Cet objectif est rempli puisque les trois centres ont ramassé la somme de 1078,20$. Trois enfants de chaque centre se sont rendus le 24 novembre au Radiothon de l’Arbre de l’espoir au CCNB de Dieppe, afin de remettre fièrement la somme récoltée.

On félicite aussi toutes les initiatives qui ont été menées et ont permises de récolter au total plus de 1,6 millions de dollars pour la campagne de l’Arbre de l’espoir 2017. Les sommes amassées serviront ainsi à améliorer la vie des personnes touchées par le cancer ainsi que leurs familles. Cette maladie devient malheureusement de plus en plus répandue, il est donc important de poursuivre ces initiatives nécessaires à une meilleure prise en charge des patients.

Bravo aux enfants, aux parents, aux équipes du Garde Amis Inc., qui ont ainsi contribué à cette campagne, «on espère faire encore mieux l’année prochaine», de dire les animateurs de la garderie.