La SPAASI lance sa programmation du volet international de la FrancoFête en Acadie

La Stratégie de promotion des artistes acadiens sur la scène internationale (SPAASI), une initiative de la Société Nationale de l’Acadie (LSNA), présentera encore cette année un important volet international lors de la FrancoFête en Acadie qui aura lieu du 31 octobre au 4 novembre prochain à Dieppe et Moncton.

En nouveauté cette année, les délégués internationaux auront la chance de passer une journée à l’Île-du-Prince-Édouard pour une excursion à la découverte de l’Acadie. Ces derniers pourront ainsi en apprendre davantage sur l’identité acadienne, son histoire, sa culture et ses paysages. Cette activité est présentée en collaboration avec la Fédération culturelle de l’Île-du-Prince-Édouard.

La SPAASI accueillera, une fois de plus, une importe délégation de 31 professionnels de l’industrie du spectacle en provenance de la France, de la Belgique, de la Suisse et des États-Unis, et présentera plusieurs activités de réseautage et rencontres d’affaires entre les délégués internationaux et les artistes et représentants d’artistes acadiens.

Communauté informée… Communauté en santé…

Comment prévenir l’anxiété chez les enfants

   Tout comme les adultes, les enfants peuvent vivre de l’anxiété. Il est conseillé de prévenir l’anxiété chez les enfants. Vivre une forte anxiété étant jeune peut causer certains problèmes comme des problèmes de sommeil ou d’alimentation, ainsi que dans ses relations avec son entourage. L’anxiété peut être causée de plusieurs façons. Elle peut subvenir en raison de certaines peurs et inquiétudes et en raison d’être dans certaines situations familiales ou sociales.

Tous les enfants ressentent de la peur à un moment ou un autre. C’est leur stade de développement qui déterminera comment intense sera leur niveau de peur. Les enfants plus jeunes ont de la difficulté à comprendre la peur ou l’inquiétude qu’ils ressentent. C’est pour cette raison qu’ils réagissent de façon exagérée lorsqu’ils ressentent la peur. Comme parent, vous devez essayer de comprendre les sentiments de votre enfant pour l’aider à s’exprimer. Quand un enfant exprime ses peurs et ses inquiétudes, il pourra les surmonter plus facilement. Par exemple, vers l’âge de 7-8 mois, les bébés vivent la peur de la séparation. Lorsqu’ils ne voient plus leurs parents ou voient des étrangers, ils pleurent. Aussi, les enfants entre 2-5 ans commencent à faire des cauchemars et ont peur de toutes sortes de choses comme le noir et les monstres.

Différentes situations dans la famille ou situations à l’école peuvent troubler ou causer l’anxiété chez un enfant. Un déménagement, un changement d’école ou de garderie, ainsi qu’un événement important comme un examen ou une compétition sportive peut causer de l’anxiété. Certains articles dans le journal ou les bulletins d’informations à la télévision peut être bouleversant pour un enfant.

Les signes les plus fréquents qu’un enfant vit de l’anxiété :

* Ils ont des troubles du sommeil.

* Ils ressentent la peur de quelque chose de façon plus intense que les autres enfants de son âge, ce qui peut souvent amener l’enfant à éviter des situations.

* Ils refusent d’aller à l’école ou de participer à des activités sportives.

* Ils ont de la difficulté à se faire des amis.

* Ils ont des maux de ventre, des vomissements ou de la fatigue.

Comme parents, vous pouvez aider à prévenir et réduire l’anxiété chez vos jeunes. Voici des exemples :

* Aidez-les à mettre des mots à leurs émotions.

* Posez-leur des questions et écoutez-les. Ils doivent ressentir la liberté et la sécurité d’exprimer leurs craintes.

* Quand ils développent une nouvelle peur, rassurez vos enfants et donnez-leurs tout le temps nécessaire pour y surmonter.

* Aidez vos enfants à développer leur estime de soi.

* Félicitez vos enfants quand ils surmontent une peur. Rappelez-leurs régulièrement de toutes les peurs qu’ils ont surmontées.

* Ne laissez pas vos enfants éviter toutes les situations qui leurs causent de l’anxiété. Encouragez-leurs à vivre ces situations au lieu. Offrez-leurs du soutien.

* Ne forcez pas vos enfants à faire du progrès trop rapidement. Respectez leur rythme.

Si vos enfants montrent des signes d’anxiété qui vous inquiètent, communiquez avec des organismes comme le Centre de crises et de ressources familiales Beauséjour qui peuvent aider avec des problèmes liés aux troubles anxieux. Si vos enfants démontrent de la difficulté à accomplir ses activités quotidiennes en raison de leur haut niveau d’anxiété ou que l’état de votre enfant affecte la vie familiale, consultez un professionnel de la santé au cas où ils souffrent de troubles anxieux ou d’un autre problème de santé qui présente des symptômes semblables.

(Source : http://sante.gouv.qc.ca/conseils-et-prevention/prevenir-l-anxiete-chez-les-enfants/

Cossé qu’a radote Delphine…

Me v’là z’en train d’écrire ma chronique de cte s’maine, avec mon crayon de mascara, de d’sus le fait d’une “napkin”. Ouaye! Me v’là t’au “birthday party” de l’échignante pis dâmnée Grande-Matante Dorothée à mon houmme foiroux d’Ozime. Qui célébre sés 103 ans, avec son dentier d’en haut en train d’saucer dans son verre de vin blanc sec. À temps tôt, par accident, sa perruque y y’a pougné t’en feu… Ouaye, juste coumme qu’à s’penchait pour souffler “out” lés chandelles de d’sus l’fait d’son gâteau d’fête. Que v’là qu’la moumoute se détacha du fait d’la peau d’son crâne, pour “landé” pis s’mettre à fondre coumme t’un grous tchas “d’plastic” qui boucane nouaire de d’sus l’fait d’la pâtisserie flamboyante. “Right now”, y’avons lés châssis de grands ouverts, afin de faire airer la salle.

En attendant qu’l’atmosphère s’éclaircisse icitte pis que la “crowd” d’invités s’accalmisse, j’ai pensé bon de voulouaire partager avec vous z’autres la biographie d’la vieille snoutche d’hounneur :

  • Née le 22 octore, en 1914, la journée qui grêlait fôrt le djâble dans la paisible Vallée de Memramrook! Pis qu’un “chunk” de grêle quasiment la “size” d’une bâlle de baseball arait supposément “crashé” en travers du châssis d’la chambre de sés parents, au moment même que Dorothée hurla son premier crie d’vie. S’lon lés parsounnes superstitieuses de l’époque, un signe que l’enfant était possiblement posséder du même don que sa grand-grand-mére Imelda: d’être capable de prévenir l’avenir!
  • À l’âge de 16 ans, à s’en alla travailler coumme tchuisiniére dans z’un camp de bûcherons, dans la région dépassée d’Cap-Pelé… À youssé qu’à “feedait” la beude dés hoummes fôrts pis musclés, avec sés fameuses crêpes aux œufs pis sés fayots “bakés” à la mélasse… Excepter que sés “hots biscuits” n’étions pas mangeables; qu’une hache n’arait pas pu trancher en travers… Que ouaye, qu’lés travaillants s’en sarvions coumme missiles avec leu’ “sling-shot” à chasser du gibier sauvage (coumme “from” du lapin à d’la perdrix pis t’au chevreuil… jusqu’à même d’l’ours nouaire)!
  • Veuve à 3 fois… Qu’son premier mari, son cher vigoureux d’Ernest est môrt pendant la 2 ième Dguerre Mondiale, mais pas pendant qu’lés bombes timbions du ciel t’en Europe…Aaah! Non! Non! Non! Que l’pauvre esclave t’en “marchant” en travers d’l’Angouleterre trébucha dans l’un d’sés lacets d’bottines… À youssé qu’son côrps en entier se mit z’à rouler d’travers dans le champ qui s’trouvait situé proche du chemin. À youssé qu’y’a trouvé sa môrt, (“OOOPS”) en s’faisant piétiner sous lés pattes d’un troupeau de béliers. Ouaye, à youssé qu’elle timba seule à éléver son garçon (ouaye, son détestable d’Hervé)… 2) Son 2ième chou-chou d‘amour, le Veuf Auguste, qu’avait 8 enfants… Ouaye-Ouaye! Lui qu’appartchenait autrefois t’un magasin populaire de hardes d’hoummes de d’sus la “Main Street” de Moncton! Cé dans cte ménage icitte qu’elle commença à vivre la grande dame pis à s’mettre à “hosté” dés “fancy tea parties” pour son cercle d’amies qu’avions leu’ nez de “high-tune” ou de soulevé haut dans lés airs… Après 20 ans d’être ensemble, qu’son mari mourut de maniére suspecte… Possiblement empoisonné ou de s’aouaire engotté   de d’sus le “cooking” de sa chère épouse… 3) Pis n’oublions pas son cher “Harold” ou M’n’oncle “Harry”, son “rich” mari amarichain qué décédé l’an passé (qu’était t’une trentaine d’ânnée plus jeune que y’elle). Qui s’est fait incinéré de d’sus z’un terrain d’golf z’en Floride, proche du 3 ième trou, en s’faisant “zappé” par z’un coup d’tounnerre!
  • Pis cé à l’âge de 102 ans qu’elle décida de déménager “back” z’au Canada, dans z’un “condo” à Dieppe, pour vivre parmi sés proches… Ouaye! À jouer la “mind game” à tchissé s’ra le ou la “lucky one” qui va hériter sa vaste fortune, une fois que l’Bon Djeu décidera de v’nir la charcher à jouer la harpe t’au Paradis Terrestre! J’en doute fortement qu’le nom à mon Ozime s’ra listé ou mentiounné, pendant que se f’ra la lecture de son Testament (“Ya ! Whenever” qu’arrivera cte jour infortuné là)!

So, v’là que “l’party” s’achève… Qui s’avons décidé, (ouaye) més beaux-parents, de rouler “out” de l’édifice la “guest” d’hounneur prunée (Grande-Matante Dorothée qui dôrt, présentement dans sa chaise roulante, à ronfler aussi beuglard qu’un “muffler” troué d’un “antique farm tractor”).

J’arais bin aimé de voulouaire partager avec vous autres més photos qu’j’ai prise t’au “party”… Ouaye! De lés faire imprimer dans la gazette du Moniteur Acadjen. Mais pour pas “upsetté” la parenté, j’ai été avisé par mon mari (s’il-te-plaît) de ne pas l’faire… Dont j’ai “agree-yé”, malgré moi!

So! “Okay” là! On c’la ouaira més verrats, à la s’maine prochaine!

Delphine B. B. Bosse

Countré Sar Extraordinaire

 

D’la Pantry à la Belle Delphine

Ma ouasine Ernestine à “Billy” Fer à Joual Poirier m’a amené t’une “bunch” de betteraves. J’m’ai décidé de lés préparer à la maniére “fancy” que ma chère cousine Arthémise sert socitte à mon restaurant (que “j’own still” t’au Village dés Roseaux). En voici la recette :

Betteraves cinq z’étouèles à la Countré Star Extraordinaire

– 2 cuppées de betteraves tchuites pis tranchées z’en cubes…

– 1/2 cuppée de vinaigrette à la française (ou en bon Shiac: d’la “French Dressing” là-là)…

– 1/2 cuppée d’oignon vert émincé…

– 1 cuppée de crème sure fouettée…

Incorporer t’utes lés z’ingrédients dans z’une pinte à sauce pis chauffer lentement; ou placer le tout dans z’un plât allant t’au four pis faire tchuire à 350°F pour 20 à 25 minutes. Mmm-Mmm! Très délicieux!

Delphine B.B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute

Hen-Henri à P’tit Boute

Ouaye! En ligne t’au “cash” pour payer mon sac de “finishing nails” à la Quincaillerie du Village, v’là le Vieux Hectôr d’un ton moqueux qui me lança, avec sans sés dents dans la goule: ‹‹Hen-Henri, l’ôte ta masque! Ha-Ha-Ha! L’Hallowe’en est yinc mardi d’la s’maine prochaine.››

Pis moi j’y’ai “back” répliqué, t’en ricanant: ‹‹Oooh! Du moins la mienne n’épeure pas lés enfants, coumme ta vieille face plissée; avec tés joues grassettes pis traînantes de “bulldog”!››

Après c’là, je m’en suis z’en allé che-nous… “Rushé” pour finir décorer le “front lawn” de ma “yard”, à voulouaire r’sembler t’un cimetchére peuplé de squelettes pis de côrps môrts en décompositions d’élongés dans dés cercueils d’à môtché-rouverts. Y’ara itout dés sorcières (Heh-Heh-Heh) pis dés fantômes (“BOOO”) de “tanglés” dans lés branches déformées dés majestueux érables qui s’trouvent être plantés à chaque côté d’la “driveway”. Ct’ânnée icitte y’ara t’un énorme démon rouge gonflable, t’un grille-pète illuminé avec sa fourche pointuse dans la main, qui dounnera l’impression coumme si qu’y “jet” hôrs dés braises pis boucane épaisse de l’Enfer, mais sortant du trou d’la cheminée du fait d’mon “roof”.

J’arais aimé qu’vous auriez pu “witnessé” la face à mon fils Bosko quand qu’y’arrivé d’la p’tite école pis qu’y’a visé cossé qu’j’avais créé… WOW! Parle d’être excité qu’y’était… Qu’y’en sautillait d’joie! En plusse, y’a trouvé c’là “REAL COOL” que j’y’avais laissé pour lui pis sés “friends” lés vingtaines de citrouilles à sculpter; dont l’intention s’ra d’lés mettre en “display” pis d’illuminées de d’sus “l’veranda”.

Ma talentueuse “Betty” d’la “Happy Valley”, avec l’imagination extraordinaire à Bosko, avons “designé” lés costumes originales de “Hallowe’en” pour l’entiére famille. J’allons tous âller courailler la “Trick or Treat” de maison à maison, coumme t’une bande de gornouilles vampires. Pas besin “d’worryé” ou d’aouaire peur de nu-z’autres, j’n’allons pas sucer l’sang dés humains – – mais yinc (BZZZ-BZZZ) cti-là dés mouches! Cousu contre nos sacs à “beggé” pour dés “candés” pis dés “peanut” à cotchilles (vraiment dés vieilles têtes d’oreillers), y’ara dés membres de côrps amputés pis tachés de “fake blood”!

So, si qu’vous vous z’en v’nez che-nous la soirée même de “l’Hallowe’en”, à vous braver à cougner à ma porte à ramander… Dans l’temps qu’ma famille dés P’tits Boutes sommes “gone” courailler l’ouasinage! “Worryé” vous pas la “sweet brain”! Ça s’ra ma mére la Veuve Marie-Paule qu’accepté volontiers de v’nir che-nous “greeté” lés “Trick or Treaters” à la porte; pis qui s’ra greyée itout dans son costume épeurant de loup-garou hurlant. So, à saouaire socitte d’l’avance, si qu’ça vous effraye : qui “mean” de dire, (ouaye) le moins d’monde qui viendra che-nous… “I guess”, le plusse de “candés” qui nous restera… Hâ-Hâ-Hâ!

Ouaye! Joyeuse Fête Agréable “d’Hallowe’en”!

Hen-Henri à P’tit Boute

Bedeau d’Église

Gain et revers des Prédateurs de Cap-Pelé

Le gardien des Métros, Sam Walsh (35) bloque une tentative de marquer du capitaine Philippe-Alexis Vachon (21) des Vito’s, sur ce jeu. Pascal Dupuis (11) et Nicholas Bacso (5) sont les autres joueurs des Vito’s. (Photo : Normand A. Léger)

Le gardien des Métros, Sam Walsh (35) bloque une tentative de marquer du capitaine Philippe-Alexis Vachon (21) des Vito’s, sur ce jeu. Pascal Dupuis (11) et Nicholas Bacso (5) sont les autres joueurs des Vito’s. (Photo : Normand A. Léger)

(N.A.L) – Les Prédateurs de Cap-Pelé ont une victoire et une défaite dans des parties de la Ligue de hockey junior B du Nouveau-Brunswick, en fin de semaine.

Dimanche, les Prédateurs se sont inclinés 3 à 2, devant les Maniacs d’Eastern, (Î.-P.-É.). Marc Doiron et Connor Hayes ont réussi les deux filets des perdants, en troisième période. Justin Mitton a encaissé la défaite.

Cap-Pelé a disposé des Red Wings de la Poissonnerie Arsenault, au compte de 3 à 0, vendredi soir à domicile. Marcel Newcomb (Christian Gregan), Marc Gallie (sans aide) et Simon Savoie-Vienneau (Yannick Jacob, Cédric Cormier) ont marqué dans chacune des trois périodes

Les Vito’s de Moncton ont défait les Red Wings de Western, 7 à 2, dimanche. Patrik Landry a mené l’attaque avec le tour du chapeau et Rémi Thériault a ajouté deux filets. Pascal Dupuis, Alexandre Gallant, et Samuel Savoie ont complété le pointage. Julien Landry a fait face à 50 lancers contre 45 pour son opposant.

Jeudi soir, les Vito’s ont blanchi le Métro A et S Scrap Metal (Î.-P.-É.) par la marque de 5 à 0, dans une partie interligue. Moncton avait pris une avance rapide de 4 à 0, dès la première période et a ajouté un but, en deuxième. Jérémy LeBlanc, Rémi Thériault, Patrik Landry, Samuel Ingersoll et Alexandre Gallant ont réussi les filets. Julien Landry a repoussé 44 tirs pour le jeu blanc et la victoire. Sam Walsh a vu 51 tirs dans l’autre filet.

Les Koyotes de Kent ont marqué deux buts en troisième période, en route vers un gain de 4 à 2 sur Kensington, vendredi. Alexandre Caissie, en première et Martin Druet, en deuxième, avaient permis une avance de 2 à 1, à l’équipe locale, suivant 40 minutes.   Brandon Coulombe et Francis Godin ont ensuite scellé l’issue de la rencontre, en troisième, Martin Druet a deux passes. Samuel Gendron a inscrit le gain devant le filet avec 33 arrêts et Cameron Visser, 40 arrêts à l’autre bout de la glace.

Les Prédateurs et les Vito’s vont s’affronter jeudi soir, à 19h40 au Centre Superior Propane de Moncton. Kent visite Cap-Pelé, vendredi soir à 19h30 et Kent sera à l’Î.-P.-É, dimanche contre la Poissonnerie Arsenault.

Revers des Olympiens et des Matadors, au football

Jacob Melanson (86) tente d’intercepter une passe vers un receveur des Highlanders sur ce jeu lors du match de football entre ces deux équipes, vendredi soir. Noah Melanson (4) est l’autre joueur des Matadors. (Photo : Normand A. Léger)

Jacob Melanson (86) tente d’intercepter une passe vers un receveur des Highlanders sur ce jeu lors du match de football entre ces deux équipes, vendredi soir. Noah Melanson (4) est l’autre joueur des Matadors. (Photo : Normand A. Léger)

(N.A.L.) – Les Matadors de Mathieu-Martin et les Olympiens de L’Odyssée ont chacun connu la défaite, la semaine dernière, lors des derniers matches de football de la saison régulière des écoles secondaires du Nouveau-Brunswick.

Les deux équipes vont maintenant avancer aux quarts de finales, vendredi et samedi.   L’Odyssée va se mesurer aux Highlanders de McNaughton, vendredi, alors que les Matadors se rendront à Sackville, samedi, pour y affronter le Titan de Tantramar.

Les Greyhounds de Saint-Jean ont eu le meilleur des Olympiens par la marque de 27 à 7, vendredi dernier. Michel Lummo, sur un retour de botté de dégagement, a marqué le seul majeur des siens.

«On a connu de la misère à déplacer le ballon à l’offensive, a dit l’entraineur Marcel Metti. On se le faisait enlever des mains ou on leur a donné. On a tenté d’ajuster notre jeu avec les joueurs disponibles, mais on n’était pas nombreux sur la ligne offensive. Notre offensive était plus limitée et cela a influencé notre manière de jouer. Défensivement, on a assez bien joué, mais on a subi la défaite.»

Les Matadors dominés

Les Matadors ont été défaits 50 à 7, par les Highlanders de Bernice McNaughton, lors de leur dernière partie. Justin Pineau, sur une passe de Nicholas Gaudet, a réussi le majeur des siens.

«On n’a pas connu notre meilleure partie, a dit l’entraineur Nick Murray. La partie a été une déception, mais on va pratiquer fort cette semaine pour se préparer pour le Titan.»

Au classement A, Tantramar (6 et 1), L’Odyssée (3 et 4), McNaughton (2 et 5) et Mathieu-Martin (1 et 6) ont fini dans l’ordre. Trimble (0 et 7) ne s’est pas qualifié pour les séries. Moncton (5 et 2), Fredericton (5 et 2), Riverview (5 et 2) et Saint-Jean (4 et 3) se sont qualifiés dans la division B. Leo Hayes a été éliminé.

31 615$ pour P.R.O. Jeunesse Dieppe-Memramcook

projeuness

 La Marche en bas de laine Coop IGA fut un gros succès encore cette année en amassant 31 615$. Un total de 16 615$ fut recueilli pendant la marche en plus d’un don de 15 000$ de la Coop IGA de Dieppe. Merci à la Coop IGA de Dieppe, BoFM, CJSE, aux entreprises, personnes et organismes qui ont appuyé cette cause! P.R.O. Jeunesse fournit une assistance aux enfants de Dieppe et Memramcook qui, en raison d’un manque de ressource financière, n’ont pas la possibilité de participer à des activités culturelles, artistiques et sportives. (Photo : Gracieuseté)

Routes accessibles aux véhicules hors route  Memramcook procède à la deuxième lecture de l’arrêté

Claire Lanteigne

Le conseil municipal de Memramcook a procédé à la deuxième lecture (par son titre) de l’arrêté no 42 qui désigne des parties de routes dans le village accessibles aux véhicules hors route. Une fois adopté, cet arrêté autoriserait les membres du Club VTT Memramcook, les membres de clubs de VTT affiliés à la Fédération des véhicules tout-terrain du N.-B. et leurs partenaires, ainsi que le Club motoneige Memramcook Inc., les membres de clubs de motoneige affiliés à la Fédération des Clubs de motoneige du N.-B. et leurs partenaires, de passer sur une portion des rues tel que décrit dans l’arrêté.

Il sera permis de longer une partie de la rue Centrale et du chemin Du Parc, une partie de la rue Renaissance, du chemin Bridge et du chemin Gayton, une partie de la rue Centrale et du chemin Michel, la section de la piste de sentier partagé à partir du Foyer Saint-Thomas jusqu’à la station de pompage d’égouts située près de 673, rue Centrale et une partie de la rue Grand-Pré. On peut consulter les annexes A à E, auprès de la municipalité, pour connaître les endroits désignés.

Dans son rapport, le maire a indiqué qu’un nouveau comité sera mis sur pied pour aviser le gouvernement provincial des travaux en cours et autres détails du projet de l’Institut de Memramcook.

Il a également participé au Forum des maires des municipalités francophones de Kent et Westmorland. «On se rencontre aux trois mois, a-t-il dit, et on a des présentations sur des dossiers d’intérêt, comme les mesures d’urgence. On discute des défis auxquels on fait face ainsi que des dossiers de l’AFMNB.»

Le conseil a décidé de se prévaloir du nouveau service de tourisme offert par la Commission de services régionaux du Sud-est. «C’est une belle initiative, de dire le maire Michel Gaudet, toute la grande région va travailler ensemble afin de garder les touristes plus longtemps ici. La création de cet organisme régional de marketing est un bon investissement pour nous.» Le service coûtera 1637$ par année pour trois ans.

Une subvention de 15 000$ par année pour trois ans a été accordée au Foyer Saint-Thomas.

Le conseil va acheter une table pour la soirée bénéfice de La Solitude.

Le 8e Carnaval d’hiver aura lieu du 2 au 11 février 2018. On tiendra une course de patin extrême les 2 et 3 février et on recherche des bénévoles. Les intéressés peuvent communiquer avec pascale@memramcook.com ou en téléphonant au 758-4078.

La Communauté rurale Beaubassin-est étudiera la possibilité de se doter d’un parc commercial

Gilles Haché

Le conseil municipal de la CRBe a mandaté les employés de la municipalité d’approcher quatre propriétaires de terrain dans la région de Pointe-à-Nicet, où sont déjà situées deux industries, dans le but de savoir s’ils seraient intéressés que leur terrain soient rezonnés commercial dans le but de regrouper plus de commerce.

Pour le conseiller André Bourque, «il serait intéressant de dire aux entrepreneurs qu’il y un lieu où l’on peut installer une entreprise dans Beaubassin-est, nous n’avons pas besoin d’acheter de terrain, mais plutôt de s’entendre avec les propriétaires pour que cette région soit désignée commerciale».

Une modification au plan rural qui aurait permis l’installation d’une tour de communication n’importe où sur territoire a été rejetée par le conseil, préférant garder l’option actuelle qui autorise l’installation d’une tour de communication dans trois zones seulement. Des citoyens du chemin Kinnear ont fait une présentation au conseil municipal pour leur dire que 24 résidences de ce chemin n’avaient pas accès à l’Internet haute vitesse ainsi qu’au câble et qu’en 2017 ceci n’était pas acceptable. Le conseil a promis de faire un suivi sur ce problème.

Une résidente de Boudreau-ouest a questionné le maire à savoir si une conseillère avait le droit d’utiliser son titre pour demander à un citoyen de quitter les lieux où sa roulotte était installée. La conseillère Sophie Landry avait été à la rencontre de la citoyenne pour lui dire qu’elle était conseillère de Beaubassin-est et qu’elle lui demandait combien elle avait payé pour y installer sa roulotte et de quitter les lieux. Elle a interrogé le maire pour savoir si un conseiller ou une conseillère avait le droit d’agir ainsi. La réponse du maire Ronnie Duguay a été de dire à plusieurs reprises on ne se mêle pas des chicanes de voisins. Même après avoir insisté, la réponse qu’elle a reçue était toujours la même, on ne se mêle pas des chicanes de voisins, ce qui ne répondait vraiment pas à la question posée.