Le 9e Bowl de l’Acadie aux Olympiens

Les Olympiens de L’Odyssée ont pris l’avance 5 à 4 au classement sur les Matadors de Mathieu-Martin en rempor- tant la Coupe du Bowl de l’Acadie, jeudi dernier au football des écoles secondaires. L’Odyssée a remporté un gain de 35 à 0. Les membres des Olympiens célèbrent leur victoire suivant la joute. (Photo : Normand A. Léger)

Les Olympiens de L’Odyssée ont pris l’avance 5 à 4 au classement sur les Matadors de Mathieu-Martin en rempor- tant la Coupe du Bowl de l’Acadie, jeudi dernier au football des écoles secondaires. L’Odyssée a remporté un gain de 35 à 0. Les membres des Olympiens célèbrent leur victoire suivant la joute. (Photo : Normand A. Léger)

(N.A.L.) – Les Olympiens de l’école L’Odyssée ont remporté les honneurs de la 9e présentation du Bowl de l’Acadie avec un gain de 35 à 0 sur les Matadors de Mathieu-Martin, jeudi dernier au terrain Rocky Stone, au football des écoles secondaires du Nouveau-Brunswick.

Cette victoire donne l’avance aux Olympiens dans la course de ce classement, 5 à 4. Benoit Cormier a mené l’offensive avec deux majeurs, le premier et le troisième. Brandon McKenna, en défensive, a bloqué un botté et a ramassé le ballon pour courir 35 verges pour inscrire un autre touché. Le quart Devin Niles a réussi quatre passes de toucher durant la joute. Benjamin Willemsen et Gabriel Gagné ont capté des passes pour des majeurs. Olivier Lévesque a botté les cinq transformations. L’Odyssée menait 14 à 0, à la mi-temps et 21 à 0, au début du quatrième quart.

«On l’attendait cette victoire, a dit le quart Devin Niles, des Olympiens. Les Matadors sont meilleurs que l’an dernier, mais on les a battus. Ils ont bien joué et ce n’était pas facile. La deuxième demie a été meilleure que la première. C’était une partie différente de l’an dernier, mais cela fait du bien de gagner le Bowl de l’Acadie. On veut continuer à gagner.»

Le receveur de passes et demi-défensif, Benoit Cormier, était content de cette victoire, lui qui est en 12e année. «Je suis heureux de pouvoir contribuer à l’équipe, a-t-il indiqué. Devin (Niles) a bien joué et comme receveur, j’ai bien joué. J’ai aussi évolué à la défense, c’est nouveau pour moi et j’ai fait de mon mieux. Je suis meilleur à l’offensive, mais j’ai aimé la défensive. On a connu quelques difficultés au début, mais on a écouté les entraineurs et on a mieux joué.»

Selon le coentraineur en chef, Kris Kennedy, «les Olympiens ont joué un bon match. La défensive a bien joué et l’offensive a mieux exécuté en deuxième demie. Le jeu de passes en deuxième et nos équipes spéciales, avec un majeur, ont fait la différence. On a joué Benoit Cormier des deux côtés du ballon parce qu’on voulait placer nos meilleurs joueurs des deux bords et s’assurer de la victoire.»

Matadors

Selon l’entraineur Nick Murray, des Matadors, «le Bowl de l’Acadie a été décevant pour les Matadors, on pensait faire bien mieux. Les Olympiens étaient plus prêts et ont mieux exécuté que nous. Il n’y a pas d’excuses, on doit mieux jouer des deux côtés de la balle. On place le focus sur le groupe pour la balance de la saison et pour mieux jouer. On a encore un espoir des séries, il faut bien se concentrer contre Moncton qui a, historiquement, un des meilleurs programmes de la province. Ils n’ont pas de faiblesses notables. Même avec un pointage proche, ils peuvent bien jouer. On devrait avoir une bonne partie contre eux cette semaine.»

«J’ai adoré l’expérience de jouer devant beaucoup de personnes de mon école, a dit le quart recrue, Nicholas Gaudet. C’était ma première pleine partie à cette position. L’atmosphère était incroyable. J’ai appris à ne pas être trop nerveux, même si le match est très important et qu’on a une bonne équipe. On espère rejouer L’Odyssée lors des séries avec un scénario bien différent.» Gaudet a remplacé la quart Justin Losier, blessé à une main.

Dans les autres parties spéciales de la Conférence de l’Est, vendredi, les Purple Knights de Moncton ont défait les Trojans de Trimble, 63 à 8 et les Royals de Riverview ont causé la surprise en venant de l’arrière pour vaincre le Titan de Tantramar, 27 à 26.

Les Matadors vont affronter les Purple Knights, vendredi soir à 17h au Rocky Stone et le Titan et les Olympiens se mesureront vendredi, à 20h au même endroit. Chaque équipe a deux autres parties avant la présentation des séries de fin de saison.

La Communauté rurale Beaubassin-est montre peu de respect envers les citoyens

Gilles Haché

Lors de la réunion extraordinaire du conseil de Beaubassin-est tenue le mercredi 4 octobre, deux items étaient à l’ordre du jour, le premier un huis clos sur l’acquisition ou la disposition projetée de biens-fonds et l’autre sur des changements à l’arrêté procédural du conseil de la Communauté rurale Beaubassin-est, qui désire modifier entre autres la journée de réunion, qui se tiendrait le mardi au lieu du lundi et surtout le changement ou il n’y aurait plus de période de questions de la part des citoyens.

«J’ai personnellement suggéré au conseiller André Bourque de modifier l’ordre du jour pour que le deuxième item, soient les modifications qui affectent directement les citoyens, puisse être discuté en premier et le huis clos aurait suivi par la suite, de dire Gilles Haché. Après le premier sujet à l’ordre du jour, puisque les citoyens devaient sortir dû au huis clos, les citoyens qui le désiraient auraient pu partir ou demeurer sur place.»

Bourque a accepté ma suggestion et a fait une proposition de modifier l’ordre du jour et elle a été appuyée. Lors du vote, qui se devait unanime, tous les conseillers et conseillères ont voté en faveur à l’exception de la conseillère de Boudreau-ouest, Sophie Landry. La modification à l’ordre du jour n’a donc pas été acceptée.

Voici le résultat, les citoyens présents, une vingtaine, ont dû attendre deux heures quinze minutes dans la petite salle de conférence pour que le huis clos puisse se terminer pour prendre connaissance des changements que le conseil voulait apporter aux procédures des réunions du conseil.

Les trois membres du con-seil de la région de Grand-Barachois ont posé de nombreuses questions au sujet des changements. «Pourquoi changer la journée des réunions sachant que le conseiller représentant Haute-Aboujagane n’était pas disponible les mardis et je peux ajouter que votre journal le Moniteur Acadien ne pourrait plus couvrir les réunions puisque le montage du journal se fait dans la nuit du lundi au mardi et que des nouvelles de sept jours passés n’étaient plus intéressantes.»

L’autre point majeur, c’est l’annulation de la période de questions que les citoyens pouvaient poser à la fin de la réunion.

Selon le greffier par intérim, Yves Léger, il semblerait que les questions posées étaient trop négatives et qu’il voulait que les réunions soient plus positives et plus ordonnées.

Pour le conseiller André Bourque, «c’est une attaque contre la démocratie que d’empêcher les citoyens de questionner leurs élus, c’est simplement contre-productif. Si je fais une erreur, j’aime que quelqu’un me le dise. Je trouve que c’est un pas en arrière pour la démocratie quand on dit aux gens qu’ils doivent se taire. C’est un message pour se débarrasser des gens dans nos réunions. Si nous avons des problèmes comme conseil ce n’est pas aux citoyens de payer le prix, c’est à nous autres de régler nos problèmes.»

La conseillère Sophie Landry indique qu’«on n’essaie pas d’enlever le droit de parole aux gens, on essaie de structurer ça pour que ce soit plus constructif et mieux géré. Si on sait à l’avance quelles sont les questions et les points dont les gens veulent discuter, on peut se préparer», faisant référence à la possibilité des citoyens de faire des présentations en envoyant par écrit les sujets dont ceux-ci veulent discuter.

Pour un citoyen présent, «comment le citoyen peut-il envoyer des questions à l’avance quand il ne connait pas ce que le conseil propose de modifier. Ils veulent simplement nous faire taire.»

Dans une déclaration faite au représentant de l’Acadie Nouvelle, le maire Ronnie Duguay souligne «je comprends le besoin de parler aux élus, mais certaines questions ne devraient pas être posées.»

Durant l’attente de deux heures quinze, en discutant avec les citoyens, ils ont indiqué «ne soyez pas surpris qu’il n’y ait plus de temps pour la période de questions», surprise, rendu à la période de questions, le maire a indiqué l’on aurait droit à seulement une question de la part de citoyens, car il était dix heures et qu’il mettait fin à la réunion.

Pour un maire qui s’était fait élire sous le signe de la transparence, il avait indiqué au journaliste du Moniteur Acadien le 21 janvier 2016, «nous avons des problèmes de transparence et ça doit arrêter. Ça ne peut plus durer.»

«Ce que l’on constate dans la gérance du maire Duguay, c’est que la transparence n’existe pas à la Communauté rurale Beaubassin-est et que le respect des citoyens n’est pas leur priorité», a souligné une autre personne présente.

Inauguration de la pierre tombale du révérend Donat J. LeBlanc

Sur la photo, les membres des Chevaliers de Colomb conseil Donat-J.-LeBlanc qui étaient présents pour l’inauguration de la pierre tombale du révérend Donat J. LeBlanc, qui a été bénie par le Père Alphonse Richard.

Sur la photo, les membres des Chevaliers de Colomb conseil Donat-J.-LeBlanc qui étaient présents pour l’inauguration de la pierre tombale du révérend Donat J. LeBlanc, qui a été bénie par le Père Alphonse Richard.

Gilles Haché

Dimanche dernier, les Chevaliers de Colomb conseil 7334 de Shédiac ont dévoilé une pierre tombale en l’honneur du Rév. Donat J. LeBlanc, curé de la paroisse Saint-Joseph de Shédiac, de 1907 à 1925.

Pour une raison que l’on ne peut expliquer, aucune pierre tombale n’a été trouvée pour l’abbé Donat J. LeBlanc. C’est pour cela que les Chevaliers de Colomb de Shédiac, dont l’abbé LeBlanc est le patron, ont décidé, avec l’aide de la Maison funéraire Frenette, qui a fourni gratuitement la pierre tombale, de rendre cet hommage à celui que l’on considérait comme le St-Vincent de Paul de l’Acadie.

Né à Bouctouche, il fut vicaire à Moncton, Bouctouche, curé de Ste-Anne de Kingsclear, pour ensuite être nommé curé de la Paroisse St-Joseph de Shédiac jusqu’à sa mort en 1925.

Le Père Donat J. LeBlanc fut le deuxième curé de Shédiac et un grand bâtisseur. Il a fait construire la grande église en pierre ainsi qu’une école paroissiale et c’est lui qui, en 1911, a fondé l’hospice Saint-Joseph, devenu plus tard la Villa Providence.

EDITORIAL

Jeannita Thériault

Jeannita Thériault

Énergie-Est n’aura pas lieu… et pour cause

            Plusieurs sont déçus suite à la nouvelle que le projet de l’Oléoduc transcanadien ne verra pas le jour. Par contre, plusieurs se réjouissent de cette dernière décision de l’abandon de ce projet au coût de 15,7 milliards$. L’oléoduc de 4600 kilomètres devait transporter 1,1 million de barils de pétrole des sables bitumineux de l’Alberta jusqu’au terminal maritime de Saint-Jean au Nouveau-Brunswick.

Notre premier ministre, Brian Gallant, souhaitait la création de plusieurs emplois lors de la construction de cet oléoduc. De plus, il voyait d’un bon œil les retombées économiques qui auraient été générées dans la province par l’entremise de ce projet.

De leur côté, les environnementalistes se réjouissent de l’abandon de ce projet. Ils étaient très inquiets quant aux répercussions néfastes qui auraient pu avoir lieu dans l’environnement suite à la construction de ce pipeline à partir de l’Alberta jusqu’au Québec et, ensuite, jusqu’aux raffineries de la compagnie Irving à Saint-Jean au Nouveau-Brunswick. Inutile de dire que la compagnie Irving est également très déçue de l’abandon de ce projet.

Le maire d’Edmundston, Cyrille Simard, a déclaré pu- bliquement, à de nombreuses reprises, que ce projet d’oléoduc prévu était très inquiétant – pour ne pas dire menaçant – puisqu’il aurait traversé les terres agricoles du Nord-Ouest de la province pour enfin aboutir à Saint-Jean où le dit-huile aurait été raffiné dans les usines de raffinerie de la compagnie J.D. Irving.

L’ancien premier ministre Frank McKenna a continuellement louangé ce projet de l’oléoduc dans les divers médias ainsi que par le biais de conférences publiques, en le qualifiant de «créateur d’emplois» sans parler des risques environnementaux possibles une fois l’oléoduc construit.

Au Québec, dans les régions où la construction de l’oléoduc était prévue, les agriculteurs et environnementalistes se sont opposés vivement au projet afin de faire valoir leurs points de vue et leurs inquiétudes.

Heureusement que nous avons encore des environnementalistes dans notre province, ainsi que le Parti vert et quelques municipalités pour s’opposer à de tels projets «qui pourraient polluer la nappe phréatique en cas d’une brisure de tuyaux souterrains», etc.

De plus, on a moins de demandes d’huile raffinée et ce, en raison de gens qui investissent plutôt dans des moyens de chauffage plus écologiques tels que l’énergie solaire et autres formes de combustibles plus rassurantes. La terre a ses limites à se faire polluer. De plus, nous avons et nous aurons toujours soif «d’eau potable».

Nous devons être prêts à réagir contre la possibilité de projets extrêmement coûteux qui comportent certaines inquiétudes environnementales bien qu’il est vrai que ces projets peuvent être créateurs d’emplois… mais à quel risque?

Jeannita Thériault

La Course Movember annuelle de CoeurÀl’Esprit®

L’équipe MindTheHeart/CœurÀl’Esprit® invite le public à participer à la Course Movember qui aura lieu au parc Mapleton à Moncton le samedi 4 novembre prochain. Venez participer à une marche ou une course d’une distance de 1km, 3km ou 5km. Le départ est à 10h pour la course et 10h15 pour la marche, au Pavillon Rotary du parc Mapleton – beau temps, mauvais temps!

Organisée dans le but de promouvoir la santé cardiaque et le bien-être mental afin de réduire la discrimination et la stigmatisation que ressentent les personnes vivant avec un trouble de santé mentale!

MindTheHeart/CœurÀ   l’Esprit® est un projet de recherche-action qui se penche sur le lien entre la santé mentale et la santé cardiaque. Le projet est subventionné par la Fondation de la Recherche en Santé du Nouveau-Brunswick et par la Fondation Movember Canada. Il est mené par Dre Jalila Jbilou à l’Université de Moncton et au Centre de formation médicale du Nouveau-Brunswick. L’équipe de recherche travaille en concert avec les gestionnaires, les professionnels de la santé ainsi que les communautés afin de développer ou d’adapter les services de santé mentale aux besoins et attentes des différents groupes de personnes atteintes de maladies cardiaques.

Pour vous inscrire : En ligne jusqu’au jeudi 2 novembre à 23h59 sur le site web de Running Room : www.runningroom.com, ou en personne (par chèque ou argent comptant) au magasin Running Room au 300, rue Main, Moncton. Le jour de la course: Au Pavillon Rotary du parc Mapleton de 8h30 à 9h30 (par chèque ou argent comptant).

Vous pouvez aussi faire des dons directement à la Fondation Movember Canada, l’organisme appuyé par la Course Movember, à l’aide du lien suivant : http://mosista.co/mindtheheart.

La 27e édition du Salon du livre de Dieppe promet

Le président du Salon du livre, Alain Roberge et la directrice général, Josée Lord, au dévoilement de la programme de la 27e édition, au Centre des arts et de la culture de Dieppe, jeudi dernier. (Photo : Normand A. Léger)

Le président du Salon du livre, Alain Roberge et la directrice général, Josée Lord, au dévoilement de la programme de la 27e édition, au Centre des arts et de la culture de Dieppe, jeudi dernier. (Photo : Normand A. Léger)

(N.A.L.) – La programmation variée et animée de la 27e édition du Salon du livre de Dieppe a été lancée la semaine dernière en conférence de presse sous le thème «lire, imaginer et découvrir ».

Le Salon du livre de Dieppe, du 19 au 22 octobre au CCNB-Dieppe, propose la lecture comme moyen d’apprentissage, de détente et de loisir. Plus de 80 auteurs et auteures francophones d’ici et d’ailleurs et des milliers de livres sont au menu ainsi que des visites scolaires, des lancements, des rencontres littéraires, des conférences, des animations jeunesses et autres animations qui plaisent à un public de tout âge.

Le Salon propose deux soirées littéraires, «Fuites – les pipelines se couchent à l’est», mettant en vedette deux auteurs du Québec et deux de l’Acadie et la Soirée littéraire en compagnie de Monica Bolduc, Patrick Chiasson, Raoûl Duguay, Catherine Laratte, Rosette Pipar ainsi que Camilien Roy, en tant qu’animateur et auteur.

Plusieurs conférences seront présentées, la soirée avec Soeur Angèle et sa cuisine et Louise Lacoursière, écrivaine et animatrice culturelle et récipiendaire de plusieurs prix littéraires, qui prononcera une conférence intitulée L’amérindienne de la conception à la réalisation. Dans le domaine de l’histoire, André-Carl Vachon parlera de la déportation des Acadiens en Martinique lors d’un dîner-conférence en collaboration avec l’Association France-Canada.

Comme nouveauté, le Salon propose de prendre le lunch en assistant à une émission culinaire en direct avec Soeur Angèle, co-animée par Anne Godin, animatrice à Radio-Canada. Soeur Angèle participera à une causerie animée par Benoit Duguay et des membres de l’Université du troisième âge du Sud-Est.

Une activité de création est également au programme. Récits de vie partagés, est une activité de proximité par l’écriture et la création artistique par la réalisation d’une exposition itinérante constituée d’écrits, d’une bande sonore et d’objets créés et sélectionnés par les participants et participantes, qui est présentée en collaboration avec le Conseil provincial des sociétés culturelles.

Plus d’une quarantaine de nouveautés seront présentées pendant l’événement dont celles des Éditions de la Francophonie, des Éditions La Grande Marée et les Éditons Bouton d’Or Acadie, entre autres.

Des élèves du District scolaire francophone Sud pourront découvrir l’importante production littéraire jeunesse. À compter du mardi 17 octobre, la tournée scolaire avec une vingtaine d’auteurs débute dans les écoles. Plus de 80 animations sont prévues dans les 38 écoles, allant de la ville de St-Jean, en passant par les comtés de Kent, Westmorland et du Grand Moncton. Il y aura également 24 animations dans le District scolaire anglophone Est, les garderies et dans six bibliothèques publiques de la région.

Pour une sixième année, la Nuit à la bibliothèque de Dieppe permet aux jeunes de 8 à 12 ans de passer une nuit enchanteresse en compagnie de Catherine Bourgault, auteure de la populaire série OMG, de Pierre Labrie, auteur des populaires séries Salto et les 4super. Donald Violette, docteur en mathématiques et professeur titulaire au département de mathématiques de l’Université de Moncton, sera également présent.

Le public est attendu au Collège communautaire de Dieppe, du 19 au 22 octobre.

Sommet de la Chanson de Kedgwick Émilie LeBlanc remporte un prix Coup de coeur

Émilie LeBlanc a reçu son prix Coup de Coeur de Danny Bourgeois, à gauche et Jean-Pascal Comeau. Ce prix lui donne une session d’enregistrement au Studio La Classe de Memramcook. (Photo : Roger Grandmaison)

Émilie LeBlanc a reçu son prix Coup de Coeur de Danny Bourgeois, à gauche et Jean-Pascal Comeau. Ce prix lui donne une session d’enregistrement au Studio La Classe de Memramcook. (Photo : Roger Grandmaison)

Claire Lanteigne

Lors de la 13e finale du Sommet de la Chanson de Kegdwick, qui se déroulait récemment, Émilie LeBlanc, de Dieppe, a remporté le prix Coup de Coeur du Studio d’enregistrement La Classe, de Memramcook.

Émilie était l’une des dix finalistes qui sont montés sur scène du Théâtre Fatima pour performer et tenter de décrocher le titre du lauréat dans leur catégorie respective.

L’événement était sous la direction artistique de Danny Boudreau et Mario Robichaud à la direction musicale. Maxime McGraw était le porte-parole de cette édition.

Lors de sa performance, Émilie a interprété Lac Bijou de Zachary Richard. La jeune fille de 15 ans est en 10e année à Mathieu-Martin et elle chante depuis plusieurs années.

«L’an dernier, elle a participé aux auditions de La Voix Junior, de dire son père, Jacques LeBlanc, mais elle ne pouvait y participer à nouveau cette année parce qu’elle avait 15 ans. Elle avait alors cotoyé Philippe LeBouthillier, de Pont-Landry, qui a fait sensation dimanche dernier. Elle a donné un spectacle à Tracadie avec lui et Alexandre Richard, de Saint-Charles.»

Émilie a fait partie de la chorales des Jeunes chanteurs d’Acadie pendant deux ans. Elle aime beaucoup chanter et on peut l’entendre sur le récent disque compact de Marty pis les Roots Y’a pas d’troub’là, dans la chanson Mon pays, mon amour. Elle a fait partie du spectacle lors du lancement récemment à Memramcook. On a aussi pu l’entendre cet été au Marché de Shédiac, en première partie de Marty pis les Roots.

On pourra entendre Émilie lors d’une activité des Rendez-vous d’automne de la Vallée de Memramcook au Verger Belliveau. «Elle sera aussi au spectacle de Zachary Richard, le 20 octobre prochain au Monument-Lefebvre, d’ajouter son papa, afin d’interpréter en duo avec lui sa chanson Lac Bijou. Le spectacle affiche complet.»

Son père Jacques agit comme son gérant. «Je veux garder les portes ouvertes pour elle», dit-il. Il est très fier de sa fille qui réussit également très bien dans ses études.

Les chansons du Groupe 1755 maintenant publiées

chansons

   À l’occasion de son 40e anniversaire, le Groupe 1755 immortalise son aventure artistique dans un nouveau livre regroupant les textes de ses chansons et les partitions musicales de ses trois albums.

Le livre, Les Chansons du Groupe 1755, rend également hommage au poète Gérald LeBlanc, le parolier principal de l’oeuvre musicale du groupe. Le livre contient aussi de nombreuses photos des membres du groupe ainsi qu’une explication du contexte dans le lequel chacun des albums a été réalisé.

«Il s’agit d’un ouvrage unique en Acadie pour souligner nos 40 ans. Il inclut tous les textes ainsi que toutes les partitions musicales de nos albums. Celles-ci sont agrémentées d’illustrations graphiques démontrant les différents accords qui y sont associés», précise Roland Gauvin, porte-parole du groupe.

Lors de leur spectacle qui a eu lieu à Kedgwick samedi passé dans le cadre du Festival d’automne, les membres du Groupe en ont profité pour présenter Les Chansons du Groupe 1755. Le Groupe 1755 compte présenter Les Chansons du Groupe 1755 à travers l’Acadie, en novembre prochain. Dates et lieux seront précisés prochainement.

 

Communauté informée… Communauté en santé…

Trucs pour bouger dans notre vie quotidienne

Au travail :

* Sortez marcher pendant l’heure du dîner. Cela vous donnera de l’énergie et de la concentration pour terminer la journée.

* Trouvez un endroit à manger une quinzaine de minute de marche de ton lieu de travail, comme un parc.

* Quand vous parlez au téléphone, levez-vous et marcher pour quelques minutes. Vous pouvez aussi faire de la musculation avec une bouteille d’eau ou un livre.

* Prenez l’habitude de faire des exercices quand vous êtes assis devant l’ordinateur comme des contractions abdominales et dorsales, de rotations d’épaules, des étirements, etc.

* Remplacez votre pause-café par une pause d’étirement.

Dans nos déplacements :

* Quand la destination est à distance raisonnable, ne prenez pas vos voitures. Faites le trajet à pied, en vélo ou en patins à roulettes.

* Quand votre destination est plus loin et que prendre votre auto est idéale, stationnez-vous une quinzaine de minutes de votre destination et marchez.

* Vous travaillez dans un édifice avec plusieurs étages? Prenez l’ascenseur pour une partie et monter le reste à pied.

* Si vous faites toujours le même trajet à pied ou en vélo, changez le circuit ou prenez de la vitesse.

En entretenant la maison :

* En faisant la vaisselle, travaillez vos mollets. Rentrez le ventre, étirez légèrement le tronc et la tête dans lever les épaules et mettez-vous sur les pointes de vos pieds. Maintenez cette position pour quelques secondes, relâchez et recommencez.

* Lavez vos voitures à la main, tondez le gazon avec la tondeuse et non le tracteur et ramassez les feuilles mortes. Ces tâches utilisent les muscles et demandent de l’énergie.

* Au lieu de sortir le chien dans la cours, emmenez-le marcher.

Avec les enfants :

* Pendant les fins de semaine, planifiez régulièrement des journées d’excursion en famille.

* Jouez avec vos enfants dans la cour. Faites des courses, poussez-les sur les balançoires ou initiez une partie de cache-cache.

Dans nos loisirs :

* Chaque jour, remplacez une demi-heure de télévision par une activité qui bouge.

* Pendant que vous regardez la télévision, faites des étirements, de la musculation ou de la bicyclette stationnaire.

Avec les amis :

* Au lieu d’aller manger au restaurant ou voir un film au cinéma, allez bouger ensemble. Faites une randonnée de ski de fond, jouez au badminton ou allez à la piscine.

* Allez danser le samedi soir. Si vous emmenez vos amoureux, ça fait une belle soirée en couple.

* Remplacez un souper de groupe par un après-midi en plein air. Allez à la plage ou faites de la glissade.

* Essayez des choses nouvelles. Essayez des activités que vous n’avez jamais faites.

(Source : http://www.coupdepouce.com/sante- et-vitalite/forme/article/ 37-trucs-pour-bouger- davantage-au-quotidien

Claudette Bradshaw sera mise à l’honneur lors d’une soirée hommage

Claudette Bradshaw

Claudette Bradshaw

Claudette Bradshaw sera mise à l’honneur lors d’une soirée hommage qui aura lieu le lundi 23 octobre à l’Hôtel Wingate, situé au 68, rue du Marché à Dieppe, à partir de 18h. Le maitre de cérémonie sera M. Marshall Button (Lucien).

«Je suis touchée que La Solitude m’ait choisie pour être au cœur de cette nouvelle collecte de fonds», a indiqué Mme Bradshaw, personnalité bien connue sur la scène communautaire et sur la scène politique nationale et qui fut présidente d’honneur de la campagne de financement de La Solitude de Pré-d’en-Haut en 2015. Cette campagne majeure avait permis d’amasser plus de 230 000$ et ainsi permettre une continuité à ce lieu de repos dont la mission est de favoriser une quête intérieure par la voie du silence et de l’écoute de Soi.

«C’est un lieu unique au Nouveau-Brunswick. Ça ne peut pas fermer. La vie va tellement vite qu’on a tous besoin d’un tel lieu pour pouvoir se ressourcer, retrouver son compas et se retrouver soi-même. Et surtout pour les jeunes, qui sont de plus en plus nombreux à fréquenter cet important lieu de silence», avait-elle affirmé en 2015.

Pour plus d’information La Solitude de Pré-d’en-Haut inc., 758-9080; courriel : lasolitude.silence@rogers.com.