Coop IGA et Vestiaire Saint-Joseph Inc.     Entente importante pour éviter le gaspillage d’aliments

Une entente est en place depuis une semaine entre la Coop IGA et le Vestiaire Saint-Joseph pour un Programme de récupération d’aliments. Les bénéficiaires du Vestiaire peuvent maintenant recevoir des fruits, des légumes, des produits laitiers, de la viande, de la volaille et des mets préparés congelés. Nous reconnaissons Mario Cormier, directeur général de la Coop IGA et Carol Boudreau, directrice générale du Vestiaire Saint-Joseph, qui sont très heureux de l’entente conclue. (Photo : C. Lanteigne)

Une entente est en place depuis une semaine entre la Coop IGA et le Vestiaire Saint-Joseph pour un Programme de récupération d’aliments. Les bénéficiaires du Vestiaire peuvent maintenant recevoir des fruits, des légumes, des produits laitiers, de la viande, de la volaille et des mets préparés congelés. Nous reconnaissons Mario Cormier, directeur général de la Coop IGA et Carol Boudreau, directrice générale du Vestiaire Saint-Joseph, qui sont très heureux de l’entente conclue. (Photo : C. Lanteigne)

Claire Lanteigne

Depuis une semaine le Vestiaire Saint-Joseph de Shédiac reçoit chaque jour des aliments de la Coop IGA de Shédiac. Les fruits et les légumes, les produits de la boulangerie et de la pâtisserie, les produits laitiers, la viande et la volaille ainsi que des mets préparés congelés sont maintenant dirigés vers le Vestiaire au lieu d’être jetés.

Le directeur général de la Coop IGA, Mario Cormier croit beaucoup dans ce programme de récupération alimentaire. «Ça fait longtemps que j’envisage ça et je suis content de pouvoir le mettre en place ici à Shédiac. J’aurai aimé l’implanter lorsque j’étais à la Coop IGA de Caraquet, mais l’organisme n’avait pas les installations nécessaires pour recevoir et entreposer les aliments. Ici, tout était en place pour que ça se réalise : bénévoles, camion et installations de réfrigération et de congélation. Chez IGA au Québec, c’est un programme qui fonctionne depuis longtemps.

«Si on est capable de donner des produits encore frais qui allaient à la poubelle, c’est excellent, d’ajouter M. Cormier. Et j’ai l’appui des gérants de département qui éduquent leurs employés à ne pas jeter d’aliments encore bons. C’est comme leur bébé aussi. Nous avons des fiches techniques qui nous indiquent les pratiques à suivre, dont le respect des normes de qualité et la traçabilité des aliments, tout comme la chaîne de froid.»

C’est aussi un projet que caressait Carol Boudreau. «J’avais fait des démarches en ce sens il y a quelque temps et il a fallu faire des changements au Vestiaire pour y arriver. Il nous faut un horaire pour aller chercher les aliments au magasin du lundi au vendredi, pour l’instant. En plus de mettre des critères en place, il faut faire signer une entente de non responsabilité aux clients et les éduquer sur la façon d’apprêter les aliments. D’autres procédures devront changer, dont peut-être des rendez-vous pour les clients, comme ça se fait ailleurs.

Il y a six magasins d’alimentation dans la région desservie par le Vestiaire et Madame Boudreau espère bien qu’ils participeront à ce programme. «C’est un bon sentiment de pouvoir donner des fruits et des légumes ainsi que les autres aliments aux clients, dit-elle. C’est santé et les clients sont très contents. Nous mettons différents programmes en place au Vestiaires afin d’aider les parents à planifier l’alimentation familiale et prochainement nous aurons un programme de collation pour enfants.

«C’est certain que ce programme permettra d’économiser puisque nous pourrons offrir ces denrées sans utiliser notre budget», d’ajouter Carol Boudreau.

«Ce programme pourrait représenter au-delà de 100 000$ en dons de la part de la Coop IGA, de conclure M. Cormier, et je crois fermement en ce projet.»

Un montant de 56 000$ pour le Relais pour la vie de Shédiac

relais

   C’est sous un beau soleil que 12 équipes, deux participantes et la population ont célébré la 14e édition du Relais pour la vie de Shédiac, samedi dernier, au parc Pascal-Poirier. Le tout a commencé avec le souper des survivants à 16h à l’école Louis-J.-Robichaud, de Shédiac. Près de 300 survivants étaient présents. Le souper a été servi suite à la bénédiction remplie d’espoir et d’optimisme du père Alphonse Richard. Les survivants ont ensuite été très touchés par le témoignage de la jeune Mia LeBlanc, âgée de seulement 10 ans. La jeune Mia a raconté comment à l’âge de trois ans, elle avait reçu le diagnostic du cancer du rein. Elle avait une tumeur de deux livres alors qu’elle ne pesait que 29 livres. Elle a reçu plusieurs traitements à l’Hôpital IWK d’Halifax et a également perdu un rein. Les chercheurs de l’hôpital ont gardé son rein afin de l’étudier davantage et peut-être aussi pourront-ils faire de nouvelles découvertes. Elle est maintenant une survivante de plus de six ans. Mia a remercié les gens de la communauté et s’est dite chanceuse d’être ici aujourd’hui et que c’était en partie grâce aux nombreuses recherches qui se font dans ce domaine. Une jeune survivante pleine d’espoir.

Ce fût ensuite le tour du maire de la Ville de Shédiac, Jacques LeBlanc de prendre la parole. M. LeBlanc a tenu à souligner l’excellent travail du cuisinier Jean-Guy Cormier et de son équipe. Il a aussi mentionné que les survivants étaient des gens positifs et optimistes et c’est grâce à ces qualités entre autres qu’ils réussissent à affronter la bataille et à en sortir gagnant. M. LeBlanc a mentionné l’exemple de sa maman qui a combattu pour une septième fois un cancer. Pendant ce souper, on a aussi souligné la présence d’Anita Pellerin, une survivante qui célèbre cette année sa 55e année de rémission. Un message est demeuré le même pour les survivants : plus on voit de chandails jaunes, plus c’est encourageant, car le chandail jaune est associé à la victoire contre la maladie qui est le cancer.

Puis, les gens se sont déplacés au parc Pascal-Poirier afin de procéder au premier tour des survivants sur la piste au son des cornemuses. Les survivants ont aussi pu se passer le bâton des survivants, la fameuse canne sculptée par l’artiste de la région, Monette Léger. La soirée a été animée par l’excellent travail des maîtres de cérémonie, Anthony Azard et Jacques André Lévesque. Les groupes musicaux Matt Landry, George Chénier et Layne Green ont fait de la musique en soirée. Plus tard, la cérémonie des luminaires s’est déroulée avec les chants de Maryse LeBlanc. Toujours un moment de recueillement très touchant de la soirée pour les familles, les amis et les survivants présents.

À noter que la gagnante du tirage 50-50, Charline Melanson s’est méritée la somme de 510$. Le comité du Relais pour la vie de Shédiac a amassé un total de 56 000$ cette année. Il aimerait remercier les commanditaires et organismes suivants pour leur appui : Uni Coopération Financière, la Ville de Shédiac, la COOP de Shédiac, la Fondation John Lyons, les Chevaliers de Colomb, Le Moniteur Acadien, CJSE FM 89 et BOFM 90, Day & Ross, Seaside Chevrolet Ltd, Assurance Vienneau, Club Rotary de Shédiac, Pharmacie Jean Coutu, Dixie Lee, No Frills, Sobeys, Shoppers Drug Mart, Café Van Houtte, Dupuis Printing, Pharmacie Medecine Shoppe de Shédiac, l’école Louis-J.-Robichaud de Shédiac, la paroisse Saint-Joseph de Shédiac, Mail Centreville, Home Hardware de Cap-Pelé, Centre St-André-LeBlanc, le club chasse et pêche de Haute-Aboujagane, Jean-Guy Cormier Catering, Monette Léger, camping Étoile Filante, Toys for Big Boys, la GRC de Shédiac, les pompiers de Shédiac, Fred’s Bakery, Ronald Gallant de Gallant Mobile Music et le Club des Lions.

Le président du comité du Relais pour la vie de Shédiac, Guy Lavigne, aimerait remercier le comité formé de Carole Melanson, Paul Boudreau, Amanda Bent, Rachel Lavigne, Raymond Cormier, Natacha Noël Breau, Chris Roy, Lise Cormier et Perry Gallant. Sans les efforts du comité, des commanditaires et de la population, le Relais ne serait pas un succès. Le comité remercie toute la population qui a contribué de près ou de loin et vous dit à l’année prochaine. Ensemble, joignons nos forces et faisons face à la maladie.

Des travaux de 13 millions pour donner une deuxième vie à la Polyvalente L.-J.-R. de Shédiac

Sur la photo : Ronnie Duguay, maire de la Communauté Rurale Beaubassin-est; Serge Léger, maire du Village de Cap-Pelé; Michelle Bertin, directrice de la Polyvalente L.-J.-R.; Paul Demers, président Conseil d’éducation du District francophone Sud; Hon. Brian Kenny, mi-           nistre de l’Éducation et du Développement de la petite enfance; Hon. Victor Boudreau, ministre de la Santé et député de Shédiac-Beaubassin-Cap-Pelé; Mélika Belliveau, présidente du conseil étudiant de L.-J.-R.; Gilles Cormier, représentant du Conseil d’éducation; Luc Michaud, ancien directeur de L.-J.-R. et Jacques LeBlanc, maire de Shédiac. (Photo : Gilles Haché)

Sur la photo : Ronnie Duguay, maire de la Communauté Rurale Beaubassin-est; Serge Léger, maire du Village de Cap-Pelé; Michelle Bertin, directrice de la Polyvalente L.-J.-R.; Paul Demers, président Conseil d’éducation du District francophone Sud; Hon. Brian Kenny, ministre de l’Éducation et du Développement de la petite enfance; Hon. Victor Boudreau, ministre de la Santé et député de Shédiac-Beaubassin-Cap-Pelé; Mélika Belliveau, présidente du conseil étudiant de L.-J.-R.; Gilles Cormier, représentant du Conseil d’éducation; Luc Michaud, ancien directeur de L.-J.-R. et Jacques LeBlanc, maire de Shédiac. (Photo : Gilles Haché)

(GNB) – Les travaux de conception visant des améliorations importantes à la Polyvalente Louis-J.-Robichaud, à Shédiac, ont débuté.

«Un système d’éducation solide est essentiel à l’avenir économique du Nouveau-Brunswick», a affirmé le premier ministre, Brian Gallant, qui a obtenu son diplôme d’études secondaires à cette école. «Investir dans les écoles permet de créer des emplois dans le secteur de la construction et d’améliorer le système d’éducation.»

Dans le cadre du projet, l’école secondaire sera rénovée afin de prolonger de 30 ans la durée de vie du bâtiment. L’école a été construite en 1969 et elle accueille 586 élèves.

«Votre gouvernement comprend qu’il est primordial d’investir dans l’infrastructure scolaire», a déclaré le ministre de l’Éducation et du Développement de la petite enfance, Brian Kenny. «Il est important de mettre en place l’infrastructure adéquate alors que nous travaillons avec nos partenaires pour mettre en œuvre nos plans d’éducation de 10 ans.»

Les travaux de construction débuteront cet été et devraient s’achever en décembre 2020. Dans le cadre du projet, des travaux de rénovation seront effectués afin d’ajouter des salles dédiées à l’art culinaire, aux compétences essentielles et aux ressources. Des travaux de peinture et des travaux d’amélioration des planchers et des plafonds seront effectués à l’intérieur de l’école. Un nouveau toit sera installé, des améliorations seront apportées à l’enveloppe du bâtiment, et des travaux seront aussi réalisés sur le terrain.

Le budget d’immobilisations de 2017-2018 prévoit 2,5 millions de dollars pour le projet. Le coût total du projet est estimé à 13 millions de dollars.

«En réalisant des investissements stratégiques en éducation, nous veillons à ce que nos écoles continuent à répondre aux besoins des élèves actuels et futurs», a dit le ministre de la Santé, Victor Boudreau. «Les améliorations qui sont prévues à la Polyvalente Louis-J.-Robichaud créeront un milieu propice à l’apprentissage où nos enfants pourront acquérir les compétences dont ils auront besoin pour réussir.»

Monsieur Boudreau parlait au nom du ministre des Transports et de l’Infrastructure, Bill Fraser.

Environ 88 millions de dollars seront investis dans les écoles du Nouveau-Brunswick en 2017-2018.

EDITORIAL

Alcide F. LeBlanc

Alcide F. LeBlanc

Monsieur Frank McKenna a parlé sur l’immigration en Atlantique

            Personne ne peut dire que les propos prononcés la semaine dernière par l’ancien premier ministre du Nouveau-Brunswick sont vides de sens. Ils ont aussi provoqué des appuis, mais également des critiques.

Pour sauver notre région et notre province qu’il aime beaucoup, nous avons besoin d’augmenter le nombre d’immigrants à venir s’établir ici parce que le déclin démographique est très sérieux et même alarmant. Au cours des trente dernières années, le Nouveau-Brunswick a perdu 40 000 personnes qui sont allées vivre ailleurs au Canada. Au pays, nous occupons le deuxième plus bas taux de fertilité sans oublier que, depuis 2015, le nombre de décès dépasse le nombre de naissances. Nous sommes la seule province au pays où l’on n’a pas constaté une croissance de sa population ce qui signifie une population vieillissante.

Avec de tels faits, les transferts venant d’Ottawa diminuent parce que basés sur la population. Le nombre de personnes âgées augmente ce qui va avoir des conséquences directes sur les coûts en santé. Les villages se vident de même que les écoles. Les universités peinent à maintenir les programmes existants. Plusieurs employeurs ne réussissent pas à combler des centaines et des centaines de postes faute de main d’œuvre qualifiée et spécialisée.

Dans une autre partie de son allocution, il déplore le programme d’assurance-emploi qu’il voit comme une sorte de piège et même une sorte de drogue. Oublie-t-il, ce monsieur McKenna, qu’un très grand nombre d’emplois au Nouveau-Brunswick et ailleurs en Atlantique sont de nature saisonnière comme la pêche, l’industrie forestière, le tourisme, l’agriculture, la construction domiciliaire?

Pour augmenter la population dans la région atlantique, il est vrai, il nous faut plus de population et on devrait pouvoir compter davantage sur l’immigration sans oublier le besoin de créer plus d’emplois pour notre jeunesse et les autres, de même que d’établir une politique nataliste avant-gardiste comme celle de la province de Québec ou encore créer et financer un programme universel de la petite enfance qui favoriserait la création d’emplois et permettrait aux parents, qui le veulent, d’avoir plus d’enfants et d’aller sur le marché de travail.

Alcide F. LeBlanc

La Fondation des Amis dépasse l’objectif de 1,1 M$ de sa campagne annuelle visant à renforcer les soins à L’Hôpital de Moncton

L’infirmière gestionnaire de la salle d’opération, Amanda Hunt, et l’urologue, Dr Troy Sitland, sont ravis de l’arrivée des nouveaux équipements de chirurgie mini-invasive (centre de contrôle et appareils d’examen) à L’Hôpital de Moncton. (Photo : Gracieuseté)

L’infirmière gestionnaire de la salle d’opération, Amanda Hunt, et l’urologue, Dr Troy Sitland, sont ravis de l’arrivée des nouveaux équipements de chirurgie mini-invasive (centre de contrôle et appareils d’examen) à L’Hôpital de Moncton. (Photo : Gracieuseté)

La Fondation des Amis de L’Hôpital de Moncton et ses donateurs ont recueilli plus de 1,1 million de dollars pour l’achat d’équipements

À quoi serviront les fonds?

– Équipement de chirurgie mini-invasive : 447 000$

– Appareils de chirurgie portatifs à assistance vidéo :   126 000$

– Système d’orientation assistée par ordinateur pour l’arthroplastie du genou : 220 000$

– Système d’évaluation de la motilité œsophagienne :     115 000$

– Système de marquage numérique pour améliorer l’opération de la cataracte : 92 000$

Les coprésidents de la campagne, Pat Armour et Lorne Mitton, sont ravis de sa réussite exceptionnelle. «La communauté et nos fidèles donateurs ont encore une fois répondu à notre appel, ce pour quoi nous leur sommes très reconnaissants.»

Il est encore possible de faire un don, et ce, en communiquant avec la Fondation des Amis par téléphone au 506-857-5488, par la poste à la Fondation des Amis de L’Hôpital de Moncton, 135, avenue Macbeth, Moncton (Nouveau-Brunswick) E1C 6Z8, ou par Internet sur le site www.FondationAmis.ca/Donnez.

Jardin communautaire de Shédiac et Banlieues

odettejardin

Trois cent vingt bénévoles participent à sa préparation

Gilles Haché

Les bénévoles étaient nombreux pour prêter main forte à la préparation du Jardin communautaire de Shédiac et Banlieues, vendredi dernier.

Cent vingt bénévoles de Rogers, 25 de Loto Atlantique, 30 élèves de l’école M.-F.-B., 10 employés du Centre des pensions, des membres du conseil municipal et les Chevaliers de Colomb ainsi que les pompiers, sans oublier les membres du comité et d’autres bénévoles ont travaillé à mettre en place 50 lots individuels, de nouvelles boites surélevées, une pergola, six jardins de fines herbes.

Pour la présidente Odette Babineau, «la réponse des bénévoles a été fantastique, malheureusement la pluie est venue interrompre le travail de ces généreux bénévoles, mais lundi matin les Chevaliers de Colomb de Shédiac étaient à la tâche pour terminer les aménagements nécessaires.»

Pour ceux que ça intéresse, il y a encore quelques lopins de terre disponibles. Pour plus d’information : 531-0252.

 

Initiative pour la protection du littoral à Shédiac

Le maire Jacques LeBlanc est fier du jeune Noë qui a participé à l’opération «Ménage ton rivage». (Photo : Hélène Le Pennec)

Le maire Jacques LeBlanc est fier du jeune Noë qui a participé à l’opération «Ménage ton rivage». (Photo : Hélène Le Pennec)

Hélène Le Pennec

À toutes les années, aux alentours de la première fin de semaine de juin, se déroule l’opération «Ménage ton rivage». Afin de célébrer la Journée mondiale des Océans, le samedi 10 juin était lancée une invitation au nettoyage des rivages, au départ de l’Écocentre Homarus. À l’arrivée, sacs de poubelle et gants étaient fournis à chaque personne souhaitant participer à cette belle opération en faveur de la protection de l’environnement et des belles côtes longeant la Ville de Shédiac. L’opération s’est déroulée tout au long de cette matinée. En arrivant il était possible de récupérer son matériel et de se diriger vers la zone de son choix. De plus l’association remettait un prix de présence contenant entre autre une bouteille d’eau réutilisable et une ampoule à économie d’énergie.

Une vingtaine de personnes se sont déplacées samedi dernier pour participer à cette action organisée par l’Association Shediac Bay Watershed. L’objectif de cette opération était notamment de sensibiliser la population sur l’impact que représentent les déchets jetés à terre encore trop souvent. L’association explique d’ailleurs que les produits dérivés du plastique représentent 50% des débris ramassés lors des nettoyages.

Lors de cette opération, un repas fut servi aux personnes présentes comme Jacques LeBlanc, maire de Shédiac; Michel Mallet, gérant du Développement communautaire et loisirs de la Ville de Shédiac, ainsi que quelques autres personnes dont des enfants, représentant l’avenir de notre planète. La prise de conscience se fait jeune. Pour Noë, six ans, il faut «dix mille millions de millions d’années pour que les déchets que l’on jette par terre disparaissent tous seuls, puis c’est long».

Ces événements doivent être des tremplins à une prise de conscience collective pour la protection de la nature, de l’environnement, des paysages qui nous entourent et de la faune qui y vit. Il est primordial de penser que tout petit effort de la part de chacun, dans notre quotidien, aura à long terme un réel impact sur l’évolution positive et la préservation des zones côtières et des milieux marins. Chaque petit geste compte, pensons ainsi ce que nous souhaitons léguer aux générations futures

Plus de 200 personnes au lancement de cd de Cédric Gautreau

Cédric Gautreau qui joue de l’accordéon au lancement. (Photo : Gracieuseté)

Cédric Gautreau qui joue de l’accordéon au lancement. (Photo : Gracieuseté)

Normand A. Léger

MEMRAMCOOK – Cédric Gautreau, de Pré d’en Haut, un jeune de 17 ans de la 12e année de l’école Mathieu-Martin, a vécu toute une expérience vendredi soir lors du lancement d’un premier cd pour ce jeune chanteur/musicien, qui a réuni plus de 200 personnes.

Il a liquidé les 200 copies en vente de «Je viens de Pré-d’en-Haut» et a dû faire une deuxième commande pour satisfaire les nombreuses demandes des gens.

«J’aimerais remercier tous ceux et celles qui sont venus au lancement vendredi soir, a dit celui qui recevra son diplôme du secondaire, dans une semaine et demie. J’étais très ému de voir tant de personnes. C’était énormément apprécié.»

Gautreau en était à ses premières armes pour un lancement, mais il a su divertir les gens, avec des invités, pendant près de deux heures. «Je n’aurais pas pu demander mieux, a-t-il poursuivi. Il y a 10 chansons sur le cd, dont quatre de mes compositions et une toune d’accordéon.»

Il y a sept ans que le jeune Gautreau chante et joue de la musique. Il joue par oreille et ne peut lire la musique. Il chante souvent à l’église et dans des foyers.

«C’était un rêve pour moi de faire un cd, a-t-il déclaré. Une personne m’a approché pour enregistrer dans son studio et suivant une et deux chansons, on a décidé de continuer. Le plus gros défi a été de répéter à plusieurs reprises les mêmes chansons pour les avoir le plus parfait possible.»

Gautreau a l’intention de devenir embaumeur et s’attend d’entreprendre un cours dans ce domaine, en septembre. Il doit, auparavant, trouver un salon funéraire pour le parrainer. «Il y a un certain lien entre chanter à l’église et le métier d’embaumeur, a-t-il ajouté. Il y a les côtés spirituel et religieux qui sont semblables.»

La majorité des chansons parlent de son village natal de Pré-d’en-Haut (Memramcook) et de la ferme de son père. Il relate certaines histoires entendues. Outre ses compositions, il reprend des chansons de d’autres paroliers. Il joue surtout du piano pour s’accompagner, mais aussi la guitare et l’accordéon.

Il va jouer à la messe des diplômés de Mathieu-Martin, à l’église Sainte-Thérèse de Dieppe, fin juin. Il sera aussi à l’horaire du dernier concert de l’été de l’église de Beaumont, à la fin août. Il n’a pas prévu de tournée de promotion.

Odette LeBlanc était la maitresse de cérémonie et son mari, Edgar, s’est occupé du système de son. Bernard LeBlanc et Jeannita Gaudet ont appuyé le jeune chanteur par leurs paroles. Janice Gautreau, Alfreda Dupuis, Alice Belliveau et les Yvettes étaient aussi au menu, vendredi soir.

Nouvelle série des Causeries du mardi au Monument-Lefebvre de Memramcook

L’arrivée de l’été annonce le retour des Causeries du mardi au Monument-Lefebvre de Memramcook.

Tous les mardis, du 20 juin au 22 août 2017 (avec relâche le 15 août), le public est invité au magnifique Théâtre du Monument-Lefebvre pour entendre des conférenciers et conférencières qui aborderont une foule de sujets variés. Le français acadien à travers les siècles, les martyrs du Camp d’Espérance: une tragédie acadienne au Miramichi et l’émotion comme arme de changement en Acadie sont quelques-uns des sujets présentés dans l’édition 2017 des Causeries du mardi.

«Avec les Causeries, la Société du Monument-Lefebvre veut permettre une plus grande diffusion des connaissances sur l’histoire, les traditions et les personnes qui ont marqué l’Acadie. Chaque causerie permet de porter une réflexion sur un phénomène ou une période de l’histoire. On en ressort fasciné à chaque fois», explique la directrice générale de la Société du Monument Lefebvre, Sophie Doucette.

Les causeries débutent à 19h et un léger goûter est servi suite à la présentation pour permettre aux gens de continuer à discuter entre eux.

Liste des Causeries du mardi pour la saison estivale 2017 : 20 juin – Yves Cormier : Le français acadien à travers les siècles; 27 juin – Simone LeBlanc-Rainville – Mary Catherine Clement : une Amérindienne remarquable; 4 juillet – Gaétan Migneault :

Une perspective toute acadienne sur le projet de Confédération; 11 juillet – Simonne Poirier et Éliza Cormier : De Memramcook à Compostelle : un récit de voyage; 18 juillet – Michel Goudreau : Les martyrs du Camp d’Espérance : une tragédie acadienne au Miramichi; 25 juillet – Aldéa Landry : Pas de taxation sans représentation ; est-ce aussi le cas pour les femmes? 1er août – Céleste Godin : L’émotion comme arme de changement en Acadie; 8 août – Vincent Auffrey : Un regard historique sur Beaumont à l’occasion du 175e anniversaire de la chapelle Sainte-Anne; 22 août – Élise Anne Laplante: Tombées dans les interstices: un regard actuel sur l’apport de quelques femmes artistes à l’Acadie contemporaine.

Dieppe dévoile la programmation des célébrations du 15 août

La Ville de Dieppe invite les gens à venir célébrer la fête nationale de l’Acadie à la Place 1604, le mardi 15 août. Un tintamarre se déroulera en début de soirée et par la suite, les amateurs de musique acadienne pourront assister aux prestations de leurs artistes préférés.

Le tintamarre à pied débutera à 17h45 et se fera autour de la Place 1604. Le rassemblement se poursuivra ensuite devant la scène du centre-ville où des performances d’artistes se dérouleront jusqu’à minuit. Les invités musicaux sont : Laurie LeBlanc (avec Marie Stella); Gars du Sud (Jean-Marc Cormier, Daniel Goguen et Maurice Belliveau); Trans Akadi; et Les Gars du Nord (Wildfred LeBouthiller, Danny Boudreau, Maxime McGraw et Jean-Marc Couture).

Des activités se dérouleront dès 13h au centre-ville de Dieppe. Il y aura sur place des jeux gonflables, tables de bricolage et autres activités de divertissement. Cet événement est gratuit et s’adresse à toute la famille.

Pour plus d’information : 877-7900.