District scolaire francophone Sud  Succès de la Fête régionale du patrimoine

La Fête régionale du patrimoine du District scolaire francophone Sud s’est déroulée vendredi dernier au Pavillon Rotary de Dieppe.  Une cinquantaine d’élèves étaient présents pour présenter leur projet de recherche historique au jury, aux parents et au public.  La photo nous montre les participant.e.s à la fête en compagnie du ministre Roger Melanson et du député Benoît Bourque. (Photo : Gracieuseté)

La Fête régionale du patrimoine du District scolaire francophone Sud s’est déroulée vendredi dernier au Pavillon Rotary de Dieppe. Une cinquantaine d’élèves étaient présents pour présenter leur projet de recherche historique au jury, aux parents et au public. La photo nous montre les participant.e.s à la fête en compagnie du ministre Roger Melanson et du député Benoît Bourque. (Photo : Gracieuseté)

La Fête régionale du patrimoine du District scolaire francophone Sud s’est déroulée vendredi dernier au Pavillon Rotary de Dieppe. Une cinquantaine d’élèves étaient présents pour présenter leur projet de recherche historique au jury, aux parents et au publique. «Célébrons 150 ans» est le thème donné à la Semaine du Patrimoine 2017 afin de souligner le rôle du Nouveau-Brunswick dans l’établissement de la Confédération canadienne, en plus de porter un regard aux nombreuses contributions des néobrunswickois et néobrunswickoises sur le Canada.

La cérémonie de remise des prix s’est déroulée en fin d’après-midi. Parmi les projets, deux d’entre eux se sont taillé une place à Vitrine provinciale, qui aura lieu à Hopewell Cape au Nouveau-Brunswick du 23 au 25 juin prochain. Gabriel Lacroix, de l’école Sainte-Anne de Fredericton a été retenu pour son projet intitulé «Pierre Elliott Trudeau», suivi d’Alexis Bourque, de l’école Grande-Digue, pour son projet intitulé «Contes et légendes de l’Acadie : richesse culturelle du NB». Le prix Jeune Citoyen fut remis à Rémi Ouellette, de l’école Père-Edgar-T-LeBlanc, pour son projet intitulé «Les drapeaux du Canada».

Certains dignitaires étaient présents lors de la cérémonie de remise de prix, spécialement la lieutenante-gouverneure du Nouveau-Brunswick , l’honorable Jocelyne Roy-Vienneau. Aussi présents, Roger Melanson, ministre et président du Conseil du Trésor et député provincial de Dieppe; Benoît Bourque, député de Kent-Sud; Ernest Thibodeau, maire suppléant de la Ville de Dieppe; Susan Edgett, conseillère municipale pour la Ville de Moncton; Monique Boudreau, directrice générale au District scolaire Francophone-Sud; ainsi que Nathan Gavin, représentant du ministère du Tourisme, Patrimoine et Culture et fêtes du patrimoine. La tâche de juger les projets avait été remise à Gérard Richard, Gloria Bastarache et Anne-Marie Bourque.

Plusieurs autres élèves ont aussi remporté des prix et des distinctions. Tous les projets présentés étaient de calibre exceptionnel.

La Ville de Shédiac est satisfaite des investissements du fédéral et du provincial pour la plage Parlee

Sur la photo, le ministre de l’Environnement et des Gouvernements locaux, Serge Rousselle et le président du Conseil du trésor, Roger Melanson, lors de la conférence de presse annonçant les investissements de plus de trois millions $ pour la plage Parlee et la plage Murray. (Photo: Gilles Haché)

Sur la photo, le ministre de l’Environnement et des Gouvernements locaux, Serge Rousselle et le président du Conseil du trésor, Roger Melanson, lors de la conférence de presse annonçant les investissements de plus de trois millions $ pour la plage Parlee et la plage Murray. (Photo: Gilles Haché)

Gilles Haché

La Ville de Shédiac accueille avec joie les trois millions $ qui seront investis à l’amélioration de la qualité de l’eau à la plage Parlee.

«La Ville de Shédiac appuie les initiatives que vient d’annoncer la province dans le dossier de la qualité de l’eau à la plage Parlee», a dit le maire de Shédiac, Jacques LeBlanc. «Nous sommes rassurés de constater que la province prend ce problème au sérieux et met des mesures concrètes en place afin de remédier à la situation à long terme. La plage Parlee représente un fleuron de notre industrie touristique, et nous sommes persuadés que les initiatives annoncées récemment vont permettre à la plage Parlee de demeurer une destination de choix pour notre région.»

La province investira plus de 1,2 million $ dans différents projets afin de régler les problèmes que ce soit l’inspection et l’amélioration de la station de relèvement des eaux du parc provincial de la plage Parlee; l’amélioration de la station de pompage à deux marinas et en collaboration avec les marinas, éduquer le public sur les règles nautiques et les charges d’eau usée; installation de bouées plus loin de la zone de baignade afin d’y exclure les bateaux; relevé de terrain indépendant pour délimiter les terres humides; faire un inventaire des fosses septiques privées; une étude de reconnaissance du bassin hydrographique et un programme d’échantillonnage d’eau; examiner le ruissellement des eaux et des problèmes liés à sa gestion afin d’identifier les sources diffuses potentielles en permettant de faire l’inventaire de tous les tuyaux d’évacuation d’effluents dans la baie de Shédiac et de faire de la surveillance après les chutes de pluie afin de mieux comprendre l’impact des eaux de ruissellement sur la qualité de l’eau dans la baie de Shédiac.

Provenant du Fonds d’eau potable et traitements des eaux usées, la Commission des égouts de Shédiac et Banlieues a soumis une proposition de 850 000$ pour l’amélioration de leur station de relèvement, la province a approuvé l’application et l’approbation du fédéral est en cours.

Un investissement de 828 000$ dollars par l’entremise du Fonds de la taxe sur l’essence du gouvernement fédéral permettrait à la Commission des égouts du Grand Shédiac d’effectuer des améliorations à l’infrastructure de traitement des eaux usées à Pointe-du-Chêne.

Comme mesure additionnelle, le ministère de l’Environnement et des Gouvernements locaux appliquera le Règlement sur les études d’impact sur l’environnement afin d’éviter ou de réduire au minimum les répercussions que de nouveaux projets ou de nouvelles activités pourraient avoir sur la qualité de l’eau. Pour ce faire, la plage Parlee sera déclarée «aspect unique de l’environnement». Tous les nouveaux projets et toutes les nouvelles activités proposés dans le secteur de la plage Parlee devront d’abord être présentés au ministère de l’Environnement et des Gouvernements locaux qui déterminera s’il faut les enregistrer en vue d’une Étude d’impact sur l’environnement.

Un nouveau protocole de surveillance de la qualité de l’eau

   Un nouveau protocole de surveillance de la qualité de l’eau conforme aux recommandations fédérales sera adopté pour la plage Parlee cet été. Toutes les exigences énoncées dans le protocole sont conforment aux Recommandations au sujet de la qualité des eaux utilisées à des fins récréatives au Canada et comprennent les dispositions suivantes: la fréquence de la surveillance et le nombre de sites de prélèvement augmenteront (des échantillons seront prélevés quotidiennement à cinq endroits); la formation et le prélèvement des échantillons se feront sous la surveillance du ministère de l’Environnement et des Gouvernements locaux; les résultats des analyses seront envoyés à la Santé publique pour qu’elle puisse les interpréter; des panneaux seront posés afin d’indiquer clairement si l’eau est propre à la baignade, si un avis d’interdiction de baignade est en vigueur ou si la plage est fermée; la Santé publique vérifiera les panneaux et les avis; et les résultats des analyses et les avis de la Santé publique seront affichés en ligne.

Mégacamping de Shédiac   Un test d’impact environnemental positif

Claire Lanteigne

La firme de consultation et d’ingénierie WSP Canada a livré un rapport positif de 180 pages aux promoteurs du projet du mégacamping de Shédiac. Christina LaFlamme, gestionnaire de l’étude et scientifique environnementale de la firme WSP Canada a fait l’éloge du projet de camping.

Selon elle, c’est un exemple à suivre en matière de pratique environnementale. Elle dit croire que ce projet sera bénéfique pour la Ville de Shédiac, les régions avoisinantes et le Nouveau-Brunswick. Elle ajoute que c’est l’exemple par excellence d’un camping écologiquement responsable.

En plus de souligner que le projet respecte les pratiques environnementales, les experts affirment qu’il va créer de nombreux emplois. De plus, malgré le nombre d’usagers projeté, la circulation ne devrait pas être affectée puisqu’on prévoit plusieurs artères d’entrée et de sortie.

«Nous avions besoin d’une étude sur l’impact environnemental de notre projet, de dire Michel Boudreau, un des partenaires du projet. Ce rapport a été remis au ministère de l’Environnement et des Gouvernements locaux qui fera sa recommandation sur le projet en se basant en partie sur l’étude. L’étude a été faite de façon exhaustive afin de pouvoir répondre à toutes les questions que le ministère pourrait soulever.

«Depuis le début, nous voulons jouer franc jeu, d’ajouter M. Boudreau. C’est un long processus et nous n’avons pas sauté d’étape. Il en reste encore quelques-unes à franchir avant de pouvoir procéder à sa construction», conclut-il.

Ce projet de 700 espaces de camping serait développé sur un terrain de 25,5 hectares entre les routes Parlee Beach et Pointe-du-Chêne. Le projet a été approuvé par la Ville de Shédiac en 2014.

Victor Boudreau se retire du projet

   Il a par ailleurs été possible d’apprendre lundi, que Victor Boudreau abandonne sa participation dans ce projet de terrain de camping. Le ministre Boudreau a annoncé qu’il se retirait définitivement du projet dans lequel il détenait 20% des parts.

En 2014, il avait placé ses intérêts dans le futur camping dans une fiducie sans droit de regard. Cela signifiait qu’il n’était pas autorisé à participer à l’entreprise.

EDITORIAL

Alcide F. LeBlanc

Alcide F. LeBlanc

Les risques associés à la marijuana

         Bientôt, le gouvernement canadien autorisera légalement la vente et la consommation de ce produit sous réserve de certaines restrictions bien précises. Cela en réjouit plusieurs, mais après quelques années d’ici, peut-être que les conséquences à long terme, et surtout chez la jeunesse, ne seront pas aussi bénéfiques que l’on peut imaginer aujourd’hui.

Depuis un certain temps, chez notre voisin du sud et cela dans plusieurs États, les autorités ont aussi légalisé la vente et la consommation de la marijuana tandis que d’autres l’ont dépénalisée. Par contre, certains autres États refusent catégoriquement d’agir dans un sens ou l’autre.

Ce qu’il faut admirer chez nos voisins du sud, les compagnies pharmaceutiques voulant faire la promotion commerciale de leurs produits médicaux doivent avertir le public des bienfaits possibles et en même temps elles sont obligées d’énumérer les inconvénients à tel point que plusieurs consommateurs mieux renseignés hésitent à les consommer de peur de causer chez eux des torts irréparables.

Plusieurs individus pensent à tort qu’un produit légal n’a pas de conséquences négatives. Il en est ainsi pour le tabac. Pourtant, au Canada, l’usage de la cigarette tue chaque jour une centaine de personnes et coûte énormément en traitement sanitaire et sur le portefeuille.

Au Colorado, l’année dernière, un État qui compte à peine cinq millions d’habitants, les consommateurs y ont dépensé 1,3 milliard de dollars pour ce petit produit «magique», soit en moyenne 2600 dollars pour chaque personne. Combien d’enfants et de familles ont dû souffrir suite à de telles dépenses qui se sont enlevées en fumée?

En permettant l’usage du cannabis, ne croyez-vous pas que les autorités gouvernementales doivent, sur une base régulière, informer la population des effets nuisibles sur la santé physique, sur la mémoire, le cerveau, les poumons, les accidents routiers, la dépendance, la criminalité, les suicides possibles?

Alcide F. LeBlanc

La Ville de Dieppe veut se doter d’un complexe communautaire de 29 millions $

Une photo de l’extérieur du Complexe communautaire intergénérationnel de 29 millions $ de Dieppe, dévoilé mardi dernier. (Photo : Normand A. Léger)

Une photo de l’extérieur du Complexe communautaire intergénérationnel de 29 millions $ de Dieppe, dévoilé mardi dernier. (Photo : Normand A. Léger)

(N.A.L.) – La Ville de Dieppe cherche à se doter d’un nouveau Complexe communautaire intergénérationnel de 29 millions $ pour remplacer sa patinoire du Centenaire, qui date de 1967.

Le regroupement citoyens GoDieppe et la municipalité ont dévoilé les grandes lignes du projet la semaine dernière. L’objectif est de doter la communauté d’un lieu de rassemblement axé sur la santé, le mieux-être et l’activité physique.

Une campagne de collecte de fonds de 4,5 millions $ a été amorcée par un groupe et 50 pour cent de l’objectif a été atteint jusqu’à présent. Ce complexe, unique en son genre, comptera une piste de marche intérieure, une cuisine communautaire, une serre intérieure, des salles communautaires et deux surfaces de glace, dont l’une avec environ 1100 sièges. L’entrée sera sur la rue du Collège et l’avenir de l’aréna du Centenaire n’a pas encore été décidé. L’édifice sera ouvert lors de la période de construction en raison de la demande élevée pour la surface glacée.

«Ce projet est né de la volonté par et pour les résidents de se doter d’un complexe signature pour remplacer l’infrastructure vieillissante de l’aréna Centenaire», ont dit les coprésidents de la campagne, Annick Laforge et Bob Cormier.

«Le complexe communautaire intergénérationnel est le projet qui permettra de dynamiser la vie communautaire et le mieux-être de notre population», a affirmé le maire de Dieppe, Yvon Lapierre.

Les commentaires ont été assez positifs, mais le projet n’ira pas de l’avant sans la participation financière des deux autres niveaux de gouvernement, le provincial (9,5 millions $) et le fédéral (9,5 millions $). La Ville de Dieppe (5,5 millions $) a déjà assuré son engagement financier lors de son budget. Il n’y a pas d’indication quand les deux autres niveaux vont confirmer leur participation au projet qui pourrait ouvrir ses portes en 2019. Les débuts de construction sont prévus au printemps 2018. La campagne publique de financement cherche 4,5 millions $.

Certains intervenants auraient aimé voir la municipalité ajouter une surface de soccer synthétique, mais elle n’est pas prévue dans le projet.

La municipalité de Memramcook devient membre de la Chambre de commerce locale

Lors de la réunion du conseil municipal de Memramcook, le lundi 15 mai, une plaque a été présentée à l’athlète Véronique LeBlanc, originaire de la municipalité et double médaillée aux Jeux olympiques spéciaux mondiaux d’hiver 2017. La municipalité a ainsi voulu reconnaître celle qui a décroché une médaille d’or et une médaille de bronze au patinage de vitesse lors de ces jeux tenus en Autriche. (Photo : Gracieuseté)

Lors de la réunion du conseil municipal de Memramcook, le lundi 15 mai, une plaque a été présentée à l’athlète Véronique LeBlanc, originaire de la municipalité et double médaillée aux Jeux olympiques spéciaux mondiaux d’hiver 2017. La municipalité a ainsi voulu reconnaître celle qui a décroché une médaille d’or et une médaille de bronze au patinage de vitesse lors de ces jeux tenus en Autriche. (Photo : Gracieuseté)

Lors de sa réunion ordinaire du lundi 15 mai, le conseil municipal de Memramcook a reçu Maxime Bourgeois, président de la Chambre de commerce de Memramcook, qui a fait valoir la raison d’être de l’organisme au sein de la municipalité.

Incorporé l’été dernier, l’organisme compte aujourd’hui une cinquantaine de membres. Pour le président, ces chiffres se comparent favorablement à ceux d’autres chambres de commerce dans des municipalités de taille comparable.

La Chambre de commerce a comme objectif de soutenir ses membres dans leurs projets. De plus, elle souhaite rassembler la communauté pour favoriser la mise en commun des efforts, valoriser le succès des entreprises membres et promouvoir l’achat de produits locaux.

Parmi ses activités, la Chambre de commerce tient des déjeuners-conférences et reçoit des invités de marque ou des personnes ressources de l’extérieur afin de partager leur expérience et leur expertise avec les membres. De plus, des soirées 5 à 7 permettent à des membres de mettre leurs produits ou services en valeur. La Chambre de commerce tiendra également son populaire tournoi de golf cet été et un gala soulignant l’excellence d’une entreprise aura lieu en septembre. L’exposition de voitures anciennes, présentée le 6 août, sera coordonnée cette année par la Chambre de commerce.

Maxime Bourgeois a dit souhaiter que la municipalité devienne membre de la Chambre de commerce afin qu’elle puisse jouer un rôle de premier plan dans les activités de l’organisme, notamment dans le cadre du gala, du tournoi de golf et de l’exposition de voitures anciennes.

Au terme de la présentation, le conseil municipal a choisi de devenir membre à part entière de la Chambre de commerce de Memramcook et s’est engagé à la soutenir dans ses activités, sans préciser la nature de cet appui.

Par ailleurs, en fin de réunion, le mandat de Brian Cormier comme maire suppléant a été renouvelé pour une autre année.

On célèbre la Journée internationale de la biodiversité à Cocagne

Pour célébrer la Journée internationale de la biodiversité, le Groupe de développement durable du Pays de Cocagne (GDDPC) vous invite à venir découvrir la diversité de poissons, papillons et oiseaux qui vivent dans le bassin versant de Cocagne.

Le lundi 22 mai de 14h à 17h dans la salle de la marina de Cocagne, venez découvrir avec Roland Chiasson, Nathalie Brodeur, Louis-Émile Cormier et Denise Maillet ce que nous pouvons faire afin d’assurer la conservation des habitats pour la faune du Nouveau-Brunswick.

Le 22 mai est la Journée mondiale de la biodiversité. Pour cette occasion, le GDDPC souligne le riche patrimoine naturel du territoire du bassin versant de la rivière et la baie de Cocagne.

«Pour la journée mondiale de la biodiversité, nous voulons souligner l’engagement d’une dizaine de citoyens qui ont entrepris des actions de restauration et de conservation sur leurs propriétés riveraines, explique Bernadette Goguen, co-directrice du Groupe de développement durable du Pays de Cocagne. Le GDDPC a aidé aux propriétaires à planter des arbres près de l’eau. Tous ont accepté de ne pas tondre le long des rives pour protéger contre l’érosion», explique Bernadette Goguen.

De plus, plusieurs organisations auront des kiosques sur place pour partager leurs idées d’actions pour protéger la biodiversité. Le public est invité à explorer comment il peut aider à protéger son patrimoine naturel sur son coin du terrain.

Une collation de produits locaux sera servie. Les présentations et les discussions seront suivies par l’Assemblée générale annuelle du Groupe de développement durable du Pays de Cocagne. L’activité est gratuite. Les dons seront acceptés.

L’activité a lieu grâce à l’appui des partenaires du GDDPC : Environnement et Changement climatique Canada, le Fonds en fiducie pour l’environnement du Nouveau-Brunswick, le Fonds de fiducie de la Faune du NB, et Cocagne 250.

Si vous avez des questions, veuillez communiquer avec Serge au (506) 576-8247 ou à gddpc@nb.aibn.com.

 

La technologie pour assurer le soutien et la sécurité des personnes âgées

La photo nous fait voir Julien Bourgeois, à gauche, et son père Louis Bourgeois de l’entreprise Solution de technologie ISI Care, de Dieppe, qui offre des outils technologiques afin d’aider les personnes âgées à demeurer dans leur maison le plus longtemps possible. (Photo : Gracieuseté)

La photo nous fait voir Julien Bourgeois, à gauche, et son père Louis Bourgeois de l’entreprise Solution de technologie ISI Care, de Dieppe, qui offre des outils technologiques afin d’aider les personnes âgées à demeurer dans leur maison le plus longtemps possible. (Photo : Gracieuseté)

Avec le vieillissement de la population, Louis Bourgeois et son fils Julien, de Dieppe, ont voulu développer des produits et services destinés aux personnes âgées en mettant sur pied la compagnie Solution de technologie ISI Care, née de l’entreprise Atlantic Alarm qui opère partout dans les Maritimes.

«La compagnie s’est développée parce qu’il y a une forte demande de la part des personnes âgées qui veulent rester dans leur maison le plus longtemps possible, explique Louis Bourgeois. On a voulu développer une entreprise en prenant des produits disponibles sur le marché et en les intégrant pour mieux répondre à leurs besoins.»

Les systèmes de détecteurs électroniques offrent plusieurs possibilités afin d’aider les personnes âgées ou les personnes à besoins spéciaux à vivre de manière autonome dans leur maison. Par exemple, si le détecteur d’incendie est activé, un message est envoyé à un centre d’appel à Moncton. Une boîte installée dans la maison du résident permet alors la communication bidirectionnelle entre le résident et le centre d’appel qui, au besoin, peut envoyer les secours nécessaires.

Il existe aussi des boutons de panique sous forme de montre ou de pendentifs qui peuvent même détecter les chutes. Des détecteurs pour le contrôle du niveau d’eau avertiront le résident s’il a oublié de fermer le robinet, par exemple. Aussi, la chaleur de l’eau peut être détectée par un système pour prévenir les brûlures. Parmi les produits, il y a aussi un pilulier électronique qui vous avertit quand prendre vos médicaments. D’autres produits sont aussi destinés aux personnes malvoyantes ou malentendantes.

«Ces produits existaient sur le marché, souligne M. Bourgeois. Comme j’ai fait le travail d’intégrateur de technologie pendant 30 ans, je me demandais pourquoi personne n’offrait ce genre de services à des personnes âgées.»

«J’ai vu ma mère qui avait des problèmes et qui profite maintenant de ces outils pour vivre de manière plus autonome dans sa résidence. Moi, personnellement, comme beaucoup d’autres, j’aimerais mieux rester dans ma maison le plus longtemps possible. On dit d’ailleurs que les gens vivent plus longtemps s’ils demeurent dans leur maison, mais il faut leur donner les outils pour leur permettre de le faire en toute sécurité.»

Dans une province où le pourcentage de personnes âgées est le plus élevé au pays, Louis Bourgeois croit énormément dans la technologie. «La technologie au service de la population vieillissante continue de se développer. On intègre maintenant l’utilisation du GPS dans certains outils et ça continue. Il reste à éduquer les gens pour que ces outils soient mieux acceptés et même pour que les gouvernements reconnaissent leur importance pour la sécurité des personnes âgées.»

Au Centre culturel Aberdeen Hommage de la communauté artistique à Christian Brun

hommagechris

   Depuis le 12 mai dernier et jusqu’au 31 mai prochain, une exposition en hommage à Christian Brun vous est proposée au sein de la Galerie 12 du Centre Culturel Aberdeen de Moncton. Christian Brun, homme complet, artiste acadien reconnu et membre permanent de la Galerie 12 nous offre, grâce à l’investissement du Centre culturel Aberdeen, de sa famille, ainsi que des artistes tel que Roméo Savoie une rétrospective de ses œuvres créées au cours des quinze dernières années.

Le Centre culturel de Moncton est un véritable lieu de création et de réunion de la communauté artistique et cet événement en est une preuve irréfutable. Au-delà de la communauté artistique c’est la famille du Centre culturel qui souhaitait honorer ce grand artiste qui manque dans le cœur de tous.

Roméo Savoie, artiste acadien de grande renommée est d’ailleurs à l’origine de cette volonté d’honorer «son ami» Christian Brun. Lui-même avait, durant son exposition qui s’est déroulée du 10 février au 8 mars dernier rendu hommage à l’artiste en lui dédiant son exposition. A l’entrée de la Galerie 12 on pouvait d’ailleurs trouver une œuvre de Roméo composée d’une de ses peintures, d’une photo de Christian Brun ainsi que du mot «Hommage» gravé en lettres d’or. Vous pourrez retrouver cette œuvre de Roméo Savoie dans la Galerie 12, cette œuvre démontrant l’envie profonde de cette grande famille d’artistes de faire honneur à leur ami et de lui rendre un hommage vibrant.

Christian Brun avait un véritable pouvoir de rassemblement que ce soit autour de ses œuvres, de ses livres, ou dans son travail et sa vie quotidienne. Il était un homme qui s’investissait avec profondeur et détermination dans tout ce qu’il entreprenait. Cet homme, cet artiste restera à jamais dans le cœur de tous et continuera de rassembler les penseurs, les rêveurs, les grands découvreurs de la communauté acadienne.

Le vernissage de l’expo-sition «Hommage à Christian Brun» se déroulera le mercredi 31 mai de 19h à 21h à la Galerie 12 du Centre culturel Aberdeen, au 140, rue Botsford. Les recettes des ventes de l’exposition seront versées au Fonds d’études pour sa fille Txentchela. Vous pouvez dès à présent découvrir ou redécouvrir les œuvres de Christian Brun et ainsi parcourir 15 années de création et de passion de l’art visuel.

Vous pouvez aussi vous rendre sur le site internet http://plurivice.wixsite.com/christianbrun afin d’y découvrir l’étendue du parcours de l’artiste visuel mais aussi du poète qu’était Christian Brun.

Dieppe célèbre la jeunesse

Les jeunes de trois à 12 ans sont invités à l’édition 2017 du Festival de la jeunesse qui se tiendra au Centre Arthur-J.-LeBlanc, le samedi 27 mai et le dimanche 28 mai.

Diverses activités éducatives et amusantes seront proposées aux enfants durant ces deux après-midi. Qu’ils soient intéressés à découvrir les arts, la science, la musique ou qu’ils soient plutôt du type actifs, il y aura certainement un atelier qui saura leur plaire. Plusieurs organismes et artistes seront présents afin de partager leurs passions avec les enfants tout en leur faisant découvrir de nouveaux intérêts.

Comme les places sont limitées, l’inscription est obligatoire pour les ateliers. Il est possible de s’inscrire au Centre aquatique et sportif de Dieppe, 111, rue Aquatique, ou au dieppe.ca. L’inscription pour les résidents aura lieu le lundi 15 mai à partir de 18h jusqu’au vendredi 26 mai, à 9h. L’inscription pour les non-résidents a lieu à partir du mercredi 17 mai, à 18h jusqu’au vendredi 26 mai, à 9h.

Il y aura également une zone aménagée au Centre Arthur-J.-LeBlanc avec des jeux gonflables et des kiosques offrant des activités interactives aux enfants. Ces activités se dérouleront aux mêmes heures et ne requièrent pas de préinscription. À noter que toutes les activités, avec ou sans inscription, sont gratuites!

La programmation est disponible au dieppe.ca, à l’hôtel de ville de Dieppe ou au Centre aquatique et sportif.

Pour information : 877-7900.