Beau projet de correspondance à l’école P.-E.-T.-L.

Les élèves de troisième année de la classe de Sophie Roussel ont un beau projet de correspondance avec des élèves de troisième année de Bridgewater en Nouvelle-Écosse. (Photo : Gracieuseté)

Les élèves de troisième année de la classe de Sophie Roussel ont un beau projet de correspondance avec des élèves de troisième année de Bridgewater en Nouvelle-Écosse. (Photo : Gracieuseté)

Chers lecteurs et lectrices,

Nous sommes les élèves de la classe de madame Sophie Roussel en troisième année de l’école Père-Edgar-T.-LeBlanc. Nous vous écrivons pour vous partager un merveilleux projet de correspondance que nous sommes en train de faire avec des élèves de troisième année de Bridgewater en Nouvelle- Écosse.

Pour commencer, nous étions jumelés avec un ou deux élèves de la Nouvelle-Écosse. Par la suite, nous avons chacun écrit une lettre en posant trois questions afin d’apprendre à connaitre notre correspondant ainsi que sa ville. Après quelques semaines, nous avons été très émerveillés de recevoir par la poste, la réponse à notre lettre.

Nous avons appris que Bridgewater se situe près de l’eau comme Grand- Barachois. Par contre, cette ville est située près d’une rivière nommée La Have contrairement à nous qui sommes près de l’océan. Il y a aussi beaucoup d’arbres dans cette région.

Ce projet est intéressant puisque ce n’est pas tous les jours que nous pouvons apprendre à connaitre des élèves venant d’une autre province! C’est extraordinaire! Nous avons hâte d’en découvrir davantage sur eux lors de nos prochaines lettres!

Merci d’avoir lu notre article.

Bonne journée!

Les amis de troisième année

Voyages Positifs : 35 ans d’aventures et de liens d’amitié qui perdurent

La photo prise dimanche, lors de la fête soulignant le 35e anniversaire de Voyages Positifs, nous fait voir Paul Auffrey, à gauche, et le Frère Walter Comeau, au moment de recevoir en cadeau un autobus en bois confectionné par Clément Noël, un participant de Voyages Positifs. (Photo: Gracieuseté)

La photo prise dimanche, lors de la fête soulignant le 35e anniversaire de Voyages Positifs, nous fait voir Paul Auffrey, à gauche, et le Frère Walter Comeau, au moment de recevoir en cadeau un autobus en bois confectionné par Clément Noël, un participant de Voyages Positifs. (Photo: Gracieuseté)

Opérée par Paul Auffrey et le Frère Walter Comeau, c.s.c., la compagnie Voyages Positifs Ltée fête cette année ses 35 ans d’existence. Au fil des ans, ils ont fait 285 voyages aux Maritimes et au pays, mais également aux États-Unis, en Europe et dans les Caraïbes.

Cette année seulement, 830 personnes profiteront de quelque 14 voyages organisés qui varieront d’une durée d’une journée à un peu plus de deux semaines. Pour les propriétaires, ce qui caractérise cette entreprise, ce sont les liens d’amitié et le sentiment d’appartenance au groupe qui sont formés. «On voit de belles choses, ça nous émerveille, mais les liens qui sont créés sont plus importants. Ce sont des individus qui voyagent, mais c’est surtout une grande famille qui voyage ensemble», souligne Walter Comeau.

C’est d’ailleurs dans cet esprit qu’est née la compagnie, dans la simplicité et pour l’amour des gens. «Je donnais beaucoup de sessions et je parlais toujours de la Baie Sainte-Marie et j’en parle encore beaucoup, explique M. Comeau. Il y a des gens qui ont dit : arrête d’en parler et amène-nous voir ton coin de pays. On a alors amené un premier groupe à la Baie Sainte-Marie; c’était en mai 1982. Ensuite, ils ont demandé pour aller faire un voyage en Gaspésie, puis au Cap-Breton, en Louisiane et ainsi de suite.»

«On aimait voyager tous les deux et on aimait être entourés des gens. C’est un peu ça la racine de Voyages Positifs, ajoute Paul Auffrey. Ce sont aussi des voyages offerts en français avec une dimension spirituelle. Nos voyages se font connaître de bouche à oreille; on n’a jamais eu besoin de faire de publicité en 35 ans.»

Alors que les premiers clients de Voyages Positifs étaient des participantes et des participants aux ateliers offerts dans la région par Walter Comeau, la famille de voyageurs s’est élargie et compte maintenant des membres de l’Île-du-Prince-Édouard, de la Nouvelle-Écosse et de la Péninsule acadienne.

«Voyages Positifs, c’est aussi la réalisation de plusieurs rêves, explique M. Auffrey. Lorsqu’on reçoit des cartes de remerciements après un voyage, les gens disent souvent qu’on leur a permis de réaliser leur rêve. De plus, on leur permet de voyager en toute sécurité. Le fait que nous voyons à la logistique et à leur sécurité, ils peuvent vivre leur expérience de voyage en toute quiétude.»

Pour Walter Comeau, ces voyages sont tous à leur façon un pèlerinage. «Quand j’entre dans l’autobus et qu’ils (les participants) sont tous là, je suis dans un autre monde. On voyage dans la vraie cathédrale de Dieu et on vit l’expérience en famille. Nos voyages me permettent aussi de rejoindre des gens sur le plan spirituel qui n’auraient peut-être pas participé à une session de croissance personnelle, par exemple. Je remarque aussi que les gens attendent ma petite réflexion chaque matin. C’est une partie importante du voyage.»

Chaque année, la compagnie Voyages Positifs lance un projet de collecte de fonds pour une cause qui lui tient à cœur. Cette année, Paul Auffrey et Water Comeau souhaitent recueillir les fonds nécessaires pour financer dix chirurgies pour corriger un bec-de-lièvre ou une fente palatine chez des enfants.

Pour des renseignements : 506-864-8251, Vptourslts@gmail.com.

La compagnie Voyages Positifs a permis à Lorraine Auffrey de faire 100 voyages en 35 ans

La photo prise lors du Festival acadien de Clare, en Nouvelle-Écosse, en 2011, nous fait voir, de gauche à droite, Paul Auffrey, sa mère Lorraine Auffrey et le Frère Walter Comeau, c.s.c. Il s’agit d’un des 100 voyages auxquels Mme Auffrey a participé au fil des ans avec Voyages Positifs. (Photo: Gracieuseté)

La photo prise lors du Festival acadien de Clare, en Nouvelle-Écosse, en 2011, nous fait voir, de gauche à droite, Paul Auffrey, sa mère Lorraine Auffrey et le Frère Walter Comeau, c.s.c. Il s’agit d’un des 100 voyages auxquels Mme Auffrey a participé au fil des ans avec Voyages Positifs. (Photo: Gracieuseté)

Âgée de 84 ans, Lorraine Auffrey a franchi le cap des 100 voyages réalisés grâce à Voyages Positifs. Elle a d’ailleurs reçu un certificat, dimanche, lors d’un après-midi de retrouvailles pour les participantes et participants des Voyages Positifs qui célèbrent leurs 35 ans cette année.

«J’ai fait cent voyage parce que je suis une coureuse, explique Mme Auffrey en riant. On voyageait beaucoup mon mari et moi, mais quand il est parti, je me suis vraiment donné l’air. Je ne voulais pas rester seule à la maison. J’aime aussi les gens et on voit beaucoup de belles choses. On n’a pas besoin de s’occuper des détails. C’est vraiment agréable.»

«J’ai particulièrement aimé la Californie et l’Ouest canadien, dit-elle. Ce sont toujours de beaux voyages. J’aime aussi la prière le matin. Walter nous fait pleurer des fois. Il a toujours des belles pensées, des réflexions et ça agrémente le vo-yage. Il a un thème tous les jours et ça vient nous toucher au cœur. Tant que je pourrai voyager, je le ferai, tant que j’aurai la santé, je serai là. Mais sans Voyages Positifs et la présence de mon fils Paul (Auffrey), je n’aurais pas tant voyagé.»

Pour souligner les 35 ans de Voyages Positifs, Paul Auffrey et Walter Comeau ont organisé un spectacle dimanche lors des retrouvailles avec les Ukulady’s, un groupe de femmes de la Baie Sainte-Marie qui interprètent des chansons populaires accompagnées de leurs ukulélés. Le groupe Gadelle de l’Île-du-Prince-Édouard a suivi avec de la musique traditionnelle bien connue de leur région.

 

EDITORIAL

Jeannita Thériault

Jeannita Thériault

Hommages aux mamans et aux autres!

            C’est la fête des Mères dimanche prochain, le 14 mai. C’est le cas aussi pour plusieurs endroits dans le monde : notamment au Québec, aux États-Unis, au Brésil, en Belgique, en Allemagne et en Nouvelle-Zélande ou l’Australie.

La fête des Mères «de familles nombreuses» telle qu’expérimentées, lors des années 1940 en France, a été proclamée afin d’offrir une récompense «symbolique» à des femmes portant la responsabilité d’enfants multiples et non de participer à la libération de la femme.

Il faut dire que la religion catholique a d’ailleurs encouragé ses fidèles à avoir de nombreux enfants en Acadie. Elle le fait moins de nos jours. Aussi, on voit de plus en plus de filles-mères qui décident de garder leurs enfants.

N’importe les arguments contraires, le rôle de la maman est très important, non seulement celui de mère mais aussi celui de voir au développement physique et psychologique de son enfant, et ce, avec amour, dévouement et compréhension. La mère n’a jamais hésité à passer des nuits entières auprès de son enfant malade. Plus tard, elle côtoie et encourage les rêves de ses enfants même lorsqu’elle vieillit et qu’ils sont devenus adultes.

Que de sacrifices vécus jadis par les mamans de voir leurs fils partir outre-mer pour la guerre et tuer des ennemis inconnus! Plusieurs mamans se contentaient de souffrir en silence tout en contribuant à «l’effort de guerre» en tricotant des bas et des mitaines de laine pour envoyer à leurs enfants devenus soldats. De plus, ces mamans devaient voir à l’épanouissement de leurs jeunes enfants au foyer tout en ayant une pensée constante pour leurs fils devenus soldats.

De nos jours, plusieurs mamans travaillent à l’extérieur du foyer dans le but de poursuivre leur carrière – n’empêche qu’elles ont le courage et l’amour de demeurer très près de leurs enfants, de leurs rêves et de leurs ambitions.

Dimanche sera aussi une occasion spéciale pour rendre un hommage spécial à toutes ces femmes qui auraient bien voulu avoir été capables d’enfanter. On les voit ici et là s’engager dans la garde de leurs petits enfants, de leurs neveux et nièces, dans le domaine de l’enseignement et/ou s’engager bénévolement dans plusieurs causes humanitaires et sociales afin de contribuer au bien-être des enfants des autres…

Que la fête des Mères soit une occasion pour les mamans de se laisser gâter… sans oublier les autres qui n’ont pas eu le bonheur d’être mère.

Jeannita Thériault

Des adolescents de Shédiac remportent le Championnat provincial de tir de précision des cadets

L’équipe du Corps royal des cadets de l’Armée 1535 de Shédiac a remporté la médaille d’or au Championnat provincial de tir de précision des cadets à Oromocto, les 22 et 23 avril. (Photo : Capitaine Shawn MacDonald, Forces armées canadiennes © DND/MND 2017)

L’équipe du Corps royal des cadets de l’Armée 1535 de Shédiac a remporté la médaille d’or au Championnat provincial de tir de précision des cadets à Oromocto, les 22 et 23 avril. (Photo : Capitaine Shawn MacDonald, Forces armées canadiennes © DND/MND 2017)

L’équipe de tir de précision du Corps royal des cadets de l’Armée 1535 de Shédiac se rendra au championnat national, après avoir remporté la médaille d’or au Championnat provincial de tir de précision des cadets qui se tenait les 22 et 23 avril à Oromocto, au N.-B.

Alex Mollins et Madelyn Richards ont assuré la victoire de leur équipe en remportant respectivement la médaille d’or dans l’épreuve en position debout (catégorie ouverte) et l’épreuve en position couchée (catégorie ouverte). L’équipe participera donc au Championnat national de tir de précision des cadets qui se tient du 7 au 12 mai à Gimli, au Manitoba.

Le programme de tir de précision des cadets est une activité supplémentaire offerte aux jeunes membres des cadets de la Marine, de l’Armée et de l’Air. Il est basé sur la compétition de style olympique et allie la concentration, la discipline personnelle et l’activité physique dans une ambiance de plaisir et de compétition, tout en faisant la promotion des principes clés du programme des cadets, soit le développement d’un mode de vie sain et actif, grâce à des occasions peu communes, intéressantes et sûres pour les jeunes Canadiens.

Médaillés d’or, épreuve en position couchée : Catégorie junior – Alexander Sulis (12 ans), Escadron royal des cadets de l’Air 315 de Newcastle; Catégorie ouverte –Madelyn Richard (17 ans), Corps royal des cadets de l’Armée 1535 de Shédiac.

Médaillés d’or, épreuve en position debout : Catégorie junior – Jacob Finnley (14 ans), Corps royal des cadets de l’Armée 560 de Moncton; Catégorie ouverte – Alex Mollins (18 ans), Corps royal des cadets de l’Armée 1535 de Shédiac.

Les artistes peintres Alfred Belliveau, Florence Landry et Roselys Belliveau reçoivent le Prix Éloi

La photo prise dimanche lors de la remise du Prix Éloi nous fait voir, de gauche à droite : Michel Gaudet, maire de Memramcook; Odette LeBlanc, présidente de la Société culturelle de la Vallée de Memramcook; Anita Boudreau, présidente de la Société historique de la Vallée de Memramcook; Nicole Belliveau, nièce du lauréat Alfred Belliveau et sa fille Jasmine; le père Émery Brian; Florence Landry, lauréate; Roselys Belliveau, lauréate; Robert Boudreau, membre du jury, et Bernard LeBlanc, député provincial de la circonscription de Memramcook-Tintramarre. (Photo : Gracieuseté)

La photo prise dimanche lors de la remise du Prix Éloi nous fait voir, de gauche à droite : Michel Gaudet, maire de Memramcook; Odette LeBlanc, présidente de la Société culturelle de la Vallée de Memramcook; Anita Boudreau, présidente de la Société historique de la Vallée de Memramcook; Nicole Belliveau, nièce du lauréat Alfred Belliveau et sa fille Jasmine; le père Émery Brian; Florence Landry, lauréate; Roselys Belliveau, lauréate; Robert Boudreau, membre du jury, et Bernard LeBlanc, député provincial de la circonscription de Memramcook-Tintramarre. (Photo : Gracieuseté)

À l’occasion d’un après-midi tout en musique le 7 mai au théâtre du Monument-Lefebvre, la Société culturelle de la Vallée de Memramcook et la Société historique de la Vallée de Memramcook ont remis le Prix Éloi à trois artistes peintres qui ont mis en valeur le paysage, les édifices et les personnes de la communauté.

Les lauréats sont Alfred Belliveau, Florence Landry et Roselys Belliveau, trois artistes passionnés par la peinture qui, grâce à leur art, ont su transmettre le patrimoine de Memramcook.

Le Prix Éloi a été créé afin de rendre hommage au grand violoneux Éloi à Protais LeBlanc qui en a fait danser plusieurs au rythme de son violon et ce, pendant de nombreuses années. Le Prix est décerné annuellement à des artistes ayant des racines à Memramcook et qui se sont démarqués sur la scène culturelle de la région.

Festival Les Arts en Fête à Grand-Barachois

La Société culturelle Sud-Acadie est de retour avec un autre projet communautaire autour d’Une Chaise/Une Histoire, un ensemble de chaises qui se retrouvera sur la verdure de l’Église historique de Barachois. Ce projet fait suite au projet D’une porte à l’autre initié en 2015 et la Ligne à Hardes en 2016. Cette année le festival d’art public invite la communauté, artistes et artisans à explorer leur expression artistique avec l’aide d’une chaise recyclée en œuvre d’art, sculpture ou assemblage.

Le dévoilement est prévu pour le vendredi 25 août à 17h au lancement du Festival Les Arts en Fête, maintenant un événement annuel au Grand-Barachois. Cette année vous pourrez participer à de nombreuses activités créatives et divertissantes : ateliers de musique, peinture, textile, vitrail, tambour, bricolage, des heures de contes pour les tout-petits, expositions d’art visuels, soirée de musique et cinéma. La programmation complète sera lancée lors de l’Assemblée générale annuelle de la Société culturelle au début juin.

L’objectif est de recueillir une centaine de chaises qui seront en montre sur la verdure de l’Église historique de Barachois jusqu’à la fin septembre. Une installation d’art public pour célébrer les multitudes expressions artistiques qui se manifestent dans le quotidien de tous, où les citoyens et les visiteurs de la région seront invités à venir se balader parmi les chaises. Les objets créés ne doivent pas contenir de produits nocifs pour l’environnement ou dangereux pour les visiteurs et doivent être résistants au tempérament de la nature.

Quand fête des Mères rime avec Art et Monette Léger!

monetteart

Hélene Le Pennec

Seize jeunes de la communauté ont eu le bonheur de participer à une activité artistique proposée par Mireille Pitre, au Centre Nouvelle Vie à Shédiac, samedi dernier. Comme à chaque mois, Mireille part à la recherche de belles idées pour proposer aux jeunes de cinq à 15 ans de la région une activité où ils pourront passer ensemble un beau moment convivial.

Ce samedi les enfants ont eu la chance de rencontrer l’artiste Monette Léger qui leur a proposé de confectionner un beau cadeau pour la fête des Mères. «C’est incroyable comme cette activité est allée au-delà de mes attentes, de dire Mireille Pitre. Je connaissais l’artiste et son travail formidable mais je n’avais jamais eu la chance de travailler avec elle et avec des enfants et elle a su leur transmettre sa passion d’une manière simple et adaptée à chaque âge» poursuit-elle.

Les enfants étaient répartis en quatre tables et accompagnés d’adolescents afin de les aider dans la réalisation de leur projet. L’idée de base était une carte de fête des Mères. Jusque là l’idée semble simple mais c’est sans compter sur l’esprit particulièrement artistique et créatif de l’artiste.

Artiste multidisciplinaire, Monette Léger a tenté de transmettre sa passion des arts aux enfants en leur faisant découvrir différentes techniques mais aussi différents matériaux. Défi réussi pour cette femme investie dans la communauté et désireuse de faire passer aux enfants un beau moment de création. Les enfants ont ainsi pu travailler l’encre, le papier à la texture transparente mais aussi la photographie et la peinture sur visage. Le projet final est une superbe carte composée de différents éléments, que chaque maman pourra accrocher où elle le souhaite et insérer dans le cadre de sa carte la photo de son enfant portant sur son visage une belle peinture réalisée en partenariat avec un autre enfant.

«Les enfants étaient tous très participatifs même quatre garçons que nous avions avec nous», dit Mireille, comme quoi les activités artistiques ne sont pas uniquement réservées aux filles. Les enfants ont ainsi pu passer ensemble un moment de convivialité et découvrir différentes méthodes de création. De nombreuses mamans chanceuses auront le plaisir de découvrir le projet final de leur enfant le 14 mai prochain.

«Monette s’est beaucoup investie dans cette activité et nous sommes chanceux de l’avoir eu avec nous, c’est une artiste perfectionniste et elle a donné beaucoup de son temps pour le bonheur des enfants, qui lui ont d’ailleurs donné beaucoup de cols avant leur départ, ils étaient tous très fiers de leur beau travail.»

Activité de juin

   La prochaine activité de Mireille sera organisée le 17 juin prochain de 10h à 13h au Centre Nouvelle Vie à Shédiac et sera cette fois dédiée à la création d’un projet en menuiserie pour la fête des Pères avec l’aide de Robert Brockbank artisan charpentier et menuisier de la région.

Pour plus d’informations ou pour inscrire votre enfant à la prochaine activité de Mireille Pitre vous pouvez lui envoyer un courriel à mireille.pitre2016@gmail.com ou la contacter au 351-2800.

Lancement du DVD Les aventures de Roland et Monsieur Crapaud

rolandetcrapaud

   Roland, Monsieur Crapaud partent à l’aventure avec un premier DVD : Les aventures de Roland et Monsieur Crapaud qui sera bientôt disponible en magasin. Les deux complices procéderont ce mois-ci à une série de lancements dans des bibliothèques et des centres communautaires de la province.

Les chansons sur le DVD Les aventures de Roland et Monsieur Crapaud font partie du répertoire des albums Roland et Monsieur Crapaud (2009), Lire et chanter c’est amusant (2012) et Roland et Monsieur Crapaud font la fête (2014). Roland et M. Crapaud sont amis depuis 2010 et proposent des produits culturels en français conçus pour stimuler l’apprentissage et promouvoir le plaisir de la lecture chez les enfants.

Les lancements dans notre région du DVD Les aventures de Roland et Monsieur Crapaud auront lieu le 20 mai, à 10h30, à la Bibliothèque publique de Shédiac et le 25 mai, à 18h30, à la Bibliothèque publique de Dieppe.

Le film Les aventures de Roland et Monsieur Crapaud est une réalisation de Roland Gauvin qui a aussi conçu le scénario. La cinématographie, le montage et la coréalisation sont de Chris LeBlanc. La marionnettiste principale est Florence Brunet, appuyée d’Anne-Marie Sirois qui agit également comme accessoiriste et scénographie.

Beaubassin-est et Cap-Pelé collaborent pour offrir huit semaines de camps d’été en 2017

La communauté rurale de Beaubassin-est et le village de Cap-Pelé vont encore une fois collaborer pour organiser les Camps d’été communautaires 2017. En effet, ils vont présenter 8 semaines de camps du 26 juin au 18 août. Il y aura cinq semaines à Beaubassin-est, soit une semaine chaque à Grand-Barachois, Haute-Aboujagane Cormier-Village, Saint-André-LeBlanc et Shemogue, et trois semaines se dérouleront à Cap-Pelé.

Les camps visent les jeunes de 5 à 11 ans et se déroulent du lundi au vendredi de 8h30 à 16h30. Les camps offrent un programme rempli d’activités planifiées ainsi que des présentations intéressantes. La séance d’inscription pour tous les camps aura lieu le mercredi 31 mai de 11h à 13h et de 18h à 19h30 pour tous, à l’édifice de Beaubassin-est et à l’édifice de Cap-Pelé.

Plus de détails au sujet des camps seront disponibles sur l’Internet à www.beaubassinest.ca ainsi qu’à www. cap-pele.com. Pour plus de renseignements, composez le 532-0730 ou le 577-2030, ou envoyez un courriel à camps@beaubassinest.ca.