On donne l’exemple!

 La directrice de Vision H2o, Julie Cormier, a été aperçue samedi dernier le long de la route 133, à Grand-Barachois, en train de ramasser les nombreuses ordures en compagnie de sa fille, Mia. Que de belles habitudes à donner à nos petits qui seront bientôt nos guides communautaires! (Photo : Charles-Philippe Dray)

La directrice de Vision H2o, Julie Cormier, a été aperçue samedi dernier le long de la route 133, à Grand-Barachois, en train de ramasser les nombreuses ordures en compagnie de sa fille, Mia. Que de belles habitudes à donner à nos petits qui seront bientôt nos guides communautaires! (Photo : Charles-Philippe Dray)

Surplus de 360 485$ en 2016 pour la municipalité de Memramcook

Des élèves de l’École Abbey-Landry ont fait une présentation devant le conseil municipal de Memramcook lors de la réunion ordinaire du lundi 24 avril. Ils souhaitaient faire connaître un projet rassembleur initié dans leur école dans le cadre de la semaine du Patrimoine. Les élèves souhaitent accueillir virtuellement d’ici la fin de l’année scolaire le premier ministre du Canada, Justin Trudeau. Les élèves ont ainsi demandé l’appui du conseil municipal dans leur projet et invitaient le public à en faire la promotion en utilisant le mot clic #MTrudeauAbbeyLandry dans les réseaux sociaux. La photo nous fait voir les élèves qui ont pris part à la présentation accompagnés du maire Michel Gaudet. (Photo : Gracieuseté)

Des élèves de l’École Abbey-Landry ont fait une présentation devant le conseil municipal de Memramcook lors de la réunion ordinaire du lundi 24 avril. Ils souhaitaient faire connaître un projet rassembleur initié dans leur école dans le cadre de la semaine du Patrimoine. Les élèves souhaitent accueillir virtuellement d’ici la fin de l’année scolaire le premier ministre du Canada, Justin Trudeau. Les élèves ont ainsi demandé l’appui du conseil municipal dans leur projet et invitaient le public à en faire la promotion en utilisant le mot clic #MTrudeauAbbeyLandry dans les réseaux sociaux. La photo nous fait voir les élèves qui ont pris part à la présentation accompagnés du maire Michel Gaudet. (Photo : Gracieuseté)

En 2016, la municipalité de Memramcook a enregistré des revenus de 6 597 786 dollars, des dépenses de 6 237 301 dollars et un surplus de 360 485 dollars. C’est ce qu’on a pu apprendre lors de la présentation des états financiers par la firme comptable L. Bourque et Associés P.C. inc., dans le cadre de la réunion ordinaire du conseil municipal du lundi 24 avril.

«La santé financière de la municipalité est très bonne, souligne Michel Gaudet, maire de la municipalité de Memramcook. On a un fonds de réserve d’un peu plus de deux millions $, ce qui nous donne un bon coussin pour nos opérations. Chaque année et cette année encore, on fait un surplus intéressant.»

«Avec ces résultats financiers, on peut se permettre de développer des projets pour la municipalité, poursuit le maire Gaudet. Le taux d’endettement de 4,6 pour cent est parmi les plus bas dans la province, s’il n’est pas le plus bas. C’est certain que les grandes villes qui ont un taux d’endettement plus près du 20 pour cent offrent davantage de services, mais il y a quand même plusieurs municipalités qui sont petites comme la nôtre et qui sont serrées financièrement.»

«La priorité pour une municipalité comme la nôtre qui compte environ 5000 habitants se situe surtout au niveau des routes. On a aussi le terrain de golf, dit-il. À partir des résultats obtenus cet été, il faudra décider si on va l’acheter ou l’opérer l’an prochain. Les pourparlers dans ce dossier se poursuivent donc avec le gouvernement du Nouveau-Brunswick.»

Beaubassin-est consulte la population pour élaborer son Plan stratégique

La firme JGV Consultants Inc. verra à l’élaboration d’un Plan stratégique qui guidera le développement de la Communauté rurale Beaubassin-est pour les cinq prochaines années. «Ce plan permettra au conseil de se doter de priorités et de projets importants pour le développement global de Beaubassin-est», indique le maire, Ronnie Duguay.

Le processus inclut des rencontres avec les élus municipaux ainsi que le personnel de la communauté rurale, mais l’exercice implique aussi une vaste série de consultations publiques. Des consultations avec la population vont avoir lieu le jeudi 27 avril à 19h au Centre communautaire de Haute-Aboujagane (942, route 933) et le mercredi 17 mai à 19h au Centre de Saint-André-LeBlanc (932, chemin Saint-André). «Nous voulons connaître les opinions et les suggestions de nos résidents, savoir quels sont leurs besoins et leurs attentes face à leur communauté», précise M. Duguay.

Des rencontres seront aussi organisées avec les orga-nismes de la communauté, tout comme avec les intervenants de divers secteurs, comme le milieu scolaire et les gens d’affaires. Si vous ne pouvez pas participer aux consultations, vous pouvez toujours remplir un sondage en ligne, à beaubassinest.ca. Des copies du sondage sont aussi disponibles au bureau de Beaubassin-est au 1709, route 133 à Grand-Barachois. Pour plus de renseignements, appelez au 532-0730.

La Ville de Shédiac est en excellente situation financière

Gilles Haché

Selon les états financiers vérifiés qui ont été présentés au conseil municipal lundi dernier, la Ville de Shédiac a connu une excellente année.

Le surplus au fonds général s’élève à 215 000$ comparé à un surplus de 56 000$ en 2015. Le fonds pour l’eau à quant à lui maintenu son surplus à 124 000$ soit sensiblement le même surplus qu’en 2015.

Le ratio d’endettement est passé de 8.1% à 10% pour un total de dette 9,9 millions$ ce qui classe la Ville de Shédiac parmi les municipalités avec un ratio très acceptable malgré des investissements de 10 millions en 2016.

Pour le maire Jacques LeBlanc «Il est très important d’investir dans les infrastructures si nous voulons que la municipalité progresse et si nous n’avons pas les infrastructures nécessaires, nous ne pourrons attirer les commerces et les familles à venir s’établir à Shédiac. Malgré une diminution de la croissance de 5 à 3% nous avons quand même d’excellents résultats.»

Le plan quinquennal pour les prochains cinq ans prévoit des investissements de 15 millions.

Le représentant de la firme comptable Grant Thornton invite la ville à être prudente compte tenu de la diminution de la croissance. «Vous êtes en bonne santé financière parce que vous avez fait attention à vos investissements, continuez dans ce sens», a-t-il ajouté.

Lors de la réunion régulière il a été annoncé qu’une subvention de 1,2 million$ a été accordée par la province pour la réparation de la rue Main soit une route désignée.En bref… les travaux sur la rue Main avancent très bien, ils seront interrompus à la fin juin pour reprendre à la fin d’aout… les démarches pour la construction d’un deu-xième réservoir d’eau dans la région du chemin Ohio ont débuté… les incitatifs pour les permis de construction de plus de 2,5 millions ont été majorés de 5 à 8% échelonnés sur une période de six ans au lieu de cinq ans… il y aura ajout de lampadaires sur la rue Main… la programmation du Festival du homard s’annonce très intéressante, encore cette année la rue Main sera fermée afin d’y avoir le souper au homard… des activités spéciales auront lieu le 1er juillet à l’occasion du 150e du Canada… le service d’un broyeur à branches sera disponibles pour les citoyens à partir de début juillet.

EDITORIAL

Qui représente nos artistes au Conseil des arts du Canada?

            Depuis quelques temps, de nouveaux membres sont nommés au sein du Conseil d’administration du Conseil des arts du Canada et seule, une soprano de St. John’s, Terre-Neuve, probablement unilingue anglophone, a été nommée. Pas un seul membre francophone (ou bilingue?) du Nouveau-Brunswick ou de la Nouvelle-Écosse nommé au sein du Conseil d’administration.

Cette situation n’est pas représentative de la région de l’Atlantique.

Un nouveau processus de nominations a été mis sur pied (apparemment?). Les candidats et candidates intéressés envoient leurs demandes et leur curriculum vitae à qui de droit afin d’être considérés pour siéger en tant que membre du Conseil d’administration du Conseil des arts du Canada qui a, par ailleurs, le mandat d’être représentatif à travers TOUT LE CANADA.

Nous sommes au courant que certains candidats «acadiens» d’expérience dans le domaine des Arts et de la Culture ont fait une demande en ce sens. Hélas, on a choisi une personne unilingue de St. John’s, Nfld (Terre-Neuve) pour représenter les intérêts de l’ensemble de nos artistes de l’Atlantique. Une vraie honte!

Le Conseil d’administration du CAC est composé de 11 membres : notamment, le président, vice-présidente, et neuf autres membres à travers le Canada.

Dans le moment, le président est du Québec; la vice-présidente, également du Québec; un membre des Territoires du Nord-Ouest; deux membres de l’Ontario; un membre de la Saskatchewan; un membre du Manitoba; un membre de l’Alberta; et trois autres membres du Québec… ce qui fait un total de 11 membres au sein du Conseil – sans oublier que le directeur général du CAC est du Québec. C’est bon pour le Québec mais, de grâce, il y a d’autres provinces qui existent au Canada!

Il est grand temps que le Conseil des arts du Canada soit conscient qu’il y a des personnes francophones et bilingues au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse qui sont très qualifiées et très engagées dans le domaine des Arts et de la Culture. Ces personnes pourraient être très utiles au cours des réunions du Conseil à Ottawa, et ailleurs au pays, et ce, en termes d’interventions et de représentativité équitable… bien que ce sont d’abord les membres des jurys qui décident des subventions accordées et non les membres du CA. Encore là, les jurys devraient être composés de personnes à travers le Canada et non seulement en provenance d’une province ou deux…

Nous sommes toujours étonnés de constater que nos médias et nos organismes acadiens ne s’intéressent pas davantage à cette situation de non-représentativité «acadienne» au sein du Conseil des Arts du Canada…

Jeannita Thériault

Améliorations du centre communautaire à Grande-Digue

Sur la photo, Hon. Brian Gallant, premier ministre du NB; Michel Poirier, représentant du comité de Notre Centre de Grande-Digue et le ministre des Pêches et des Océans et député de Beauséjour, Dominic LeBlanc. (Photo : Michel Thibodeau)

Sur la photo, Hon. Brian Gallant, premier ministre du NB; Michel Poirier, représentant du comité de Notre Centre de Grande-Digue et le ministre des Pêches et des Océans et député de Beauséjour, Dominic LeBlanc. (Photo : Michel Thibodeau)

(GNB) – Les gouvernements provincial et fédéral investissent 92 556 dollars dans des améliorations à l’infrastructure du centre communautaire de Grande-Digue.

«Les centres communautaires sont des lieux de rassemblement importants pour les gens du Nouveau-Brunswick», a déclaré le premier ministre, Brian Gallant. «Ils aident à soutenir l’économie locale et à améliorer la qualité de vie des résidents. Cet investissement en infrastructure aidera Notre Centre de Grande-Digue à soutenir la communauté pour des années à venir.»

«Le gouvernement du Canada reconnaît l’importance d’installations récréatives et communautaires de qualité sûres et fiables pour la santé de nos citoyens et la vitalité de nos collectivités», a affirmé le ministre fédéral des Pêches, des Océans et de La Garde côtière canadienne, Dominic LeBlanc. «Le Programme d’infrastructure communautaire de Canada 150 donne aux villes et aux organismes partout au pays, la possibilité de rénover et d’améliorer les espaces communautaires tout en soulignant l’anniversaire de notre pays cette année. Honorons le Canada en jouant, en créant et en célébrant tous ensemble cet heureux anniversaire.»

Le projet comprend le remplacement du réseau d’égouts sanitaires, l’installation d’une thermopompe, et l’installation d’équipement qui favorise la conservation de l’eau.

«Cette participation fi-nancière est un appui considérable à la centaine de bénévoles qui organisent régulièrement des activités pour amasser des fonds afin d’entretenir et de moderniser notre centre communautaire», a dit le président du Club récréatif de Grande-Digue, Jean Martin. «Nous avons ainsi pu accélérer la réalisation de ces travaux importants dont toute communauté pourra profiter pendant longtemps.»

L’investissement de 43 325$ du gouvernement provincial est réalisé dans le cadre du Programme d’aide en capital à la famille et à la jeunesse. Le programme permet aux groupes communautaires, aux organismes sans but lucratif, aux districts de services locaux et aux municipalités qui organisent des activités liées à la jeunesse et à la famille de présenter une demande de financement pour des coûts en immobilisations admissibles. Le gouvernement fédéral investit 25 000$ par l’entremise du programme Nouveaux Horizons pour les aînés d’Emploi et Développement social Canada, et 24 231$ par l’entremise du Programme d’infrastructure communautaire de Canada 150.

Le Relais pour la vie de Shédiac approche à grands pas

Le comité du Relais pour la vie de Shédiac aimerait rappeler à la population qu’il n’est pas trop tard pour inscrire une équipe afin de participer à l’événement de cette année. Le temps commence à filer vite donc le comité rappelle aux gens de faire leur inscription le plus rapidement possible. De plus, il n’est pas nécessaire d’avoir une équipe pour participer. Les personnes qui n’ont pas d’équipe peuvent également s’inscrire seules. Ceux qui le désirent peuvent également inscrire leur équipe ou s’inscrire seuls en ligne grâce au site web de la Société canadienne du cancer. Il suffit de choisir la région de Shédiac et la date de l’événement du Relais qui est le 10 juin.

Le comité est toujours à la recherche de gens qui voudraient participer au Relais pour la vie qui se déroulera au Parc Pascal Poirier de Shediac le samedi 10 juin prochain de 18h à minuit. Le tout débutera à 18h avec le Tour des survivants. Des stationnements seront disponibles pour l’événement et les aménagements du parc Pascal Poirier et sa proximité sont également des atouts pour que le Relais soit un succès selon le président du comité, Guy Lavigne.

D’après M. Lavigne, près de 12 équipes étaient inscrites il y a quelques semaines et il est encore temps de le faire. M. Lavigne aimerait avoir encore plus d’équipes afin d’atteindre un objectif financier de 100 000$. Il a aussi dévoilé qu’une très jeune personne planifiait d’amasser près de 2000$. Donc, le défi est lancé à tous. Le cancer n’a pas d’âge, il ne prend jamais de vacances ou de repos. Le comité continuera d’amasser des fonds et est toujours à la recherche de participants et de bénévoles pour son événement. Le comité incite les gens à participer au Relais comme participant, mais aussi à venir les encourager. Pour ceux et celles qui ont déjà une équipe, il est important de préciser qu’il y aura des soirées bancaires pour eux les 9 et 30 mai ainsi que le 6 juin à compter de 19h au Centre pastoral de Shédiac. Le comité désire aussi informer les équipes qu’ils peuvent toujours faire la promotion de leurs activités sur Facebook, à CJSE ou dans le Moniteur. Il suffit de rejoindre Natacha Noël Breau, responsable des communications au 532-8445 ou au 853-6460.

À noter qu’il y aura encore des luminaires à vendre pour ceux qui désirent en acheter au coût de sept dollars pour un ou deux pour 10 dollars sur le site du Relais le 10 juin. Les personnes pourront également faire des dons ou acheter des billets. S’il y a des survivants qui désirent participer au souper pour la première fois, ils peuvent rejoindre Carole Melanson au 532-6700 ou au 533-4615. Le repas est gratuit, mais il faut s’inscrire. Le repas aura lieu à l’école Louis-J.-Robichaud de Shédiac qui aura lieu de 16h à 17h et sera préparé par le cuisinier Jean-Guy et son équipe Lavigne et son équipe de bénévoles travaillent d’arrache-pied afin d’aller chercher davantage de gens et d’équipes pour participer au Relais Le comité invite les gens à s’inscrire et continue d’utiliser et de développer les médias sociaux afin de réveiller davantage la population. Pour plus d’informations à propos du Relais pour la vie de Shédiac ou pour être bénévole, les gens peuvent appeler le président Guy Lavigne au 532-6954 ou par cellulaire au 533-6954. Ensemble, joignons nos forces et faisons face à cette terrible maladie.

Advance Power Equipment invite le public à sa journée portes ouvertes

Roger LeBlanc, technicien certifié. (Photo : Gracieuseté)

Roger LeBlanc, technicien certifié. (Photo : Gracieuseté)

Advance Power Equipment invite le public à une journée portes ouvertes qui aura lieu le samedi 29 avril de 8h à 17h, au 1660 ch. Melanson à Dieppe.

Advance Power Equipment, autrefois connu sous le nom de Advance Motorsports, est un commerce qui spécialise dans les ventes et le service de l’équipement pour l’entretien extérieur. «Nous invitons le public à venir nous visiter à notre nouvel emplacement, voir les nouveautés, et de prendre l’occasion de rencontrer notre personnel», dit Paul Robichaud, co-fondateur et propriétaire.

Le grand moment de la journée portes ouvertes sera sans doute le tirage d’une tondeuse à gazon Toro TimeCutter! Le public peut participer au concours en remplissant un bon de participation en personne au magasin d’ici au 29 avril. Le tirage aura lieu à 16h45 cette même journée. Il y aura également de nombreux prix de présences offerts par les représentants de ventes des marques Toro, Echo, Stihl et Exmark.

Advance Power Equipment vend, loue et entretien des équipements paysagistes extérieurs : tondeuses, souffleuses à neige, scies à chaîne, génératrices, laveuses à pression, souffleuses de feuilles, etc. Ils sont un commerce de garantie autorisé pour la plupart des marques de souffleuses à neige et de tondeuses à gazon, y compris Toro, Craftsman, MTD et autres modèles vendus par les grands magasins de surface.

Le personnel de Advance Power Equipment sont des professionnels d’expérience et compte parmi leur équipe le technicien certifié, Roger LeBlanc, qui œuvre dans le domaine depuis au-delà de 30 ans. M. LeBlanc est très bien connu dans la communauté pour son expertise et savoir-faire.

Advance Motorsports voit le jour en 2004 avec trois amis de Dieppe. Pour douze ans, il fut un concessionnaire de la marque Polaris qui vendait également de l’équipement paysagiste. En 2016, ils vendent leur part de concessionnaire Polaris à un compétiteur. Le commerce est dorénavant connu sous le nom de Advance Power Equipment et Paul Robichaud, un des propriétaires originaux, est maintenant propriétaire unique.

Paul Robichaud est également comptable agréé et président/propriétaire de la firme comptable EPR Robichaud et Associés Inc. à Dieppe depuis 1992.

Beaubassin-est remet des subventions à 21 organismes communautaires

La Communauté rurale Beaubassin-est remet des subventions à 21 organismes communautaires de la région qui desservent notre population. Les organismes suivants reçoivent un don dans le cadre du programme d’Appui aux organismes communautaires :

SUBVENTIONS DE 750$ (4)

– South East Hospice Sud-Est

– Comité d’entraide de Cap-Pelé / Shemogue

– Vestiaire St-Joseph

– Centre de ressources et de crises familiales Beauséjour

SUBVENTIONS DE 500$ (2)

– Comité organisateur du Grand-Bazar-à-Choix

– Association de baseball mineur Beaubassin-est

SUBVENTIONS DE 250$ (13)

– Centre de Saint-André-LeBlanc

– Salle Grand-Barachois

– Patinoire des Gagnon à Grand-Barachois

– Jardin communautaire Shediac et Banlieues

– Centre culturel et sportif de Cormier-Village

– Centre communautaire – Club d’âge d’or – de Haute-Aboujagane

– Club d’âge d’or de Shemogue

– Club d’âge d’or de Grand-Barachois

– Club d’âge d’or de Cormier-Village

– Comité de Sauvegarde de l’Église historique de Barachois

– Comité des Affaires culturelles de l’Église historique de Barachois (Été musical)

– Groupe Sociofoto

– From Gound to Table

SUBVENTIONS DE 100$ (2)

– Comité parental d’appui à l’école Père-Edgar-T.-LeBlanc

– Grand-Barachois Theatre Ensemble

Beaubassin-est remettra d’autres subventions à l’automne. Les organismes et groupes communautaires de la région ont jusqu’au 31 octobre 2017 pour soumettre une demande. Pour plus de renseignements, appelez au 532-0730 ou visiter le www.beaubassinest.ca.

Une galerie d’art dans une clinique dentaire, pourquoi pas?

La photo prise lors du vernissage de l’exposition en montre à la Galerie d’art Champlain, le jeudi 20 avril, nous fait voir, de gauche à droite, Dr Joseph Savoie, un des propriétaires de la Clinique dentaire Champlain; Charlaine Gauthier, artiste peintre; Maurice Henri, photographe; et le maire de la Ville de Dieppe, Yvon Lapierre. Dans la photo, on voit les œuvres de Mme Gauthier. (Photo : Gracieuseté)

La photo prise lors du vernissage de l’exposition en montre à la Galerie d’art Champlain, le jeudi 20 avril, nous fait voir, de gauche à droite, Dr Joseph Savoie, un des propriétaires de la Clinique dentaire Champlain; Charlaine Gauthier, artiste peintre; Maurice Henri, photographe; et le maire de la Ville de Dieppe, Yvon Lapierre. Dans la photo, on voit les œuvres de Mme Gauthier. (Photo : Gracieuseté)

Pour les patients de la Clinique dentaire Champlain, une visite chez le dentiste leur permet du même coup de découvrir et d’apprécier des œuvres d’artistes de la région.

Le vernissage de l’exposition en montre à la Galerie d’art Champlain, comprenant des œuvres d’une dizaine d’artistes peintres et de photographes locaux, a eu lieu le jeudi 20 avril, dans les locaux de la clinique située au 250, rue Champlain à Dieppe.

Cette idée d’établir des galeries d’art dans les locaux d’entreprises vient du photographe Maurice Henri qui souhaite voir dans des lieux publics de l’art réalisé par des artistes d’ici.

«Il y a beaucoup d’artistes qui ne se sentent pas à l’aise d’approcher les gens pour vendre leurs œuvres. Quand il y a de nouvelles constructions en ville, j’approche les propriétaires d’entreprises et je leur offre de décorer leurs bureaux, à condition qu’ils achètent certaines pièces, explique M. Henri. C’est l’occasion de valoriser des artistes d’ici et de montrer des pièces originales créées dans la région.»

«Il s’agit d’espaces intéressants pour exposer ses œuvres. Il y a beaucoup de gens qui circulent ici alors les œuvres sont vues, appréciées et évaluées aussi. C’est excellent pour les artistes. C’est aussi bon pour le personnel de la clinique qui est entouré de belles œuvres d’art. C’est formidable de voir qu’une clinique dentaire embrasse ce concept d’appuyer les arts et les artistes locaux, dit-il avec enthousiasme. Tout le monde est gagnant dans ce projet rassembleur.»

Maurice Henri est aussi l’instigateur du projet «Caméras pour guérir» qui vise à soutenir la guérison émotionnelle des personnes vivant avec la douleur, la peur ou la pauvreté à travers les arts photographiques et l’expression créative. La philosophie de «Caméras pour guérir» est de donner une voix aux individus à travers l’exploration des arts visuels.

«Cette année, nous visons à recueillir suffisamment de fonds pour reconstruire une école qui a été dévastée par l’ouragan Mathieu en Haïti et des installations qui répondent aux besoins des écoliers ayant un handicap, souligne le photographe. Avec cette nouvelle école, nos enseignants seront mieux placés pour aider nos élèves à réali-ser leur plein potentiel.»

  1. Henri y versera la commission de la vente des œuvres exposées à la Galerie d’art Champlain à ce projet en Haïti.

Les artistes qui ont des œuvres en montre sont Rebecca Belliveau, Karen Casey, Charlaine Gauthier, Maurice Henri, Raymond Martin, Sylvie Mazerolle, Bryan Morreau, Jeanne LeBlanc Mullin, Anna Rail et Dave Skyrie.

Pour obtenir plus de renseignements, pour acheter des oeuvres ou pour organiser une visite privée de la galerie d’art, prière de communiquer avec le photographe Maurice Henri (maurice.henri@outlook.com).