Cossé qu’a radote Delphine…

Me v’là z’en train d’écrire ma chronique de cte s’maine, avec mon crayon de mascara, de d’sus le fait d’une “napkin”. Ouaye! Me v’là t’au “birthday party” de l’échignante pis dâmnée Grande-Matante Dorothée à mon houmme foiroux d’Ozime. Qui célébre sés 103 ans, avec son dentier d’en haut en train d’saucer dans son verre de vin blanc sec. À temps tôt, par accident, sa perruque y y’a pougné t’en feu… Ouaye, juste coumme qu’à s’penchait pour souffler “out” lés chandelles de d’sus l’fait d’son gâteau d’fête. Que v’là qu’la moumoute se détacha du fait d’la peau d’son crâne, pour “landé” pis s’mettre à fondre coumme t’un grous tchas “d’plastic” qui boucane nouaire de d’sus l’fait d’la pâtisserie flamboyante. “Right now”, y’avons lés châssis de grands ouverts, afin de faire airer la salle.

En attendant qu’l’atmosphère s’éclaircisse icitte pis que la “crowd” d’invités s’accalmisse, j’ai pensé bon de voulouaire partager avec vous z’autres la biographie d’la vieille snoutche d’hounneur :

  • Née le 22 octore, en 1914, la journée qui grêlait fôrt le djâble dans la paisible Vallée de Memramrook! Pis qu’un “chunk” de grêle quasiment la “size” d’une bâlle de baseball arait supposément “crashé” en travers du châssis d’la chambre de sés parents, au moment même que Dorothée hurla son premier crie d’vie. S’lon lés parsounnes superstitieuses de l’époque, un signe que l’enfant était possiblement posséder du même don que sa grand-grand-mére Imelda: d’être capable de prévenir l’avenir!
  • À l’âge de 16 ans, à s’en alla travailler coumme tchuisiniére dans z’un camp de bûcherons, dans la région dépassée d’Cap-Pelé… À youssé qu’à “feedait” la beude dés hoummes fôrts pis musclés, avec sés fameuses crêpes aux œufs pis sés fayots “bakés” à la mélasse… Excepter que sés “hots biscuits” n’étions pas mangeables; qu’une hache n’arait pas pu trancher en travers… Que ouaye, qu’lés travaillants s’en sarvions coumme missiles avec leu’ “sling-shot” à chasser du gibier sauvage (coumme “from” du lapin à d’la perdrix pis t’au chevreuil… jusqu’à même d’l’ours nouaire)!
  • Veuve à 3 fois… Qu’son premier mari, son cher vigoureux d’Ernest est môrt pendant la 2 ième Dguerre Mondiale, mais pas pendant qu’lés bombes timbions du ciel t’en Europe…Aaah! Non! Non! Non! Que l’pauvre esclave t’en “marchant” en travers d’l’Angouleterre trébucha dans l’un d’sés lacets d’bottines… À youssé qu’son côrps en entier se mit z’à rouler d’travers dans le champ qui s’trouvait situé proche du chemin. À youssé qu’y’a trouvé sa môrt, (“OOOPS”) en s’faisant piétiner sous lés pattes d’un troupeau de béliers. Ouaye, à youssé qu’elle timba seule à éléver son garçon (ouaye, son détestable d’Hervé)… 2) Son 2ième chou-chou d‘amour, le Veuf Auguste, qu’avait 8 enfants… Ouaye-Ouaye! Lui qu’appartchenait autrefois t’un magasin populaire de hardes d’hoummes de d’sus la “Main Street” de Moncton! Cé dans cte ménage icitte qu’elle commença à vivre la grande dame pis à s’mettre à “hosté” dés “fancy tea parties” pour son cercle d’amies qu’avions leu’ nez de “high-tune” ou de soulevé haut dans lés airs… Après 20 ans d’être ensemble, qu’son mari mourut de maniére suspecte… Possiblement empoisonné ou de s’aouaire engotté   de d’sus le “cooking” de sa chère épouse… 3) Pis n’oublions pas son cher “Harold” ou M’n’oncle “Harry”, son “rich” mari amarichain qué décédé l’an passé (qu’était t’une trentaine d’ânnée plus jeune que y’elle). Qui s’est fait incinéré de d’sus z’un terrain d’golf z’en Floride, proche du 3 ième trou, en s’faisant “zappé” par z’un coup d’tounnerre!
  • Pis cé à l’âge de 102 ans qu’elle décida de déménager “back” z’au Canada, dans z’un “condo” à Dieppe, pour vivre parmi sés proches… Ouaye! À jouer la “mind game” à tchissé s’ra le ou la “lucky one” qui va hériter sa vaste fortune, une fois que l’Bon Djeu décidera de v’nir la charcher à jouer la harpe t’au Paradis Terrestre! J’en doute fortement qu’le nom à mon Ozime s’ra listé ou mentiounné, pendant que se f’ra la lecture de son Testament (“Ya ! Whenever” qu’arrivera cte jour infortuné là)!

So, v’là que “l’party” s’achève… Qui s’avons décidé, (ouaye) més beaux-parents, de rouler “out” de l’édifice la “guest” d’hounneur prunée (Grande-Matante Dorothée qui dôrt, présentement dans sa chaise roulante, à ronfler aussi beuglard qu’un “muffler” troué d’un “antique farm tractor”).

J’arais bin aimé de voulouaire partager avec vous autres més photos qu’j’ai prise t’au “party”… Ouaye! De lés faire imprimer dans la gazette du Moniteur Acadjen. Mais pour pas “upsetté” la parenté, j’ai été avisé par mon mari (s’il-te-plaît) de ne pas l’faire… Dont j’ai “agree-yé”, malgré moi!

So! “Okay” là! On c’la ouaira més verrats, à la s’maine prochaine!

Delphine B. B. Bosse

Countré Sar Extraordinaire

 

Exprimez vous!

*